<?xml version="1.0" encoding="utf-16"?> <html> <head> <link rel="stylesheet" type="text/css" href="data:text/css;base64,77u/Ym9keSB7IA0KCWZvbnQtZmFtaWx5OnNlcmlmOyANCgltYXJnaW46MCBhdXRvOyANCgl3aWR0aDo5NjBweDsgDQp9DQp0YWJsZSB7IA0KCXdpZHRoOjEwMCU7IA0KCWJvcmRlci1ib3R0b206MnB4IHNvbGlkICMwMDA7IA0KfQ0KdGFibGUgdHI6Zmlyc3QtY2hpbGQgdGQgeyANCglib3JkZXItYm90dG9tOjFweCBzb2xpZCAjMDAwOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHsgDQoJd2lkdGg6ODAwcHg7IA0KCW1hcmdpbjoyMHB4IGF1dG8gMCBhdXRvOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHRhYmxlLCBkaXYuY29udGVudCB0YWJsZSB0ZCB7DQoJYm9yZGVyOm5vbmU7DQp9" /> </head> <body> <table> <tr> <td> <img src="data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAFAAAABECAYAAAAWVrIgAAAAAXNSR0IArs4c6QAAAARnQU1BAACxjwv8YQUAAAAJcEhZcwAADsMAAA7DAcdvqGQAAAAHdElNRQfYCwYIDwTu5NNBAAAAGXRFWHRTb2Z0d2FyZQBQYWludC5ORVQgdjMuNS44NzuAXQAAFmFJREFUeF7l2gvYZlVVB/DpZlkhHyF5IWTUborCKKghioOaF0hQENIQGEExTYOwLCnlIzLxBqOWJiCMaCBeYkTBCyajCZkmjFl2MWFSszSNz/BWVvb/ve3Fs+dw3ssgND21nuf/vOfss8/ea6+91n+tfb5v1artL7tFhScELwneEfx58E/B14N/D74RfDH4i+Cy4KXBkcHq4Du2v/rbR4OfzLSnBR8Prg/eGZwa/Gxwv4BRl4KTgpODHwn2Dh4fPD+4pBn1L/P7wmDP7bOMW3bWnecM9515/phgU/CF4HeDA4LvmfHeM/LsxCnPvyvtDwxeFvx98MfBEcF3z9Hjznn+8AX63bLWmTKaxf9c8ObgJ2bM+NA8+0jwiWBd8P0LavcL6feLC/S9TfocHvxJINQPnfPOU/L8umA5+OEFxr/Fu/Cmo5oS/5Lf+06ZYZe0Xxh8Jjgm4DXbIs9c0IA1Jk48OLBR7wnuPmMy3v2tgP7PuRm6bcs6tuq7Y+5wkMkBb42JMBFarwq8s4jwzOI63rcxeFvwy8Grgz8IhOA84ZG4UzI6LhhLNtre2q3jLbn23q0mQpQhhEkZz6KGQrFnB58PcN4s0Zf3/lbw4UBC+WjwpuAVAS+6KrgguKg90wcdvCBg7FmZWHIR0ucG3zeiyO3TJjpqPa/N9X2CE4PbztF94cd3aMrvn9/f6yYTJj8wGMVi1gey44/NmOF78wwPbQ7+OmDA/UaUHgthhpA8vPNXbYyn5teYY3K7NG4Mrgh2Gumwb9qUTGVE/Pnk4M+Cu85Yw0KPlA9/G9htSv9Hm+hf82v3e2G83wk+FuC+MdFH0rk2eHuwNpjlQfM4UOaXzen16eBJAX4eCu49O/jT4IcGD9GGOrTWZkMlxysDieaOU9Yyt9nAwkkhywvfGNglE+GV+7eJaqBTcqEI5plD4+pzl0BIogCbsYjMMyAdvtr0Kg+6PPe7Dwa3Fu0fCFDCD3bPH5lrRpVUyoiHtDUa89LgZhXsClYDvC9ArrLVNwPhshT8fqeE+guXKIDvFTBin5kflXsJZZFsR1lhp9h2OnHycK1tbCGPTntvRHr+Q6CdoBnGUw7xTnpLRuWpjP3u1s/anH5wsA0vgzLywkJJk/5jwIDLgYIXeR8YqJsUrbIc+dHAUav3qt6IT8sz4YVrpgkPsQmvC1CGufDolgbX2j7V+ujb15J0LA/8z1xf3OZkNMY7oZtYcuj19+i9gSR2t4D3cQZhLJyNK0PfOxijh27o/758WOA4VQod1BS4Z34lEsb4UsDtDfjBoIzZD2ZCijAIxcbEZrwokLEd544Pfjyo0wQDCGOizTN99PXOiwNjMOZPBecF9OZF64N/CxT5Q+FdHKQ29UG55m1fDo4NOIC5zmrjfSG/eJ2HzhSZ86TAYZ0idpOCOwTOqkJY29FtFN6lpBg7jqkPkfAwnL3K8IxjEcqV1VO06g047OKdl7cxeJhEsVe7r83/ZO7Vgjx2KJIZ3Sp7O1PXe0LYmp/YteFNdDYzMytacQeFDKaGEs6ItAZf3zTZMb+4Ziw0LcQzXqgWo6j6ithJyWRTMOv4p+8sA7bhJp5iLGMae48AD5a+N+R6pelS7/hFVZcFv9YabaoNqfeEtLGLBznS+Q39ODdeW7TOMptC2EDCi1Fr0NfkunjgebnGDUPBMbKx0qCEIRnxcQFeURbNO9ZJGhKZeVzPEkkKtfxNcEXA8L7cqBMrktR1w2JacuKhVXYx6i8FQt97NgVfukZZDFxVyU30Wd86SgZPD4TqOa2NYX8jqJoI5+CgNSOr+s20KXmGwrMpcvrIM00Mqs+GAG9KGIwC7sEziWzM+ChDyNJL/Ups5iWBLM0YyyNzO338dtduMyRN49BX2eVXqJc9lHE3EbunoyzEez4XSBYI1KBCsc69KnWZayjI2cR3HjywEEUsvuOJawbPD869b4O8/bDAbpM+hLV5po++9CxBM/TB30olvFzeZuH67hrQTanVCxrhhVUbOm09JLCWq4OVwMGB2AQ2Ui1sJV7mcR46xMvE7u0+N2e8zwb1deP9ue5DtAZzNuaBQ1mfhgsCIYIqGNEvT6bMB9r98L1pHEgf73hX+DHes9rLKEbmPXNED8e/V42043hHS/LYAG+q/VCHteJUggbYiDNsJWq54jmFKxe2K4z34OCfA6cSBrCTK0FfhxnMQrzjeNULTlXO7NQ1lhE/lDbZb9pH0FlJRFLyvsXyuhLzbwhEzz4DXXw8oKPfXni2DSE8VvTxunXBUmDthBOxk9+t5B7tgYd2T0j9TMCVKaj959sb6qSNwwFyf2Jw7kg77/BOL7xEu8U8KZA5x+SENIoIwvt3b9c+lUlIPNnC/S2lkpsuOBwPK6KHcl4ajNsLirk+4BzEhlgz7pdUHE2XWh/taG0rwQPlgRTiTYrJldaO0Kteen2uq7jtB5GtHjoYlwcg/2Gd6PseirCTilc7LjvjVnKbQDJ7Q7AhUOgic8lhKUAHEsY1wdmBRKFiKO4VQX8XWOjwXI6ermrz9D8X52Zda8CffQY/KveipMqja3N9YwT6UMDtq94R3wZQAzKqhcqOJRY6DA0Gp6yF94ITq86qdotE5uXZtXF+LRqXCXkGc24tvRTdeE1JVIvzzteDX2+62qwKT9Hj69CQ8+g4Fsbm3dApr74VxuZgOJtns91fEXA61Deptrm/2s3DTUHVge7VfriPcPWvBbJeL4fmRnbsxY7xrNVdo/eM/6uBo1dvvLpWcghRvCRRlQHH+lZb38fR0qbdN0BDPmIMyx4eiwJ64RQooUQCMU7NIQExvHtHSAacUIEQ4HFCwEOuzMtc+1U+rGmj3jO/3HcoBlcn9sJTvF9CIRzJo2VRYTbNKHZe4lL9y7TmnGXA/hlj8hg0sTnAbeioF8X5aYM2lYjNq/LHUY+3Oq0Yn9dXqce71waTL1K+dDiy7BVYnBf8qsYfEAjf4rafzvUfDSZ2K/HwmF7W5eabgbAjkgFOc0TiEbVhY4bZnOeHdIOpBBY1YPWTRCQAnH3MQDenFOfdoWxJg8qDPCPQzybyYvagF3vR39hoZtVXAhlWmErXxS9Vnf9h2ngMOSKoUMVldoIgZcYuMYF+FmNXDwoeERwXbAoOD6qmqgXjL7wrsezXjeWSbjyiOGkRY9qAHQLeNqxN0cdYIrky7ZIMEf5CWgI0ljnx7XPb83fnVyKbfPpRLBLZVUdkju+ODHjRUnt+dH4vChCqJCBUfiX4YsCLSxhruEil0qlBhTpFi5T1VfPhPJ4xNKBxhWEV+/MMuCV9q6w5PtdOF73gr57v6hlutLnElynzoALCYO613ylgF9XJxBAUoyB3ZVCTLgW+qHDfSiLSOaNJDrWIWpRxZGI8gXf6RdapBq/JpvoAbxManiuDTg9ODIaZW7az4HmGq+fG5B3mMJ+N4uHVdl2bt/TQDtbASQjPWwmsd/dgbVD8X1n/Gh2LGM9pLzrvyZa+mFDoitbuB8+9PZA0xhZjV9BA1Ut9H2H8/KAK4xqWZwodWVHZYROKMrqpJ3UoLjP2IplZNKESRfWwlMFz6GIovJ+TlIhMa8CnxrLB9FBmaeexE4O4UZ5wTYlix6DC6yXdgGtzzVNeGQjdRUPK+HjH7p5xE7VXrTolbRaJd8bCt15REUhEQw8f20yex4jLgfF7UaSPJUMnGomjRB4wtnWqKlYHTk41HyebDF4NrmvXqs2iSoSSsKvCWn+KLhJavuTY+Q8NFuP2Lm2cOkkMu6AWtSEPXGTTeKgSSi3IeySgXtS+F4zoIbH0pylz1to4DXFSq7aJHdZ2DWIc3xVh4hKZrAQvyKqrWwNj25H+ZDDNmI9t7ygDcMpQ7LYiuJ+v+sjexhUti4TvK9KviuctuUb8vagB0clQhGafDEWi9Zrbhtyxm38l15PjnMKxKmwd1wS+ZLjeFOwWKChLNudiGGbLrf8sT1TLEacQXNLL3XPjJMQrJIsDAyeZPVqn5+R3kbA1v/Kozt7elyn7Dw2G5CDm6IWx0Fit1aFBxFU55tmxQa3xrFyLjEknn5Tqwcm5rl2m+JrBZI52UjtPLcWcMiSQWQZ8atN2Kb88XdiSMt7+7V6yEeYqgPc1KJMqU87zwJ7vJLuew03BazgIg/XCKRi/RO2I98po38j1eYE1qlQkP5QyObwbDLd5+NaglFTaSCp9FsNl7woYD8eUvLcNPM2Il3V9hb0CXT3G88p4XZdJQjszkJkZ0/hOB7M26eo89zGEMJQSrA9J7Qe3sfq5XEuKvKrEKcNm7hLU0bKK/+XW6XK/yg7hgjB5kVj/fHBdwEgM3O/MzrmXoXkdNy8pnpq2QF7eiyOWU9BDBu11u5QLm6nAlsh4vSxZ46spPx0o+rXx0iuCyaIiask3j4ytja5DUb4p5IkwZrQqopUzNkeb8dlLsuF0E46ojs/ONe9TG25ogznMM2x9D9T8zmDivp0gf4uSeMaMyONKKmx5siw5ljjUY+cHDI+zhtkXp24emc+xVGTgrKH3oQ3OMZxvp7SpLzkHEZ7WMPlYEHGS8dxm8UjvsxG9Jv8nIr73DfDahvbycnu5TgBKkBJhLJ0PRSaVKYXl0Ig2hsf2nCdTmkdmfkybvx9TxV/nX7xj8WXIlVzLpuZUSnEEBl8KeMzLR/RTigwjQTf8fGnX/1FNf+sgeJSN1LJ0FhnWJ+xvJEnKsbysLP4pz+sorvMjuwm4OPfde6CkQhdfaT8y+Eh7t4ypeB3jvPuknTdubkqtye+LAsmEJ704wMNCVAISAeY4PpCdNwTKjfVBVRS4jig9JAQOwNDlZe3xxGk+HBxWDfl9ckBn0cRgyiJUpu+ru2e7e0cCWWmNjCIrg4P/XVu7wQzaiwxtJ4ai+pc98Sd3x6m9NypV6mw9fJeHqs+EO07jtTzQ7vuVYW0yysF/0/gWt05qtMgj2lh0YoSh4OAtAV4jnINn1dh3yDVnYEheXe0V3pOXpPt6IM7v1lBc4BlSxim1eDwgy/WfsYxlok0BPiV2SRK6IUAXdtXkPmAOxdgyv3f72tT8IoG3Mey80whPr3qO93lfWNNtKDarzufoZZ9AnVr28OWJXr3xeDvnulF8PKiPCl7EJ45Vu3YDnZlrntnvIu4QZkPFdksbb5aphnWeMc8OnF4OGKxG+zzjTPO6YTtDK3Qd43ygqLqzn1KZYq23DRTfqIEn0qM2DaUNyyf3N5E1aakPCF7GCwxbbRe2N3zFqPpPmDo/njgyntruc4H+Y3WepOETk6Qjo9owfLeogeb1E/JKIDoI06FYm+L80PZgOb8MSC5peogca/UhteZ7ba5HKYjLPyyos58XzgjqKCMECEMauEIEOQu3PQca8jz8ZwH3HzyrW7ur7GBkmXjIl/OMNOt5hZwQHhOJ4eL2YK/8KtUkK6LmM7bs21cUb8o9bt0qfGtwhuDmDwxkq3Jhg7rGjcQXZffFcdokGCEpCxMcamI7f2AgMx9eE4382lHcI0k4cZgfVwpn4E1fCj7T5l7EsOq2YwOb7TTVy+Nyg78lCOKUZMynBEIY1/I6Rbd2OjC4Z7x6p8F4k1s8JvZ1Qvy++3n5uoBnWNCOAUNoxzHuSxy5ELJMOixV7DCOVYqMJY8xffQ7uUG4kccHyq15BlxJH3MSa2HEh7d77SKmwvreuZbtjanNlxvX1ixxORzIwsRG8MKp4kuJYhShCtHlwO5zb4Piqj3atfvKXgb0ThXlSoehMLYNsiFPDPDnPLHb0Au9qpCdZsg6WdV7IosRjwuUP35LzmzrYUQ1Iy8srzMPbiY4WyWx3yyl7bowUTNV1lLkfrQN+tL84i0DmUTB3YtnksI7gvKa4XwPSsMHAwsSYtP6eW/MgCLFJkwz3uvzrGq6fm7eIxR74xoLRxuLYVGJRIJCeLt7NnlZwBvVsHPFwd1uyL6K5Urxiku8sRTgqdolfFfcZ3CnlzcEsrhyZkwoJmFdHAgnivlCszroS6KhAT1D4HRZCfqSBwejl7EMyWsY6oSmjD64XsjWRpyXa1+HhKjyR0StC6pg35Lr24+uZqTxBd3APNLEsg9+4EFP654Le7WWHSsRns8LGFwSmSWUFVIXBRIVg/okxYuvCWRE19o82xK8MeC9NkgZIon1HztqPoayCfj6sNbIIV4XMOArgzLg2lzjS4bDeaqCesaZROLCwgDndAMYSCbl/gwp7Mr1P9YmVYooGXoPQNx20Fg7LzC7d3nz3sGjAzUXuFaPeTZag42MzVOFI/3wNvG+U4qsi0trDZe3cQ/Jb1+2WLckMpP3pq2LEdVBw5MBL+FtdrTKDHWexGDCcwO7WCLlvybAKzwZTy4qYxw4713JykYqexxRaz4JgjHpLHR5Ln2vb/eXtvueW2XiMv68eac+f0JTZkjaDFXFqpBC3LV7b8n1MKR4FY9ACcJe6M6TbTGgcD4tcGxTvzm3l8ikn2gGujK/vFiZpjTz1cc7/fokDF9dbjdPwUWeC9ldA9mtypmaDC8JB0mHFx7cKWJHvTsU/XxMsPOSiORRBe2w7zwD0gt/2piVQLir63rxMUCCqaS3NtdHBDxRtdEf06xPKYYubMjCSWNknTc2yXySBt7DK77KKJgRK6VMasd43w6BZFAG1m9a4Uw5HyNswEp7H7nL/LLp/gEKeWGAwNcGouG5gSwvvGzCJYEkshQMhRE+2enDq5Rn5XE+k20ORJP6j7EJ7jbPLSayE9c/OpDFCMM67/I6kzHcWQGuuSooI/pa4/1Zgqf2DXzlcKJRSyqDZEIG8KvmZCxHqqcH9wvGMm/N4/l1nR68Hh8vt3lQSq3FOzbaWmwoz5w19pzljD/eK80ycYUeoyFiIckzlwKZjVJC94zga20BK/lVu/HQW1tsFiPjN5sofCU4BnLeXxvwcKconMnrbVbp+q5bU0/K1Rl5mFTcU1p4fDx4WyBkNgZb2mJW8itcZPBdOksiddlTyOG1sdMJ469uRqBHTw28/pkBykAnVX7wWFBK1Xl3TG9tjqzLwdgpplP1279UojwrqC820xQatut/YYD3kLTyQMhuDBTcuBSxKz8+G/j44Ozs+CiMechXOgNZ8KcCfKiQl2nRwEmBRLDIR4fadPRzj2/fNNs2glCleJ0gLIhCPECYXxMID3x1r0Bdyfi87z2dIbzDOzYEMiju8Y3QqePaAIfybMkEh/FU4ed00W/SSu4ZW5Ig5hOyxwTohCfi0c2Bs7iqwgbWx4L22v/sD+6zKCHIoEuB0OrPszTSBwf2pF6LV5gf0NR24sBZKwEjMrixDwn0Y1SLFmZCHV8NPZ2xJSFn+lnhaNwHB/u0ubfLDyVODfAaot4zuFNgV5UeRwV2+oaRhQpXIc24jlhCsWqz8qJ+UTzPWAzGk1CA+dWKY+Pr56gmCoS1aFEG4UrcjKeP7yfYnteyMaJelA9xFw8hDwh4JuOdHszzGvzLy74aqE+JpLKhtS+igxBesz0NNja3EBZ2VwdjGQ9Hvj/AScodwkOdBBhk3TYs6MD0lVAYy+mjajZZ/ORAHcrAZUybwxvPD9AFz/1fK5SzkIMChbfQcaoQqr04cTA0w9anpm1ZlM9qK81IypfhuVVxTg+f4JRMksr/GeEFvIIBnYVvrihbvtyMaEP+X4mz5ym3wIrXtnG2i4f9FydKxLb0H2MFAAAAAElFTkSuQmCC" /></td> <td> <p style="font-size:1.4em;">Nations Unies</p> </td> <td> <p> <span style="font-size:2em;">CCPR</span>/C/CHE/4</p> </td> </tr> <tr> <td> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:1.7em;">Pacte international relatif aux droits civils et politiques</p> </td> <td> <p>Distr. gnrale</p> <p>5 aot 2016</p> <p>Original: franais </p> <p>Anglais, espagnol et franais seulement</p> </td> </tr> </table> <div class="content"> <p style="font-weight:bold;font-size:1.2em;">Comit des droits de l homme</p> <h3>Examen des rapports soumis par les tats parties en application de l article 40 du Pacte, selon la procdure facultative d tablissement des rapports </h3> <h2>Quatrimes rapports priodiques des tats parties attendus en 2015 </h2> <h3 style="font-weight:bold;">Suisse * , **</h3> <p>[Date de rception: 7 juillet 2016]</p> <h3>Liste des annexes</h3> <p>1.Abrviations</p> <p>2.Statistiques concernant la dtention administrative en application du droit destrangers</p> <p>3.Donnes hospitalires concernant la privation de libert des fins d assistance (PLA)/le placement des fins d assistance (PAFA)</p> <p>4.Traite d tres humains: plaintes, enqutes, poursuites et condamnations</p> <p>5.Donnes concernant les idologies sous-tendant les actes de discrimination raciale</p> <p>1.Le Comit des droits de l homme a examin le troisime rapport priodique de la Suisse (CCPR/C/CHE/3) les 12 et 13 octobre 2009 et adopt ses observations le 27 octobre 2009. Pour la prsentation de son quatrime rapport priodique, la Suisse a accept de suivre la nouvelle procdure facultative propose par le Comit. Celui-ci a adopt, lors de sa 112e session (du 7 au 31 octobre 2014), une liste des points traiter par la Suisse dans son quatrime rapport priodique. Le prsent rapport est donc structur et rdig sous forme de rponses aux questions contenues dans ladite liste (CCPR/C/CHE/QPR/4). Pour rduire le volume des annexes, ne sont joints au rapport que les documents les plus importants pour rpondre aux questions du Comit. Toutefois, le Gouvernement est dispos remettre au Comit, s il le souhaite, tout document mentionn dans le rapport. </p> <h3>Ad chiffre 1</h3> <h3>Examen priodique universel par le Conseil des droits de l homme</h3> <p>2.La Suisse a pass son premier Examen priodique universel (EPU) le 8 mai 2008. Son deuxime examen a eu lieu le 29 octobre 2012. Dans le cadre du deuxime examen, 140 recommandations ont t adresses Berne. Le 31 octobre 2012, la Suisse en a accept 50 et en a rejet 4 d emble. Les 86 recommandations restantes ont t examines par les offices fdraux comptents et les cantons entre novembre 2012 et fvrier 2013. Le 27fvrier 2013, le Conseil fdral a adopt l intention du Conseil des droits de l homme la position de la Suisse sur les recommandations encore en suspens. Des 86recommandations restantes, 49 ont t acceptes et 37 ont t rejetes. Une dlgation a prsent la position de la Suisse le 14mars 2013 au Conseil des droits de l homme.</p> <p>3.Depuis la prsentation du troisime rapport priodique, la Suisse a ratifi ou envisage de ratifier les instruments suivants, et les modifications importantes suivantes du droit interne ont t adoptes: </p> <h3>Ratification d instruments internationaux en matire de droits de l homme (tat fin 2015)</h3> <p>" Convention du 13 dcembre 2006 relative aux droits des personnes handicapes: LaSuisse a adhr la Convention le 15avril 2014; </p> <p>" Convention internationale du 20dcembre 2006 pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forces: La Convention a t signe par la Suisse le 19janvier 2010. Le 29novembre 2013, le Conseil fdral a adopt le Message portant approbation et mise en Suvre de la Convention. Le dossier est actuellement trait par le Parlement; </p> <p>" Protocole facultatif du 19dcembre 2011 la Convention relative aux droits de l enfant tablissant une procdure de prsentation de communications: Le Conseil fdral a adopt le Message concernant l adhsion au Protocole;</p> <p>" Convention du Conseil de l Europe du 16 mai 2005 sur la lutte contre la traite des tres humains: La Suisse a ratifi la Convention le 17dcembre 2012 (cf.ch.0);</p> <p>" Convention du Conseil de l Europe du 25octobre 2007 sur la protection des enfants contre l exploitation et les abus sexuels (Convention de Lanzarote): La Suisse a ratifi la Convention le 18mars 2014 (cf. ch.0); </p> <p>" Convention du Conseil de l Europe du 11mai 2011 sur la prvention de la lutte contre la violence l gard des femmes et la violence domestique (Convention d Istanbul): La Suisse a sign la Convention le 11septembre 2013; les travaux en vue de la ratification sont en cours; </p> <p>" Protocole no15 portant amendement la Convention de sauvegarde des Droits de l Homme et des Liberts fondamentales: Le Protocole a t sign par la Suisse le 20mars 2015. La procdure d approbation est pendante au Parlement;</p> <p>" Convention de l OIT no189 sur les travailleurs domestiques: La Suisse a ratifi la Convention le 12 novembre 2014.</p> <h3>Constitution</h3> <p> <span style="font-size:0.9em;">" </span>Introduction de l art. 72, al. 3 (interdiction de construire des minarets)<span style="font-size:0.9em;">;</span></p> <p> <span style="font-size:0.9em;">" </span>Introduction de l art. 118<span style="font-style:italic;">b</span> (recherche sur l tre humain);</p> <p> <span style="font-size:0.9em;">" </span>Modification de l art. 121, al. 3 6 (renvoi des trangers criminels). </p> <h3>Lgislation</h3> <p>" Ordonnance du 11 aot 1999 sur l excution du renvoi et de l expulsion d trangers (OERE);</p> <p>" Loi fdrale du 5 octobre 2007 sur les langues nationales et la comprhension entre les communauts linguistiques (loi sur les langues, LLC)et ordonnance du 4 juin 2010 sur les langues nationales et la comprhension entre les communauts linguistiques (Ordonnance sur les langues, OLang); </p> <p>" Ordonnance fdrale du 11 juin 2010 sur des mesures de protection des enfants et des jeunes et sur le renforcement des droits de l enfant;</p> <p>" Code de procdure pnale suisse du 5 octobre 2007 (CPP);</p> <p>" Loi fdrale du 20 mars 2009 sur la procdure pnale applicable aux mineurs (PPMin);</p> <p>" Arrt fdral du 18juin 2010 portant approbation et mise en Suvre de l change de notes entre la Suisse et la UE concernant la reprise de la Directive sur le retour (Directive 2008/115/CE)(cf. ch. 0); </p> <p>" Code de procdure civile du 19 dcembre 2008 (CPC);</p> <p>" Modification des art. 98, al. 4, et 99, al. 4, CC (Empcher les mariages en cas de sjour irrgulier);</p> <p>" Rvision de l art.124 CP, incrimination explicite des mutilations gnitales fminines (cf. ch.87);</p> <p>" Modification du Code civil (Protection de l adulte, droit des personnes et droit de la filiation); </p> <p>" Loi fdrale du 23 dcembre 2011 sur la protection extraprocdurale des tmoins (cf. ch.0 et 0);</p> <p>" Loi fdrale du 30 septembre 2011 sur l encouragement des activits extrascolaires des enfants et des jeunes;</p> <p>" Modification du Code civil (Nom et droit de cit);</p> <p>" Loi fdrale portant mise en Suvre de l art. 123<span style="font-style:italic;">b</span> de la Constitution concernant l imprescriptibilit des actes d ordre sexuel ou pornographique commis sur des enfants impubres (Modification du code pnal, du code pnal militaire et du droit pnal des mineurs);</p> <p>" Loi fdrale du 15 juin 2012 concernant la lutte contre les mariages forcs (cf.ch.0);</p> <p>" Loi fdrale du 30 septembre 2011 relative la recherche sur l tre humain (LRH);</p> <p style="font-style:italic;">" Ordonnance du 23 octobre 2013 sur les mesures de prvention des infractions lies la traite des tres humains .</p> <h3>Prvention de la torture</h3> <p>4.Afin de mettre en Suvre les dispositions du Protocole facultatif se rapportant la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dgradants (OP-CAT), ratifi par la Suisse le 24septembre 2009, la Suisse a mis en place une Commission nationale de prvention de la torture (CNPT). Celle-ci a dbut ses activits le 1erjanvier 2010. Organisme indpendant de la Confdration et des cantons, elle effectue des visites rgulires dans les centres de dtention et mne un dialogue continu avec les autorits. Ses rapports de visite et d activit sont publis sur internet.</p> <p>5.Le Comit europen pour la prvention de la torture a visit la Suisse deux reprises depuis la prsentation du dernier rapport, du 10 au 20 octobre 2011 et du 13 au 24avril 2015.</p> <h3>Cas dans lesquels les dispositions du Pacte relatif aux droits civils et politiques (ci-aprs: le Pacte) ont t invoques devant les tribunaux nationaux</h3> <p>6.Pendant la priode sous revue, le TF a rendu plus de 200 arrts sur les droits et liberts protgs par le Pacte. Tous ces arrts sont disponibles sur Internet et certains ont t publis dans le Recueil officiel des ATF. Dans la majorit des cas, le Pacte a t invoqu avec les dispositions correspondantes de la CEDH et/ou du droit national (principalement la Cst.). Si le plus grand nombre d affaires porte sur l application de l art.14 du Pacte (plus de 100cas), de nombreuses autres dispositions ont aussi t invoques. </p> <p>7.On peut mentionner, ce stade, les quelques exemples suivants:</p> <p>" Art. 10; sparation des mineurs et des adultes en dtention prventive: (ATF 133 I 286 du 7 aot 2007, consid.3.3);</p> <p>" Art. 14, al. 3, let. d; droit d tre prsent au procs(arrt 6B_29/2008 du 10septembre 2008, consid. 1.2);</p> <p>" Art. 14, al. 3, let. g; droit de ne pas s incriminer(arrt 2C_70/2008 du 27 mai 2008, consid. 2.2);</p> <p>" Art. 15, al. 1; principe de la lex mitior, validit de l interdiction de la rtroactivit en matire d internement(arrts 6B_172/2008 du 11 septembre 2008, consid. 2.3.2, et ATF 134 IV 121);</p> <p>" Art. 15, al. 1; lgalit en matire pnale, lex mitior(arrt 6B_597/2012 du 28 mai 2013, consid. 4.3);</p> <p>" Art. 15, al. 1; principe de la lex mitior(arrt 6B_103/2008 du 9 octobre 2008, consid. 2.2.1);</p> <p>" Art. 25; droit d tre lu(arrt 1C_11/2009 du 3 juin 2009, consid. 4.2);</p> <p>" Art. 27; protection des minorits(ATF 138 I 205 du 15 mars 2012, consid. 5.1).</p> <p>8.De mme que les autres Conventions internationales applicables en Suisse, le Pacte est publi dans le RS, disponible sur Internet. Des informations supplmentaires sur le Pacte et les procdures de rapport sont accessibles sur le site internet de l Office fdral de la justice. Le Pacte fait galement partie intgrante de toute formation de juriste en Suisse. </p> <h3>Ad chiffre 2</h3> <p>9.La Suisse est un tat fdral compos de 26 cantons. Bien que les recommandations du Conseil des droits de l homme ainsi que des organes de traits s appliquent la Suisse en tant qu tat, leur mise en application relve de la responsabilit des organes publics comptents tous les chelons, en particulier les cantons et les communes.</p> <p>10.Lors de la prsentation du dernier rapport, la dlgation suisse tait compose de 14personnes, reprsentant les principaux offices fdraux concerns ainsi que les cantons. L association des offices et des cantons la prparation des rapports et leur prsentation leur permet d avoir une connaissance directe de la procdure et des recommandations du Comit. </p> <p>11.Les observations finales du Comit l issue de la prsentation du troisime rapport suisse ont t traduites en allemand et en italien, de manire tre disponibles dans trois langues officielles suisses. Accompagnes d une lettre explicative, elles ont t envoyes tous les offices appels les mettre en Suvre ainsi qu aux cantons. Elles ont t publies sur le site internet de l Office fdral de la justice. </p> <p>12.D une manire gnrale, des discussions sont actuellement en cours en Suisse afin d assurer une meilleure coordination des procdures de rapport et de la mise en Suvre des recommandations internationales en matire de droits de l homme. Mandat par la Confdration, le Centre suisse de comptence pour les droits humains (CSDH) a men deux tudes dans ce contexte. Pour la premire tude, le Centre a conduit des entretiens avec les diffrents acteurs impliqus. Sur la base des rsultats de ces entretiens, il a formul une srie de recommandations. Le 5mars 2013, les rsultats et les recommandations de cette tude ont t discuts par des reprsentants des diffrents acteurs dans le cadre d une journe organise par le Centre. Suite cette journe, le Centre a prcis ses recommandations dans une tude adresse aux autorits.</p> <p>13.La Confrence des gouvernements cantonaux (CdC) a adopt, au printemps 2015, un concept sur la coordination entre les cantons et entre ceux-ci et la Confdration dans le cadre des procdures de rapport. </p> <p>14.Les recommandations du Centre et le concept des cantons ont t examins dans le cadre d un groupe interdpartemental runissant les offices impliqus dans la mise en Suvre des instruments internationaux en matire de droits de l homme (Kerngruppe internationale Menschenrechtspolitik). Certaines recommandations du Centre sont dj intgres aux travaux de suivi des recommandations des organes de traits de l ONU (par. ex. dans le cadre du follow-up des recommandations du Comit des droits de l enfant). Des discussions sont actuellement en cours afin de trouver une solution qui rponde aux attentes des diffrents acteurs. Le groupe de travail interministriel susmentionn est charg de coordonner le suivi de la mise en Suvre des recommandations. Compos de membres de diffrents offices fdraux relevant de plusieurs ministres ainsi que de reprsentants des cantons et de commissions fdrales spcifiques, il est le garant d une dmarche transparente et participative. Dans le cadre de runions priodiques, il veille la communication des informations sur la mise en Suvre des recommandations. S agissant de sujets touchant plusieurs conventions, il peut dfinir des priorits et veiller ce que les mesures prendre soient dment coordonnes. Il organise aussi des confrences permettant les changes de points de vue avec la socit civile, les tablissements universitaires et d autres parties prenantes. </p> <p>15.Pour viter des rptitions, ce chapitre ne mentionne que des mesures qui ne figurent pas dans d autres parties de ce rapport. </p> <p>16.La Suisse ignore sur quelles informations le Comit se base pour faire tat d expulsions de requrants d asile vers le pays d origine s tant dclar incapable d assurer une protection adquate contre des acteurs trangers l tat. Le SEM, en tant que 1re instance, applique la jurisprudence du TAF, selon laquelle l asile doit tre accord en cas de poursuites non tatiques lorsque les conditions en sont remplies. Toute dcision en matire d asile est examine sur une base individuelle en tenant compte non seulement de la situation dans le pays d origine, mais galement des critres de crdibilit et de pertinence des dclarations du requrant, ainsi que des moyens de preuve recueillis dans le cadre de l instruction d office. Le recours judiciaire au TAF est ouvert. Selon la thorie de la protection, telle qu elle dcoule d une interprtation conforme la Convention de Genve relative au statut des rfugis, un besoin de protection internationale et, partant, la reconnaissance de la qualit de rfugi ne dpendent pas de savoir qui est l auteur de la perscution, mais si la personne menace peut trouver une protection adquate contre des perscutions dans son pays d origine. Dans ce contexte, le TAF prcise dans son arrt D-4935/2007 du 21 dcembre 2011 qu une alternative de fuite interne, qui exclut la reconnaissance de la qualit de rfugi, ne peut tre retenue la lumire de la thorie de la protection que si l on peut raisonnablement attendre de manire concrte de la personne perscute qu elle obtienne effectivement une protection au lieu de refuge interne. Il convient donc dornavant de prendre en considration les conditions gnrales existant sur le lieu de refuge interne ainsi que les circonstances propres la personne concerne afin de dterminer, dans le cadre d un examen individuel de la cause, sur la base en particulier des lments concrets de vie qui prvalent sur place, si l on peut exiger de sa part qu elle s y installe et qu elle s y btisse une nouvelle existence. En revanche, une alternative de fuite interne doit tre nie si on ne peut attendre de la personne perscute localement qu elle s tablisse ailleurs sur le lieu de refuge interne parce que cela la mettrait concrtement en danger. En l absence d une alternative de refuge interne, il ne s agit pas d admettre provisoirement la personne concerne pour cause d inexigibilit de l excution du renvoi, mais de lui reconnatre la qualit de rfugi.</p> <p>17.Selon la loi fdrale sur l assurance-maladie (LAMal), l affiliation l assurance obligatoire des soins doit assurer une couverture mdicale sur tout le territoire national. Elle est obligatoire pour toute personne ayant sa rsidence en Suisse, ce qui inclut les requrants d asile, les personnes admises titre provisoire et les personnes ncessitant une protection mais n ayant pas obtenu de permis de sjour. Une caisse maladie n a pas le droit de refuser l assurance de base une personne ou de rsilier sa police. Les personnes ayant droit l aide d urgence sont obligatoirement assures contre la maladie jusqu leur dpart de Suisse, et ont accs toutes les prestations obligatoires prvues dans la LAMal. Les assureurs sont aussi tenus d assurer les sans-papiers. Afin de faciliter l accs aux soins et au systme de sant, certains cantons proposent des offres spcifiques.</p> <p>18.Le nouvel art.92d de l ordonnance sur l assurance-maladie (OAMal), entr en vigueur le 1eraot 2011, rgle le paiement des primes des bnficiaires de l aide d urgence (requrants d asile dbouts et personnes frappes d une dcision de non-entre en matire) par le biais d un rgime particulier. Dsormais, les cantons pourront suspendre le paiement de la prime des personnes qui ont vraisemblablement quitt la Suisse. En revanche, ds que l assureur est saisi d une demande de remboursement d une prestation et que le canton ne la paie pas, les primes sont dues rtroactivement avec un supplment jusqu au moment de la suspension. Lorsque les primes sont payes, l assureur doit galement prendre en charge les prestations obtenues durant la priode de suspension. Cette rglementation permet de tenir compte de la situation particulire des bnficiaires de l aide d urgence en maintenant leur couverture d assurance et en assurant leur accs aux soins selon la LAMal et l art.82a LAsi.</p> <p>19.L aide sociale et l aide d urgence fournir toutes les personnes qui en ont besoin relvent en Suisse des cantons, qui en fixent les modalits et l ampleur. Les cantons sont tenus de respecter le droit fondamental consacr l art. 12 Cst., qui garantit quiconque se trouvant dans une situation de dtresse le droit d obtenir de l aide et les moyens indispensables pour mener une existence conforme la dignit humaine. La plupart des cantons et des communes s inspirent des normes de la Confrence suisse des institutions d action sociale (CSIAS).</p> <p>20.Les personnes devant quitter le pays ont aussi droit, au titre de l aide d urgence, la nourriture, l habillement et l hbergement indispensables pour mener une existence conforme la dignit humaine (pour l assurance-maladie voir ch. 0 ci-dessus). La fourniture des prestations vises l art. 12 Cst. doit toujours respecter le principe du besoin, c est--dire qu il peut et doit tre tenu compte des besoins particuliers des personnes vulnrables. Comme le veut le principe de sparation des pouvoirs, le contrle du respect des normes relatives l aide sociale et l aide d urgence relve exclusivement de la justice. Le rejet d une demande d aide sociale ou d urgence par les autorits cantonales peut tre attaqu devant les tribunaux cantonaux, puis le TF.</p> <h3>Association de la socit civile et diffusion des prcdentes recommandations duComit</h3> <p>21.La socit civile a t associe la mise en Suvre des prcdentes recommandations du Comit dans la mesure o elle est gnralement associe aux travaux des offices comptents ou des cantons. La coopration entre les autorits et la socit civile diffre selon la pratique dveloppe et le domaine en question. S agissant de projets lgislatifs ou de l adhsion des conventions internationales, elle est toujours invite se prononcer dans le cadre d une procdure de consultation. </p> <p>22.La socit civile n a pas t associe la prparation du prsent rapport. En effet, la Suisse a jusqu ici considr que la prparation des rponses aux questions du Comit constitue une tche de l tat. Il nous a sembl prfrable que la socit civile se prononce de manire indpendante que de chercher reproduire ses positions dans le cadre d un rapport de l tat. </p> <p>23.Outre les mesures dcrites ci-dessus, les recommandations du Comit ont t publies sur le site internet contenant des informations sur le Pacte (ch.0). </p> <h3>Ad chiffre 3</h3> <p>24.Cf. ci-dessus ch.0 ss.</p> <p>25.La Suisse est un tat de tradition moniste et les dispositions du Pacte sont directement applicables tous les niveaux de l tat fdral. De plus, selon l article29a Cst., toute personne a droit ce que sa cause soit juge par une autorit judiciaire. L application uniforme des dispositions du Pacte est garantie par la possibilit du recours au TF. Comme les garanties de la Cst., celles du Pacte peuvent tre invoques dans le cadre d un recours de droit priv, pnal ou public, dans la mesure o les conditions en sont remplies. Contre les dcisions qui ne peuvent faire l objet d aucun de ces recours, un recours constitutionnel subsidiaire peut tre form (art.113 ss de la Loi sur le Tribunal fdral; LTF). </p> <p>26.Le CSDH (cf. ci-dessous ch.0 ss) a notamment pour mandat d offrir aux autorits tous les niveaux de l tat fdral une expertise caractre pratique dans le domaine de la mise en Suvre des droits de l homme et d encourager l change systmatique de savoir-faire ce sujet. Il s agit notamment de mieux faire connatre les obligations et recommandations internationales  dont les dispositions du Pacte et les recommandations finales du Comit  et d en faciliter la mise en Suvre.</p> <h3>Ad chiffre 4</h3> <p>27.Le 1erjuillet 2009, le Conseil fdral a adopt le rapport Cration d une commission fdrale des droits de l homme: possibilit, opportunit et alternative. Dans ce rapport, il a constat qu il existait un besoin en soutien et en services en matire de droits de l homme. Faute d un consensus, il tait toutefois trop tt pour crer une vritable institution nationale des droits de l homme. Le Conseil fdral a dcid par consquent de mener un projet pilote pour une dure de cinq ans, pour lequel la Confdration achterait auprs d un centre universitaire, des prestations hauteur d un million de francs par anne. </p> <p>28.Conformment la dcision du Conseil fdral, le projet a t mis au concours auprs de toutes les universits suisses. Le concours a t remport par le projet des Universits de Berne, Fribourg et Neuchtel, en collaboration avec la Haute cole Pdagogique de Lucerne, l Institut Kurt Bsch de Sion ainsi que l association Humanrights.ch. Au cours de ngociations contractuelles, l Universit de Zurich a t associe au projet. Le Centre, appel Centre suisse de comptence pour les droits humains (CSDH), est dirig par le Professeur Walter Klin et a dbut ses activits au printemps 2011. </p> <p>29.Le CSDH est structur en six domaines thmatiques: Migration, Police et justice, Politique genre, Politique de l enfance et de la jeunesse, Questions institutionnelles, Droits humains et conomie. ceux-ci s ajoutent les domaines transversaux Formation aux droits humains et Information et sensibilisation. </p> <p>30.La contribution de la Confdration est administre par un Comit de pilotage, constitu de reprsentants des dpartements fdraux impliqus dans le financement du Centre, le DFAE et le DFJP. Un Conseil consultatif accompagne les grandes orientations du Centre. Il compte jusqu quarante membres reprsentant les autorits (fdrales, cantonales et communales), les commissions fdrales, les milieux politique, scientifique et conomique, la socit civile ainsi que des institutions internationales actives en matire de droits de l homme. Le mandat du centre fait l objet d un contrat-cadre de celui-ci avec la Confdration. </p> <p>31.Conformment la dcision du Conseil fdral du 1erjuillet 2009, le CSDH a fait l objet d une valuation indpendante au printemps 2015. Le rapport final a t remis le 23avril 2015.</p> <p>32.Selon les rsultats de cette valuation, le Centre a principalement effectu des tudes (51durant la priode examine) et organis des journes thmatiques (28). D autres projets ont t mens sous la forme de workshops, de formations, de brochures, de manuels, de traductions et de modrations (23 au total). La qualit des travaux a t juge bonne, voire trs bonne. Le Centre n a toutefois pas pu remplir toutes les tches prvues dans le rapport du Conseil fdral de 2009 en raison de la structure choisie, notamment puisqu il ne peut agir de sa propre initiative que de manire limite. Le Centre a contribu au renforcement de la politique en matire de droits de l homme; en mme temps, il lui a t plus difficile de sensibiliser le grand public. Le manque d indpendance formelle a t considr comme la problmatique la plus importante du projet pilote. Une grande majorit des personnes interroges se sont prononces en faveur de l tablissement d une institution permanente. </p> <p>33.Le 1erjuillet 2015, le Conseil fdral a pris connaissance du rapport. Il a dcid de prolonger le projet pilote pour une dure de cinq ans et a mandat les dpartements responsables (DFAE et DFJP) de lui soumettre, jusqu fin 2015, diffrentes options pour une rglementation durable. </p> <h3>Ad chiffre 5</h3> <p>34.Une analyse circonstancie des mesures en faveur de l galit des sexes figure dans le quatrime et cinquime rapport de la Suisse sur la mise en Suvre de la CEDEF (CEDAW/C/CHE/4-5). Il convient d ajouter ce qui suit:</p> <p>35.La LEg interdit les discriminations directes et indirectes en raison du sexe dans la vie professionnelle. La jurisprudence relative la LEg montre que la voie judiciaire est effectivement utilise. Les banques de donnes www.gleichstellungsgesetz.ch et www.leg.ch, finances par la Confdration et rgulirement alimentes par les bureaux cantonaux de l galit, documentent actuellement environ 660 affaires dans les cantons germanophones et environ 90 en Suisse romande. La LEg prvoit galement que la Confdration met disposition des ressources financires pour faire avancer l galit dans la vie professionnelle. En 2015, ce crdit s est lev 4,4 millions de francs.</p> <p>36.Le BFEG organise rgulirement des journes de formation continue sur la LEg. </p> <p>37.En ce qui concerne le harclement sexuel, du matriel de sensibilisation et d information est disponible sur le site internet de la Confdration www.harcelementsexuel.ch. </p> <p>38.Pour ce qui est des mesures tatiques destines amliorer l galit entre hommes et femmes sur le march du travail, le Conseil fdral a annonc le 22octobre 2014 qu il prsentera, en automne 2015, un projet de loi qui oblige les employeurs procder rgulirement une analyse salariale et en faire contrler l excution par des tiers. Le 6dcembre 2013, le Conseil fdral a fix une valeur-cible de 30% de reprsentation des sexes dans les conseils d administration des entreprises lies la Confdration, atteindre d ici 2020. De plus, le 28 novembre 2014, le Conseil fdral a mis en consultation, dans le cadre de la rvision du droit des actionnaires, un projet de valeur-cible de 30% de reprsentation des sexes dans les directions d entreprise et les conseils d administration des grandes entreprises cotes en bourse, atteindre dans les cinq ans suivant l entre en vigueur de la lgislation. Le projet est bas sur le principe du comply or explain et ne prvoit pas de sanction.</p> <p>39.Depuis 2010, la proportion des femmes dans l administration fdrale (sans le domaine Dfense du Dpartement fdral de la dfense, de la protection de la population et des sports [DDPS]) et sans le Corps des gardes-frontire) dpasse les 40%. En 2014, elle tait de 44,2%. Aux fonctions de cadres suprieurs, les femmes reprsentent 17,7% du personnel (une progression de 32% depuis 2010). Elles forment 31,3% du personnel des classes de traitement intermdiaires (une hausse de 16,8% par rapport 2010). L administration fdrale offre ses employs des possibilits de tltravail, d horaire flexible et de jobsharing (topsharing y compris) quand les conditions le permettent. Le travail de <span style="font-style:italic;">care</span> y est galement compatible avec la vie professionnelle grce diverses mesures. En 2015, la Confdration a adopt le guideQualit du processus de recrutement du personnel - Recrutement non discriminatoire.</p> <p>40.Le BFEG a dvelopp diffrents instruments pour aider les employeurs raliser l galit salariale. Les entreprises employant plus de 50 personnes peuvent utiliser l instrument d autocontrle Logib. Un outil d autocontrle ARGIB est actuellement en cours de dveloppement pour les entreprises de moins de 50 personnes. Il devrait tre disponible en 2016. </p> <p>41.La Confrence des achats de la Confdration (CA) recommande aux entits adjudicatrices de faire signer aux entreprises qui souhaitent obtenir un march, laDclaration du soumissionnaire relative au respect de l galit salariale. Ds le 1erjanvier 2016 , le formulaire prvoit que les soumissionnaires et les sous-traitants qui emploient plus de 50 personnes doivent dclarer non seulement qu ils respectent le principe d galit salariale mais aussi de quelle faon ils ont contrl ou fait contrler leur pratique salariale. Lorsqu une entreprise n est pas en mesure de fournir les justificatifs demands, le service adjudicateur n entre pas en matire sur l offre.</p> <p>42.En outre, la Confdration peut effectuer des contrles de l galit salariale dans les marchs publics et les dlguer en particulier au BFEG ou aux bureaux de l galit cantonaux ou communaux. De 2006 2015, 63 entreprises ont t contrles ou sont en train de l tre. En 2015, 20 contrles ont t lancs. En 2016, 30 contrles seront lancs.</p> <p>43.En 2013, le CSDH a t mandat par plusieurs offices de l administration fdrale de mener une tude d envergure sur le droit matriel en matire de lutte contre les discriminations et les aspects procduraux  juridiques et pratiques  de l accs la justice en cas de discrimination. Outre une partie concernant les normes gnrales applicables en cas de discrimination et la pratique des autorits, des tudes partielles traitent plus spcialement de diffrents motifs de discrimination, savoir le genre, l orientation et l identit sexuelle, le handicap et la race. </p> <h3>Ad chiffre 6</h3> <p>44.La mise en Suvre de la LHand se fait, en premier lieu, la lumire de la Convention de l ONU relative aux droits des personnes handicapes, ratifie par la Suisse en 2014. </p> <p>45.La LHand entend mettre en place des transports publics permettant aux voyageurs handicaps de se dplacer en toute autonomie. Les ouvrages, installations et vhicules qui ne peuvent pas tre adapts dans le cadre d oprations ncessaires doivent l tre avant la fin 2023 dans le cadre d un programme spcial (concept de mise en Suvre LHand). Les systmes d information des clients et les distributeurs automatiques ont d tre adapts conformment la loi avant la fin 2013. </p> <p>46.Toute autorit tatique a l obligation d adapter les prestations qu elle propose au public aux besoins spcifiques des personnes handicapes. Le Conseil fdral a labor un plan d action pour un internet accessible afin de renforcer la mise en Suvre de la LHand.</p> <p>47.L accs l environnement construit est un thme important de la LHand, qui vise permettre aux personnes handicapes d avoir accs, sans obstacles architecturaux, diffrents types de constructions. La loi s applique aux constructions et installations accessibles au public, aux habitations de plus de huit logements et aux btiments de plus de 50 places de travail, pour lesquels l autorisation de construire ou de rnover a t accorde aprs l entre en vigueur de la loi, soit aprs le 1erjanvier 2004.</p> <p>48.La LHand prvoit galement des mesures particulires qui concernent les rapports de travail au sein de la Confdration (art.13 LHand et art.12 de l ordonnance sur l limination des ingalits frappant les personnes handicapes, OHand). Le Conseil fdral a par ailleurs adopt le 22 juin 2011, sur la base de l ordonnance sur le personnel de la Confdration (OPers), des directives pour l emploi et l intgration des personnes handicapes dans l administration fdrale, dans lesquelles il a fix que le pourcentage des salaris handicaps devrait se situer entre 1 et 2% d ici 2015. En 2014, la proportion de personnes handicapes travaillant pour la Confdration atteignait 1,5%, contre 1% en 2010.</p> <p>49.La LHand octroie des droits subjectifs en matire de constructions, d quipements ou de vhicules (art. 7 LHand) ainsi qu en matire de prestations (art.8 LHand). Les procdures prvues ces deux dispositions sont gratuites (art. 10 LHand). La LHand prvoit la qualit pour agir et pour recourir des organisations nationales d aide aux personnes handicapes qui existent depuis au moins 10 ans (art. 9, al. 1, LHand).</p> <p>50.Le BFEH est charg d informer, de sensibiliser, ainsi que de fournir des conseils sur le droit de l galit des personnes handicapes. Il accomplit ses tches principalement par le biais d informations sur son site internet, par l laboration de publications sur des thmes en lien avec l galit des personnes handicapes et dans le cadre de manifestations. Le BFEH travaille en troite collaboration avec les organisations d aide en faveur des personnes handicapes. </p> <p>51.Les art.16 18 LHand donnent la possibilit la Confdration de mener, mais surtout de soutenir, des projets qui visent trouver de nouvelles pistes pour l intgration des personnes handicapes, et/ou qui ont pour but d informer et de sensibiliser la population. Entre 2004 et 2014, plus de 320 projets allant dans ce sens ont t soutenus. Une valuation de la LHand est en cours et donnera des indications pour savoir dans quelle mesure la lgislation a contribu la sensibilisation en gnral. Il existe galement un systme d autovaluation des projets, par le biais de rapports  finaux et intermdiaires  que doivent fournir les responsables de projets. Ces rapports font partie intgrante du projet et aucun soutien ne peut tre accord sans eux.</p> <p>52.Les cantons jouent un rle important dans la mise en Suvre de la loi fdrale sur les institutions destines promouvoir l intgration des personnes invalides (LIPPI). Depuis le 1erjanvier 2008, c est eux qu incombe la responsabilit du financement d institutions pour adultes handicaps. Les cantons ont donc labor des plans stratgiques cantonaux exposant leur politique en la matire. Tous les plans des cantons ont depuis t approuvs par le Conseil fdral. Les efforts de sensibilisation sont assurs par les autorits, aux niveaux fdral et cantonal, et, surtout, par les nombreuses confrences et organisations de personnes handicapes.</p> <p>53.Il y a encore lieu de mentionner dans ce contexte l tude du CSDH concernant l accs la justice en cas de discrimination, dont un volet traite de manire spcifique de la situation des personnes handicapes (cf. ch.0). </p> <h3>Ad chiffre 7</h3> <p>54.La CFR est une commission extraparlementaire qui donne des avis et prpare des projets (commission consultative; art. 8a, al. 2, de l ordonnance sur l organisation du gouvernement et de l administration, OLOGA). Elle a galement pour tche d observer l application de la norme pnale antiraciste. Elle ne rend toutefois pas de dcisions souveraines et ne constitue donc pas une autorit au sens de l art. 104, al. 2, CPP. Il n est donc pas possible de lui reconnatre la qualit de partie.</p> <p>55.Le secrtariat de la CFR conseille les personnes qui s estiment victimes de discrimination raciale et rpond leurs questions. Le mandat de la CFR ne prvoit pas d activits de conseil juridique plus tendues. Dans le cadre de son mandat, la CFR peut entretenir des contacts avec les services cantonaux, les partis et d autres organisations. L administration fournit la CFR les informations dont elle a besoin pour excuter ses tches. La CFR ne jouit toutefois pas d un droit d accs illimit l gard de tous les services fdraux. </p> <p>56.Le Conseil fdral est d avis que cette conception a jusqu ici fait ses preuves. </p> <p>57.Il ressort du rapport Discrimination raciale en Suisse, publi par le SLR en 2014, que le nombre et le type de cas ports devant les tribunaux pour violation de l art.261bis CP sont rests plutt stables dans le temps. En revanche, les cas de racisme sur Internet ont augment et leurs auteurs sont toujours plus souvent des mineurs. Selon une tude ralise la demande du SLR, les opinions ngatives sur les trangers et les minorits n ont pas chang de manire significative malgr la politisation accrue du thme de l immigration. Par ailleurs, il est noter que selon le rapport de l ECRI sur la Suisse (cinquime cycle de monitoring), publi en septembre2014, le niveau de violence raciste, homophobe et transphobe reste relativement bas.</p> <p>58.Afin de contrer l augmentation des cas de racisme sur Internet, la Suisse a particip en 2014 et 2015 la campagne du Conseil de l Europe No Hate Speech Movement. Sur mandat de l OFAS, le Conseil Suisse des Activits de Jeunesse (CSAJ) a ralis diverses activits dans ce cadre. Un site internet met disposition des informations sur le discours de haine en ligne et propose des ides d actions. En 2015, la CFR a lanc la campagne Une Suisse nos couleurs qui a pour but de sensibiliser l opinion publique au thme du racisme et de la protection contre la discrimination sur internet et cible principalement les jeunes. Enfin, le SLR soutient lui aussi des projets en lien avec le racisme dans les mdias numriques.</p> <p>59.Tous les cantons disposent depuis le 1erjanvier 2014 d un programme cantonal d intgration (PIC) dfinissant imprativement des mesures de protection contre la discrimination. Le SEM et les cantons ont conclu dans ce cadre des conventions-programmes pour les annes 2014 2017. Il s agit d une part de mettre en Suvre des mesures dans le domaine du conseil aux personnes concernes (antennes). Les PIC ont d autre part pour but de conseiller et de sensibiliser la population et les autorits en la matire. La Confrence tripartite sur les agglomrations (CTA), une plateforme politique de la Confdration, des cantons, des villes et des communes, encourage la collaboration et le dialogue, notamment dans le domaine de l intgration. Plusieurs projets ont t lancs dans le cadre de la CTA afin de sensibiliser la population l intgration des trangers. Dans le domaine de la formation, les cantons financent, avec la Confdration et la socit civile, la fondation education21, qui vise renforcer l ducation politique et l enseignement des droits de l homme l cole obligatoire et par l mme contribuer la sensibilisation. En 2015, la CDIP a consacr son colloque sur l ducation et les migrations au thme quit  discrimination et galit des chances au sein du systme ducatif. </p> <h3>Rformes lgislatives et rglementaires pour amliorer le cadre lgal afin de lutter contre le racisme et la discrimination raciale</h3> <p>60.Pour une prsentation du cadre lgal il est renvoy au rapport du SLR 2014 Discrimination raciale en Suisse et au cinquime rapport sur la Suisse de l ECRI.</p> <p>61.Des motions, des initiatives et des ptitions sont rgulirement dposes au Parlement, qui demandent d abolir l art.261bis CP ou d en limiter la porte, ou encore de supprimer la CFR. Dans ses avis, le Conseil fdral a propos le rejet de chacune de ces interventions parlementaires. </p> <p>62.Afin de vrifier si le cadre juridique actuel suffit lutter contre les discriminations, notamment raciales, le Conseil fdral a mandat le CSDH d examiner la question dans une tude d envergure (cf. ch.0). Il a galement pris plusieurs mesures dans ce sens afin que les instruments existants soient mieux connus et utiliss:</p> <p>" Centres de consultation pour les victimes de discrimination: la mise disposition d offres de consultation pour protger les individus de la discrimination figure parmi les objectifs des PIC;</p> <p>" Cours donns sur la base du guide juridique: le SLR continue dispenser la formation en lien avec le guide juridique. Il est toujours plus frquent que ces cours s inscrivent dans la ralisation des objectifs des PIC.</p> <p>63.Il y a encore lieu de mentionner dans ce contexte l tude du CSDH concernant l accs la justice en cas de discrimination, dont un volet traite de manire spcifique de la situation des personnes victimes de discrimination raciale (cf. ch.0). Il portera d une part sur la jurisprudence actuelle relative l article261bis CP, et d autre part sur la pratique des tribunaux dans les cas de discrimination entre particuliers, soit dans le droit du travail et le droit du bail.</p> <p>64.Le rapport du Rseau des centres de consultation pour victimes de discrimination raciale DoSyRa a enregistr 13incidents racistes en lien avec la police en 2012 (sur un total de 227cas), 17en 2013 (sur un total de 238cas) et 19 en 2014 (sur un total de 298 cas). Le recueil de cas juridiques de la CFR ne rapporte lui aucun cas.</p> <p>65.Les mesures prises pour garantir une action policire non discriminatoire suivent trois axes principaux: inclusion de modules sur les droits humains et la discrimination raciale dans la formation, supervision rgulire des pratiques en matire de contrles et d arrestations (lutte contre le profilage racial) et mise en place de mcanismes de plainte efficaces en cas d agression raciste de la part d un fonctionnaire de police. Par ailleurs, l ide d ouvrir les corps de police des collaboratrices et collaborateurs d origine trangre constitue aussi un moyen de favoriser l acceptation de la police par la population et de rduire le potentiel de conflits. </p> <p>66.Lors des preuves de la formation professionnelle de base, les candidats sont interrogs tant sur des questions d thique que sur la CEDH et le Code de conduite de l ONU pour les responsables de l application des lois. L Institut suisse de police (ISP) publie depuis 2012 une dition rvise de son cours sur les droits humains et l thique professionnelle, dont l laboration a t accompagne notamment par le CSDH. L tat doit aussi s assurer que ces questions sont approfondies aprs la formation de base. Depuis plusieurs annes, le SLR offre aux coles et aux corps de police cantonaux une aide la conception et la ralisation d actions de formation continue. </p> <p>67.Le recrutement de personnel d origine trangre dans les corps de police peut se faire de deux manires. Une premire solution consiste accepter les candidatures de ressortissants trangers, une voie qu ont retenue plusieurs cantons. D autres ont opt pour une variante de cette solution, ouvrant cette carrire aux ressortissants trangers tablis en Suisse, condition qu ils se fassent naturaliser avant la fin de leur formation. Une deuxime solution consiste prendre des mesures afin de rendre le service dans la police plus attrayant pour les Suisses et Suissesses issus de la migration. Fort des expriences concluantes faites dans d autres domaines grce la gestion de la diversit, le dpartement de la police de Zurich, par exemple, s efforce depuis 2014 d y veiller lors du recrutement de son personnel.</p> <h3>Ad chiffre 8</h3> <p>68.Le 22 avril 2014, la Suisse a sign la Convention de la Commission Internationale de l tat Civil no34 relative la dlivrance d extraits d actes de naissance, mariage et dcs et de certificats plurilingues et cods de l tat civil. Cette convention, qui doit remplacer la Convention no16, introduit de nouveaux extraits formuls de manire non sexiste pour attester la reconnaissance d enfants et l enregistrement d un partenariat.</p> <p>69.Le 29 avril 2015, le Conseil fdral a approuv la Dclaration d intention de La Valette labore par un groupe de pays membres du Conseil de l Europe et qui confirme l engagement pris dans le cadre de la Recommandation du Comit des Ministres du Conseil de l Europe du 31 mars 2010 sur des mesures visant combattre la discrimination fonde sur l orientation sexuelle ou l identit de genre. Dans son communiqu de presse, le Conseil fdral a galement rappel que la Suisse soutient financirement les travaux de plusieurs entits du Conseil de l Europe actives dans le domaine de la protection des personnes LGBTI.</p> <p>70.En ce qui concerne le droit d adoption, le Conseil fdral a transmis au Parlement le 28 novembre 2014 un projet de rvision qui doit permettre aux personnes lies par un partenariat enregistr et, titre de variante, aux personnes menant de fait une vie de couple, d adopter l enfant de leur partenaire et ne plus rserver cette possibilit aux seuls couples maris. Les travaux parlementaires sont en cours.</p> <p>71.Un projet de loi vient d tre initi, suite l adoption de l initiative parlementaire Reynard 13.407 Lutter contre les discriminations bases sur l orientation sexuelle, qui vise tendre l art.261bis CP aux discriminations lies l orientation sexuelle.</p> <p>72.Dans sa rponse du 2 juillet 2014 conscutive l interpellation Reynard 14.3378 Asile et rpression de l homosexualit, le Conseil fdral a confirm que la pratique des autorits suisses concernant les requrants d asile menacs de poursuites pnales dans leur tat d origine du fait de leur orientation sexuelle ou de leur identit de genre tait depuis longtemps en harmonie avec celle prconise par la Cour de justice de l Union europenne (CJUE). Le Conseil fdral a galement rappel son engagement en faveur de la lutte contre la discrimination fonde sur l orientation sexuelle ou l identit de genre.</p> <p>73.Dans son rapport du 25 mars 2015 sur le droit de la famille qui fait suite au postulat Fehr12.3607 Code civil. Pour un droit de la famille moderne et cohrent, le Conseil fdral aborde la question du rapport entre le partenariat enregistr et le mariage. Il considre qu un dbat devrait tre men sur l assimilation du partenariat enregistr au mariage, ou l ouverture du mariage aux couples homosexuels.</p> <p>74.La Suisse est en outre un membre actif du Rseau europen informel de points focaux nationaux pour les questions touchant aux droits de l homme des personnes LGBTI qui se runit deux fois par an. </p> <p>75.L tude du CSDH sur l accs la justice dans les cas de discrimination fournit une vue d ensemble des rcents jugements prononcs dans des affaires de discrimination en raison de l orientation ou de l identit sexuelle (cf. ch. 0). Le TF s est pench p. ex. sur la question de la prise en charge par les caisses-maladie des cots de l opration de changement de sexe de transsexuels. Il s est galement prononc diffrentes occasions sur la question de l adoption de l enfant du partenaire enregistr ou sur l ingalit de traitement des couples maris et des partenaires enregistrs d une part, et des concubins d autre part. Il faut signaler aussi la rcente jurisprudence du TF concernant l application de dispositions gnrales de droit priv et de dispositions pnales en rapport avec l orientation sexuelle. </p> <h3>Ad chiffre 9</h3> <p>76.La Suisse a sign la Convention du Conseil de l Europe du 11 mai 2011 sur la prvention et la lutte contre la violence l gard des femmes et la violence domestique (Convention d Istanbul, cf. ch.0).</p> <p>77.La Ltm, entre en vigueur le 1erjanvier 2013, rgit la mise en Suvre de programmes de protection des tmoins pour les personnes menaces du fait de leur collaboration dans le cadre d une procdure pnale, y compris les victimes de violences.</p> <p>78.Est actuellement en cours l valuation de la LAVI, laquelle doit dmontrer, d une part, comment les mesures de la LAVI sont mises en Suvre et quel est l effet de cette loi sur les diffrentes catgories de victimes (dont les femmes) et, d autre part, comment l excution de la loi fonctionne et quels sont les effets de la procdure pnale sur les victimes, dans le but de dmontrer un ventuel potentiel d optimisation et d amlioration des mesures prvues.</p> <p>79.La LAVI oblige tous les cantons instituer des centres de consultation pour les victimes de violence domestique. Tous les cantons sont galement tenus, depuis l entre en vigueur des mesures d loignement inscrites l art. 28b CC, le 1erjuillet 2007, de prvoir dans leurs lois des mesures contre la violence domestique. Ils connaissent donc tous les possibilits du renvoi du domicile commun et de l interdiction d y revenir ou de s en approcher existant l encontre des auteurs de violences domestiques. Certains cantons offrent en sus une prise en charge ultrieure des victimes par les antennes dsignes cet effet. Outre les conseils aux victimes, les centres de consultation ont des tches de sensibilisation et d information et ils assurent la mise en rseau des acteurs impliqus au niveau cantonal (cf. aussi ch.0).</p> <p>80.Le 13 mai 2009, le Conseil fdral a adopt un rapport sur la violence dans les relations de couple, lequel repose sur une tude publie par le BFEG, dans lequel il indique les mesures que la Confdration veut prendre pour continuer la lutte contre cette forme de violence. La poursuite des mesures de prvention et de lutte contre la violence domestique est une priorit du programme de lgislature 2011-2015. Un groupe de travail interdpartemental permanent se runit annuellement depuis 2009 pour coordonner la mise en Suvre des vingt mesures arrtes par le Conseil fdral. En octobre 2014, quatre des vingt mesures avaient t menes terme, dix mesures constituant une tche permanente taient en place dans les offices fdraux participants, quatre mesures seraient mises en Suvre d ici fin 2015 et deux mesures avaient t rvalues et suspendues. Le catalogue de mesures prvoit notamment la ralisation d une tude sur les consquences conomiques de la violence domestique. Les rsultats de cette tude ont t publis en novembre 2013.</p> <p>81.Dans un rapport du 27 fvrier 2013, le Conseil fdral a dclar qu il entend si possible lever les obstacles qui peuvent dissuader les personnes concernes de s adresser aux autorits et ainsi les encourager dnoncer les infractions subies et amliorer la position des victimes, notamment durant la procdure pnale. </p> <p>82.Suite au Postulat Feri Gestion des menaces manant de violences domestiques (& ), le Conseil fdral va rdiger, en association avec les cantons, un rapport sur la gestion des menaces manant de violences domestiques en Suisse, qui se penchera, en particulier, sur les obstacles l change de donnes qui dcoulent du droit fdral, tout en tenant compte des premires expriences faites dans les cantons dots d un nouveau dispositif de gestion des menaces. </p> <p>83.Le Conseil fdral a en outre t charg de faire un tat des lieux des politiques et pratiques cantonales en matire de prise en charge mdicale des cas de violence domestique et d analyser l opportunit de consacrer un mandat explicite en la matire dans la LAVI. </p> <p>84.Est galement en discussion actuellement au Parlement une initiative sur la question de savoir s il est ncessaire de complter la LAVI par une disposition obligeant les cantons mettre en place suffisamment de structures d accueil pour des personnes menaces de violence dans leur environnement social proche. </p> <p>85.Le BFEG et les services cantonaux d intervention contribuent sensibiliser l opinion publique la lutte contre les diffrents types de violence envers les femmes. Le BFEG organise en outre chaque anne une confrence nationale sur la violence domestique. </p> <p>86.Depuis le 1erjuillet 2012, l art. 124 CP incrimine explicitement les mutilations gnitales fminines. L infraction est galement punissable lorsqu elle est commise l tranger, si l auteur se trouve en Suisse et n est pas extrad. </p> <p> <span style="font-weight:bold;">87.</span>Le 1erjuillet 2013, est entre en vigueur la Loi fdrale du 15 juin 2012 concernant les mesures de lutte contre les mariages forcs. Cette loi prvoit des modifications de diverses lois, dont du CP, du CC et de la loi fdrale sur le droit international priv (LDIP), pour intensifier la lutte contre le mariage forc. Ce dernier entrane en particulier des poursuites d office et l union avec une personne mineure n est dsormais plus possible. De plus, une norme pnale spcifique et plus svre a t tablie. Elle prvoit qu une union contracte sous la contrainte doit tre rompue mme si les poux souhaitent la poursuivre. L infraction est galement punissable lorsqu elle est commise l tranger, si l auteur se trouve en Suisse et n est pas extrad. Par ailleurs, il existe un programme national de lutte contre les mariages forcs qui s tend sur cinq ans (2013 2017). Dans le cadre de ce programme fdral, la Confdration soutient des mesures rgionales. Un budget spcifique de deux millions de francs a t allou cet effet. Ce programme a pris le relais des projets pilotes que la Suisse a mis en place durant les annes 2009 2013 pour sensibiliser diffrents groupes de la population au phnomne des mariages forcs.</p> <p>88.Depuis le 1erjuillet 2013, l art. 50, al. 2, LEtr a la teneur suivante : Les raisons personnelles majeures vises l al. 1, let. b, sont notamment donnes lorsque le conjoint est victime de violence conjugale, que le mariage a t conclu en violation de la libre volont d un des poux ou que la rintgration sociale dans le pays de provenance semble fortement compromise. Par consquent, ces conditions sont dsormais alternatives et non plus cumulatives: Il n est plus imprativement ncessaire qu une femme dmontre que la rintgration sociale dans le pays de provenance semble fortement compromise pour pouvoir bnficier de la protection inscrite l art. 50 LEtr. </p> <p>89.Afin de garantir une application aussi uniforme que possible des dispositions lgaIes, le SEM a adress aux autorits cantonales des migrations et aux services spcialiss une circulaire date du 12 avril 2013 sur la violence conjugale, laquelle rend compte de la jurisprudence rcente et des expriences faites dans la pratique. En outre, le BFEG et le SEM ont organis quatre ateliers rgionaux sur l application de l art. 50, al. 2, LEtr l intention des autorits cantonales des migrations et des services spcialiss, afin d optimiser la collaboration entre ces services lors de l examen des cas de violence conjugale. </p> <p>90.L aide aux victimes, selon la LAVI, se fait sous forme de conseils et, le cas chant, sous forme de soutien financier par les centres de consultations ainsi que par des indemnisations et rparations morales par les autorits du canton sur le territoire duquel l infraction a t commise. Les cantons veillent ce qu il y ait des centres de consultation privs ou publics, autonomes dans leur secteur d activit. Ce faisant, ils tiennent compte des besoins particuliers des diffrentes catgories de victimes, dont les femmes victimes de violences domestiques ou sexuelles (art. 9, al. 1, LAVI). Dans chaque canton, il existe au moins un centre de consultation pour les victimes. Il existe dans toute la Suisse 51 centres de consultation. Ces centres ont pour mandat de conseiller la victime et ses proches et de les aider faire valoir leurs droits (art. 12, al. 1, LAVI). Le conseil est gratuit pour les victimes et la victime et ses proches peuvent s adresser au centre de consultation de leur choix (art.15, al. 3, LAVI). Concernant la violence et les ngligences envers les enfants et les jeunes au sein de la famille, le gouvernement a adopt en 2012 un rapport o il dveloppe une classification qui runit les objectifs globaux de protection et d encouragement et dfinit les prestations de base d un systme adquat. Le Gouvernement s est dclar prt soutenir les acteurs comptents au niveau cantonal pour dvelopper leur systme d aide l enfance et la jeunesse.</p> <p>91.En outre, chaque canton dispose d un service de lutte contre la violence domestique. Ces services coordonnent et soutiennent les autorits cantonales et les centres de consultation cantonaux actifs dans la lutte contre la violence domestique. </p> <p>92.La Confrence suisse contre la violence domestique (CSVD), cre en 2013, regroupe 17 cantons ayant mis en place des services spcifiques de coordination et d intervention pour lutter contre la violence domestique. </p> <p>93.Un rapport ralis en 2014 donne un aperu de la situation relative aux maisons d accueil pour femmes en Suisse et analyse les besoins dans ce domaine. Le rapport met en vidence un besoin permanent de places stationnaires dans les maisons d accueil et rvle de grosses diffrences rgionales au niveau du nombre de places offertes. Il propose diverses solutions pour amliorer l offre de places dans des maisons d accueil et le financement de ces places. Suite la publication du rapport en mai 2015, le CDAS a envoy une lettre ses membres qui leur recommande d examiner la situation en matire de maisons d accueil et de logements d urgence disponibles dans leur canton et de clarifier par la suite l ventuel besoin de places supplmentaires. En outre, le Comit CDAS a dcid d attribuer un mandat consistant laborer une dfinition de l offre de prestations des maisons d accueil pour femmes, sur la base de laquelle des modles de financement appropris pourront tre dvelopps.</p> <p>94.Dans le cadre de la SPC, les infractions qui se produisent entre membres d une mme famille ou entre partenaires ou ex-partenaires d un couple sont considres comme relevant de la violence domestique. Pour ce type de violence en particulier, la SPC fournit des indications selon diffrents critres: infractions de violence domestique enregistres par la police par infraction et par anne; part de la violence domestique dans la violence enregistre par la police; infractions de violence domestique enregistres par la police avec commission multiple; type de relation entre ls et prvenu; moment de l infraction; lieu de commission de l infraction; infractions de violence domestique et lss; infractions de violence domestique et prvenus. </p> <p>95.En ce qui concerne les infractions de violence domestique enregistres par la police (sans distinction selon le sexe de la victime), aprs une augmentation en 2012 et 2013, une diminution est observe en 2014. En 2014, 15 650 infractions de violence domestique ont t enregistres par la police. Cela reprsente une baisse de 0,8% par rapport la moyenne des annes 2009 2013. noter que la SPC ne considre que les infractions dont la police a connaissance. Selon une tude complmentaire au sondage de victimisation en Suisse de 2011, seuls 22% des cas de violence domestique ont t dnoncs la police.</p> <p>96.De mme, ce qui concerne le nombre de femmes lses, on constate une augmentation en 2013, puis nouveau une diminution en 2014 (2009: 7397; 2010: 6973; 2011: 6567; 2012: 6701; 2013: 7016; 2014: 6708). Les femmes sont environ 3 fois plus souvent victimes de violence domestique que les hommes.</p> <p>97.En 2014, les infractions de violence domestique les plus frquentes taient les voies de fait (4632); les menaces (3896) et l injure (2408). </p> <p>98.La Statistique de l aide aux victimes d infractions (OHS) donne galement des indications sur les consultations de victimes par infractions, toutefois sans distinguer les infractions de violences domestiques des autres infractions. </p> <p>99.Sans disposer d informations particulires sur la victime, la statistique des condamnations pnales (SUS) et la statistique des jugements pnaux des mineurs (JUSUS) fournissent galement des donnes gnrales sur le nombre de condamnations et de personnes juges par anne pour les diffrentes infractions au CP. </p> <p>100.Selon les auteurs de l tude Cots de la violence dans les relations de couple (cf. ci-avant ch. 0), il y a eu 5531 procdures pnales en 2011 dans le domaine de la violence domestique, dont 3882 ont t classes au stade de l instruction. Dans les quelques 30% restants, le ministre public a vraisemblablement rendu une ordonnance pnale conformment l art. 352 CPP ou prsent un acte d accusation en vertu des art. 324 ss CPP. Selon ce rapport, il est un fait que les classements de procdure dans le contexte de la violence domestique sont plus frquents que la moyenne (70 80% de classements). </p> <p>101.En cas de condamnation dans le domaine de la violence domestique, les sanctions sont gnralement des peines pcuniaires, des amendes ou un travail d intrt gnral. Les condamnations pour ce type de violence concernent surtout des infractions comme les lsions corporelles simples, les voies de fait, les menaces et la contrainte, et n aboutissent ds lors que dans une proportion relativement faible des peines privatives de libert. Selon les auteurs de l tude Cots de la violence dans les relations de couple, 318 personnes ont t incarcres pour cause de violence domestique en 2011. La SUS contient des informations gnrales concernant les sanctions selon le type et la dure de la peine, sans distinction selon le type d infraction. Pour un choix d infractions, la dure de la peine est galement publie. Les infractions de violence font partie de ce choix. Une diffrentiation de la violence domestique n est pas possible.</p> <p>102.Les indemnits et prestations titre de rparation morale sont en gnral payes par les instances d indemnisation cantonales ou les centres de consultation LAVI. La statistique de l aide aux victimes d infractions donne des indications sur les indemnisations et les rparations morales des victimes selon le statut de la personne requrante, le sexe, l ge et la nationalit, sans toutefois distinguer les diffrents types d infractions concernant le domaine de la violence domestique. Selon les auteurs de l tude Cots de la violence dans les relations de couple (cf. ci-avant ch.0), les autorits cantonales ont accord aux victimes de la violence dans les relations de couple, en 2010, des indemnits et prestations titre de rparation morale d un montant total de 1,53 million de francs pour 108 cas, ce qui quivaut un montant moyen de 14000 francs par cas. La mdiane de l ensemble des infractions se situe autour des 7000 francs. En 2011, un montant total de 1,55 million de francs a t vers pour 134 cas. Les indemnits ou prestations titre de rparation morale se montaient en moyenne quelque 12000 francs. La mdiane de l ensemble des infractions se situe 4000 francs environ.</p> <p>103.En vertu de la LAVI, les centres LAVI et les maisons d accueil pour femmes fournissent aux victimes d actes de violence des aides immdiates et des prestations de soutien long terme. La statistique de l aide aux victimes renseigne sur les consultations par prestations octroyes, sans distinction toutefois selon le type d infractions concernant le domaine de la violence domestique.</p> <p>104.Depuis 2003, la Confdration s engage contre les mutilations gnitales fminines (MGF) en proposant des mesures de sensibilisation et de prvention dans le cadre du Programme national Migration et sant. L Office fdral de la sant publique (OFSP) et le SEM financent depuis 2010 un service de prvention contre l excision des filles, gr par Caritas Suisse. Ils soutiennent galement diffrentes mesures dveloppes dans les domaines de l information, de la mise en rseau et du transfert de connaissances. Dbut 2012, un groupe de travail national contre les mutilations gnitales fminines (GT MGF) a t institu l initiative des deux offices, dans l objectif de regrouper les mesures mises en place par les diffrents acteurs (services fdraux et organisations non gouvernementales), de les coordonner et de gnrer ainsi des connaissances sur cette thmatique.</p> <p>105.Du fait de l immigration de personnes en provenance de pays o la prvalence des mutilations gnitales fminines est leve, la Suisse est de plus en plus confronte cette problmatique. Le Conseil fdral reconnat la ncessit de poursuivre les efforts dans ce domaine ainsi que sa responsabilit dcoulant des engagements qu il a pris sur le plan national et international; il est dispos poursuivre son engagement contre les mutilations gnitales fminines de manire durable. </p> <p>106.Dans le cadre de la rdaction d un rapport concernant les mesures mises en place ces dernires annes, notamment en rponse la motion Bernasconi 05.3235 Mutilations sexuelles fminines. Mesures de sensibilisation et de prvention, on tudie actuellement l orientation donner aux mesures supplmentaires ainsi que les comptences pour leur mise en Suvre. Ces nouvelles mesures visent soutenir tous les professionnels impliqus lors de leurs contacts avec les jeunes filles et les femmes concernes ou menaces par cette forme de violence. La Confdration pourra, pour la mise en Suvre de ces mesures, s appuyer sur les comptences spcialises des organisations non gouvernementales.</p> <p>107.Pour la priode considre, aucune infraction l art. 124 CP n a t enregistre dans la SPC et aucune condamnation n a t prononce pour ce type d infraction.</p> <h3>Ad chiffre 10</h3> <p>108.Selon les informations disponibles, il n y a pas eu de multiplications de cas de brutalits policires ou d usage excessif de la force l gard des trangers. </p> <p>109.En ce qui concerne les cantons de Genve et de Vaud, mentionns de manire explicite par le Comit, le Gouvernement suisse renvoie au ch.110 du Septime rapport priodique de la Suisse l attention du CAT du 28 mai 2014 (CAT/C/CHE/7). </p> <p>110.Pendant la priode sous revue, la Cour europenne des droits de l homme a rendu deux arrts contre la Suisse concernant l usage de la force par des policiers lors de contrles d identit (affaires Dembele et Perrillat-Bottonnet). </p> <p>111.En ce qui concerne le nombre d incidents racistes en lien avec la police ainsi que les mesures prises pour garantir une action policire non discriminatoire, voir les ch. 0 0 ci-dessus. </p> <p>112.Ni le Gouvernement, ni la CCDJP ne disposent de donnes diffrencies en la matire. On trouve toutefois des informations au sein des cantons (cf., titre d exemple, les informations concernant les cantons de Zurich, de Genve et de Vaud au ch.110 du Septime rapport priodique de la Suisse l attention du CAT [CAT/C/CHE/7]). Il n existe des chiffres que sur les procdures d enqute des tribunaux militaires et les procdures pnales militaires contre des membres du Corps des gardes-frontire. Entre 2008 et le 30 juin 2015, la justice militaire a enregistr onze plaintes dposes par des ressortissants trangers concernant des contrles d identit et de vhicules effectus par des membres du Corps gardes-frontire lors de leur entre en Suisse. </p> <p>113.Au sein de la structure fdrale suisse, ce sont en premier lieu les cantons qui sont chargs de recevoir les plaintes contre la police. Ils sont libres de dfinir les procdures qui leur semblent appropries dans leur domaine de comptence ( la condition que ces procdures soient compatibles avec le droit fdral et le droit international). L instruction des plaintes pnales contre la police est toutefois largement rglemente par le CPP unifi, dict au niveau fdral. Leur traitement par une autorit pnale indpendante est garanti. </p> <p>114.Selon la jurisprudence du TF, toute personne qui prtend de manire dfendable avoir t traite de faon inhumaine ou dgradante par un fonctionnaire de police a droit une enqute officielle effective et approfondie (ATF 131 I 455). </p> <p>115.En vertu de l art. 301 CPP, les dnonciations peuvent se faire auprs d une autorit de poursuite pnale, telle qu un ministre public cantonal. Aucun dnonciateur n est ainsi tenu de passer par la police. Les autorits pnales sont tenues, de par les art.5 et 6 CPP, d engager les procdures pnales sans dlai (maxime de clrit) et d instruire avec un soin gal les circonstances qui peuvent tre la charge ou la dcharge du prvenu (maxime de l instruction). L instruction porte sur le respect des principes de lgalit, de proportionnalit, de ncessit et d adquation de l action policire. Dans les cas o l on souponne que des policiers ont commis des infractions, les ministres publics enqutent exhaustivement et rigoureusement, pour que les auteurs assument leurs responsabilits. Les dcisions du ministre public peuvent faire l objet d un recours devant une autorit judiciaire. </p> <p>116.Les mcanismes de plainte ont fait l objet d une tude que le CSDH de 2014. Ce dernier fait un tour d horizon critique des procdures de plainte existantes et des voies de droit ouvertes contre les violences policires. De nombreux cantons sont d avis qu il n est pas utile d instaurer des mcanismes particuliers. Le ministre public se charge de poursuivre les infractions commises par des policiers. Le volet disciplinaire relatif au comportement de policiers est quant lui trait par l autorit de surveillance dans le cadre d une procdure administrative. Le TF n a jamais prononc un arrt de principe concernant la ncessit d instaurer des mcanismes de recours spcifiques en cas d incidents impliquant la police.</p> <h3>Ad chiffre 11</h3> <p>117.La loi sur l usage de la contrainte et de mesures policires dans les domaines relevant de la comptence de la Confdration (LUsC) et l ordonnance y relative (OLUsC), entres en vigueur le 1erjanvier 2009, prvoient les procdures applicables l organisation du renvoi. De manire gnrale, la procdure de rapatriement est organise de manire promouvoir le dpart autonome. Ce n est qu en ultime recours qu il est fait usage de la contrainte policire. L autorit d excution comptente suit un schma graduel de niveaux d excution des renvois (art. 23 et 28 OLUsC).</p> <p>118.L autorit d excution comptente encouragera la personne rapatrier en premier lieu quitter la Suisse de manire autonome, puis, en cas d chec, un rapatriement par vol de ligne avec escorte policire sera organis. Si la personne rapatrier oppose une rsistance forte, un vol charter sera organis. Environ 5% des personnes loigner font l objet d un rapatriement sous contrainte par vol de ligne ou par vol charter. La majorit (environ 95% des personnes rapatrier) quitte la Suisse de manire autonome. </p> <p>119.Les procdures applicables durant un vol charter sont prvues par un Catalogue de mesures adopt par la CCDJP en 2011. Celui-ci pose des recommandations l attention de l autorit en charge de l excution du renvoi quant au droulement de l opration, notamment en ce qui concerne le nombre de personnes rapatrier autorises bord d un vol charter, la tenue d un briefing et d un debriefing, la rdaction d un rapport d intervention o sont consignes toutes les tapes du vol, l valuation du risque et mesures d entravement y relatives, la formation des agents d escorte, des observateurs de mme que des chefs d quipe. </p> <p>120.En reprenant la directive de l Union europenne sur le retour (2008/115/CE), la Suisse s est engage mettre en place un systme efficace et indpendant de contrle des renvois et faire accompagner tous les vols spciaux par des observateurs indpendants. La CNPT (cf. ch.0) accompagne, depuis juillet2012, les rapatriements sous contrainte de niveau 4 (personnes susceptibles d opposer une forte rsistance physique rapatries par vols spciaux effectus par la voie arienne. Cette tche ncessitant beaucoup de ressources, la CNPT fait appel des experts des domaines de la mdecine, du droit et des migrations, qui interviennent en tant qu observateurs. Chaque vol spcial est accompagn par une quipe mdicale et par un ou deux observateurs, qui rdigent un rapport l attention de la CNPT au terme de leur mission. L quipe mdicale est galement charge d valuer l aptitude au transport avant le vol lorsque des contre-indications mdicales sont annonces par le canton responsable de l excution du renvoi. Les observations recueillies par la CNPT font l objet d changes rguliers avec les autorits comptentes en matire d excution des renvois, savoir le SEM, la Confrence des commandants des polices cantonales de Suisse et l Association des services cantonaux de migration, dans le cadre d un dialogue spcialis institutionnalis. La CNPT adresse une fois par an au DFJP et la CCDJP un rapport gnral avec des recommandations.</p> <p>121.M. Joseph Ndukaku Chiakwa est dcd le 17 mars 2010, peu avant le dpart du vol spcial qui devait le ramener au Nigria. Le parquet de Winterthour/Unterland a class la procdure par dcision du 12 janvier 2012. Il a demand deux expertises mdicales dans le cadre de l instruction, l une de la part de l Institut de mdecine lgale de Zurich, l autre de la part de l Institut de mdecine lgale de l Universit de Giessen en Allemagne. Selon ces expertises, le dcs rsultait d une anomalie physique. Se fondant sur ces expertises et sur d autres investigations, le parquet a conclu qu il n y avait pas d lments permettant de croire un comportement pnalement rprhensible de tiers ayant occasionn la mort de M. Ndukaku Chiakwa, d o sa dcision de classer la procdure. Les proches du dfunt ont fait recours devant le tribunal cantonal zurichois. En dcembre 2013, ce tribunal a dcid de rouvrir ce cas; le parquet est nouveau charg d enquter sur les causes du dcs.</p> <p>122.En raison du dcs de M. Ndukaku Chiakwa, le SEM a dcid, en mai2010, de faire appel, pour chaque vol spcial, une quipe mdicale (mdecin et ambulancier) pour assurer la surveillance et l encadrement mdicaux des personnes renvoyer.</p> <p>123.L intervention du 7juillet 2011 a fait l objet d une enqute administrative. Celle-ci a conclu qu au vu des circonstances du cas d espce, le recours la force tait proportionn au but vis; ainsi aucune mesure n a t prise l encontre des policiers impliqus. Le Ministre public Winterthour/Unterland a en outre ouvert une procdure pnale contre les policiers impliqus. Cette procdure a t close par dcision du 26 mars 2013. Cette dcision n ayant pas t attaque, elle est entre en force. Dans son rapport au DFJP et la CCDJP relatif l accompagnement par la CNPT de rapatriements sous contrainte par voie arienne en2010 et2011, la CNPT a toutefois relev que la formation des forces de police dans le domaine du rapatriement sous contrainte devrait tre complte, notamment par une meilleure connaissance de l approche interculturelle (rapport, 33 ss).</p> <h3>Ad chiffre 12</h3> <p>124.L arrt fdral du 18juin 2010 portant approbation et mise en Suvre de l change de notes entre la Suisse et la UE concernant la reprise de la Directive sur le retour (Directive 2008/115/CE), entre en vigueur le 1erjanvier 2011, a introduit plusieurs modifications de la LEtr, notamment dans le domaine des mesures de contrainte.</p> <p>125.L art.79 LEtr prvoit dsormais que la dtention en phase prparatoire et la dtention en vue du renvoi ou de l expulsion ainsi que la dtention pour insoumission ne peuvent excder 6 mois au total. Avec l accord de l autorit judiciaire cantonale, elles peuvent, toutefois, tre prolonges de 12 mois au plus. </p> <p>126.Pour les mineurs gs de 15 18 ans, la prolongation est limite 6 mois et n est autorise que dans deux cas prvus par ladite disposition lgale. Ni la directive sur le retour ni la LEtr ne prvoient une obligation de sparer les mineurs des adultes dans le cadre de la dtention. Cependant, lorsque l autorit cantonale procde la mise en dtention d un mineur, elle tient dment compte de l intrt suprieur de l enfant et veille ce que les conditions de dtention soient adquates l ge du mineur. De surcrot, un certain nombre de cantons n appliquent pas la dtention des mineurs.</p> <p>127.Pour les statistiques concernant la dtention administrative en application du droit des trangers, cf. l annexe 2.</p> <p>128.Selon l art.81, al. 1, LEtr, l tranger en dtention peut s entretenir et correspondre avec son mandataire, les membres de sa famille et les autorits consulaires. L al. 2 prvoit que la dtention a lieu dans des locaux adquats et l al. 3 que la forme de la dtention doit tenir compte des besoins des personnes protger, des mineurs non accompagns et des familles accompagnes d enfants. Dans la mesure du possible, l autorit cantonale privilgiera un placement des personnes vulnrables en foyer plutt qu en dtention administrative.</p> <p>129.Deux instruments d incitation ont t mis sur pied en 2013 afin d offrir une alternative aux personnes se trouvant en dtention en vue de leur renvoi. Depuis le 1eravril 2013, le SEM peut verser une indemnit de voyage d un montant jusqu 500 francs une personne relevant de la lgislation sur l asile qui se trouve en dtention administrative et se dclare dispose quitter la Suisse de manire autonome (art. 59<span style="font-style:italic;">a</span>, al. 2bis, de l ordonnance 2 sur l asile; OA 2). Cette indemnit est verse condition que le canton charg d excuter le renvoi ou un tiers mandat ait men avec l intress un entretien de dpart au sens de l art. 59<span style="font-style:italic;">a</span>ter OA 2. Le SEM peut galement verser une indemnit de dpart de 2000 francsau plus (art. 59<span style="font-style:italic;">a</span>bis OA 2). Cette indemnit de dpart a pour objectif de dbloquer la situation de cas individuels particulirement difficiles. Elle est verse uniquement aux personnes tenues de quitter la Suisse qui ne pourraient tre rapatries si elles ne participaient pas l obtention des documents de voyage. Les personnes auxquelles les cantons prvoient d accorder des indemnits de dpart doivent tre disposes participer activement l obtention des documents de voyage et embarquer de leur propre gr dans l avion.</p> <p>130.Le 3septembre 2014, le Conseil fdral a, en outre, adopt un projet de loi visant acclrer les procdures d asile, tout en garantissant qu elles se droulent de manire quitable. Les modifications lgislatives proposes prvoient que la majorit des procdures d asile devront aboutir, dans un dlai de 140 jours, une dcision excutoire et l excution d un ventuel renvoi. Afin de garantir que les nouvelles procdures respectent les principes de l tat de droit, les requrants d asile pourront bnficier gratuitement d un conseil concernant la procdure d asile et d une reprsentation juridique gratuite pour la procdure de premire instance et la procdure de recours. Ces mesures permettront de concilier les objectifs de clrit avec les exigences d quit. Les requrants d asile recevront en outre, le plus tt possible, des informations dtailles sur les offres en matire d aide au retour. Ils doivent pouvoir bnficier de conseils en vue du retour et opter pour un dpart volontaire chaque tape de la procdure. Le Parlement a adopt la loi lors du vote final du 25 septembre 2015. Le dlai rfrendaire court jusqu au 14 janvier 2016. Le centre de procdure de Zurich, la Division Phase de test, exprimente les processus acclrs qui s inscrivent dans le cadre de la restructuration du domaine d asile. Une protection juridique tendue fait partie intgrante des nouvelles procdures : les requrants d asile dont la demande est traite dans le cadre de la phase de test ont dsormais droit des conseils et une reprsentation juridiques gratuits. La phase de test a commenc le 6 janvier 2014. Les requrants d asile hbergs dans les centres d enregistrement et de procdure existants sont attribus au hasard au centre pilote, o l objectif est de traiter chaque anne environ 1500 demandes d asile en procdure acclre. La phase de test fait l objet d une valuation externe portant notamment sur la rentabilit et l efficacit des nouvelles procdures ainsi que sur la qualit de la protection juridique accorde aux intresss. Ses rsultats seront publis dans un rapport final qui devrait paratre dbut 2016. Les rsultats intermdiaires montrent d ores et dj que les procdures d asile testes dans ce centre pilote sont traites et boucles de manire plus rapide que dans le systme standard, comme cela avait t prvu dans les objectifs. Cette acclration des procdures n a pas d influence ngative sur la qualit des dcisions : l amlioration de la protection juridique contribue ce que les procdures soient menes de manire correcte. Elle mne galement une meilleure acceptation de la dcision par les requrants d asile, comme en atteste le taux de recours de seulement 15%. Le Conseil fdral a dcid de prolonger l exploitation du centre pilote au-del de la phase d valuation. L ordonnance sur les phases de test a ainsi t proroge jusqu au 28 septembre 2019. Cette mesure permettra de parfaire les procdures acclres en vue de la mise en Suvre de la restructuration.</p> <h3>Ad chiffre 13</h3> <p>131.En Suisse, une interdiction d accs un espace/lieu public ne peut pas tre prononce l encontre d un requrant d asile sur la seule base de son statut. L ordre juridique suisse repose plutt sur le principe selon lequel le statut d tranger, ou le statut de citoyen, ne constitue pas en soi une raison suffisante pour justifier un traitement diffrenci des personnes. Dans leur ensemble, les requrants d asile ne font l objet d aucune interdiction de primtre et aucune commune n a dict de mesures en ce sens. L assignation un lieu de rsidence ou l interdiction de pntrer dans une rgion dtermine doit faire l objet d une dcision formelle, rendue au cas par cas (art. 74 LEtr). Une telle mesure peut tre prononce contre un requrant d asile, par exemple, lorsque l intress trouble ou menace la scurit et l ordre publics (art. 74, al. 1, let. a, LEtr). En vertu de l art. 74, al. 3, LEtr, la dcision est susceptible de recours auprs d une autorit judiciaire.</p> <p>132.L afflux de requrants d asile ces dernires annes a contraint le SEM tablir des centres fdraux temporaires de requrants d asile dans diverses communes afin de les hberger. La Confdration gre ces installations d entente avec les communes concernes. Un tel centre se trouve Bremgarten, dans le canton d Argovie. Le SEM et la ville de Bremgarten ont conclu, la demande expresse de cette dernire, un accord qui rglemente l utilisation commune de certaines installations scolaires et sportives. Il y est prcis que les requrants d asile ne doivent pas accder en semaine certaines installations scolaires et sportives sans l autorisation des autorits. Cette formulation visait rglementer l utilisation des installations scolaires et sportives, c est--dire celles utilises galement par des associations, d autres usagers ou les coles et pour lesquelles la population ne jouit pas non plus d un libre accs. L accs ces installations n est donc pas interdit aux requrants d asile. Cependant, dans le cas d un groupe d une certaine importance, il y a lieu de requrir une autorisation auprs des autorits. Si, Bremgarten, un requrant d asile souhaite utiliser individuellement les installations scolaires ou sportives, il peut le faire sans demander l autorisation pralable des autorits.</p> <p>133.Un accord semblable quant la teneur et l objectif avait t sign avec Ia commune d Alpnach, site ferm entre-temps.</p> <p>134.La compatibilit du droit suisse avec l art.12, par. 1 du Pacte est l objet de discussions controverses. Pour cette raison, le Gouvernement suisse a renonc retirer la rserve de la Suisse l art.12, par.1 (pour les raisons en faveur du maintien des rserves aux art.12, par.1, et 26, cf. ci-aprs ch.0 et 0).</p> <p>135.Le SEM attribue chaque requrant d asile un canton. Ce faisant, il prend en considration les intrts lgitimes du requrant et des cantons. Le requrant ne peut attaquer cette dcision que pour violation du principe de l unit de la famille (art. 27, al. 3, LAsi). En vertu de l art. 85, al. 5, LEtr, l tranger admis titre provisoire peut choisir librement son lieu de rsidence sur le territoire du canton o il sjourne ou du canton auquel il a t attribu. Les autorits cantonales peuvent toutefois assigner un lieu de rsidence ou un logement sur le territoire cantonal l tranger admis titre provisoire qui n a pas t reconnu comme rfugi et qui touche des prestations d aide sociale. Si l tranger admis titre provisoire souhaite changer de canton, il peut soumettre sa demande au SEM, qui rend une dcision aprs avoir entendu les cantons concerns (art. 85, al. 3, LEtr). Conformment l art.22, al.2, de l ordonnance1 sur l asile relative la procdure du 11aot 1999, le SEM ne dcide de changer un requrant d asile de canton que si les deux cantons concerns y consentent, suite une revendication du principe de l unit de la famille ou en cas de menace grave pesant sur l intress ou sur d autres personnes. La dcision du SEM ne peut faire l objet d un recours que si elle viole le principe de l unit de la famille (art.85, al. 4 LEtr). </p> <p>136.Si, toutefois l tranger admis titre provisoire a t reconnu comme rfugi, il peut se prvaloir de l art. 58 LAsi. Par consquent, son statut en Suisse est rgi par la lgislation applicable aux trangers, moins que ne priment des dispositions particulires, notamment celles de la LAsi elle-mme ou celles de la CSR. En vertu notamment de l art. 26 CSR, l tranger admis titre provisoire en Suisse avec qualit de rfugi a le droit d y choisir son lieu de rsidence et d y circuler librement sous les rserves institues par la rglementation applicable aux trangers en gnral dans les mmes circonstances. Il s en suit que les restrictions de l objet d un recours (art. 85, al. 4 LEtr) ne sont pas applicables non plus.</p> <h3>Ad chiffre 14</h3> <p>137.L excution des peines et des mesures est l affaire des cantons, qui se sont organiss au sein de trois concordats rgionaux cette fin. Grce ce modle fdraliste, toutes sortes de spcialits novatrices se sont dveloppes au fil du temps, qui peuvent tre multiplies dans le cadre de comparaisons de bonnes pratiques. Le modle a cependant dbouch aussi sur des diffrences de pratiques entre les cantons, parfois difficilement comprhensibles. Le degr lev de segmentation dans les units cantonales peut aussi avoir pour consquence que les plus petits cantons ont quelque difficult satisfaire le niveau lev de professionnalisation requis. Pour rsoudre ce problme, les cantons ont pris une srie de mesures, avec le soutien de la Confdration. L une d entre elles a consist fonder, l chelle nationale, un centre de formation pour le personnel. Le centre propose une formation de base uniforme et prvoit des cours l intention des cadres. Il offre galement des conseils pour la prvention des maladies infectieuses et pour l assistance sanitaire dans les tablissements et un programme de formation pour les dtenus.</p> <p>138.Les chiffres relatifs aux places de dtention planifies sont les suivants (tat 2013): environ 1300 nouvelles places de dtention sont planifies d ici 2020. Environ la moiti de ces places seront disposition pour la dtention prventive, les courtes peines privatives de libert et la semi-dtention. Un tiers environ des places prvues devraient tre consacres l excution de peines et le reste sera attribu l excution de mesures. cela viennent s ajouter environ 530 nouvelles places pour la dtention administrative de ressortissants trangers en vue de leur renvoi. Il faut nanmoins prciser qu il s agit de prvisions globales et que les projets se trouvent en phases trs diverses de concrtisation.</p> <p>139. l automne 2013, les cantons ont en outre dcid de fonder un centre de comptences pour l excution des peines l chelle de la Suisse, dont le but est d accrotre la professionnalisation; d laborer, la demande des cantons, des standards pour l ensemble du domaine et de veiller leur respect. Le groupe de travail charg de l laboration du concept de ce centre de comptence prsentera le fruit de son travail l automne 2015. Le lancement oprationnel du centre est prvu pour 2017 au plus tt.</p> <p>140. la suite de plusieurs incidents, les cantons se sont entendus l automne 2014 sur des bases communes en matire d excution des peines, qui seront mises en Suvre dans tous les cantons au cours des annes venir. Ces bases rglent les buts stratgiques et l attitude adopter envers les dtenus. L harmonisation des pratiques doit servir assurer et augmenter la qualit dans ce domaine.</p> <p>141.En ce qui concerne le taux d occupation des centres de dtention, en 2013, les tablissements avec un taux suprieur 100% taient au nombre de 26 (sur un total de 110). En 2014, ce nombre avait t rduit 20 (sur un total de 114). </p> <p>142.Pour pouvoir mieux grer l volution dans ce domaine, la CCDJP a donn fin novembre 2014 un mandat en vue d un monitorage annuel des besoins en la matire. La premire dition devrait voir le jour en 2016 et servira de base au pilotage supra-concordataire de la planification des tablissements.</p> <p>143.Indpendamment de cela, divers cantons ont lanc des projets de planification en vue de crer des capacits supplmentaires, parmi lesquels le canton de Genve, o la surpopulation carcrale est la plus marque. Concernant les mesures adoptes par le canton de Genve, nous vous renvoyons aux ch.93 ss du septime rapport de la Suisse au CAT du 28mai 2014 (CAT/C/CHE/7).</p> <p>144.Les statistiques concernant la dtention figurent en annexe 2. En revanche, nous ne disposons pas de statistiques concernant l effectif de dtenus en dtention prventive selon la nationalit ou le groupe ethnique et concernant le taux d occupation de chaque centre de dtention. </p> <p>145.Le SEM a effectu en aot 2011, en collaboration avec la CCDJP, un tat des lieux auprs des cantons concernant la dtention administrative. II ressort de cette analyse que les places existantes ne suffisent pas pour couvrir les nouveaux besoins. </p> <p>146.Dans le but de pallier ce manquement et afin d assurer l excution de la dtention administrative dans des conditions cadre optimales, les cantons se sont engags crer les places de dtention administrative ncessaires la mise en Suvre des mesures de contrainte en matire de droit des trangers. Le Parlement s est dot, en dcembre 2013, des bases lgales ncessaires afin que la Confdration puisse participer financirement (partiellement ou totalement) la construction ou l amnagement de nouveaux tablissements ddis la dtention administrative. </p> <p>147.L objectif est de disposer, moyen terme, de 750 places de dtention supplmentaires. </p> <p>148.Lors de la Confrence nationale sur l asile qui s est tenue en mars 2014, la Confdration et les cantons ont convenu l unanimit, dans une dclaration commune, des lignes directrices de la planification gnrale de la restructuration du domaine de l asile. L emplacement des nouveaux centres de dtention a t discut lors de la Confrence, au cours de laquelle les cantons se sont mis d accord sur une rpartition gographique (6rgions). </p> <h3>Ad chiffre 15</h3> <p>149.En raction aux critiques du CPT, les directeurs cantonaux de la justice ont instaur un groupe de travail interdisciplinaire, charg de rdiger un rapport sur le traitement et l hbergement des dtenus souffrant de troubles psychiques. Ce rapport formulera des recommandations sur l assistance psychiatrique dans les prisons et les tablissements d excution des peines, que les cantons devront mettre en Suvre. </p> <p>150.Dans le domaine des infrastructures, divers projets sont en cours de planification ou de ralisation pour les dtenus souffrant de troubles psychiques.</p> <p>151.La lgislation oblige les cantons prvoir des services d assistance de probation chargs d apporter l aide ncessaire directement ou en collaboration avec d autres spcialistes (art. 93, al. 1, et 376 CP). Dans le domaine des soins mdicaux et psychologiques ambulatoires (art. 63 et 94 CP), ils collaborent, selon la nature du mandat, avec des services forensiques spcifiques, des services ambulatoires publics, des services spcialiss et des mdecins indpendants. La collaboration est gnralement rgle dans une convention passe entre l intress, le thrapeute et l autorit d excution ou l assistance de probation.</p> <p>152.De manire gnrale, il faut signaler que les cantons engagent de plus en plus souvent, dans les prisons, du personnel soignant spcialis en psychiatrie, en sus du personnel d encadrement, et ce malgr les impratifs d conomie et des ressources humaines limites.</p> <p>153.Concernant les malades souffrant de troubles psychiatriques dtenus dans une unit de scurit, un recensement a t effectu en juillet 2015 afin de rpondre une question du CPT. Il a dnombr 16 malades atteints de troubles psychiatriques dtenus dans une unit de scurit. Concernant l accs aux soins, les mesures prises sont dcrites dans le Septime rapport priodique de la Suisse l attention du CAT du 28 mai 2014 (CAT/C/CHE/7), particulirement aux ch. 102 107. </p> <p>154.La statistique de la sant ne contient aucune donne sur les dtenus, respectivement leur sant. On peut faire le mme constat au sujet des institutions mdico-sociales. En ce qui concerne les hpitaux, en revanche, la statistique mdicale des hpitaux (2015) fournit des donnes sur la privation de libert des fins d assistance (PLA) et le placement des fins d assistance (PAFA) (cf. annexe 3). </p> <h3>Ad chiffre 16</h3> <p>155.La Suisse a ratifi, le 17 dcembre 2012, la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des tres humains. Elle est entre en vigueur pour la Suisse le 1eravril 2013. </p> <p>156.La ratification s est faite grce l entre en vigueur, le 1erjanvier 2013, de la Ltm et de son ordonnance. La nouvelle loi vise protger les tmoins qui collaborent avec la justice et sont menacs en raison de cette collaboration, en priorit dans les enqutes concernant le crime organis et le terrorisme, et ce mme aprs la clture de la procdure. La cration d un Service de protection fdral des tmoins permet de remplir les exigences de la Convention europenne contre la traite des tres humains. </p> <p>157.La Suisse a ratifi, le 18 mars 2014, la Convention du Conseil de l Europe sur la protection des enfants contre l exploitation et les abus sexuels (Convention de Lanzarote), entre en vigueur le 1erjuillet 2014. Les articles 195 et 196 CP ont t modifis en consquence et sont en vigueur depuis le 1erjuillet 2014. Ces dispositions prvoient que les clients recourant, contre rmunration, des services sexuels de personnes mineures seront passibles d une peine privative de libert de trois ans au plus. Le fait d encourager la prostitution de mineurs est galement sanctionn.</p> <p>158.L ordonnance sur les mesures de prvention des infractions lies la traite des tres humains est entre en vigueur le 1erjanvier 2014. Cette ordonnance permet la Confdration de mettre en Suvre des mesures de prvention au sens des art. 5 et 6 de la Convention sur la lutte contre la traite des tres humains. Elle permet galement la Confdration d octroyer des aides financires pour des mesures mises en Suvre par des tiers. Ds 2015, 400000 francs sont annuellement mis disposition cette fin. De cette somme, 300000 francs sont destins aux organisations ou leurs activits rgulires. Les 100000 francs restants sont affects des mesures individuelles lies un projet dtermin.</p> <p>159.La Suisse analyse la possibilit de ratifier le protocole relatif la Convention de l OIT no29 sur le travail forc, 1930, qui a t adopt par la Confrence gnrale de l OIT de juin 2014. Le protocole vise renforcer les mesures de prvention, de protection et d indemnisation des victimes afin de parvenir l limination de toute forme de travail forc.</p> <p>160.Diverses normes rglementent le statut juridique des victimes de la traite, statut qui dpend aussi de facteurs tels que les consquences de l infraction ou le lieu de sa commission (en Suisse ou l tranger). Chaque autorit (poursuite pnale, aide aux victimes, sjour, retour, etc.) applique ainsi les dispositions lgales relatives au statut juridique des victimes qui correspondent son domaine de comptences et agit de manire autonome dans ce cadre. Cela signifie par exemple qu il n est pas ncessaire qu un auteur ait t condamn pour qu une victime puisse bnficier d une assistance. Toute dcision prise par une autorit cantonale ou fdrale peut tre conteste et est susceptible de recours auprs des instances comptentes.</p> <p>161.Toute personne ayant subi, du fait d une infraction (comme la traite) commise en Suisse, une atteinte directe son intgrit physique, psychique ou sexuelle a droit une aide au sens de la LAVI. Si l infraction a t commise l tranger, mais que la victime tait domicilie en Suisse au moment des faits et au moment o elle a introduit sa demande, une aide est accorde, mais elle est restreinte: aucune indemnit ni rparation morale n est possible. (cf. art. 1, 3 et 17 LAVI).</p> <p>162.Le Plan d action contient 23 mesures concernant la sensibilisation, les poursuites pnales, la protection des victimes et la prvention dans le domaine de la lutte contre la traite des tres humains. Certaines mesures n tant pas encore acheves, le Plan d action a t prolong l anne 2015 et l organe de pilotage du SCOTT n a pas encore procd son valuation globale. Par ailleurs, la Suisse tant actuellement value par le Conseil de l Europe sur sa mise en Suvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des tres humains, le prochain Plan d action national sera labor sur la base des recommandations qui seront adresses la Suisse fin 2015.</p> <p>163.Une semaine de sensibilisation nationale la traite des tres humains a t mene du 18 au 25 octobre 2013. </p> <p>164.Plaintes, enqutes, poursuites et condamnations (y compris les peines) en matire de traite. Cf. annexe 4.</p> <h3>Ad chiffre 17</h3> <p>165.L art. 98, al. 4, CC a fait l objet d une jurisprudence du TF, qui impose une interprtation conforme au principe de la proportionnalit ainsi qu la garantie du mariage et la libert individuelle de conclure un partenariat enregistr. Concrtement, cela signifie que les autorits suisses doivent permettre la conclusion de l union si celle-ci est sincre, ce qui peut amener les autorits migratoires dlivrer une autorisation de sjour en vue de la conclusion de l union. Cette jurisprudence est mentionne dans les instructions l intention des offices de l tat civil.</p> <h3>Ad chiffre 18 </h3> <p>166.Aprs l limination des doublons potentiels, une tude mandate par le Conseil fdral pour les annes 2009-2010 estime 348 le nombre de cas de personnes mises sous pression pour accepter un mariage dont elles ne veulent pas. Les rponses des professionnels ont aussi permis d estimer 384 le nombre de personnes subissant des pressions pour renoncer une relation amoureuse de leur choix. Enfin, l tude estime 659 le nombre des personnes contraintes de renoncer demander le divorce, c est--dire forces rester maries.</p> <p>167.Le 1er juillet 2013, la Loi fdrale du 15juin 2012 concernant les mesures de lutte contre les mariages forcs est entre en vigueur (voir ch. 0 ci-dessus). Le Conseil fdral a en outre dcid de lancer un programme de lutte contre les mariages forcs qui s tend sur cinq ans (cf. ch. 0 ci-dessus). </p> <h3>Ad chiffre 19 </h3> <p>168.Le paysage religieux de la Suisse est trs vari, de sorte que, dans les faits, chaque confession est minoritaire. En matire de religion, l tat fonde son action sur le principe selon lequel il ne protge pas des religions ou des communauts religieuses en tant que telles, mais des individus qui, du fait de leur appartenance religieuse (relle ou suppose), sont victimes de discrimination ou de racisme.</p> <p>169.La Cst. garantit la libert de conscience et de croyance (art. 15 Cst.). Le CP rprime les atteintes la libert de croyance et des cultes (art. 261 CP) ainsi que la discrimination en raison de l appartenance religieuse (art. 261bis CP).</p> <p>170.La rglementation des rapports entre l glise et l tat est du ressort des cantons (art.72 Cst.). De ce fait, les cantons ont un rle important jouer dans la protection de la tolrance religieuse et dans la sensibilisation de la population cette question. Depuis 2006, des reprsentants de la Confdration ont des changes de vues rguliers avec le Conseil suisse des religions (SCR), au sein duquel sont reprsentes les religions chrtienne, juive et musulmane. Le SCR a t cr comme une plateforme de dialogue pour les trois religions et sert d interlocuteur la Confdration.</p> <p>171.Le Conseil fdral a initi en 2006 un programme de recherche interdisciplinaire intitul Collectivits religieuses, tat et socit (PNR 58) dont l objectif tait d tudier scientifiquement les rapports entre l tat, la socit et les communauts religieuses en Suisse et de fournir des rsultats exploitables pour les autorits, la sphre politique, les coles et les collectivits religieuses. Entre 2007 et 2010, 28 projets ont t mens dans le cadre du PNR 58. Il ressort de la synthse finale qu en Suisse, le domaine religieux est caractris par un clivage croissant: tandis que la religion est un thme trs important pour la politique et les mdias, elle se voit simultanment pousse hors des institutions tatiques et devient toujours moins essentielle pour la plupart des individus. Cependant, la diversit du paysage religieux augmente. Les conclusions du PNR 58 montrent que les autorits devraient faire davantage d effortspour atteindre l galit entre toutes les religions.</p> <p>172. l issue de la votation populaire sur l interdiction de construire des minarets (cf.ch.0), des rencontres places sous la houlette du DFJP ont t organises intervalles rguliers, en 2010 et 2011, entre l administration fdrale et des reprsentants  suisses et trangers  de divers mouvements et pratiques islamiques. Ils ont labor par consensus le rapport Dialogue 2010  change entre les autorits fdrales et les musulmans tablis en Suisse, dont le Conseil fdral a pris connaissance le 16 dcembre 2011. Le rapport propose une synthse des principaux rsultats de ce dialogue, en particulier la reconnaissance des lignes directrices fixes dans la Cst., telles que l galit devant la loi, l tat de droit et la dmocratie. Il prsente par ailleurs les mesures prises par la Confdration en vue d encourager l intgration et l galit des chances des musulmans ainsi que de garantir la coexistence pacifique de toutes les personnes vivant en Suisse. Une runion d changes, laquelle les cantons, les villes et les communes ont particip, a eu lieu en 2012 afin de clore cette dmarche.</p> <p>173.En mai 2013, le Conseil fdral a pris connaissance d un rapport sur la situation des musulmans en Suisse labor par plusieurs organes fdraux en collaboration avec les cantons. Le rapport conclut que la grande majorit des musulmans participe la socit suisse et que leur appartenance religieuse ne les expose pas des problmes particuliers dans leur vie quotidienne en Suisse et ne mne que rarement des conflits. En consquence, le Conseil fdral a renonc introduire des mesures spcifiques en vue de rduire les divergences de nature religieuse entre les personnes de confessions diffrentes: il a estim que les offres d intgration existantes permettent de rpondre de manire adquate aux ventuels problmes.</p> <p>174.La plupart des cantons et des villes entretiennent des changes actifs avec les communauts religieuses prsentes sur leur territoire. Chaque anne, la premire semaine de novembre, la communaut de travail interreligieuse IRAS COTIS organise une Semaine des religions dans l ensemble de la Suisse. </p> <p>175.La Maison des religions a ouvert ses portes Berne en dcembre 2014. Huit confessions y pratiquent leur religion et organisent des changes interreligieux. L association Maison des religions  dialogue des cultures promeut le dialogue avec des organisations du monde de la culture et de la formation ainsi qu avec la population.</p> <p>176.La Constitution du canton du Tessininterdit de se dissimuler le visage, par exemple au moyen d une burqa, sur les voies publiques et dans les lieux ouverts au public. Le peuple tessinois a adopt cette disposition le 22 septembre 2013. Le Conseil fdral et le Parlement ont dcid qu il fallait accorder la garantie cette disposition de la Constitution tessinoise, eu gard notamment un arrt rendu par la Cour europenne des droits de l homme le 1erjuillet 2014, selon lequel une norme analogue du droit franais a t juge conforme la Convention europenne des droits de l homme.</p> <p>177.Le 29 novembre 2009, la majorit des citoyens suisses et des cantons ont accept l initiative populaire contre la construction de minarets, contrairement aux recommandations du Conseil fdral. En lanant cette initiative, les initiants ont fait valoir l argument selon lequel les minarets seraient un symbole d un islam politis qui ne saurait tre tolr. Suite l acceptation de l initiative, un nouvel alina 3 a t introduit l art. 72 Cst., qui interdit la construction de nouveaux minarets en Suisse. En vertu de l art. 139, al.3, Cst., l Assemble fdrale doit dclarer totalement ou partiellement nulle toute initiative populaire qui ne respecte pas les rgles impratives du droit international. L examen montrait que tel n tait pas le cas. Dans son message du 27 aot 2008 concernant l initiative, le Conseil fdral a nanmoins considr que celle-ci portait sans conteste atteinte plusieurs droits de l homme garantis par le droit international, notamment l interdiction de discrimination et la libert de religion et d opinion consacres par les art.2 et 18 du Pacte, ainsi que, ventuellement, la protection des minorits garantie par l art. 27 du Pacte. Comme le texte de l initiative est formul de manire n autoriser aucune exception, il n est gure envisageable d en donner une interprtation conforme au droit international. Par contre, le Conseil fdral ne constate pas une violation de l art. 20, par.2, du Pacte dans son message. L interdiction de construire des minarets ne limite pas la libert des musulmans de pratiquer leur religion en Suisse. On ne saurait y voir un appel la haine religieuse. L art.261bis CP interdit du reste l incitation publique la haine ou la discrimination envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur appartenance religieuse.</p> <h3>Ad chiffre 20</h3> <p>178.Dans le cadre de son travail de monitorage, la CFR rpertorie depuis 1995 les dcisions et jugements relatifs l art. 261bis CP.</p> <p>179.Pour ce qui est des idologies sous-tendant les actes de discrimination raciale enregistrs, la CFR a dnombr, depuis 2010, 19 dcisions portant sur des actes d antismitisme (13 condamnations) et 7 dcisions portant sur des actes d islamophobie (6condamnations) (cf. annexe 5). </p> <p>180.Il en ressort une nette diminution des dcisions portant sur des actes antismites et islamophobes en 2014, par rapport 2010.</p> <p>181.Il en ressort galement que, dans la grande majorit des cas (19 sur 26), les plaintes ont t examines au plan du droit matriel et un jugement a t rendu. Dans 19 cas (sur 26), l auteur de ces actes a t dclar coupable.</p> <p>182.Le Gouvernement signale en outre que la Grande Chambre de la Cour europenne des droits de l homme a trait une affaire concernant un ressortissant turc condamn en 2007 une peine pcuniaire et une amende, en vertu de l art. 261bis CP, pour avoir ni le gnocide des Armniens (affaire <span style="font-style:italic;">Perinek</span> c. <span style="font-style:italic;">Suisse</span>, requte no27510/08). Dans son arrt du 15 octobre 2015, la Grande Chambre a constat l existence d une violation de la libert d expression du requrant.</p> <h3>Ad chiffre 21</h3> <p>183.Une analyse des mesures prises pour interdire les chtiments corporels des mineurs figure dans le septime rapport priodique de la Suisse l attention du CAT (CAT/C/CHE/7), auquel il est renvoy (cf. ch.124-128).</p> <p>184.Le Conseil fdral a examin trois reprises, en 2012, en 2013 et en 2015, s il fallait adopter des dispositions spcifiques pour interdire les chtiments corporels sur les enfants (cf. postulat 07.3725 FehrViolence au sein de la famille. Protection des enfants et des jeunes; motion 13.3156 Feri Pour une ducation non violente; motion Gallad 15.3639 Suppression du chtiment corporel). Il a jug que les lois existantes taient suffisantes.</p> <p>185.Depuis le 1erjuillet 2014, le CC consacre le principe selon lequel l autorit parentale sert avant tout le bien de l enfant (art. 296, al. 1, CC). Lorsque les parents se montrent directement ou indirectement violents vis--vis de leurs enfants et que d autres mesures de protection de l enfant sont demeures sans rsultat ou paraissent d emble insuffisantes, l autorit de protection de l enfant prononce le retrait de l autorit parentale (art. 311, al. 1, ch. 1, CC).</p> <p>186.L OFAS fournit des informations dans le domaine de la protection de l enfance et prend des mesures en vue d amliorer la collaboration entre les diffrents acteurs. S appuyant sur l ordonnance sur des mesures de protection des enfants et des jeunes et sur le renforcement des droits de l enfant, l OFAS subventionne des organisations qui s engagent l chelle nationale pour la prvention de la maltraitance infantile et de la ngligence. Il dispose d un crdit Protection de l enfant d environ 900000 francs par an et d un crdit droit de l enfant d environ 200000 francs par an. Sur la base de ces crdits, il peut soutenir entre autres le service Conseils + aide 147 de Pro Juventute et des mesures de sensibilisation en faveur de la mise en Suvre de la Convention de l ONU relative aux droits de l enfant. Par ailleurs, grce au crdit Organisations familiales fatires (environ 1,2 million de francs par an), l OFAS peut soutenir des organisations assumant des tches de coordination l chelle du pays ou faisant office de plateformes d change d informations dans le domaine de la famille. En vertu de la Loi fdrale sur l encouragement des activits extrascolaires des enfants et des jeunes (LEEJ), la Confdration peut galement allouer des aides financires. Pendant huit ans compter de l entre en vigueur de la LEEJ le 1erjanvier 2013, elle peut notamment allouer des aides financires aux cantons pour le dveloppement de leur politique de l enfance et de la jeunesse. Enfin, la Confdration a elle-mme mis sur pied des programmes nationaux de prvention comme par exemple le programme Jeunes et mdias ou Jeunes et violence.</p> <p>187.La prvention de la violence contre les enfants et les adolescents relve toutefois pour l essentiel des cantons. Les cantons offrent aux enfants, aux jeunes et aux parents, diverses structures d aide de soutien et de conseil dans la vie quotidienne et lors de difficults. L  organisation fatire pour la Formation des parents, qui est subventionne par la Confdration, a ralis diverses campagnes visant soutenir et encourager les parents de jeunes enfants dans la construction d une relation solide ds le dpart. Des associations de protection de l enfance collaborent avec les coles pour voquer le problme de la maltraitance et les moyens d y faire face. Sur mandat de la CCDJP, la Prvention suisse de la criminalit (PSC) met sur pied des campagnes de prvention. </p> <h3>Ad chiffre 22</h3> <p>188.Les interventions chirurgicales ont t dnonces au niveau politique par le Parlement et le Conseil fdral ainsi que par la Commission nationale d thique dans le domaine de la mdecine humaine dans sa Prise de position no 20/2012 Attitude adopter face aux variations du dveloppement sexuel, Question thiques sur l intersexualit. Le Conseil fdral se prononcera sur le rapport de la Commission. La situation actuelle a fait l objet d une Communication officielle de l Office fdral de l tat civil (OFEC), le 1erfvrier 2014. En Suisse, des mesures mdicales sont octroyes pour un trois enfants par anne de naissance.</p> <h3>Ad chiffre 23</h3> <p>189.Suite plusieurs interventions parlementaires, le Conseil fdral a cr fin 2014 un groupe de travail charg d laborer des mesures afin de mieux concrtiser les recommandations de la Convention-cadre du Conseil de l Europe pour la protection des minorits nationales concernant les Yniches, les Sints et les Roms. Il s agit avant tout de parer au manque d aires de sjour et d aires de transit, mais aussi de sensibiliser la population et d aborder des sujets tels que la scolarisation et la formation ou encore la promotion culturelle. Ce groupe de travail opre sous la direction de l Office fdral de la culture (OFC), qui compte laborer un plan d action d ici la fin2015. Il est compos de manire paritaire entre les reprsentants des autorits et ceux des diffrentes organisations de Yniches, Sints et Roms.</p> <p>190.Pour assurer aux gens du voyage des possibilits de participation, il est essentiel de renforcer leurs organisations, surtout au niveau national. Grce la fondation Assurer l avenir des gens du voyage suisses et la Radgenossenschaft der Landstrasse ainsi qu d autres organisations de Yniches, Sints et Roms, les gens du voyage sont associs d emble, dans la plus grande transparence possible, l laboration des mesures qui les concernent. En 2015 galement, la Confdration soutient l organisation Radgenossenschaft der Landstrasse et la fondation Assurer l avenir des gens du voyage suisses concurrence de respectivement 235000 et 150000 francs. Le Parlement a dcid, dans le cadre du Message concernant l encouragement de la culture 2016-2020, d augmenter ds 2016 les moyens que la Confdration engage dans le soutien des gens du voyage de 300000 francs par an. Aux niveaux intercantonal, cantonal et communal, les gens du voyage concerns sont galement de plus en plus impliqus directement et participent la recherche de solutions. </p> <p>191.Du ct des gens du voyage, on observe un intrt politique accru. De nouvelles organisations ont t cres. Le dsir de participation et de reconnaissance en tant que groupe ethnique propre (Yniches, Sints, Roms) se manifeste de plus en plus. Le groupe de travail de la Confdration permet de discuter ouvertement de ces questions et de chercher des solutions.</p> <p>192.L anne passe, les mdias ont consacr de nombreux articles la minorit yniche, favorisant l mergence d une sensibilit leur gard. Les autorits cantonales, surtout, ont pris conscience que la responsabilit envers la minorit des gens du voyage doit tre assume. Plusieurs cantons ont cr des services ou des groupes de travail. plusieurs endroits, des aires de transit provisoires ont t mises disposition. Des solutions dfinitives sont en prparation. </p> <h3>Ad chiffre 24</h3> <p>193.L entre en vigueur de la LLC et de l OLang en 2010 a dtermin un grand nombre d initiatives et de mesures. Un poste de dlgu fdral au plurilinguisme a t crau sein de l administration fdrale; les effectifs de traducteurs vers l italien et vers l allemand ainsi que les exigences linguistiques des collaborateurs et des cadres dans l administration fdrale ont t renforces. </p> <p>194.Certaines dispositions de l OLang ayant t juges insuffisantes par le Parlement fdral, l OLang a t modifie et les instructions du Conseil fdral concernant le plurilinguisme entirement revues (entre en vigueur: 1eroctobre 2014). </p> <p>195.Le dlgu fdral au plurilinguisme labore tous les quatre ans l intention du Conseil fdral un rapport d valuation. Le rapport portant sur la priode 2008-2014 a t adopt par le Conseil fdral le 13 mars 2015. En ce qui concerne les mesures prises pendant la priode sous revue, nous renvoyons au rapport d valuation, ch.2, p. 5 ss. </p> <p>196.Le message du 28 novembre 2014 concernant l encouragement de la culture pour la priode 2016 2020 prsente galement un certain nombre de mesures. Trois axes d intervention ont t retenus : 1) Encouragement des changes linguistiques nationaux; 2)Promotion de la langue italienne en dehors de son aire gographique traditionnelle; 3)soutien des changes culturels entre les rgions linguistiques (pour plus de dtails, cf.rapport d valuation, pt.2.5, p. 9s.).</p> <h3>Ad chiffre 25</h3> <p>197.Lorsque la Suisse conclut un trait international, elle procde gnralement aux adaptations lgislatives ncessaires au moment de la ratification. De mme, pour que la Suisse puisse retirer les rserves restantes, elle doit tre en mesure de procder aux modifications ncessaires de sa lgislation. </p> <p>198.La rserve faite l art.12, par.1, n a pas pu tre retire dans la priode du rapport puisque l art.37, al.1, LEtr, entr en vigueur le 1erjanvier 2008, pourrait soulever un problme de compatibilit du droit suisse avec le Pacte.</p> <p>199.En ce qui concerne la rserve mise art.20, par.1, il sied de relever que certaines formes de propagande en faveur de la guerre tombent sous le coup des dispositions des titres 13 et 16 du CP et que les art. 184 et 185 de la Cst. permettent au Conseil fdral d interdire la propagande en faveur de la guerre. Toutefois, il n existe pas de loi interdisant expressment la propagande en faveur de la guerre. Ainsi, ladite rserve ne pourra pas tre retire dans un proche avenir.</p> <p>200.Quant la rserve l art.25, let.b, dans deux cantons l assemble des citoyens est l organe lectoral suprme ou l autorit lgislative et l organe lectoral suprme. Ainsi, le retrait de la rserve ne correspondrait pas la situation juridique interne.</p> <p>201.Enfin, la Suisse s est abstenue de lever, au cours de la priode sous revue, la rserve mise l art.26. Par contre, elle a ratifi la CDPH dont l art. 5, al. 1. Dans la mesure o l interdiction de discrimination autonome de la CDPH se rfre l ensemble du systme juridique et peut tre applique directement, sa dfinition claire, fonde sur un groupe de personnes spcifique, renforce les droits des personnes handicapes en Suisse. </p> <h3>Ad chiffre 26</h3> <p>202.L tablissement de mcanismes de contrle efficaces constitue un outil indispensable de l encouragement et de la mise en Suvre des droits de l homme. Le Pacte reconnat, sur le plan universel, des garanties identiques ou au moins comparables celles prvues dans la CEDH. Cette dernire prvoit un mcanisme de contrle bien tabli, qui a fait ses preuves. La Suisse est soumise ce mcanisme depuis 41 ans. Ds lors, sous l angle de la protection juridique, par une instance internationale, des droits fondamentaux tels que garantis par le Pacte, l acceptation d un mcanisme de contrle parallle ne parat ni urgent, ni indispensable. L adhsion au premier Protocole facultatif du Pacte n est donc pas l ordre du jour. Nanmoins, la Suisse suit attentivement la pratique des diffrents comits onusiens et elle a reconnu la comptence de traiter des communications individuelles des Comits contre la torture, pour l limination de la discrimination raciale et sur l limination de toutes les formes de discrimination l gard des femmes; cela s ajoute le Protocole facultatif la Convention relative aux droits de l enfant tablissant une procdure de prsentation de communications (OP-CRC-IC) dont la ratification par la Suisse a fait l objet d une consultation auprs des cantons, des parties politiques et des organisations intresses, qui s est acheve en juillet 2015 (cf. ch.0). </p> </div> </body> </html>