<?xml version="1.0" encoding="utf-16"?> <html> <head> <link rel="stylesheet" type="text/css" href="data:text/css;base64,77u/Ym9keSB7IA0KCWZvbnQtZmFtaWx5OnNlcmlmOyANCgltYXJnaW46MCBhdXRvOyANCgl3aWR0aDo5NjBweDsgDQp9DQp0YWJsZSB7IA0KCXdpZHRoOjEwMCU7IA0KCWJvcmRlci1ib3R0b206MnB4IHNvbGlkICMwMDA7IA0KfQ0KdGFibGUgdHI6Zmlyc3QtY2hpbGQgdGQgeyANCglib3JkZXItYm90dG9tOjFweCBzb2xpZCAjMDAwOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHsgDQoJd2lkdGg6ODAwcHg7IA0KCW1hcmdpbjoyMHB4IGF1dG8gMCBhdXRvOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHRhYmxlLCBkaXYuY29udGVudCB0YWJsZSB0ZCB7DQoJYm9yZGVyOm5vbmU7DQp9" /> </head> <body> <table> <tr> <td> <img src="data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAFAAAABECAYAAAAWVrIgAAAAAXNSR0IArs4c6QAAAARnQU1BAACxjwv8YQUAAAAJcEhZcwAADsMAAA7DAcdvqGQAAAAHdElNRQfYCwYIDwTu5NNBAAAAGXRFWHRTb2Z0d2FyZQBQYWludC5ORVQgdjMuNS44NzuAXQAAFmFJREFUeF7l2gvYZlVVB/DpZlkhHyF5IWTUborCKKghioOaF0hQENIQGEExTYOwLCnlIzLxBqOWJiCMaCBeYkTBCyajCZkmjFl2MWFSszSNz/BWVvb/ve3Fs+dw3ssgND21nuf/vOfss8/ea6+91n+tfb5v1artL7tFhScELwneEfx58E/B14N/D74RfDH4i+Cy4KXBkcHq4Du2v/rbR4OfzLSnBR8Prg/eGZwa/Gxwv4BRl4KTgpODHwn2Dh4fPD+4pBn1L/P7wmDP7bOMW3bWnecM9515/phgU/CF4HeDA4LvmfHeM/LsxCnPvyvtDwxeFvx98MfBEcF3z9Hjznn+8AX63bLWmTKaxf9c8ObgJ2bM+NA8+0jwiWBd8P0LavcL6feLC/S9TfocHvxJINQPnfPOU/L8umA5+OEFxr/Fu/Cmo5oS/5Lf+06ZYZe0Xxh8Jjgm4DXbIs9c0IA1Jk48OLBR7wnuPmMy3v2tgP7PuRm6bcs6tuq7Y+5wkMkBb42JMBFarwq8s4jwzOI63rcxeFvwy8Grgz8IhOA84ZG4UzI6LhhLNtre2q3jLbn23q0mQpQhhEkZz6KGQrFnB58PcN4s0Zf3/lbw4UBC+WjwpuAVAS+6KrgguKg90wcdvCBg7FmZWHIR0ucG3zeiyO3TJjpqPa/N9X2CE4PbztF94cd3aMrvn9/f6yYTJj8wGMVi1gey44/NmOF78wwPbQ7+OmDA/UaUHgthhpA8vPNXbYyn5teYY3K7NG4Mrgh2Gumwb9qUTGVE/Pnk4M+Cu85Yw0KPlA9/G9htSv9Hm+hf82v3e2G83wk+FuC+MdFH0rk2eHuwNpjlQfM4UOaXzen16eBJAX4eCu49O/jT4IcGD9GGOrTWZkMlxysDieaOU9Yyt9nAwkkhywvfGNglE+GV+7eJaqBTcqEI5plD4+pzl0BIogCbsYjMMyAdvtr0Kg+6PPe7Dwa3Fu0fCFDCD3bPH5lrRpVUyoiHtDUa89LgZhXsClYDvC9ArrLVNwPhshT8fqeE+guXKIDvFTBin5kflXsJZZFsR1lhp9h2OnHycK1tbCGPTntvRHr+Q6CdoBnGUw7xTnpLRuWpjP3u1s/anH5wsA0vgzLywkJJk/5jwIDLgYIXeR8YqJsUrbIc+dHAUav3qt6IT8sz4YVrpgkPsQmvC1CGufDolgbX2j7V+ujb15J0LA/8z1xf3OZkNMY7oZtYcuj19+i9gSR2t4D3cQZhLJyNK0PfOxijh27o/758WOA4VQod1BS4Z34lEsb4UsDtDfjBoIzZD2ZCijAIxcbEZrwokLEd544Pfjyo0wQDCGOizTN99PXOiwNjMOZPBecF9OZF64N/CxT5Q+FdHKQ29UG55m1fDo4NOIC5zmrjfSG/eJ2HzhSZ86TAYZ0idpOCOwTOqkJY29FtFN6lpBg7jqkPkfAwnL3K8IxjEcqV1VO06g047OKdl7cxeJhEsVe7r83/ZO7Vgjx2KJIZ3Sp7O1PXe0LYmp/YteFNdDYzMytacQeFDKaGEs6ItAZf3zTZMb+4Ziw0LcQzXqgWo6j6ithJyWRTMOv4p+8sA7bhJp5iLGMae48AD5a+N+R6pelS7/hFVZcFv9YabaoNqfeEtLGLBznS+Q39ODdeW7TOMptC2EDCi1Fr0NfkunjgebnGDUPBMbKx0qCEIRnxcQFeURbNO9ZJGhKZeVzPEkkKtfxNcEXA8L7cqBMrktR1w2JacuKhVXYx6i8FQt97NgVfukZZDFxVyU30Wd86SgZPD4TqOa2NYX8jqJoI5+CgNSOr+s20KXmGwrMpcvrIM00Mqs+GAG9KGIwC7sEziWzM+ChDyNJL/Ups5iWBLM0YyyNzO338dtduMyRN49BX2eVXqJc9lHE3EbunoyzEez4XSBYI1KBCsc69KnWZayjI2cR3HjywEEUsvuOJawbPD869b4O8/bDAbpM+hLV5po++9CxBM/TB30olvFzeZuH67hrQTanVCxrhhVUbOm09JLCWq4OVwMGB2AQ2Ui1sJV7mcR46xMvE7u0+N2e8zwb1deP9ue5DtAZzNuaBQ1mfhgsCIYIqGNEvT6bMB9r98L1pHEgf73hX+DHes9rLKEbmPXNED8e/V42043hHS/LYAG+q/VCHteJUggbYiDNsJWq54jmFKxe2K4z34OCfA6cSBrCTK0FfhxnMQrzjeNULTlXO7NQ1lhE/lDbZb9pH0FlJRFLyvsXyuhLzbwhEzz4DXXw8oKPfXni2DSE8VvTxunXBUmDthBOxk9+t5B7tgYd2T0j9TMCVKaj959sb6qSNwwFyf2Jw7kg77/BOL7xEu8U8KZA5x+SENIoIwvt3b9c+lUlIPNnC/S2lkpsuOBwPK6KHcl4ajNsLirk+4BzEhlgz7pdUHE2XWh/taG0rwQPlgRTiTYrJldaO0Kteen2uq7jtB5GtHjoYlwcg/2Gd6PseirCTilc7LjvjVnKbQDJ7Q7AhUOgic8lhKUAHEsY1wdmBRKFiKO4VQX8XWOjwXI6ermrz9D8X52Zda8CffQY/KveipMqja3N9YwT6UMDtq94R3wZQAzKqhcqOJRY6DA0Gp6yF94ITq86qdotE5uXZtXF+LRqXCXkGc24tvRTdeE1JVIvzzteDX2+62qwKT9Hj69CQ8+g4Fsbm3dApr74VxuZgOJtns91fEXA61Deptrm/2s3DTUHVge7VfriPcPWvBbJeL4fmRnbsxY7xrNVdo/eM/6uBo1dvvLpWcghRvCRRlQHH+lZb38fR0qbdN0BDPmIMyx4eiwJ64RQooUQCMU7NIQExvHtHSAacUIEQ4HFCwEOuzMtc+1U+rGmj3jO/3HcoBlcn9sJTvF9CIRzJo2VRYTbNKHZe4lL9y7TmnGXA/hlj8hg0sTnAbeioF8X5aYM2lYjNq/LHUY+3Oq0Yn9dXqce71waTL1K+dDiy7BVYnBf8qsYfEAjf4rafzvUfDSZ2K/HwmF7W5eabgbAjkgFOc0TiEbVhY4bZnOeHdIOpBBY1YPWTRCQAnH3MQDenFOfdoWxJg8qDPCPQzybyYvagF3vR39hoZtVXAhlWmErXxS9Vnf9h2ngMOSKoUMVldoIgZcYuMYF+FmNXDwoeERwXbAoOD6qmqgXjL7wrsezXjeWSbjyiOGkRY9qAHQLeNqxN0cdYIrky7ZIMEf5CWgI0ljnx7XPb83fnVyKbfPpRLBLZVUdkju+ODHjRUnt+dH4vChCqJCBUfiX4YsCLSxhruEil0qlBhTpFi5T1VfPhPJ4xNKBxhWEV+/MMuCV9q6w5PtdOF73gr57v6hlutLnElynzoALCYO613ylgF9XJxBAUoyB3ZVCTLgW+qHDfSiLSOaNJDrWIWpRxZGI8gXf6RdapBq/JpvoAbxManiuDTg9ODIaZW7az4HmGq+fG5B3mMJ+N4uHVdl2bt/TQDtbASQjPWwmsd/dgbVD8X1n/Gh2LGM9pLzrvyZa+mFDoitbuB8+9PZA0xhZjV9BA1Ut9H2H8/KAK4xqWZwodWVHZYROKMrqpJ3UoLjP2IplZNKESRfWwlMFz6GIovJ+TlIhMa8CnxrLB9FBmaeexE4O4UZ5wTYlix6DC6yXdgGtzzVNeGQjdRUPK+HjH7p5xE7VXrTolbRaJd8bCt15REUhEQw8f20yex4jLgfF7UaSPJUMnGomjRB4wtnWqKlYHTk41HyebDF4NrmvXqs2iSoSSsKvCWn+KLhJavuTY+Q8NFuP2Lm2cOkkMu6AWtSEPXGTTeKgSSi3IeySgXtS+F4zoIbH0pylz1to4DXFSq7aJHdZ2DWIc3xVh4hKZrAQvyKqrWwNj25H+ZDDNmI9t7ygDcMpQ7LYiuJ+v+sjexhUti4TvK9KviuctuUb8vagB0clQhGafDEWi9Zrbhtyxm38l15PjnMKxKmwd1wS+ZLjeFOwWKChLNudiGGbLrf8sT1TLEacQXNLL3XPjJMQrJIsDAyeZPVqn5+R3kbA1v/Kozt7elyn7Dw2G5CDm6IWx0Fit1aFBxFU55tmxQa3xrFyLjEknn5Tqwcm5rl2m+JrBZI52UjtPLcWcMiSQWQZ8atN2Kb88XdiSMt7+7V6yEeYqgPc1KJMqU87zwJ7vJLuew03BazgIg/XCKRi/RO2I98po38j1eYE1qlQkP5QyObwbDLd5+NaglFTaSCp9FsNl7woYD8eUvLcNPM2Il3V9hb0CXT3G88p4XZdJQjszkJkZ0/hOB7M26eo89zGEMJQSrA9J7Qe3sfq5XEuKvKrEKcNm7hLU0bKK/+XW6XK/yg7hgjB5kVj/fHBdwEgM3O/MzrmXoXkdNy8pnpq2QF7eiyOWU9BDBu11u5QLm6nAlsh4vSxZ46spPx0o+rXx0iuCyaIiask3j4ytja5DUb4p5IkwZrQqopUzNkeb8dlLsuF0E46ojs/ONe9TG25ogznMM2x9D9T8zmDivp0gf4uSeMaMyONKKmx5siw5ljjUY+cHDI+zhtkXp24emc+xVGTgrKH3oQ3OMZxvp7SpLzkHEZ7WMPlYEHGS8dxm8UjvsxG9Jv8nIr73DfDahvbycnu5TgBKkBJhLJ0PRSaVKYXl0Ig2hsf2nCdTmkdmfkybvx9TxV/nX7xj8WXIlVzLpuZUSnEEBl8KeMzLR/RTigwjQTf8fGnX/1FNf+sgeJSN1LJ0FhnWJ+xvJEnKsbysLP4pz+sorvMjuwm4OPfde6CkQhdfaT8y+Eh7t4ypeB3jvPuknTdubkqtye+LAsmEJ704wMNCVAISAeY4PpCdNwTKjfVBVRS4jig9JAQOwNDlZe3xxGk+HBxWDfl9ckBn0cRgyiJUpu+ru2e7e0cCWWmNjCIrg4P/XVu7wQzaiwxtJ4ai+pc98Sd3x6m9NypV6mw9fJeHqs+EO07jtTzQ7vuVYW0yysF/0/gWt05qtMgj2lh0YoSh4OAtAV4jnINn1dh3yDVnYEheXe0V3pOXpPt6IM7v1lBc4BlSxim1eDwgy/WfsYxlok0BPiV2SRK6IUAXdtXkPmAOxdgyv3f72tT8IoG3Mey80whPr3qO93lfWNNtKDarzufoZZ9AnVr28OWJXr3xeDvnulF8PKiPCl7EJ45Vu3YDnZlrntnvIu4QZkPFdksbb5aphnWeMc8OnF4OGKxG+zzjTPO6YTtDK3Qd43ygqLqzn1KZYq23DRTfqIEn0qM2DaUNyyf3N5E1aakPCF7GCwxbbRe2N3zFqPpPmDo/njgyntruc4H+Y3WepOETk6Qjo9owfLeogeb1E/JKIDoI06FYm+L80PZgOb8MSC5peogca/UhteZ7ba5HKYjLPyyos58XzgjqKCMECEMauEIEOQu3PQca8jz8ZwH3HzyrW7ur7GBkmXjIl/OMNOt5hZwQHhOJ4eL2YK/8KtUkK6LmM7bs21cUb8o9bt0qfGtwhuDmDwxkq3Jhg7rGjcQXZffFcdokGCEpCxMcamI7f2AgMx9eE4382lHcI0k4cZgfVwpn4E1fCj7T5l7EsOq2YwOb7TTVy+Nyg78lCOKUZMynBEIY1/I6Rbd2OjC4Z7x6p8F4k1s8JvZ1Qvy++3n5uoBnWNCOAUNoxzHuSxy5ELJMOixV7DCOVYqMJY8xffQ7uUG4kccHyq15BlxJH3MSa2HEh7d77SKmwvreuZbtjanNlxvX1ixxORzIwsRG8MKp4kuJYhShCtHlwO5zb4Piqj3atfvKXgb0ThXlSoehMLYNsiFPDPDnPLHb0Au9qpCdZsg6WdV7IosRjwuUP35LzmzrYUQ1Iy8srzMPbiY4WyWx3yyl7bowUTNV1lLkfrQN+tL84i0DmUTB3YtnksI7gvKa4XwPSsMHAwsSYtP6eW/MgCLFJkwz3uvzrGq6fm7eIxR74xoLRxuLYVGJRIJCeLt7NnlZwBvVsHPFwd1uyL6K5Urxiku8sRTgqdolfFfcZ3CnlzcEsrhyZkwoJmFdHAgnivlCszroS6KhAT1D4HRZCfqSBwejl7EMyWsY6oSmjD64XsjWRpyXa1+HhKjyR0StC6pg35Lr24+uZqTxBd3APNLEsg9+4EFP654Le7WWHSsRns8LGFwSmSWUFVIXBRIVg/okxYuvCWRE19o82xK8MeC9NkgZIon1HztqPoayCfj6sNbIIV4XMOArgzLg2lzjS4bDeaqCesaZROLCwgDndAMYSCbl/gwp7Mr1P9YmVYooGXoPQNx20Fg7LzC7d3nz3sGjAzUXuFaPeTZag42MzVOFI/3wNvG+U4qsi0trDZe3cQ/Jb1+2WLckMpP3pq2LEdVBw5MBL+FtdrTKDHWexGDCcwO7WCLlvybAKzwZTy4qYxw4713JykYqexxRaz4JgjHpLHR5Ln2vb/eXtvueW2XiMv68eac+f0JTZkjaDFXFqpBC3LV7b8n1MKR4FY9ACcJe6M6TbTGgcD4tcGxTvzm3l8ikn2gGujK/vFiZpjTz1cc7/fokDF9dbjdPwUWeC9ldA9mtypmaDC8JB0mHFx7cKWJHvTsU/XxMsPOSiORRBe2w7zwD0gt/2piVQLir63rxMUCCqaS3NtdHBDxRtdEf06xPKYYubMjCSWNknTc2yXySBt7DK77KKJgRK6VMasd43w6BZFAG1m9a4Uw5HyNswEp7H7nL/LLp/gEKeWGAwNcGouG5gSwvvGzCJYEkshQMhRE+2enDq5Rn5XE+k20ORJP6j7EJ7jbPLSayE9c/OpDFCMM67/I6kzHcWQGuuSooI/pa4/1Zgqf2DXzlcKJRSyqDZEIG8KvmZCxHqqcH9wvGMm/N4/l1nR68Hh8vt3lQSq3FOzbaWmwoz5w19pzljD/eK80ycYUeoyFiIckzlwKZjVJC94zga20BK/lVu/HQW1tsFiPjN5sofCU4BnLeXxvwcKconMnrbVbp+q5bU0/K1Rl5mFTcU1p4fDx4WyBkNgZb2mJW8itcZPBdOksiddlTyOG1sdMJ469uRqBHTw28/pkBykAnVX7wWFBK1Xl3TG9tjqzLwdgpplP1279UojwrqC820xQatut/YYD3kLTyQMhuDBTcuBSxKz8+G/j44Ozs+CiMechXOgNZ8KcCfKiQl2nRwEmBRLDIR4fadPRzj2/fNNs2glCleJ0gLIhCPECYXxMID3x1r0Bdyfi87z2dIbzDOzYEMiju8Y3QqePaAIfybMkEh/FU4ed00W/SSu4ZW5Ig5hOyxwTohCfi0c2Bs7iqwgbWx4L22v/sD+6zKCHIoEuB0OrPszTSBwf2pF6LV5gf0NR24sBZKwEjMrixDwn0Y1SLFmZCHV8NPZ2xJSFn+lnhaNwHB/u0ubfLDyVODfAaot4zuFNgV5UeRwV2+oaRhQpXIc24jlhCsWqz8qJ+UTzPWAzGk1CA+dWKY+Pr56gmCoS1aFEG4UrcjKeP7yfYnteyMaJelA9xFw8hDwh4JuOdHszzGvzLy74aqE+JpLKhtS+igxBesz0NNja3EBZ2VwdjGQ9Hvj/AScodwkOdBBhk3TYs6MD0lVAYy+mjajZZ/ORAHcrAZUybwxvPD9AFz/1fK5SzkIMChbfQcaoQqr04cTA0w9anpm1ZlM9qK81IypfhuVVxTg+f4JRMksr/GeEFvIIBnYVvrihbvtyMaEP+X4mz5ym3wIrXtnG2i4f9FydKxLb0H2MFAAAAAElFTkSuQmCC" /></td> <td> <p style="font-size:1.4em;">Nations Unies</p> </td> <td> <p> <span style="font-size:2em;">CCPR</span>/C/111/D/1933/2010</p> </td> </tr> <tr> <td> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:1.7em;">Pacte international relatif aux droits civils et politiques</p> </td> <td> <p>Distr. gnrale</p> <p>29 aot 2014</p> <p>Franais</p> <p>Original: anglais</p> </td> </tr> </table> <div class="content"> <p style="font-weight:bold;font-size:1.2em;">C omit des droits de l  homme</p> <h2>Communication no1933/2010</h2> <h3>Constatations adoptes par le Comit sa 111e session (7-25 juillet 2014)</h3> <table> <tr> <td> <p> <span style="font-style:italic;">Communication prsente par</span>:</p> </td> <td> <p>Valery Aleksandrov(non reprsent par unconseil)</p> </td> </tr> <tr> <td> <p> <span style="font-style:italic;">Au nom de</span>:</p> </td> <td> <p>L auteur</p> </td> </tr> <tr> <td> <p> <span style="font-style:italic;">tat partie</span>:</p> </td> <td> <p>Blarus</p> </td> </tr> <tr> <td> <p> <span style="font-style:italic;">Date de la communication</span>:</p> </td> <td> <p>26 octobre 2009 (date de la lettre initiale)</p> </td> </tr> <tr> <td> <p> <span style="font-style:italic;">Rfrences</span>:</p> </td> <td> <p>Dcision prise par le Rapporteur spcial enapplication de l article 97 du rglement intrieur, communique l tat partie le29mars 2010 (non publie sous forme dedocument)</p> </td> </tr> <tr> <td> <p> <span style="font-style:italic;">Date des constatations</span>:</p> </td> <td> <p>24 juillet 2014 </p> </td> </tr> <tr> <td> <p> <span style="font-style:italic;">Objet</span>:</p> </td> <td> <p>Condamnation une amende pour avoir organis des runions pacifiques sans autorisation pralable</p> </td> </tr> <tr> <td> <p> <span style="font-style:italic;">Question(s) de fond</span>:</p> </td> <td> <p>Droit la libert d expression; restrictions permises</p> </td> </tr> <tr> <td> <p> <span style="font-style:italic;">Question ( s ) de procdure</span>:</p> </td> <td> <p>puisement des recours internes</p> </td> </tr> <tr> <td> <p> <span style="font-style:italic;">Article(s) du Pacte</span>:</p> </td> <td> <p>19 (par. 2)</p> </td> </tr> <tr> <td> <p> <span style="font-style:italic;">Article(s) du Protocole facultatif</span>:</p> </td> <td> <p>5 (par. 2 b))</p> </td> </tr> </table> <h2>Annexe</h2> <h2>Constatations du Comit des droits de l homme au titredu paragraphe4 de l article 5 du Protocole facultatifse rapportant au Pacte international relatif aux droitscivils et politiques (111e session)</h2> <p>concernant la</p> <h3 style="font-weight:bold;">Communication no1933/2010 *</h3> <table> <tr> <td> <p> <span style="font-style:italic;">Prsente par</span>:</p> </td> <td> <p>Valery Aleksandrov (non reprsent par unconseil)</p> </td> </tr> <tr> <td> <p> <span style="font-style:italic;">Au nom de</span>:</p> </td> <td> <p>L auteur</p> </td> </tr> <tr> <td> <p> <span style="font-style:italic;">tat partie</span>:</p> </td> <td> <p>Blarus</p> </td> </tr> <tr> <td> <p> <span style="font-style:italic;">Date de la communication</span>:</p> </td> <td> <p>26 octobre 2009 (date de la lettre initiale)</p> </td> </tr> </table> <p> <span style="font-style:italic;">Le Comit des droits de l  homme</span>, institu en vertu de l article28 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques,</p> <p> <span style="font-style:italic;">Runi le 24</span> juillet 2014,</p> <p> <span style="font-style:italic;">Ayant achev</span> l examen de la communication no1933/2010 prsente par ValeryAleksandrov en vertu du Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques,</p> <p> <span style="font-style:italic;">Ayant tenu compte</span> de toutes les informations crites qui lui ont t communiques parl auteur de la communication et l tat partie,</p> <p> <span style="font-style:italic;">Adopte</span> ce qui suit:</p> <h3>Constatations au titre du paragraphe 4 de l article 5du Protocole facultatif</h3> <p>1.L auteur de la communication est Valery Aleksandrov, de nationalit blarussienne, n en 1963. Il se dclare victime de violations par le Blarus des droits qu il tient du paragraphe2 de l article19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (ci&#8209;aprs le Pacte). Le Protocole facultatif est entr en vigueur pour le Blarus le 30dcembre 1992. L auteur n est pas reprsent par un conseil.</p> <h3>Rappel des faits prsents par l auteur</h3> <p>2.1Le 27mars 2009, le tribunal du district Oktyabrsky de Vitebsk a reconnu l auteur coupable d une infraction administrative vise l article23.34, premire partie, du Code des infractions administratives et l a condamn une amende de 70000roubles blarussiens. Le tribunal a conclu que l auteur, avec deux autres personnes, avait particip une manifestation collective non autorise le 25mars 2009. Plus prcisment, il avait pris part un dfil qui se dplaait le long de la rue Lnine, Vitebsk, d un caf jusqu la place de l Indpendance, et avait cherch exprimer ses opinions politiques en portant un drapeau et une charpe blanc-rouge-blanc, deux fleurs blanches et une rouge, ainsi que des badges l effigie du mouvement d opposition Front populaire blarussien, en vue de commmorer la naissance de la Rpublique populaire de Bilorussie le 25mars 1918.</p> <p>2.2Le 22avril 2009, le tribunal rgional de Vitebsk a rejet l appel form par l auteur et a confirm la dcision du tribunal de district. </p> <p>2.3Le 7octobre 2009, la Cour suprme a rejet le recours dpos par l auteur en vue de demander le rexamen des dcisions du 27mars et du 22avril 2009 au titre de la procdure de contrle.</p> <p>2.4L auteur fait valoir que les dcisions des juridictions nationales taient illgales et infondes, et constituent une violation de ses droits et intrts lgitimes, tels qu ils lui sont garantis par la Constitution et le droit international, pour les raisons qui suivent. Premirement, ainsi que l ont tabli les juridictions nationales, ses deux compagnons et lui&#8209;mme marchaient le long de la rue Lnine, depuis le caf Bystro jusqu la place de l Indpendance, l heure du djeuner, ce qui n est pas contraire aux dispositions du chapitre4, paragraphe17.1, des Rgles de circulation routire du 1erjanvier 2006. Deuximement, l article33 de la Constitution garantit le droit de chacun la libert de pense et d opinion et la libert d expression, et dispose que nul ne peut tre contraint exprimer ses convictions ni les taire. L auteur fait valoir que la Constitution ne prvoit pas l obligation de demander l autorisation des autorits (en l occurrence le Comit excutif de la ville de Vitebsk) pour exprimer librement des opinions concernant un vnement historique, tel que la cration de l tat bilorussien, et sa commmoration. Demme, la Constitution ne prvoit pas l obligation de demander une autorisation pour taire ses opinions. Or, l auteur a exprim son opinion concernant la cration de l tat bilorussien de manire silencieuse, au moyen de son apparence physique et de sa conduite, car il estimait que l histoire de son pays ne devait pas tre oublie. Troisimement, les juridictions nationales n ont pas tabli quel avait t le rle jou par les trois hommes lors de l vnement, qu elles ont qualifi tort de manifestation collective alors qu il n y avait que trois participants. Quatrimement, en se dplaant le long de la rue, les intresss n ont ni enfreint les Rgles de circulation routire ni troubl l ordre public; l auteur affirme donc que, dans les faits, il a t reconnu coupable pour avoir exprim ses opinions politiques. Paralllement, il rappelle que, conformment l article 19 du Pacte, nul ne peut tre inquit pour ses opinions et que toute personne a droit la libert d expression.</p> <h3>Teneur de la plainte</h3> <p>3.L auteur soutient que les faits prsents constituent une violation des droits qu il tient du paragraphe2 de l article19 du Pacte. Il demande une rparation pour prjudice moral et le remboursement de l amende qui lui a t impose l issue de la procdure administrative.</p> <h3>Observations de l tat partie sur la recevabilit et sur le fond</h3> <p>4.1Dans une note en date du 23juin 2010, l tat partie a rappel les faits de l affaire et a contest la recevabilit de la communication, arguant que l auteur n avait pas puis tous les recours internes disponibles puisqu il n avait pas demand le rexamen, au titre de la procdure de contrle, des dcisions rendues par les juridictions nationales dans le cadre de son affaire. Le droit de dposer un recours en vue d obtenir le rexamen au titre de la procdure de contrle d un jugement devenu excutoire en matire administrative est garanti par l article12.11 du Code de procdure administrative. Un tel recours doit tre dpos dans les six mois suivant la date laquelle la dcision du tribunal a pris effet. Lademande de rexamen au titre de la procdure de contrle est un recours effectif dont l objectif est de prvenir dans la mesure du possible les procdures injustifies contre des particuliers. L auteur n a pas prsent de demande de rexamen au titre de la procdure de contrle auprs du Bureau du Procureur gnral; par consquent, il ne s est pas prvalu de ce recours.</p> <p>4.2L article35 de la Constitution garantit le droit d organiser des runions, des rassemblements, des dfils de rue, des manifestations et des piquets pour autant que ceux-ci ne troublent pas l ordre public et ne portent pas atteinte aux droits d autrui Laprocdure pour l organisation des manifestations collectives est rglemente par la loi du 30dcembre 1997 relative aux manifestations collectives, qui dfinit des conditions propres permettre la fois la jouissance des droits et liberts constitutionnels des citoyens et la protection de l ordre et de la sret publics durant la tenue de telles manifestations dans des lieux publics.</p> <p>4.3L tat partie fait valoir que l auteur lui-mme a reconnu avoir particip un dfil de rue le 25mars 2009 Vitebsk et avoir port un drapeau blanc-rouge-blanc, exprimant ainsi publiquement ses opinions en matire sociale et politique, et cherchant attirer l attention. Ses affirmations selon lesquelles en marchant le long de la rue il n aurait pas enfreint les Rgles de circulation routire ou troubl l ordre public, ni commis par consquent aucune infraction administrative, sont mensongres et contredisent l explication contenue l article2 de la loi relative aux manifestations collectives.</p> <p>4.4L tat partie ajoute que l auteur n a pas dmontr qu il avait une autorisation valable pour organiser et tenir la manifestation en question. Il n avait pas personnellement fait la demande d une telle autorisation. Il n tait d ailleurs pas formellement accus d avoir organis un dfil de rue.</p> <p>4.5Se rfrant l article22 de la Constitution, l tat partie fait valoir que tous les citoyens sont gaux devant la loi et ont droit sans distinction une gale protection de leurs droits et intrts lgitimes. Le souhait d un groupe de personnes d organiser des manifestations collectives et d y participer ne devrait pas porter atteinte aux droits et aux liberts des autres citoyens.</p> <p>4.6Pour conclure, l tat partie affirme que l auteur n a pas puis tous les recours internes disponibles et qu il n y a aucune raison de croire que ces voies de recours ne seraient pas accessibles ou seraient inoprantes. Par consquent, la communication devrait tre dclare irrecevable en vertu de l article 5 du Protocole facultatif.</p> <p>4.7D une faon gnrale, l tat partie demande au Comit d examiner plus attentivement les communications individuelles avant de les enregistrer, notamment en cas d abus du droit de prsenter de telles communications (art.3 du Protocole facultatif) ou si l auteur n a pas puis tous les recours internes disponibles (art.5 du Protocole facultatif).</p> <p>4.8Dans une note verbale du 25janvier 2012, l tat partie a raffirm la position qu il avait exprime le 23juin 2010 concernant la recevabilit de la communication. Il ajoute que selon lui la communication a t enregistre en violation du Protocole facultatif. </p> <p>4.9En particulier, l tat partie fait valoir qu en devenant partie au Protocole facultatif, il a reconnu la comptence du Comit en vertu de l article premier de ce texte, mais que cette comptence est reconnue sous rserve d autres dispositions du Protocole, notamment celles qui noncent les conditions remplir par les auteurs des communications et les critres de recevabilit, en particulier les articles2 et 5. L tat partie soutient que le Protocole facultatif ne fait pas obligation aux tats parties d accepter le Rglement intrieur duComit ni l interprtation que fait ce dernier des dispositions du Protocole, interprtation qui ne peut tre efficace que si elle est faite conformment la Convention de Vienne sur le droit des traits. L tat partie affirme qu en ce qui concerne la procdure de plainte, lestats parties doivent s appuyer en premier lieu sur les dispositions du Protocole facultatif et que la pratique bien tablie du Comit, ses mthodes de travail et sa jurisprudence, auxquelles celui-ci renvoie, ne relvent pas du Protocole. Il ajoute qu il considrera toute communication enregistre en violation des dispositions du Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques comme incompatible avec leProtocole et qu il la rejettera sans faire d observations sur larecevabilit ou sur le fond. Ildclare en outre que les dcisions prises par le Comit au sujet de communications ainsi rejetes seront considres par ses autorits comme nonvalides.</p> <h3>Dlibrations du Comit</h3> <h3>Dfaut de coopration de l tat partie</h3> <p>5.1Le Comit prend note des arguments de l tat partie, savoir: qu il n existe pas de fondement juridique l examen de la communication de l auteur, tant donn que celle-ci a t enregistre en violation des dispositions du Protocole facultatif, puisque l auteur n a pas puis les recours internes disponibles; que l tat partie n est pas tenu de reconnatre leRglement intrieur du Comit et l interprtation que ce dernier fait des dispositions duProtocole facultatif; et que la dcision prise par le Comit concernant la prsente communication sera considre par ses autorits comme non valide.</p> <p>5.2Le Comit rappelle que le paragraphe2 de l article39 du Pacte international l autorise tablir son propre rglement intrieur, que les tats parties sont convenus d accepter. Touttat partie qui adhre au Protocole facultatif reconnat que le Comit a comptence pour recevoir et examiner des communications manant de particuliers qui se dclarent victimes de violations de l un quelconque des droits noncs dans le Pacte (prambule et art.1). Cefaisant, les tats parties s engagent implicitement cooprer de bonne foi avec le Comit pour lui permettre et lui donner les moyens d examiner les communications qui lui sont soumises et, aprs l examen, de faire part de ses constatations l tat partie et au particulier concerns (art.5, par.1 et 4). Pour un tat partie, l adoption d une mesure, quelle qu elle soit, qui empche le Comit de prendre connaissance d une communication, d en mener l examen bonne fin et de faire part de ses constatations, est incompatible avec ces obligations. Ilappartient au Comit de dcider si une communication doit tre enregistre. Le Comit relve qu en n acceptant pas sa comptence pour dcider de l opportunit d enregistrer une communication et en dclarant l avance qu il n acceptera pas sa dcision concernant la recevabilit et le fond de cette communication, l tat partie manque aux obligations qui lui incombent au titre de l article premier du Protocole facultatif.</p> <h3>Examen de la recevabilit</h3> <p>6.1Avant d examiner toute plainte soumise dans une communication, le Comit des droits de l homme doit, conformment l article93 de son rglement intrieur, dterminer si la communication est recevable en vertu du Protocole facultatif se rapportant au Pacte.</p> <p>6.2Le Comit s est assur, comme il est tenu de le faire conformment aux dispositions du paragraphe2a) de l article5 du Protocole facultatif, que la mme affaire n tait pas en cours d examen devant une autre instance internationale d enqute ou de rglement.</p> <p>6.3Le Comit prend note de l argument de l tat partie, qui affirme que l auteur aurait d dposer un recours auprs du Bureau du Procureur gnral en vue de demander le rexamen, au titre de la procdure de contrle, des dcisions rendues par les juridictions nationales. Ilprend galement note de l explication de l auteur qui affirme que la demande de rexamen aux fins de contrle qu il a dpose auprs de la Cour suprme n a pas abouti. Le Comit renvoie sa jurisprudence et raffirme que la demande de procdure de contrle soumise au Bureau du Procureur gnral, qui permet le rexamen de dcisions devenues excutoires ne constitue pas un recours qui doit tre puis aux fins du paragraphe2b) de l article5 du Protocole facultatif. Ainsi, le Comit conclut que le paragraphe2b) de l article5 du Protocole facultatif ne l empche pas d examiner la communication.</p> <p>6.4Le Comit considre que l auteur a suffisamment tay, aux fins de la recevabilit, le grief qu il soulve au titre du paragraphe2 de l article19 du Pacte. En consquence, ildclare la communication recevable et procde son examen quant au fond.</p> <h3>Examen au fond</h3> <p>7.1Conformment au paragraphe1 de l article5 du Protocole facultatif, le Comit des droits de l homme a examin la prsente communication en tenant compte de toutes les informations qui lui ont t communiques par les parties. </p> <p>7.2Le Comit note que, selon l auteur, le fait d avoir t condamn pour avoir tenu une assemble pacifique sans autorisation pralable constitue une restriction injustifie du droit la libert d expression, qui est protg par les dispositions du paragraphe2 de l article19 du Pacte. Il note galement que, selon l tat partie, cette restriction tait conforme la loi relative aux manifestations collectives, d autant que l auteur ne disposait pas d autorisation valide pour la tenue de l vnement en question; l tat partie soutient aussi que les affirmations de l auteur selon lesquelles le dfil n avait pas enfreint les Rgles de circulation routire et n avait pas perturb l ordre public taient mensongres, et que lesouhait d un groupe de personnes d organiser des manifestations collectives ne devait pas porter atteinte aux droits et aux liberts des autres citoyens.</p> <p>7.3Le Comit doit dterminer si la restriction impose au droit la libert d expression de l auteur tait justifie au regard de l un quelconque des critres noncs au paragraphe 3 de l article19 du Pacte. Le Comit rappelle que l article19 n autorise des restrictions que si celles-ci sont prvues par la loi et ncessaires: a)au respect des droits ou de la rputation d autrui; et b) la sauvegarde de la scurit nationale, de l ordre public, de la sant ou de la moralit publiques. Il rappelle que la libert d opinion et la libert d expression sont des conditions indispensables au dveloppement complet de l individu, qu elles sont essentielles pour toute socit, et qu elles constituent le fondement de toute socit libre et dmocratique. Les restrictions l exercice de ces liberts doivent rpondre aux critres stricts de ncessit et de proportionnalit et elles doivent tre appliques exclusivement aux fins pour lesquelles elles ont t prescrites et doivent tre en rapport direct avec l objet spcifique qui les inspire. Le Comit souligne que, si l tat partie impose une restriction, c est lui de prouver qu elle est ncessaire pour atteindre les objectifs fixs l article19.</p> <p>7.4 cet gard, le Comit note que d aprs les explications de l tat partie la restriction impose dans le cas de l auteur tait conforme la loi. Cependant, l tat partie n a pas cherch expliquer pourquoi il tait ncessaire "en vertu de la lgislation nationale et aux fins de l un des objectifs lgitimes noncs au paragraphe3 de l article19 du Pacte" d obtenir une autorisation pour un dfil pacifique et silencieux auquel seules trois personnes avaient l intention de participer. L tat partie n a pas non plus expliqu comment, dans le cas d espce, l auteur et ses deux compagnons avaient, en pratique, port atteinte aux droits et liberts d autrui ou menac la scurit et l ordre publics en se dplaant silencieusement dans une rue pitonne l heure du djeuner. En l absence d autres explications pertinentes de l tat partie, le Comit considre que le crdit voulu doit tre accord aux allgations de l auteur. Par consquent, il conclut que les faits dont il est saisi font apparatre une violation par l tat partie des droits qui sont garantis l auteur au titre du paragraphe2 de l article19 du Pacte.</p> <p>8.Le Comit des droits de l homme, agissant en vertu du paragraphe4 de l article5 duProtocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, constate que l tat partie a viol les droits qui sont garantis l auteur au titre du paragraphe2 de l article19 du Pacte.</p> <p>9.Conformment au paragraphe3a) de l article2 du Pacte, l tat partie est tenu d assurer l auteur un recours utile, y compris sous la forme d une rparation adquate et du remboursement de l amende impose l auteur l issue de la procdure administrative. L tat partie est en outre tenu de veiller ce que des violations analogues ne se reproduisent pas. ce sujet, le Comit appelle une nouvelle fois l tat partie rviser sa lgislation, en particulier la loi du 30dcembre 1997 relative aux manifestations collectives qui a t applique en l espce, afin que les droits consacrs par l article19 du Pacte puissent tre pleinement exercs dans l tat Partie.</p> <p>10.tant donn qu en adhrant au Protocole facultatif l tat partie a reconnu que leComit a comptence pour dterminer s il y a ou non violation du Pacte et que, conformment l article2 du Pacte, il s est engag garantir tous les individus se trouvant sur son territoire et relevant de sa juridiction les droits reconnus dans le Pacte et assurer un recours utile et excutoire lorsqu une violation a t tablie, le Comit souhaite recevoir de l tat partie, dans un dlai de cent quatre-vingts jours, des renseignements sur les mesures prises pour donner effet aux prsentes constatations. L tat partie est invit en outre rendre celles-ci publiques et les diffuser largement dans le pays en bilorusse et enrusse.</p> </div> </body> </html>