<?xml version="1.0" encoding="utf-16"?> <html> <head> <link rel="stylesheet" type="text/css" href="data:text/css;base64,77u/Ym9keSB7IA0KCWZvbnQtZmFtaWx5OnNlcmlmOyANCgltYXJnaW46MCBhdXRvOyANCgl3aWR0aDo5NjBweDsgDQp9DQp0YWJsZSB7IA0KCXdpZHRoOjEwMCU7IA0KCWJvcmRlci1ib3R0b206MnB4IHNvbGlkICMwMDA7IA0KfQ0KdGFibGUgdHI6Zmlyc3QtY2hpbGQgdGQgeyANCglib3JkZXItYm90dG9tOjFweCBzb2xpZCAjMDAwOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHsgDQoJd2lkdGg6ODAwcHg7IA0KCW1hcmdpbjoyMHB4IGF1dG8gMCBhdXRvOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHRhYmxlLCBkaXYuY29udGVudCB0YWJsZSB0ZCB7DQoJYm9yZGVyOm5vbmU7DQp9" /> </head> <body> <table> <tr> <td> <img src="data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAFAAAABECAYAAAAWVrIgAAAAAXNSR0IArs4c6QAAAARnQU1BAACxjwv8YQUAAAAJcEhZcwAADsMAAA7DAcdvqGQAAAAHdElNRQfYCwYIDwTu5NNBAAAAGXRFWHRTb2Z0d2FyZQBQYWludC5ORVQgdjMuNS44NzuAXQAAFmFJREFUeF7l2gvYZlVVB/DpZlkhHyF5IWTUborCKKghioOaF0hQENIQGEExTYOwLCnlIzLxBqOWJiCMaCBeYkTBCyajCZkmjFl2MWFSszSNz/BWVvb/ve3Fs+dw3ssgND21nuf/vOfss8/ea6+91n+tfb5v1artL7tFhScELwneEfx58E/B14N/D74RfDH4i+Cy4KXBkcHq4Du2v/rbR4OfzLSnBR8Prg/eGZwa/Gxwv4BRl4KTgpODHwn2Dh4fPD+4pBn1L/P7wmDP7bOMW3bWnecM9515/phgU/CF4HeDA4LvmfHeM/LsxCnPvyvtDwxeFvx98MfBEcF3z9Hjznn+8AX63bLWmTKaxf9c8ObgJ2bM+NA8+0jwiWBd8P0LavcL6feLC/S9TfocHvxJINQPnfPOU/L8umA5+OEFxr/Fu/Cmo5oS/5Lf+06ZYZe0Xxh8Jjgm4DXbIs9c0IA1Jk48OLBR7wnuPmMy3v2tgP7PuRm6bcs6tuq7Y+5wkMkBb42JMBFarwq8s4jwzOI63rcxeFvwy8Grgz8IhOA84ZG4UzI6LhhLNtre2q3jLbn23q0mQpQhhEkZz6KGQrFnB58PcN4s0Zf3/lbw4UBC+WjwpuAVAS+6KrgguKg90wcdvCBg7FmZWHIR0ucG3zeiyO3TJjpqPa/N9X2CE4PbztF94cd3aMrvn9/f6yYTJj8wGMVi1gey44/NmOF78wwPbQ7+OmDA/UaUHgthhpA8vPNXbYyn5teYY3K7NG4Mrgh2Gumwb9qUTGVE/Pnk4M+Cu85Yw0KPlA9/G9htSv9Hm+hf82v3e2G83wk+FuC+MdFH0rk2eHuwNpjlQfM4UOaXzen16eBJAX4eCu49O/jT4IcGD9GGOrTWZkMlxysDieaOU9Yyt9nAwkkhywvfGNglE+GV+7eJaqBTcqEI5plD4+pzl0BIogCbsYjMMyAdvtr0Kg+6PPe7Dwa3Fu0fCFDCD3bPH5lrRpVUyoiHtDUa89LgZhXsClYDvC9ArrLVNwPhshT8fqeE+guXKIDvFTBin5kflXsJZZFsR1lhp9h2OnHycK1tbCGPTntvRHr+Q6CdoBnGUw7xTnpLRuWpjP3u1s/anH5wsA0vgzLywkJJk/5jwIDLgYIXeR8YqJsUrbIc+dHAUav3qt6IT8sz4YVrpgkPsQmvC1CGufDolgbX2j7V+ujb15J0LA/8z1xf3OZkNMY7oZtYcuj19+i9gSR2t4D3cQZhLJyNK0PfOxijh27o/758WOA4VQod1BS4Z34lEsb4UsDtDfjBoIzZD2ZCijAIxcbEZrwokLEd544Pfjyo0wQDCGOizTN99PXOiwNjMOZPBecF9OZF64N/CxT5Q+FdHKQ29UG55m1fDo4NOIC5zmrjfSG/eJ2HzhSZ86TAYZ0idpOCOwTOqkJY29FtFN6lpBg7jqkPkfAwnL3K8IxjEcqV1VO06g047OKdl7cxeJhEsVe7r83/ZO7Vgjx2KJIZ3Sp7O1PXe0LYmp/YteFNdDYzMytacQeFDKaGEs6ItAZf3zTZMb+4Ziw0LcQzXqgWo6j6ithJyWRTMOv4p+8sA7bhJp5iLGMae48AD5a+N+R6pelS7/hFVZcFv9YabaoNqfeEtLGLBznS+Q39ODdeW7TOMptC2EDCi1Fr0NfkunjgebnGDUPBMbKx0qCEIRnxcQFeURbNO9ZJGhKZeVzPEkkKtfxNcEXA8L7cqBMrktR1w2JacuKhVXYx6i8FQt97NgVfukZZDFxVyU30Wd86SgZPD4TqOa2NYX8jqJoI5+CgNSOr+s20KXmGwrMpcvrIM00Mqs+GAG9KGIwC7sEziWzM+ChDyNJL/Ups5iWBLM0YyyNzO338dtduMyRN49BX2eVXqJc9lHE3EbunoyzEez4XSBYI1KBCsc69KnWZayjI2cR3HjywEEUsvuOJawbPD869b4O8/bDAbpM+hLV5po++9CxBM/TB30olvFzeZuH67hrQTanVCxrhhVUbOm09JLCWq4OVwMGB2AQ2Ui1sJV7mcR46xMvE7u0+N2e8zwb1deP9ue5DtAZzNuaBQ1mfhgsCIYIqGNEvT6bMB9r98L1pHEgf73hX+DHes9rLKEbmPXNED8e/V42043hHS/LYAG+q/VCHteJUggbYiDNsJWq54jmFKxe2K4z34OCfA6cSBrCTK0FfhxnMQrzjeNULTlXO7NQ1lhE/lDbZb9pH0FlJRFLyvsXyuhLzbwhEzz4DXXw8oKPfXni2DSE8VvTxunXBUmDthBOxk9+t5B7tgYd2T0j9TMCVKaj959sb6qSNwwFyf2Jw7kg77/BOL7xEu8U8KZA5x+SENIoIwvt3b9c+lUlIPNnC/S2lkpsuOBwPK6KHcl4ajNsLirk+4BzEhlgz7pdUHE2XWh/taG0rwQPlgRTiTYrJldaO0Kteen2uq7jtB5GtHjoYlwcg/2Gd6PseirCTilc7LjvjVnKbQDJ7Q7AhUOgic8lhKUAHEsY1wdmBRKFiKO4VQX8XWOjwXI6ermrz9D8X52Zda8CffQY/KveipMqja3N9YwT6UMDtq94R3wZQAzKqhcqOJRY6DA0Gp6yF94ITq86qdotE5uXZtXF+LRqXCXkGc24tvRTdeE1JVIvzzteDX2+62qwKT9Hj69CQ8+g4Fsbm3dApr74VxuZgOJtns91fEXA61Deptrm/2s3DTUHVge7VfriPcPWvBbJeL4fmRnbsxY7xrNVdo/eM/6uBo1dvvLpWcghRvCRRlQHH+lZb38fR0qbdN0BDPmIMyx4eiwJ64RQooUQCMU7NIQExvHtHSAacUIEQ4HFCwEOuzMtc+1U+rGmj3jO/3HcoBlcn9sJTvF9CIRzJo2VRYTbNKHZe4lL9y7TmnGXA/hlj8hg0sTnAbeioF8X5aYM2lYjNq/LHUY+3Oq0Yn9dXqce71waTL1K+dDiy7BVYnBf8qsYfEAjf4rafzvUfDSZ2K/HwmF7W5eabgbAjkgFOc0TiEbVhY4bZnOeHdIOpBBY1YPWTRCQAnH3MQDenFOfdoWxJg8qDPCPQzybyYvagF3vR39hoZtVXAhlWmErXxS9Vnf9h2ngMOSKoUMVldoIgZcYuMYF+FmNXDwoeERwXbAoOD6qmqgXjL7wrsezXjeWSbjyiOGkRY9qAHQLeNqxN0cdYIrky7ZIMEf5CWgI0ljnx7XPb83fnVyKbfPpRLBLZVUdkju+ODHjRUnt+dH4vChCqJCBUfiX4YsCLSxhruEil0qlBhTpFi5T1VfPhPJ4xNKBxhWEV+/MMuCV9q6w5PtdOF73gr57v6hlutLnElynzoALCYO613ylgF9XJxBAUoyB3ZVCTLgW+qHDfSiLSOaNJDrWIWpRxZGI8gXf6RdapBq/JpvoAbxManiuDTg9ODIaZW7az4HmGq+fG5B3mMJ+N4uHVdl2bt/TQDtbASQjPWwmsd/dgbVD8X1n/Gh2LGM9pLzrvyZa+mFDoitbuB8+9PZA0xhZjV9BA1Ut9H2H8/KAK4xqWZwodWVHZYROKMrqpJ3UoLjP2IplZNKESRfWwlMFz6GIovJ+TlIhMa8CnxrLB9FBmaeexE4O4UZ5wTYlix6DC6yXdgGtzzVNeGQjdRUPK+HjH7p5xE7VXrTolbRaJd8bCt15REUhEQw8f20yex4jLgfF7UaSPJUMnGomjRB4wtnWqKlYHTk41HyebDF4NrmvXqs2iSoSSsKvCWn+KLhJavuTY+Q8NFuP2Lm2cOkkMu6AWtSEPXGTTeKgSSi3IeySgXtS+F4zoIbH0pylz1to4DXFSq7aJHdZ2DWIc3xVh4hKZrAQvyKqrWwNj25H+ZDDNmI9t7ygDcMpQ7LYiuJ+v+sjexhUti4TvK9KviuctuUb8vagB0clQhGafDEWi9Zrbhtyxm38l15PjnMKxKmwd1wS+ZLjeFOwWKChLNudiGGbLrf8sT1TLEacQXNLL3XPjJMQrJIsDAyeZPVqn5+R3kbA1v/Kozt7elyn7Dw2G5CDm6IWx0Fit1aFBxFU55tmxQa3xrFyLjEknn5Tqwcm5rl2m+JrBZI52UjtPLcWcMiSQWQZ8atN2Kb88XdiSMt7+7V6yEeYqgPc1KJMqU87zwJ7vJLuew03BazgIg/XCKRi/RO2I98po38j1eYE1qlQkP5QyObwbDLd5+NaglFTaSCp9FsNl7woYD8eUvLcNPM2Il3V9hb0CXT3G88p4XZdJQjszkJkZ0/hOB7M26eo89zGEMJQSrA9J7Qe3sfq5XEuKvKrEKcNm7hLU0bKK/+XW6XK/yg7hgjB5kVj/fHBdwEgM3O/MzrmXoXkdNy8pnpq2QF7eiyOWU9BDBu11u5QLm6nAlsh4vSxZ46spPx0o+rXx0iuCyaIiask3j4ytja5DUb4p5IkwZrQqopUzNkeb8dlLsuF0E46ojs/ONe9TG25ogznMM2x9D9T8zmDivp0gf4uSeMaMyONKKmx5siw5ljjUY+cHDI+zhtkXp24emc+xVGTgrKH3oQ3OMZxvp7SpLzkHEZ7WMPlYEHGS8dxm8UjvsxG9Jv8nIr73DfDahvbycnu5TgBKkBJhLJ0PRSaVKYXl0Ig2hsf2nCdTmkdmfkybvx9TxV/nX7xj8WXIlVzLpuZUSnEEBl8KeMzLR/RTigwjQTf8fGnX/1FNf+sgeJSN1LJ0FhnWJ+xvJEnKsbysLP4pz+sorvMjuwm4OPfde6CkQhdfaT8y+Eh7t4ypeB3jvPuknTdubkqtye+LAsmEJ704wMNCVAISAeY4PpCdNwTKjfVBVRS4jig9JAQOwNDlZe3xxGk+HBxWDfl9ckBn0cRgyiJUpu+ru2e7e0cCWWmNjCIrg4P/XVu7wQzaiwxtJ4ai+pc98Sd3x6m9NypV6mw9fJeHqs+EO07jtTzQ7vuVYW0yysF/0/gWt05qtMgj2lh0YoSh4OAtAV4jnINn1dh3yDVnYEheXe0V3pOXpPt6IM7v1lBc4BlSxim1eDwgy/WfsYxlok0BPiV2SRK6IUAXdtXkPmAOxdgyv3f72tT8IoG3Mey80whPr3qO93lfWNNtKDarzufoZZ9AnVr28OWJXr3xeDvnulF8PKiPCl7EJ45Vu3YDnZlrntnvIu4QZkPFdksbb5aphnWeMc8OnF4OGKxG+zzjTPO6YTtDK3Qd43ygqLqzn1KZYq23DRTfqIEn0qM2DaUNyyf3N5E1aakPCF7GCwxbbRe2N3zFqPpPmDo/njgyntruc4H+Y3WepOETk6Qjo9owfLeogeb1E/JKIDoI06FYm+L80PZgOb8MSC5peogca/UhteZ7ba5HKYjLPyyos58XzgjqKCMECEMauEIEOQu3PQca8jz8ZwH3HzyrW7ur7GBkmXjIl/OMNOt5hZwQHhOJ4eL2YK/8KtUkK6LmM7bs21cUb8o9bt0qfGtwhuDmDwxkq3Jhg7rGjcQXZffFcdokGCEpCxMcamI7f2AgMx9eE4382lHcI0k4cZgfVwpn4E1fCj7T5l7EsOq2YwOb7TTVy+Nyg78lCOKUZMynBEIY1/I6Rbd2OjC4Z7x6p8F4k1s8JvZ1Qvy++3n5uoBnWNCOAUNoxzHuSxy5ELJMOixV7DCOVYqMJY8xffQ7uUG4kccHyq15BlxJH3MSa2HEh7d77SKmwvreuZbtjanNlxvX1ixxORzIwsRG8MKp4kuJYhShCtHlwO5zb4Piqj3atfvKXgb0ThXlSoehMLYNsiFPDPDnPLHb0Au9qpCdZsg6WdV7IosRjwuUP35LzmzrYUQ1Iy8srzMPbiY4WyWx3yyl7bowUTNV1lLkfrQN+tL84i0DmUTB3YtnksI7gvKa4XwPSsMHAwsSYtP6eW/MgCLFJkwz3uvzrGq6fm7eIxR74xoLRxuLYVGJRIJCeLt7NnlZwBvVsHPFwd1uyL6K5Urxiku8sRTgqdolfFfcZ3CnlzcEsrhyZkwoJmFdHAgnivlCszroS6KhAT1D4HRZCfqSBwejl7EMyWsY6oSmjD64XsjWRpyXa1+HhKjyR0StC6pg35Lr24+uZqTxBd3APNLEsg9+4EFP654Le7WWHSsRns8LGFwSmSWUFVIXBRIVg/okxYuvCWRE19o82xK8MeC9NkgZIon1HztqPoayCfj6sNbIIV4XMOArgzLg2lzjS4bDeaqCesaZROLCwgDndAMYSCbl/gwp7Mr1P9YmVYooGXoPQNx20Fg7LzC7d3nz3sGjAzUXuFaPeTZag42MzVOFI/3wNvG+U4qsi0trDZe3cQ/Jb1+2WLckMpP3pq2LEdVBw5MBL+FtdrTKDHWexGDCcwO7WCLlvybAKzwZTy4qYxw4713JykYqexxRaz4JgjHpLHR5Ln2vb/eXtvueW2XiMv68eac+f0JTZkjaDFXFqpBC3LV7b8n1MKR4FY9ACcJe6M6TbTGgcD4tcGxTvzm3l8ikn2gGujK/vFiZpjTz1cc7/fokDF9dbjdPwUWeC9ldA9mtypmaDC8JB0mHFx7cKWJHvTsU/XxMsPOSiORRBe2w7zwD0gt/2piVQLir63rxMUCCqaS3NtdHBDxRtdEf06xPKYYubMjCSWNknTc2yXySBt7DK77KKJgRK6VMasd43w6BZFAG1m9a4Uw5HyNswEp7H7nL/LLp/gEKeWGAwNcGouG5gSwvvGzCJYEkshQMhRE+2enDq5Rn5XE+k20ORJP6j7EJ7jbPLSayE9c/OpDFCMM67/I6kzHcWQGuuSooI/pa4/1Zgqf2DXzlcKJRSyqDZEIG8KvmZCxHqqcH9wvGMm/N4/l1nR68Hh8vt3lQSq3FOzbaWmwoz5w19pzljD/eK80ycYUeoyFiIckzlwKZjVJC94zga20BK/lVu/HQW1tsFiPjN5sofCU4BnLeXxvwcKconMnrbVbp+q5bU0/K1Rl5mFTcU1p4fDx4WyBkNgZb2mJW8itcZPBdOksiddlTyOG1sdMJ469uRqBHTw28/pkBykAnVX7wWFBK1Xl3TG9tjqzLwdgpplP1279UojwrqC820xQatut/YYD3kLTyQMhuDBTcuBSxKz8+G/j44Ozs+CiMechXOgNZ8KcCfKiQl2nRwEmBRLDIR4fadPRzj2/fNNs2glCleJ0gLIhCPECYXxMID3x1r0Bdyfi87z2dIbzDOzYEMiju8Y3QqePaAIfybMkEh/FU4ed00W/SSu4ZW5Ig5hOyxwTohCfi0c2Bs7iqwgbWx4L22v/sD+6zKCHIoEuB0OrPszTSBwf2pF6LV5gf0NR24sBZKwEjMrixDwn0Y1SLFmZCHV8NPZ2xJSFn+lnhaNwHB/u0ubfLDyVODfAaot4zuFNgV5UeRwV2+oaRhQpXIc24jlhCsWqz8qJ+UTzPWAzGk1CA+dWKY+Pr56gmCoS1aFEG4UrcjKeP7yfYnteyMaJelA9xFw8hDwh4JuOdHszzGvzLy74aqE+JpLKhtS+igxBesz0NNja3EBZ2VwdjGQ9Hvj/AScodwkOdBBhk3TYs6MD0lVAYy+mjajZZ/ORAHcrAZUybwxvPD9AFz/1fK5SzkIMChbfQcaoQqr04cTA0w9anpm1ZlM9qK81IypfhuVVxTg+f4JRMksr/GeEFvIIBnYVvrihbvtyMaEP+X4mz5ym3wIrXtnG2i4f9FydKxLb0H2MFAAAAAElFTkSuQmCC" /></td> <td> <p style="font-size:1.4em;">Nations Unies</p> </td> <td> <p> <span style="font-size:2em;">CCPR</span>/C/CHE/CO/4</p> </td> </tr> <tr> <td> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:1.7em;">Pacte international relatif aux droits civils et politiques</p> </td> <td> <p>Distr. gnrale</p> <p>22 aot 2017</p> <p>Original: franais </p> </td> </tr> </table> <div class="content"> <p style="font-weight:bold;font-size:1.2em;">Comit des droits de l homme</p> <h2 style="font-weight:bold;">Observations finales concernant le quatrime rapport priodique de la Suisse *</h2> <p>1.Le Comit des droits de l homme a examin le quatrime rapport priodique de la Suisse (CCPR/C/CHE/4) ses 3374e et 3375esances (voir CCPR/C/SR.3374 et 3375), les 3 et 4 juillet 2017. sa 3403esance, le 24 juillet 2017, il a adopt les observations finales ci-aprs.</p> <h3>A.Introduction</h3> <p>2.Le Comit sait gr l tat partie d avoir accept la procdure simplifie de prsentation des rapports et d avoir soumis son quatrime rapport priodique en s appuyant sur la liste de points tablie au pralable dans le cadre de cette procdure (CCPR/C/CHE/QPR/4). Il apprcie l occasion qui lui a t offerte de renouer un dialogue constructif avec la dlgation de l tat partie au sujet des mesures prises pendant la priode considre pour appliquer les dispositions du Pacte. Il remercie l tat partie des rponses fournies oralement par sa dlgation et des informations complmentaires qui lui ont t communiques par crit.</p> <h3>B.Aspects positifs</h3> <p>3.Le Comit salue les mesures lgislatives et institutionnelles prises par l tat partie, notamment:</p> <p>a)L adoption de l ordonnance du 4 juin 2010 sur les langues nationales et la comprhension entre les communauts linguistiques;</p> <p>b)L adoption de la loi fdrale du 15 juin 2012 concernant la lutte contre les mariages forcs; </p> <p>c)La rvision du 1er juillet 2012 de l article 124 du Code pnal portant incrimination explicite des mutilations gnitales fminines; </p> <p>d)L adoption de l ordonnance du 23 octobre 2013 sur les mesures de prvention des infractions lies la traite des tres humains;</p> <p>e)La mise en place de la Commission nationale de prvention de la torture le 1erjanvier 2010;</p> <p>f)La rvision du droit de l adoption accepte par le Parlement en 2016 qui permettra aux personnes vivant en partenariat enregistr ou menant de fait une vie de couple d adopter l enfant de leur partenaire.</p> <p>4.Le Comit note avec satisfaction que l tat partie a ratifi les instruments internationaux ci-aprs, ou y a adhr:</p> <p>a)La Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forces, en 2016; </p> <p>b)La Convention relative aux droits des personnes handicapes, en 2014;</p> <p>c)La Convention de 2011 sur les travailleuses et travailleurs domestiques (no189) de l Organisation internationale du Travail, en 2014;</p> <p>d)Le Protocole facultatif la Convention relative aux droits de l enfant tablissant une procdure de prsentation de communications, en 2017.</p> <p>5.Le Comit accueille avec satisfaction les mesures prises par l tat partie en vue de la ratification d autres instruments internationaux de protection des droits de l homme et encourage l tat partie finaliser ces processus dans les meilleurs dlais.</p> <h3>C.Principaux sujets de proccupation et recommandations </h3> <h3>Cadre constitutionnel et juridique de l application du Pacte</h3> <p>6.Le Comit accueille avec satisfaction l information selon laquelle les dispositions du Pacte ont t invoques dans plus de 300 arrts du Tribunal fdral. Toutefois et tout en prenant en considration les particularits du systme dmocratique suisse, il s inquite des projets d initiatives populaires qui pourraient se rvler manifestement incompatibles avec les dispositions du Pacte. Il est cet gard vivement proccup par une initiative sur laquelle le peuple doit se prononcer, intitule Le droit suisse au lieu des juges trangers (initiative pour l autodtermination), selon laquelle les obligations de droit international, lorsqu en conflit avec la Constitution, devraient tre adaptes ou mme dnonces. Il est galement proccup par les informations allguant qu un certain nombre de dispositions constitutionnelles et lois fdrales ou cantonales demeurent incompatibles avec les dispositions du Pacte (art.2).</p> <p style="font-weight:bold;">7. L tat partie devrait: a) renforcer , de manire prioritaire, s es mcanismes garantissant une forme de contrle de compatibilit des initiatives populaires avec les obligations dcoulant du Pacte, avant leur soumission votation ; et b) entreprendre une revue systmatique de ses dispositions internes incompatibles avec le Pacte en vue de leur rvision.</p> <h3>Mise en Suvre des observations finales du Comit</h3> <p>8.Le Comit prend note de l organisation fdrale de l tat suisse et de la rpartition des comptences entre autorits fdrales, cantonales et communales. Il demeure toutefois proccup par les informations suggrant que l engagement des autorits cantonales et communales mettre en Suvre ses recommandations est limit. Il regrette galement que la socit civile n ait pas t associe la prparation de ce rapport priodique (art.2).</p> <p style="font-weight:bold;">9. L tat partie devrait: a) veiller ce que les autorits de tous les c antons et communes aient connaissance des recommandations du Comit et en garantissent la bonne mise en Suvre ; et b) garantir une plus grande implication de la socit civile dans la prparation de s es rapport s priodique s et leur diffusion et dans le processus de mise en Suvre des recommandations du Comit.</p> <h3>Rserves au Pacte</h3> <p>10.Le Comit ritre ses inquitudes relatives au maintien par l tat partie des rserves aux articles12, paragraphe1, 20, paragraphe1, 25, alinab), et 26, en raison de l incompatibilit prsume du droit interne et du Pacte (art.2). </p> <p style="font-weight:bold;">11. L tat partie devrait , conformment l o bservation gnrale n o 24 (1994) sur les questions touchant les rserves formules au moment de la ratification du Pacte ou des Protocoles facultatifs y relatifs ou de l adhsion ces instruments, ou en rapport avec des dclarations formules au titre de l article 41 du Pacte : a) envisager de retirer ses rserves restantes l gard du Pacte; b) rviser son droit interne si ncessaire; et c) s abstenir d introduire des dispositions internes constitutives d obstacle la leve des rserves.</p> <h3>Adhsion au Protocole facultatif </h3> <p>12.Le Comit prend note des explications de l tat partie relatives sa dcision de ne pas accorder la priorit la ratification du Protocole facultatif, selon lesquelles le Pacte et le Protocole reconnaissent des garanties comparables celles de la Convention europenne des droits de l homme. Il souligne toutefois: a)la complmentarit des mcanismes rgionaux et universels; b)leur contribution commune au renforcement de la protection effective des droits inhrents l individu; et c)le rle important du Protocole facultatif pour garantir la pleine mise en Suvre du Pacte, dont certaines normes n ont pas d quivalent dans la Convention (art.2). </p> <p style="font-weight:bold;">13. Le Comit ritre sa recommandation selon laquelle l tat partie devrait envisager d adhrer au Protocole facultatif se rapportant au Pacte afin de renforcer la protection des droits de l homme des personnes places sous sa juridiction.</p> <h3>Institution nationale des droits de l homme</h3> <p>14.Le Comit accueille favorablement l avant-projet de loi visant crer une institution nationale des droits de l homme en conformit avec les Principes concernant le statut des institutions nationales pour la promotion et la protection des droits de l homme (Principes de Paris). Il demeure toutefois proccup par les informations fournies par la dlgation d aprs lesquelles: a)le budget de l institution sera maintenu au mme niveau de financement que l actuel Centre suisse de comptence pour les droits humains; b)l institution serait certes en charge de la promotion des droits de l homme mais dpourvue d un mandat explicite de protection des droits de l homme; et c)l universit sera choisie comme structure d ancrage de l institution, structure dont la pertinence est dmontrer (art.2).</p> <p style="font-weight:bold;">15. Le Comit ritre sa recommandation selon laquelle l tat partie devrait tablir dans les meilleurs dlais une institution national e indpendante des droits de l homme dote d un large mandat en matire de protection des droits de l homme et de ressources humaines et financires suffisantes, conformment aux Principes de Paris.</p> <h3>Cadre de lutte contre la discrimination</h3> <p>16.Le Comit prend note de la loi fdrale sur l galit entre femmes et hommes ainsi que de la loi fdrale sur l limination des ingalits frappant les personnes handicapes. Ildemeure toutefois proccup par l absence d une lgislation complte sur la discrimination apportant une dfinition et une interdiction claires de la discrimination ainsi que des motifs de discrimination, qui fournisse aux victimes des recours civils et administratifs efficaces. Ilprend galement note de l article 261 <span style="font-style:italic;">bis</span> du Code pnal mais regrette qu ce jour les seuls motifs d incrimination de la discrimination soient l appartenance raciale, ethnique ou religieuse. Il est galement proccup par les informations indiquant que les personnes handicapes sont insuffisamment informes de leurs droits dcoulant de la loi fdrale sur l limination des ingalits frappant les personnes handicapes (art.2, 3 et 26). </p> <p style="font-weight:bold;">17. L tat partie devrait: a) adopter une lgislation civile et administrative complte sur la discrimination incluant une dfinition de la discrimination, directe et indirecte, et des motifs largis de discrimination, y compris l orientation sexuelle et l identit de genre; b) modifier son droit pnal a fin d largir les motifs d incrimination de la discrimination; et c) s assurer que les personnes handicapes ont connaissance de leurs droits en vertu de la loi fdrale sur l limination des ingalits frappant les personnes handicapes .</p> <h3>galit et reprsentation des femmes dans la vie publique et politique</h3> <p>18.Le Comit prend note des mesures prises par l tat partie, notamment dans le cadre du Bureau fdral de l galit entre hommes et femmes, pour assurer l galit des salaires entre hommes et femmes, mais demeure toutefois proccup par les carts persistants en la matire, particulirement dans le secteur priv. Il demeure galement proccup par la sous-reprsentation des femmes sur la scne politique. Il prend note des mesures destines accrotre la reprsentation des femmes dans les conseils d administration des entreprises lies la Confdration et des entreprises cotes en Bourse, mais regrette toutefois que la valeur cible atteindre n assure toujours pas la parit (art.2, 3 et 26).</p> <p style="font-weight:bold;">19. L tat partie devrait: a) poursuivre ses efforts en vue de corriger les diffrences de salaires observes entre hommes et femmes, particulirement dans le secteur priv ; b) poursuivre ses efforts pour promouvoir l gale reprsentation des femmes sur la scne politique, tous les niveaux ; et c) garantir la reprsentation paritaire des femmes dans les conseils d administration des entreprises lies la Confdration et des entreprises cotes en Bourse . </p> <h3>Discours de haine </h3> <p>20.Le Comit accueille avec satisfaction les campagnes entreprises par l tat partie pour prvenir les discours haineux. Il demeure toutefois proccup par les informations faisant tat de discours racistes et xnophobes dans les milieux politiques et les mdias. Ilest galement proccup par l ampleur grandissante du discours et des actes haineux l encontre des communauts musulmane, juive et rom (art.2, 18, 20, 26 et 27).</p> <p style="font-weight:bold;">21. L tat partie devrait redoubler d efforts pour combattre la commission ou l incitation la commission d actes de haine raciale ou religieuse, notamment en renforant le mandat de la Commission fdrale contre le racisme et en envisageant l adoption d un plan national de lutte contre le racisme. </p> <h3>Comportements discriminatoires de la police </h3> <p>22.Le Comit prend note des explications fournies par la dlgation quant aux critres appliqus aux recherches cibles contre les suspects, mais demeure toutefois proccup par les informations indiquant que le corps policier continue d appliquer des critres non objectifs dans l exercice de ses fonctions, notamment en fonction de l apparence physique des personnes, de leur couleur de peau et de leur origine ethnique ou nationale (art.2, 7 et26).</p> <p style="font-weight:bold;">23. L tat partie devrait: a) s assurer que des activits de sensibilisation et de formation sur la question du racisme continuent d tre organis e s et sont dispens e s tous les membres des forces de l ordre en vue de mettre fin aux comportements discriminatoires l gard des minorits ethniques; et b) s assurer que les membres des forces de l ordre responsables de comportements discriminatoires l gard des minorits ethniques ont rpondre systmatiquement de leurs actes.</p> <h3>Personnes intersexues</h3> <p>24.Le Comit prend note des travaux de la Commission nationale d thique sur l intersexualit ainsi que du communiqu de presse du Conseil fdral du 6 juillet 2016. Il demeure toutefois proccup par le fait que la pratique des interventions chirurgicales sur les enfants intersexus, engendrant souffrances physiques et psychologiques, n est ce jour pas strictement rglemente. Il exprime galement sa proccupation quant au fait qu ce jour les interventions subies sans consentement n ont fait l objet d aucune enqute, sanction ou rparation (art.3, 7, 24 et 26). </p> <p style="font-weight:bold;">25. L tat partie devrait: a) prendre toutes les mesures pour s assurer que nul enfant ne sera soumis une intervention chirurgicale non ncessaire visant dterminer son genre ; b) s assurer que l es dossiers mdicaux sont accessibles et qu une enqute est ouverte en cas de traitements et d interventions subis sans le consentement effectif des personnes intersexues; et c) s assurer qu une aide psychologique ainsi qu une rparation, y compris sous forme d indemnisation, est accorde aux victimes d  interventions injustifies.</p> <h3>Violences l gard des femmes</h3> <p>26.Le Comit relve avec satisfaction les efforts entrepris par l tat partie pour combattre la violence contre les femmes. Il demeure toutefois proccup par la persistance du phnomne de la violence domestique et en particulier par le faible taux de dnonciation des cas et le taux extrmement lev de classement des procdures y relatives. Il exprime galement sa proccupation au regard de la situation des femmes migrantes dont le maintien du titre de sjour, en cas de dnonciation de la violence domestique, est conditionn par l obligation de prouver devant les tribunaux l intensit ou le caractre systmatique de la violence subie. Tout en accueillant avec satisfaction l introduction de l article 124 du Code pnal interdisant les mutilations gnitales fminines et la loi fdrale du 15 juin 2012 concernant les mesures de lutte contre les mariages forcs, il demeure proccup par la persistance de ces deux phnomnes sur le territoire de l tat partie (art.3, 6, 7, 23 et 24). </p> <p style="font-weight:bold;">27. L tat partie devrait: a) poursuivre ses efforts relatifs la lutte contre la violence contre les femmes en veillant ce qu en pratique, les actes de violence domestique soient signals et fassent l objet d une enqute, de poursuites et de sanctions; b) veiller ce que tous les professionnels de la justice reoivent une formation adquate pour traiter des cas de violence domestique et ce que des quipes spcialises soient mises sur pied ; c) s assurer que les dispositions de la l oi fdrale sur les trangers relatives au maintien du titre de sjour sont interprtes et appliques uniformment, de manire allger le fardeau de la preuve pour les victimes de violence; et d) poursuivre ses efforts contre les mutilations gnitales fminines et les mariages forcs , notamment en veillant ce que les professionnels concerns soient adquatement forms et les auteurs de ces actes traduits en justice.</p> <h3>Comportement des agents de police</h3> <p>28.Le Comit demeure proccup par les informations indiquant la prvalence des brutalits policires, notamment envers les requrants d asile, migrants et trangers, et la dnonciation insuffisante de ces faits. Il a de vives inquitudes quant l absence de donnes centralises au niveau fdral relatives au nombre de plaintes, poursuites et sanctions pour allgations de mauvais traitements. Il prend note des explications fournies par la dlgation relatives la procdure pnale et au rle du ministre public cantonal pour connatre des plaintes contre les services de police, mais demeure toutefois proccup par l absence de mcanisme indpendant et accessible tous aux fins du dpt de plainte contre la police, qui complterait les travaux des services du ministre public pouvant tre perus comme partiaux puisque collaborant avec la police lors de l instruction de ces plaintes (art.2, 6 et 7).</p> <p style="font-weight:bold;">29. L tat partie devrait promptement instaurer un mcanisme indpendant mandat pour : a) recevoir l ensemble des plaintes lies aux violences ou mauvais traitements infligs par les forces de police; b) enquter sur lesdites plaintes et engager des poursui tes , efficacement et impartialement; et c) maintenir jour des statistiques centralises et ventiles sur l ensemble des plaintes, poursuites et condamnations lies aux brutalits policires. </p> <h3>Interdiction de la torture</h3> <p>30.Le Comit prend note de la position de l tat partie selon laquelle le droit pnal suisse incrimine dj l ensemble des actes de torture, y compris psychologique. Il regrette toutefois que l tat partie n ait pas, dans son Code pnal, dfini ni rig la torture en infraction autonome laquelle un stigmate particulier est attach (art.7).</p> <p style="font-weight:bold;">31. L tat partie devrait envisager de revoir sa position et d riger la torture en infraction autonome dans son C ode pnal, de faon mieux prvenir les cas de torture, garantir une meilleure protection contre cette pratique et poursuivre plus efficacement les auteurs d actes de torture.</p> <h3>Renvoi des demandeurs d asile </h3> <p>32.Le Comit accueille favorablement les efforts faits par l tat partie pour mettre fin l usage de sdatifs ainsi que la prsence de la Commission nationale de prvention de la torture lors des rapatriements forcs par voie arienne. Il dplore toutefois que ladite prsence ne soit pas davantage tendue et que la procdure d enqute relative au cas de Joseph Ndukaku Chiakwa, dcd en mars 2010 lors d une opration de renvoi, n ait toujours pas abouti. Il est galement proccup par les informations indiquant que les rapports et avis mdicaux tablis par les mdecins traitants des personnes expulses sont ignors par les mdecins de l OSEARA SA, compagnie mandate par le Secrtariat d tat aux migrations pour l accompagnement mdical des demandeurs d asile dbouts renvoys. Il s inquite galement de ce que les expertises tablies sur la base du Manuel pour enquter efficacement sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dgradants (Protocole d Istanbul) ne sont pas entirement reconnues et prises en considration par les autorits suisses dans le cadre de la mise en Suvre du principe de non-refoulement (art.6 et 7).</p> <p style="font-weight:bold;">33. L tat partie devrait: a) garantir la prsence systmatique d observateurs de la Commission nationale de prvention de la t orture lors des rapatriements forcs de demandeurs d asile dbouts; b) acclrer la procdure concernant le dcs de M. Chiakwa ; c) s assurer que la compagnie OSEARA SA prend en considration les avis mdicaux tablis par d autres mdecins quant aux aptitudes physiques des personnes renvoyes voyager; et d) s assurer que l ensemble du personnel concern reoit une formation systmatique et pratique sur le Protocole d Istanbul et l applique.</p> <h3>Traitement des demandeurs d asile et des rfugis</h3> <p>34.Le Comit prend note des progrs accomplis en matire d octroi d une aide judiciaire aux demandeurs d asile. Il demeure toutefois proccup par les informations faisant tat d un recours quasi systmatique la dtention administrative des migrants et de l absence de sparation entre adultes et mineurs non accompagns (art.7, 9 et 13).</p> <p style="font-weight:bold;">35. L tat partie devrait: a) poursuivre ses efforts en matire d octroi d une aide judiciaire aux demandeurs d asile et s assurer que ces dernier s ont accs des procdures de recours; b) veiller la stricte sparation entre adultes et mineurs non accompagns ; et c) mettre en place et appliquer des mesures de substitution la dtention administrative. </p> <h3>Conditions de dtention</h3> <p>36.Le Comit note les efforts accomplis pour amliorer les conditions de dtention. Ilexprime toutefois sa proccupation quant aux informations indiquant que dans certains tablissements rgionaux, les mineurs sont dtenus avec les adultes et ne bnficient pas d une prise en charge adquate (art.7, 9, 10 et 24).</p> <p style="font-weight:bold;">37. L tat partie devrait: a) poursuivre ses efforts en vue de rduire la surpopulation carcrale, notamment en ayant recours aux mesures de substitution la dtention, y compris l gard des dtenus trangers; et b) veiller la sparation stricte entre adultes et mineurs ainsi qu  la prise en charge adquate de ces derniers. </p> <h3>Traitement des personnes dtenues souffrant de handicaps psychosociaux</h3> <p>38.Le Comit prend note de la cration d un groupe de travail interdisciplinaire sur le traitement et l hbergement des dtenus souffrant de troubles psychiques. Il demeure toutefois proccup par l application de l article 59 du Code pnal aux termes duquel les auteurs d infractions souffrant de troubles mentaux peuvent: a)tre placs en tablissements pnitentiaires rguliers; et b)tre maintenus en dtention institutionnelle jusqu cinq annes, dure qui est renouvelable, et ce, indpendamment de la peine initialement prononce par le juge pour l infraction commise (art.2, 7, 9, 10 et 26). </p> <p style="font-weight:bold;">39. L tat partie devrait s assurer que: a) les personnes dtenues souffrant de handicaps psychosociaux sont places dans des tablissements spcialiss et reoivent un traitement thrapeutique adapt leur tat lorsqu  ils sont placs en tablissement s pnitentiaires rguliers; et b) la dtention institutionnelle est envisage uniquement en dernier ressort et est axe sur des mesures de radaptation et rinsertion dans la socit, et que des mesures de substitution la dtention institutionnelle sont explores systmatiquement. Il devrait galement modifier l article 59 de son Code pnal a fin d en assurer la compatibilit avec le Pacte, particulirement au regard du paragraphe 21 de l o bservation gnrale n o 35 (2014) sur la libert et la scurit de la personne . </p> <h3>Traite des tres humains</h3> <p>40.Le Comit accueille avec satisfaction l ordonnance sur les mesures de prvention des infractions lies la traite des tres humains entre en vigueur le 1er janvier 2014, la mise en place du Service de coordination contre la traite d tres humains et le trafic de migrants, et la mise en place, quoique tardive et ayant impliqu l absence de plan pendant trois ans, du deuxime plan d action national contre la traite des tres humains 2017-2020. Il demeure toutefois proccup par les informations indiquant un manque de ressources humaines et financires alloues la mise en Suvre de ce plan. Il est galement inquiet des difficults rencontres pour l identification des victimes dues l absence de processus unifi entre les cantons et au manque de formation des autorits policires et judiciaires en la matire (art.8).</p> <p style="font-weight:bold;">41. L tat partie devrait: a) veiller ce que le prochain plan d action national soit labor en temps voulu et que des ressources humaines et financires adquates lui soient allou e s afin d en garantir la bonne mise en Suvre; b) s assurer qu une procdure d identification des victimes de la traite uniforme et coordonne entre les cantons est tablie; et c) poursuivre des programmes de sensibilisation et de formation en la matire auprs des autorits policires et judiciaires. </p> <h3>Prohibition de la construction de minarets</h3> <p>42.Le Comit prend note du fait que le Conseil fdral lui-mme considre que l initiative tendant interdire l dification de nouveaux minarets sur le territoire de l tat partie porte atteinte aux droits de l homme. Il dplore toutefois que l tat partie, invoquant les particularits de son systme constitutionnel interne, ait introduit un nouveau paragraphe3 l article72 de sa Constitution, interdisant la construction de nouveaux minarets en Suisse, et ce, en dpit des prcdentes observations finales (CCPR/C/CHE/CO/3) du Comit (art.2, 18 et 27). </p> <p style="font-weight:bold;">43. L tat partie devrait prendre des mesures pour remdier l interdiction d  difier de nouveaux minarets , notamment en rvisant le paragraphe 3 de l article 72 de sa Constitution.</p> <h3>Libert de conscience et de religion</h3> <p>44.Le Comit accueille favorablement les mesures prises par l tat partie pour promouvoir le dialogue interreligieux. Il exprime toutefois sa proccupation quant la multiplication des rgulations, lies au contexte scolaire ou l usage de vtements en public et impliquant le paiement d amendes consquentes, qui semblent toucher particulirement les personnes musulmanes (art.18, 26 et 27).</p> <p style="font-weight:bold;">45. L tat partie devrait rexaminer sa lgislation ainsi que l ensemble des rgulations affectant particulirement les personnes musulmanes la lumire de ses obligations au titre du Pacte.</p> <h3>Mesures de surveillance et droit la vie prive</h3> <p>46.Tout en prenant note des mesures de garantie des droits de l homme introduites dans la loi fdrale sur le renseignement du 25 septembre 2016, le Comit s inquite de ce que ladite loi octroie des pouvoirs de surveillance trs intrusive aux Services de renseignement de la Confdration sur la base d objectifs peu dfinis, comme les intrts nationaux mentionns l article3. Il est galement proccup par l absence de laps de temps spcifique pour la conservation des donnes (art.17).</p> <p style="font-weight:bold;">47. L tat partie devrait prendre toutes les mesures ncessaires pour garantir que ses activits de surveillance sont conformes aux obligations dcoulant du Pacte, notamment de l article 17. En particulier , des mesures devront tre prises pour garantir que les dlais de conservation de s donnes sont strictement rglements.</p> <h3>Droit de runion pacifique</h3> <p>48.Le Comit exprime sa proccupation quant : a)la loi sur les manifestations sur le domaine public du 1er novembre 2008; et b)la loi concernant la facturation des frais de scurit lors de manifestations du 14 octobre 2016, dans le canton de Genve. Il est particulirement inquiet: a)du caractre excessif de la condition satisfaire pour organiser un vnement collectif ncessitant l engagement de moyens policiers spcifiques et extraordinaires, y compris de caractre politique, dans la mesure o la demande d autorisation doit tre dpose trois mois l avance et indiquer la raison sociale d une entreprise de scurit mandate pour assurer la scurit de la manifestation; et b)du caractre excessif des amendes  allant jusqu 100000 francs suisses , notamment pour manifestation non autorise (art. 21).</p> <p style="font-weight:bold;">49. L tat partie devrait rexaminer sa lgislation de faon garantir que toute personne jouit sans rserve du droit la libert de runion , y compris le droit de runion spontane, et que toute restriction impose l exercice de ce droit est conforme aux conditions strictement dfinies l article 21 du Pacte. </p> <h3>Traitement des gens du voyage</h3> <p>50.Le Comit accueille favorablement la cration en 2014 d un groupe de travail charg d amliorer les conditions du mode de vie nomade et d encourager la culture des Yniches, Sintis et Roms en Suisse, et les mesures prises dans le canton de Berne pour favoriser la scolarisation des enfants appartenant aux communauts nomades. Il demeure toutefois proccup par le nombre insuffisant d aires d accueil mises leur disposition (art.26 et27).</p> <p style="font-weight:bold;">51. L tat partie devrait tablir un plan d action coordonn entre les cantons visant assurer la mise en place d un nombre suffisant d aires d accueil la disposition des gens du voyage. </p> <h3>D.Diffusion et suivi</h3> <p>52.L tat partie devrait diffuser largement le texte du Pacte, de son quatrime rapport priodique, des rponses crites la liste des points traiter tablie par le Comit et des prsentes observations finales auprs des autorits judiciaires, lgislatives et administratives, au niveau fdral et cantonal, de la socit civile et des organisations non gouvernementales prsentes dans le pays, ainsi qu auprs du grand public, afin de les sensibiliser aux droits consacrs par le Pacte. L tat partie devrait faire en sorte que le rapport et les prsentes observations finales soient traduits dans ses langues officielles.</p> <p>53.Conformment au paragraphe 5 de l article 71 du rglement intrieur du Comit, l tat partie est invit faire parvenir, dans un dlai d un an compter de l adoption des prsentes observations finales, des renseignements sur la suite qu il aura donne aux recommandations formules aux paragraphes 7 (Cadre constitutionnel et juridique de l application du pacte), 15 (Institution nationale des droits de l homme) et 29 (Comportement des agents de police). </p> <p>54.Le Comit demande l tat partie de lui soumettre son prochain rapport priodique incorporant des renseignements quant la mise en Suvre des prsentes observations finales le 28 juillet 2023 au plus tard. L tat partie ayant accept d utiliser la procdure simplifie de prsentation des rapports, le Comit lui communiquera en temps voulu une liste de points traiter tablie avant la soumission du rapport. Les rponses de l tat partie cette liste constitueront son cinquime rapport priodique. Conformment la rsolution68/268 de l Assemble gnrale, le rapport ne devra pas dpasser 21200mots.</p> </div> </body> </html>