<?xml version="1.0" encoding="utf-16"?> <html> <head> <link rel="stylesheet" type="text/css" href="data:text/css;base64,77u/Ym9keSB7IA0KCWZvbnQtZmFtaWx5OnNlcmlmOyANCgltYXJnaW46MCBhdXRvOyANCgl3aWR0aDo5NjBweDsgDQp9DQp0YWJsZSB7IA0KCXdpZHRoOjEwMCU7IA0KCWJvcmRlci1ib3R0b206MnB4IHNvbGlkICMwMDA7IA0KfQ0KdGFibGUgdHI6Zmlyc3QtY2hpbGQgdGQgeyANCglib3JkZXItYm90dG9tOjFweCBzb2xpZCAjMDAwOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHsgDQoJd2lkdGg6ODAwcHg7IA0KCW1hcmdpbjoyMHB4IGF1dG8gMCBhdXRvOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHRhYmxlLCBkaXYuY29udGVudCB0YWJsZSB0ZCB7DQoJYm9yZGVyOm5vbmU7DQp9" /> </head> <body> <table> <tr> <td> <img src="data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAFAAAABECAYAAAAWVrIgAAAAAXNSR0IArs4c6QAAAARnQU1BAACxjwv8YQUAAAAJcEhZcwAADsMAAA7DAcdvqGQAAAAHdElNRQfYCwYIDwTu5NNBAAAAGXRFWHRTb2Z0d2FyZQBQYWludC5ORVQgdjMuNS44NzuAXQAAFmFJREFUeF7l2gvYZlVVB/DpZlkhHyF5IWTUborCKKghioOaF0hQENIQGEExTYOwLCnlIzLxBqOWJiCMaCBeYkTBCyajCZkmjFl2MWFSszSNz/BWVvb/ve3Fs+dw3ssgND21nuf/vOfss8/ea6+91n+tfb5v1artL7tFhScELwneEfx58E/B14N/D74RfDH4i+Cy4KXBkcHq4Du2v/rbR4OfzLSnBR8Prg/eGZwa/Gxwv4BRl4KTgpODHwn2Dh4fPD+4pBn1L/P7wmDP7bOMW3bWnecM9515/phgU/CF4HeDA4LvmfHeM/LsxCnPvyvtDwxeFvx98MfBEcF3z9Hjznn+8AX63bLWmTKaxf9c8ObgJ2bM+NA8+0jwiWBd8P0LavcL6feLC/S9TfocHvxJINQPnfPOU/L8umA5+OEFxr/Fu/Cmo5oS/5Lf+06ZYZe0Xxh8Jjgm4DXbIs9c0IA1Jk48OLBR7wnuPmMy3v2tgP7PuRm6bcs6tuq7Y+5wkMkBb42JMBFarwq8s4jwzOI63rcxeFvwy8Grgz8IhOA84ZG4UzI6LhhLNtre2q3jLbn23q0mQpQhhEkZz6KGQrFnB58PcN4s0Zf3/lbw4UBC+WjwpuAVAS+6KrgguKg90wcdvCBg7FmZWHIR0ucG3zeiyO3TJjpqPa/N9X2CE4PbztF94cd3aMrvn9/f6yYTJj8wGMVi1gey44/NmOF78wwPbQ7+OmDA/UaUHgthhpA8vPNXbYyn5teYY3K7NG4Mrgh2Gumwb9qUTGVE/Pnk4M+Cu85Yw0KPlA9/G9htSv9Hm+hf82v3e2G83wk+FuC+MdFH0rk2eHuwNpjlQfM4UOaXzen16eBJAX4eCu49O/jT4IcGD9GGOrTWZkMlxysDieaOU9Yyt9nAwkkhywvfGNglE+GV+7eJaqBTcqEI5plD4+pzl0BIogCbsYjMMyAdvtr0Kg+6PPe7Dwa3Fu0fCFDCD3bPH5lrRpVUyoiHtDUa89LgZhXsClYDvC9ArrLVNwPhshT8fqeE+guXKIDvFTBin5kflXsJZZFsR1lhp9h2OnHycK1tbCGPTntvRHr+Q6CdoBnGUw7xTnpLRuWpjP3u1s/anH5wsA0vgzLywkJJk/5jwIDLgYIXeR8YqJsUrbIc+dHAUav3qt6IT8sz4YVrpgkPsQmvC1CGufDolgbX2j7V+ujb15J0LA/8z1xf3OZkNMY7oZtYcuj19+i9gSR2t4D3cQZhLJyNK0PfOxijh27o/758WOA4VQod1BS4Z34lEsb4UsDtDfjBoIzZD2ZCijAIxcbEZrwokLEd544Pfjyo0wQDCGOizTN99PXOiwNjMOZPBecF9OZF64N/CxT5Q+FdHKQ29UG55m1fDo4NOIC5zmrjfSG/eJ2HzhSZ86TAYZ0idpOCOwTOqkJY29FtFN6lpBg7jqkPkfAwnL3K8IxjEcqV1VO06g047OKdl7cxeJhEsVe7r83/ZO7Vgjx2KJIZ3Sp7O1PXe0LYmp/YteFNdDYzMytacQeFDKaGEs6ItAZf3zTZMb+4Ziw0LcQzXqgWo6j6ithJyWRTMOv4p+8sA7bhJp5iLGMae48AD5a+N+R6pelS7/hFVZcFv9YabaoNqfeEtLGLBznS+Q39ODdeW7TOMptC2EDCi1Fr0NfkunjgebnGDUPBMbKx0qCEIRnxcQFeURbNO9ZJGhKZeVzPEkkKtfxNcEXA8L7cqBMrktR1w2JacuKhVXYx6i8FQt97NgVfukZZDFxVyU30Wd86SgZPD4TqOa2NYX8jqJoI5+CgNSOr+s20KXmGwrMpcvrIM00Mqs+GAG9KGIwC7sEziWzM+ChDyNJL/Ups5iWBLM0YyyNzO338dtduMyRN49BX2eVXqJc9lHE3EbunoyzEez4XSBYI1KBCsc69KnWZayjI2cR3HjywEEUsvuOJawbPD869b4O8/bDAbpM+hLV5po++9CxBM/TB30olvFzeZuH67hrQTanVCxrhhVUbOm09JLCWq4OVwMGB2AQ2Ui1sJV7mcR46xMvE7u0+N2e8zwb1deP9ue5DtAZzNuaBQ1mfhgsCIYIqGNEvT6bMB9r98L1pHEgf73hX+DHes9rLKEbmPXNED8e/V42043hHS/LYAG+q/VCHteJUggbYiDNsJWq54jmFKxe2K4z34OCfA6cSBrCTK0FfhxnMQrzjeNULTlXO7NQ1lhE/lDbZb9pH0FlJRFLyvsXyuhLzbwhEzz4DXXw8oKPfXni2DSE8VvTxunXBUmDthBOxk9+t5B7tgYd2T0j9TMCVKaj959sb6qSNwwFyf2Jw7kg77/BOL7xEu8U8KZA5x+SENIoIwvt3b9c+lUlIPNnC/S2lkpsuOBwPK6KHcl4ajNsLirk+4BzEhlgz7pdUHE2XWh/taG0rwQPlgRTiTYrJldaO0Kteen2uq7jtB5GtHjoYlwcg/2Gd6PseirCTilc7LjvjVnKbQDJ7Q7AhUOgic8lhKUAHEsY1wdmBRKFiKO4VQX8XWOjwXI6ermrz9D8X52Zda8CffQY/KveipMqja3N9YwT6UMDtq94R3wZQAzKqhcqOJRY6DA0Gp6yF94ITq86qdotE5uXZtXF+LRqXCXkGc24tvRTdeE1JVIvzzteDX2+62qwKT9Hj69CQ8+g4Fsbm3dApr74VxuZgOJtns91fEXA61Deptrm/2s3DTUHVge7VfriPcPWvBbJeL4fmRnbsxY7xrNVdo/eM/6uBo1dvvLpWcghRvCRRlQHH+lZb38fR0qbdN0BDPmIMyx4eiwJ64RQooUQCMU7NIQExvHtHSAacUIEQ4HFCwEOuzMtc+1U+rGmj3jO/3HcoBlcn9sJTvF9CIRzJo2VRYTbNKHZe4lL9y7TmnGXA/hlj8hg0sTnAbeioF8X5aYM2lYjNq/LHUY+3Oq0Yn9dXqce71waTL1K+dDiy7BVYnBf8qsYfEAjf4rafzvUfDSZ2K/HwmF7W5eabgbAjkgFOc0TiEbVhY4bZnOeHdIOpBBY1YPWTRCQAnH3MQDenFOfdoWxJg8qDPCPQzybyYvagF3vR39hoZtVXAhlWmErXxS9Vnf9h2ngMOSKoUMVldoIgZcYuMYF+FmNXDwoeERwXbAoOD6qmqgXjL7wrsezXjeWSbjyiOGkRY9qAHQLeNqxN0cdYIrky7ZIMEf5CWgI0ljnx7XPb83fnVyKbfPpRLBLZVUdkju+ODHjRUnt+dH4vChCqJCBUfiX4YsCLSxhruEil0qlBhTpFi5T1VfPhPJ4xNKBxhWEV+/MMuCV9q6w5PtdOF73gr57v6hlutLnElynzoALCYO613ylgF9XJxBAUoyB3ZVCTLgW+qHDfSiLSOaNJDrWIWpRxZGI8gXf6RdapBq/JpvoAbxManiuDTg9ODIaZW7az4HmGq+fG5B3mMJ+N4uHVdl2bt/TQDtbASQjPWwmsd/dgbVD8X1n/Gh2LGM9pLzrvyZa+mFDoitbuB8+9PZA0xhZjV9BA1Ut9H2H8/KAK4xqWZwodWVHZYROKMrqpJ3UoLjP2IplZNKESRfWwlMFz6GIovJ+TlIhMa8CnxrLB9FBmaeexE4O4UZ5wTYlix6DC6yXdgGtzzVNeGQjdRUPK+HjH7p5xE7VXrTolbRaJd8bCt15REUhEQw8f20yex4jLgfF7UaSPJUMnGomjRB4wtnWqKlYHTk41HyebDF4NrmvXqs2iSoSSsKvCWn+KLhJavuTY+Q8NFuP2Lm2cOkkMu6AWtSEPXGTTeKgSSi3IeySgXtS+F4zoIbH0pylz1to4DXFSq7aJHdZ2DWIc3xVh4hKZrAQvyKqrWwNj25H+ZDDNmI9t7ygDcMpQ7LYiuJ+v+sjexhUti4TvK9KviuctuUb8vagB0clQhGafDEWi9Zrbhtyxm38l15PjnMKxKmwd1wS+ZLjeFOwWKChLNudiGGbLrf8sT1TLEacQXNLL3XPjJMQrJIsDAyeZPVqn5+R3kbA1v/Kozt7elyn7Dw2G5CDm6IWx0Fit1aFBxFU55tmxQa3xrFyLjEknn5Tqwcm5rl2m+JrBZI52UjtPLcWcMiSQWQZ8atN2Kb88XdiSMt7+7V6yEeYqgPc1KJMqU87zwJ7vJLuew03BazgIg/XCKRi/RO2I98po38j1eYE1qlQkP5QyObwbDLd5+NaglFTaSCp9FsNl7woYD8eUvLcNPM2Il3V9hb0CXT3G88p4XZdJQjszkJkZ0/hOB7M26eo89zGEMJQSrA9J7Qe3sfq5XEuKvKrEKcNm7hLU0bKK/+XW6XK/yg7hgjB5kVj/fHBdwEgM3O/MzrmXoXkdNy8pnpq2QF7eiyOWU9BDBu11u5QLm6nAlsh4vSxZ46spPx0o+rXx0iuCyaIiask3j4ytja5DUb4p5IkwZrQqopUzNkeb8dlLsuF0E46ojs/ONe9TG25ogznMM2x9D9T8zmDivp0gf4uSeMaMyONKKmx5siw5ljjUY+cHDI+zhtkXp24emc+xVGTgrKH3oQ3OMZxvp7SpLzkHEZ7WMPlYEHGS8dxm8UjvsxG9Jv8nIr73DfDahvbycnu5TgBKkBJhLJ0PRSaVKYXl0Ig2hsf2nCdTmkdmfkybvx9TxV/nX7xj8WXIlVzLpuZUSnEEBl8KeMzLR/RTigwjQTf8fGnX/1FNf+sgeJSN1LJ0FhnWJ+xvJEnKsbysLP4pz+sorvMjuwm4OPfde6CkQhdfaT8y+Eh7t4ypeB3jvPuknTdubkqtye+LAsmEJ704wMNCVAISAeY4PpCdNwTKjfVBVRS4jig9JAQOwNDlZe3xxGk+HBxWDfl9ckBn0cRgyiJUpu+ru2e7e0cCWWmNjCIrg4P/XVu7wQzaiwxtJ4ai+pc98Sd3x6m9NypV6mw9fJeHqs+EO07jtTzQ7vuVYW0yysF/0/gWt05qtMgj2lh0YoSh4OAtAV4jnINn1dh3yDVnYEheXe0V3pOXpPt6IM7v1lBc4BlSxim1eDwgy/WfsYxlok0BPiV2SRK6IUAXdtXkPmAOxdgyv3f72tT8IoG3Mey80whPr3qO93lfWNNtKDarzufoZZ9AnVr28OWJXr3xeDvnulF8PKiPCl7EJ45Vu3YDnZlrntnvIu4QZkPFdksbb5aphnWeMc8OnF4OGKxG+zzjTPO6YTtDK3Qd43ygqLqzn1KZYq23DRTfqIEn0qM2DaUNyyf3N5E1aakPCF7GCwxbbRe2N3zFqPpPmDo/njgyntruc4H+Y3WepOETk6Qjo9owfLeogeb1E/JKIDoI06FYm+L80PZgOb8MSC5peogca/UhteZ7ba5HKYjLPyyos58XzgjqKCMECEMauEIEOQu3PQca8jz8ZwH3HzyrW7ur7GBkmXjIl/OMNOt5hZwQHhOJ4eL2YK/8KtUkK6LmM7bs21cUb8o9bt0qfGtwhuDmDwxkq3Jhg7rGjcQXZffFcdokGCEpCxMcamI7f2AgMx9eE4382lHcI0k4cZgfVwpn4E1fCj7T5l7EsOq2YwOb7TTVy+Nyg78lCOKUZMynBEIY1/I6Rbd2OjC4Z7x6p8F4k1s8JvZ1Qvy++3n5uoBnWNCOAUNoxzHuSxy5ELJMOixV7DCOVYqMJY8xffQ7uUG4kccHyq15BlxJH3MSa2HEh7d77SKmwvreuZbtjanNlxvX1ixxORzIwsRG8MKp4kuJYhShCtHlwO5zb4Piqj3atfvKXgb0ThXlSoehMLYNsiFPDPDnPLHb0Au9qpCdZsg6WdV7IosRjwuUP35LzmzrYUQ1Iy8srzMPbiY4WyWx3yyl7bowUTNV1lLkfrQN+tL84i0DmUTB3YtnksI7gvKa4XwPSsMHAwsSYtP6eW/MgCLFJkwz3uvzrGq6fm7eIxR74xoLRxuLYVGJRIJCeLt7NnlZwBvVsHPFwd1uyL6K5Urxiku8sRTgqdolfFfcZ3CnlzcEsrhyZkwoJmFdHAgnivlCszroS6KhAT1D4HRZCfqSBwejl7EMyWsY6oSmjD64XsjWRpyXa1+HhKjyR0StC6pg35Lr24+uZqTxBd3APNLEsg9+4EFP654Le7WWHSsRns8LGFwSmSWUFVIXBRIVg/okxYuvCWRE19o82xK8MeC9NkgZIon1HztqPoayCfj6sNbIIV4XMOArgzLg2lzjS4bDeaqCesaZROLCwgDndAMYSCbl/gwp7Mr1P9YmVYooGXoPQNx20Fg7LzC7d3nz3sGjAzUXuFaPeTZag42MzVOFI/3wNvG+U4qsi0trDZe3cQ/Jb1+2WLckMpP3pq2LEdVBw5MBL+FtdrTKDHWexGDCcwO7WCLlvybAKzwZTy4qYxw4713JykYqexxRaz4JgjHpLHR5Ln2vb/eXtvueW2XiMv68eac+f0JTZkjaDFXFqpBC3LV7b8n1MKR4FY9ACcJe6M6TbTGgcD4tcGxTvzm3l8ikn2gGujK/vFiZpjTz1cc7/fokDF9dbjdPwUWeC9ldA9mtypmaDC8JB0mHFx7cKWJHvTsU/XxMsPOSiORRBe2w7zwD0gt/2piVQLir63rxMUCCqaS3NtdHBDxRtdEf06xPKYYubMjCSWNknTc2yXySBt7DK77KKJgRK6VMasd43w6BZFAG1m9a4Uw5HyNswEp7H7nL/LLp/gEKeWGAwNcGouG5gSwvvGzCJYEkshQMhRE+2enDq5Rn5XE+k20ORJP6j7EJ7jbPLSayE9c/OpDFCMM67/I6kzHcWQGuuSooI/pa4/1Zgqf2DXzlcKJRSyqDZEIG8KvmZCxHqqcH9wvGMm/N4/l1nR68Hh8vt3lQSq3FOzbaWmwoz5w19pzljD/eK80ycYUeoyFiIckzlwKZjVJC94zga20BK/lVu/HQW1tsFiPjN5sofCU4BnLeXxvwcKconMnrbVbp+q5bU0/K1Rl5mFTcU1p4fDx4WyBkNgZb2mJW8itcZPBdOksiddlTyOG1sdMJ469uRqBHTw28/pkBykAnVX7wWFBK1Xl3TG9tjqzLwdgpplP1279UojwrqC820xQatut/YYD3kLTyQMhuDBTcuBSxKz8+G/j44Ozs+CiMechXOgNZ8KcCfKiQl2nRwEmBRLDIR4fadPRzj2/fNNs2glCleJ0gLIhCPECYXxMID3x1r0Bdyfi87z2dIbzDOzYEMiju8Y3QqePaAIfybMkEh/FU4ed00W/SSu4ZW5Ig5hOyxwTohCfi0c2Bs7iqwgbWx4L22v/sD+6zKCHIoEuB0OrPszTSBwf2pF6LV5gf0NR24sBZKwEjMrixDwn0Y1SLFmZCHV8NPZ2xJSFn+lnhaNwHB/u0ubfLDyVODfAaot4zuFNgV5UeRwV2+oaRhQpXIc24jlhCsWqz8qJ+UTzPWAzGk1CA+dWKY+Pr56gmCoS1aFEG4UrcjKeP7yfYnteyMaJelA9xFw8hDwh4JuOdHszzGvzLy74aqE+JpLKhtS+igxBesz0NNja3EBZ2VwdjGQ9Hvj/AScodwkOdBBhk3TYs6MD0lVAYy+mjajZZ/ORAHcrAZUybwxvPD9AFz/1fK5SzkIMChbfQcaoQqr04cTA0w9anpm1ZlM9qK81IypfhuVVxTg+f4JRMksr/GeEFvIIBnYVvrihbvtyMaEP+X4mz5ym3wIrXtnG2i4f9FydKxLb0H2MFAAAAAElFTkSuQmCC" /></td> <td> <p style="font-size:1.4em;">Nations Unies</p> </td> <td> <p> <span style="font-size:2em;">CRC</span>/C/FRA/CO/5</p> </td> </tr> <tr> <td> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:2em;">Convention relative aux droits de l enfant</p> </td> <td> <p>Distr. gnrale</p> <p>23 fvrier 2016</p> <p>Franais</p> <p>Original : anglais</p> </td> </tr> </table> <div class="content"> <p style="font-weight:bold;font-size:1.2em;">Comit des droits de l enfant</p> <h2 style="font-weight:bold;">Observations finales concernant le cinquime rapport priodique de la France *</h2> <h2>I.Introduction</h2> <p>Le Comit a examin le cinquime rapport priodique de la France (CRC/C/FRA/5) ses 2063e et 2065esances (CRC/C/SR.2063 et 2065), les 13 et 14janvier 2016, et a adopt les observations finales ci-aprs sa 2104esance (CRC/C/SR.2104), le 29janvier 2016.</p> <p>Le Comit accueille avec satisfaction le cinquime rapport priodique de la France, ainsi que les rponses crites la liste de points (CRC/C/FRA/Q/5/Add.1), qui lui ont permis de mieux apprhender la situation des droits de l enfant dans l tat partie. Il se flicite du dialogue constructif qu il a eu avec la dlgation multisectorielle de haut niveau de l tat partie.</p> <h2>II.Mesures de suivi adoptes et progrs raliss par l tat partie</h2> <p>Le Comit prend note avec satisfaction de la ratification des instruments ci-aprs ou de l adhsion ces instruments:</p> <p>a)Le Protocole facultatif la Convention relative aux droits de l enfant tablissant une procdure de prsentation de communications, en 2016;</p> <p>b)Le Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits conomiques, sociaux et culturels, en 2015;</p> <p>c)La Convention relative aux droits des personnes handicapes et le Protocole facultatif s y rapportant, en 2010;</p> <p>d)La Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des tres humains, en 2008.</p> <p>Le Comit salue l adoption des mesures lgislatives suivantes:</p> <p>a)La loi de modernisation du systme de sant, soumise au vote de l Assemble nationale le 17dcembre 2015;</p> <p>b)La loi no2014-873 d aot 2014 pour l galit relle entre les femmes et les hommes;</p> <p>c)La loi no2013-595 de juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l cole de la Rpublique;</p> <p>d)La loi no2013-711 d aot 2013, qui redfinit la traite des personnes afin de mieux cerner les diffrentes formes d exploitation, y compris celles concernant les enfants;</p> <p>e)La loi no2012-301 de mars 2012 relative au suivi des enfants en danger par la transmission des informations.</p> <p>Le Comit salue galement l adoption des mesures institutionnelles et des politiques suivantes:</p> <p>a)La cration du Haut Conseil de la famille, de l enfance et de l ge au sein du cabinet du Premier Ministre, le 28dcembre 2015;</p> <p>b)La Convention interministrielle pour l galit entre les filles et les garons, les femmes et les hommes dans le systme ducatif, 2013-2018;</p> <p>c)La feuille de route pour la protection de l enfance, 2015-2017;</p> <p style="font-style:italic;">d)Le Plan d action national contre la traite des tres humains, 2014-2016 .</p> <h2>III.Principaux sujets de proccupation et recommandations</h2> <h3>A.Mesures d application gnrales (art.4, 42 et 44 (par.6) de la Convention)</h3> <h3>Recommandations antrieures du Comit</h3> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie d adopter toutes les mesures ncessaires pour donner suite aux recommandations antrieures qui n ont pas t appliques ou qui l ont t partiellement ou insuffisamment (CRC/C/FRA/C O/4 et Corr.1), comme les recommandations relatives aux chtiments corporels, l ge minimal de la responsabilit, au systme de justice pour mineurs et aux enfants migrants non accompagns. Il regrette en particulier que l tat partie n ait pas retir sa rserve l article 30 ni ses deux dclarations relatives aux articles 6 et 40.</p> <h3>Lgislation</h3> <p>Le Comit note avec proccupation que seul un nombre trs limit de dispositions de la Convention sont reconnues comme tant directement applicables et que les principes et droits qui y sont consacrs ne sont pas dment intgrs dans la lgislation nationale.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande de nouveau l tat partie de veiller ce que toutes les dispositions de la Convention soient applicables sur l ensemble de son territoire et ce que celles-ci puissent tre invoques par les particuliers devant les juridictions internes de tous niveaux (voir CRC/C/FRA/CO/4 et Corr.1, par. 11).</p> <h3>Politique et stratgie globales</h3> <p>Le Comit note avec proccupation que les progrs raliss en ce qui concerne l laboration d une politique globale durable de mise en Suvre de tous les droits consacrs par la Convention sont insuffisants et que les diffrentes stratgies relatives l enfance mises en Suvre dans l tat partie ne contiennent pas d objectifs mesurables.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de poursuivre ses efforts en vue d laborer et de mettre en Suvre, aprs consultation des enfants et de la socit civile, une politique globale pour l enfance, en prtant une attention particulire aux disparits croissantes. Il lui recommande galement de concevoir et d appliquer une stratgie comprenant les lments ncessaires sa mise en Suvre, parmi lesquels des objectifs mesurables, un calendrier et des ressources humaines, techniques et financires suffisantes.</p> <h3>Coordination</h3> <p>Le Comit salue la cration du Haut Conseil de la famille, de l enfance et de l ge mais reste proccup par les disparits observes dans la mise en Suvre de la Convention dans les dpartements et territoires d outre-mer ainsi que par les lacunes en matire de coordination.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de veiller ce que le mcanisme de coordination soit dot d un mandat clair et de pouvoirs et de ressources suffisants pour coordonner toutes les activits lies la mise en Suvre de la Convention au niveau intersectoriel et aux niveaux national, rgional et local, y compris dans les dpartements et territoires d outre-mer.</p> <h3>Allocation de ressources</h3> <p>Le Comit note avec proccupation que, malgr d importants investissements publics en faveur de l enfance, l attribution de certaines ressources est inquitable, concernant en particulier les enfants marginaliss et les dpartements et territoires d outre-mer, notamment Mayotte. Il demeure proccup par l absence de progrs dans la ralisation d analyses budgtaires cohrentes.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D tablir un processus budgtaire qui tienne dment compte des besoins des enfants, qui dfinisse clairement les crdits allous aux enfants dans les secteurs pertinents et les administrations concernes et prvoie des indicateurs spcifiques et un systme de suivi ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) D accrotre le budget allou aux secteurs sociaux et aux enfants dfavoriss, comme les enfants roms, les enfants migrants " y compris les enfants demandeurs d asile et les enfants rfugis " , ainsi que les enfants de Mayotte et des autres dpartements et territoires d outre-mer ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De contrler et d valuer de manire effective l efficacit, l adquation et l quit de la distribution des ressources alloues la mise en Suvre de la Convention.</p> <h3>Collecte de donnes</h3> <p>Le Comit prend note des informations fournies par l tat partie dans ses rponses crites, note avec proccupation qu on ne dispose toujours pas de donnes fiables et ventiles sur de nombreux aspects viss par la Convention et que les statistiques publiques restent fragmentaires et insuffisantes.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande de nouveau l tat partie d amliorer son systme de collecte de donnes pour tous les domaines viss par la Convention (voir CRC/C/FRA/ CO/4 et Corr.1, par. 2 1). Il lui recommande en outre de veiller ce que les donnes recueillies par les diffrentes autorits administratives soient utilises pour la formulation, le suivi et l valuation des politiques, des programmes et des projets qui visent assurer l application effective de la Convention et l exercice de leurs droits par les enfants. Le Comit recommande enfin l tat partie de tenir compte du cadre conceptuel et mthodologique tabli dans le rapport du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l homme intitul Indicateurs des droits de l homme : Guide pour mesurer et mettre en Suvre lorsqu il dfinit, recueille et diffuse des informations statistiques. </p> <h3>Mcanisme de suivi indpendant</h3> <p>Le Comit note avec proccupation que le Dfenseur des enfants ne dispose pas de suffisamment de ressources et manque de visibilit au sein de l institution du Dfenseur des droits, et que l tat partie ne le consulte pas systmatiquement au sujet des projets de loi concernant les droits de l enfant et ne donne pas une suite suffisante ses rapports et ses recommandations.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie d allouer des ressources suffisantes spcifiquement destines aux enfants afin d accrotre la visibilit du Dfenseur des enfants et sa capacit remplir son mandat. Il encourage galement l tat partie consulter rgulirement le Dfenseur des enfants ainsi que la Commission nationale consultative des droits de l homme.</p> <h3>Diffusion, sensibilisation et formation</h3> <p>Le Comit salue les efforts entrepris par l tat partie pour diffuser le texte de la Convention et mener des activits de sensibilisation et de formation concernant ses dispositions, mais reste proccup par le fait que les enfants, la population en gnral et les autorits publiques connaissent mal la Convention et son contenu. Il note galement avec proccupation que la plupart des enfants ne bnficient pas d un enseignement approfondi concernant leurs droits.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de rendre obligatoire la sensibilisation la Convention l cole, de veiller ce que les enseignants soient correctement forms cet gard et de mener systmatiquement des campagnes nationales d ducation. Il lui recommande galement de diffuser le texte de la Convention aussi largement que possible auprs des enfants et des professionnels qui travaillent pour ou avec eux.</p> <h3>Droits de l enfant et entreprises</h3> <p>Le Comit note que certaines socits multinationales franaises ont adopt de faon volontaire des pratiques en matire de responsabilit sociale de l entreprise pour leurs filiales l tranger. Il est toutefois proccup par l insuffisance des informations sur les mesures prises ou envisages par l tat partie pour rglementer les activits des socits qui relvent de sa juridiction ou qui sont places sous son contrle, afin de garantir le respect des droits de l enfant dans le cadre des activits menes en dehors de son territoire. Le Comit est particulirement proccup par les cas dans lesquels des filiales de socits franaises, notamment dans le contexte de la rcolte du caoutchouc au Cambodge, ont directement contribu la violation de droits de l enfant.</p> <p style="font-weight:bold;"> la lumire de son observation gnrale n o 16 (2013) sur les obligations des tats concernant les incidences du secteur des entreprises sur les droits de l enfant, le Comit recommande l tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D tablir un cadre rglementaire clair, applicable toutes les entreprises qui relvent de sa juridiction ou sont places sous son contrle, de manire garantir que leurs activits ne portent pas atteinte aux droits de l homme ni ne sont contraires aux normes relatives l environnement ou d autres normes, en particulier celles qui ont trait aux droits de l enfant ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De veiller ce que les entreprises appliquent effectivement les normes internationales, notamment celles relatives aux droits de l homme, l environnement et la sant, ce que le principe de la diligence raisonnable soit respect, et ce que des moyens effectifs soient mis en place pour surveiller l application de ces normes et pour sanctionner et rparer comme il convient toutes les violations ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) D enquter de manire approfondie sur les ventuels manquements ces obligations imputables des entreprises franaises ou leurs filiales oprant l tranger.</p> <h3>B.Principes gnraux (art.2, 3, 6 et 12)</h3> <h3>Non-discrimination</h3> <p>Le Comit salue les efforts faits par l tat partie pour lutter contre la discrimination. Il s inquite toutefois de la persistance de la discrimination fonde sur le sexe, l identit de genre, le handicap, l origine nationale, l origine sociale ou conomique ou sur d autres motifs. Il note avec proccupation que les enfants roms sont toujours l objet de discrimination raciale et de stigmatisation. Il relve galement avec proccupation que le plan d action pour l galit, qui a remplac les ABCD de l galit, a t labor sans la participation d enfants, ne s adresse pas spcifiquement eux et est dpourvu d objectifs mesurables et de calendrier.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit ritre sa recommandation antrieure et prie l tat partie de redoubler d efforts pour promouvoir une culture de l galit, de la tolrance et du respect mutuel, pour prvenir et combattre les discriminations persistantes et pour garantir que tous les cas de discrimination l gard des enfants dans tous les secteurs de la socit font concrtement l objet de mesures (voir CRC/C/FRA/CO/4 et Corr.1, par. 31). Il recommande galement l tat partie de redoubler d efforts pour combattre les strotypes de genre, notamment dans le cadre du plan d action pour l galit, en tablissant des objectifs mesurables et un calendrier et en ciblant spcifiquement les enfants tous les niveaux d enseignement. Il lui recommande enfin de rendre obligatoires les formations pertinentes destines aux ducateurs.</p> <h3>Intrt suprieur de l enfant</h3> <p>Le Comit relve avec satisfaction que le principe de l intrt suprieur de l enfant a t rig en principe constitutionnel et que la Cour de Cassation et le Conseil d tat ont adopt une position commune son sujet. Il note toutefois avec proccupation que ce droit n est pas suffisamment intgr en pratique et n est pas toujours convenablement apprci ni dfini dans toutes les actions et dcisions des pouvoirs publics " il faudrait entre autres pour cela que des tudes pralables soient menes pour valuer l effet des projets de loi et des investissements publics.</p> <p style="font-weight:bold;"> la lumire de son observation gnrale n o 1 4 (2013) sur le droit de l enfant ce que son intrt suprieur soit une considration primordiale, le Comit recommande l tat partie de redoubler d efforts pour que ce droit soit convenablement intgr puis interprt et appliqu de manire cohrente dans toutes les procdures et dcisions lgislatives, administratives et judiciaires, ainsi que dans toutes les politiques, programmes et projets concernant les enfants ou ayant sur eux un effet, y compris au moyen d tudes sur les consquences pour les droits de l enfant.</p> <h3>Droit la vie, la survie et au dveloppement</h3> <p>Le Comit est profondment proccup par l absence de statistiques officielles et par les informations faisant tat de deux dcs d enfants par jour, potentiellement dus des actes de violence familiale. Il est galement gravement proccup par le fait que, lorsque des parents ont t condamns pour des infractions graves (parmi lesquelles le meurtre) visant un ou plusieurs de leurs enfants, et qui continuent prsenter un risque pour les enfants survivants, l tat partie donne la priorit au maintien de liens familiaux aux dpens de l intrt suprieur de l enfant et autorise les parents conserver leurs droits parentaux, ce qui reprsente un risque pour le droit la vie, la survie et au dveloppement de leurs autres enfants.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) Compte tenu des nombreuses initiatives, notamment des tudes diagnostiques, qu il a menes pour comprendre le nombre de cas de dcs d enfants lis des mauvais traitements et trouver une solution ce problme, d adopter toutes les mesures ncessaires pour enrayer ce phnomne ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De crer l obligation pour tous les juges de soulever systmatiquement la question de la rvocation de l autorit parentale lorsque des parents sont condamns pour une infraction grave l gard d un ou plusieurs de leurs enfants, et d inscrire expressment dans la loi que l intrt suprieur de l enfant doit primer toute autre considration dans de telles dcisions.</p> <h3>Respect de l opinion de l enfant</h3> <p>S il salue les mesures que prend l tat partie pour garantir le respect de l opinion de l enfant, le Comit reste proccup par le peu de progrs raliss s agissant de garantir systmatiquement le respect de l opinion de l enfant dans tous les domaines de la vie. Il note avec proccupation que l audition d un enfant dans le cadre d une procdure judiciaire est soumise une demande crite et que des juges ont rejet de telles demandes au motif qu elles taient mal formules. Il note en outre avec proccupation que des enfants vulnrables ou marginaliss, comme les enfants faisant l objet d un placement administratif et les enfants handicaps, ne sont souvent pas consults sur les questions qui les concernent.</p> <p style="font-weight:bold;">Eu g ard son observation gnrale n o 12 (2009) sur le droit de l enfant d tre entendu, le Comit recommande l tat partie de veiller ce que tous les enfants, y compris les enfants vulnrables ou marginaliss, jouissent pleinement du droit d tre entendu, en particulier dans le cadre des procdures et des dcisions judiciaires ou administratives. Il recommande l tat partie de mettre en place des systmes ou des procdures visant assurer la participation des enfants, former les travailleurs sociaux et les autorits administratives ou judiciaires et assurer aux intresss le soutien d un professionnel (avocat, administrateur ad hoc ou travailleur social). Il recommande en outre l tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De crer des mcanismes efficaces par lesquels les enfants peuvent faire entendre leur opinion et informer les enfants de l existence de ces mcanis m es ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De mener des programmes et des activits de sensibilisation visant favoriser la participation de tous les enfants la vie de la famille, de la communaut et de l cole, en accordant une attention particulire aux enfants marginaliss et dfavoriss.</p> <h3>C.Liberts et droits civils (art.7, 8 et 13 17)</h3> <h3>Enregistrement des naissances et nationalit</h3> <p>Le Comit accueille avec satisfaction la dcision rendue par la Cour de cassation le3juillet 2015 sur la reconnaissance lgale et l inscription l tat civil d enfants ns d une gestation pour autrui ainsi que la dcision par laquelle le Conseil d tat, le 12dcembre 2015, a dcid qu il convenait d accorder la nationalit ces enfants. Il est toutefois proccup par les diffrences de pratique, d un bureau d tat civil l autre, en matire de dlivrance des certificats de nationalit. Il note aussi avec proccupation que les enfants amrindiens et <span style="font-style:italic;">bushinengue</span> vivant dans les dpartements et territoires d outre-mer ne sont pas systmatiquement enregistrs l tat civil, ce qui les empche d exercer leurs droits.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de veiller ce que les pratiques des diffrents bureaux d tat civil soient plus uniformes et de ratifier la Convention europenne de 1997 sur la nationalit et la Convention du Conseil de l Europe de 2009 sur la prvention des cas d apatridie en relation avec la succession d tats. Il lui recommande de nouveau de prendre des mesures supplmentaires pour garantir l enregistrement des naissances de tous les enfants ns dans les dpartements et territoires d outre-mer, particulirement en Guyane, et notamment d envisager de prolonger encore le dlai d enregistrement des nouveau-ns (voir CRC/C/FRA/CO/4 et Corr.1, par. 42 ).</p> <h3>Droit de connatre ses parents et d tre lev par eux</h3> <p>Le Comit recommande une fois de plus l tat partie de prendre toutes les mesures ncessaires pour donner pleinement effet au droit de l enfant de connatre ses parents biologiques ainsi que ses frres et sSurs et le prie instamment d adopter les mesures ncessaires pour que toutes les informations concernant le ou les parents soient enregistres et archives afin que l enfant puisse connatre, pour autant que possible et un moment adquat, son ou ses parents (voir CRC/C/FRA/CO/4 et Corr.1, par.44). Il recommande galement l tat partie d envisager d abroger la rgle selon laquelle l identit de la mre biologique ne peut tre dvoile que si l intresse y consent et de redoubler d efforts pour s attaquer aux causes profondes qui poussent les parents recourir l accouchement sous X.</p> <h3>Libert d expression, libert d association et libert de runion pacifique</h3> <p>Le Comit note avec proccupation que la lgislation restreint toujours le droit la libert d expression, d association et de runion pacifique pour les enfants de moins de16ans.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande nouveau l tat partie ( CRC/C/FRA/CO/4 et Corr.1, par. 49) de prendre des mesures, y compris juridiques, pour garantir le droit la libert d expression, d association et de runion pacifique pour les enfants de tous ges, ainsi que le prvoit la Convention.</p> <h3>Protection de la vie prive</h3> <p>Le Comit reste proccup par la multiplicit des bases de donnes destines recueillir, stocker et utiliser les donnes personnelles d enfants sur de longues priodes ainsi que par le fait que les enfants et leurs parents ne sont pas suffisamment informs, par les autorits ducatives, de leur droit de s opposer l enregistrement de donnes personnelles, ou d accder ces donnes, de les modifier ou de les supprimer.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande une fois de plus l tat partie de ne saisir dans les bases de donnes que des renseignements personnels anonymes ( voir CRC/C/ FRA/CO/4 et Corr.1, par.21 ). Il lui recommande galement d adopter les mesures ncessaires pour que les enfants et leurs parents soient dment informs de leur droit de s opposer l enregistrement de donnes personnelles ainsi que d accder ces donnes, de les rectifier ou de les supprimer.</p> <h3>Accs une information approprie</h3> <p>S il salue les efforts faits par l tat partie pour protger les enfants contre des informations prjudiciables diffuses dans la presse ou sur les rseaux numriques, le Comit est toutefois proccup par la persistance d images hypersexualises d enfants, en particulier de filles, dans les mdias. Il note avec proccupation qu il n existe actuellement aucun cadre rglementaire pour protger les enfants contre des contenus mdiatiques ou numriques inappropris et que de nombreux dispositifs destins empcher les enfants d accder des informations inappropries diffuses la tlvision, sur Internet et sur les smartphones, comme les dispositifs de contrle parental, ne sont pas efficaces en pratique.</p> <p style="font-weight:bold;"> la lumire des conclusions issues de la Journe de dbat gnral consacre aux mdias numriques et aux droits de l enfant en 2014, et conformment au droit de l enfant d accder une information approprie, le Comit recommande l tat partie : </p> <p style="font-weight:bold;">a) De faire appliquer la rglementation interdisant l utilisation d images sexualises d enfants dans les mdias, dans la publicit ou d autres fins, et de prendre des mesures efficaces pour contrler l accs des enfants aux informations numriques inappropries ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De continuer renforcer les programmes de sensibilisation, d information et d ducation pour mieux faire connatre aux enfants, aux parents et au public en gnral les avantages et les risques de l utilisation des mdias numriques et des technologies de l information et de la communication.</p> <h3>D.Violence l gard des enfants (art.19, 24 (par.3), 28 (par.2), 34, 37 a) et 39)</h3> <h3>Torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dgradants</h3> <p>Le Comit est proccup par les cas de mauvais traitements d enfants handicaps dans les institutions et par le fait que ces tablissements ne font pas suffisamment l objet d une surveillance indpendante. Il note en particulier avec proccupation que, dans certains cas, le personnel dnonant les mauvais traitements aurait t accus de diffamation et condamn, alors que les auteurs ont rarement t traduits en justice, alors qu il existait des preuves sous forme d enregistrements vido. Le Comit relve aussi avec proccupation que la technique du packing (enveloppement de l enfant dans des draps humides et froids), qui est assimilable un mauvais traitement, n ait pas t interdite par la loi et serait encore utilise sur certains enfants atteints de troubles du spectre autistique.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit prie instamment l tat partie de redoubler d efforts pour comprendre, prvenir et combattre les causes profondes des mauvais traitements d enfants dans les institutions et :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De crer des mcanismes de surveillance qui soient en mesure de mener rgulirement des inspections indpendantes et efficaces dans les institutions ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) D enquter rapidement et de manire approfondie sur toute allgation de mauvais traitement, de traduire les auteurs en justice et de veiller ce que les enfants victimes reoivent des soins, bnficient de mesures de rtablissement et de rinsertion et soient indemniss ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De crer des systmes et des services de signalement accessibles et adapts aux enfants, y compris des mcanismes permettant, en particulier aux enfants, aux familles et au personnel, de dnoncer en toute confidentialit les mauvais traitements et d tre protgs contre les reprsailles ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) D interdire par la loi la pratique du packing sur les enfants ainsi que toute autre pratique constituant un mauvais traitement.</p> <h3>Droit de l enfant d tre protg contre toutes les formes de violence </h3> <p>Le Comit salue les mesures prises pour amliorer le reprage et le suivi des enfants exposs une forme quelconque de violence. Il note cependant avec proccupation qu il n existe pas de stratgie globale qui viserait toutes les formes de violence l gard des enfants et que le taux de violence familiale et de violence sexiste est lev et continue d augmenter. Il est galement proccup par:</p> <p>a)L absence de lignes directrices, de protocoles et de mcanismes de renvoi standardiss concernant les enfants victimes ou tmoins de violence, l insuffisance de la coordination et de la formation des fonctionnaires travaillant auprs d enfants, en particulier en ce qui concerne la dtection et le signalement des cas prsums de violence l gard d enfants, et l adoption de mesures ou le renvoi des dossiers vers les autorits comptentes;</p> <p>b)L insuffisance des structures qui accueillent les enfants victimes de violence familiale et leur offrent une aide mdicale et psychologique, et des importantes disparits cet gard entre les rgions;</p> <p>c)L insuffisance des mesures prises l cole pour sensibiliser les enfants leurs droits, en particulier leur droit d tre protg contre la violence, y compris le harclement et les brimades;</p> <p>d)Le bien-tre physique et mental et le dveloppement des enfants exposs la violence, y compris la tlvision et lors de certains spectacles, comme la tauromachie.</p> <p style="font-weight:bold;">Rappelant son observation gnrale n o 13 (2011) sur le droit de l enfant d tre protg contre toutes les formes de violence et le Programme de dveloppement durable l horizon 2030, le Comit recommande l tat partie d acclrer l adoption d une stratgie globale visant prvenir et combattre toutes les formes de violence l gard des enfants, dans le cadre de la politique gnrale de protection de l enfance. Il lui recommande galement :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De crer une base de donnes nationale sur tous les cas de violence l gard des enfants, dont les mauvais traitements, les violences sexuelles et la ngligence, la violence familiale, le harclement et les brimades ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) D laborer des lignes directrices, protocoles et mcanismes de renvoi adapts aux enfants victimes ou tmoins de violence et en garantir une application cohrente dans l ensemble de l tat partie ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De donner aux enfants les moyens de se protger et de protger les autres enfants de violences en les informant de leurs droits et en dveloppant leurs comptences sociales, ainsi qu en laborant des stratgies adaptes leur ge ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) De renforcer encore les programmes de sensibilisation et d ducation, y compris les campagnes, avec la participation d enfants ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) De veiller ce que tous les enfants victimes de violence aient accs des foyers o leur protection est assure et des services de radaptation et de rinsertion sociale ;</p> <p style="font-weight:bold;">f) De redoubler d efforts pour faire voluer les traditions et les pratiques violentes qui ont un effet prjudiciable sur le bien-tre des enfants, et notamment d interdire l accs des enfants aux spectacles de tauromachie ou des spectacles apparents.</p> <h3>Chtiments corporels</h3> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande de nouveau l tat partie d interdire expressment les chtiments corporels dans tous les contextes, y compris dans la famille, l cole, dans les structures de garde d enfants et dans le cadre de la protection de remplacement ( CRC/C/ FRA/CO/4 et Corr. 1, par. 58). la lumire de son observation gnrale n o 8 (2006) sur le droit de l enfant une protection contre les chtiments corporels et les autres formes cruelles ou dgradantes de chtiments, le Comit rappelle l tat partie qu aucune violence l gard des enfants n est justifiable et que les chtiments corporels constituent une forme de violence, toujours dgradante et vitable, et le prie instamment de promouvoir des formes positives, non violentes et participatives d ducation et de discipline, notamment par des campagnes d ducation du public.</p> <h3>Violences sexuelles en Rpublique centrafricaine </h3> <p>Le Comit est gravement proccup par les informations indiquant que des soldats franais auraient commis des violences sexuelles sur des enfants en Rpublique centrafricaine et relve cet gard que les enqutes prliminaires sont encore en cours. Il regrette que l tat partie lui ait rpondu que des mesures de protection des enfants victimes ou tmoins de ces crimes n ont pas t considres comme ncessaires (voir CRC/C/FRA/Q/5/Add.1, par.173).</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de veiller ce que les allgations selon lesquelles des soldats franais ont commis des actes de violence et d exploitation sexuelles l gard d enfants en Rpublique centrafricaine fassent effectivement l objet d enqutes diligentes et ce que les auteurs soient poursuivis. Il le prie instamment de prendre des mesures pour apporter soins et soutien aux enfants victimes, en leur offrant notamment un soutien psychosocial, une indemnisation et d autres formes de rparation. Il lui recommande enfin de renforcer les mesures de prvention de sorte que les droits des enfants soient respects et protgs.</p> <h3>Pratiques prjudiciables</h3> <p>Le Comit prend note avec satisfaction des progrs accomplis par l tat partie en matire d limination des mutilations gnitales fminines, mais constate avec proccupation que de nombreuses petites filles restent exposes ce risque et que l on pourrait assister une rsurgence de ces pratiques. Il note aussi avec proccupation que les enfants intersexus sont couramment soumis des actes chirurgicaux et d autres traitements qui ne sont pas ncessaires mais sont irrversibles.</p> <p style="font-weight:bold;">Rappelant le texte commun sur les pratiques prjudiciables adopt par le Comit pour l limination de la discrimination l gard des femmes (recommandation gnrale n o 31) et le Comit des droits de l enfant (observation gnrale n o 18), le Comit recommande l tat partie de recueillir des donnes pour prendre la mesure de l ampleur de ces pratiques prjudiciables, de faon identifier plus facilement les enfants exposs et prvenir ces pratiques. Il recommande l tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De sensibiliser les filles exposes, les professionnels de sant, les travailleurs sociaux, les policiers, les gendarmes et les magistrats la question des mutilations gnitales fminines ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) D laborer et de mettre en Suvre, pour les enfants intersexus, un protocole de soins de sant fond sur les droits, qui garantisse que les enfants et leurs parents sont convenablement informs de toutes les options qui s offrent eux, que les enfants sont associs, dans toute la mesure possible, aux dcisions concernant leur traitement et leurs soins, et qu aucun enfant n est soumis des actes chirurgicaux ou des traitements qui ne sont pas ncessaires.</p> <h3>E.Milieu familial et protection de remplacement (art.5, 9 11, 18 (par.1 et 2), 20, 21, 25 et 27 (par.4))</h3> <h3>Milieu familial </h3> <p>Le Comit note avec proccupation que l tat partie utilise toujours la notion d autorit parentale, qui n est pas conceptuellement conforme aux droits de l enfant. Il relve aussi avec proccupation que les violences physiques l gard des enfants ont augment depuis 2008 et qu en raison de faiblesses dans la chane de protection de l enfance, des enfants restent exposs au risque de violence familiale et sont laisss sans protection dans leur famille, en partie en raison des lenteurs de la mise en Suvre de la loi no2007-293 du 5mars 2007 rformant la protection de l enfance.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D envisager de remplacer l expression autorit parentale par l expression responsabilit parentale ou une expression similaire, conforme aux droits de l enfant ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) D adopter toutes les mesures ncessaires pour amliorer la gestion nationale et locale des politiques de protection de l enfance en promouvant la communication, les approches transversales et la coordination entre les diffrents acteurs ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De veiller ce que la loi n o 2007-293 du 5 mars 2007 soit pleinement applique par les autorits publiques tous les niveaux, notamment pour ce qui est de la prvention, de l identification des enfants exposs un risque et de la qualit des interventions de protection.</p> <h3>Regroupement familial </h3> <p>Le Comit note avec proccupation que la Cour europenne des droits de l homme a rendu le 10juillet 2014 trois arrts dans lesquels elle estimait que la France avait manqu son obligation de respecter le droit la vie de famille, constatant que le processus de dcision applicable la dlivrance de visas ne remplissait pas les conditions exiges de flexibilit, de rapidit et d efficacit.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de prendre les mesures lgislatives et les autres mesures ncessaires l instauration, s agissant du regroupement familial, d une pratique qui soit conforme aux principes et aux dispositions de la Convention et qui rponde aux conditions susmentionnes.</p> <h3>Enfants privs de milieu familial </h3> <p>Le Comit note avec proccupation que les solutions de substitution en matire de protection de remplacement, destines adapter le choix du placement chaque enfant sont rarement mises en pratique, et que le nombre croissant d enfants spars de leur famille par dcision de justice, et en particulier d enfants de familles vivant dans la pauvret, est en augmentation. Il note aussi avec proccupation que les enfants placs et les enfants bnficiant d une protection de remplacement ont peu de possibilits de prendre contact avec leur famille et de la rencontrer, que les institutions de placements sont parfois gographiquement trs loignes du domicile de la famille des enfants et que l Aide sociale l enfance (ASE) ne prend pas suffisamment en considration l opinion et l intrt suprieur de l enfant lorsqu elle prend des dcisions concernant la protection de remplacement. Il est de surcrot proccup par:</p> <p>a)La surreprsentation des enfants handicaps dans les institutions des services de protection de l enfance;</p> <p>b)La situation et le statut des enfants abandonns de facto mais pas <span style="font-style:italic;">de jure</span> auprs de telles institutions;</p> <p>c)Les dcisions de placement qui ne tiennent pas compte de la ncessit d assurer une continuit en ne coupant pas l enfant de son milieu, de sa famille d accueil et de son environnement;</p> <p>d)Le fait que les enfants de plus de 16ans ne soient pas suffisamment prpars et aids entrer dans la vie adulte.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De soutenir et de faciliter la prise en charge des enfants en milieu familial dans toute la mesure possible et d instaurer un systme de placement en famille d accueil pour les enfants qui ne peuvent pas rester dans leur famille, en encourageant particulirement le placement en famille d accueil pour les enfants handicaps afin d acclrer le processus de dsinstitutionalisation ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De mettre en place des garanties adquates et de dfinir des critres clairs et fonds sur les besoins, l opinion et l intrt suprieur de l enfant, permettant de dterminer si un enfant doit faire l objet d une protection de remplacement ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De veiller ce que les enfants privs de milieu familial puissent rester en relation avec leurs parents, dans la mesure du possible, en tenant dment compte de la ncessit de prserver la proximit gographique et de ne pas couper l enfant de son milieu, de sa famille d accueil et de son environnement ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) De clarifier la situation juridique et le statut des enfants abandonns auprs des services de protection de l enfance ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) De veiller ce que des ressources humaines, techniques et financires suffisantes soient alloues aux centres de protection de remplacement et aux services de protection de l enfance concerns afin de favoriser la radaptation et la rinsertion sociale des enfants qui y rsident, dans toute la mesure du possible, y compris pour les enfants proches de l ge adulte.</p> <h3>Adoption</h3> <p>Le Comit salue l adoption, le 22octobre 2014, de la circulaire relative aux effets juridiques du recueil lgal en France. Il est nanmoins proccup par: </p> <p>a)Le manque d information concernant l adoption traditionnelle en Polynsie franaise et en Nouvelle-Caldonie, dite circulation des enfants, qui continue d tre pratique, sans intermdiaires agrs et sans relles garanties pour les familles et les enfants concerns;</p> <p>b)L insuffisance de l aide apporte aux parents adoptifs et aux autres membres de la famille lors de l adoption d enfants ayant des besoins particuliers compte tenu de leur ge, de leur fratrie, de leur handicap ou de leur maladie; </p> <p>c)Le nombre lev d adoptions internationales d enfants venant de pays qui ne sont pas parties la Convention de La Haye de 1993 sur la protection des enfants et la coopration en matire d adoption internationale ou ne respectent pas les garanties prvues dans ladite Convention. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de garantir qu en ce qui concerne les adoptions, le principe de primaut de l intrt suprieur de l enfant soit strictement respect. Il recommande galement l tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De recueillir, de manire systmatique et continue, des donnes statistiques ventiles et des informations pertinentes sur les adoptions nationales et internationales afin de mieux comprendre et grer le phnomne ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De fournir des renseignements sur la circulation des enfants en Polynsie franaise et en Nouvelle-Caldonie dans son prochain rapport priodique et d adopter des mesures pour prvenir l apparition de nouveaux cas ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De veiller ce que toutes les garanties prvues dans la Convention de La Haye de 1993 soient respectes, mme si l autre pays concern n est pas partie la Convention, et de conclure des accords bilatraux respectant les dispositions de la Convention relative aux droits de l enfant et de la Convention de La Haye de 1993 avec les pays qui n ont pas ratifi cette dernire ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) De veiller ce que les parents et les familles d adoption bnficient d un appui spcialis en matire d adoption. </p> <h3>F.Handicap, sant de base et bien-tre (art.6, 18 (par.3), 23, 24, 26, 27 (par.1 3) et 33)</h3> <h3>Enfants handicaps</h3> <p>Le Comit a conscience des efforts faits par l tat partie pour amliorer l inclusion des enfants handicaps. Il constate nanmoins avec proccupation que la mise en Suvre des lois no2005-102 du 11fvrier 2005 et no2013-595 du 8juillet 2013 relatives l ducation inclusive pour tous les enfants est lente et ingale, et que peu de progrs ont t accomplis en ce qui concerne les mesures prises pour que les enfants handicaps frquentent des coles ordinaires plutt que d tre accueillis l hpital ou dans des institutions mdico-sociales; il note que le problme est exacerb dans les dpartements et territoires d outre-mer. Le Comit relve galement avec proccupation que la loi prvoit un systme d units spcialises au sein des coles ordinaires pour les enfants ds l ge de 3ans, que certains enfants handicaps sont placs en institution, que d autres frquentent encore des coles spares et que d autres encore abandonnent l cole faute de places et de soutien. Le Comit est en outre proccup par:</p> <p>a)La persistance de la discrimination l gard des enfants handicaps, en particulier des enfants prsentant des handicaps multiples, en termes d accs l ducation et d galit avec les autres enfants, notamment pendant les activits rcratives et extrascolaires, au sein des tablissements scolaires et dans le cadre de la formation professionnelle; </p> <p>b)Les grandes difficults qu ont les familles obtenir et conserver le soutien ncessaire auquel elles ont droit, notamment des heures d accompagnement scolaire en quantit suffisante;</p> <p>c)L insuffisance de la formation et du soutien dont bnficie le personnel scolaire, le nombre insuffisant d assistants spcialiss et qualifis et le nombre limit de programmes scolaires, de supports d enseignement et d valuation et de salles de classe accessibles et adapts. </p> <p style="font-weight:bold;">Rappelant son observation gnrale n o 9 (2006) sur les droits des enfants handicaps, le Comit prie instamment l tat partie d adopter sans dlai une approche du handicap fonde sur les droits de l homme, de reconnatre le droit de tous les enfants l ducation inclusive et de veiller ce que l ducation inclusive soit privilgie, tous les niveaux d enseignement, par rapport au placement en institution spcialise ou la scolarisation en classe spare. Le Comit recommande en particulier l tat partie : </p> <p style="font-weight:bold;">a) D organiser la collecte de donnes sur les enfants handicaps et de concevoir un systme efficace de dtection prcoce, afin de faciliter l laboration de stratgies et de programmes appropris en faveur de ces enfants ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) D adopter des mesures visant faciliter et assurer l accs une aide approprie ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De former tous les enseignants et les professionnels de l ducation l ducation inclusive et au soutien individualis, en crant des environnements inclusifs et accessibles et en en prtant l attention voulue la situation particulire de chaque enfant ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) De garantir l allocation de ressources suffisantes pour tous les enfants, y compris les enfants handicaps, allocation qui doit tre soutenue par le plan le plus appropri pour rpondre leurs besoins et leur situation ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) De mener des campagnes de sensibilisation pour lutter contre la stigmatisation et les prjugs dont sont victimes les enfants handicaps.</p> <h3>Enfants autistes</h3> <p>Le Comit constate avec proccupation que, malgr la mise en Suvre de trois Plans Autisme successifs, les enfants autistes continuent d tre couramment victimes de violations de leurs droits. Il note avec une proccupation particulire que la majorit des enfants autistes n ont pas accs l enseignement dispens dans les coles ordinaires ou reoivent un enseignement limit, dispens temps partiel, et ne bnficient pas des services de personnels spcialement forms pour favoriser leur inclusion. Il constate galement avec proccupation:</p> <p>a)Que la mise en Suvre des recommandations formules par la Haute Autorit de sant en 2012 n est pas obligatoire et que les enfants autistes continuent de faire l objet de thrapies psychanalytiques inefficaces, de surmdication et de placements en hpital psychiatrique et en institution, y compris dans des pays voisins;</p> <p>b)Que les professionnels forms aux thrapies internationalement reconnues ainsi qu aux programmes de dveloppement et d ducation sont peu nombreux et ne sont pas couverts par le systme d assurance sant;</p> <p>c)Que certains parents qui s opposent au placement en institution de leur enfant subissent des pressions et des menaces et, dans certains cas, perdent la garde de leur enfant, lequel est plac d office en institution ou fait l objet d un placement administratif. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit demande instamment l tat partie de prendre immdiatement des mesures pour que les droits des enfants autistes, notamment leur droit l ducation inclusive, soient respects, que les recommandations de 2012 de la Haute A utorit de sant soient juridiquement contraignantes pour les professionnels travaillant auprs d enfants autistes et que seuls les thrapies et programmes ducatifs conformes aux recommandations de la Haute A utorit de sant soient autoriss et rembourss. L tat partie devrait galement veiller ce que les enfants autistes ne fassent pas l objet de placements forcs en institution ou de placements administratifs et ce que les parents ne subissent plus de reprsailles lorsqu ils refusent le placement de leur enfant en institution. </p> <h3>Sant et services de sant</h3> <p>Le Comit note avec satisfaction que la sant des enfants est l une des priorits de la Stratgie nationale de sant dfinie en 2013, mais il est proccup par l insuffisance des ressources, le manque de personnel spcialis en pdiatrie et la dtrioration gnrale des services et des structures, notamment l cole et dans les centres de protection maternelle et infantile, en particulier dans les dpartements et les territoires d outre-mer, dans les bidonvilles et dans les camps de rfugis. Le Comit est proccup par:</p> <p>a)Le fait que les parents ne sont pas automatiquement autoriss rester la nuit avec leur enfant lorsque celui-ci est hospitalis;</p> <p>b)Le faible taux d allaitement maternel exclusif et la mise en Suvre incomplte du Code international de commercialisation des substituts du lait maternel; </p> <p>c)Les taux toujours trop levs de mortalit infantile et de grossesse prcoce dans les dpartements et territoires d outre-mer, en particulier Mayotte;</p> <p>d)Les taux levs de maladies infectieuses vitables, notamment le VIH/sida et la tuberculose, dans les dpartements d outre-mer, en particulier en Guyane et Mayotte;</p> <p>e)Le fait que les enfants migrants qui n ont pas de titre de sjour valable continuent d avoir du mal exercer leur droit aux services de sant. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit appelle l attention de l tat partie sur son observation gnrale n o 15 (2013) concernant le droit de l enfant de jouir du meilleur tat de sant possible et lui recommande de traiter d urgence le problme de l insuffisance des ressources et du manque de personnel, de structures et de services mdicaux, en particulier l cole et dans les centres de protection maternelle et infantile, et de prendre en considration les besoins particuliers des enfants, notamment des enfants vivant dans les dpartements et territoires d outre-mer, dans les bidonvilles et dans les camps de rfugis. Il recommande galement l tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De rexaminer les conditions rgissant l hospitalisation selon une perspective axe sur les droits de l enfant et d autoriser les parents accompagner leurs enfants et s occuper d eux lorsqu ils sont hospitaliss ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De mettre pleinement en Suvre le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel et de promouvoir davantage l allaitement maternel exclusif (voir CRC/C/FRA/CO/4 et Cor r.1, par. 75) ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De redoubler d efforts pour rduire les disparits existantes en termes d accs aux services de sant destins aux enfants et aux mres dans les dpartements et territoires d outre-mer, en particulier Mayotte ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) De mettre en place des programmes cibls pour prvenir les maladies vitables, notamment le VIH/sida et la tuberculose, en particulier en Guyane et Mayotte ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) De revoir l allocation de ressources la hausse pour que tous les enfants, y compris les enfants non accompagns et les enfants migrants sans titre de sjour valable, aient accs aux services de sant de base. </p> <h3>Sant mentale</h3> <p>Le Comit salue la mise en Suvre, dans certains dpartements, de quelques-unes des recommandations formules dans le rapport d valuation du Programme national d actions contre le suicide 2011-2014, comme l ouverture de centres pour adolescents, mais il est proccup par: le nombre insuffisant de psychiatres, de psychologues et d infirmiers psychiatriques pour enfants et leur rpartition inquitable sur le territoire; les coupes budgtaires que subissent les services ambulatoires et la fermeture de certains de ces services, qui entrane souvent l hospitalisation des patients; la prise en charge d enfants dans des tablissements pour adultes qui ne sont pas adapts leurs besoins; la surmdication des enfants dans les hpitaux psychiatriques. Le Comit constate en outre avec proccupation que le taux de troubles mentaux et psychosociaux est lev chez les enfants et augmente avec l ge, et que les enfants de plus de 15ans sont les plus touchs.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit encourage l tat partie appliquer intgralement et de manire durable les recommandations du Programme national d actions contre le suicide 2011-2014. Il lui recommande de revoir la hausse les ressources humaines et financires mises la disposition des services de sant mentale spcialiss, afin de rduire les ingalits d accs aux soins pdopsychiatriques l chelle nationale. Il lui recommande aussi de renforcer la formation du personnel mdical aux questions relatives la pdopsychiatrie et de veiller ce que les enfants soient traits par des professionnels qualifis et dans des tablissements conus pour les enfants. </p> <h3>Sant des adolescents</h3> <p>Le Comit prend note avec satisfaction de l adoption du dcret de 2013 permettant aux enfants de plus de 15ans d obtenir des contraceptifs gratuitement et en toute confidentialit, mais il est proccup par le nombre lev d interruptions volontaires de grossesse. </p> <p style="font-weight:bold;">Renvoyant son observation gnrale n o 4 (2003) sur la sant et le dveloppement de l adolescent dans le contexte de la Convention relative aux droits de l enfant, le Comit recommande l tat partie d adopter une politique globale en matire de sant sexuelle et procrative l intention des adolescents et de veiller ce que l ducation la sant sexuelle et procrative soit inscrite dans les programmes scolaires obligatoires et cible les adolescents, filles et garons, en mettant tout spcialement l accent sur la prvention des grossesses prcoces. </p> <h3>Usage de stupfiants et de substances psychoactives</h3> <p>Le Comit salue les mesures prises par l tat partie pour combattre les addictions, comme le plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les conduites addictives, mais est proccup par l augmentation des taux de consommation de tabac et d alcool et du taux d exprimentation de cannabis pendant les annes de collge. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de combattre la consommation de drogues chez les enfants et les adolescents, notamment en leur fournissant des informations prcises et objectives et en leur proposant une ducation aux comptences pratiques visant prvenir la consommation de substances psychoactives, y compris le tabac et l alcool, et de mettre en place des services de traitement de la toxicomanie et de rduction des risques qui soient accessibles et adapts aux jeunes.</p> <h3>Niveau de vie</h3> <p>Le Comit salue l adoption du Plan pluriannuel contre la pauvret et pour l inclusion sociale, mais il est proccup par la situation des 20% d enfants qui vivent dans la pauvret et par le grand nombre d enfants sans abri. Il est particulirement proccup par l aggravation de la situation des enfants et des familles touchs par la crise conomique qui vivent dans la pauvret, en particulier les enfants des familles monoparentales et les enfants des bidonvilles ou des zones urbaines sensibles ainsi que les enfants qui vivent dans des hbergements d urgence, parfois pendant des annes. Mme s il salue les mesures prises rcemment par l tat partie pour rduire les disparits dont souffrent les dpartements et territoires d outre-mer, le Comit est particulirement proccup par la persistance et le creusement des ingalits sociales sur tout le territoire national, la lenteur avec laquelle l cart se rduit entre les dpartements et territoires d outre-mer en particulier Guyane et Mayotte, et le reste du territoire en ce qui concerne la jouissance des droits de l enfant, et la situation des enfants migrants, en particulier des enfants migrants non accompagns. Il est galement proccup par les cas d expulsion force d enfants et de familles roms, sans pravis et sans qu une solution de relogement leur soit propose. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de faire de l radication de la pauvret des enfants une priorit nationale et d allouer les ressources humaines, techniques et financires ncessaires aux programmes visant soutenir les enfants et les familles les plus dmunis, en particulier les enfants et les familles touchs par la crise conomique qui vivent dans la pauvret, les enfants des familles monoparentales et les enfants qui vivent dans des bidonvilles ou dans des zones urbaines sensibles , les enfants des dpartements et territoires d outre-mer et les enfants migrants non accompagns. Le Comit prie galement instamment l tat partie de respecter ses obligations internationales en ce qui concerne les expulsions forces et l encourage dans ses efforts visant intgrer les enfants roms et leur famille . </p> <h3>G.ducation, loisirs et activits culturelles (art.28 31)</h3> <h3>ducation, y compris la formation et l orientation professionnelles </h3> <p>Le Comit salue la dcision prise par l tat partie de pourvoir titre prioritaire 60000 postes d enseignants d ici 2017. Il est toutefois proccup par les graves rpercussions qu a eues sur les enfants la suppression, ces dernires annes, de 80000 postes d enseignement, par le recrutement de remplaants non forms et par le trs grand nombre d lves par enseignant dans certaines coles. Il est galement proccup par le rle dterminant que joue l origine socioconomique des enfants dans les rsultats scolaires et par les disparits dans les crdits allous aux tablissements scolaires, qui varient d une municipalit l autre. Il constate en outre avec proccupation: </p> <p>a)Que certaines catgories d enfants, en particulier les enfants handicaps, les enfants qui vivent dans des bidonvilles, les enfants migrants non accompagns (en particulier Mayotte) et les enfants en situation de conflit avec la loi, ont du mal entrer, rester et revenir dans le systme ducatif et dans les activits et structures lies l cole;</p> <p>b)Que certains enfants, notamment les enfants roms, les enfants migrants non accompagns et les enfants vivant dans des logements prcaires, ont beaucoup de difficults s inscrire dans les coles ordinaires ou accder aux cantines scolaires et, dans certains cas, ne sont pas autoriss le faire par les municipalits;</p> <p>c)Que les progrs sont lents en ce qui concerne la rduction du nombre lev d enfants qui quittent l cole prcocement et sans qualifications;</p> <p>d)Que la formation dispense aux professionnels de l ducation est insuffisante et inadapte;</p> <p>e)Que les rseaux d aides spcialises aux lves disparaissent progressivement, ce qui porte particulirement atteinte aux enfants qui ont des difficults d apprentissage;</p> <p>f)Que la violence et le harclement gnralis sont frquents chez les adolescents et que les professionnels de l ducation n ont pas la capacit de les prvenir et de les combattre. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de renforcer sa rforme de l ducation afin de rduire l incidence de l origine sociale des enfants sur leurs rsultats scolaires, et de prendre des mesures complmentaires pour assurer la disponibilit d un nombre suffisant d enseignants qualifis et ainsi garantir tous les enfants le droit l ducation. Il recommande galement l tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De continuer de renforcer les mesures visant rduire les taux d abandon scolaire et de redoublement et de dvelopper l enseignement professionnel et la formation professionnelle l intention des enfants qui ont quitt l cole sans diplme, afin de leur permettre de rintgrer le systme scolaire et d acqurir des comptences et des aptitudes pratiques pour la vie quotidienne ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De garantir tous les enfants le droit l ducation sans discrimination ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De prendre des mesures pour amliorer les qualifications des enseignants, notamment au moyen de programmes de formation continue ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) De redployer et de financer convenablement les rseaux d aides spcialises aux lves ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) De redoubler d efforts pour combattre le harclement et la violence l cole, notamment en veillant ce que les coles adoptent des politiques et des outils de prvention et de traitement des affaires de harclement et en veillant ce que le personnel scolaire soit dment form dtecter, prvenir et combattre la violence et le harclement. </p> <h3>H.Mesures de protection spciales (art.22, 30, 32, 33, 35, 36, 37 b) d) et 38 40)</h3> <h3>Enfants demandeurs d asile, enfants migrants non accompagns et enfants rfugis</h3> <p>Le Comit est proccup par la situation des enfants migrants non accompagns qui ne peuvent bnficier ni d une protection spciale ni de mesures d assistance dans l tat partie. Il note avec proccupation que l tat partie ne prend pas suffisamment en considration l intrt suprieur de l enfant en tant que principe directeur dans tous les processus initiaux d valuation et dans les dcisions ultrieures. Il prend note avec proccupation des difficults qu ont les enfants, notamment ceux qui ont 17ans, avoir accs aux structures de protection de l enfance, la reprsentation juridique et aux services de soutien psychologique, d assistance sociale et d ducation. Le Comit constate galement avec proccupation que la procdure expose dans la circulaire du 31mai 2013 concernant la rpartition quitable des services fournis aux enfants migrants non accompagns a t en partie annule par le Conseil d tat dans sa dcision de janvier 2015, ce qui s est traduit par une prise en charge et une protection insuffisantes des enfants et a conduit certaines municipalits refuser d accorder une protection aux enfants concerns. Le Comit prend note avec proccupation du nombre d enfants placs en rtention administrative en 2014, la plupart Mayotte, dans des conditions dgradantes et sans accs un juge. Le Comit est aussi proccup par:</p> <p>a)La situation des enfants migrants non accompagns qui sont automatiquement placs dans les zones d attente des aroports, l htel et dans d autres locaux de rtention administrative, parfois avec des adultes, ainsi que les informations indiquant que ces enfants seraient renvoys avant mme d avoir parl un administrateur ad hoc; </p> <p>b)La dpendance excessive vis--vis des tests osseux pour dterminer l ge des enfants et les cas dans lesquels le consentement de l enfant n a, dans la pratique, pas t demand. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie d allouer suffisamment de ressources humaines, techniques et financires, sur l ensemble des territoires sous sa juridiction, l appui spcialis adapt aux enfants, la protection, la reprsentation juridique, l assistance sociale et la formation acadmique et professionnelle des enfants migrants non accompagns, et de renforcer les capacits des responsables de l application des lois cet gard. Il recommande galement l tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D adopter les mesures ncessaires, notamment des mesures juridiques, pour viter le placement d enfants en rtention dans les zones d attente, en redoublant d efforts pour trouver des solutions adquates de substitution la privation de libert et pour assurer aux enfants un hbergement adapt, et de respecter pleinement les obligations de non-refoulement ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De mettre un terme l utilisation des tests osseux en tant que principale mthode de dtermination de l ge des enfants et de privilgier d autres mthodes qui se sont avres plus prcises.</p> <p>Le Comit salue l engagement pris par l tat partie d accueillir un grand nombre de rfugis syriens, y compris des enfants, au cours des deux prochaines annes. Il est nanmoins proccup par la situation prcaire des enfants et des familles qui vivent dans des camps de rfugis dans le nord du pays, comme les camps de Calais et de Grande-Synthe, par le refus des autorits d enregistrer les enfants et par l insuffisance des ressources alloues aux infrastructures et aux services ncessaires pour offrir aux rfugis une protection approprie et adapte. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit rappelle l tat partie qu il lui appartient au premier chef de protger les enfants, conformment ses obligations internationales, et lui demande instamment de garantir le droit de tous les enfants, y compris des enfants qui vivent dans des camps de rfugis, d tre enregistr l tat civil, de vivre dans des conditions humaines et de bnficier de services de sant adquats. </p> <h3>Enfants dans les conflits arms</h3> <p>Le Comit salue les efforts faits par l tat partie pour prvenir le recrutement d enfants par des groupes arms non tatiques et des mouvements idologiques et religieux radicaux, notamment le plan national de lutte contre la radicalisation violente et les filires djihadistes. Il note toutefois avec proccupation que, dans l tat partie, des enfants et des jeunes continuent d tre endoctrins, notamment via Internet, et incits rejoindre ces mouvements et ces rseaux. </p> <p style="font-weight:bold;"> Le Comit recommande l tat partie de renforcer les mesures visant prvenir le recrutement d enfants par des groupes arms non tatiques et des mouvements religieux et idologiques radicaux et, en particulier, apprhender le phnomne et ses causes profondes chez les enfants et les adolescents. Il lui recommande galement d accrotre les ressources alloues aux programmes de sensibilisation et de dmarginalisation et de veiller associer les enfants et les jeunes, ainsi que la communaut dans son ensemble. </p> <h3>Vente, traite et enlvement </h3> <p>Le Comit salue l adoption du plan d action national contre la traite des tres humains pour la priode 2014-2016, mais il note avec proccupation que le plan ne comprend pas d objectifs mesurables dfinis dans le temps et qu il n est toujours pas oprationnel. Le Comit est proccup en particulier par la fragmentation et les ingalits entre les juridictions pour les enfants qui cherchent de l aide. Il est galement proccup par:</p> <p>a)Le nombre trs limit d affaires qui aboutissent une condamnation;</p> <p>b)L insuffisance des mesures prises pour identifier correctement les victimes de traite en se fondant sur l intrt suprieur de l enfant et le fait que la prsomption de minorit n est pas toujours respecte, notamment dans le cas d enfants contraints la dlinquance;</p> <p>c)Le non-respect de l obligation de garantir les services d un interprte et d un administrateur ad hoc tout au long de la procdure;</p> <p>d)L insuffisance de la prise en charge des enfants victimes de vente ou de traite. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De fournir les ressources ncessaires pour mettre concrtement en Suvre le plan d action national de lutte contre la traite des tres humains ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De faire en sorte que les normes relatives la protection des enfants victimes de traite respectent les normes internationales, conformment la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des tres humains ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De veiller ce que les affaires de traite soient considres comme hautement prioritaires par les autorits judiciaires et ce que ces affaires fassent rapidement l objet d enqutes ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) De veiller ce que les enfants victimes de vente et de traite, y compris les enfants contraints la dlinquance, bnficient d une aide et d une protection appropries. </p> <h3>Administration de la justice pour mineurs</h3> <p>Le Comit accueille avec satisfaction l abrogation des peines minimales pour les enfants, prvue dans la loi no2014-896. Toutefois, il reste proccup par:</p> <p>a)Le manque de progrs dans la mise en Suvre des prcdentes recommandations du Comit, dans lesquelles il avait invit l tat partie fixer un ge minimum de la responsabilit pnale et ne plus traiter les enfants de plus de 16ans comme des adultes, mme lorsqu ils ont particip des activits extrmistes violentes;</p> <p>b)Le fait qu il n a pas t mis fin la dtention d enfants dans des quartiers rservs au sein de centres de dtention pour adultes et la dtention de filles avec des femmes;</p> <p>c)Le manque de places dans les lieux de dtention autres que les prisons, tels que les centres ducatifs ferms;</p> <p>d)Le manque de personnel form et d infrastructures, dans les centres ducatifs ferms, pour assurer un enseignement de qualit et dispenser des soins psychiatriques et des soins de sant;</p> <p>e)Le fait que la conception du rle des administrateurs ad hoc et leur disponibilit varient considrablement d une juridiction l autre, les dpartements et territoires d outre-mer faisant face des difficults particulires. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit engage instamment l tat partie mettre son systme de justice pour mineurs en totale conformit avec la Convention et les autres normes pertinentes et lui recommande :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D tablir un ge minimum de la responsabilit pnale, en veillant ce que cet ge ne soit pas infrieur 13 ans et ce qu il soit tenu compte de la capacit de discernement de l enfant (voir CRC/C/FRA/CO/4 et Corr.1, par. 99) ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De s abstenir de traiter les enfants de plus de 16 ans comme des adultes ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De veiller ce que, dans la pratique, la dtention soit uniquement une mesure de dernier ressort et que sa dure soit la plus brve possible, en privilgiant, chaque fois que cela est possible, les mesures de substitution, et de veiller ce que, lorsque la dtention est invitable, elle soit mise en Suvre conformment la lgislation et aux normes internationales de faon que les enfants, en particulier les filles, ne soient pas dtenus avec des adultes et puissent avoir accs aux services d ducation et de sant ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) D instituer des procdures pour les mineurs des juridictions spcialises dotes de ressources humaines, techniques et financires suffisantes et disposant d un nombre suffisant d administrateurs ad hoc dment forms ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) De renforcer la capacit du personnel travaillant avec et pour les enfants, notamment du personnel des centres ducatifs ferms, de proposer un enseignement de qualit et de dispenser des soins de sant et des soins psychiatriques, et de poursuivre, l intention de tous les professionnels du systme de justice pnale, les programmes de formation continue portant sur les normes internationales applicables. </p> <h3>Enfants victimes ou tmoins d actes criminels </h3> <p>Le Comit salue les efforts faits pour offrir abri et protection aux enfants victimes d infractions, mais il est proccup par:</p> <p>a)Les disparits en ce qui concerne la protection des enfants victimes pendant les diffrentes phases de la procdure judiciaire;</p> <p>b)Le fait que les enfants tmoins d infractions ne bnficient pas des mmes garanties de procdure que les enfants victimes;</p> <p>c)Le fait qu il ne soit pas interdit, dans la pratique, aux inculps d approcher ou de contacter les enfants victimes;</p> <p>d)L insuffisance des dispositifs visant identifier les enfants victimes et leur assurer protection immdiate et une prise en charge psychosociale pendant et aprs la procdure;</p> <p>e)L utilisation inefficace des enregistrements vidos des auditions, qui sont gnralement conduites dans des locaux inadapts par des personnes qui n ont pas reu la formation spcialise ncessaire.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie d accrotre la cohrence des structures spcialises et des mesures de protection sur l ensemble du territoire sous sa juridiction, de veiller ce que les enfants tmoins d infractions bnficient des mmes procdures de garantie que les enfants victimes et :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De veiller ce que l interdiction faite aux inculps d approcher ou de contacter les victimes soit respecte et d allouer des ressources la protection des victimes contre la victimisation secondaire, les reprsailles ou l intimidation ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De faire en sorte que les enfants reoivent une protection immdiate et des soins mdicaux et psychologiques dispenss par un personnel convenablement form ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) D adopter les mesures ncessaires, y compris des mesures juridiques, pour interroger les enfants victimes dans des locaux conus et adapts cette fin, en utilisant notamment l enregistrement vido et en faisant appel un personnel qualifi.</p> <h3>Suite donne aux prcdentes observations finales et recommandations du Comit relatives l application du Protocole facultatif la Convention relative aux droits de l enfant, concernant la vente d enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scne des enfants </h3> <p>Le Comit regrette de ne pas avoir reu d informations au sujet de la mise en Suvre des recommandations qu il avait formules en 2007 propos du rapport initial de l tat partie au titre du Protocole facultatif la Convention concernant la vente d enfants, la prostitution des enfants et la pornographie impliquant des enfants (CRC/C/OPSC/FRA/CO/1). Il constate galement avec proccupation:</p> <p>a)Que, mme si le recours la prostitution des enfants constitue une infraction pnale, les clients ne font pas toujours l objet de poursuites;</p> <p>b)Que les enfants victimes de violence sexuelle ou d exploitation sexuelle ne sont pas entendus par des juges ou reconnus comme des victimes de la prostitution, les affaires tant classes sans suite au motif que les preuves sont insuffisantes;</p> <p>c)Que le viol d un enfant, crime prvu par le Code pnal, est souvent requalifi en agression sexuelle. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit engage l tat partie mettre en Suvre ses prcdentes recommandations, en particulier les suivantes : faire en sorte que la lgislation nationale soit conforme aux articles 2 et 3 du Protocole facultatif (voir CRC/C/OPSC/ FRA/CO/1, par. 19) ; tablir sa comptence aux fins de connatre de toutes les infractions vises dans le Protocole facultati f (par. 21) ; recueillir systmatiquement des donnes ventiles sur le nombre d enfants victimes ayant bnfici d une aide la radaptati on et d une indemnisation (par. 23 a)) ; veiller ce que les enfants victimes aient accs aux services appropris, en vue notamment de leur rtablissement physique et psychologique et de leur rinsertion sociale, et collaborer avec des organisations de la socit civile cet gard (par. 23 b)) ; mettre en place des formations systmatiques et continues pour tous les acteurs de la protection des enfants victimes (par. 23 c)) ; garantir tous les enfants victimes des infractions dcrites dans le Protocole l accs des procdures leur permettant, sans discrimination, de rclamer rparation du prjudice subi aux personnes juridiquement responsables (par. 23 d)). Le Comit recommande galement l tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D ouvrir des enqutes dans les affaires de prostitution d enfants, et de poursuivre et condamner les clients ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) D adopter des mesures, y compris des mesures tablissant des structures d appui socioducatif adaptes, pour que tous les enfants victimes reoivent une assistance juridique, sociale, ducative et mdicale adapte et stable ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) D engager des poursuites pour crime dans les affaires de viol d enfants. </p> <h3>I.Ratification d instruments internationaux relatifs aux droits de l homme</h3> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de ratifier l instrument essentiel relatif aux droits de l homme auquel il n est pas encore partie, savoir la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, pour renforcer encore la mise en Suvre des droits des enfants.</p> <h3>J.Coopration avec les organismes rgionaux</h3> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de cooprer avec le Conseil de l Europe la mise en Suvre de la Convention et d autres instruments relatifs aux droits de l homme, sur son territoire comme dans d autres tats membres du Conseil de l Europe.</p> <h2>V.Mise en Suvre et soumission de rapports</h2> <h3>A.Suivi et diffusion</h3> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de prendre toutes les mesures voulues pour que les recommandations figurant dans les prsentes observations finales soient pleinement mises en Suvre. Il recommande galement que le cinquime rapport priodique, les rponses crites de l tat partie et les prsentes observations finales soient largement diffuss dans les langues du pays.</p> <h3>B.Prochain rapport</h3> <p style="font-weight:bold;">Le Comit invite l tat partie soumettre ses sixime et septime rapports priodiques le 5 mars 2021 au plus tard et y faire figurer des renseignements sur la suite donne aux prsentes observations finales. Ces rapports devront tre conformes aux directives spcifiques l instrument (CRC/C/58/Rev3), que le Comit a adoptes le 31 janvier 2014, et ne pas dpasser 21 200 mots (voir la rsolution 68/268 de l Assemble gnrale, par.16). Si l tat partie soumet un rapport dont le nombre de mots excde la limite fixe, il sera invit en rduire la longueur de manire se conformer la rsolution susmentionne. S il n est pas en mesure de remanier son rapport et de le soumettre nouveau, la traduction de ce rapport aux fins d examen par le Comit ne pourra tre garantie.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit invite en outre l tat partie soumettre un document de base actualis ne comportant pas plus de 42 400 mots, conformment aux prescriptions applicables aux documents de base figurant dans les directives harmonises concernant l tablissement des rapports destins aux organes crs en vertu d instruments internationaux relatifs aux droits de l homme (HRI/GEN/2/Rev.6, chap. I) et au paragraphe 16 de la rsolution 68/268 de l Assemble gnrale.</p> </div> </body> </html>