<?xml version="1.0" encoding="utf-16"?> <html> <head> <link rel="stylesheet" type="text/css" href="data:text/css;base64,77u/Ym9keSB7IA0KCWZvbnQtZmFtaWx5OnNlcmlmOyANCgltYXJnaW46MCBhdXRvOyANCgl3aWR0aDo5NjBweDsgDQp9DQp0YWJsZSB7IA0KCXdpZHRoOjEwMCU7IA0KCWJvcmRlci1ib3R0b206MnB4IHNvbGlkICMwMDA7IA0KfQ0KdGFibGUgdHI6Zmlyc3QtY2hpbGQgdGQgeyANCglib3JkZXItYm90dG9tOjFweCBzb2xpZCAjMDAwOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHsgDQoJd2lkdGg6ODAwcHg7IA0KCW1hcmdpbjoyMHB4IGF1dG8gMCBhdXRvOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHRhYmxlLCBkaXYuY29udGVudCB0YWJsZSB0ZCB7DQoJYm9yZGVyOm5vbmU7DQp9" /> </head> <body> <table> <tr> <td> <img src="data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAFAAAABECAYAAAAWVrIgAAAAAXNSR0IArs4c6QAAAARnQU1BAACxjwv8YQUAAAAJcEhZcwAADsMAAA7DAcdvqGQAAAAHdElNRQfYCwYIDwTu5NNBAAAAGXRFWHRTb2Z0d2FyZQBQYWludC5ORVQgdjMuNS44NzuAXQAAFmFJREFUeF7l2gvYZlVVB/DpZlkhHyF5IWTUborCKKghioOaF0hQENIQGEExTYOwLCnlIzLxBqOWJiCMaCBeYkTBCyajCZkmjFl2MWFSszSNz/BWVvb/ve3Fs+dw3ssgND21nuf/vOfss8/ea6+91n+tfb5v1artL7tFhScELwneEfx58E/B14N/D74RfDH4i+Cy4KXBkcHq4Du2v/rbR4OfzLSnBR8Prg/eGZwa/Gxwv4BRl4KTgpODHwn2Dh4fPD+4pBn1L/P7wmDP7bOMW3bWnecM9515/phgU/CF4HeDA4LvmfHeM/LsxCnPvyvtDwxeFvx98MfBEcF3z9Hjznn+8AX63bLWmTKaxf9c8ObgJ2bM+NA8+0jwiWBd8P0LavcL6feLC/S9TfocHvxJINQPnfPOU/L8umA5+OEFxr/Fu/Cmo5oS/5Lf+06ZYZe0Xxh8Jjgm4DXbIs9c0IA1Jk48OLBR7wnuPmMy3v2tgP7PuRm6bcs6tuq7Y+5wkMkBb42JMBFarwq8s4jwzOI63rcxeFvwy8Grgz8IhOA84ZG4UzI6LhhLNtre2q3jLbn23q0mQpQhhEkZz6KGQrFnB58PcN4s0Zf3/lbw4UBC+WjwpuAVAS+6KrgguKg90wcdvCBg7FmZWHIR0ucG3zeiyO3TJjpqPa/N9X2CE4PbztF94cd3aMrvn9/f6yYTJj8wGMVi1gey44/NmOF78wwPbQ7+OmDA/UaUHgthhpA8vPNXbYyn5teYY3K7NG4Mrgh2Gumwb9qUTGVE/Pnk4M+Cu85Yw0KPlA9/G9htSv9Hm+hf82v3e2G83wk+FuC+MdFH0rk2eHuwNpjlQfM4UOaXzen16eBJAX4eCu49O/jT4IcGD9GGOrTWZkMlxysDieaOU9Yyt9nAwkkhywvfGNglE+GV+7eJaqBTcqEI5plD4+pzl0BIogCbsYjMMyAdvtr0Kg+6PPe7Dwa3Fu0fCFDCD3bPH5lrRpVUyoiHtDUa89LgZhXsClYDvC9ArrLVNwPhshT8fqeE+guXKIDvFTBin5kflXsJZZFsR1lhp9h2OnHycK1tbCGPTntvRHr+Q6CdoBnGUw7xTnpLRuWpjP3u1s/anH5wsA0vgzLywkJJk/5jwIDLgYIXeR8YqJsUrbIc+dHAUav3qt6IT8sz4YVrpgkPsQmvC1CGufDolgbX2j7V+ujb15J0LA/8z1xf3OZkNMY7oZtYcuj19+i9gSR2t4D3cQZhLJyNK0PfOxijh27o/758WOA4VQod1BS4Z34lEsb4UsDtDfjBoIzZD2ZCijAIxcbEZrwokLEd544Pfjyo0wQDCGOizTN99PXOiwNjMOZPBecF9OZF64N/CxT5Q+FdHKQ29UG55m1fDo4NOIC5zmrjfSG/eJ2HzhSZ86TAYZ0idpOCOwTOqkJY29FtFN6lpBg7jqkPkfAwnL3K8IxjEcqV1VO06g047OKdl7cxeJhEsVe7r83/ZO7Vgjx2KJIZ3Sp7O1PXe0LYmp/YteFNdDYzMytacQeFDKaGEs6ItAZf3zTZMb+4Ziw0LcQzXqgWo6j6ithJyWRTMOv4p+8sA7bhJp5iLGMae48AD5a+N+R6pelS7/hFVZcFv9YabaoNqfeEtLGLBznS+Q39ODdeW7TOMptC2EDCi1Fr0NfkunjgebnGDUPBMbKx0qCEIRnxcQFeURbNO9ZJGhKZeVzPEkkKtfxNcEXA8L7cqBMrktR1w2JacuKhVXYx6i8FQt97NgVfukZZDFxVyU30Wd86SgZPD4TqOa2NYX8jqJoI5+CgNSOr+s20KXmGwrMpcvrIM00Mqs+GAG9KGIwC7sEziWzM+ChDyNJL/Ups5iWBLM0YyyNzO338dtduMyRN49BX2eVXqJc9lHE3EbunoyzEez4XSBYI1KBCsc69KnWZayjI2cR3HjywEEUsvuOJawbPD869b4O8/bDAbpM+hLV5po++9CxBM/TB30olvFzeZuH67hrQTanVCxrhhVUbOm09JLCWq4OVwMGB2AQ2Ui1sJV7mcR46xMvE7u0+N2e8zwb1deP9ue5DtAZzNuaBQ1mfhgsCIYIqGNEvT6bMB9r98L1pHEgf73hX+DHes9rLKEbmPXNED8e/V42043hHS/LYAG+q/VCHteJUggbYiDNsJWq54jmFKxe2K4z34OCfA6cSBrCTK0FfhxnMQrzjeNULTlXO7NQ1lhE/lDbZb9pH0FlJRFLyvsXyuhLzbwhEzz4DXXw8oKPfXni2DSE8VvTxunXBUmDthBOxk9+t5B7tgYd2T0j9TMCVKaj959sb6qSNwwFyf2Jw7kg77/BOL7xEu8U8KZA5x+SENIoIwvt3b9c+lUlIPNnC/S2lkpsuOBwPK6KHcl4ajNsLirk+4BzEhlgz7pdUHE2XWh/taG0rwQPlgRTiTYrJldaO0Kteen2uq7jtB5GtHjoYlwcg/2Gd6PseirCTilc7LjvjVnKbQDJ7Q7AhUOgic8lhKUAHEsY1wdmBRKFiKO4VQX8XWOjwXI6ermrz9D8X52Zda8CffQY/KveipMqja3N9YwT6UMDtq94R3wZQAzKqhcqOJRY6DA0Gp6yF94ITq86qdotE5uXZtXF+LRqXCXkGc24tvRTdeE1JVIvzzteDX2+62qwKT9Hj69CQ8+g4Fsbm3dApr74VxuZgOJtns91fEXA61Deptrm/2s3DTUHVge7VfriPcPWvBbJeL4fmRnbsxY7xrNVdo/eM/6uBo1dvvLpWcghRvCRRlQHH+lZb38fR0qbdN0BDPmIMyx4eiwJ64RQooUQCMU7NIQExvHtHSAacUIEQ4HFCwEOuzMtc+1U+rGmj3jO/3HcoBlcn9sJTvF9CIRzJo2VRYTbNKHZe4lL9y7TmnGXA/hlj8hg0sTnAbeioF8X5aYM2lYjNq/LHUY+3Oq0Yn9dXqce71waTL1K+dDiy7BVYnBf8qsYfEAjf4rafzvUfDSZ2K/HwmF7W5eabgbAjkgFOc0TiEbVhY4bZnOeHdIOpBBY1YPWTRCQAnH3MQDenFOfdoWxJg8qDPCPQzybyYvagF3vR39hoZtVXAhlWmErXxS9Vnf9h2ngMOSKoUMVldoIgZcYuMYF+FmNXDwoeERwXbAoOD6qmqgXjL7wrsezXjeWSbjyiOGkRY9qAHQLeNqxN0cdYIrky7ZIMEf5CWgI0ljnx7XPb83fnVyKbfPpRLBLZVUdkju+ODHjRUnt+dH4vChCqJCBUfiX4YsCLSxhruEil0qlBhTpFi5T1VfPhPJ4xNKBxhWEV+/MMuCV9q6w5PtdOF73gr57v6hlutLnElynzoALCYO613ylgF9XJxBAUoyB3ZVCTLgW+qHDfSiLSOaNJDrWIWpRxZGI8gXf6RdapBq/JpvoAbxManiuDTg9ODIaZW7az4HmGq+fG5B3mMJ+N4uHVdl2bt/TQDtbASQjPWwmsd/dgbVD8X1n/Gh2LGM9pLzrvyZa+mFDoitbuB8+9PZA0xhZjV9BA1Ut9H2H8/KAK4xqWZwodWVHZYROKMrqpJ3UoLjP2IplZNKESRfWwlMFz6GIovJ+TlIhMa8CnxrLB9FBmaeexE4O4UZ5wTYlix6DC6yXdgGtzzVNeGQjdRUPK+HjH7p5xE7VXrTolbRaJd8bCt15REUhEQw8f20yex4jLgfF7UaSPJUMnGomjRB4wtnWqKlYHTk41HyebDF4NrmvXqs2iSoSSsKvCWn+KLhJavuTY+Q8NFuP2Lm2cOkkMu6AWtSEPXGTTeKgSSi3IeySgXtS+F4zoIbH0pylz1to4DXFSq7aJHdZ2DWIc3xVh4hKZrAQvyKqrWwNj25H+ZDDNmI9t7ygDcMpQ7LYiuJ+v+sjexhUti4TvK9KviuctuUb8vagB0clQhGafDEWi9Zrbhtyxm38l15PjnMKxKmwd1wS+ZLjeFOwWKChLNudiGGbLrf8sT1TLEacQXNLL3XPjJMQrJIsDAyeZPVqn5+R3kbA1v/Kozt7elyn7Dw2G5CDm6IWx0Fit1aFBxFU55tmxQa3xrFyLjEknn5Tqwcm5rl2m+JrBZI52UjtPLcWcMiSQWQZ8atN2Kb88XdiSMt7+7V6yEeYqgPc1KJMqU87zwJ7vJLuew03BazgIg/XCKRi/RO2I98po38j1eYE1qlQkP5QyObwbDLd5+NaglFTaSCp9FsNl7woYD8eUvLcNPM2Il3V9hb0CXT3G88p4XZdJQjszkJkZ0/hOB7M26eo89zGEMJQSrA9J7Qe3sfq5XEuKvKrEKcNm7hLU0bKK/+XW6XK/yg7hgjB5kVj/fHBdwEgM3O/MzrmXoXkdNy8pnpq2QF7eiyOWU9BDBu11u5QLm6nAlsh4vSxZ46spPx0o+rXx0iuCyaIiask3j4ytja5DUb4p5IkwZrQqopUzNkeb8dlLsuF0E46ojs/ONe9TG25ogznMM2x9D9T8zmDivp0gf4uSeMaMyONKKmx5siw5ljjUY+cHDI+zhtkXp24emc+xVGTgrKH3oQ3OMZxvp7SpLzkHEZ7WMPlYEHGS8dxm8UjvsxG9Jv8nIr73DfDahvbycnu5TgBKkBJhLJ0PRSaVKYXl0Ig2hsf2nCdTmkdmfkybvx9TxV/nX7xj8WXIlVzLpuZUSnEEBl8KeMzLR/RTigwjQTf8fGnX/1FNf+sgeJSN1LJ0FhnWJ+xvJEnKsbysLP4pz+sorvMjuwm4OPfde6CkQhdfaT8y+Eh7t4ypeB3jvPuknTdubkqtye+LAsmEJ704wMNCVAISAeY4PpCdNwTKjfVBVRS4jig9JAQOwNDlZe3xxGk+HBxWDfl9ckBn0cRgyiJUpu+ru2e7e0cCWWmNjCIrg4P/XVu7wQzaiwxtJ4ai+pc98Sd3x6m9NypV6mw9fJeHqs+EO07jtTzQ7vuVYW0yysF/0/gWt05qtMgj2lh0YoSh4OAtAV4jnINn1dh3yDVnYEheXe0V3pOXpPt6IM7v1lBc4BlSxim1eDwgy/WfsYxlok0BPiV2SRK6IUAXdtXkPmAOxdgyv3f72tT8IoG3Mey80whPr3qO93lfWNNtKDarzufoZZ9AnVr28OWJXr3xeDvnulF8PKiPCl7EJ45Vu3YDnZlrntnvIu4QZkPFdksbb5aphnWeMc8OnF4OGKxG+zzjTPO6YTtDK3Qd43ygqLqzn1KZYq23DRTfqIEn0qM2DaUNyyf3N5E1aakPCF7GCwxbbRe2N3zFqPpPmDo/njgyntruc4H+Y3WepOETk6Qjo9owfLeogeb1E/JKIDoI06FYm+L80PZgOb8MSC5peogca/UhteZ7ba5HKYjLPyyos58XzgjqKCMECEMauEIEOQu3PQca8jz8ZwH3HzyrW7ur7GBkmXjIl/OMNOt5hZwQHhOJ4eL2YK/8KtUkK6LmM7bs21cUb8o9bt0qfGtwhuDmDwxkq3Jhg7rGjcQXZffFcdokGCEpCxMcamI7f2AgMx9eE4382lHcI0k4cZgfVwpn4E1fCj7T5l7EsOq2YwOb7TTVy+Nyg78lCOKUZMynBEIY1/I6Rbd2OjC4Z7x6p8F4k1s8JvZ1Qvy++3n5uoBnWNCOAUNoxzHuSxy5ELJMOixV7DCOVYqMJY8xffQ7uUG4kccHyq15BlxJH3MSa2HEh7d77SKmwvreuZbtjanNlxvX1ixxORzIwsRG8MKp4kuJYhShCtHlwO5zb4Piqj3atfvKXgb0ThXlSoehMLYNsiFPDPDnPLHb0Au9qpCdZsg6WdV7IosRjwuUP35LzmzrYUQ1Iy8srzMPbiY4WyWx3yyl7bowUTNV1lLkfrQN+tL84i0DmUTB3YtnksI7gvKa4XwPSsMHAwsSYtP6eW/MgCLFJkwz3uvzrGq6fm7eIxR74xoLRxuLYVGJRIJCeLt7NnlZwBvVsHPFwd1uyL6K5Urxiku8sRTgqdolfFfcZ3CnlzcEsrhyZkwoJmFdHAgnivlCszroS6KhAT1D4HRZCfqSBwejl7EMyWsY6oSmjD64XsjWRpyXa1+HhKjyR0StC6pg35Lr24+uZqTxBd3APNLEsg9+4EFP654Le7WWHSsRns8LGFwSmSWUFVIXBRIVg/okxYuvCWRE19o82xK8MeC9NkgZIon1HztqPoayCfj6sNbIIV4XMOArgzLg2lzjS4bDeaqCesaZROLCwgDndAMYSCbl/gwp7Mr1P9YmVYooGXoPQNx20Fg7LzC7d3nz3sGjAzUXuFaPeTZag42MzVOFI/3wNvG+U4qsi0trDZe3cQ/Jb1+2WLckMpP3pq2LEdVBw5MBL+FtdrTKDHWexGDCcwO7WCLlvybAKzwZTy4qYxw4713JykYqexxRaz4JgjHpLHR5Ln2vb/eXtvueW2XiMv68eac+f0JTZkjaDFXFqpBC3LV7b8n1MKR4FY9ACcJe6M6TbTGgcD4tcGxTvzm3l8ikn2gGujK/vFiZpjTz1cc7/fokDF9dbjdPwUWeC9ldA9mtypmaDC8JB0mHFx7cKWJHvTsU/XxMsPOSiORRBe2w7zwD0gt/2piVQLir63rxMUCCqaS3NtdHBDxRtdEf06xPKYYubMjCSWNknTc2yXySBt7DK77KKJgRK6VMasd43w6BZFAG1m9a4Uw5HyNswEp7H7nL/LLp/gEKeWGAwNcGouG5gSwvvGzCJYEkshQMhRE+2enDq5Rn5XE+k20ORJP6j7EJ7jbPLSayE9c/OpDFCMM67/I6kzHcWQGuuSooI/pa4/1Zgqf2DXzlcKJRSyqDZEIG8KvmZCxHqqcH9wvGMm/N4/l1nR68Hh8vt3lQSq3FOzbaWmwoz5w19pzljD/eK80ycYUeoyFiIckzlwKZjVJC94zga20BK/lVu/HQW1tsFiPjN5sofCU4BnLeXxvwcKconMnrbVbp+q5bU0/K1Rl5mFTcU1p4fDx4WyBkNgZb2mJW8itcZPBdOksiddlTyOG1sdMJ469uRqBHTw28/pkBykAnVX7wWFBK1Xl3TG9tjqzLwdgpplP1279UojwrqC820xQatut/YYD3kLTyQMhuDBTcuBSxKz8+G/j44Ozs+CiMechXOgNZ8KcCfKiQl2nRwEmBRLDIR4fadPRzj2/fNNs2glCleJ0gLIhCPECYXxMID3x1r0Bdyfi87z2dIbzDOzYEMiju8Y3QqePaAIfybMkEh/FU4ed00W/SSu4ZW5Ig5hOyxwTohCfi0c2Bs7iqwgbWx4L22v/sD+6zKCHIoEuB0OrPszTSBwf2pF6LV5gf0NR24sBZKwEjMrixDwn0Y1SLFmZCHV8NPZ2xJSFn+lnhaNwHB/u0ubfLDyVODfAaot4zuFNgV5UeRwV2+oaRhQpXIc24jlhCsWqz8qJ+UTzPWAzGk1CA+dWKY+Pr56gmCoS1aFEG4UrcjKeP7yfYnteyMaJelA9xFw8hDwh4JuOdHszzGvzLy74aqE+JpLKhtS+igxBesz0NNja3EBZ2VwdjGQ9Hvj/AScodwkOdBBhk3TYs6MD0lVAYy+mjajZZ/ORAHcrAZUybwxvPD9AFz/1fK5SzkIMChbfQcaoQqr04cTA0w9anpm1ZlM9qK81IypfhuVVxTg+f4JRMksr/GeEFvIIBnYVvrihbvtyMaEP+X4mz5ym3wIrXtnG2i4f9FydKxLb0H2MFAAAAAElFTkSuQmCC" /></td> <td> <p style="font-size:1.4em;">Nations Unies</p> </td> <td> <p> <span style="font-size:2em;">CRPD</span>/C/OMN/1</p> </td> </tr> <tr> <td> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:1.7em;">Convention relative aux droits des personnes handicapes</p> </td> <td> <p>Distr. gnrale</p> <p>26 janvier 2016</p> <p>Franais</p> <p>Original: arabe</p> <p>Anglais, arabe, espagnol et franais seulement</p> </td> </tr> </table> <div class="content"> <p style="font-weight:bold;font-size:1.2em;">Comit des droits des personnes handicapes</p> <h3>Examen des rapports soumis par les tats parties en application de l article 35 de la Convention</h3> <h2>Rapports priodiques des tats parties attendus en 2011</h2> <h3 style="font-weight:bold;">Oman *</h3> <p>[Date de rception: 1er septembre 2014]</p> <p style="font-size:1.4em;">Table des matires</p> <p style="font-style:italic;font-size:0.9em;">Paragraphes Page</p> <p>I.Introduction1 154</p> <p>II.Dispositions gnrales de la Convention: articles 1er 416 456</p> <p>III.Dispositions spcifiques46 24413</p> <p>Article 5.galit et non-discrimination46 5313</p> <p>Article 8.Sensibilisation54 5615</p> <p>Article 9.Accessibilit57 5915</p> <p>Article 10.Droit la vie60 6317</p> <p>Article 11.Situation de risque et situation d urgence humanitaire64 6619</p> <p>Article 12.Reconnaissance de la personnalit juridique des personnes handicapes dans le respect des conditions d galit avec les autreset devant la loi67 7119</p> <p>Article 13.Accs la justice72 7520</p> <p>Article 14.Libert et scurit de la personne handicape76 8421</p> <p>Article 15.Droit de ne pas tre soumis la torture ni des peines ou traitements cruels, inhumains ou dgradants8522</p> <p>Article 16.Droit de ne pas tre soumis l exploitation, la violence et la maltraitance86 10524</p> <p>Article 17.Protection de l intgrit de la personne106 11026</p> <p>Article 18.Droit de circuler librement et nationalit111 11827</p> <p>Article 19.Autonomie de vie et inclusion dans la socit119 12328</p> <p>Article 20.Mobilit personnelle124 12829</p> <p>Article 21.Libert d opinion, d expression et accs l information129 14130</p> <p>Article 22.Respect de la vie prive142 14431</p> <p>Article 23.Respect du domicile et de la famille145 14932</p> <p>Article 24.ducation150 17333</p> <p>Article 25.Sant174 18138</p> <p>Article 26.Adaptation et radaptation182 20042</p> <p>Article 27.Travail et emploi201 21647</p> <p>Article 28.Niveau de vie adquat et protection sociale217 22550</p> <p>Article 29.Participation la vie politique et la vie publique226 23651</p> <p>Article 30.Participation la vie culturelle et rcrative, aux loisirset aux sports237 24453</p> <p>IV.Situation particulire des enfants et des femmes245 26754</p> <p>Article 6.Femmes handicapes245 25354</p> <p>Article 7.Enfants handicaps254 26756</p> <p>V.Obligations particulires268 28459</p> <p>Article 31.Statistiques et collecte de donnes268 27359</p> <p>Article 32.Coopration internationale274 27960</p> <p>Article 33.Application et suivi au niveau national280 28461</p> <p>VI.Dfis et orientations futures285 29862</p> <h3>Annexes</h3> <p>Appendice 165</p> <p>Pices jointes66</p> <h2>I.Introduction</h2> <p>1.Le Gouvernement omanais a l honneur de prsenter au Comit des droits des personnes handicapes son premier rapport, qui dcrit le mcanisme charg de l application de la Convention relative aux droits des personnes handicapes dans le Sultanat, devant tre lu conjointement avec le document de base qu Oman a prsent le 11avril 2013, conformment aux Directives gnrales concernant la prsentation et le contenu des rapports prsenter par les tats parties aux instruments internationaux relatifs aux droits de l homme.</p> <p>2.L tre humain est le noyau fondamental de l Organisation des Nations Unies et la pierre angulaire sur laquelle elle repose. Le Sultanat d Oman, de par sa culture fonde sur les valeurs de paix, de tolrance et de justice, accorde une haute priorit et le plus haut respect la dignit de l tre humain.</p> <p>3.Le Sultanat d Oman considre que l examen priodique de tous les instruments internationaux auxquels il a adhr constitue un mcanisme utile qui permet aux diffrents tats d examiner intervalle rgulier les progrs qu ils ont accomplis dans le domaine de la protection et de la promotion des droits de l homme, notamment ceux des personnes handicapes. Le Sultanat d Oman saisit cette occasion pour dcrire ses ralisations dans ce domaine.</p> <p>4.Comme cela est prcis dans son rapport, le Sultanat d Oman est parvenu en relativement peu de temps tablir les infrastructures juridiques ncessaires au niveau national pour enraciner les principes relatifs aux droits de l homme de manire gnrale dans ses institutions et sa lgislation. Le Sultanat Suvre en vue d tablir les normes les plus leves en matire de protection et de promotion des droits de l homme et il est dtermin assurer leur exercice en s appuyant sur ses valeurs culturelles et sociales, en mettant profit l exprience et les pratiques optimales des tats Membres et en tirant parti des comptences techniques du Haut-Commissariat aux droits de l homme dans le domaine du renforcement des capacits. </p> <p>5.Le Sultanat d Oman a veill incorporer dans la Loi fondamentale de l tat (la Constitution) et sa lgislation les principes fondamentaux des droits de l homme noncs dans la Charte des Nations Unies et la Dclaration universelle des droits de l homme. Le Gouvernement omanais a sign la Convention relative aux droits des personnes handicapes le 30mars 2008 et, le 5novembre 2008, aprs publication du dcret royal121/2008 portant approbation de la Convention, celle-ci a pris effet pour le Sultanat cette mme date. Depuis lors, la Convention est officiellement en vigueur dans le Sultanat. Conformment l article35 de la Convention, le Sultanat est tenu de prsenter au Comit des droits des personnes handicapes, par l entremise du Secrtaire gnral de l Organisation des Nations Unies, un rapport dtaill sur les mesures qu il a prises pour appliquer la Convention et sur les progrs accomplis cet gard.</p> <p>6.Le Gouvernement a rdig le prsent rapport conformment aux directives de l ONU relatives l laboration par les tats parties des rapports sur la mise en Suvre des instruments relatifs aux droits de l homme (HRI/GEN/2/Rev.6) et aux directives du Comit des droits des personnes handicapes relatives l tablissement des rapports sur l application de la Convention (CRPD/C/2/3). Le rapport prsente la situation globale concernant la mise en Suvre de la Convention dans le Sultanat et s attache en particulier aux lois et politiques nationales pertinentes ainsi qu la manire dont elles sont appliques.</p> <p>7.Pour faciliter la rdaction du rapport, un groupe de travail mixte runissant les reprsentants des organismes publics concerns et de la socit civile a t constitu le 29dcembre 2012, qui est prsid par le Ministre du dveloppement social et auquel participe le Ministre des affaires trangres. Le groupe de travail tait constitu de membres issus de 20dpartements lgislatifs, judiciaires et administratifs diffrents. Au cours de la collecte des informations, le groupe de travail a sollicit l avis de nombre d organisations non gouvernementales (ONG) et d tablissements universitaires, ainsi que du grand public. Le Sultanat s efforcera de mettre en Suvre toutes ses ressources pour s acquitter de ses obligations en vertu de la Convention, malgr les problmes conomiques, sociaux et statistiques auxquels il doit faire face, et qui ne peuvent tre rsolus qu  terme, grce aux plans d ensemble labors et aux mcanismes crs sur la base des recommandations du Comit et conformment ses principes.</p> <p>8.Le Sultanat d Oman saisit cette occasion pour ritrer son attachement fondamental aux traits, conventions et instruments internationaux auxquels il a adhr et auxquels il est tenu de se conformer en vertu de l article10 de la Loi fondamentale de l tat. Il affirme galement sa conviction qu il est trs important de poursuivre le dialogue constructif avec les membres du Comit des droits des personnes handicapes de l ONU en participant aux ateliers qui se tiennent dans tous les tats signataires de la Convention ou intresss,auxquels prennent part des membres du Comit susmentionn, ce en vue de parvenir une vision communequi aille de pair avec les engagements etle contenu du rapport et de garantir et de respecter tous les droits que consacre la Convention, tels qu il ressortent du contenu de ses dispositions et de ses objectifs, dans les limites de ses obligations et conformment aux principes de sa socit et aux valeurs de la socit omanaise.</p> <p>9.Le Sultanat d Oman s efforce de fournir les services ncessaires la personne handicape, adapts au type, au niveau et au degr de permanence de son handicap ainsi qu sa situation sociale, ses penchants, ses choix, ses droits, et d liminer les barrires et de faciliter et d offrir des possibilits la personne handicape en vue de dvelopper sa capacit d exercer ses droits et d assumer ses responsabilits, ainsi que de prendre part la planification et la prise de dcisions concernant les affaires la concernant et de participer au dveloppement de la socit.</p> <p>10.Les rsultats du dernier recensement de la population de 2010 et de plusieurs tudes et enqutes indiquent que les personnes handicapes reprsentent 3,2% de la population omanaise, et que 55,6% d entre elles sont de sexe masculin et 44,4% de sexe fminin.</p> <p>11.Le Sultanat d Oman s efforce galement d envoyer, de recevoir et d changer des informations l aide de tous les moyens de communication appropris entre les personnes handicapes et leurs pairs non handicaps, y compris les moyens de communication amliors particuliers et les nouvelles technologies et diverses langues, notamment la langue des signes, la lecture labiale, le braille, la communication tactile, l affichage de texte, les gros caractres, les supports multimdias accessibles ainsi que les modes, moyens et formes de communication amliore et alternative base de supports crits, supports audio, langue simplifie et lecteur humain, y compris les technologies de l information et de la communication accessibles, qui rendent possible le processus de communication en question. </p> <p>12.Le Sultanat d Oman a pris de nombreuses mesures dont il sera question dans le rapport en vue de prvenir la distinction, l exclusion ou la restriction fondes sur le handicap qui ont pour objet ou pour effet de compromettre ou rduire nant la reconnaissance, la jouissance ou l exercice, sur la base de l galit avec les autres, de tous les droits de l homme et de toutes les liberts fondamentales  qui sont noncs dans la Loi fondamentale ou d autres lgislations de l tat dans les domaines politique, conomique, social, culturel, civil ou autres. La discrimination fonde sur le handicap comprend toutes les formes de discrimination, y compris le refus d amnagements raisonnables.</p> <p>13.Le Sultanat d Oman attache la plus haute importance la radaptation des personnes handicapes au moyen de services plusieurs composantes qui visent leur permettre de recouvrer, de raliser ou de dvelopper leurs capacits physiques, intellectuelles, professionnelles, sociales, psychologiques ou conomiques et d exploiter ou utiliser celles-ci afin de devenir autonomes et de s associer et de participer pleinement dans tous les domaines de la vie, et ce sur la base de l galit avec leurs pairs non handicaps.</p> <h3>Rserves l gard de la Convention</h3> <p>14.Le Sultanat d Oman n a formul aucune rserve l gard de la Convention.</p> <h3>Protocole facultatif</h3> <p>15.Le Gouvernement omanais n a pas encore sign le Protocole facultatif, mais celui-ci est en cours d examen.</p> <h2>II.Dispositions gnralesde la Convention: articles 1er, 2, 3 et 4</h2> <p>16.La loi 2008/63 relative la protection des personnes handicapes et leur radaptation garantit particulirement les principes et les droits gnraux suivants:</p> <p>16-1.Non-discrimination fonde sur le handicap ou le sexe de la personne handicape et assurance de l galit effective dans l exercice de tous les droits de l homme et toutes les liberts fondamentales et dans les domaines civils, sociaux, conomiques, humains et politiques;</p> <p>16-2.Respect de la dignit des personnes handicapes et de leur autonomie, notamment de leur libert de faire leurs propres choix en toute libert sans que leur dficience y fasse obstacle;</p> <p>16-3.Non-dni du droit des personnes handicapes de se marier et de fonder une famille comme elles le souhaitent;</p> <p>16-4.Droit des personnes handicapes d exprimer librement leurs opinions et d obtenir qu elles soient dment prises en considration dans toutes les dcisions qui les concernent, ce qui assure leur participation pleine et effective la socit;</p> <p>16-5.Respect de la diffrence et acceptation des personnes handicapes comme faisant partie de la diversit humaine et de l humanit;</p> <p>16-6.Respect des capacits dveloppementales des enfants handicaps et respect de leur droit prserver leur identit;</p> <p>16-7.galit des chances des personnes handicapes et des autres et absence de discrimination fonde sur le handicap;</p> <p>16-8.Possibilit d exercer les droits et les liberts fondamentales au moyen de mesures permettant de dterminer et d liminer les obstacles et difficults auxquels se heurte cet exercice; </p> <p>16-9.galit entre l homme et la femme handicaps ou non;</p> <p>16-10.Protection de l intrt suprieur des personnes handicapes au niveau de toutes les dcisions et mesures qui les concernent, quelle que soit l entit qui les prend;</p> <p>16-11.L tat omanais garantit l exercice plein et effectif par les personnes handicapes, sans distinction entre elles et les autres personnes, de tous les droits civils, sociaux, conomiques, humains et politiques et des liberts fondamentales et s engage faire en sorte d assurer les conditions propices pour qu elles vivent partout dans le respect de leur dignit humaine;</p> <p>16-12.L tat omanais garantit galement au minimum les droits des personnes handicapes qui sont noncs dans la Convention relative aux droits des personnes handicapes et les autres instruments internationaux pertinents en vigueur et s engage ne pas agir de quelque faon en contradiction avec les dispositions de ces instruments;</p> <p>16-13.L tat garantit la prparation des amnagements et des mesures ncessaires pour parvenir un environnement inclusif et harmonieux et la mise en place des conditions environnementales et socitales et l information et la fourniture des appareils, des outils et des moyens d assistance ncessairespour assurer aux personnes handicapes la jouissance ou l exercice, sur la base de l galit avec les personnes non handicapes, de tous les droits de l homme et de toutes les liberts fondamentales. De mme, la loi prvoit les amnagements raisonnables qui consistent dans des mesures, des arrangements ou des ajustements provisoires qui visent assurer l accs quand il n est pas possible, afin d assurer aux personnes handicapes la jouissance et l exercice, sur la base de l galit avec les personnes non handicapes, de tous les droits de l homme et de toutes les liberts fondamentales, jusqu au plein accs;</p> <p>16-14.La loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes, promulgue par le dcret royal no63/2008, dispose qu il est ncessaire de se conformer aux spcifications architecturales qui permettent aux personnes handicapes de bnficier des services publics qu elles frquentent et prvoit de fournir les moyens de transport publics facilitant la circulation des personnes handicapes au niveau des aroports, des ports et des routes.</p> <p>17.La loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes, promulgue par le dcret royal no63/2008, l anne o le Sultanat d Oman a ratifi la Convention susmentionne, nonce que par personne handicape on entend une personne qui a un handicap, c est--dire qui prsente une dficience sensorielle, corporelle ou intellectuelle qui est inne ou due un facteur gntique, une maladie ou un accident et qui limite sa capacit de jouer son rle naturel dans sa vie par rapport aux personnes dans son univers, ce qui ncessite une protection et une adaptation afin qu elle puisse jouer son rle dans sa vie.</p> <p>18.Le Sultanat s est employ dfinir la personne handicape conformment aux concepts de la Convention relative aux droits des personnes handicapes avant son adoption, en participant aux discussions la concernant et son laboration selon les axes suivants:</p> <h3>a)Premier axe</h3> <p>19.Le terme handicap s applique uniquement la personne atteinte d un handicap touchant un de ses membres est invalide, ce qui fait qu elle est incapable de s adapter la socit de faon naturelle, c est--dire que le handicap signifie l incapacit de l individu de rpondre aux exigences lies l accomplissement du rle qui lui revient naturellement dans la socit compte tenu de son ge, de son sexe et de sa situation socioculturelle, cause d un traumatisme ou d une incapacit s acquitter de fonctions physiologiques ou psychologiques, cela comprenant les diffrents types de handicap tels que la dficience mentale, auditive, visuelle ou corporelle ou les difficults d apprentissage. </p> <h3>b)Deuxime axe</h3> <p>20.Le terme handicap ne s applique pas seulement l individu atteint d une incapacit donne l un de ses membres mais s tend galement toute situation qui empche un individu de s acquitter de son rle naturel dans la socit, mme si cela n est pas d au fait qu un de ses membres est frapp d un handicap, et par consquent la personne handicape sait qu elle est un individu qui jouit de possibilits rduites d avoir et de conserver un travail qui lui soit appropri et d tre promu du fait de ses limitations corporelles ou mentales lgalement tablies et ce conformment aux normes internationales du travail nonces dans les conventions de l OIT no100 et no111. La personne se replie sur elle-mme et s isole socialement, ce qui la rend incapable de s adapter aux individus dans son milieu, bien que ses membres soient sains (entre notamment dans cette catgorie de handicap ce que l on nomme les troubles du comportement. Le fait est que le handicap n a pas une cause unique mais est le produit global de causes et de facteurs sanitaires, gntiques, culturels et sociaux, causes qui diffrent d une socit l autre, d un moment l autre, et selon le sens de handicap, les personnes handicapes constituent un groupe d individus dans la socit qui souffrent d une dficience donne qui les rend incapables de s adapter la socit.</p> <h3>c)Troisime axe</h3> <p>21.La dfinition est conforme celle de la Convention relative aux droits des personnes handicapes, savoir:Par personnes handicapes on entend des personnes qui prsentent des incapacits physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles durables dont l interaction avec diverses barrires peut faire obstacle leur pleine et effective participation la socit sur la base de l galit avec les autres.</p> <h3>d)Quatrime axe</h3> <p>22.Cequi a t adopt en consquence dans la loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes dans le Sultanat d Oman, tant donn que la personne handicape est dfinie comme une personne qui a un handicap, c est--dire qui est frappe d une dficience sensorielle, corporelle ou intellectuelle qui est inne ou due un facteur gntique, une maladie ou un accident et qui limite sa capacit de jouer son rle naturel dans sa vie par rapport aux personnes dans son univers, ce qui ncessite une protection et une adaptation afin qu elle puisse jouer son rle dans sa vie, les deux choses, la cause et la consquence, sont deux lments de la dfinition. Pour cette raison, il tait justifi de les y inclure, ce qui est conforme ce qui figure dans la dfinition figurant dans la Convention relative aux droits des personnes handicapes.</p> <p>23.Il convient de mentionner que la loi relative l enfance promulgue par le dcret royal no22/2014 du 25mai 2014 dfinit l enfant handicap comme l enfant qui est frapp d une dficience de certaines de ses capacits sensorielles, corporelles ou intellectuelles de naissance ou due un facteur gntique, une maladie ou un accident, qui limite sa capacit de jouer son rle naturel dans sa vie et de participer de faon pleine et effective la socit sur la base de l galit avec les autres, dfinition qui est conforme celle que donne la Convention relative aux droits des personnes handicapes.</p> <p>24.Les grands principes noncs dans les articles 1er 4 de la Convention relative aux droits des personnes handicapes trouvent leur expression dans la lgislation, les rglementations et les politiques publiques omanaises ainsi que dans les plans de dveloppement nationaux. Pour cette raison, nous passons en revue ci-dessous les diffrents domaines concerns:</p> <h3>1.Lgislation</h3> <p>25.La Loi fondamentale de l tat promulgue par le dcret royal no101/96, qui nonce un grand nombre de principes de base qui sont une garantie pour l individu dans diffrents domaines, notamment l assurance d une aide de l tat aux citoyens et leur famille en cas d accident, de maladie, d incapacit et de vieillesse, nonce ce qui suit:</p> <p>25-1.La Loi fondamentale reprsente le cadre constitutionnel du Sultanat d Oman et dfinit la conception et les principes de la socit, ainsi que la structure d ensemble de l tat et de son rgime de gouvernance. Dans son prambule sont exposs ses buts et ses objectifs, y compris ceux qui consistent difier une socit meilleure et tablir les fondements de la paix, de la scurit, de la justice et de la coopration entre les diffrents gouvernements et les diffrents peuples;</p> <p>25-2.La Loi fondamentale de l tat supplante tous les autres lois, textes et mesures lgislatifs. Il est indiqu, dans ses articles72, 76 et 80, que son application se fera sans prjudice de la mise en Suvre des traits ou des accords conclus entre le Sultanat d Oman et d autres tats ou des organes ou organisations internationaux, tant donn qu ils sont intgrs la lgislation omanaise lors de leur ratification;</p> <p>25-3.Lapremire partie de la Loi fondamentale de l tat expose la nature de l tat et son rgime de gouvernance. Aux termes de l article9, le mode de gouvernement du Sultanat est fond sur la justice, la consultation et l galit, et les citoyens ont le droit de participer aux affaires publiques;</p> <p>25-4.La partie II de la Loi fondamentale tablit les principes directeurs de la politique du Gouvernement. Les principes pertinents sont les suivants:</p> <p>25-4-1.Agir en conformit avec les instruments et traits internationaux et rgionaux et avec les rgles de droit international gnralement reconnues, de manire promouvoir la paix et la scurit entre les tats et les peuples;</p> <p>25-4-2.La famille est le fondement de la socit et la loi dfinit les moyens de la protger, de prserver son existence lgale, de renforcer ses liens et valeurs, de protger ses membres et de crer les conditions propices au dveloppement des aptitudes et des comptences de chacun;</p> <p>25-4-3.L tat assure une aide aux citoyens et leur famille en cas d accident, de maladie, d incapacit et de vieillesse dans le cadre du systme de scurit sociale et s efforce d encourager la socit partager les charges la suite de catastrophes et de calamits;</p> <p>25-4-4.L tat se proccupe de la sant publique et des moyens de prvenir et de traiter les maladies et les pidmies. Il s efforce d assurer des soins de sant tous les citoyens et encourage l tablissement d hpitaux, de dispensaires et d quipements thrapeutiques privs sous son contrle, conformment aux rgles prescrites par la loi. Il s efforce galement de prserver et de protger l environnement ainsi que d en prvenir la pollution;</p> <p>25-4-5.L tat promulgue des lois destines protger les travailleurs et les employeurs et rglementer les rapports entre les uns et les autres. Tous les citoyens ont le droit d entreprendre le travail de leur choix dans les limites fixes par la loi. Il est interdit d imposer un travail forc quiconque, sauf si cela est prvu par la loi aux fins de l accomplissement d un service public justement rmunr;</p> <p>25-4-6.L ducation est un lment essentiel pour le progrs de la socit, qui est pris en charge par l tat, lequel s efforce de la dvelopper et d en assurer l accs tous. Parmi les objectifs de l ducation figure la cration d une gnration physiquement vigoureuse et moralement forte. L tat dispense l ducation publique, lutte contre l analphabtisme et encourage la cration d coles et d instituts privs sous son contrle et conformment la lgislation.</p> <p>26.Un chapitre entier de la Loi fondamentale (le chapitreII) est consacr la protection et la radaptation des personnes handicapes, qui prsente les diffrentes formes de la protection des droits des personnes handicapes ainsi que de leur protection sociale, sanitaire, ducative et oprationnelle conformment aux dispositions juridiques, et contient les rglements et dcisions ci-aprs:</p> <p>26-1.Promulgation des dcisions ministrielles portant cration d une commission nationale pour la protection et la radaptation des personnes handicapes, qui est place sous la prsidence du Ministre du dveloppement social et qui compte parmi ses membres des reprsentants des services gouvernementaux comptents, du secteur priv et des centres de radaptation, ainsi que des personnes handicapes. La Commission est responsable de l examen et de l laboration des plans et programmes relatifs la protection, la radaptation, l emploi et la promotion des personnes handicapes. Elle a commenc ses activits et a cr huit sous-commissions responsables des services comptents reprsents la Commission afin que chacune d entre elles procde, dans le cadre de ses domaines de comptence et de spcialit, l application des axes de la Convention; </p> <p>26-2.Promulgation des dcisions ministrielles portant cration des huit sous-commissions spcialises (services de sant; ducation et enseignement; formation, radaptation et emploi; activits sportives des personnes handicapes; information; questions financires; environnement adapt sans obstacles; moyens de transport et de communication) sous la prsidence des secrtaires gnraux des ministres qui s intressent ces questions et sont reprsentsau sein de la Commission nationale pour la protection et la radaptation des personnes handicapes;</p> <p>26-3.La rglementation relative l organisation des travaux de la Commission nationale de protection et de radaptation des personnes handicapes; </p> <p>26-4.La rglementation relative la cration des centres de radaptation des personnes handicapes;</p> <p>26-5.La rglementation relative la dlivrance de la carte de personne handicape;</p> <p>26-6.La rglementation relative aux exonrations des droits de douane accords aux personnes handicapes pour le matriel et de l quipement d adaptation ncessaire qui sont imports par les centres d adaptation ou que les personnes handicapes importent pour leur usage personnel;</p> <p>26-7.La rglementation relative au recrutement de personnes handicapes dans le secteur public;</p> <p>26-8.La ratification de la Convention relative aux droits des personnes handicapes par le dcret royal no131/2008, le Sultanat ayant jou un rle de premier plan dans les travaux du Conseil de coopration des tats arabes du Golfe aux fins de son laboration et de son adoption par l Assemble gnrale des Nations Unies. </p> <p>27.La loi sur la protection sociale, promulgue par le dcret royal no87/84, et ses modifications, dans les articles relatifs aux personnes handicapes, garantissent celles-ci le droit une protection sociale dans le cadre d allocations mensuelles verses au titre de cette loi aux personnes inaptes au travail qui sont dclares, l issue d un examen, incapables d effectuer tout travail ou frappes d une incapacit de travail du fait d une maladie ou d une dficience prcise. De mme, des dispositions de cette loi prvoient la possibilit d accorder une aide aux personnes handicapes, qui leur assure une radaptation au travail productif en fonction de leur situation dans le cadre de projets relatifs aux moyens de subsistance en leur offrant des prts prfrentiels. </p> <p>28.La loi sur la fonction publique et les textes d application prvus dans celle-ci offrent aux personnes handicapes des possibilits de recrutement dans les institutions publiques en fonction de leurs qualifications et garantissent au fonctionnaire qui devient handicap la suite d un accident survenu dans le cadre de son<span style="font-weight:bold;"> travail ou du fait d e son travail le bnfice de</span>s droits associs sa fonction. </p> <p>29.En vertu de la loi omanaise sur le travail, les entreprises prives qui emploient au moins 50personnes sont tenues d employer au moins 2% de personnes handicapes. De plus, la loi prvoit des incitations pour encourager les employeurs recruter des personnes handicapes, chacune d elles tant considre comme deux travailleurs migrants sur le registre du personnel pour ce qui est de la politique de l omanisation (consistant employer des omanais au lieu de travailleurs expatris). Le Ministre du dveloppement social, par l intermdiaire de ses commissions mixtes composes de ses reprsentants et de ceux du Ministre de la main d Suvre et aux chelons levs, s efforce d employer le plus grand nombre possible de personnes handicapes qualifies dans les diffrents services.</p> <p>30.La loi sur l assurance sociale garantit les droits des travailleurs dans le secteur priv s ils sont frapps de toute dficience durant leur travail et cause de celui-ci.</p> <p>31.En vertu de la loi sur les pensions de retraite, les frres d un titulaire d une pension qui est dcd peuvent toucher une partie de la pension du testateur s ils sont frapps d une dficience ou d une incapacit quel que soit leur ge, ce qui constitue une exception aux rgles de droit.</p> <p>32.Les rglements et les dcisions qui rgissent les aides sociales garantissent une assistance aux personnes handicapes consistant en la fourniture des de prothses et des chaises roulantes dont elles ont besoin, aux frais de l tat, en sus de la ralisation des travaux de rparation et de transformation ncessaires dans les habitations non adaptes leur situation afin de leur faciliter les dplacements chez elles ou l usage de leurs installations sanitaires.</p> <h3>2.ducation</h3> <p>33.Le Ministre de l ducation et de l enseignement, en coordination avec le Ministre du dveloppement social, fournit des services ducatifs et s emploie instaurer un environnement propice pour la personne handicape dans les coles qui appliquent les programmes de scolarisation intgre et fournit les moyens didactiques et les enseignants pour ces programmes en tenant compte des conditions et besoins des personnes handicapes, assurant ainsi aux enfants handicaps, sur la base du principe de l ducation pour tous, l galit dans l enseignement, dans leur milieu local, ce qui suscite chez les familles le sentiment que leurs enfants sont traits sur un pied d galit et les affranchit des penses et des attitudes ngatives l gard de leurs enfants. Les conditions offertes dans ces coles permettent en outre aux enfants handicaps de dcouvrir leurs capacits et possibilits et de poursuivre leurs tudes.</p> <p>34.Une commission spcialise dans l ducation et l enseignement pour les personnes handicapes, prside par le responsable de l enseignement et des programmes au Ministre de l ducation et de l enseignement et runissant les diffrentes entits concernes, a t cre.</p> <p>35. la fin de 2012, il y avait trois coles d enseignement spcial pour enfants et adolescents handicaps et 127classes dispensant un enseignement spcial dans les coles ordinaires, le nombre d lves handicaps des deux sexes s levant 5246.</p> <p>36.En ce qui concerne les services publics, en 2012, 61personnes handicapes ont bnfici d une radaptation professionnelle dans un centre de protection et de radaptation des personnes handicapes Al-Khodh. </p> <h3>3.Travail et emploi</h3> <p>37.En ce qui concerne le travail et l emploi, la fin de 2012, le nombre d tablissements offrant divers services pour l emploi des personnes handicapes dans le Sultanat avait atteint 659.</p> <p>38.Le Sultanat d Oman est un pays en dveloppement, son dveloppement rgional est quilibr et les personnes handicapes reprsentent environ 3,2% des habitants; ces personnes, de manire gnrale, continuent de se heurter des difficults et des obstacles pour ce qui est d exercer leurs droits fondamentaux. Le Gouvernement omanais augmente continuellement les ressources qui sont consacres aux personnes handicapes et renforce les mesures de soutien en leur faveur pour leur permettre d exercer ces droits comme le prvoient les lois en vigueur, ce qui cre des conditions propres leur assurer l galit des droits.</p> <p>39.Le Gouvernement omanais reconnat et applique avec une grande dtermination le principe d amnagement raisonnable prvu l article2 de la Convention: ainsi, les lois et les rglementations et les politiques et mesures adoptes matrialisent la mise en place effective d amnagements raisonnables en faveur des personnes handicapes.</p> <p>40.Conformment aux mesures lgislatives et politiques prcites, le Gouvernement omanais a formul un ensemble de politiques spciales de soutien en vue de crer les conditions permettant aux personnes handicapes d exercer pleinement l ensemble des droits de l homme et des liberts fondamentales sur la base de l galit avec les autres. Ainsi, le Gouvernement, en application de l article9 de la loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes, a enjoint aux organismes publics et aux entreprises qui emploient au moins 50salaris d engager les personnes handicapes qualifies dont la candidature est prsente par le Ministre de la main d Suvre hauteur de 2% de leurs effectifs, chiffre qui constitue le quota rserv aux personnes handicapes (dans le secteur public et le secteur priv). De mme, aux fins de l omanisation du secteur priv, le Gouvernement applique une politique de discrimination positive en vertu de laquelle l embauche d une personne handicape quivaut l emploi de deux personnes, ce qui peut encourager le recrutement d un nombre plus lev de personnes handicapes. En outre, l tat apporte un soutien et des allgements fiscaux aux personnes handicapes qui crent leur propre entreprise et a mis en place un systme de prestations prfrentielles et prioritaires pour les personnes handicapes qui utilisent les services publics, en leur accordant une rduction de 50% dans les transports publics sur l ensemble du territoire omanais et l extrieur sur les lignes ariennes omanaises, ainsi que des subventions pour permettre celles d entre elles vivant dans le besoin de prendre part aux diffrents rgimes d assurance sociale. </p> <h3>4.Vie sociale</h3> <p>41.Afin de faciliter la participation des personnes handicapes la vie sociale, conformment au principe d une socit sans obstacles, le Gouvernement a fix des normes obligatoires pour la construction d installations sans obstacles et pour la transformation des installations existantes en constructions accessibles. Il veille ce que les entits qui effectuent les travaux de construction et d amnagement grande chelle sur l ensemble du territoire omanais s y conforment et a introduit un soutien l amnagement des logements individuels des personnes handicapes visant en amliorer l accessibilit, afin de faciliter la circulation des personnes handicapes en fonction de leurs besoins et de leur dficience.</p> <p>42.Le soutien et l assistance apports aux personnes handicapes s inscrivent dans les pratiques vertueuses omanaises traditionnelles.Le Gouvernement s emploie largement promouvoir un esprit d humanit dans la socit et dploie d immenses efforts pour promouvoir une image des personnes handicapes compatible avec une socit moderne et civilise. Il a activement construit un environnement dans lequel les personnes handicapes peuvent participer de manire gale la vie de la socit et a largement contribu la mise en place de toute une panoplie d activits visant aider les personnes handicapes. La comprhension et le respect des personnes handicapes et la sollicitude leur gard et la fourniture d une aide celles-ci sont progressivement devenus des attitudes profondment ancres dans les mentalits des populations, qui sont susceptibles d entreprendre des actions spontanes dans ce sens. </p> <p>43.La srie de politiques prfrentielles et de mesures de soutien mise en avant par le Gouvernement dans le but de consentir des amnagements raisonnables en faveur des personnes handicapes a t universellement accepte par la socit et est compatible avec les droits et les intrts communs de la socit dans son ensemble.</p> <p>44.L un des principaux rsultats de ces volutions lgislatives et rglementaires est un changement positif des attitudes de la socit l gard des personnes handicapes et une sollicitude et une comprhension croissantes des dcideurs s agissant de la question des personnes handicapes et le fait que le principe des droits a prvalu sur l assistanat. Cette volution s est produite tout autant dans le secteur public que dans le secteur associatif.</p> <p>45.Le Gouvernement omanais estime que les personnes handicapes sont les mieux mme de dfendre leur cause et qu elles sont les plus qualifies pour s exprimer au sujet de leurs difficults, de ce qui les caractrise, de leurs besoins et de la protection de leurs droits et intrts. En consquence, il les a associes aux travaux des commissions charges de leurs affaires ou l laboration et e la modification des lois pertinentes, invitant leurs reprsentants et leurs institutions y participer afin de faciliter l coute directe des avis de ces personnes. Une commission nationale de suivi a t cre pour surveiller l application de la Convention et l laboration du prsent rapport.</p> <h2>III.Dispositions spcifiques</h2> <h3>Article 5galit et non-discrimination</h3> <p>46.La politique gnrale du Sultanat d Oman l gard des actes de discrimination sous toutes leurs formes dcoule en premier lieu du sentiment religieux de la population, qui considre la discrimination comme contraire l islam et toute pratique de discrimination comme un pch, et en second lieu de la lgislation, qui consacre ce principe et considre la discrimination comme un acte punissable contraire la morale et l thique publique.</p> <p>47.En application des dispositions de la Convention, qui affirment l galit et la non-discrimination, tous les individus, y compris les personnes handicapes, jouissent sans aucune discrimination des droits de l homme et des liberts fondamentales et les exercent sur un pied d galit dans tous les domaines de la vie publique. La lgislation du Sultanat, en particulier la Loi fondamentale de l tat et les autres lois pertinentes, dfinissent clairement les rgles et les procdures destines en assurer le respect.</p> <p>48.Confirmant cette orientation, la Loi fondamentale de l tat, dans son chapitreIII, couvre les droits et devoirs publics. Son article17 nonce que tous les citoyens sont gaux devant la loi et qu ils ont les mmes droits et devoirs. Il n y a pas de discrimination entre eux pour des motifs de sexe, d origine, de couleur, de langue, de religion, de secte, de domicile ou de statut social. Sur la base de cet article, tous les citoyens sont gaux devant la loi et ils ont le droit de saisir l ensemble des tribunaux omanais des diffrents degrs de juridiction. La Loi fondamentale contient galement un certain nombre de mesures de contrle constitutionnel concernant la justice, le systme judiciaire, l application des lois et l organisation du pouvoir judiciaire. L article9 dispose que le pouvoir dans le Sultanat repose sur la justice, la Choura et l galit. Les citoyens ont le droit de participer aux affaires publiques, conformment la Loi fondamentale et dans les conditions et les circonstances fixes par la loi. L article12 nonce que la justice, l galit et l galit des chances entre Omanais constituent les piliers de la socit et sont garanties par l tat. </p> <p>49.Les textes de loi en vigueur, s agissant de l instauration de la justice et de l interdiction de la discrimination l gard de tout groupe pour des motifs de sexe, de situation ou de race ou pour tout autre motif, s appliquent tous, ainsi qu au Gouvernement et ses organes et institutions. Celui-ci, reprsent par ses institutions, veille en tant que garant du respect des lois ce qu aucune forme de discrimination ne soit pratique et s abstient lui-mme de tout acte ou pratique discriminatoire. Les citoyens et les rsidents ont galement accs des voies de recours, quel que soit le statut de l auteur de l acte de discrimination considr et l article59 de la Loi fondamentale nonce que la primaut du droit est le fondement de la gouvernance et que les droits et les liberts sont garantis par la dignit du pouvoir judiciaire et par la probit et l impartialit des juges. L article25 dispose que le droit d ester en justice est un droit sacr garanti tous, que la loi dfinit les procdures et les circonstances pourl exercice de ce droit et que l tat garantit, dans toute la mesure possible, que les autorits judiciaires rconcilieront les parties et rgleront les affaires promptement.</p> <p>50.tant donn que l tat tient donner l exemple en matire de lutte contre toutes les formes de discrimination, les institutions et les organes publics s abstiennent de tout acte ou pratique quiimplique, encourage, soutient ou protge la discrimination, quelle que soit son origine. Ainsi, l article80 de la Loi fondamentale prcise que personne ne peut adopter de rgle, rglementation, dcision ou instruction contraire la lgislation et aux dcrets en vigueur, ou auxtraits et accords internationaux, qui font partie du droit interne.</p> <p>51.Il convient de noter qu il n y a jamais eu dans le Sultanat d Oman de loi ou de mesure ayant conduit des pratiques discriminatoires et qui devrait par consquent tre abroge, annule ou rvise. Depuis la renaissance du Sultanat, la politique, la justice et l ordre social reposent sur la justice et l galit et le Sultanat s efforce par tous les moyens d intgrer ces valeurs dans la socit omanaise.</p> <p>52.De nombreuses autres lois prescrivent des mesures d amnagement raisonnable en faveur des personnes handicapes. Ainsi, une disposition de procdure pnale prvoit que lors de l interrogatoire d un suspect sourd, il convient de prvoir la participation d un interprte ayant une bonne matrise de la langue des signes et de telles circonstances doivent tre consignes dans le dossier; si le dfendeur est aveugle ou sourd et n a pas confi sa cause un dfenseur, le tribunal dsigne un avocat pour le dfendre dans le cadre de l obligation de fournir une aide juridictionnelle pour les procdures devant les diffrents degrs de juridiction, cela au titre des amnagements raisonnables pris par le Sultanat en faveur des personnes handicapes, en vue de raliser l galit des chances et de traitement entre les personnes handicapes et les autres de faon effective. </p> <p>53.La lgislation omanaise, en particulier la loisur la protection et la radaptation des personnes handicapes promulgue par le dcret royalno63/2008, nonce des privilges et des droits des personnes handicapes qui leur sont garantis par la loi dans le domainede l enseignement qui tient compte des caractristiques physiques et mentales et des exigences des personnes handicapes et leur offre, notamment, assistance et confort, dans le domaine de la protection sanitaire au moyen d activits prventives et curatives et dans le domaine du travail et de la radaptation professionnelle.</p> <h3>Article 8Sensibilisation</h3> <p>54.La sensibilisation de la socit et du grand public la situation des personnes handicapes est un long processus. La loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes disposeen son article11 que les acteurs en matire d activits sociales, sportives et culturelles [& ] doivent leur fournir les moyens de s enrichir sur le plan culturel et constituer une sous-commission de l information de la Commission nationale pour la protection et la radaptation des personnes handicapes en application de l article13 de la loi susmentionne, dont les comptences ont t dfinies (annexe1), qui est compose de reprsentants des diffrents acteurs du domaine de l information et de la presse. Diffrentes rubriques figurent sur le site Web du Ministre du dveloppement social, l adresse www.mosd.gov.om, en vue de fournir des informations et des services aux personnes handicapes. Chaque anne, le Gouvernement lance des campagnes de sensibilisation du public aux activits relatives la Journe internationale des personnes handicapes, la Journe arabe des personnes handicapes, la Semaine arabe des personnes frappes de dficience auditive (sourdes) et la Journe de la canne blanche des dficients visuels.Il prpare et organise activement ces activits, de mme que les Jeux olympiques spciaux et les Olympiades organises pour les dficients intellectuels, avec une srie de confrences sur ces questions.</p> <p>55.Les activits ducatives relatives la fourniture d une aide ces personnes dans le cadre scolaire et universitaire sont assures au moyen de concours et de foires promotionnelles. Ces dernires annes, diverses activits ont t lances dans le Sultanat en vue de sensibiliser les lves la ncessit de respecter les droits des personnes handicapes.</p> <p>56.Le Sultanat s emploie diffuser largement la Convention relative aux droits des personnes handicapes. La Convention a t officiellement publie en tant que publication distincte et galement en braille l intention des personnes atteintes d une dficience visuelle. Par ailleurs, des articles concernant la Convention sont parus dans diffrents organes de presse quotidiens, hebdomadaires et mensuels compter de la date de sa ratification. La tlvision et la radio omanaises ont maintes occasions, rencontres et symposiums, parl de la Convention dans leurs programmes d information. Les associations de personnes handicapes ont organis quatre symposiums sur la Convention, au cours desquels se sont drouls des dbats avec des groupes reprsentant les personnes handicapes sur les questions relatives la Convention. </p> <h3>Article 9Accessibilit</h3> <p>57.La loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes, en son article10, dispose que les pouvoirs publics comptents prennent les mesures ncessaires pour garantir aux personnes handicapes l accs aux services publics, comme indiqu ci-aprs:</p> <p>57-1.Garantie de la conformit avec les spcifications techniques des lieux publics, routes, btiments, lieux de culte, centres de loisirs, entres des magasins, parkings et autres services frquents par les personnes handicapes;</p> <p>57-2.quipement des moyens de transport en commun de faon ce qu ils soient plus accessibles aux personnes handicapes et ce que ces personnes puissent se dplacer plus aisment dans les aroports, dans les ports et sur les routes; </p> <p>57-3.La loi impose aux pouvoirs publics d assurer un environnement sans obstacles dans diffrents domaines, notamment l accs sans obstacles aux btiments, la voirie, aux transports, l information et la communication. Cela vise promouvoir la cause des personnes handicapes et acclrer la construction et l amnagement d installations sans obstacles. De mme, l application des lois et rglements a t gnralise concernant toutes les installations publiques, associatives et prives, avec l tablissement de normes et critres de construction sans obstacles. Le cadre fondamental rgissant la cration d un milieu urbain sans obstaclesa t renforc;</p> <p>57-4.Le Gouvernement exige que la conception de tous les quipements et produits prenne en considration le concept d accessibilit; il a tabli un guide qui tient compte, dans la formulation des normes, des besoins des personnes handicapes;</p> <p>57-5.Le Sultanat a pris des mesures pour mettre en conformit les activits de construction qui ne respectent pas les normes d accessibilit sans obstacles;</p> <p>57-6.Toutes les coles spciales, les entreprises vocation sociale, les centres de radaptation, les installations des services publics et les institutions de soins aux personnes ges qui rpondent aux besoins des personnes handicapes ont construit des installations sans obstacles ou ont amnag les installations existantes afin de les rendre accessibles. Dans les gares, les aroports et les ports pour ferry-boats du pays, la construction d installations sans obstacles ou l amnagement des installations existantes afin qu elles le deviennent sont presque termins.Des bulletins d information en langue des signes ont commenc tre utiliss. De mme, certains htels ont introduit des services en langue des signes, les personnes aveugles ou sourdes ont accs pour un cot modique des servicesde messagerie textuelle et audio en utilisant les tlcommunications mobiles, etles malvoyants peuvent utiliser des bibliothques sonores dans les universits (Universit Sultan Qabous).Certaines institutions offrent des services aux personnes handicapes en recourant des logiciels de synthse vocale qui permettent la conversion de texte en paroles et inversement;</p> <p>57-7.La construction d difices sans obstacles et l amlioration de la qualit de la construction, de l administration et des services dans les gouvernorats garantissent aux personnes handicapes une participation pleine et gale la vie sociale et apportent plus de confort aux membres de la socit dans son ensemble; le Gouvernement labore un rglement sur les constructions sans obstacles et un plan des travaux de construction sans obstacles, conformment la loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes. </p> <p>58.Une sous-commission spcialise de la Commission nationale pour la protection et la radaptation des personnes handicapes, charge d instaurer un environnement sans obstacles, a t constitue. Son mandat et ses comptences ont t dfinis (annexe2) et elle est prside par le reprsentant du Ministre du logement.</p> <p>59.Les autorits comptentes qui dlivrent les permis de construire ont fix les conditions techniques pour toutes les installations et institutions et lieux commerciaux, notamment l obligation d en faire des lieux amnags pour les personnes handicapes conformment aux normes internationales relatives l accessibilit aux personnes handicapes, comme prcis ci-aprs:</p> <p>59-1.Aucun difice public ou priv ne peut tre autoris s il n offre pas tous les amnagements ncessaires son utilisation par les personnes handicapes;</p> <p>59-2.Des conditions gnrales sont fixes pour l utilisation par les personnes handicapes des difices publics et des difices prvus spcialement pour eux, en conformit avec les prescriptions et rgles concernant les espaces intrieurs et extrieurs des difices, qui doivent tre adapts aux besoins des personnes handicapes;</p> <p>59-3.Participation des personnes handicapes et des associations d aide celles-ci afin qu elles expriment leurs avis concernant les difficults qu elles rencontrent propos de la dlivrance de permis pour les difices publics et privs et formulent des propositions et des solutions appropries;</p> <p>59-4.Fourniture d quipements dans les difices publics aux fins de leur utilisation par des personnes mobilit rduite, notamment les entres, les portes, les couloirs, les ascenseurs et les toilettes; </p> <p>59-5.Propositions et conseils concernant l amnagement des difices et des services publics conformment aux besoins des personnes handicapes adresss aux socits foncires et aux cabinets d ingnieurs-conseils, qui sont encourags utiliser les nouvelles technologies dans ce domaine;</p> <p>59-6.Tenue d ateliers et de runions de travail sur les questions touchant l accessibilit et les questions connexes;</p> <p>59-7.Intgration des bureaux d ingnieurs-conseils et des entrepreneurs dans le domaine de la planification et de la mise en Suvre des amnagements devant tre apports aux projets en cours d excution en fonction de cette catgorie;</p> <p>59-8.tablissement des spcifications techniques devant tre garanties lors de l adoption des plans des difices utilisables par les personnes handicapes. </p> <h3>Article 10Droit la vie</h3> <p>60.Les lois et les politiques nationales garantissent le droit des personnes handicapes la vie, la survie et au dveloppement grce un certain nombre de mesures et de mcanismes, dont les suivants:</p> <p>60-1.Il est interdit de priver les enfants de manire gnrale, et les enfants handicaps en particulier, du droit la vie en vertu de la lgislation ou au moyen de mesures mises en Suvre en application de la loi, ou bien encore de son propre fait. Il est interdit de condamner les enfants la peine capitale et de les tuer, mme par compassion, ou encore de les inciter se suicider. Une mre qui tue son enfant, mme pour lui viter le dshonneur, est punie, de mme que quiconque est responsable du dcs de l enfant par erreur ou par ngligence, cela en vue de protger le droit de l enfant la vie;</p> <p>60-2.La protection des enfants concerne aussi le fStus, l avortement tant interdit, sauf ce qu un mdecin diplm estime que la vie de la future mre est en danger et soit convaincu que l avortement est le seul moyen de la sauver, et condition qu il soit pratiqu avant la dix-septime semaine de grossesse. Toute personne qui, sans cela, pratique un avortement ou y contribue est poursuivie et juge en vertu de la loi;</p> <p>60-3.La premire mesure de protection figure dans les principes inscrits dans la lgislation omanaise afin que l enfant naisse dans une famille lgitime fonde sur un choix pouvant s exercer librement de faon gale, tant donn que la Loi fondamentale de l tat, en son article12, dispose que la famille est le fondement de la socit et la loi prvoit les moyens de prserver son statut juridique et d en consolider les liens et les valeurs, d en protger les membres et de crer des conditions propices au dveloppement de leurs aptitudes et de leurs capacits. Cette disposition, de porte gnrale, couvre la protection de tous les membres de la famille sans discrimination au motif du handicap.</p> <p>61.Le fStus et la femme enceinte bnficient aussi de nombreux droits prescrits dont la substance est indique dans le prsent rapport, dans le cadre de l examen de la loi sur le statut personnel, la loi sur l tat civil et d autres lois.</p> <p>62.Pour ce qui est de la lgislation et des mesures d application concernant le droit la vie, la survie et au dveloppement, nous souhaitons mentionner les textes ci-aprs: </p> <p>62-1.La Loi fondamentale de l tat dispose clairement que le Gouvernement protge et respecte les droits de l homme, le Gouvernement affirme que le droit la vie est un des droits fondamentaux de la personne humaine et le Code pnal prvoit des peines relativement svres concernant les homicides et les dommages corporels qui mettent en danger ou portent atteinte la vie, la sant et la scurit des citoyens. Les principes gnraux du Code civil disposent que les citoyens jouissent du droit la vie et du droit la sant et que les droits et intrts lgitimes des personnes handicapes doivent tre protgs. L article11 de la loi sur la justice promulgue par le dcret royal no90/99 prvoit la cration d un organe charg de rgler les diffrends relatifs la cohrence des lois et des rglements avec la Loi fondamentale de l tat et de faire en sorte que les dispositions de cette dernire ne soient pas enfreintes.</p> <p>62-2.De nombreuses dcisions et mesures visent protger le droit de l enfant la vie, la survie et au dveloppement, ainsi que son intrt suprieur, dont nous souhaitons mentionner les suivantes:</p> <p>62-2-1.L arrt ministriel no3/2002 portant reconstitution du Comit national de lutte contre le tabagisme, auquel participent l OMS et l UNICEF ainsi que les organismes publics comptents;</p> <p>62-2-2.L arrt ministriel no8/2002 portant cration du Comit de lutte contre la malnutrition des enfants;</p> <p>62-2-3.L arrt ministriel no39/2001, dont l article2 interdit la vente de cigarettes et d autres produits du tabac toute personne ge de moins de 18ans et prvoit des peines pour les contrevenants;</p> <p>62-2-4.L arrt ministriel no33/2000 portant cration du Dpartement des soins de sant primaires au sein du Ministre de la sant et d un dpartement spcial charg de la famille dot d une section consacre l espacement des naissances;</p> <p>62-2-5.L arrt ministriel no54/2000 portant cration du Comit national pour la protection de l allaitement au sein et l arrt ministriel no55/98 qui rglemente la commercialisation des produits de substitution au lait maternel.</p> <p>63.Les tableaux et les donnes statistiques sur les ralisations du Ministre de la sant figurant dans le prsent rapport (chapitreVII et subdivisions) font apparatre les rsultats obtenus dans ce domaine. Il s agit ici du rle jou par le Ministre de l ducation travers les services sanitaires, sociaux et ducatifs fournis dans les coles publiques et prives en gnral et dans l ducation de base (niveaux1 12), ainsi que du rle du Ministre du dveloppement social travers les crches qu il contrle et les programmes et sminaires de sensibilisation qu il organise.</p> <h3>Article 11Situation de risque et situation d urgence humanitaire</h3> <p>64.La Loi fondamentale de l tat dispose que le Gouvernement assure une aide aux citoyens et leur famille, y compris les personnes handicapes, en cas d accident, de maladie, d incapacit et de vieillesse, dans le cadre du systme de scurit sociale tel qu instaur par la loi promulgue par le dcret royal no84/87et s efforce d encourager le public partager les charges la suite de catastrophes.</p> <p>65.Le plan national de gestion des situations d urgence couvre tous les citoyens qui se trouvent dans une situation dangereuse la suite, notamment, de catastrophes naturelles, y compris les personnes handicapes.</p> <p>66.Le Gouvernement omanais appuie les efforts des organismes de secours qui apportent une aide tous les groupes d habitants sans discrimination et ce par l intermdiaire del association caritative omanaiseet d autres initiatives de bnvolat.</p> <h3>Article 12Reconnaissance de la personnalit juridique des personnes handicapes dans des conditions d galit avec les autres et devant la loi </h3> <p>67.La Loi fondamentale de l tat dispose que les citoyens omanais dans leur ensemble sont gaux devant la loi. Les personnes handicapes jouissent de droits gaux ceux des autres citoyens dans les domaines politique, conomique, culturel et social ainsi que dans leur vie familiale et les droits et la dignit des personnes handicapes en tant que citoyens doivent tre protgs par la loi. Aucune des diffrentes lois du Sultanat n exclut la capacit de ces personnes en tant que sujets de droit.</p> <p>68.Les principes juridiques gnraux noncent que le citoyen a la capacit de jouissance de ses droits civils tout au long de sa vie ainsi que le droit d exercer les droits civils et d assumer les obligations civiles conformment la loi. Tous les citoyens sont gaux en ce qui concerne la capacit de jouir des droits civils. Le Sultanat accorde une attention spciale aux personnes handicapes afin qu elles puissent relever les dfis qu elles rencontrent. Le Code pnal dispose que si une personne coupable d avoir commis des actes prjudiciables est atteinte au moment des faits de troubles mentaux ayant aboli son discernement ou le contrle de ses actes et condition que ces troubles aient t vrifis et confirms selon une procdure lgale, ladite personne doit tre dclare irresponsable pnalement. Si un malade mental qui n a pas compltement perdu la capacit de discernement ou le contrle de ses actes commet une infraction, il peut tre sanctionn d une peine plus lgre ou attnue. Toute personne sourde ou aveugle qui commet une infraction peut tre sanctionne par une peine plus lgre ou attnue ou tre acquitte. Les personnes handicapes peuvent bnficier d un traitement prfrentiel dans des domaines tels que la fiscalit et les redevances administratives. Les dispositions prfrentielles spciales prvues en faveur des personnes handicapes ne peuvent tre considres comme une discrimination l gard des autres. </p> <p>69.Dans le cadre des actions civiles, les personnes handicapes qui ont besoin d aide peuvent se porter partie civile par l intermdiaire d un reprsentant. Si une personne handicape ne peut saisir la justice pnale, les dispositions pertinentes du Code de procdure pnale autorisent son curateur ou tuteur y participer en son nom, au titre du texte de la loi qui fait autorit en la matire, et son tuteur, qui est son reprsentant lgal nomm par le juge, protge sa personne, ses biens et ses droits et intrts lgitimes. Pour viter tout abus, les principes gnraux du Code civil prvoient que lorsque le tuteur est incapable de remplir son rleou lorsqu il porte atteinte aux droits et intrts lgitimes de la personne protge, sa responsabilit est engage; lorsqu il porte atteinte aux biens de la personne, il est tenu d indemniser pour les dommages causs. Les services judiciaires peuvent dmettre le tuteur de ses fonctions. Si un reprsentant lgal ne s acquitte pas de ses responsabilits et porte prjudice la personne qu il reprsente, sa responsabilit civile est engage.</p> <p>70.De mme, la loi promulgue par le dcret royal no74/7 nonce ce qui suit:</p> <p>70-1.L accus doit tre inform de ses droits dans une langue qu il comprend et l occasion doit lui tre offerte d exposer sa situation juridique, matrielle, psychologique et sociale;</p> <p>70-2.La victime qui a besoin d une protection particulire ou d un hbergement est renvoye aux entits comptentes et place, selon que de besoin, dans un centre de radaptation mdicale ou psychologique, un tablissement de soins ou une rsidence spcialise; </p> <p>70-3.La protection ncessaire est fournie la victime ou au tmoin en cas de besoin.</p> <p>71.Les personnes handicapes jouissent de l galit d accs aux prts bancaires, hypothques et autres formes de crdits financiers avec des garanties lgales conformment aux rglements bancaires. cet gard, la loi omanaise ne comprend pas de dispositions discriminatoires l gard des personnes handicapes. Les personnes handicapes bnficient d un statut gal celui des autres concernant le droit la proprit et l hritage et il en va de mme en matire de partage de l hritage entre les hritiers.</p> <h3>Article 13Accs la justice</h3> <p>72.La Loi fondamentale de l tat, en son article59, dispose que la souverainet de la loi est le fondement de la conduite du Gouvernement et que l intgrit et l impartialit des tribunaux et l honntet des juges constituent la garantie des droits et des liberts. Elle dispose en son article60 que le pouvoir judiciaire est indpendant et que son autorit est dvolue aux tribunaux, quels qu en soient le type et l instance, qui rendent leurs jugements conformment la loi. Elle dispose, en son article61, que les juges prennent leurs dcisions sous la seule autorit de la loi et qu ils ne peuvent tre rvoqus que selon les voies lgales; que nul n a le droit de faire obstacle la justice et que cela constitue une infraction rprime par la loi. Elle prvoit, en son article71, que tout fonctionnaire comptent qui n excute pas un jugement ou retarde son excution commet une infraction rprime par la loi et que la personne laquelle profite le jugement a alors le droit d engager des poursuites directement devant le tribunal.</p> <p>73.Le Sultanat garantit la protection des personnes handicapes tous les stades de la procdure judiciaire. Le Code de procdurepnale dispose que l interrogatoire d un suspect sourd doit tre men avec l aide d un interprte ayant une bonne matrise de la langue des signes et que ces circonstances doivent tre consignes dans le dossier. Les tribunaux, tous les chelons, sont tenus d accepter et d examiner sans dlai les affaires prsentes par les personnes handicapes. Les affaires doivent tre entendues et tranches en premire instance, afin de rduire la charge et le cot des litiges impliquant des personnes handicapes. Des copies des jugements en braille ou en gros caractres doivent tre mises la disposition des personnes handicapes qui en ontbesoin. Conformment la circulaire, les parquets tous les chelons doivent galement renforcer la surveillance des prisons, des centres de dtention et des centres de rducation par le travail et protger les droits et intrts lgitimes des personnes handicapes dlinquantes, dtenues ou places dans les centres de rducation par le travail.</p> <p>74.Le Sultanat garantit la fourniture d une aide et d une assistance juridiques aux personnes handicapes. Le Code de procdure pnale prvoit que lorsque le dfendeur est une personne aveugle, sourde ou muette ou un mineur, qui n a pas confi sa cause un dfenseur, les tribunaux populaires doivent dsigner des avocats pour le dfendre dans le cadre de l aide juridictionnelle.</p> <p>75.Le Sultanat met l accent sur la sensibilisation l obligation de respecter les personnes handicapes tous les niveaux conformment aux dispositions de la Convention relative aux droits des personnes handicapes et la loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes, le but tant de mieuxfaire connatrela protectionjuridiquedont bnficient ces personnes dans le cadre detous les types de relation avec elles.</p> <h3>Article 14Libert et scurit de la personne </h3> <p>76.La Loi fondamentale de l tat garantit les droits et liberts sans discrimination aucune; en son article17, elle dispose que tous les citoyens sont gaux devant la loi et ont les mmes droits et devoirs et qu il n y a pas de discrimination entre les citoyens pour des motifs de sexe, d origine, de couleur, de langue, de religion, de pratique religieuse, de lieu de rsidence ou de situation sociale.</p> <p>77.Les droits civils et les liberts sont noncs dans la loi fondamentale de l tat. Ils sont protgs par les dispositions des lois pertinentes, dont le Code pnal omanais, qui rprime les atteintes ces droits et liberts et punit tout fonctionnaire qui limite arbitrairement la libert des individus divulgue des renseignements confidentiels dont il a pris connaissance dans l exercice de ses fonctions, pntre dans le domicile d autrui sans le consentement de l intress, abuse de son pouvoir, extorque des aveux ou des renseignements ou se rend coupable de diffamation.</p> <p>78.Quiconque porte atteinte au caractre sacr d une religion, d un cimetire ou d obsques fait galement l objet d une sanction, de mme que toute personne qui ne pourvoit pas aux besoins ou l entretien d un enfant, fait obstacle la garde d un enfant, dlaisse un enfant, se livre un attentat la pudeur sur sa personne ou l incite la dbauche. Toutes les infractions commises l gard des individus ou de leurs biens sont punies afin que soient protgs les droits de la personne concerne, y compris les atteintes la dignit ou la vie prive par le biais d une incitation au suicide, de l euthanasie, d une limitation de la libert, de la servitude, de l esclavage, de menaces, de svices ou de toute atteinte aux droits.</p> <p>79.Il est interdit par la loi de porter atteinte aux droits ou liberts inscrits dans cette lgislation et la victime peut saisir les tribunaux pour obtenir rparation; le ministre public est de surcrot habilit introduire une instance s il prend connaissance de telles infractions, mme en l absence de plainte.</p> <p>80.Les textes juridiques reconnaissent les droits des enfants, y compris des enfants handicaps, comme cela a t indiqu. L application de la loi et le fait qu aucune disposition juridique ne puisse enfreindre les rgles sur les sanctions et sur la rparation l gard de la victime sont fonds sur le principe de la primaut de la loi, qui est le fondement de la gouvernance au niveau de l tat (art.59 de la Loi fondamentale). Il n existe pas de statistiques prcises sur le nombre d infractions commises (ni sur les peines prononces ou les rparations accordes dans ce domaine), mais nous pouvons affirmer qu elles sont si rares qu elles ne mritent pas d tre mentionnes.</p> <p>81.De mme, la Loi fondamentale de l tat dispose que la libert individuelle des citoyens est inviolable. Aucun citoyen ne peut tre arrt sans l approbation ou la dcision d un tribunal comptent. Sont interdits toute incarcration illgale, toute autre mesure illgale entrainant la privation de libert ou une atteinte la libert individuelle des citoyens, et toute fouille corporelle illgale. Aucune instance et aucune personne ne peut utiliser la violence, des menaces ou des mthodes impliquant la restriction de la libert personnelle pour contraindre une personne handicape travailler.</p> <p>82.Les textes rglementaires manant du Ministre de la protection sociale qui s appliquent aux institutions de protection sociale accueillant des personnes handicapes exigent que les droits et intrts des personnes soient spcialement protgs contre toute atteinte dans certaines situations, notamment en milieu carcral, la dignit humaine des dtenus ne devant pas tre bafoue. Leur scurit physique et les biens qu ils possdent lgalement ainsi que leur droit de se dfendre, de faire appel, de porter plainte et de formuler des accusations ainsi que tous autres droits dont ils n ont pas t dchus et qui n ont pas t restreints en vertu de la loi sont inviolables.</p> <p>83.La libert et la scurit de la personne des citoyens, y compris des personnes handicapes, sont galement protges par la loi; en aucune circonstance la libert de la personne ne peut tre retire pour des raisons de handicap.</p> <p>84.Les prisons omanaises prennent pleinement en considration les caractristiques physiologiques et psychologiques et la force physique des personnes handicapes, en leur fournissant des soins adapts en matire de gestion, de mesures correctives, de vie courante et de travail, comme indiqu ci-aprs:</p> <p>84-1.Elles dispensent des services de soins mdicaux de base aux dtenus de manire gnrale, notamment aux handicaps, leur font rgulirement passer des examens physiques, assurent un traitement ceux qui sont malades, et protgent le droit de ces dtenus aux soins mdicaux et aux soins de sant;</p> <p>84-2.Elles offrent des programmes de rducation, de traitement et d orientation psychologiques, dans le but de rduquer et de traiter les dtenus handicaps qui souffrent de troubles motionnels;</p> <p>84-3.Elles fournissent un traitement mdical aux dtenus handicaps librs sous caution et souffrant de maladies graves lorsqu ils remplissent les conditions exiges cet effet;</p> <p>84-4.Elles dispensent des soins appropris et apportent une aide aux dtenus ayant une dficience qui sont confronts des problmes lis leur handicap pendant la priode de leur dtention.</p> <h3>Article 15Droit de ne pas tre soumis la torture ni des peines ou traitements cruels, inhumains ou dgradants</h3> <p>85.L article20 de la Loi fondamentale de l tat, l article192 du Code de procdure pnaleet leCode pnal omanais, et les peines imposes pour svices, torture ou attentat la pudeur sont examins dans ce chapitre. Les tudes et procdures suivantes mritent d tre mentionnes:</p> <p>85-1.Les tudes ont montr que les mthodes employes dans les familles omanaises pour punir leurs enfants, dont les enfants handicaps, sont varies et sont lies au niveau culturel et au niveau d instruction des parents: en effet, les familles qui ont un niveau culturel et un niveau d instruction levs emploient en gnral des punitions appropries comme la rprimande ou la privation provisoire d argent de poche ou d activits rcratives, tandis que celles qui ont un niveau culturel et un niveau d instruction modestes recourent aux cris, aux reproches et aux coups;</p> <p>85-2.Le Ministre du dveloppement social fait de gros efforts pour mettre au point une stratgie visant protger les enfants, dont les enfants handicaps, contre tous les types de mauvais traitements. Des mcanismes ont t mis en place pour lutter contre ces derniers, recevoir les plaintes et prendre les mesures qui s imposent. Le Ministre de la sant et la Police royale d Oman prtent main-forte au Ministre du dveloppement social. Cette stratgie est actuellement en cours de mise en Suvre et ses rsultats font l objet d un suivi; </p> <p>85-3.Des programmes de radio et de tlvision qui traitent de ces questions ont t lancs pour sensibiliser le public aux effets ngatifs des mauvais traitements infligs aux enfants. Les animateurs reoivent des plaintes de personnes, dont des enfants, au sujet de mauvais traitements dont elles ont t victimes, coutent leurs opinions et des experts (professeurs d universit et mdecins) sont disponibles pour rpondre leurs questions. Parmi les missions qui jouent un rle important cet gard, on note celles qui traitent des questions familiales: l mission radiophonique et tlvise Khas Jiddan (Extrmement spcial) et l mission tlvise Multaqa al-Saghir (Lieu de rencontre des jeunes);</p> <p>85-4.Une tude exploratoire a t faite sur un chantillon de 50familles de niveau d ducation et de niveau social variables dans diverses rgions du gouvernorat de Mascate. Elle avait pour objectif d examiner la manire dont les enfants sont traits, ainsi que les formes de punition et les situations dans lesquelles elles sont infliges, et d valuer le nombre de victimes par type de svices, sexuels en particulier. Selon les conclusions de cette tude, aucun abus sexuel n a t constat, peut-tre en raison du fait que la socit omanaise est profondment attache sa religion et ses traditions;</p> <p>85-5.Le Ministre du dveloppement social procde une vaste tude des modes de chtiment utiliss dans la famille sur les rsultats de laquelle elle s appuiera pour intensifier les mesures de protection et les initiatives de sensibilisation visant prvenir ces chtiments;</p> <p>85-6.La loi en vigueur prvoit des peines svres l encontre des personnes qui se rendent coupables de svices physiques. Les coles, les organismes qui dispensent des services aux personnes handicapes et les conseils de parents mnent galement des campagnes pour attirer l attention du public sur les consquences ngatives des mauvais traitements infligs aux enfants. De plus, le rglement adopt interdit de frapper les lves, dont les enfants handicaps, et prvoit des sanctions l encontre de ceux qui se rendent coupables de cela, et les ministres comptents surveillent le comportement des enseignants qui leur dispensent des services;</p> <p>85-7.Il convient ici de faire remarquer que la violence l gard des personnes handicapes n est pas trs rpandue dans le Sultanat d Oman. Les mesures pnales sont fondes sur l interdiction de la torture et des traitements cruels, inhumains ou dgradants l encontre des enfants, dont les enfants handicaps;</p> <p>85-8.Le Sultanat est partie la Convention contre la torture et veille rigoureusement l excution des obligations contractes en vertu de celle-ci, notamment en ce qui concerne l interdiction de la torture. L article26 de la Loi fondamentale de l tat dispose qu aucune exprience mdicale ou scientifique ne peut tre effectue sur quiconque sans son consentement. De mme, le Sultanat interdit les expriences mdicales sur les tres humains et les tudes biologiques et mdicales relatives l tre humain et il accorde une protection spciale aux sujets incapables de protger leurs propres droits et intrts, notamment les sujets souffrant d une dficience intellectuelle et les malades mentaux. Est galement interdite l exprimentation de nouveaux mdicaments et de mthodes de traitement n ayant aucun rapport avec les soins prodigus aux patients atteints de troubles mentaux.</p> <h3>Article 16Droit de ne pas tre soumis l exploitation, la violence et la maltraitance</h3> <p>86.L tat garantit la fourniture du soutien appropri dont a besoin la personne handicape, qu elle soit un accus, une victime ou un tmoin, toutes les phases  l arrestation, l instruction, le procs ou l excution du jugement ainsi que le droit d tre entendueavec la garantie de bnficier de conditions appropries adaptes sa situation et ses besoins. Si sa dficience est intellectuelle ou mentale, son mdecin personnel doit tre prsent ses cts ou un mdecin spcialis est mandat, qui a le droit d assurer une protection et une aide mdicale et sociale et d apporter une assistance technique spcialise en cas de besoin. La personne handicape doit tre accompagne d un avocat au cours de l instruction et du procs, et si un avocat n a pas t choisi, le procureur gnral ou le tribunal dsigne un avocat commis d office qui a l exprience de la dfense de personnes handicapes, conformment aux dispositions du Code de procdure pnale relatives la commission d office.</p> <p>87.Ne pas tre contraint de tmoigner ou de s avouer coupable et droit d interroger les tmoins:la Loi fondamentale de l tat, en son article20, dispose que nul ne peut tre soumis la torture physique ou mentale, des incitations ou un traitement dgradant, et prvoit des peines l encontre des personnes qui se rendent coupables de ces actes. Toute dclaration ou tout aveu dont il est tabli qu il a t obtenu sous la pression ou la menace de torture ou de svices est galement nul et non avenu. L article22 de la Loi fondamentale de l tat porte interdiction d infliger des atteintes physiques ou mentales l intgrit du prvenu. L article181 du Code pnal dispose que tout fonctionnaire qui aura port sur une personne des coups dont la violence est interdite par la loi en vue d obtenir l aveu d un crime ou un renseignement sur un crime sera sanctionn, en sus de toute peine prvue par la loi pour infliction de traitements dgradants, de svices ou pour atteinte l intgrit de la personne.</p> <p>88.En vertu de l article189 du Code de procdure pnale, il est interdit d obliger le prvenu prter serment ou de le contraindre ou de l inciter rpondre aux questions ou faire certaines dpositions. Le silence du prvenu ou le fait qu il ne rponde pas aux questions ne doit en aucun cas tre considr comme un aveu et il ne saurait tre puni pour faux tmoignage en raison d une dposition faite pour nier. L article192 dispose que toute dposition ou tout aveu obtenu sous la torture ou la contrainte est entach de nullit.</p> <p>89.En vertu de l article104, le ministre public doit couter la dposition des tmoins cits par la partie adverse pour que soit avre la culpabilit ou l innocence du prvenu, et en vertu de l article110, la partie adverse peut interroger des tmoins. En vertu de l article194, le prvenu peut tout moment citer les tmoins de son choix ou demander que soit diligente une enqute spcifique.</p> <p>90.L article41 du Code de procdure pnale dispose que nul ne peut tre arrt ou dtenu sauf sur ordre de l autorit comptente et que la personne mise en tat d arrestation doit tre traite avec dignit et qu il est interdit tout officier de police judiciaire et toute autre personne dpositaire de la force publique de recourir la torture, la contrainte, l incitation ou un traitement dgradant pour obtenir ou empcher des dpositions pendant le recueil de preuves, l enqute prliminaire ou le procs.</p> <p>91.Le Code pnal omanais prvoit des sanctions pour manquement aux obligations familiales, comme de ne pas rpondre ses besoins, ne pas assurer son entretien, faire obstacle la tutelle d un mineur ou bien ne pas s occuper d un mineur ou d une personne infirme (art.212 217).</p> <p>92.Le Code pnal prvoit des peines svres l encontre des attentats la pudeur et la sanction est aggrave si cette infraction est commise sur la personne d un enfant g de moins de 15ans ou si l auteur de l acte est un ascendant de la victime ou une personne laquelle l enfant a t confi, une personne qui a autorit sur l enfant ou un employ de maison de ces personnes (art.218).</p> <p>93.Le Code pnal prvoit des sanctions pour incitation la prostitution, participation des activits de prostitution et gestion d un lieu de prostitution. Ces sanctions sont aggraves si l infraction est commise contre un enfant g de moins de 18ans (art.220 222).</p> <p>94.Le Code pnal rprime les scandales caractre sexuel (art.224) et prvoit des peines svres en cas de prjudice portant atteinte la vie, la dignit ou l intgrit physique d une personne, y compris l incitation ou l aide au suicide. Dans ces cas, la peine est aggrave si la victime est un enfant g de moins de 15ans. Il est galement interdit d aider une personne mourir, mme par compassion et la demande de la victime (art.240et241). La privation de libert individuelle, l exclusion, la violation du domicile, les menaces et les svices sont svrement rprims (art.256 269).</p> <p>95.Le Code pnal rprime les infractions commises contre les biens de la victime. Il indique les peines imposes pour des infractions relatives des stupfiants et des substances psychotropes. Ces peines sont aggraves si des enfants sont concerns.</p> <p>96.Les services de rpression de la criminalit (la police et le ministre public) reoivent toutes les plaintes dposes la suite des infractions et sont tenus d y donner suite. Tout individu victime d une atteinte personnelle directe la suite d un crime ou dlit peut se porter partie civile devant un tribunal qui instruit les affaires pnales (art.20 du Code de procdure pnale), ce sans discrimination.</p> <p>97.En vertu de l article28 du Code de procdure pnale, quiconque a t tmoin d une infraction ou sait qu une infraction a t commise est tenu d en faire promptement tat auprs du ministre public ou des fonctionnaires chargs de la rpression des infractions. Conformment l article29, les agents publics, d une manire gnrale, sont tenus la mme obligation. En vertu de l article30, les fonctionnaires chargs de la rpression des infractions doivent faire des enqutes sur les crimes et dlits et recueillir des preuves.</p> <p>98.En vertu de l article33 dudit Code, les fonctionnaires chargs de la rpression des infractions ont l obligation de recevoir les rapports et les plaintes concernant tout crime ou dlit et de prendre les mesures ncessaires.</p> <p>99.Les reprsentants lgaux peuvent porter plainte au sujet de tout mauvais traitement inflig un enfant, ce droit tant galement exerc par tout enfant g de plus de 15ans. Il n existe aucune disposition juridique qui empche des personnes ges de moins de 15ans de saisir les tribunaux, mais elles doivent tre reprsentes devant les tribunaux ou le ministre public par leur reprsentant lgal.</p> <p>100.L obligation de signaler les mauvais traitements enfant concerne les enseignants et les mdecins, la fois en tant que fonctionnaires et que simples citoyens. Le service comptent n a pas connaissance d infractions de ce genre qui n aient pas fait l objet de poursuites ou d une quelconque difficult au cours de ces poursuites. Les rglements concernant les tablissements d enseignement privs, les tablissements d enseignement gnral et les maternelles prcisent les conditions respecter en ce qui concerne les locaux et le matriel pdagogique pour protger les enfants contre les accidents, les mauvais traitements, le dlaissement ou l exploitation.</p> <p>101.Les mesures lgislatives prescrivent que tout crime ou dlit doit faire l objet d une enqute et d un rapport. Les services comptents font le travail qui leur est impos par les mesures administratives actuellement en vigueur, contrlent et supervisent leur mise en Suvre. Dans le cadre des garanties susmentionnes prvues par la lgislation en vigueur, il est possible de poursuivre toute personne qui enfreint ces lois. Dans les circonstances actuelles et au vu des ressources disponibles, aucune disposition nouvelle n est envisage en ce qui concerne le dpt de plaintes, les dispositions actuelles tant suffisantes pour le moment, notamment en raison du fait que les traditions sociales omanaises interdisent et dsapprouvent la maltraitance des enfants, dont les enfants handicaps, que ce soit au foyer ou en dehors de celui-ci.</p> <p>102.L article222 du Code pnal prvoit des peines l encontre de toute personne qui gre un lieu de prostitution ou de fornication ou qui aide tablir et grer un tel lieu. Il en est de mme de l article221 l encontre de quiconque s adonne la fornication ou la prostitution, moyennant rmunration ou non. L article223 rprime aussi l homosexualit et le lesbianisme. L article224 prvoit des peines en cas de scandale sexuel, de tirage, de distribution, d acquisition ou d exposition de photographies de nus, de messages ou d autres articleschoquants, sauf des fins scientifiques ou dans un cadre scientifique et condition que cela ne soit pas destin des personnes ges de moins de 18ans.</p> <p>103.Ce phnomne est pratiquement inexistant dans le Sultanat d Oman. L utilisation d enfants pour des exhibitions ou des photographies pornographiques en violation des principes de moralit publique, des traditions et de la religion, n est pas autorise par la loi et les contrevenants sont sanctionns pour incitation la dbauche.</p> <p>104.Le Sultanat d Oman protge les travailleurs handicaps contre l exploitation, la violence et les mauvais traitements. Aucune instance ou individu ne peut utiliser la violence, des menaces ou des mthodes impliquant la restriction de la libert personnelle pour contraindre une personne handicape travailler, conformment au droit du travail en vigueur.</p> <p>105.Les lois en vigueur dans le Sultanat prvoient que les personnes handicapes victimes de violence peuvent dposer une plainte auprs d une organisation reprsentant les personnes handicapes. Ladite organisation doit protger les droits et intrts lgitimes des personnes handicapes, enquter et traiter le problme; la victime de violence peut galement signaler les faits aux organes comptents ou aux tribunaux en vue d une mise en accusation.</p> <h3>Article 17Protection de l intgrit de la personne</h3> <p>106.Le Gouvernement respecte l intgrit physique et mentale des personnes handicapes et encourage ces personnes dvelopper leur estime de soi et leur confiance en soi et dvelopper leur propre potentiel et leur autonomie. Le tuteur d une personne handicape est tenu de respecter les souhaits de sa pupille. S agissant de la promotion de la cause des personnes handicapes, leur droit d tre inform doit tre respect. </p> <p>107.Le Sultanat protge le droit l autonomie des personnes handicapes en matire de procration. Les femmes ont le droit de procrer, en fonction de leur situation, de leur tat de sant et de leur tat civil.</p> <p>108.La Loi fondamentale et le Code pnal omanais garantissent l intgrit physique des citoyens de toutes catgories. La Loi fondamentale, en son article26, dispose qu il est interdit de se livrer une exprience ou procdure mdicale sans que l intress y ait librement consenti.</p> <p>109.L article242 du Code pnal omanais interdit l avortement.</p> <p>110.Il existe de nombreuses associations dclares auprs du Ministre du dveloppement social qui surveillent l application des lois concernant les personnes handicapes et qui dfendent leurs droits.</p> <h3>Article 18Droit de circuler librement et nationalit</h3> <p>111.La loi sur la nationalit est considre dans tous les tats comme une des lois les plus importantes et ayant la plus grande porte. Elle dlimite la nationalit et dfinit ses caractristiques. La Loi fondamentale de l tat indique donc (en son article15) que la nationalit est rgie par la loi et qu il ne peut y tre renonc et qu elle ne peut tre retire que dans les limites de la loi. Elle affirme en outre en son article16 qu il est interdit de dporter ou d expulser des nationaux ou de les empcher de revenir dans le Sultanat. Cette disposition a une porte gnrale et s applique tous les nationaux, dont les personnes handicapes. </p> <p>112.La loi sur la nationalit omanaise ne donne pas la possibilit d avoir une double nationalit, pour des raisons de principe lies aux valeurs, aux traditions, aux expriences et aux intrts de la socit, au sentiment d appartenir sa patrie et aux lments dterminants de celle-ci. Nanmoins, il est possible d avoir la fois la nationalit omanaise et une autre nationalit quelconque, sur dcret royal pris lorsque la situation l exige.</p> <p>113.Afin d viter les cas d apatridie et mettre l enfant l abri du risque d apatridie pour des raisons totalement indpendantes de sa volont, la loi sur la nationalit omanaise prend soin de l enfant, considrant comme omanaise en vertu de la loi toute personne ne dans le Sultanat d Oman ou l tranger d une mre omanaise et d un pre inconnu, ou d un pre omanais qui a perdu sa nationalit, ou ne dans le Sultanat de parents inconnus, et toute personne ne dans le Sultanat qui en a fait son lieu de rsidence normal et dont le pre, galement n sur le territoire omanais, avait perdu la nationalit omanaise et ne l avait pas recouvre au moment de la naissance.</p> <p>114.La loi sur la nationalit omanaise prend essentiellement en considration la nationalit du pre mais accorde toutefois un rle la mre dans la transmission de la nationalit aux enfants, rle qui n est qu une solution potentielle qui ne se concrtise que si le pre ne peut en vertu de la loi transmettre sa nationalit ses enfants. Dans le Sultanat, aucune personne n a jamais t dchue de sa nationalit en raison de son handicap ni n a t prive de son droit de quitter le pays ou d y entrer pour un tel motif.</p> <p>115.De mme, la loi sur la nationalit omanaise accorde sans condition aux enfants mineurs la nationalit de leur pre naturalis,considrant que la volont du pre se substitue celle de ses enfants mineurs, ceafin d unifier la nationalit des membres de la famille;du fait qu ils ont acquis la nationalit omanaise sans en avoir exprim la volont, les intresss peuvent, selon cette mme loi,y renoncerdurant l anne qui suit leur accession la majorit.</p> <p>116.De mme, la personne naturalise peut exercer ses droits politiques, tels que le droit de vote au Majlis al-Choura (Conseil consultatif) et aux conseils municipaux, compter de la date o la nationalit omanaise lui est accorde. En vertu du chapitre premier, cette personne peut exercer ses droits civils, notamment le droit d exercer une fonction publique, le droit d enseigner et le droit de travailler.</p> <p>117.Aux termes de l article2 de l arrt ministriel no96/88 du Ministre des affaires sociales, du travail et de la formation professionnelle (Rglement relatif aux enfants ayant besoin de protection et d un placement familial), quiconque trouve un nouveau-n dont les parents sont inconnus doit le remettre l hpital, au centre mdical ou au poste de police le plus proche ou au gouverneur rgional. Il incombe ces services de prendre l enfant en charge et d tablir un rapport sur les circonstances de la dcouverte, y compris le nom et l adresse de la personne qui l a faite, ainsi que l heure et la date de l vnement. En vertu de l article3 de l arrt ministriel, l enfant doit immdiatement faire l objet d un examen mdical, tandis qu aux termes de l article4, les tablissements de sant sont tenus de notifier aux autorits comptentes le fait qu il convient de trouver une famille d accueil. En vertu de l article8, la famille de remplacement et le service comptent doivent convenir du choix d un nom quatre lments pour l enfant et il faut demander audit service de produire un acte de naissance. L acte de naissance ou d tat civil ne doit en aucun cas indiquer que cet enfant est n de parents inconnus ou qu il porte le nom ou le titre du chef de famille (ce qui rend alors l adoption impossible). Le nom tribal de la famille peut tre ajout la fin du nom de l enfant. L acte de naissance n indique pas que l enfant est n hors mariage, ce qui rpond la proccupation relative la protection des enfants, dont les enfants handicaps.</p> <p>118.L obtention d un extrait d acte d tat-civil est un droit fondamental. Le service comptent du Sultanat, conformment la lgislation pertinente (Code de l tat civil) donne suite au droit de l enfant, ds sa naissance, un nom et la nationalit omanaise, ainsi qu au droit de connatre ses parents et donc d tre pris en charge par eux, cela tant considr comme leur devoir en vertu du Code susmentionn. Cela s effectue en enregistrant les nouvelles naissances de faon permanente. Il n y a pas de cas de naissances ne donnant pas lieu une demande d inscription sur les registres de l tat civil, en particulier s agissant d enfants handicaps. Il n y a pas dans le Sultanat de cas de refus d inscription l tat civil au motif de handicap.</p> <h3>Article 19Autonomie de vie et inclusion dans la socit</h3> <p>119.Les lois en vigueur dans le Sultanat garantissent la jouissance par les personnes handicapes de droits gaux ceux des autres citoyens en matire de vie familiale. Les parents et les tuteurs des personnes handicapes encouragent ces personnes renforcer leur capacit de vivre l intrieur de la famille. Elles bnficient de services communautaires et d une aide familiale comme les autres membres de la famille lorsque les conditions le permettent, en sus de l aide qu apportent les pouvoirs publics, notamment des auxiliaires de vie et des services spciaux en matire, notamment, de radaptation, de formation, d emploi, de culture, de loisirs, de sport et de traitement, dispenss toutes les catgories sociales; ainsi que de la promotion de la construction et de la rnovation des installations sans obstacles dans les communauts, sur la voirie et dans les difices publics et les immeubles usage d habitation.</p> <p>120.Les personnes handicapes bnficient galement de services qui leur donnent une meilleure chance de vivre de faon autonome et de s intgrer dans la socit. Le Gouvernement encourage activement la mise en accessibilit des infrastructures communautaires et des logements des personnes handicapes, si bien que le taux de satisfaction des personnes handicapes est lev dans les diffrents gouvernorats et districts du Sultanat. Les associations au service des personnes handicapes, qui sont au nombre de cinq et comptent 15 branches dans l ensemble du Sultanat, mnent diffrentes activits dans les domaines des soins, de la culture, des loisirs et des sports, ce qui a pour effet d tendre la participation des personnes handicapes la vie sociale.</p> <p>121.Le Gouvernement garantit le droit la vie des personnes handicapes et le maintien ou le dveloppement dans toute la mesure du possible, en facilitant les mesures ncessaires pour fournir les fondements notamment en matire d alimentation, d habitat et de soins mdicaux, sociaux et psychologiques et en leur donnant les moyens d exercer leur droit l ducation, l apprentissage, au travail et aux loisirs, leur droit d accder aux installations et services publics, d obtenir des informations et la libert, notamment, d expression et d opinion et d autres droits et liberts fondamentaux dans les domaines priv et public.</p> <p>122.Pour que les personnes handicapes puissent participer la socit et s y intgrer, le lgislateur a nonc dans la loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes, en son article11, que les services chargs des activits sociales, sportives et culturelles doivent faciliter la participation des personnes handicapes aux camps et comptitions sportives l chelon national, rgional et international et veiller leur offrir des moyens d enrichissement culturel. </p> <p>123.Le Ministre du dveloppement social fournit les appareils appropris dans les logements des personnes handicapes qui ne peuvent pas en couvrir le cot et offre des aides et des prothses titre gratuit. De mme, le Ministre oriente de nombreux programmes de sensibilisation et programmes ducatifs sur les personnes handicapes et leur famille en vue de faire dment prendre conscience de leur cause pour faire face aux situations des personnes handicapes et pour que les organisations de la socit civile, notamment les organismes qui s occupent des personnes handicapes, contribuent la fourniture d aides et de prothses et aux programmes de sensibilisation et d ducation.</p> <h3>Article 20Mobilit personnelle</h3> <p>124.Le Gouvernement garantit aux personnes handicapes l exercice de la libert de circulation et de la libert de choisir leur lieu de rsidence. Il n existe pas dans la lgislation du Sultanat un texte qui limite la libert des individus, y compris les personnes handicapes, de se dplacer. </p> <p>125.Le Gouvernement et les entreprises de transport public ont publi les directives ncessaires pour faciliter les dplacements et la mobilit des personnes handicapes, notamment en leur rservant des places dans tous les moyens de transport, quels qu en soient la classe, la catgorie ou le type et en accordant une rduction d au moins 50% sur le prix des billets d avion et des voyages l tranger par les transports routiers et maritimes. Les services comptents prennent les mesures ncessaires pour faciliter l accs des personnes handicapes aux transports en commun et privs consacrs au service public, la voirie, aux trottoirs, aux traverses de chausse et aux diffrents lieux publics. Une sous-commission des transports et des communications a t cre au sein de la Commission nationale de protection des personnes handicapes par l arrt ministriel no58/2010 sur la Commission des transports et communications, prside par le reprsentant du Ministre des transports. Elle s acquitte de nombreuses fonctions (voir annexe3), notamment en recourant aux nouvelles technologies et aux services modernes ncessaires pour amliorer la situation des personnes handicapes.</p> <p>126.On s emploie faire en sorte que tous les entits comptentes fournissent des services publics qui offrent les moyens, les amnagements, le personnel form et des services d information, de communication et d autres services, y compris les services lectroniques et les services d urgence, afin de faciliter un traitement sur un pied d galit avec les autres personnes et leur utilisation par les personnes handicapes. </p> <p>127.La loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes, en son article10, nonce que les pouvoirs publics comptents sont tenus de prendre les mesures ncessaires pour permettre ces personnes de bnficier des services publics, notamment comme indiqu ci-aprs:</p> <p>127-1.En garantissant la conformit avec les spcifications techniques des lieux publics, routes, btiments, lieux de culte, centres de loisirs, entres des magasins, parkings et autres services frquents par les personnes handicapes;</p> <p>127-2.En quipant les transports en commun de manire amliorer leur accessibilit aux personnes handicapes et faciliter la mobilit de celles-ci, notamment dans les aroports et les ports et sur les routes.</p> <p>128.Parmi les comptences de la Commission nationale pour la protection et la radaptation des personnes handicapes figurent galement la facilitation de l obtention par ces personnes d aides, d appareils de radaptation et de prothses et l limination de ce qui les empche de bnficier des services publics, comme nonc l article14d) de la loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes.</p> <h3>Article 21Libert d expression et d opinion et accs l information</h3> <p>129.La loi fondamentale, en son article29, dispose que la libert d opinion et d expression orale, crite ou sous toute autre forme, est garantie dans le cadre de la loi. Cette disposition est de porte gnrale et englobe les personnes handicapes. </p> <p>130.Le Gouvernement garantit le respect du dveloppement des capacits des personnes handicapes et leur droit conserver leur identit et d tre entendues et d exprimer librement leur opinion sur toute question les concernant en se faisant reprsenter dans les commissions charges de leurs questions, en prenant dment en considration ces opinions, eu gard leur ge et leur degr de maturit, sur la base de l galit avec les autres, et fournit des informations et une assistance aux fins de l exercice de ce droit selon leur handicap et leur ge.</p> <p>131.Le Gouvernement garantit la protection et le renforcement des droits des personnes handicapes dans le cadre de l ensemble des politiques et programmes. </p> <p>132.Des informations sont communiques aux personnes handicapes par des procds aiss facilits en harmonie avec leurs capacits, d une faon qui leur garantisse la connaissance et la libert d expression et l expression de leur opinion, notamment concernant les aides la mobilit, les appareils et accessoires et les technologies d assistance, y compris les nouvelles technologies, ainsi que les autres formes d assistance, services d accompagnement et quipements.</p> <p>133.Le Gouvernement fournit un soutien aux personnes handicapes en fonction du type de handicap aux fins de l utilisation de la langue des signes, du braille et de tous les autres moyens de communication disponibles pour obtenir des informations.</p> <p>134.Le Gouvernement s intresse fortement la langue des signes pour permettre des personnes handicapes de communiquer avec les autres de faon aise. Un dictionnaire de la langue des signes omanaise a t publi. De nombreux programmes ont t labors dans ce domaine, parmi ceux mis en Suvre il convient de citer le programme d aide la diffusion de la langue des signes dans le Sultanat, avec l organisation de 11runions de travail et ateliers visant faire connatre le dictionnaire de la langue des signes omanaise aprs son impression et sa distribution, et la diffusion de la langue des signes dans tous les gouvernorats du Sultanat; ces runions taient destines aux personnes qui travaillent avec les personnes handicapes, aux spcialistes des entits gouvernementales et associatives, aux familles de personnes souffrant d une dficience auditive et aux amis de ces personnes ainsi qu aux autres personnes qui interagissent avec elles, telles que les policiers et le personnel des juridictions et des diffrents ministres et organismes gouvernementaux, en sus des personnes atteintes d une dficience auditive et de leurs amis et des autres Omanais qui souhaitent apprendre la langue des signes.</p> <p>135.Une action coordonne avec les spcialistes de la tlvision du Sultanat d Oman a vis faire interprter notamment les bulletins d information et certains programmes sociaux et vnements par des spcialistes de la langue des signes du Ministre du dveloppement social. </p> <p>136.Le Gouvernement a propag la langue des signes en vue d unifier son usage et de le rendre obligatoire dans le Sultanat,et la tlvision du Sultanat a commenc offrir des programmes d information en langue des signes. Le Gouvernement a inclus le systme de soutien au savoir-faire technique dans le Sultanat en vue de faciliter l accs des personnes handicapes l information et leur prsentation et mise en Suvre de celle-ci dans le plan de renforcement des capacits scientifiques et techniques considr comme un vaste projet mis en Suvre au niveau national en diffrents lieux et au moyen du cybergouvernement, que le Sultanat a commenc mettre en place.</p> <p>137.S agissant du braille, l accord gouvernemental relatif aux droits des personnes handicapes a t publi en braille et distribu aux associations d aide aux personnes handicapes et aux tablissements qui s en occupent, ainsi qu aux aveugles eux-mmes. De mme, la loi sur la protection et la radaptation de personnes handicapes a galement t publie en braille et distribue aux associations et tablissements concerns, tout comme les publications qui paraissent ainsi et sous diffrentes autres formes. Diverses tudes sont galement publies en braille</p> <p>138.S agissant de l accs des aveugles l information, plusieurs avances ont t ralises avec succs, telles que l laboration de logiciels de lecture d cran pour aveugles, d une imprimante en braille grande vitesse, d un assistant numrique pour aveugles, d un dispositif de lecture d cran sans fil Bluetooth et d une fonction de recherche Internet activation sonore. La plupart de ces technologies sont fournies aux personnes atteintes d une dficience visuelle ou aux associations de ces personnes et aux centres qui leur dispensent des enseignements et des formations.</p> <p>139.Le Gouvernement encourage la facilitation de l obtention d informations au moyen de techniques de conception de sites Web plus accessibles et en tablissant des critres d valuation de la conception des sites Web accessibles pour les personnes handicapes.</p> <p>140.Renforcement des capacits des entits qui s occupent des personnes handicapes, dont les institutions gouvernementales et non gouvernementales, de faon les rendre qualifies et formes pour communiquer et interagir avec les personnes handicapes dans tous les domaines et promotion de la formation aux droits reconnus dans la Convention des professionnels et personnels qui travaillent avec des personnes handicapes, de faon amliorer la prestation des aides et services garantis par ces droits.</p> <p>141.Sensibilisationde la socit par tous les moyens de communication aux droits des personnes handicapes et renforcement du respect de ces droits et soutien cette sensibilisation en s appuyant sur les comptences et les contributions des personnes handicapes elles-mmes.</p> <h3>Article 22Respect de la vie prive</h3> <p>142.Les principes juridiques fonds sur la Loi fondamentale de l tat prvoient la protection de la libert et du secret de correspondance des citoyens et l interdiction pour tout individu ou toute institution, pour quelque raison que ce soit, de violer la libert et le secret de correspondance des citoyens; la protection de la vie prive durant les procdures judiciaires et civiles, notamment le fait que toute preuve touchant la vie prive doive tre confidentielle; si elle doit nanmoins tre produite en justice, cela ne doit pas se faire en sance publique. De mme, les procs concernant la vie prive doivent se drouler huis clos. Quiconque porte atteinte la vie prive est poursuivi. En cas de violation du droit la vie prive, une action en justice pour diffamation peut tre intente, et si l affaire est grave, le contrevenant est condamn une peine de prison dure dtermine.</p> <p>143.La lgislation dans le Sultanat protge galement la confidentialit des dossiers mdicaux et personnels des patients, dont les personnes handicapes. Si une personne divulgue des dtails concernant la vie prive d un patient, ou lorsque de tels dtails sont rendus publics sans le consentement du patient, de sorte qu il en rsulte un prjudice pour celui-ci, sa responsabilit est engage. Le personnel mdical est tenu de garantir le secret mdical aux patients et de ne pas divulguer les informations relatives leur vie prive. </p> <p>144.Dans la pratique judiciaire, lorsque le droit la vie prive d un citoyen a t viol, il peut tenter d engager la responsabilit civile du contrevenant au motif de la violation du droit la rputation et peut galement intenter une action en violation du droit la vie prive directement devant la juridiction comptente pour demander rparation du prjudice moral subi, cela s appliquant tous les citoyens, y compris les personnes handicapes.</p> <h3>Article 23Respect du domicile et de la famille</h3> <p>145.Les lois pertinentes dans le Sultanat protgent le droit de toutes les personnes, dont les personnes handicapes en ge de se marier, fonder une famille, dans le respect de la libert de choisir des deux partenaires, le mariage fond sur une dcision arbitraire tant interdit, de mme que toutes autresingrences portant atteinte la libert de contracter mariage. Afin de s assurer que les deux parties contractent mariage de leur plein gr et avec leur plein consentement, la loi pertinente oblige les deux parties se rendre en personne un bureau de l tat civil pour l enregistrement du mariage.</p> <p>146.Tous les citoyens, dont les personnes handicapes, ont le droit de fonder une famille. Le Gouvernement veille par l intermdiaire des services mdicaux assurer une large diffusion des connaissances en matire de sant procrative l intention des citoyens, dont les personnes handicapes,et dispenser des services de soins de sant au domicile des personnes handicapes au cours de la grossesse et de la priode prinatale. Dans le Sultanat, des normes de base ont t fixes pour la conception et la mise en place d units mdicales, qui doivent tre revues par les personnes handicapes afin de faire en sorte qu elles soient sans obstacles.</p> <p>147.Le Gouvernement renforce la protection des droits des personnes handicapes sur un pied d galit dans le cadre de la famille, indpendamment de leur sexe, leur ethnie, leur fortune familiale et leurs convictions religieuses. La famille et les tuteurs d enfants handicaps doivent s acquitter de leurs obligations, les seconds en tant que tuteurs, ce qui les conduit protger les droits et les intrts lgitimes de ces enfants.</p> <p>148.Le Gouvernement fournit des soins vitaux, des soins de radaptation et des soins spciaux, des formations et des radaptations techniques, des services culturels et de loisirs, de sport et de mise en forme ainsi que d autres services aux personnes handicapes et, par des moyens tels que l appui communautaire et les diffrentes aides prvues par les lois pertinentes, ce qui encourage les associations et le secteur priv, ainsi que les individus crer des services divers (formation, hbergement) pour les personnes handicapes.</p> <p>149.Le Gouvernement garantit la fourniture de services de radaptation et de formation et l aide ncessaire la famille de la personne handicape et le respect de celle-ci en la considrant comme son lieu de vie naturel, et il assure les conditions appropries pour lui apporter des soins en son sein, le placement en institution pour remplacer le logement en mnage n tant qu un dernier recours.</p> <h3>Article 24Education</h3> <p>150.Le droit l enseignement est considr comme le droit de l homme le plus simple que doit pouvoir exercer tout citoyen sans distinction ni discrimination, comme raffirm dans la Loi fondamentale de l tat promulgue par le dcret royal no101/96, les pactes et dclarations mondiales, les lgislations nationales et d autres textes analogues.</p> <p>151.L attention accorde par le Ministre de l ducation et de l enseignement aux tudiants handicaps s est accrue, au mme titre que celle accorde aux tudiants non handicaps, le Ministre ayant pris conscience que ces tudiants bnficiant de services ne seraient pas les seuls en retirer des avantages et que cela aurait des effets positifs sur les rsultats enregistrs en matire d ducation dans le Sultanat.</p> <p>152.La fourniture de services ducatifs cette catgorie est considre comme la ralisation du droit des personnes handicapes obtenir une protection en matire d enseignement et de radaptation de faon ce qu elles puissent exercer leur droit naturel dans la socit avec tout leur savoir-faire et toute leur crativit.</p> <p>153.La sous-commission de l ducation et de l enseignement aux personnes handicapes a t cre au sein de la Commission nationale par l arrt ministriel no169/2013, sous la prsidence du reprsentant du Ministre de l ducation et de l enseignement en vue de s acquitter de nombreuses fonctions dans ce domaine (voir annexe4).</p> <p>154.Le Ministre de l ducation et de l enseignement s efforce de fournir ses services ducatifs aux enfants handicaps dans des coles spciales qui visent les former et les radapter professionnellement conformment leurs capacits et possibilits et aux plans bien conus et des programmes spciaux dans le but de les intgrer dans la socit et de les prparer la vie. Ces coles sont les suivantes: </p> <h3>1.L cole Amal pour les personnes handicapes </h3> <p>155.Cette cole a ouvert ses portes pour l anne scolaire 1980/81. Elle dispense un enseignement un groupe de personnes des deux sexes atteintes d une dficience auditive. Les objectifs ducatifs de l cole sont les suivants: </p> <p>155-1.Fournir des services ducatifs permettant aux tudiants sourds d acqurir des qualifications acadmiques en fonction de leurs capacits et de leur niveau d instruction;</p> <p>155-2.Insrer les lves sourds dans le cadre social et interagir avec eux de la mme faon qu avec les lves non handicaps;</p> <p>155-3.Assurer la radaptation pratique, technique et ducative des lves sourds afin qu ils puissent travailler dans des domaines correspondant leurs comptences et possibilits et se construire un avenir;</p> <p>155-4.Informer les familles d un enfant atteint d une dficience auditive sur les causes de sa dficience et des meilleurs moyens de communiquer avec lui;</p> <p>155-5.Donner confiance l lve sourd et l aider accepter sa dficience en amliorant ses relations sociales avec les autres membres de la socit.</p> <p>156.L accueil dans l cole Amal pour les sourds s effectue comme suit:</p> <p>156-1.L cole accueille les lves gs de 5 8ans et il lui est possible d accueillir des enfants jusqu 10ans si des places sont libres, avec l approbation des services comptents du Ministre; </p> <p>156-2.L lve est atteint d une dficience auditive et d aucune autre dficience;</p> <p>156-3.Le quotient intellectuel ne doit pas tre infrieur 70; </p> <p>156-4.L lve est soumis un examen mdical avant d tre admis dans cette cole. </p> <p>157.Le cycle d enseignement dans l cole Amal pour aveugles comprend deux phases:</p> <p style="font-weight:bold;">a) Phase prparatoire</p> <p>La phase prparatoire dure deux ans; les lves apprennent la prononciation des lettres et des mots au moyen d couteurs stthoscopiques qui permettent de tirer parti de l oue qui subsiste chez certains, et l aide de figurines et d images qui permettent d tablir un lien entre le mot et le rfrent.</p> <p style="font-weight:bold;">b) E nseignement fondamental</p> <p>De la premire la quatrime classes, de la cinquime la dixime classes.</p> <p>La onzime et la douzime classes aprs l enseignement fondamental.</p> <p>Les lves suivent les programmes de l enseignement fondamental, modifis et adapts en fonction des capacits et possibilits de l lve sourd.</p> <h3>2.L cole Al-Tarbiya al-fikriyya</h3> <p>158.L cole s efforce depuis son ouverture pour l anne scolaire 1984/85 de dispenser des services en matire d ducation et de radaptation aux lves qui sont atteints d une dficience intellectuelle. Elle a t cre par le Ministre de l ducation et de l enseignement en vue d accueillir les lves atteints d une dficience intellectuelle qui ne satisfont pas aux conditions d entre au niveau prparatoire ou primaire, c est--dire que cette cole offre ses services l lve dont le quotient intellectuel est infrieur celui des lvesnon handicaps, tant donn que le programme d tudes dans les coles ordinaires ne lui convient pas et qu il a un retard comportemental par rapport aux autres lves en matire d autonomie et de gestion des charges qu il doit supporter toutes les tapes de la vie, ce qui ncessite une attentionspciale sur les plans ducatif, sanitaire, psychologique et social. Conformment aux orientations en matire d ducation moderne des enfants atteints d une dficience intellectuelle, la direction de l ducation spciale du Ministre met en Suvre un systme d insertion partielle de cette catgorie d lves et a ouvert des classes spciales pour ceux qui sont rattachs aux coles primaires ordinaires dans diffrents gouvernorats du Sultanat. </p> <p>159.Cette cole a notamment pour objectifs d aider les lves prouver un sentiment de paix, de dvelopper la confiance en soi et de dvelopper l exprience et leurs comptences en matire de langage et de calcul et leurs connaissances gnrales paralllement au dveloppement de leurscomptences manuelles et de les prparer la vie pratique en les formant un mtier en ligne avec leur capacits. Quant aux programmes d tudes dans cette cole, ils ont t empruntsaux programmes de l enseignement fondamental et adapts en tenant compte des capacits intellectuelles de ses lves.</p> <h3>3.Institut Omar ben Khattab pour les dficients visuels</h3> <p>160.L Institut Omar ben Khattab pour les dficients visuels a ouvert pour l anne scolaire 1999/2000 en vue de dispenser des services ducatifs aux dficients visuels, en faisant fond sur l ide selon laquelle une telle dficience n est pas un handicap dans tous les domaines de la vie mais peut-tre la raison d un esprit cratif et d une supriorit par rapport aux voyants. La mission de l Institut est de fournir au malvoyant l exprience cognitive qui l aide interagir avec les autres membres de la socit, de dvelopper ses habitudes de vie en socit et de lui inculquer les valeurs religieuses et morales, de soutenir sa sant psychologique au moyen d activits et de programmes labors cette fin pour que les dficients visuels travaillent dans toutes les rgions du Sultanat en dehors de ceux d entre eux qui frquentent une cole ordinaire. De mme, des appareils et des canes blanches et les manuels scolaires imprims en gros caractres leur sont fournis et une bibliothque sonore est mise leur disposition afin qu ils puissent en tirer parti et avoir accs des bulletins, brochures, publications et films qui contribuent leur veil. L Institut compte galement un internat pour les lves domicilis l extrieur du gouvernorat de Mascate, qui mne des activits aprs la journe d tudes et organise des cours du soir de soutien scolaire. Il y a galement des assistantes maternelles en vue de s occuper des jeunes lves, et durant l anne scolaire 2008/09, la premire promotion de la douzime classe de l Institut Omar ben Khattab pour les dficients visuels a t diplme. </p> <p>161.Le Ministre de l ducation et de l enseignement s emploie fournir des services ducatifs aux lves atteints d une dficience intellectuelle. Durant l anne scolaire 2005/06, il a mis en Suvre des programmes d insertion des lves atteints de dficience auditive et intellectuelle dans des classes rattaches des coles d enseignement fondamental gnral dans les gouvernorats de Batinah Nord et d Al-Dakhiliya dans deux coles de chaque district d enseignement pour dficients auditifs et intellectuels, en continuant fournir des services ducatifs tous les lves atteints d une dficience auditive ou intellectuelle. Le programme d insertion a t tendu pour l anne scolaire 2006/07 quatre autres districts d enseignement qui ont t choisis en fonction des statistiques et des informations disponibles dcoulant des recensements de la population ainsi que des rapports comptables des directions de l enseignement dans les gouvernorats. Le programme vise fournir des services ducatifs spciaux au plus grand nombre possible d tudiants atteints d une dficience auditive ou intellectuelle dans tous les gouvernorats du Sultanat et amliorer les attitudes des autres membres de la socit leur gard.</p> <p>162.Le programme relatif aux difficults d apprentissage dispense des services appropris aux lves qui rencontrent des difficults d apprentissage dans les coles d enseignement fondamental au lieu de les envoyer dans des coles spciales. Le programme a commenc tre appliqu pour l anne scolaire 2000/01 dans un gouvernorat, celui de Batna, dans deux coles, puis il a t tendu et en 2008/09 il tait appliqu dans une cole de chaque direction del enseignement. Le programme vise amliorer l enseignement de faon effective en dispensant des services pdagogiques et ducatifs adapts aux lves qui ont des difficults d apprentissage dans les classes ordinaires afin d amliorer leur dveloppement acadmique et social et d attnuer le problme de l abandon scolaire de ces lves. Il vise galement les maintenir dans leur environnement scolaire et viter qu ils ne soient spars des autres lves en frquentant des coles spciales.</p> <p>163.Au titre du programme de traitement des troubles de la prononciation et de la communication des services personnels et thrapeutiques sont dispenss aux lves qui sont atteints de tels troubles dans les diffrents districts scolaires. En faisant fond sur celui-ci, le Ministre s est employ mettre en Suvre les programmes comme prcis ci-aprs:</p> <p>163-1.Durant l anne scolaire 2004/05, l cole Amal a t ouverte aux sourds dans le gouvernorat de Mascate, avec la cration de salles de traitement des troubles de la prononciation et de la communication;</p> <p>163-2.Durant l anne scolaire 2006/07, les programmes ont t tendus en vue d inclure des services aux tudiants de l Institut Omar ben Khattab pour les dficients visuels et certains tudiants des coles qui appliquent les programmes de traitement des difficults d apprentissage et les programmes d insertion, ainsi que des coles d ducation spciale;</p> <p>163-3.Les annes scolaires 2007/08 et 2008/09 ont vu l amlioration de la mise en Suvre du programme, la fourniture de certains outils, appareils et programmes informatiques relatifs au traitement des troubles de la prononciation et de la communication et la poursuite de l largissement des services dispenss au titre du programme dans les coles du gouvernorat de Mascate; </p> <p>163-4.L largissement a t planifi dans le cadre du programme en vue de couvrir toutes les directions de l enseignement dans les gouvernorats d ici la fin de l anne scolaire 2011/12;</p> <p>163-5.Un service de diagnostic a t dispens aux tudiants atteints d une dficience (difficults d apprentissage, dficience auditive, dficience visuelle, dficience intellectuelle) en ralisant un ensemble de tests tels que les tests cognitifs, les tests de diagnostic acadmique, les listes d observation et les chelles d valuation;</p> <p>163-6.Certains tudiants sourds ayant obtenu le certificat gnral ont bnfici de services de radaptation et d une formation spciale dans le domaine du coulage de moules d oreille, dispense en coordination avec le Ministre de la sant et l UNICEF.</p> <p>164.Le Ministre de l ducation et de l enseignement, aprs avoir tudi la situation des personnes handicapes, lesintgredans les coles ordinaires et vise, au moyen de l intgration ducative, l inclusion ducative, qui offre l occasion aux personnes handicapes de participer pleinement toutes les activits quotidiennes, ce qui les prpare avoir une vie normale.</p> <p>165.L intgration scolaire est considre comme un degr avanc de camaraderie entre les enfants handicaps et les autres enfants et la salle de classe est considre comme un lieu offrant de grandes possibilits d enseignement, tant donn que les lves reoivent leur enseignement avec leur consentement et qu ils se soutiennent les uns les autres. En consquence, l intgration ou l insertion est plus que l autorisation accorde aux enfants handicaps d entrer dans une classe, car l intgration entrane un grand nombre de changements l intrieur de la socit, qui doivent garantir que des possibilits gales seront offertes tous les enfants en matire d ducation et d enseignement, et, partant, l ducation et l enseignement garantissent qu ils seront dots de tout ce qui leur sera ncessaire dans la vie et que leurs comptences seront dveloppes autant que possible.</p> <p>166.De mme, les plans d intgration ducative offrent aux lves non handicaps l occasion de connatre leurs pairs handicaps, qui partagent avec eux les salles de classe et les autres sphres de la vie de manire plus gnrale. Les personnes handicapes ne sont pas les seules en retirer des avantages, ceux-ci s tendant ceux qui les accompagnent tout au long de la vie, sans compter les avantages et les valeurstels que la complicit et l amiti,dont elles ont terriblement besoin.</p> <p>167.Les plans d intgration exigent du Ministre de l ducation et de l enseignement qu il fasse en sorte:</p> <p>167-1.De garantir un climat ducatif et le programme d enseignement, ainsi que les ressources humaines et les moyens didactiques;</p> <p>167-2.D amnager les btiments scolaires du point de vue architectural afin que les personnes handicapes puissent s y dplacer et accder tous les locaux, notamment les salles de classe, les salles pour les activits rcratives et les sanitaires;</p> <p>167-3.De procder aux amnagements administratifs ncessaires;</p> <p>167-4.D assouplir les horaires des cours et des examens;</p> <p>167-5.D assouplir les heures de prsence;</p> <p>167-6.De dvelopper le concept de participation et de travail au sein de l quipe unique;</p> <p>167-7.De promouvoirla communication entre les personnes et les familles et entre celles-ci et l cole, au niveau de son administration et de son corps enseignant;</p> <p>167-8.D assurer une dynamique commune en apportant des modifications continuelles aux systmes d ducation et la promotion des outils ducatifs oprationnels sur les plans administratifs et techniques, tant donn qu il y a au niveau central et au niveau des directions dans les gouvernorats et des circonscriptions au niveau dcentralis des programmes d enseignement dvelopps, ainsi que des administrations et du personnel qui leur donnent les moyens d amliorer les rsultats;</p> <p>167-9.De reprogrammer les mthodes d enseignement afin de permettre aux lves de diffrents niveaux d tudier les matires qui leur sont proposes, qui ncessitent des moyens et l ingniosit des enseignants;</p> <p>167-10.De former et de prparer le personnel enseignant dans les tablissements d enseignement suprieur, dont les universits, et de renforcer le rle qu il joue en matire de correctionet de suivi.</p> <p>168.Le Ministre de l ducation et de l enseignement, convaincu qu accompagner le dveloppement et l largissement marqu que connat le domaine de l instruction et de l enseignement pour les personnes handicapes et conscient du fait qu une grande partie des enfants ont besoin de soins et de services ducatifs spciaux, met en Suvre l intgration des enfants atteints d une dficience auditive et intellectuelle dans les coles ordinaires depuis l anne scolaire 2005/06. Cette intgration vise fournir les services ducatifs spciaux au plus grand nombre possible d lves handicaps dans tous les gouvernorats du Sultanat et leur offrir des possibilits ducatives afin de raliser un dveloppement social et ducatif avec les autres lves qui ne sont pas handicaps et d amliorer les attitudes (que ce soit des autres lves, des enseignants ou des autres membres de la socit) l gard des personnes handicapes de faon gnrale.</p> <p>169.Afin de garantir l exercice de ce droit, le Gouvernement emploie des enseignants, y compris des enseignants handicaps, qui ont une qualification en langue des signes ou en braille pour former les cadres et personnels ducatifs tous les niveaux. Cette formation comprend la sensibilisation aux handicaps et l utilisation des modes, moyens et formes de communication amliore et alternative et des techniques et matriels pdagogiques adapts aux personnes handicapes.</p> <p>170.Le Gouvernement garantit, en vertu de l article7 de la loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes promulgue par le dcret royal no63/2008, la fourniture par l tat de services ducatifs aux personnes handicapes d une faon adapte leurs capacits sensorielles, physiques et intellectuelles, de faon ce que ces personnes puissent accder l enseignement gnral et suprieur et la formation professionnelle ainsi qu l enseignement pour adultes sans discrimination et sur la base de l galit, et, cette fin, veille ce que des amnagements raisonnables soient raliss au profit des personnes handicapes dans ce domaine.</p> <p>171.Le Ministre de l ducation et de l enseignement s emploie dvelopper les coles spciales et le Gouvernement doit, en cas de besoin, crer des coles (classes) d enseignement spcial afin d assurer l enseignement obligatoire aux enfants et aux adolescents atteints de dficiences visuelles, auditives et intellectuelles qui ont atteint l ge d tre scolariss.Il s emploie en matire d enseignement spcial respecter le principe d un enseignement combinant les comptences culturelles et celles prparant la vie professionnelle en veillant satisfaire les besoins physiques et mentaux de ces personnes; un enseignement catgoriel et un enseignement individualis doivent tre mis leur disposition afin de rpondre aux besoins particuliers des lves atteints de diverses dficiences; la conception des programmes, les plans et les matriels pdagogiques doivent tre adapts leurs caractristiques particulires.</p> <p>172.On trouvera dans le tableau ci-aprs des donnes numriques sur les enfants handicaps et sur leur situation: </p> <table> <tr> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">N o d  ordre</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Donnes</p> </td> </tr> <tr> <td> <p>1</p> </td> <td> <p>Le nombre d lves atteints de dficiences auditives, visuelles et intellectuelles accueillis dans les classes de l enseignement fondamental et des classes suivantes s est lev 1190, soit 97,3% du nombre total d lves atteints de ces dficiences frquentant l cole.</p> </td> </tr> <tr> <td> <p>2</p> </td> <td> <p>Le nombre total d lves des deux sexes dans l cole Amal pour les sourds s est lev 228 durant l anne scolaire 2010.</p> </td> </tr> <tr> <td> <p>3</p> </td> <td> <p>Le nombre total d lves des deux sexes dans l cole Al-Tarbiya al-fikriyya s est lev 319 durant l anne scolaire 2010.</p> </td> </tr> <tr> <td> <p>4</p> </td> <td> <p>Le nombre total d lves des deux sexes l Institut Omar ben Khattab pour les dficients visuels s est lev 96 durant l anne scolaire 2010.</p> </td> </tr> <tr> <td> <p>5</p> </td> <td> <p>Le nombre des lves ayant des difficults d apprentissage s est lev 680.</p> </td> </tr> </table> <p>173.Le nombre des coles publiques (enseignement fondamental) qui comptent des classes spciales et mettent en Suvrel intgration ducative des diffrents types de dficience s lve 127 dans l ensemble du Sultanat. On trouvera l annexe 5-11 les noms des coles qui mettent en Suvre l intgration ducative etla rpartition gographique des enfants handicaps dans le Sultanat et la rpartition des enfants par groupe d ge et les donnes statistiques relatives aux coles, aux lves et aux enseignants pour les programmes relatifs aux difficults d apprentissage.</p> <h3>Article 25Sant</h3> <p>174.La loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes promulgue par le dcret royal no63/2008 dispose, en son article5, que les personnes handicapes jouissent du droit des soins de sant prventifs et curatifs fournis par l tat, y compris des prothses et d autres appareilsqui les aident, notamment, en matire de mobilit, de transport, d enseignement, de formation, conformment aux rgles et aux mesures prvues par l arrt ministriel l issue de la coordination avec les entits comptentes. Le Gouvernement fournit tous les niveaux l assistance ncessaire en matire de soins mdicaux de base aux personnes handicapes au moyen du systme de soins de sant qui couvre le Sultanat d Oman, de mme que les services de sant publique, en vue de raliser l galit en matire de fourniture de services de sant de base. Le Gouvernement, aux fins de la promotion de la cause des personnes handicapes, doit garantir ces personnes l accs aux services de sant de base et un systme de services de sant de base qui soit sr, efficace et gratuit.</p> <p>175.Une sous-commission a t cre, qui est charge des services de sant pour les personnes handicapes, sous la prsidence du reprsentant du Ministre de la sant. Son mandat et ses comptences ont t dfinis dans l arrt ministriel no82/2010, en son annexe 12. Les services chargs des personnes handicapes mettent en place un mcanisme de prvention et de traitement prcoce des malformations congnitales. De mme, ils participent aux efforts communautaires prventifs visant lutter contre l apparition de dficiences et leur dveloppement, comme indiqu ci-aprs:</p> <p>175-1.Les programmes largis de vaccination: ces programmes ont commenc dans le Sultanat la fin des annes 1970 avec pour objectif d inclure un nombre de vaccins contre les maladies causant des dficiences permanentes, telles que la poliomylite, la rubole, la mningite et la ccit due l avitaminose A. Les cas d enfants atteints de poliomylite ont chut, passant de 335 en 1979 0cas enregistrs en 1993. Le taux de couverture vaccinale infantile actuel est de 99,9% pour 13maladies. Ces vaccinations sont assures gratuitement l ensemble des habitants et des utilisateurs des tablissements de sant et ceux-ci exploitent un systme de suivi des personnes en retard sur le calendrier vaccinal en vue d assurer une mise en Suvre intgrale pour tous; </p> <p>175-2.Les soins maternels et infantiles: en 1990, le Ministre de la sant a commenc offrir de l acide folique aux femmes enceintes durant les trois premiers mois de la grossesse en vue de diminuer les malformations du tube neural, notamment la spina bifida. De mme, le Ministre a commenc en 1996 cooprer avec le Ministre du commerce en vue d enrichir la farine blanche en acide folique et en fer dans le mme but. Le Ministre de la sant a commenc en 1999 organiser la communication et l enregistrement des anomalies congnitales et hrditaires. Une recommandation a annonc la ncessit pour les femmes enceintes de se soumettre un examen chographique durant la priode allant de la dix-huitime la vingt-quatrime semaine de la grossesse en vue de dtecter prcocement des anomalies congnitales du fStus. Le Ministre de la sant, ds les tout premiers instants, a accord une grande attention aux soins de la mre et de l enfant, publiant les indicateurs relatifs aux vaccinations et aux soins de la mre et du fStus durant la grossesse, l accouchement et la priode postpartum, l quipe mdicale procdant aprs l accouchement aux mesures anthropomtriques  taille, poids, primtre crnien et un examen du nouveau-n pour dtecter tous dfauts congnitaux apparents tels que des anomalies congnitales, dont la fente vlaire ou palatine et le souffle au cSur, et un examen dtaill, notamment la mesure de l angle du poplit, en vue de dtecter prcocement ce type de dfaut et les maladies congnitales en vue d intervenir sans tarder afin de prvenir les dficience;</p> <p>175-3.L examen prcoce des enfants: en 2001, le Ministre a commenc tester l oue des nouveau-ns, dans le but de dtecter et de traiter prcocement la dficience auditive. Il s est employ fournir des appareils auditifs (Echo) et former le personnel travaillant dans ce domaine dans tous les hpitaux du Sultanat. Le programme a fortement progress depuis lors. En 2002, le Ministre a commenc mettre en Suvre le programme de gestion intgre des maladies infantiles des enfants gs de moins de 5ans en tant qu un des programmes relatifs la sant infantile, une valuation complte de la sant de l enfant tant effectue en vue de s assurer qu il ne souffre pas d une maladie physique ou mentale. Compte tenu du fait que l hypothyrodie congnitale est une des maladies qui causent des dficiences intellectuelles et physiques, depuis 2005 il est procd un examen de l hormone thyrodienne de tous les nouveau-ns; </p> <p>175-4.Programme de sant scolaire: ce programme a commenc au dbut des annes 1970, plus prcisment en 1972, en vue de couvrir les coles du gouvernorat de Mascate dans un premier temps, puis le programme a t dvelopp afin de rpondre au dveloppement rapide qu a enregistr l poque de la renaissance dans tous les domaines, en particulier celui de l enseignement et la multiplication des coles dans toutes les rgions du Sultanat. Le programme de sant scolaire, l heure actuelle, comprend l valuation de l tat de sant physique et mentale des lves lors de l enregistrement de leur entre dans les coles et un examen de la vue et de l oue, un examen clinique de tous les appareils et systmes du corps, ainsi qu une valuation de l nonciation et de l tat mental gnral. Le groupe de la sant scolaire continue de dispenser ces services durant les diffrentes phases scolaires. Au titre de ce programme, les lves sont suivis et les vaccinations obligatoires sont effectues;</p> <p>175-5.Programme des maladies congnitales et examen prnuptial: il traduit la volont du Sultanat, qu illustre le Ministre de la sant, de construire des familles et une socit exemptes de maladies congnitales et de malformations congnitales dont la majorit contribue accrotre l incidence des dficiences, des maladies et des dcs. Le Ministre de la sant a effectu un relev national des pathologies du sang congnitales en 1995, qui a cibl les enfants gs de moins de 5ans, sur la base des rsultats duquel, depuis les annes 1990, un service de consultations des maladies congnitales et de l examen prnuptial a t cr. l heure actuelle, un tel service de consultations existe dans la plupart des tablissements de soins de sant primaires et secondaires. Il est compos d une quipe mdicale forme qui offre des conseils aux usagers qui vont se marier et effectue les examens ncessaires pour dtecter les pathologies du sang congnitales et les infections sexuellement transmissibles. Elle avertit chaque personne qu il est ncessaire que le futur conjoint soit examin afin de s assurer qu il n a pas une de ces maladies avant qu il ne contracte le mariage et fournit des conseils aux fins de la prvention de ces maladies et des traitements en cas d examens positifs;</p> <p>175-6.Programme relatif la sant visuelle: le programme national des soins de sant visuelle (prvention de la ccit) a commenc en 1982. Il comprenait deux volets: l examen oculaire de tous les lves des coles et l examen des habitants des villages et quartiers o le trachome est prsent. Le programme est mis en Suvre dans le cadre du programme de sant scolaire, un examen de la vue tant effectu lors de l inscription en premire anne afin de s assurer que l Sil est sain et de vrifier l acuit visuelle. Les lves des coles sont galement soumis un examen en septime et en dixime afin de vrifier l acuit visuelle et de traiter les troubles gnraux de la vue de faon prventive. Ces efforts ont abouti la dclaration faite par le Sultanat d Oman en novembre 2013 annonant qu il tait le premier tat du monde avoir limin le trachome;</p> <p>175-7.Programme national de soins aux personnes ges:la catgorie des personnes ges bnficie d une trs grande attention de la part du Gouvernement du fait de la ncessit de lui assurer une vie digne et autonome exempte de dficiences. Cette attention a entran le lancement du programme national de soins aux personnes ges en coopration avec le Ministre de la sant et le Ministre du dveloppement social, qui a t inaugur officiellement le 30octobre 2011. Ce programme est offert l heure actuelle dans la plupart des tablissements de soins de sant primaires dans tous les gouvernorats au moyen d un service de consultations public et d une quipe mdicale forme dans chaque tablissement de sant, charge de dispenser des services complets la catgorie des personnes ges d au moins 60ans. L quipe conjointe des ministres de la sant et du dveloppement social effectue des visites priodiques domicile en vue d valuer la situation des personnes ges, d offrir des services de sant et des services sociaux et de satisfaire les besoins essentiels tels que fauteuils roulants et famille d accueil thrapeutique et un soutien financier (scurit sociale) selon les besoins.</p> <p>176.Le Ministre de la sant s est engag fournir des services thrapeutiques l ensemble des catgories sociales, dont les personnes handicapes, dans les diffrents tablissements de soins de sant primaires, secondaires et tertiaires. Ces services ont t tendus au moyen de la formation du personnel de sant (infirmires communautaires), qui comprend des visites priodiques domicile visant dispenser des soins thrapeutiques et des services de radaptation. En 2012, l hpital Al-Masarra a t ouvert en vue de dispenser des services psychologiques de la meilleure qualit thrapeutique aux malades de faon intgre, tels que des services de radaptation sociale,de rducationprofessionnelle,de physiothrapie et de radaptation langagire,neurologique et psychologique en vue de rintgrer ces malades dans la socit en tant que personnes indpendantes actives, en vitant qu elles ne soient atteintesde toutes dficiences. Rcemment, en fvrier 2013, a t cre une unit spcialise dans les accidents vasculaires crbraux (AVC) l hpital royal en vue de radapter les victimes d un AVC, qui participera l avenir aux efforts faits pour rduire l incidence des dficiences dans ces catgories de personnes.</p> <p>177.Le Ministre a commenc dans les annes 1980 dispenser des services de radaptation: 1982 est l anne qui marque le dbut de la fourniture de services de physiothrapie l hpital de Khoula et la mme anne un service d ostopathie et de pose de membres artificiels a t ouvert dans cet hpital. L ergothrapie a fait son apparition dans le Sultanat en 1982, l hpital Ibn Sinna pour le traitement des maladies psychologiques, puis l hpital de Khoula pour la radaptation des enfants atteints de maladies et d affections osseuses. Quant aux services d orthophonie, ils ont t dispenss l hpital d al-Nahda la fin des annes 1980. l heure actuelle, des services thrapeutiques tels que les soins orthophoniques sont dispenss dans la plupart des hpitaux de rfrence dans les gouvernorats alors que les services d ostopathie et de pose de membres artificiels se sont limits aux gouvernorats de Mascate et de Batina Nord. La fourniture des services physiothrapeutiques et orthophoniques a t tendue dans les gouvernorats afin d englober la plupart des hpitaux de rfrence. </p> <p>178.Le Gouvernement encourage la diffusion des connaissances relatives la protection des droits des personnes handicapes parmi les agents de sant par l organisation d ateliers, la compilation de matriels de formation et l organisation de confrences. Le systme de sant dans le Sultanat interdit les traitements mdicaux et les soins prodigus sous la contrainte toutes personnes, y compris les personnes handicapes, sans leur libre consentement.</p> <p>179.Tous les services mdicaux sont dispenss titre gratuit sans discrimination aux personnes handicapes.</p> <p>180.Le Gouvernement attache une importance particulire la protection des droits la procration des personnes handicapes et leur fournit des soins spciaux de sant procrative. Les institutions de sant jouent un rle actif auprs des personnes handicapes en ge de procrer dans le domaine de l ducation en matire de sant procrative. Les efforts sont galement intensifis pour fournir des services de sant prnatale afin de prvenir et de rduire les grossesses non dsires.</p> <p>181.Le Ministre de la sant veille assurer le dveloppement du personnel dans les domaines ayant un lien avec la radaptation aux fins de la formation des spcialistes qui traitent les personnes handicapes et de l augmentation de leur nombre.</p> <h3>Article 26Adaptation et radaptation </h3> <p>182.Les institutions qui s occupent des personnes handicapes offrent des programmes de soins complets sur les plans social, mdical, psychologique et professionnel pour leur donner les moyens de recouvrer leurs capacits et de les radapter en vue de vivre avec leur dficience. On a attir des spcialistes du handicap et on a form et prpar des fonctionnaires en leur octroyant des bourses d tudes afin qu ils obtiennent des diplmes scientifiques leur permettant d avoir les meilleures relations avec les personnes handicapes. De mme, les centres ont t quips des appareils et des dispositifs les plus modernes adapts aux besoins des personnes handicapes et toutes les associations contribuent la fourniture de soins ces personnes, si bien qu il y a des centres gouvernementaux, communautaires et privs, comme prcis dans le tableau ci-dessous:</p> <table> <tr> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Centres gouvernementaux</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Centres communautaires</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Centres privs</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Centres de soins et de radaptation pour les personnes handicapes </p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">Association pour les soins aux enfants handicaps</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">Centre spcialis pour l  autisme</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Foyer des soins l  enfance handicape Mascate</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">Association omanaise des personnes handicapes </p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">Centre intgr pour l  autisme</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Centres sociaux de bnvoles Al-Wafa</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">Association pour l  intervention prcoce en faveur des enfants handicaps</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">Centre de Mascate pour l  autisme</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Association pour les soins aux enfants handicaps</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">Association Al-Nour pour les dficients visuels</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">Centre pour l  innovation aux fins de la radaptation</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">cole pour les sourds</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">Association Amal</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">Centre de radaptation Hams al-Atheer</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">cole Al-Tarbiya al-fikriyya</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">Association omanaise des personnes dficientes auditives</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">Centre de radaptation Nibras al-Atheer</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Institut Omar ben Khattab</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">Association omanaise pour l  autisme</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">Centre Rawa pour la radaptation</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Association pour l  intervention prcoce</p> </td> <td> </td> <td> </td> </tr> </table> <p>183.Le Ministre du dveloppement social et le Ministre de l ducation et de l enseignement garantissent des soins aux enfants handicaps, le premier comme indiqu ci-aprs: </p> <p>183-1.Le dpartement des soins spciaux la direction gnrale de la protection sociale;</p> <p>183-2.Les services des soins spciaux la direction gnrale du dveloppement social au niveau des gouvernorats, en sus du Foyer des soins l enfance handicape, qui a t cr Mascate par l arrt ministriel no27/2002. Ils offrent des programmes de soins pour les enfants atteints d une dficience physique, de poliomylite et d athtose, et pourvoient une radaptation approprie au cas par cas pour les enfants des deux sexes gs de 3 14ans. Ces enfants reoivent un soutien social et des soins mdicaux dispenss par des physiothrapeutes et des ergothrapeutes pour restaurer leurs capacits motrices et fonctionnelles et les aider surmonter les difficults qu ils rencontrent en raison de leur handicap. Ce foyer fournit galement des services destins montrer aux familles comment prendre soin de leur enfant handicap la maison. Ses services et activits sont les suivants: </p> <p>183-2-1.Soins mdicaux et soins de sant, examens priodiques;</p> <p>183-2-2.Physiothrapie et amlioration des capacits motrices au cas par cas;</p> <p>183-2-3.Thrapie consistant exercer et dvelopper les capacits motrices fines et l autonomie;</p> <p>183-2-4.Durabilit des programmes visant au bien-tre social et psychologique, programmes de consultations et d orientation psychologique pour les enfants et leur famille, prparation prscolaire et services d hbergement et de restauration;</p> <p>183-2-5.Programme de formation aux soins dispenss par la famille et la radaptation des enfants pour les familles;</p> <p>183-2-6.Aide pour permettre aux enfants d tre admis dans des tablissements d enseignement gnral, au cas par cas; le nombre d enfants ayant bnfici des services du Foyer jusqu en 2012 s lve 185, 107garons et 78filles, comme indiqu dans le tableau ci-aprs: </p> <table> <tr> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Services</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Garons</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Filles</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-style:italic;font-size:0.8em;">Total</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Hbergement</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">11</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">7</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">18</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Soins ambulatoires</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">58</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">33</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">91</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Radaptation au niveau de la famille</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">38</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">38</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">76</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">Total</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">107</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">78</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">185</p> </td> </tr> </table> <p>184.Les centres sociaux Al-Wafa, des tablissements sociaux gouvernementaux situs dans les gouvernorats, dispensent divers services aux enfants handicaps, par catgorie. Ils visent apporter un soutien et des soins aux enfants handicaps pour leur permettre de s adapter leur milieu grce des activits et des programmes. Les buts de tous ces centres peuvent tre rsums comme suit:</p> <p>184-1.Fournir des services de radaptation psychologique et sociale aux enfants handicaps afin de les prparer se rinsrer dans la socit en fonction de leur potentiel et de leurs capacits, ainsi que de leur permettre de bnficier des ressources communautaires pour y parvenir;</p> <p>184-2.Proposer des services de consultation et d orientation aux familles d enfants handicaps pour tout ce qui touche la nature et aux exigences du handicap, et pour les aider s adapter et orienter leur sollicitude l gard de l enfant handicap dans la bonne direction;</p> <p>184-3.Promouvoir un esprit d entraide au niveau communautaire en dispensant les meilleurs services aux enfants handicaps et procder diffrentes formes d opration d intgration des enfants handicaps et prparer ceux-ci tre admis dans des tablissements d enseignement.</p> <h3>Tableau indiquant le nombre d enfants bnficiant de services des centres Al-Wafa pour la radaptation des enfants handicaps, par gouvernorat et type de dficience</h3> <table> <tr> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Gouvernorats</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Nombre de centres</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Nombre d  employes</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Dficience intellectuelle</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Dficience auditive</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Dficience motrice</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Dficience visuelle</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Autres</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-style:italic;font-size:0.8em;">Total</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Lgre</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Moyenne</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Profonde</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Svre</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Difficult d  locution</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Paralysie crbrale</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Amyotrophie</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Poliomylite</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Aveugle</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Malvoyant</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Mascate</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">1</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">20</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">5</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">2</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">4</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">1</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">2</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">1</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">1</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">49</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">65</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Batina Nord</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">4</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">107</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">33</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">100</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">4</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">13</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">3</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">44</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">2</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">3</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">1</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">52</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">255</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Batina Sud</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">1</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">21</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">37</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">5</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">33</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">1</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">34</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">110</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Dakhiliya</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">5</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">58</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">65</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">112</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">15</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">12</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">6</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">65</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">4</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">11</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">38</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">328</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Al-Charqiya Nord</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">4</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">60</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">65</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">65</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">4</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">14</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">9</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">31</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">3</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">3</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">1</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">2</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">78</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">275</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Al-Charqiya Sud</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">2</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">30</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">32</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">8</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">4</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">1</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">19</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">12</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">11</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">2</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">1</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">28</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">118</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Al-Buraimi</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">1</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">15</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">12</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">36</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">12</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">3</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">1</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">64</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Al-Dhahira</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">1</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">20</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">5</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">39</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">2</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">2</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">3</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">9</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">2</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">3</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">65</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Dhofar</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">3</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">75</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">56</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">54</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">42</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">36</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">5</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">74</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">6</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">14</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">6</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">3</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">80</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">376</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">Moussandam</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">1</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">9</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">10</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">12</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">2</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">6</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">2</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">6</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">4</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">1</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">4</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">0</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">5</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">52</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">Total</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">23</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">415</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">283</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">465</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">82</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">84</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">48</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">288</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">35</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">24</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">17</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">17</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">365</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">1 708</p> </td> </tr> </table> <p>185.Le Centre de soins et de radaptation pour les handicaps d Al-Khodh, depuis sa cration en 1987, s occupe de formation professionnelle et pdagogique pour les personnes handicapes afin de leur permettre d entrer sur le march du travail et de s intgrer dans la socit. Les buts du Centre peuvent tre rsums comme suit:</p> <p>185-1.Former les personnes handicapes partir de l ge de 16ans des activits professionnelles adaptes leurs capacits;</p> <p>185-2.Offrir des programmes ducatifs pour renforcer le processus de formation professionnelle;</p> <p>185-3.Aider les handicaps, grce la formation professionnelle, s assurer une source de revenus fixe grce un travail adapt ou des projets individuels ou collectifs gnrateurs de revenus. </p> <p>186.Le nombre de personnes handicapes, par type de dficience, qui ont frquent le Centre au cours de l anne de radaptation 2011/12, y suivant une formation et une radaptation dans diffrents domaines  administration, informatique, travaux manuels et professionnels, travail des mtaux et soudage, menuiserie et dcoration, couture et ducation familiale s tablit comme suit:</p> <table> <tr> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Dficience motrice</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Dficience auditive</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Autre dficience</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-style:italic;font-size:0.8em;">Total</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Garons</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Filles</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Garons</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Filles</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Garons</p> </td> <td> <p style="font-style:italic;font-size:0.8em;">Filles</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-style:italic;font-size:0.8em;">Garons</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-style:italic;font-size:0.8em;">Filles</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-size:0.9em;">16</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">5</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">17</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">5</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">9</p> </td> <td> <p style="font-size:0.9em;">9</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">42</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">19</p> </td> </tr> <tr> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">Total</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">21</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">22</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">18</p> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:0.9em;">61</p> </td> </tr> </table> <p>187. compter de l anne de radaptation 2013/14, le rle du Centre a volu afin de fournir des soins aux dficients intellectuels. Il convient galement de noter les faits nouveaux ci-aprs:</p> <p>187-1.Les centres de formation professionnelle relevant du Ministre de la main d Suvre ont commenc durant l anne de formation 2012/13 recevoir des personnes atteintes d une dficience auditive et motrice, au nombre de 116 cette anne-l;</p> <p>187-2. l heure actuelle, trois centres de soins et de radaptation des personnes handicapes sont mis en place dans les gouvernorats du Dhofar, de Al-Dakhiliya et de Batina Nord en vue de dispenser des services spcifiques spcialiss dans le domaine de la radaptation des personnes handicapes;</p> <p>187-3.Le foyer Al-Aman a t ouvert en 2012 en vue de dispenser des soins aux personnes handicapes;</p> <p>187-4.Trois units spcialises pour les enfants autistes sont en cours de cration dans trois gouvernorats du Sultanat afin de dispenser leurs services cette catgorie de personnes handicapes;</p> <p>187-5.La cration d un centre national spcialis pour les personnes atteintes d un trouble du spectre autistique en tant que rfrence pour les centres gouvernementaux et locaux qui dispensent ces services.</p> <p>188.En outre, un atelier a t cr en vue de fabriquer des aides techniques pour les personnes atteintes de troubles moteurs au foyer pour les soins aux enfants handicaps, l aide du financement d un des tablissements du secteur priv dans le but de satisfaire les besoins des personnes handicapes en matire de soins et de radaptation.</p> <p>189.Il existe un certain nombre d associations qui s occupent de la radaptation des personnes handicapes, notamment:</p> <h3>a)L association pour la protection des enfants handicaps</h3> <p>190.Cette association nationale est apparue en 1991 aprs la publication de l arrt ministriel 19/91. Elle dispense ses services aux enfants des deux sexes gs de 5 14ans atteints d une dficience intellectuelle lgre ou moyenne, d une dficience auditive ou d une double dficience, par l intermdiaire de 11centres rpartis dans diffrentes wilayas du Sultanat. Il s agit notamment du centre pour l autisme et du centre d orientation familiale. Au total, 421enfants handicaps des deux sexes ont bnfici des services de l association, dont les principaux sont indiqus ci-aprs:</p> <p>190-1.Fourniture de services au titre des programmes ducatifs pour chaque dficience, au cas par cas; </p> <p>190-2.Fourniture de services physiothrapeutiques aux dficients moteurs; </p> <p>190-3.Fourniture de services de communication et d nonciation aux personnes handicapes;</p> <p>190-4.Fourniture de programmes ducatifs aux personnes atteintes de troubles du spectre autistique;</p> <p>190-5.Fournitures de services d orientation familiale.</p> <p>191.Les programmes de radaptation offerts par l Association visent dvelopper les capacits et les comptences des enfants indiques ci-aprs: comptences contribuant l autonomisation, comptences motrices et physiothrapie, comptences sociales, comptences linguistiques et nonciatives, capacits cognitives, activits extrascolaires et rcratives.</p> <h3>b)L association pour l intervention prcoce</h3> <p>192.Cre Mascate en 2000, cette association se spcialise dans la fourniture de soins aux enfants handicaps, depuis la naissance jusqu l ge de 6ans. Elle dispense actuellement ses services dans un centre spcialis o travaillent des spcialistes qualifies et des assistantes dans le domaine des personnes handicapes, comme les non-voyants ou les dficients mentaux lourds.</p> <p>193.Le Centre dispense ses services dans le cadre des programmes suivants:</p> <p>193-1.Le programme des jardins d enfants: bas sur la mthode Montessori pour les activits ducatives et rcratives des jardins d enfants; </p> <p>193-2.Le programme de physiothrapie: comprend examens mdicaux, diagnostics et thrapies pour les nouveau-ns handicaps;</p> <p>193-3.Le programme d orthophonie: bas sur des visites priodiques de l enfant chez des spcialistes des troubles du langage et de l audition pour des contrles et des diagnostics suivis du nombre de sances de thrapie ncessaire; </p> <p>193-4.Le programme de visites domicile: fond sur le principe selon lequel la mre est la principale pourvoyeuse de soins l enfant et excut sous forme de visites ducatives priodiques domicile faites par des spcialistes, avec les objectifs suivants:</p> <p>193-4-1.tendre la fourniture des services un plus grand nombre d enfants;</p> <p>193-4-2.Accrotre la porte des services tous les groupes d ge qui bnficient des services de l Association; </p> <p>193-4-3.Sensibiliser le public;</p> <p>193-5.Le programme de soutien aux familles: il s agit de groupes d aide aux familles constitus par le Centre, au sein desquels les familles d enfants handicaps (des trisomiques, par exemple) viennent discuter des problmes et des difficults de leur enfant, changent des opinions et se soutiennent mutuellement;</p> <p>193-6.Le programme de sensibilisation au handicap et de soutien aux handicaps: il consiste dans des campagnes de sensibilisation travers des programmes ducatifs et les mdias afin de faire mieux comprendre ce qu est le handicap dans les diffrents secteurs de la socit et de les faire participer l aide apporte aux personnes handicapes;</p> <p>193-7.Le programme de formation: il vise dvelopper et amliorer les comptences des fonctionnaires, hommes et femmes, dans le cadre des plans annuels de formation du Ministre du dveloppement social.</p> <p>194.Le nombre d enfants et de familles qui bnficient des services de l Association au titre de ses diffrents programmes  relatifs aux jardins d enfants, aux visites domicile, au service d valuation et de radaptation a augment, atteignant environ 300, ce qui a contribu l accroissement des effectifs des diffrents programmes du Centre.</p> <p>195.Le Ministre du dveloppement social assure une formation sportive pour les enfants handicaps par le biais des activits sportives de l quipe nationale de handisport et des stages d entranement pour les volontaires.</p> <p>196.En association avec les autres organes concerns, le Ministre de la sant s occupe des personnes handicapes en leur fournissant des services prventifs, thrapeutiques et de radaptation dans le cadre d une srie de programmes, comme le programme de contrle de la vue et de la croissance, le programme de lutte contre les accidents et de promotion de la scurit, le programme de soins de sant maternelle et infantile et le programme de vaccination. Le Ministre assure galement des services de physiothrapie, des services concernant les membres artificiels et rpondant d autres besoins, en fonction des ressources, en plus des traitements effectus par le rseau des services de sant sur l ensemble du territoire.</p> <p>197.Des missions-dbats ont t organises l intention des enfants, auxquels participent des enfants handicaps.</p> <p>198.Selon le rglement relatif aux conseils de parents publi en vertu du dcret ministriel no10/99, ceux-ci sont destins, entre autres, s occuper des enfants handicaps et proposer des programmes permettant de dvelopper leurs capacits et d amliorer ainsi leurs aptitudes en matire d ducation et de vie sociale.</p> <p>199.Il ressort de ce qui prcde que les enfants handicaps ont accs des soins, l enseignement, des formations, des soins mdicaux et des services de radaptation grce des programmes offerts par divers organismes gouvernementaux et civils, la coordination de l ensemble tant actuellement assure par le Comit national pour les soins aux personnes handicapes, qui, par l intermdiaire des entits qui y sont reprsentes, organise des campagnes de sensibilisation du public sur tous les mdias audiovisuels et dans la presse pour lutter contre les attitudes ngatives l gard des personnes handicapes en gnral et des enfants en particulier.</p> <p>200.Les associations comptentes, dont l association pour l intervention prcoce en faveur des enfants handicaps, assurent le dveloppement du programme de radaptation et de formation des enseignantes et du personnel dans le domaine de l ducation spciale en vue de renforcer et de consolider les connaissances et la comprhension du rle fondamental qu il joue dans la croissance et le dveloppement de l enfant, et pour cela font en sorte de doter les quipes de formation et de radaptation de comptences universitaires (diplmes d ducation spciale) en collaboration avec l universit de Nizwa:</p> <p>Premire promotion: 2007-2009; 30enseignantes actuellement employes dans le Centre;</p> <p>Deuxime promotion: 2009-2012: 45enseignantes se prparant travailler dans le Centre.</p> <h3>Article 27Travail et emploi</h3> <p>201.Le Gouvernement s occupe des activits et du travail des personnes handicapes par l intermdiaire d une commission qu il a constitue et qui est place sous la prsidence du Secrtaire gnral du Ministre du dveloppement social et du Ministre de la main d Suvre; un groupe de travail conjoint avec le Ministre de la main d Suvre tudie les fonctions qui conviennent aux personnes handicapes dans les tablissements du secteur priv,selon leurs comptences et leurs capacits physiques et intellectuelles. Des travailleurs sociaux du Ministre du dveloppement social vrifient si des postes deviennent vacants dans les registres des effectifs tenus par le Ministre de la main d Suvre afin d orienter les personnes handicapes ayant les comptences requises. la fin de 2012, cela avait permis d embaucher 659 d entre elles d aprs les statistiques du registre de la main d Suvre.</p> <p>202.Une commission de la formation et de l emploi de personnes handicapes a t cre, sous la prsidence de la reprsentante du Ministre de la main d Suvre, qui runit les reprsentants des entits concernes suivantes: Ministre de la fonction publique (recrutement),main d Suvre (emploi), facult technique suprieure, orientation professionnelle et formation, police du Sultanat d Oman, Direction gnrale des normes professionnelles et du dveloppement de programmes de formation, association pour les soins aux enfants handicaps, association Al-Nour pour les dficients visuels, spcialistes de la radaptation des personnes handicapes au Ministre du dveloppement social. La Commission a les fonctions suivantes:</p> <p>202-1.Planifier les activits de radaptation et de formation des personnes handicapes;</p> <p>202-2.tabli un plan intgr afin d assurer l accs des personnes handicapes aux services de radaptation, de formation et de recrutement;</p> <p>202-3.Suivre les personnes handicapes qui ont achev le programme de radaptation et de formation pour les aider trouver un emploi;</p> <p>202-4.Fournir des informations sur le march du travail et sur les emplois disponibles, ainsi que sur les dbouchs des centres de radaptation et de formation;</p> <p>202-5.Mettre au point des programmes de radaptation et de formation professionnelle en ralisant des tudes sur les professions et les emplois, en tenant compte des nouvelles technologies;</p> <p>202-6.Encourager le secteur priv dvelopper les activits de formation destines aux personnes handicapes et recruter davantage de personnes handicapes; </p> <p>202-7.Proposer l organisation de confrences, de colloques et d ateliers sur les questions qui sont de son ressort.</p> <p>203.Une sous-commission de la Commission nationale pour les personnes handicapes est charge des questions de radaptation, de formation et de recrutement, sous la prsidence du reprsentant du Ministre de la main d Suvre et des autres entits concernes. Son mandat et ses comptences ont t dfinis dans l arrt ministriel no204/2012 (annexe no13).</p> <p>204.La loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes promulgue par le dcret royal no63/2008, en son article9, dispose que les services gouvernementaux et les entreprises qui emploient au moins 50salaris doivent engager les personnes handicapes qualifies dont la candidature est prsente par le Ministre de la main d Suvre et qui sont inscrites sur le registre national de la main d Suvre, ce pour un pourcentage des emplois ou postes pourvoir qui est fix, sur avis du ministre, par un arrt du Conseil de la fonction publique pour les services gouvernementaux et par un arrt du Ministre de la main d Suvre pour le secteur priv. En cas de nomination ou d emploi d une personne handicape sans prsentation de sa candidature par le Ministre de la main d Suvre, il faut l en aviser dans les 30 jours suivant le dbut du travail afin d en tenir compte aux fins des calculs relatifs au pourcentage fix. La personne qui a t nomme en application de cet article jouit des droits et privilges reconnus aux autres citoyens et employs.</p> <p>205.Dans le secteur priv, les entreprises qui emploient au moins 50salaris doivent engager les personnes handicapes qualifies dont la candidature est prsente par le Ministre de la main d Suvre et qui sont inscrites sur le registre national de la main d Suvre hauteur de 2% des postes et emplois pourvoir, une personne handicape recrute dans toute entreprise du secteur priv tant considre comme reprsentant deux personnes dans le pourcentage des nominations eu gard la politique d omanisation. </p> <p>206.S agissant du recrutement de personnes handicapes dans le secteur public opr en application de la loi susmentionne, l honorable Conseil de la fonction publique a dcid sa premire session, tenue le 15fvrier 2009, que son pourcentage devait reprsenter au moins 1% des postes dclars vacants, et pour une dure de trois ans l estimation a t porte ensuite 2%; de mme, toute personne handicape peut se porter candidate tout poste ayant fait l objet d un avis de vacance et la personne qui a t nomme en application des dispositions de cet article jouit des droits et privilges reconnus aux autres citoyens. Cela a t appliqu de faon effective durant l anne passe (2011), avec la mise en Suvre du projet commun du Ministre du dveloppement social et de l Organisation internationale du Travail, et le Ministre de la main d Suvre compte accrotre les possibilits de radaptation, de formation et de recrutement des personnes handicapes au moyen de mesures concrtes chelonnes visant les intgrer des formations dans les centres de formation professionnelle avec les autres afin d tendre les domaines o elles peuvent tre recrutes dans diffrents secteurs.</p> <p>207.Le Gouvernement a mis en Suvre un projet de dveloppement de programmes de formation et de radaptation des personnes handicapes avec l Organisation internationale du Travail au moyen du cofinancement par le Gouvernement et le Programme du Golfe arabe pour les organisations de dveloppement des Nations Unies (AGFUND). Les recommandations qui ont t formules dans ce domaine sont en cours de mise en Suvre.</p> <p>208.Au titre de ce projet, 13employs des deux sexes, travailleurs sociaux et fonctionnaires des ministres comptents (Ministres du dveloppement social, de la main d Suvre, de l ducation et de l enseignement et de la fonction publique) ont particip un atelier ce titre au Centre de Turin (Italie) consacr la formation et au recrutement des personnes handicapes en vue de les informer de l exprience des pays avancs dans ce domaine.</p> <p>209.Une nouvelle liste de projets relatifs aux moyens d existence a t tablie en vue d assurer aux membres de familles une protection sociale et aux personnes handicapes une amlioration de leurs revenus, en offrant des prts sans intrt afin de mettre en Suvre des projets privs qui leur rapportent un revenu mensuel. Le montant du prt est vers un an aprs le dbut du projet en plusieurs fois, ce qui facilite la ralisation de l objectif, et il est possible en cas de russite du projet d exempter les bnficiaires du remboursement de la somme due s ils en font la demande. La promotion de projets est galement assure en organisant un concours dot de prix, dont le premier est d un montant suprieur au montant du prt. la fin de 2012, 22personnes avaient bnfici de ces projets.</p> <p>210.La protection du droit au travail de ces personnes est assure et toute discrimination l gard des personnes handicapes dans le processus de recrutement par les employeurs est interdite. Les employeurs doivent fournir des conditions de travail et de scurit adaptes l tat physique des employs handicaps. Est galement interdite toute discrimination l gard de ces employs au plan des traitements et salaires, de la promotion, de la formation professionnelle, des indemnits et de l assurance sociale.</p> <p>211.Afin d encourager l emploi des personnes handicapes, des services en matire de recrutement leur sont fournis titre gratuit, notamment des informations relatives l emploi. Cela s ajoute leur droit se porter candidates d autres postes en dehors du quota de 2% qui leur est rserv. Cela s applique aux personnes handicapes des deux sexes, sur un pied d galit, conformment aux exigences des fonctions qui leur conviennent. </p> <p>212.Les personnes handicapes ont le droit de s affilier des syndicats de travailleurs et aucun patron ni aucune entreprise n a le droit de les en empcher ou d entraver leur capacit de le faire. Le droit des personnes handicapes d adhrer des syndicats est protg par la loi.</p> <p>213.La loi omanaise relative au travail dispose que l employeur ne peut pas mettre fin un contrat de travail si l employ contracte une maladie professionnelle ou subit un accident du travail donnant lieu une perte avre totale ou partielle de sa capacit de travail. Il est possible de l orienter vers une radaptation la suite d un accident du travail.</p> <p>214.Le Gouvernement interdit le travail forc et dans le cas o un employeur oblige ses employs, notamment des personnes handicapes, travailler en restreignant leur libert individuelle, cela est considr comme une violation des lois et rglements relatifs la gestion du travail. Les personnes directement responsables de cette infraction sont punies en application des lois pertinentes et il est galement interdit de faire usage de la violence, de recourir la menace ou des restrictions illgales aux liberts individuelles pour forcer un employ travailler.</p> <p>215. la suite de la publication des hautes directives relatives la nomination, le recrutement de toutes les personnes handicapes ayant des qualifications et des diplmes universitaires s est fait sur un pied d galit avec les autres personnes. </p> <p>216.Suite la publication du dcret royal no98/2011, l administration gnrale d enregistrement de la main d Suvre est responsable des questions relatives l emploi des personnes handicapes. Une commission a t cre, sous la prsidence du reprsentant du Ministre de la main d Suvre et du Ministre du dveloppement social et des autres entits concernes, en vue d assurer la coordination en la matire. </p> <h3>Article 28Niveau de vie adquat et protection sociale </h3> <p>217.Les dispositions de la loi sur la protection sociale promulgue par le dcret royal no87/84, telle que modifie, garantissent aux personnes handicapes le droit la protection sociale dans le cadre des pensions mensuelles qui sont verses en application de cette loi aux personnes frappes d une incapacit de travail, qui selon un examen mdical sont dans l incapacit d effectuer tout travail ou dont la capacit d effectuer leur travail est rduite, du fait d une maladie ou d une dficience donne. Le nombre total des cas d invalidit (incapacit permanente ou maladie) la fin de 2012 s levait 23164 (personnes ges de moins de 8ans 59ans), comme indiqu ci-aprs:</p> <p>217-1.Les enfants handicaps qui ont besoin d une assistance, condition d avoir une incapacit permanente ou une maladie ncessitant un suivi hospitalier continu ou entranant des besoins spciaux ou une alimentation spciale ou des mdicaments spciaux qui ne sont pas disponibles auprs des pharmacies gouvernementales;</p> <p>217-2.Les personnes ges de 18 59ans, condition que leur incapacit soit permanente ou qu elles aient une maladie qui les empche d effectuer tout travail; dans tous les cas, il est ncessaire qu elles ne disposent pas d une source de revenus rgulire correspondant au montant de la pension d invalidit laquelle elles auraient droit; elles peroivent une pension complmentaire conformment la loi relative la scurit sociale;</p> <p>217-3.La personne handicape qualifie qui a suivi une formation donne correspondant ses capacits trouve un premier travail. Si elle en est incapable pour des raisons indpendantes de sa volont, elle peroit une pension de scurit sociale afin de pouvoir continuer chercher un travail qui lui convient. Dans tous les cas o l obtention d un emploi n est pas proche, elle peut percevoir une pension conformment au barme fix par l arrt ministriel no53/2014. </p> <p>218.Les dispositions de cette loi garantissent galement la possibilit d une aide aux personnes handicapes dont il est tabli qu elles peuvent bnficier d une radaptation en vue d effectuer un travail productif adapt leur situation dans le cadre des projets relatifs aux sources de revenu ou de l octroi de prts des conditions favorables au titre des programmes de prt.</p> <p>219.La loi relative la fonction publique et les rglements d application pris conformment celle-ci aux fins du traitement de l employ, en particulier du fonctionnaire, qui est victime d un accident <span style="font-weight:bold;"> l  occasion du travail ou du fait du travail</span>, la loi lui garantissant ses droits touchant sa fonction.</p> <p style="font-weight:bold;">220.La loi relative l assurance sociale des travailleurs dans le secteur priv garantit leurs droits s ils sont victimes d un accident l  occasion du travail ou du fait du travail.</p> <p>221.La loi relative aux pensions accorde aux frres d une personne titulaire d une pension dcde une part de la pension de leur testateur s ils deviennent handicaps ou invalides, quel que soit leur ge, ce en faisant exception aux dispositions de la loi.</p> <p>222.Les dispositions des rglements et arrts rglementaires relatifs aux aides sociales garantissent une assistance aux personnes handicapes en leur fournissant les prothses, dont des membres artificiels, et les chaises roulantes dont elles ont besoin, aux frais du Gouvernement.</p> <p>223.De mme, des aides leur sont garanties en vue de couvrir le cot de la consommation d eau et d lectricit dans leur logement ou les frais de raccordement de celui-ci aux rseaux correspondants. Cela s ajoute l aide verse leurs enfants scolariss sous forme d allocation mensuelle, ainsi qu aux rparations et amnagements devant tre effectus dans leur logement compte tenu de leur dficience pour faciliter leur dplacement l intrieur de celui-ci ou l utilisation de ses installations.</p> <p>224.La loi relative la protection et la radaptation des personnes handicapes, en son article6, nonce que le Ministre aide fournir les quipements ncessaires aux personnes handicapes et aux familles qui sont dans l incapacit d en assumer les cots, conformment aux rgles et mesures nonces dans un dcret pris par le Ministre.</p> <p>225.Les personnes handicapes sont exemptes des droits fonciers et bnficient des diffrents programmes d habitat gouvernementaux.</p> <h3>Article 29Participation la vie politique et la vie publique</h3> <p>226.L tat garantit l exercice par les personnes handicapes de leur droit participer de faon pleine et effective la vie politique, syndicale et publique sans entrave ni condition exceptionnelle les ciblant, sur un pied d galit avec les personnes non handicapes. De mme, l tat cre un environnement propice la promotion de leurs droits, dans lequel il leur est facile de participer de faon pleine et effective la conduite des affaires publiques sur un pied d galit avec les personnes non handicapes et les encourage participer l laboration des politiques et programmes qui les concernent et tout ce qui a trait aux services qui leur sont offerts et aux commissions comptentes en la matire et y prendre part personnellement ou par l intermdiaire de leurs proches ou des associations qui les reprsentent.</p> <p>227.La loi relative l lection des membres du Majlis al-Choura nonce que tous les citoyens (dont les personnes handicapes) ont le droit de demander tre inscrits sur les listes lectorales lorsqu ils ont 21ans rvolus au 1erjanvier de l anne o se tient une lection. La loi reconnat galement au citoyen le droit de voter et de se porter candidat l lection des membres du Majlis al-Choura. En consquence, voter est un droit individuel de l lecteur garanti par la loi.</p> <p>228.La loi relative l lection des membres du Majlis al-Choura nonce galement que l un des membres de la Commission lectorale se charge d aider l lecteur qui ne peut ni lire ni crire ou qui est incapable de s exprimer verbalement en apposant une indication dans la case prvue cet effet devant le nom du candidat choisi par l lecteur, sous rserve qu un autre membre nonce le nom du candidat en question, puis en remettant le bulletin de vote l lecteur afin qu il le dpose dans l urne.</p> <p>229.Les services comptents veillent affirmer avant le dbut des procdures lectorales la ncessit pour les commissions responsables des lections d offrir les moyens de se reposer pour les personnes ayant des besoins spciaux afin qu elles prennent part aux lections facilement et de faon dtendue, en prvoyant des salles de vote qui leur sont rserves dans chaque bureau de vote et en leur accordant la priorit pour le vote. </p> <p>230.Le Ministre du dveloppement social a publi un guide des lections l intention des personnes handicapes, intitul Aidez-moi exercer mon droit de vote, une brochure qui oriente les personnes handicapes et les commissions lectorales et rpond aux exigences des personnes handicapes aux fins de la participation aux lections, en vue de garantir celle-ci. Cette brochure a t distribue aux associations qui s occupent des personnes handicapes et aux bureaux lectoraux, ainsi qu aux services chargs de la supervision des lections au niveau des personnes handicapes.</p> <p>231.Le Sultanat attache une grande importance au rle des entits de la socit civile qui Suvrent en faveur des personnes handicapes en organisant des colloques faisant la promotion de la participation des personnes handicapes en fonction du type de dficience en recourant aux moyens appropris et en prsentant les candidats.</p> <p>232.Le Gouvernement s emploie, lors de l laboration des lois, rglements, rgles et politiques publiques, consulter les personnes handicapes et leurs organisations concernant les questions relatives leurs droits et intrts ainsi qu l effort global accomplir en matire de dficiences. Les personnes handicapes et leurs organisations ont le droit de faire des propositions aux services gouvernementaux comptents tous les chelons en ce qui concerne les questions relatives leurs droits et intrts et l effort global accomplir en matire de dficiences. Elles sont reprsentes dans la Commission nationale pour la protection des personnes handicapes en vertu de la loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes en vigueur. Les associations qui s en occupent, au nombre de 5, et leurs branches dans les gouvernorats, au nombre de 15, Suvrent en faveur des intrts des personnes handicapes en mobilisant la socit dans son ensemble afin de promouvoir les activits leur profit. Elles agissent dans les limites des lois, rgles et rglementations. Ces associations assument leurs responsabilits tous les niveaux en matire de reprsentation et de protection des droits et intrts lgitimes des personnes handicapes.</p> <p>233.L affiliation aux associations qui reprsentent les personnes handicapes ou d autres est permise et le Ministre comptent met des parcelles de terrain gouvernementales la disposition des associations de personnes handicapes titre gracieux ou pour un prix symbolique afin qu elles puissent y difier leur sige et mener les activits en faveur des personnes handicapes.</p> <p>234.L tat garantit dans tous les secteurs gouvernementaux et dans les secteurs privs l exercice par les personnes handicapes de tous leurs droits politiques sur un pied d galit avec les autres personnes, qui jouissent de la libert d expression, de vote, de se porter candidat, en vertu de la lgislation en vigueur, en faisant en sorte que les commissions procdent aux amnagements raisonnables et offrent un interprte en langue des signes et des listes de candidats en braille. Le droit de vote est garanti au moyen d lections au scrutin secret ou de rfrendums auxquels les personnes handicapes participent directement ou par l intermdiaire de leur reprsentant, qu elles choisissent librement.</p> <p>235.Le Gouvernement garantit la libert ncessaire aux personnes handicapes pour qu elles crent des associations et des unions thmatiques spcialises dans chacune des dficiences, conformment la loi relative aux associations.</p> <p>236.Le Ministre du dveloppement social a publi un guide de l lecteur consacr aux personnes handicapes, intitul Aidez-moi voter, qui nonce toutes les exigences et conditions pour prsenter un candidat ou sa candidature, ainsi que l espace adapt la participation des personnes handicapes dans les centres de vote (annexe 14).</p> <h3>Article 30Participation la vie culturelle et rcrative, aux loisirset aux sports</h3> <p>237.La loi relative la protection et la radaptation des personnes handicapes, en son article11, nonce que les services chargs des activits sociales, sportives et culturelles s engagent faciliter la participation des personnes handicapes dans les camps et les comptitions sportives nationales, rgionales et internationales, et leur fournir des produits et services culturels.</p> <p>238.Le Gouvernement s emploie garantir la participation des personnes handicapes dans les centres de jeunes et les clubs sociaux et sportifs qui en relvent, titre gratuit, en assurant les conditions ncessaires cette fin, en particulier pour les enfants handicaps. L tat vrifie l organisation des activits sportives d insertion en fonction du type et de la gravit de la dficience et fournit le personnel form, les appareils et les terrains de jeu ncessaires la participation aux comptitions et aux activits locales et internationales. De mme, les services comptents prennent les mesures ncessaires pour que ces personnes puissent participer aux conseils et aux administrations des unions sportives et aux comits olympiques.</p> <p>239.Une sous-commission du handisport relevant de la Commission nationale des personnes handicapes a t cre, sous la prsidence du reprsentant du Ministre des sports et de membres des entits concernes. Son mandat et ses comptences ont t dfinis dans l arrt ministriel no81/2010 (annexe15).</p> <p>240.Le Sultanat consacre chaque anne une journe aux personnes handicapes, la Journe internationale des personnes handicapes, la Journe arabe des personnes handicapes, ainsi que la Semaine des malentendants des pays du Golfe, durant lesquelles sont organises diffrentes activits et une crmonie l intention des tudiants des centres, foyers et coles pour personnes handicapes et de l enseignement spcial. Sont galement organiss des concours nationaux et des expositions d Suvres de calligraphie, peinture et photographie ralises par les personnes handicapes. Chaque anne un nombre croissant de concours et d expositions culturelles et artistiques sont organiss au profit des personnes handicapes l chelle des gouvernorats et des wilayas. </p> <p>241.Les personnes handicapes bnficient d une exonration des frais d entre dans les sites touristiques et des services d orientation leur sont dispenss titre gratuit. Les muses, galeries d art, centres culturels, parcs et autres tablissements culturels publics sont ouverts aux personnes handicapes titre gratuit et leur accs sans obstacles doit leur tre assur. </p> <p>242.Le Gouvernement s emploie renforcer l accessibilit de l information. Les chanes de tlvision ont commenc des programmes en langue des signes. Des films et des sries tlvises sont diffuss avec des commentaires en langue des signes. Il y a un nombre croissant de publications en braille et des livres audio sont diffuss. Un progrs notable a t enregistr dans l laboration de logiciels pour dficients visuels. De fait, l Universit du Sultan Qabous est dote d une bibliothque comprenant des salles consacres la lecture en braille.</p> <p>243.Le Sultanat a jusqu prsent accueilli deux sessions des jeux pour handicaps et deux Jeux olympiques spciaux nationaux. Des preuves sportives sont galement organises pour chaque sport l chelle nationale. Le Sultanat a commenc participer aux jeux paralympiques, aux Jeux olympiques spciaux, aux Deaflympics et aux manifestations sportives consacres aux sports individuels et a obtenu des rsultats remarquables qui ont permis l quipe de sportifs de conforter sa position de premier plan en glanant un nombre significatif de mdailles d or et d argent.</p> <p>244.Des progrs significatifs ont t accomplisau niveaudes activits sportives des personnes handicapes au moyen des jeux paralympiques et du Comit paralympique omanais, et l association Al-Amal pour le sport des handicaps mentaux a t cre. Les personnes handicapes ont t largement sollicites afin de participer des activits sportives adaptes leur tat. Des efforts sont accomplis afin de promouvoir et vulgariser les activits sportives de remise en forme et de radaptation. Des activits sportives donnant lieu une large participation des personnes handicapes sont organises l occasion de manifestations sportives l chelle nationale et l on trouvera joint au prsent rapport des informations sur les activits et les rsultats des sportifs handicaps (annexe16).</p> <h2>IV.Situation particulire des enfants et des femmes</h2> <h3>Article 6Femmes handicapes</h3> <p>245.Le Sultanat a dans son premier rapport sur les mesures prises pour mettre en Suvre la Convention sur l limination de toutes les formes de discrimination l gard des femmes, qui a t soumis au Comit des droits de la femme en avril 2009, ainsi que dans ses rponses la liste de questions suscites par les rapports priodiques adresse par le Comit en 2011, mentionn les communications et les informations sur les mesures qui avaient t prises et les rsultats qui avaient t obtenus concernant les femmes handicapes.</p> <p>246.Depuis le dbut de la renaissance, le Gouvernement considre les femmes comme des partenaires qui jouent un rle clef dans le dveloppement socital et dans l ducation des gnrations futures, dont dpend la ralisation de progrs. Ainsi, toutce qui touche l amlioration de la vie des personnes Oman profite de la mme manire aux hommes et aux femmes. Le respect scrupuleux de ce principe a eu des rsultats concrets surle dveloppement intgr de la socit omanaise.</p> <p>247.Les femmes omanaises jouissent des mmes droits et ont les mmes devoirs que les hommes et, travail gal, reoivent le mme salaire que ces derniers, tant dans le secteur priv que dans le secteur public.</p> <p>248.Conscient que la coopration et la solidarit sont indispensables au dveloppement, leGouvernement omanais a accord une attention particulire la cration de la premire association de femmes dans le pays depuis le dbut de la renaissance en 1970. Cette association Suvre en faveur de la promotion de la condition des femmes omanaises d une manire gnrale sur les plans social, culturel et sanitaire, tous les niveaux et dans tous les domaines. C est avec dvouement et persvrance qu elle s est attaque au problme de l analphabtisme chez les femmes, et les associations Suvrant en faveur des femmes, au nombre de 57 l heure actuelle, ont mis en place diverses activits pour les sensibiliser un grand nombre de sujets, dont celui de la femme handicape.</p> <p>249.Tous ces progrs dans le domaine de la promotion de la femme n auraient pas t possibles si les Omanaises n avaient pas t aussi rceptives et si le Gouvernement n avait pas appuy sans relche les diffrentes initiatives prises dans ce domaine. Le Gouvernement ne mnage aucun effort pour encourager les femmes occuper la place qui leur revient au sein de la socit. Ces dernires sont aujourd hui impliques dans tous types d activits, notamment politiques, par leur vote ou en se prsentant des lections, participant la vie conomique divers postes dans des administrations varies et la protection des droits et intrts des femmes dans le cadre des relations conjugales et familiales, et garantissant l accs des jeunes filles handicapes l enseignement. Le Sultanat s acquitte toujours des obligations qui lui incombent en qualit de partie la Convention sur l limination de toutes les formes de discrimination l gard des femmes, y compris les femmes handicapes.</p> <p>250.Le programme relatif la promotion de la femme omanaise fixe cinq domaines prioritaires visant raliser l galit des sexes, quelles que soient les dficiences:</p> <p>250-1.La protection du droit l ducation des filles handicapes afin de rduire l cart entre les garons et les filles scolariss; </p> <p>250-2.Le Sultanat s emploie offrir des services relatifs l emploi et des services de formation et d adaptation professionnelle et technique aux femmes handicapes;</p> <p>250-3.Le concept de l galit des sexes a gagn en importance dans la vie de la femme handicape. Les jeunes filles handicapes sont fondamentalement en mesure d exercer leurs droits dans la plupart des domaines, en fonction de leur tat, et la situation de l emploi des femmes handicapes a connu une amlioration soutenue, tout comme leur droit participer aux diffrentes fonctions gouvernementales, associatives et prives;</p> <p>250-4.Le Gouvernement offre galement des soins mdicaux complets la femme handicape et des programmes d ducation sanitaire et de soins maternels et infantiles;</p> <p>250-5.La garantie de leur participation aux sports et aux fdrations de personnes handicapes en vue de renforcer leur participation aux activits sportives au niveau national, rgional et mondial.</p> <p>251.Le Sultanat s emploie activement contrecarrer certains phnomnes que subissent les femmes et jeunes fille handicapes dans certaines situations sociales, et les associations en faveur des femmes s efforcent d liminer ces phnomnes et d offrir une protection sociale accrue pour certains droits et intrts de la femme handicape.</p> <p>252.Le Gouvernement encourage toujours, travers les entits concernes telles que les associations en faveur des femmes, s intresser aux questions touchant la femme handicape au niveau de la famille, de la formation, de la radaptation, de l emploi et de la prparation la vie, qu il s agisse de la femme handicape elle-mme ou d autrui.</p> <p>253.L volution de la situation conomique et sociale dans le Sultanat a conduit une amlioration de la sant des individus, y compris celle des femmes handicapes. Les services de sant fournis et les programmes thrapeutiques et prventifs mens par le Ministre de la sant ont galement contribu amliorer l tat de sant des femmes omanaises. Il ne fait aucun doute que le niveau d ducation et la prise de conscience individuels plus levs ont eu un effet favorable sur la russite des efforts faits par le Gouvernement pour amliorer l tat de sant des citoyens, ce qui rduit l incidence des dficiences etsensibilise davantage les individus en gnral et les familles en particulier aux questions de sant dans la plupart des secteurs de la socit.</p> <h3>Article 7Enfants handicaps</h3> <p>254.Le Sultanat a inclus dans son rapport unique valant troisime et quatrime rapports priodiques concernant les droits de l enfant, soumis en avril 2013 des communications et informations dtailles, notamment sur les mesures qui avaient t prises et les rsultats qui avaient t obtenus concernant les enfants handicaps, y compris l incidence des dficiences chez les enfants et la rpartition des enfants handicaps, par dficience et par gouvernorat.</p> <p>255.L tat protge tous les droits des enfants handicaps, si bien que la socit omanaise ne manifeste aucune hostilit leur gard; la coutume et la morale veulent que les nationaux et les autres leur tmoignent considration et bienveillance. En ce qui concerne le droit des enfants handicaps l ducation, les coles admettent les enfants et les adolescents handicaps qui sont capables de s adapter la vie de l tablissement et d y tudier; de plus, en cas de besoin, les coles crent des classes spciales en vue de dispenser un enseignement aux enfants d ge scolaire atteints d une dficience visuelle ou auditive ou d une dficience intellectuelle lgre, ce qui sert la cause des enfants handicaps.</p> <p>256.En ce qui concerne la radaptation des enfants handicaps, le Gouvernement fait en sorte de renforcer leur radaptation et de dcouvrir les modalits de soutien mme de conduire leur dveloppement corporel et intellectuel, d amliorer la cration d institutions gouvernementales et associatives charges de la radaptation et d assurer la formation et l orientation des familles et des enfants handicaps conformment au programme <span style="font-style:italic;">Portage</span>.</p> <p>257.Concernant la promotion de la cause des personnes handicapes, il convient de rappeler que la priorit doit tre accorde au dveloppement des thrapies de sauvetage et la radaptation des enfants handicaps et le Gouvernement coopre avec l UNICEF aux fins de la mise en Suvre des programmes et initiatives de sensibilisation aux droits de l enfant en gnral et de l enfant handicap en particulier.</p> <p>258.En ce qui concerne le droit des enfants handicaps participer la prise de dcisions, les parents ou les autres personnes assurant la garde d un mineur doivent, pour toute dcision concernant ses droits et intrts, le tenir inform et prendre dment en considration ses opinions eu gard son ge et son degr de maturit. </p> <p>259.Le Gouvernement respecte le principe de l enfant d abord et met en Suvre le dveloppement des enfants comme un de ses droits suprieurs, le lgislateur ayant distingu les droits des enfants handicaps dans la loi relative l enfance, comme indiqu dans les dispositions ci-aprs:</p> <p>259-1.L article51 nonce que l enfant handicap jouit de tous les droits reconnus par les dispositions de la prsente loi sans distinction de handicap;</p> <p>259-2.L article52 nonce que l tat garantit la protection et la radaptation de l enfant handicap conformment aux dispositions de laloi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes et l tat et le tuteur font en sorte que l enfant handicap puisse bnficier de tous les services de protection et de radaptation qui sont prvus;</p> <p>259-3.De mme, l article53 nonce que l tat mne des tudes et des recherches dans le domaine du handicap afin que les rsultats servent la planification et la sensibilisation concernant les problmes relatifs aux handicaps et la lutte contre ceux-ci, conformment aux dispositions de la loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes. </p> <p>260.Les enfants handicaps jouissent non seulement des mmes droits que les autres enfants, mais aussi de diverses protections spciales conformment aux dispositions des lois et politiques pertinentes.</p> <p>261.La loi relative l enfance promulgue par le dcret royal no22/2014 garantit les droits des enfants, dont les enfants handicaps. Cette lgislation considre les enfants sans tenir compte de leur tat en cas de poursuites judiciaires leur encontre ou auxquelles ils sont parties. Elle reconnat aux enfants handicaps des droits supplmentaires eu gard leur ge, leur situation et leur tat et tient compte de l intrt suprieur de l enfant en le protgeant et en constituant un moyen de dissuasion l gard de ce type d infraction.</p> <p>262.La lgislation, notamment la lgislation procdurale, couvre tous les aspects relatifs la protection des droits et des intrts des enfants, notamment les enfants handicaps, conformment leur tat, comme indiqu ci-aprs: </p> <p>262-1.La tutelle sur eux et les conditions et consquences juridiques de cette tutelle;</p> <p>262-2.La tutelle, la gestion et l investissement de leurs biens et avoirs, ainsi que les conditions et les consquences juridiques de ceux-ci; </p> <p>262-3.Les conditions interdisant d emprisonner des personnes civiles mineures ges de moins de 18ans ou de toute personne ayant charge un enfant g de moins de 18ans aux fins d un recouvrement de crances;</p> <p>262-4.Dans tous les articlesconcerns, la lgislation privilgie l intrt suprieur de l enfant. Par exemple, bien que les recours et les appels soient inadmissibles s ils sont dposs par une personne qui n est pas partie la procdure ou n a pas comptence pour engager une procdure judiciaire, elle s carte de cette rgle dans l intrt d un mineur dans la mesure o ce dernier (ou son reprsentant lgal, en son nom) peut y participer, dans le cadre du texte de la loi qui fait autorit en la matire.</p> <p>263.Le Sultanat est engag dans une coopration continuelle et effective avec les diffrentes organisations internationales arabes et du Golfe qui s occupent des enfants, comme l Organisation des Nations Unies pour l ducation, la science et la culture (UNESCO), le Fonds des Nations Unies pour l enfance (UNICEF) et l Organisation mondiale de la Sant (OMS), en vue de concevoir et de mettre en Suvre un certain nombre de programmes rservs aux enfants, s efforant ce faisant de tenir les engagements qu il a contracts en vertu des instruments et des traits internationaux, ainsi que des accords conclus tant au niveau international qu au niveau du monde arabe et des tats du Golfe, dans le domaine des enfants handicaps. De mme, les associations pour les enfants et les jeunes, dans les coles et les clubs, contribuent activement faire connatre les droits et liberts noncs dans la Convention, tout comme le mouvement scout, entre autres.</p> <p>264.La loi no30/2008 relative la poursuite des jeunes gs de moins de 18ans sous le nom de loi relative la poursuite des jeunes leur offrant tous les types d attention et de protection, depuis la collecte d lments de preuve jusqu leur placement en maison de correction et centre d orientation qu administre le Ministre du dveloppement social.</p> <p>265.Compte tenu de ce qui prcde, les parties concernes par les questions relatives aux enfants handicaps s emploient universaliser le droit l galit et l interdpendance des droits, faire en sorte que les parents s acquittent de l obligation qui est la leur de respecter les droits de ces enfants, en particulier entre eux, sensibiliser les enfants leurs droits par groupe d ge; il convient en particulier que les parents choisissent avec soin les questions dont ils discutent avec leurs enfants, les mthodes suivre pour rpondre leurs questions et les duquer en fonction de leur ge et de leur maturit. La libert d expression, en tant que moyen permettant l enfant de communiquer avec autrui, et l interaction avec la socit de manire gnrale, en affirmant l existence d opinions diverses dans la socit, tmoignant du profit que ses membres tirent des enfants.</p> <p>266.Les parties qui s occupent des enfants de manire gnrale et des enfants handicaps en particulier ont adopt des principes gnraux pour renforcer la libert d expression et d opinion de l enfant, comme indiqu ci-aprs:</p> <p>266-1.Renforcement de la confiance en soi de l enfant;</p> <p>266-2.Consolidation de l attachement de l enfant sa famille au moyen de sa participation aux discussions sur les questions qui le concernent et de l coute de sespoints de vue;</p> <p>266-3.Intensification de l acquisition de connaissances scolaires par l enfant;</p> <p>266-4.Aplanissement des difficults sociales et psychologiques en tant qu inhibitions internes que l enfant ressent durant la vie;</p> <p>266-5.Renforcement de la participation sociale et ducative de l enfant en l armant de courage pour exprimer ce qui le trouble;</p> <p>266-6.Cet intrt de l tat se manifeste pour que l enfant s entrane rflchir et progresse dans la connaissance de ce qu il veut et ce qu il fait, ce qui participe des composantes concrtes de sa personnalit;</p> <p>266-7.La formation la prise de dcisions et l encouragement du fils par le pre pour rgler une question et se dcider, s il a raison il l encourage et lui serre la main, s il se trompe il le corrige et le guide avec dlicatesse, ce qui l habitue faire face la vie et des situations dlicates;</p> <p>266-8.Prparer l enfant mener sa vie de faon autonome& nous lui laissons la libert de s exprimer et d agir, sa libert d opinion et de critique, nous le faisons participer en exprimant son opinion et le chargeons de certaines actions qui sont adaptes son ge et son tat et, conformment ce qui a t dit plus haut, au moyen de la participation des enfants des associations, notamment l association L enfant d abord, ainsi que de la promotion du Parlement des enfants au moyen des participations au niveau arabe dans ce domaine. Le respect de la libert d expression de l enfant est un des facteurs d excellence, de mme que la comprhension, le respect et la discussion des questions de l enfant par l enseignant et les parents, et l apprciation de sa crativit et de son inventivit, et la capacit de ne pas les considrer comme une faute afin de poursuivre la discussion et de rpondre aux questions de faon constructive, ce qui contribue fortement dvelopper les facults de l enfant;</p> <p>266-9.Le renforcement de la volont de l enfant et le respect de son opinion et de sa consultation, lui faire ressentir de la fiert et lui donner le sentiment qu il a une mission importante;</p> <p>266-10.Incitation de l enfant tudier pour qu l avenir il soit un responsable et ait une bonne situation;</p> <p>266-11.Renforcement de l indpendance de l enfant, c est--dire son acceptation sociale, la confiance en lui et le gain de sa confiance;</p> <p>266-12.Dveloppement de l audace respectueuse de l enfant en lui faisant prendre conscience de sa valeur, en lui donnant confiance en lui-mme, afin qu il vive en faisant preuve de noblesse, de courage, de franchise et de hardiesse dans les limites de la moralit, ce qui lui donne un sentiment de srnit et lui apporte force et respect au lieu d hsitation, crainte et indignit;</p> <p>266-13.La participation de l enfant concernant toutes les questions qui l intressent et la possibilit de dgager ses ides et de les cristalliser dans des mthodes et des stratgies claires dans le cadre des services qui sont offerts, cela se concrtisant dans sa participation aux associations, dont L enfant d abord, ainsi que dans les participations du Ministre du dveloppement social aux colloques et confrences sur le dveloppement de l esprit participatif de l enfant de manire gnrale et de l enfant handicap en particulier dans les prparatifs du Parlement de l enfant ainsi que l accent mis sur toutes les parties qui dispensent des services l enfance pour suivre cette orientation l gard de l enfance;</p> <p>266-14.Encouragement de la participation des enfants handicaps aux runions de l enfance organises par le Ministre du dveloppement social ainsi que de leur participation au dialogue des adolescents.</p> <p>267.De fait, le Ministre du dveloppement social s est employ raliser ce droit en assurant la coordination avec les autres entits selon leurs comptences respectives en conduisant des campagnes de sensibilisation et entenant des colloques, rencontres et runions de travail consacrs l enseignement, au dveloppement ou la sant, dernirement le sminaire des villes amies des enfants qu a tenu le Ministre du dveloppement social. De l vient le lien entre la participation et la libert d opinion en vue de dvelopper le concept d enfant d une manire gnrale et d enfant handicap. C est ce que permet la ville amie des enfants, les enfants participant pour exprimer leur avis, par exemple sur les parcs et le degr d adaptation, de qualit et de nettet des services dispenss aux enfants handicaps et la mesure dans laquelle ils constituent un milieu sain. Il convient de mentionner galement la participation des enfants la prise de dcisions au niveau des conseilsmunicipauxen exprimant leur opinion.Les rencontres de la jeunesse auxquelles participent les enfants handicaps ont montr que les enfants en gnral ont de nombreuses possibilits cognitives et intellectuelles, ceux-ci pouvant participer aux rencontres et aux confrences. Le Ministre de l ducation et de l enseignement prsente la candidature d un groupe d enfants de tous les gouvernorats du Sultanat afin de leur soumettre les programmes et projets. Ce qui est soumis l enfant tient compte de ses besoins et s appuiesur une dmarche fonde sur les droits.</p> <h2>V.Obligations particulires</h2> <h3>Article 31Statistiques et collecte de donnes </h3> <p>268.La loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes, en son article13, prvoitque des donnes compltes sont runies et des statistiques tablies en ce qui concerne les dficiences, que ces donnes et statistiques sont classes, que des mesures sont prises pour faciliter leur mise en commun afin qu elles puissent tre utilises plus grande chelle dans l laboration de plans et de programmes relatifs notamment la protection et la radaptation, et qu elles sont rgulirement actualises, conformment la loi, sous la responsabilit de la Commission nationale de la protection des personnes handicapes.</p> <p>269.Le Gouvernement s emploie mettre en place des systmes analytiques et statistiques concernant les personnes handicapes. Il prend des mesures pour assurer la confidentialit des donnes statistiques etla non-divulgation des informations et des donnes personnelles relatives aux groupes tudis, y compris les personnes handicapes, ces donnes ne pouvant tre communiques qu la demande des services comptents. </p> <p>270.L tat a tabli en 2010 les dernires statistiques dmographiques, qui portent entre autres sur les personnes handicapes; il a galement ralis un suivi annuel de la situation des personnes handicapes, afin de faire le point sur la rpartition gographique de cette catgorie de population et sur les causes des dficiences, ainsi que sur la radaptation, l emploi, la situation familiale et la participation la vie sociale. Tous ces lments constituent le fondement de l laboration des politiques.</p> <p>271.Les statistiques relatives la radaptation, l enseignement, l emploi et la scurit sociale sont publies dans les rapports sur le dveloppement social dans le Sultanat.</p> <p>272.La Commission nationale des personnes handicapes a dcid d effectuer une enqute exhaustive sur les personnes handicapes couvrant l ensemble des rgions du Sultanat en vue de les dnombrer exactement aux fins de la planification des services qui leur sont dispenss.</p> <p>273.Il existe des bases de donnes sur les personnes handicapes dans les entits suivantes:</p> <p>Ministre de la sant;</p> <p>Ministre du dveloppement social;</p> <p>Ministre de la fonction publique;</p> <p>Ministre de la main d Suvre, Autorit gnrale charge de l enregistrement de la main d Suvre;</p> <p>Centre national de la statistique et des informations.</p> <h3>Article 32Coopration internationale </h3> <p>274.Le Gouvernement s emploie renforcer et garantir la cohrence entre la lgislation, les rglementations et les pratiques nationales et les instruments internationaux relatifs aux droits des personnes handicapes auxquels le Sultanat est partie et assurer leur mise en Suvre effective.</p> <p>275.Il encourage ratifier les instruments en question ou y adhrer et assurer leur mise en Suvre.</p> <p>276.Il contribue l laboration des rapports que les tats doivent soumettre aux organismes et comits de l ONU ainsi qu aux institutions rgionales pour s acquitter de leurs obligations conventionnelles et, s il y a lieu, d exprimer une opinion en la matire dans le respect de leur indpendance.</p> <p>277.Le Sultanat coopre avec l Organisation des Nations Unies et la Ligue des tats arabes et toutes les autres organisations qui en relvent et avec les institutions rgionales et nationales dans les autres pays qui Suvrent dans le domaine de la promotion et de la protection des droits des personnes handicapes. Le Sultanat participe aux runions tenues notamment par l intermdiaire des entits comptentes ci-aprs:</p> <p>Conseil des ministres arabes chargs des affaires sociales et du dveloppement social;</p> <p>Organisation arabe du Travail;</p> <p>Organisation internationale du Travail;</p> <p>Organisation <span style="font-style:italic;">Rehabilitation I nternational</span>;</p> <p>Jeux olympiques spciaux;</p> <p>Comit paralympique;</p> <p>Comit arabe de l enfance.</p> <p>Elles contribuent toutes la coopration dans les domaines concernant les personnes handicapes.</p> <p>278.Il convient de mentionner la communication concernant les droits des personnes handicapes et les efforts faits pour lutter contre toutes les formes de discrimination leur gard, notamment la discrimination fonde sur le handicap en menant des actions de sensibilisation, de communication et d information faisant appel tous les mdias. </p> <p>279.Toutes les plaintes etrequtes sont traites ou renvoyes l autorit comptente dans les limites fixes par la loi.</p> <h3>Article 33Application et suivi au niveau national</h3> <p>280.Le Gouvernement a, par l intermdiaire du Ministre du dveloppement social,constitu une commission de surveillance au niveau national, qui est charge de surveiller et de renforcer la mise en Suvre de la Convention relative aux droits de personnes handicapes, dont sont membres le Comit des droits de l homme, le Conseil d tat, le Conseil consultatif, l Universit du Sultan Qabous, l Union gnrale des travailleurs du Sultanat d Oman, l association des juristes, l association pour la protection des enfants handicaps, l association omanaise des handicaps, l association pour l intervention prcoce en faveur des enfants handicaps, l association Al-Nour pour les dficients visuels et le reprsentant des personnes handicapes. En application de l arrt ministriel no124/2010 (annexe17), la Commission assume la coordination des mesures que prennent les dpartements comptents, et les units membres de la Commission se partagent la mission de protger les droits et intrts des personnes handicapes et s acquittent de leur mandat dans leurs domainesrespectifs.</p> <p>281.La Commission a tabli un plan annuel pour ses activits, prsentant les droits des personnes handicapes noncs dans la Convention relative aux droits des personnes handicapes, qui est distribu toutes les entits concernes.</p> <p>282.La Commission procde des contrles rguliers de la mise en Suvre et du respect de la Convention en tenant des runions en application de la loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes. De plus, elle ralise des tudes et examens approfondis sur la protection des droits et intrts des personnes handicapes et formule des recommandations relatives l application de la loi concernant la Convention pour les contrles au niveau local.</p> <p>283.Les personnes handicapes et leurs organisations sont invites participer l application et au suivi des mesures de protection de leurs droits et intrts, ainsi qu l ensemble du processus de mise en Suvre de la Convention.</p> <p>284.La coordination est en cours en vue de transfrer le suivi de l application de la Convention relative aux droits des personnes handicapes la Commission nationale des droits de l homme, qui est la mieux place en la matire.</p> <h2>VI.Dfis et orientations futures</h2> <h3>A.Dfis</h3> <p>285.La majorit des tats doivent relever un ensemble de dfis pour rpondre aux exigences des personnes handicapes et la leon qui en est tire est qu il convient de parvenir des moyens et des solutions qui permettent de les surmonter. Il est possible de regrouper les dfis comme indiqu ci-aprs:</p> <p>1.Les dfis lgislatifs;</p> <p>2.Les dfis ducatifs;</p> <p>3.Les dfis d ordre matriel;</p> <p>4.Les dfis lis l espace public; </p> <p>5.Les dfis concernant la perception que la socit a des personnes handicapes et la perception que ces personnes ont d elles-mmes; </p> <p>6.Le manque de coordination entre les acteurs gouvernementaux et les acteurs non gouvernementaux en matire de fourniture de services; </p> <p>7.Le retard intervenu dans la mise en Suvre de la stratgie relative aux services pour les personnes handicapes;</p> <p>8.La mise en Suvre des dispositions de la Convention concernant le droit au travail, l enseignement, la sant, le caractre inclusif du milieu et les droits civils et politiques ncessite des ressources budgtaires difficiles dgager compte tenu des autres besoins des communauts, qui peuvent prvaloir.</p> <h3>a)Dfis lgislatifs et non-discrimination</h3> <p>286.La loi sur la protection et la radaptation des personnes handicapes promulgue par le dcret royal 62/2008 nonce un ensemble de politiques et de services pour les personnes handicapes. Toutefois, il faut en suivre le dveloppement afin qu il soit adapt aux besoins croissants des personnes handicapes et cette fin le Conseil d tat s emploie actuellement suivre cette loi en prenant en considration les exigences de la Convention.</p> <h3>b)Dfis ducatifs</h3> <p>287.Le milieu scolaire et la radaptation du personnel qui travaille dans le domaine de l enseignement aux personnes handicapes revtent une importance primordiale pour que celles-ci poursuivent leurs tudes, ce qui ncessite une politique clairement dfinie, comprise et accepte au niveau du corps enseignant et des coles ainsi que de la socit dans son ensemble; il faut galement prendre les mesures ncessaires pour assurer la qualit des supports et la formation continue des enseignants permanents et offrir des services d interprtationen langue des signes et les autres services d appui adapts. Il convient galement d assurerl accessibilit visant satisfaire les besoins des personnes atteintes de diffrentes dficiences. Cela exige galement la participation des pres et des mres, ainsi que des entits s occupant des personnes handicapes aux activits d enseignement tous les niveaux, toutes choses qui prennent du temps et ncessitent des moyens matriels considrables. Peut-tre que le dfi pour le Sultanat l heure actuelle est l largissement des domaines d enseignement afin qu ils englobent toutes les dficiences et la propagation des coles spciales dans tous les gouvernorats.</p> <h3>c)Dfis concernant l emploi des personnes handicapes </h3> <p>288.Le pourcentage des personnes handicapes formes, nommes et employes tend augmenter vers le niveau vis, de mme que celui des personnes handicapes nommes dans la fonction publique, mais cela passe par une culture fonde sur le respect des droits de l homme et de l existence de postes rservs aux personnes handicapes qui soient adapts leur situation, car les personnes non handicapes peuvent concourir pour les diffrents postes tandis que tous les postes ne conviennent pas cette catgorie de personnes, cela s ajoutant le problme majeur, savoir faire en sorte que le milieu de travail soit adapt toutes les dficiences. </p> <h3>d)Dfis sociaux</h3> <p>289.La socit a le devoir de participer la ralisation de l intgration sociale et, partant, il convient de mettre l accent sur les programmes de sensibilisation qui visent promouvoir une vision positive des personnes handicapes.</p> <h3>e)Dfisstatistiques</h3> <p>290.Les donnes disponibles sur les personnes handicapes sont limites, elles sont mles celles sur les autres groupes de la socit dans les donnes nationales relatives la dimension du phnomne du handicap, sa distribution et aux diffrents clivages dmographiques. Il faut de nouvelles structures statistiques indiquant, entre autres, les diffrentes incidences des dficiences, leur rpartition gographique, les niveaux d instruction des personnes atteintes de ces dficiences, leur lieu de rsidence, les entres mensuelles, leur statut social, leur adresse et l exploitation des produits statistiques pour lever le niveau des services dispenss cette catgorie de population.</p> <h3>f)Dfis concernant l instauration d un climat adapt et l accessibilit</h3> <p>291.Font partie de l environnement adapt les aires et espaces rservs par la socit l intrt public qui sortent du champ de la proprit prive. Assurment, la garantie de la pleine accessibilit est considre comme un vaste dfi pour tous les tats, indpendamment de leur niveau de dveloppement conomique, de leurs principales structures de dveloppement urbain, de la possibilit de rnover et de moderniser, qui ncessite des dpenses leves en vue d offrir des services ouverts ou dispenss aux personnes handicapes en harmonie avec la Convention et les normes d accessibilit et de facilit de frquentation et avec les exigences relatives l limination des obstacles existants au moyen d un plan national relatif l accessibilit nonces dans la loi pertinente.</p> <h3>g)Dfis en matire de logement et de transports </h3> <p>292.Ces dfis concernent l offre de logements adapts aux personnes handicapes en fonction de leur dficience et la fourniture des ressources ncessaires cette fin. Cela dcoule des moyens de transport offerts, qui de toute faon ne sont pas considrs comme amis des personnes handicapes.</p> <h3>h)Dfis financiers</h3> <p>293.Il est ncessaire d accrotre le volume des fonds destins rpondre aux demandes des personnes handicapes, de sorte que ces personnes bnficient de tous les services dont elles ont besoin. Des dfis se posent aux personnes handicapes elles-mmes, comme indiqu ci-aprs:</p> <h3>i)Problmes familiaux </h3> <p>294.L incapacit de la famille satisfaire les besoins des personnes handicapes pour des raisons financires, malgr l appui apport et la connaissance des mthodes de traitement, conduit la perturbation de leurs relations avec leur famille.</p> <h3>ii)Problmes de sant</h3> <p>295.Il s agit de l tat de sant et la dtrioration de celui-ci, qui est au nombre des problmes de sant et il est ncessaire de renforcer les capacits de dpistage prcoce des dficiences.</p> <h3>iii)Problmes psychologiques</h3> <p>296.Il s agit des sentiments des personnes handicapes et de la mauvaise perception de certaines d entre elles de leur dficience. </p> <h3>B.Orientations futures</h3> <p>297.Le Gouvernement s emploie activement relever les dfis susmentionns en coopration et en coordination avec les secteurs associatif et priv, ainsi qu avec les familles, tablissant une stratgie nationale qui prcise les points faibles et les atouts concernant la garantie de l exercice des droits des personnes handicapes reconnus par la Convention, la stratgie contenant un plan assorti d chances li des ressources financires qu il faudra fournir.</p> <p>298.Nous pensons que ce sera la fondation de l engagement concernant la mise en Suvre de toutes les dispositions de la Convention. S y ajoute la modification des lgislations et rglements en harmonie avec les dispositions de la Convention et il faut esprer que le deuxime rapport refltera les rsultats des efforts faits en la matire.</p> <h2>Annexes</h2> <h3>Appendice 1</h3> <p>Conformment l arrt ministriel no262/2012 (annexe18), un Comit de travail a t constitu en vue d tablir le rapport national sur la Convention relative aux droits des personnes handicapes. Plac sous la prsidence du reprsentant du Ministre du dveloppement social, il est compos des reprsentants des entits suivantes: </p> <p>Ministre du dveloppement social</p> <p>Ministre de la justice</p> <p>Ministre des affaires trangres</p> <p>Ministre des affaires juridiques</p> <p>Commission nationale du logement (ancien Ministre de l conomie nationale)</p> <p>Ministredes affaires sportives</p> <p>Ministre de l information </p> <p>Ministre de l enseignement suprieur</p> <p>Ministre de l ducation et de l enseignement</p> <p>Ministre de la sant</p> <p>Ministre de l intrieur</p> <p>Banque centrale</p> <p>Municipalit de Mascate</p> <p>Chambre du commerce et de l industrie d Oman/reprsentant du secteur priv</p> <p>Dpartement de la protection prive; Direction gnrale de la protection sociale</p> <p>Expert de la protection et de la radaptation des personnes handicapes</p> <p>Centre pour la protection et la radaptation des personnes handicapes</p> <p>Association Al-Nour pour les dficients visuels</p> <h3>Pices jointes</h3> <p>Pice jointe 1: Arrt ministriel no80/2010</p> <p>Pice jointe 2: Arrt ministriel no84/2010</p> <p>Pice jointe 3: Arrt ministriel no85/2010</p> <p>Pice jointe 4: Arrt ministriel no169/2013</p> <p>Pice jointe 5: Dcompte statistique des coles, lves et enseignants dans le programme relatif aux difficults d apprentissage</p> <p>Pice jointe 6: coles participant au programme d insertion (2007-2012) </p> <p>Pice jointe 7:Rpartition des enfants handicaps dans les gouvernorats du Sultanat et taux de handicap chez les enfants omanais</p> <p>Pice jointe 8: Rpartition des enfants (gs de 10 17ans) handicaps analphabtes, par type de difficult/dficience, par degr de difficult/dficience et par sexe</p> <p>Pice jointe 9: Rpartition des enfants handicaps dans les gouvernorats du Sultanat et taux de handicap chez les enfants omanais</p> <p>Pice jointe 10: Rpartition des enfants omanais handicaps dans la tranche d ge 3&#8209;17ans scolariss, par sexe</p> <p>Pice jointe 11: Dcompte statistique des coles, lves et enseignants dans le programme relatif aux difficults d apprentissage</p> <p>Pice jointe 12: Arrt ministriel no82/2010</p> <p>Pice jointe 13: Arrt ministriel no204/2012</p> <p>Pice jointe 14: Guide lectoral pour les personnes handicapes</p> <p>Pice jointe 15: Arrt ministriel no81/2010</p> <p>Pice jointe 16: Activits et ralisations des personnes handicapes en 2008</p> <p>Pice jointe 17: Arrt ministriel no124/2010</p> <p>Pice jointe 18: Arrt ministriel no262/2012</p> </div> </body> </html>