<?xml version="1.0" encoding="utf-16"?> <html> <head> <link rel="stylesheet" type="text/css" href="data:text/css;base64,77u/Ym9keSB7IA0KCWZvbnQtZmFtaWx5OnNlcmlmOyANCgltYXJnaW46MCBhdXRvOyANCgl3aWR0aDo5NjBweDsgDQp9DQp0YWJsZSB7IA0KCXdpZHRoOjEwMCU7IA0KCWJvcmRlci1ib3R0b206MnB4IHNvbGlkICMwMDA7IA0KfQ0KdGFibGUgdHI6Zmlyc3QtY2hpbGQgdGQgeyANCglib3JkZXItYm90dG9tOjFweCBzb2xpZCAjMDAwOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHsgDQoJd2lkdGg6ODAwcHg7IA0KCW1hcmdpbjoyMHB4IGF1dG8gMCBhdXRvOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHRhYmxlLCBkaXYuY29udGVudCB0YWJsZSB0ZCB7DQoJYm9yZGVyOm5vbmU7DQp9" /> </head> <body> <table> <tr> <td> <img src="data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAFAAAABECAYAAAAWVrIgAAAAAXNSR0IArs4c6QAAAARnQU1BAACxjwv8YQUAAAAJcEhZcwAADsMAAA7DAcdvqGQAAAAHdElNRQfYCwYIDwTu5NNBAAAAGXRFWHRTb2Z0d2FyZQBQYWludC5ORVQgdjMuNS44NzuAXQAAFmFJREFUeF7l2gvYZlVVB/DpZlkhHyF5IWTUborCKKghioOaF0hQENIQGEExTYOwLCnlIzLxBqOWJiCMaCBeYkTBCyajCZkmjFl2MWFSszSNz/BWVvb/ve3Fs+dw3ssgND21nuf/vOfss8/ea6+91n+tfb5v1artL7tFhScELwneEfx58E/B14N/D74RfDH4i+Cy4KXBkcHq4Du2v/rbR4OfzLSnBR8Prg/eGZwa/Gxwv4BRl4KTgpODHwn2Dh4fPD+4pBn1L/P7wmDP7bOMW3bWnecM9515/phgU/CF4HeDA4LvmfHeM/LsxCnPvyvtDwxeFvx98MfBEcF3z9Hjznn+8AX63bLWmTKaxf9c8ObgJ2bM+NA8+0jwiWBd8P0LavcL6feLC/S9TfocHvxJINQPnfPOU/L8umA5+OEFxr/Fu/Cmo5oS/5Lf+06ZYZe0Xxh8Jjgm4DXbIs9c0IA1Jk48OLBR7wnuPmMy3v2tgP7PuRm6bcs6tuq7Y+5wkMkBb42JMBFarwq8s4jwzOI63rcxeFvwy8Grgz8IhOA84ZG4UzI6LhhLNtre2q3jLbn23q0mQpQhhEkZz6KGQrFnB58PcN4s0Zf3/lbw4UBC+WjwpuAVAS+6KrgguKg90wcdvCBg7FmZWHIR0ucG3zeiyO3TJjpqPa/N9X2CE4PbztF94cd3aMrvn9/f6yYTJj8wGMVi1gey44/NmOF78wwPbQ7+OmDA/UaUHgthhpA8vPNXbYyn5teYY3K7NG4Mrgh2Gumwb9qUTGVE/Pnk4M+Cu85Yw0KPlA9/G9htSv9Hm+hf82v3e2G83wk+FuC+MdFH0rk2eHuwNpjlQfM4UOaXzen16eBJAX4eCu49O/jT4IcGD9GGOrTWZkMlxysDieaOU9Yyt9nAwkkhywvfGNglE+GV+7eJaqBTcqEI5plD4+pzl0BIogCbsYjMMyAdvtr0Kg+6PPe7Dwa3Fu0fCFDCD3bPH5lrRpVUyoiHtDUa89LgZhXsClYDvC9ArrLVNwPhshT8fqeE+guXKIDvFTBin5kflXsJZZFsR1lhp9h2OnHycK1tbCGPTntvRHr+Q6CdoBnGUw7xTnpLRuWpjP3u1s/anH5wsA0vgzLywkJJk/5jwIDLgYIXeR8YqJsUrbIc+dHAUav3qt6IT8sz4YVrpgkPsQmvC1CGufDolgbX2j7V+ujb15J0LA/8z1xf3OZkNMY7oZtYcuj19+i9gSR2t4D3cQZhLJyNK0PfOxijh27o/758WOA4VQod1BS4Z34lEsb4UsDtDfjBoIzZD2ZCijAIxcbEZrwokLEd544Pfjyo0wQDCGOizTN99PXOiwNjMOZPBecF9OZF64N/CxT5Q+FdHKQ29UG55m1fDo4NOIC5zmrjfSG/eJ2HzhSZ86TAYZ0idpOCOwTOqkJY29FtFN6lpBg7jqkPkfAwnL3K8IxjEcqV1VO06g047OKdl7cxeJhEsVe7r83/ZO7Vgjx2KJIZ3Sp7O1PXe0LYmp/YteFNdDYzMytacQeFDKaGEs6ItAZf3zTZMb+4Ziw0LcQzXqgWo6j6ithJyWRTMOv4p+8sA7bhJp5iLGMae48AD5a+N+R6pelS7/hFVZcFv9YabaoNqfeEtLGLBznS+Q39ODdeW7TOMptC2EDCi1Fr0NfkunjgebnGDUPBMbKx0qCEIRnxcQFeURbNO9ZJGhKZeVzPEkkKtfxNcEXA8L7cqBMrktR1w2JacuKhVXYx6i8FQt97NgVfukZZDFxVyU30Wd86SgZPD4TqOa2NYX8jqJoI5+CgNSOr+s20KXmGwrMpcvrIM00Mqs+GAG9KGIwC7sEziWzM+ChDyNJL/Ups5iWBLM0YyyNzO338dtduMyRN49BX2eVXqJc9lHE3EbunoyzEez4XSBYI1KBCsc69KnWZayjI2cR3HjywEEUsvuOJawbPD869b4O8/bDAbpM+hLV5po++9CxBM/TB30olvFzeZuH67hrQTanVCxrhhVUbOm09JLCWq4OVwMGB2AQ2Ui1sJV7mcR46xMvE7u0+N2e8zwb1deP9ue5DtAZzNuaBQ1mfhgsCIYIqGNEvT6bMB9r98L1pHEgf73hX+DHes9rLKEbmPXNED8e/V42043hHS/LYAG+q/VCHteJUggbYiDNsJWq54jmFKxe2K4z34OCfA6cSBrCTK0FfhxnMQrzjeNULTlXO7NQ1lhE/lDbZb9pH0FlJRFLyvsXyuhLzbwhEzz4DXXw8oKPfXni2DSE8VvTxunXBUmDthBOxk9+t5B7tgYd2T0j9TMCVKaj959sb6qSNwwFyf2Jw7kg77/BOL7xEu8U8KZA5x+SENIoIwvt3b9c+lUlIPNnC/S2lkpsuOBwPK6KHcl4ajNsLirk+4BzEhlgz7pdUHE2XWh/taG0rwQPlgRTiTYrJldaO0Kteen2uq7jtB5GtHjoYlwcg/2Gd6PseirCTilc7LjvjVnKbQDJ7Q7AhUOgic8lhKUAHEsY1wdmBRKFiKO4VQX8XWOjwXI6ermrz9D8X52Zda8CffQY/KveipMqja3N9YwT6UMDtq94R3wZQAzKqhcqOJRY6DA0Gp6yF94ITq86qdotE5uXZtXF+LRqXCXkGc24tvRTdeE1JVIvzzteDX2+62qwKT9Hj69CQ8+g4Fsbm3dApr74VxuZgOJtns91fEXA61Deptrm/2s3DTUHVge7VfriPcPWvBbJeL4fmRnbsxY7xrNVdo/eM/6uBo1dvvLpWcghRvCRRlQHH+lZb38fR0qbdN0BDPmIMyx4eiwJ64RQooUQCMU7NIQExvHtHSAacUIEQ4HFCwEOuzMtc+1U+rGmj3jO/3HcoBlcn9sJTvF9CIRzJo2VRYTbNKHZe4lL9y7TmnGXA/hlj8hg0sTnAbeioF8X5aYM2lYjNq/LHUY+3Oq0Yn9dXqce71waTL1K+dDiy7BVYnBf8qsYfEAjf4rafzvUfDSZ2K/HwmF7W5eabgbAjkgFOc0TiEbVhY4bZnOeHdIOpBBY1YPWTRCQAnH3MQDenFOfdoWxJg8qDPCPQzybyYvagF3vR39hoZtVXAhlWmErXxS9Vnf9h2ngMOSKoUMVldoIgZcYuMYF+FmNXDwoeERwXbAoOD6qmqgXjL7wrsezXjeWSbjyiOGkRY9qAHQLeNqxN0cdYIrky7ZIMEf5CWgI0ljnx7XPb83fnVyKbfPpRLBLZVUdkju+ODHjRUnt+dH4vChCqJCBUfiX4YsCLSxhruEil0qlBhTpFi5T1VfPhPJ4xNKBxhWEV+/MMuCV9q6w5PtdOF73gr57v6hlutLnElynzoALCYO613ylgF9XJxBAUoyB3ZVCTLgW+qHDfSiLSOaNJDrWIWpRxZGI8gXf6RdapBq/JpvoAbxManiuDTg9ODIaZW7az4HmGq+fG5B3mMJ+N4uHVdl2bt/TQDtbASQjPWwmsd/dgbVD8X1n/Gh2LGM9pLzrvyZa+mFDoitbuB8+9PZA0xhZjV9BA1Ut9H2H8/KAK4xqWZwodWVHZYROKMrqpJ3UoLjP2IplZNKESRfWwlMFz6GIovJ+TlIhMa8CnxrLB9FBmaeexE4O4UZ5wTYlix6DC6yXdgGtzzVNeGQjdRUPK+HjH7p5xE7VXrTolbRaJd8bCt15REUhEQw8f20yex4jLgfF7UaSPJUMnGomjRB4wtnWqKlYHTk41HyebDF4NrmvXqs2iSoSSsKvCWn+KLhJavuTY+Q8NFuP2Lm2cOkkMu6AWtSEPXGTTeKgSSi3IeySgXtS+F4zoIbH0pylz1to4DXFSq7aJHdZ2DWIc3xVh4hKZrAQvyKqrWwNj25H+ZDDNmI9t7ygDcMpQ7LYiuJ+v+sjexhUti4TvK9KviuctuUb8vagB0clQhGafDEWi9Zrbhtyxm38l15PjnMKxKmwd1wS+ZLjeFOwWKChLNudiGGbLrf8sT1TLEacQXNLL3XPjJMQrJIsDAyeZPVqn5+R3kbA1v/Kozt7elyn7Dw2G5CDm6IWx0Fit1aFBxFU55tmxQa3xrFyLjEknn5Tqwcm5rl2m+JrBZI52UjtPLcWcMiSQWQZ8atN2Kb88XdiSMt7+7V6yEeYqgPc1KJMqU87zwJ7vJLuew03BazgIg/XCKRi/RO2I98po38j1eYE1qlQkP5QyObwbDLd5+NaglFTaSCp9FsNl7woYD8eUvLcNPM2Il3V9hb0CXT3G88p4XZdJQjszkJkZ0/hOB7M26eo89zGEMJQSrA9J7Qe3sfq5XEuKvKrEKcNm7hLU0bKK/+XW6XK/yg7hgjB5kVj/fHBdwEgM3O/MzrmXoXkdNy8pnpq2QF7eiyOWU9BDBu11u5QLm6nAlsh4vSxZ46spPx0o+rXx0iuCyaIiask3j4ytja5DUb4p5IkwZrQqopUzNkeb8dlLsuF0E46ojs/ONe9TG25ogznMM2x9D9T8zmDivp0gf4uSeMaMyONKKmx5siw5ljjUY+cHDI+zhtkXp24emc+xVGTgrKH3oQ3OMZxvp7SpLzkHEZ7WMPlYEHGS8dxm8UjvsxG9Jv8nIr73DfDahvbycnu5TgBKkBJhLJ0PRSaVKYXl0Ig2hsf2nCdTmkdmfkybvx9TxV/nX7xj8WXIlVzLpuZUSnEEBl8KeMzLR/RTigwjQTf8fGnX/1FNf+sgeJSN1LJ0FhnWJ+xvJEnKsbysLP4pz+sorvMjuwm4OPfde6CkQhdfaT8y+Eh7t4ypeB3jvPuknTdubkqtye+LAsmEJ704wMNCVAISAeY4PpCdNwTKjfVBVRS4jig9JAQOwNDlZe3xxGk+HBxWDfl9ckBn0cRgyiJUpu+ru2e7e0cCWWmNjCIrg4P/XVu7wQzaiwxtJ4ai+pc98Sd3x6m9NypV6mw9fJeHqs+EO07jtTzQ7vuVYW0yysF/0/gWt05qtMgj2lh0YoSh4OAtAV4jnINn1dh3yDVnYEheXe0V3pOXpPt6IM7v1lBc4BlSxim1eDwgy/WfsYxlok0BPiV2SRK6IUAXdtXkPmAOxdgyv3f72tT8IoG3Mey80whPr3qO93lfWNNtKDarzufoZZ9AnVr28OWJXr3xeDvnulF8PKiPCl7EJ45Vu3YDnZlrntnvIu4QZkPFdksbb5aphnWeMc8OnF4OGKxG+zzjTPO6YTtDK3Qd43ygqLqzn1KZYq23DRTfqIEn0qM2DaUNyyf3N5E1aakPCF7GCwxbbRe2N3zFqPpPmDo/njgyntruc4H+Y3WepOETk6Qjo9owfLeogeb1E/JKIDoI06FYm+L80PZgOb8MSC5peogca/UhteZ7ba5HKYjLPyyos58XzgjqKCMECEMauEIEOQu3PQca8jz8ZwH3HzyrW7ur7GBkmXjIl/OMNOt5hZwQHhOJ4eL2YK/8KtUkK6LmM7bs21cUb8o9bt0qfGtwhuDmDwxkq3Jhg7rGjcQXZffFcdokGCEpCxMcamI7f2AgMx9eE4382lHcI0k4cZgfVwpn4E1fCj7T5l7EsOq2YwOb7TTVy+Nyg78lCOKUZMynBEIY1/I6Rbd2OjC4Z7x6p8F4k1s8JvZ1Qvy++3n5uoBnWNCOAUNoxzHuSxy5ELJMOixV7DCOVYqMJY8xffQ7uUG4kccHyq15BlxJH3MSa2HEh7d77SKmwvreuZbtjanNlxvX1ixxORzIwsRG8MKp4kuJYhShCtHlwO5zb4Piqj3atfvKXgb0ThXlSoehMLYNsiFPDPDnPLHb0Au9qpCdZsg6WdV7IosRjwuUP35LzmzrYUQ1Iy8srzMPbiY4WyWx3yyl7bowUTNV1lLkfrQN+tL84i0DmUTB3YtnksI7gvKa4XwPSsMHAwsSYtP6eW/MgCLFJkwz3uvzrGq6fm7eIxR74xoLRxuLYVGJRIJCeLt7NnlZwBvVsHPFwd1uyL6K5Urxiku8sRTgqdolfFfcZ3CnlzcEsrhyZkwoJmFdHAgnivlCszroS6KhAT1D4HRZCfqSBwejl7EMyWsY6oSmjD64XsjWRpyXa1+HhKjyR0StC6pg35Lr24+uZqTxBd3APNLEsg9+4EFP654Le7WWHSsRns8LGFwSmSWUFVIXBRIVg/okxYuvCWRE19o82xK8MeC9NkgZIon1HztqPoayCfj6sNbIIV4XMOArgzLg2lzjS4bDeaqCesaZROLCwgDndAMYSCbl/gwp7Mr1P9YmVYooGXoPQNx20Fg7LzC7d3nz3sGjAzUXuFaPeTZag42MzVOFI/3wNvG+U4qsi0trDZe3cQ/Jb1+2WLckMpP3pq2LEdVBw5MBL+FtdrTKDHWexGDCcwO7WCLlvybAKzwZTy4qYxw4713JykYqexxRaz4JgjHpLHR5Ln2vb/eXtvueW2XiMv68eac+f0JTZkjaDFXFqpBC3LV7b8n1MKR4FY9ACcJe6M6TbTGgcD4tcGxTvzm3l8ikn2gGujK/vFiZpjTz1cc7/fokDF9dbjdPwUWeC9ldA9mtypmaDC8JB0mHFx7cKWJHvTsU/XxMsPOSiORRBe2w7zwD0gt/2piVQLir63rxMUCCqaS3NtdHBDxRtdEf06xPKYYubMjCSWNknTc2yXySBt7DK77KKJgRK6VMasd43w6BZFAG1m9a4Uw5HyNswEp7H7nL/LLp/gEKeWGAwNcGouG5gSwvvGzCJYEkshQMhRE+2enDq5Rn5XE+k20ORJP6j7EJ7jbPLSayE9c/OpDFCMM67/I6kzHcWQGuuSooI/pa4/1Zgqf2DXzlcKJRSyqDZEIG8KvmZCxHqqcH9wvGMm/N4/l1nR68Hh8vt3lQSq3FOzbaWmwoz5w19pzljD/eK80ycYUeoyFiIckzlwKZjVJC94zga20BK/lVu/HQW1tsFiPjN5sofCU4BnLeXxvwcKconMnrbVbp+q5bU0/K1Rl5mFTcU1p4fDx4WyBkNgZb2mJW8itcZPBdOksiddlTyOG1sdMJ469uRqBHTw28/pkBykAnVX7wWFBK1Xl3TG9tjqzLwdgpplP1279UojwrqC820xQatut/YYD3kLTyQMhuDBTcuBSxKz8+G/j44Ozs+CiMechXOgNZ8KcCfKiQl2nRwEmBRLDIR4fadPRzj2/fNNs2glCleJ0gLIhCPECYXxMID3x1r0Bdyfi87z2dIbzDOzYEMiju8Y3QqePaAIfybMkEh/FU4ed00W/SSu4ZW5Ig5hOyxwTohCfi0c2Bs7iqwgbWx4L22v/sD+6zKCHIoEuB0OrPszTSBwf2pF6LV5gf0NR24sBZKwEjMrixDwn0Y1SLFmZCHV8NPZ2xJSFn+lnhaNwHB/u0ubfLDyVODfAaot4zuFNgV5UeRwV2+oaRhQpXIc24jlhCsWqz8qJ+UTzPWAzGk1CA+dWKY+Pr56gmCoS1aFEG4UrcjKeP7yfYnteyMaJelA9xFw8hDwh4JuOdHszzGvzLy74aqE+JpLKhtS+igxBesz0NNja3EBZ2VwdjGQ9Hvj/AScodwkOdBBhk3TYs6MD0lVAYy+mjajZZ/ORAHcrAZUybwxvPD9AFz/1fK5SzkIMChbfQcaoQqr04cTA0w9anpm1ZlM9qK81IypfhuVVxTg+f4JRMksr/GeEFvIIBnYVvrihbvtyMaEP+X4mz5ym3wIrXtnG2i4f9FydKxLb0H2MFAAAAAElFTkSuQmCC" /></td> <td> <p style="font-size:1.4em;">Nations Unies</p> </td> <td> <p> <span style="font-size:2em;">CRPD</span>/C/MKD/1</p> </td> </tr> <tr> <td> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:1.7em;">Convention relative aux droits des personnes handicapes</p> </td> <td> <p>Distr. gnrale</p> <p>3 dcembre 2015</p> <p>Franais</p> <p>Original: anglais</p> <p>Anglais, espagnol et franais seulement</p> </td> </tr> </table> <div class="content"> <p style="font-weight:bold;font-size:1.2em;">Comit des droits des personnes handicapes</p> <h3>Examen des rapports soumis par les tats partiesconformment l article 35 de la Convention</h3> <h2>Rapports initiaux des tats parties attendus en 2013</h2> <h3 style="font-weight:bold;">Ex-Rpublique yougoslave de Macdoine * , **</h3> <p>[Date de rception: 3 octobre 2014]</p> <p style="font-size:1.4em;">Table des matires</p> <p style="font-style:italic;font-size:0.9em;">Paragraphes Page</p> <p>Introduction1 74</p> <p>A.Dispositions gnrales de la Convention8 285</p> <p>Articles 1er 48 285</p> <p>B.Droits particuliers29 2738</p> <p>Article 5. galit et non-discrimination29 388</p> <p>Article 8. Sensibilisation39 4210</p> <p>Article 9. Accessibilit43 6511</p> <p>Article 10. Droit la vie66 6715</p> <p>Article 11. Situations de risque et situations d urgence humanitaire6815</p> <p>Article 12. Reconnaissance de la personnalit juridique dans des conditionsd galit69 7515</p> <p>Article 13. Accs la justice76 7717</p> <p>Article 14. Libert et scurit de la personne78 7917</p> <p>Article 15. Droit de ne pas tre soumis la torture ni des peines ou traitementscruels, inhumains ou dgradants80 8517</p> <p>Article 16. Droit de ne pas tre soumis l exploitation, la violence et la maltraitance86 9218</p> <p>Article 17. Protection de l intgrit de la personne93 9920</p> <p>Article 18. Droit de circuler librement et nationalit10022</p> <p>Article 19. Autonomie de vie et inclusion dans la socit101 12622</p> <p>Article 20. Mobilit personnelle127 13026</p> <p>Article 21. Libert d expression et d opinion, et accs l information131 13927</p> <p>Article 22. Respect de la vie prive140 14228</p> <p>Article 23. Respect du domicile et de la famille143 15229</p> <p>Article 24. ducation153 18130</p> <p>Article 25. Sant182 19635</p> <p>Article 26. Adaptation et radaptation197 20139</p> <p>Article 27. Travail et emploi202 21939</p> <p>Article 28. Niveau de vie adquat et protection sociale220 24743</p> <p>Article 29. Participation la vie politique et la vie publique248 25647</p> <p>Article 30. Participation la vie culturelle et rcrative, aux loisirset aux sports257 27348</p> <p>C.Situation particulire des femmes handicapes et des enfants prsentant des troubles du dveloppement274 28851</p> <p>Article 6. Femmes handicapes274 28151</p> <p>Article 7. Enfants handicaps282 28853</p> <p>D.Obligations particulires289 30955</p> <p>Article 31. Statistiques et collecte de donnes289 29555</p> <p>Article 32. Coopration internationale296 30456</p> <p> Article 33. Application et suivi au niveau national305 30957</p> <h2>Introduction</h2> <p>1.La Rpublique de Macdoine fait partie des 82 premiers pays avoir sign la Convention relative aux droits des personnes handicapes et son Protocole facultatif, respectivement le 30 mars 2007 et le 29 juillet 2009. </p> <p>2.La loi portant ratification de la Convention relative aux droits des personnes handicapes et de son Protocole facultatif a t adopte l unanimit par l Assemble de la Rpublique de Macdoine le 5 dcembre 2011, et elle est entre en vigueur le 22 dcembre 2011 (Journal officiel de la Rpublique de Macdoine no172/2001, 14 dcembre 2011).</p> <p>3.Au cours de la priode qui a suivi, le Ministre du travail et de la politique sociale, en collaboration avec des organisations de personnes handicapes et avec le soutien du Programme des Nations Unies pour le dveloppement en Rpublique de Macdoine, a entrepris une analyse systmatique de la lgislation nationale de manire identifier les aspects qui n taient pas conformes aux dispositions de la Convention, conformment l article 4 de celle-ci, l opinion dominante tant que la ratification de la Convention devait prcder l harmonisation de la lgislation nationale avec ses dispositions, eu gard aux ressources financires et autres moyens du pays. </p> <p>4.Le Ministre du travail et de la politique sociale a cr un groupe de travail charg d analyser les incidences juridiques de la ratification de la Convention et de sa transposition dans la lgislation nationale, au sein duquel il a invit siger des reprsentants du Conseil national des organisations de personnes handicapes de Macdoine et d autres associations de la socit civile Suvrant pour la protection de leurs droits, conformment la devise des personnes handicapes: Rien sur nous ne se fera sans nous. </p> <p>5.Aprs la ratification de la Convention, la Rpublique de Macdoine a continu de promouvoir l adoption de dispositions juridiques dans les domaines de la protection de l enfance et de la protection sociale, de l ducation, des soins de sant, de l assurance maladie et de l emploi, et de se concentrer sur les priorits des personnes handicapes et les changements ncessaires pour faire progresser la ralisation de leurs droits. </p> <p>6.Lors de sa session du 11 novembre 2012, le Gouvernement de la Rpublique de Macdoine a adopt une dcision portant cration d un organisme national de coordination de la mise en Suvre de la Convention relative aux droits des personnes handicapes (Journal officiel de la Rpublique de Macdoine no144/2012), compos de reprsentants des institutions comptentes telles que le groupe parlementaire interpartis pour les droits des personnes handicapes, la Commission pour la protection contre la discrimination, le Bureau du Mdiateur, des ministres, des institutions tatiques et publiques, le Conseil judiciaire, le Conseil de la radiodiffusion, le Conseil national des organisations de personnes handicapes, l Association Polio Plus contre le handicap et plusieurs autres acteurs qui, dans le cadre de leurs activits et chacun dans leur domaine respectif, sont chargs de la mise en Suvre et du suivi de la Convention. </p> <p>7.Il importe de souligner que des reprsentants de la socit civile ont directement particip l tablissement du prsent rapport et que la contribution la plus importante a t celle des reprsentants des organisations nationales de personnes handicapes de la Rpublique de Macdoine. </p> <h2>A.Dispositions gnrales de la Convention</h2> <h3>Articles 1er 4</h3> <h3>Dfinition </h3> <p>8.Conformment au paragraphe3 de l article35 de la Constitution, la Rpublique de Macdoine accorde une protection particulire aux personnes handicapes et garantit les conditions de leur insertion dans la socit.</p> <p>9.En 2003, l Assemble de la Rpublique de Macdoine a adopt une Dclaration sur la protection et la promotion des droits des personnes handicapes qui apporte des prcisions sur les notions de personnes handicapes, de besoins particuliers des personnes handicapes et de personnes en situation de handicap. </p> <p>10.Selon la loi sur les invalides de guerre civils (Journal officiel de Yougoslavie nos33/1976, 25/1979, 11/1981, 4/1985, 12/1989, 17/1991, 38/1991 et Journal officiel de la Rpublique de Macdoine nos81/1999, 165/2008, 12/2009 et 161/2009), un invalide civil s entend d une personne prsentant des lsions corporelles rsultant de blessures causes par les vestiges de matriel militaire. </p> <p>11.La loi sur la protection sociale (Journal officiel de la Rpublique de Macdoine nos79/09, 36/11, 51/11,166/12, 15/13, 73/13,164/13 et 187/13, 38/14 et 44/14) utilise les expressions personnes prsentant un handicap physique et personnes prsentant un handicap mental. </p> <p>12.La loi sur l emploi des personnes handicapes (Journal officiel de la Rpublique de Macdoine nos87/2005 (version consolide), 113/2005, 29/2007, 88/2008, 99/2009 et 136/2011) utilise l expression personnes handicapes, comme l indique son libell. </p> <p>13.Il est soulign dans la loi sur les relations professionnelles (Journal officiel de la Rpublique de Macdoine nos106/2008, 161/2008, 114/2009, 16/2010 (version consolide), 50/2010, 52/2010, 158/2010 (version consolide), 47/2011, 11/2012, 39/2012, 52/2012 (version consolide), 13/2013 et 25/2013) que l employeur ne doit pas placer un candidat un poste ou un salari dans une situation dfavorable en raison de sa race, de la couleur de sa peau, de son sexe, de son ge ou de son tat de sant, par exemple son handicap[& .] (par. 1 de l article6). L article177, intitul Protection des personnes handicapes et dont le sous-titre est libell Emploi, formation et formation complmentaire des personnes handicapes dispose que l employeur doit protger les personnes handicapes dans le cadre de l emploi, de la formation ou de la formation complmentaire, conformment la loi. L article178, intitul Droits des personnes ayant une incapacit professionnelle dispose que l employeur est tenu de tenir compte [& ] des personnes prsentant une capacit de travail rduite ou altre [& ]. L article169 de ladite loi traite de la rduction du temps de travail pour le parent d un enfant prsentant des troubles du dveloppement et des besoins ducatifs particuliers. </p> <p>14.La loi sur les pensions et l assurance invalidit (Journal officiel de la Rpublique de Macdoine nos98/2012, 166/2012, 15/2013, 170/2013, 43/2014, 44/2014) emploie les expressions personne invalide, pension d invalidit et assurance invalidit. </p> <p>15.Le Guide de l valuation des besoins particuliers des personnes prsentant un handicap physique ou mental (Journal officiel de la Rpublique de Macdoine no30/2000) prcise que les personnes prsentant un handicap physique ou mental ayant des besoins particuliers s entendent: </p> <p>1.Des personnes souffrant d un handicap visuel (aveugles et malvoyants); </p> <p>2.Des personnes prsentant un trouble de la voix, de la parole et du langage;</p> <p>3.Des personnes prsentant un handicap physique;</p> <p>4.Des personnes prsentant un handicap mental (lger, modr, svre et profond); </p> <p>5.Des personnesatteintes d autisme; </p> <p>6.Des personnes souffrant d une maladie chronique; </p> <p>7.Des personnes prsentant plusieurs handicaps (personnes polyhandicapes).</p> <p>16.Selon la loi sur la prvention de la discrimination et la protection contre la discrimination (Journal officiel de la Rpublique de Macdoine no50/2010 du 13avril 2010), une personne handicape s entend d une personne prsentant un handicap physique ou mental. </p> <p>17.Conformment la loi sur la construction, les difices publics ou commerciaux doivent tre crs et construits de manire ce que les personnes handicapes puissent y avoir accs, s y dplacer, y sjourner et y travailler (par. 1, art.11). </p> <p>18.En vertu de la loi sur planification spatiale et territoriale, les barrires dsignent les obstacles artificiels construits dans les villes et autres zones urbaines qui gnent les dplacements des personnes handicapes. </p> <p>19.Selon la Stratgie nationale pour l galit des droits des personnes handicapes 2010-2018 (rvise), sont considres comme handicapes les personnes qui prsentent des dficiences physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles durables dont l interaction avec diverses barrires peut faire obstacle leur pleine et effective participation la socit sur la base de l galit avec les autres. </p> <p>20.La terminologie n est pas uniforme dans la pratique et les expressions les plus couramment employes sont personnes handicapes, invalides, personnes en situation de handicap et personnes prsentant un handicap intellectuel, personnes ayant des besoins particuliers et, moins frquemment, personnes ayant des besoins spcifiques. La terminologie la plus frquemment employe pour les enfants est celle d enfants handicaps ou d enfants ayant des besoins spciaux, notamment dans le domaine de l ducation, s il importe de souligner l aspect ducatif de leur dveloppement. </p> <p>21.Les organisations de personnes handicapes ( l exception du Centre d aide aux personnes prsentant un handicap intellectuel Poraka), le Conseil national des organisations de personnes handicapes et l Organe de coordination pour l galit des chances des personnes handicapes ont accept l expression personnes handicapes. Les universitaires, dans leur grande majorit, prfrent galement cette expression. Les autres organisations Suvrant auprs des personnes handicapes prfrent quant elles personnes en situation de handicap. Les mdias utilisent trs souvent les expressions personnes ayant des besoins particuliers, personnes handicapes ou personnes en situation de handicap. </p> <h3>Communication</h3> <p>22.L impression de manuels en braille, la cration d une section pour les aveugles et malvoyants au sein de la Bibliothque nationale et universitaire Saint-Clment d Ohrid Skopje, les mentions en braille apposes sur le conditionnement des mdicaments, le dploiement de feux de circulation sonores et la promotion de nouvelles technologies (logiciel de synthse vocale en macdonien pour les aveugles) font partie des mesures positives prises en vue de promouvoir l exercice du droit la communication sans discrimination. </p> <h3>Langue</h3> <p>23.La loi sur l utilisation de la langue des signes a t adopte pour reconnatre la langue des signes comme moyen de communication naturel des sourds et leur permettre d avoir accs l information dans des conditions d galit.</p> <h3>Discrimination fonde sur le handicap </h3> <p>24.Conformment la loi sur la prvention de la discrimination et la protection contre la discrimination (2010), il s opre une discrimination l gard des personnes prsentant un handicap physique et mental ds lors qu aucune mesure n est prise pour supprimer les obstacles, c est--dire pour adapter les infrastructures et l environnement afin de leur permettre l accs aux ressources publiques ou la participation la vie publique et sociale. La loi interdit toute discrimination directe ou indirecte, tout appel ou incitation la discrimination et tout soutien apport un traitement discriminatoire fond sur le sexe, la race, la couleur de peau, le genre, l appartenance un groupe marginalis, l origine ethnique, la langue, la nationalit, l origine sociale, la religion, la confession ou d autres croyances, l ducation, l appartenance politique, la situation personnelle ou sociale, une incapacit mentale ou physique, l ge, la situation familiale ou matrimoniale, la fortune, l tat de sant ou tout autre motif prvu par la loi ou les accords internationaux ratifis par la Rpublique de Macdoine (ci-aprs, motifs de discrimination). La loi garantit la prvention de la discrimination et la protection contre ce phnomne dans l exercice des droits consacrs par la Constitution et les lois de la Rpublique de Macdoine et les accords internationaux que celle-ci a ratifis.</p> <h3>Amnagements raisonnables</h3> <p>25.L obligation de prvoir des amnagements raisonnables est prvue par la loi sur la prvention de la discrimination et la protection contre la discrimination (2010). En vertu de ladite loi, la discrimination l gard des personnes handicapes s entend galement de l absence d amnagements raisonnables en leur faveur, c est--dire de mesures leur permettant, conformment leurs besoins spcifiques, d avoir accs aux ressources publiques, de participer la vie publique et sociale, de pouvoir accder leur lieu de travail et de bnficier de conditions de travail adquates, ainsi que l absence d amnagement des infrastructures, de l environnement et des quipements. </p> <p>26.L amnagement des infrastructures publiques est rgi par la loi sur la construction (2007) et, plus prcisment, par le Guide relatif l accessibilit aux personnes handicapes des tablissements recevant du public (2005). Ce guide prescrit les conditions et mthodes permettant de faciliter l accs, le dplacement, le sjour et le travail des personnes handicapes dans ces tablissements.</p> <p>27.La loi sur l emploi des personnes handicapes (2000) prescrit des mesures pour l amnagement des lieux de travail afin de permettre aux personnes handicapes et aux autres employs d exercer leurs fonctions. </p> <h3>Mise en Suvre des principes gnraux de la Convention</h3> <p>28.L Organe de coordination national pour l galit des droits des personnes handicapes en Rpublique de Macdoine a t cr conformment la dcision du Gouvernement no23 3840/1 du 28 juillet 1999. Cet organe se compose de reprsentants des sept associations nationales, membres du Conseil national des organisations de personnes handicapes. Le Ministre du travail et de la politique sociale, en sa qualit de ministre de tutelle, s emploie promouvoir systmatiquement la coopration avec le Conseil national des organisations de personnes handicapes de Macdoine en assurant le financement de ses activits, conformment la loi sur les organisations de personnes handicapes et la loi sur les jeux de hasard et d argent en vertu de laquelle les recettes de ces jeux doivent tre affectes au financement de certains programmes annuels et les activits d associations de citoyens (programmes des associations de personnes handicapes, des associations sportives et de la Croix-Rouge de la Rpublique de Macdoine). Les recettes provenant des jeux d argent et de hasard sont rserves la ralisation de l objectif nonc au paragraphe2 de l article16 et reprsentent 50% des recettes totales gnres par les jeux d argent et de hasard au cours de l anne civile prcdente. L affectation de ces recettes est du ressort du Gouvernement, en fonction des programmes proposs. Jusqu prsent ce sont les programmes proposs par les organisations de personnes handicapes de la Rpublique de Macdoine, le Conseil national des organisations de personnes handicapes et le Conseil national lui-mme qui en ont bnfici. </p> <h2>B.Droits particuliers </h2> <h3>Article 5galit et non-discrimination</h3> <p>29.La Rpublique de Macdoine garantit l galit de tous les citoyens. Conformment l article9 de sa Constitution, les citoyens de la Rpublique de Macdoine sont gaux dans leurs liberts et droits, indpendamment de leur sexe, race, couleur de peau, origine nationale et sociale, convictions politiques et religieuses, situation sociale et fortune. Les citoyens sont gaux devant la Constitution et les lois. </p> <p>30.Au cours des dernires annes, le principe de non-discrimination a t progressivement incorpor la lgislation nationale et des dispositions interdisant la discrimination directe ou indirecte dans l exercice des droits, fonde sur diffrents motifs, dont le handicap, ont t ajoutes plusieurs textes de loi. </p> <p>31.La loi sur la prvention de la discrimination et la protection contre la discrimination a t adopte en 2010. Elle dispose que la prvention de la discrimination et la protection contre ce phnomne s appliquent toutes les personnes physiques et morales dans l exercice des droits et liberts garantis par la Constitution et la lgislation de la Rpublique de Macdoine. L article3 de ladite loi considre le handicap physique et mental comme un motif de discrimination, tandis que l article8, qui dfinit la discrimination l gard des personnes atteintes d un handicap physique et mental, stipule que: </p> <p>1)La discrimination l gard des personnes prsentant un handicap physique et mental s entend de tout ce qui empche l accs la protection de la sant ou y fait obstacle de manire dlibre, c est--dire la privation du droit la sant, aux traitements mdicaux et aux mdicaments, ainsi qu aux moyens de radaptation et mesures d adaptation ncessaires pour rpondre leurs besoins, la privation du droit au mariage et de celui de fonder une famille et d autres droits dans le domaine du mariage et des relations familiales, la privation du droit l ducation, au travail et aux droits dcoulant des conventions relatives au travail.</p> <p>2)La discrimination l gard des personnes prsentant un handicap physique et mental s entend galement de l absence de mesures permettant l limination de qui fait obstacle leur accs aux ressources publiques ou leur participation la vie publique et sociale ou de l absence de mesures visant amnager les infrastructures et l environnement. </p> <p>32.Les mesures de discrimination positive prises pour acclrer ou raliser l galit effective des personnes handicapes, conformment la Convention relative aux droits des personnes handicapes, ne doivent pas tre considres comme discriminatoires. Ces mesures sont prvues par la loi sur la prvention de la discrimination et la protection contre la discrimination. </p> <p>33.Cette loi a galement port cration de la Commission pour la protection contre la discrimination qui, conformment aux comptences qui lui sont imparties, est charge de traiter les plaintes, de diligenter des enqutes, de formuler des avis ou des recommandations sur les cas de discrimination et d engager les dmarches ncessaires au lancement de procdures devant les instances comptentes en cas de non-respect de la loi. Les personnes handicapes victimes de discrimination peuvent faire valoir leurs droits devant les tribunaux et, lors des procdures judiciaires, demander la protection des droits qui ont t bafous en raison de motifs discriminatoires. </p> <p>34.En 2013, la Commission pour la protection contre la discrimination, en collaboration avec le Centre macdonien de coopration internationale, le Mouvement Polio Plus contre le handicap et le Ministre du travail et de la politique sociale, a mis en Suvre un projet intitul De la lgislation la pratique dans le cadre du Programme PROGRESS de l Union europenne. Son principal objectif tait de contribuer l affirmation de l galit et de contribuer la lutte contre la discrimination par des actions de sensibilisation menes auprs du public et des principales parties prenantes. Plusieurs instruments et mcanismes nationaux de lutte contre la discrimination et de promotion de l galit ont t renforcs dans le cadre de ce projet afin de surmonter les obstacles lis, dans la pratique, la lutte contre la discrimination. La Commission a jou un rle actif dans le cadre de ce projet et a particip la plupart de ses activits. L un des aspects du projet tait consacr au renforcement des capacits et de la visibilit de la Commission grce la prparation de matriel promotionnel, la conduite de recherches, des visites d tudes et diverses autres activits. Celui-ci a galement donn lieu l laboration d un guide spcial intitul Contribution de la Commission la lutte contre la discrimination. Une partie du guide prsente la Commission elle-mme, c est--dire son rle et ses comptences, tandis que l autre fournit une description systmatique des procdures, commencer par le dpt d une plainte par la personne qui s estime victime de discrimination jusqu au traitement de l affaire en question et l avis final de la Commission. </p> <p>35.La loi sur la protection sociale consacre le principe de l interdiction de la discrimination. Son article20 interdit la discrimination directe ou indirecte fonde sur le sexe, la race, la couleur de la peau, l origine nationale, ethnique ou sociale, les convictions politiques ou religieuses, l origine culturelle, la langue, la situation conomique et sociale et le handicap dans l exercice des droits relatifs la protection sociale consacrs par la loi. L interdiction vise dans cet article concerne les institutions publiques de protection sociale cres par le Gouvernement, les municipalits, la ville de Skopje et les localits voisines, ainsi que les institutions sociales prives cres par des personnes physiques ou morales, de mme que les associations et les personnes physiques qui Suvrent dans le domaine de la protection sociale, en conformit avec ladite loi. </p> <p>36.La Stratgie nationale pour l galit des chances et la non-discrimination fonde sur le sexe, l ge, l origine ethnique et le handicap physique et mental pour la priode 2012-2015 est un document stratgique du Gouvernement, dont le principal objectif est de faire progresser l exercice du droit l galit et de raliser l galit des chances. </p> <p>37.L objectif stratgique IV de la Stratgie nationale concerne l accs aux biens et services des personnes atteintes d un handicap physique et mental sur un pied d galit avec les autres. Cet objectif est dtaill plus avant dans le Plan oprationnel pour 2013 qui prvoit quatre grands groupes d activit: </p> <p>Promotion des possibilits d emploi et de travail pour les personnes prsentant un handicap physique et mental, sur un pied d galit avec les autres;</p> <p>ducation des personnes atteintes d un handicap physique et mental, sur un pied d galit avec les autres;</p> <p>Accessibilit des personnes prsentant un handicap physique et mental aux moyens de transport et de communication;</p> <p>Accs des personnes atteintes d un handicap physique et mental aux biens et services, sur un pied d galit avec les autres.</p> <p>38.Ce cadre juridique, de mme que les politiques nationales, permettent d assurer la protection contre la discrimination, d autant plus que la Macdoine prend des mesures pour se conformer aux initiatives europennes visant promouvoir l galit des chances pour les personnes handicapes. </p> <h3>Article 8Sensibilisation </h3> <p>39.Pour sensibiliser le public la question du handicap et ses rpercutions, des campagnes, sminaires, confrences, tables rondes et ateliers sont systmatiquement organiss sur le principe Rien sur nous ne se fera sans nous, auxquels les personnes handicapes participent activement. </p> <p>40.Les campagnes de sensibilisation de la socit civile sont soutenues par les autorits de l tat ( l chelle nationale et locale). Paralllement, les autorits nationales et locales consentent de nombreux efforts pour garantir la prennit et la continuit de ces campagnes. Le Centre national d aide aux personnes handicapes mentales Poraka, qui est l une des quatre organisations partenaires et a men une initiative en rapport avec la Convention, a t incluse dans le programme intitul Promouvoir la participation des citoyens au processus lgislatif mis en place par l Institut national pour la dmocratie et l Institut pour la dmocratie parlementaire. L objectif de ces activits est de souligner l importance de la Convention relative aux droits des personnes handicapes et la ncessit de la ratifier de toute urgence, et de dmontrer que sa ratification permettra la Rpublique de Macdoine de raliser les droits des personnes handicapes. </p> <p>41.Dans le cadre du programme mis en place pour clbrer la Journe internationale des personnes handicapes, le 3dcembre, le Centre national d aide aux personnes handicapes Poraka a lanc une campagne de prvention contre la violence l gard des enfants et des personnes prsentant un handicap mental place sous le thme La vie est une aventure sans danger. Cette campagne tait destine au grand public ainsi qu aux personnes prsentant un handicap mental, leurs familles et aux professionnels qui travaillent avec elles. Elle avait pour objectif de les sensibiliser la ncessit d laborer des stratgies de prvention de la maltraitance l gard des adultes et des enfants atteints d un handicap mental. Enfin, elle a donn lieu la publication de deux brochures, Enfance, handicap et violence et La vie est une aventure sans danger, ainsi qu la diffusion un documentaire promotionnel, L aventure de Sara. </p> <p>42.Le projet De la lgislation la pratique, qui a bnfici du financement du Programme PROGRESS de l Union europenne pour la promotion de l galit et de la non&#8209;discrimination, avait pour but de sensibiliser le public au concept de l galit et de la non-discrimination, ainsi que d amliorer le cadre lgislatif et les mcanismes nationaux de protection contre la discrimination et de lutte contre ce phnomne. Dans le cadre de ce projet, le public et les mdias ont t invits agir de concert pour lutter plus efficacement contre la discrimination et parvenir l galit, la tolrance et la non-discrimination tous les niveaux et dans toutes les sphres de la socit. Plusieurs activits ont t menes dans le cadre de ce projet pour sensibiliser le public et les principales parties prenantes au concept de l galit et de la non-discrimination. Des dpliants, des brochures et des manuels ont t labors afin de permettre tous d identifier les cas de discrimination et d informer les victimes sur les mesures prendre dans de telles situations pour faire valoir leurs droits. Un service tlphonique gratuit a galement t mis en place afin de permettre aux membres du public de signaler les cas de discrimination et un concours a t organis sur le thme La discrimination de mon point de vue. L objectif de ce concours tait d encourager une couverture mdiatique rgulire et objective sur la question de la discrimination, de faire connatre ses diffrentes formes, ainsi que les ingalits dont sont victimes les groupes vulnrables afin de mieux sensibiliser l ensemble de la population et de souligner la responsabilit de tous dans les solutions y apporter. </p> <h3>Article 9Accessibilit</h3> <p>43.L article16 de la Constitution de la Rpublique de Macdoine garantit le libre accs l information et la libert de recevoir et de diffuser de l information. </p> <p>44.Le paragraphe 4 de l article33 de la loi sur le transport routier dispose que les transporteurs et gares routires sont tenus de dlivrer des billets aller-retour gratuits toute personne prsentant une dficience visuelle de plus de 90% ainsi qu la personne qui l accompagne, sous rserve de la prsentation de la carte de membre et de transport dlivre par l Association des aveugles, de mme qu toute personne prsentant un handicap un taux de 100% et la personne qui l accompagne, sous rserve de la prsentation de la carte de membre et de transport dlivre par l Association des personnes handicapes. Chaque trajet doit tre indiqu sur la carte de transport. Toute personne prsentant un handicap visuel de plus de 90%, de mme que toute personne handicape et leurs accompagnateurs respectifs ont droit, au cours d une anne civile, un maximum de six trajets routiers aller-retour sur le territoire national, la charge des transporteurs.</p> <p>45.L article65 de la loi sur les routes publiques dispose que sont exempts des frais d accs aux routes publiques (pages autoroutiers) les vhicules des personnes atteintes de dystrophie, de sclrose en plaques, d infirmit motrice crbrale, de paraplgie, d hmiplgie, de quadriplgie, de poliomylite, de mme que ceux des personnes prsentant une dficience visuelle de plus de 90%, des personnes dialyses ou qui ont t amputes d un bras ou d une jambe et prsentent des dficiences physiques suprieure 80%, attestes par un document dlivr par la commission comptente de la Caisse de retraite et d assurance invalidit de Macdoine. </p> <p>46.En vertu de l article11 de la loi sur la construction, (1) les abords et l intrieur des difices vocation publique et commerciale, des immeubles rsidentiels, ainsi que des difices vocation rsidentielle et commerciale doivent tre conus et construits de manire ce que les personnes handicapes puissent y accder, s y dplacer, y sjourner et y travailler. Conformment cette loi, le Ministre des transports et de la communication a publi un Guide pour l accessibilit du cadre bti aux personnes handicapes afin de favoriser l accessibilit aux personnes handicapes des locaux d habitation, des lieux de travail et des installations recevant du public. Ce guide est entr en vigueur le 20 fvrier 2010. Ladite loi rgit l amnagement des difices vocation publique, commerciale, rsidentielle et commerciale-rsidentielle de 10 logements et plus, et prescrit des normes modernes d accessibilit. Toutefois, les dispositions pertinentes sont peu, voire pas du tout appliques, tant dans les difices existants que dans ceux en construction. Les bordures de trottoirs trop leves, les passages pour pitons, trottoirs, terrains de stationnement et arrts d autobus inadapts, de mme que les toilettes inaccessibles aux personnes en fauteuil roulant, etc., restent lgion. </p> <p>47.En vertu de l article4 de la loi sur l amnagement spatial et matriel, l limination des obstacles urbains l accessibilit des personnes handicapes doit tre l un des principes fondamentaux de tout processus d amnagement spatial et matriel. </p> <p>48.Par ailleurs, l article12 de la loi sur le logement prvoit que les travaux d entretien des difices rsidentiels doivent viser amliorer leur accessibilit, tandis que l article19 dispose que l administrateur de tels difices doit se familiariser avec les normes d accessibilit des personnes handicapes aux difices rsidentiels.</p> <p>49.Le Plan d action pour l amnagement de rampes d accs dans les tablissements recevant du public des gouvernements autonomes locaux (2009-2013) est actualis en permanence, de mme que les coordonnes des employs de toutes les institutions publiques et d tat charges de venir en aide aux personnes handicapes dans le cadre de leurs dmarches auprs de ces institutions. </p> <p>50.Les dispositions gnrales de l article2 et celles du paragraphe 1.2 de la loi sur les contrats du transport ferroviaire rgissent le droit au transport des personnes handicapes et des personnes mobilit rduite. </p> <p>51.Le paragraphe 4 de l article3 de la Dcision du Gouvernement de la Rpublique de Macdoine (Journal officiel no96/2009) relative l attribution des logements sociaux et aux conditions de leur usage, qui concerne les logements construits au titre du Programme de construction et d entretien des appartements proprit de l tat, dfinit comme suit les bnficiaires des logements sociaux: personnes handicapes et personnes ayant besoin des soins et de l aide d autrui et familles ayant charge des personnes handicapes, tandis que les critres runir sont numrs l article7 de ladite dcision. </p> <p>52.En collaboration avec le Ministre des transports et de la communication, six billets aller-retour annuels peuvent tre dlivrs gratuitement aux personnes prsentant un handicap physique grave, aux sourds et aux personnes prsentant un handicap mental svre pour leurs trajets interurbains. Jusqu prsent, ces billets taient rservs exclusivement aux aveugles. L article65 de la loi sur les routes publiques a donc t modifi et complt en consquence. </p> <p>53.Le Ministre du travail et de la politique sociale, le Ministre des transports et de la communication, le Ministre de l conomie et les principaux transporteurs du pays sont convenus de faire l acquisition d autobus munis de plateformes d accs pour les personnes handicapes de manire ce qu elles aient plus facilement accs aux transports en commun. cet gard, le Ministre de l conomie est tenu de modifier et de complter immdiatement les rglements qui rgulent l importation d autobus neufs et d occasion. </p> <p>54.Le Ministre du travail et de la politique sociale, le Ministre de la culture, l Union nationale des aveugles de la Rpublique de Macdoine, l cole nationale de radaptation des enfants et jeunes adultes handicaps visuels Dimitar Vlahov, le Club des orateurs et les principaux thtres et tablissements nationaux relevant du Ministre de la culture ont sign un Protocole de coopration en vertu duquel ils s engagent fournir les ressources humaines ncessaires pour raliser le projet d enrichissement de la collection de livres audio de la section de la Bibliothque de l Universit nationale Saint-Clment d Ohrid Skopje rserves aux aveugles et malvoyants. </p> <p>55.Conformment la loi sur l utilisation de la langue des signes, une commission a t mise en place pour la vrification et la normalisation de la langue des signes, en collaboration avec l Institut de radaptation et d ducation spcialise de la Facult de philosophie de Skopje, l Institut de la langue macdonienne, l Union nationale des sourds et malentendants de Macdoine, ainsi que la Commission pour la formation d interprtes en langue des signes. Ces entits organisent des formations pour les personnes qui souhaitent apprendre la langue des signes, comme les pharmaciens, en collaboration avec la Chambre des pharmaciens de Macdoine. Elles ont bnfici ce titre d une subvention de 300000dinars macdoniens du Ministre du travail et de la politique sociale. La tlvision nationale diffuse des journaux tlviss et programmes d information en langue des signes aux heures de grande coute. </p> <p>56.S agissant de l accs l information et aux moyens de communication, la loi sur les communications lectroniques (art.29) dispose que les rseaux de communication lectronique et d infrastructures de communication lectronique, de mme que les services et dispositifs de soutien ces infrastructures, doivent tre planifis, projets, conus et dploys de manire permettre aux personnes handicapes d avoir accs aux services de communication lectronique. L article33, qui traite du service universel, prvoit la mise en place de conditions d accs et d utilisation des services de tlphonie publique pour les usagers prsentant des besoins particuliers sur un pied d galit avec les autres, y compris l accs aux numros d appel d urgence, l annuaire tlphonique et aux services d information tlphonique. La loi prvoit en outre la mise en Suvre de politiques visant renforcer l exercice et la protection des droits des usagers handicaps, de leur permettre d avoir accs aux services et aux meilleures possibilits en termes de choix, de prix et de qualit des services, dans des conditions d galit. Pour sa part, le fournisseur de service universel doit s engager fournir aux personnes handicapes l accs l intgralit de l annuaire, aux services d information tlphonique, aux contrats d abonnement et une facture dtaille dans un format adapt leur handicap, ainsi qu des dispositifs leur permettant d exercer un suivi et un contrle appropris des frais relatifs ces services, sur un pied d galit avec les autres usagers. Il doit galement leur garantir l accs aux tlphones publics et autres points d accs aux services de tlphonie publique. Les contrats de service doivent fournir des informations destines spcifiquement aux personnes handicapes. Par ailleurs, l oprateur a l obligation de publier rgulirement des informations pour les usagers handicaps dtaillant les produits et services qui leur sont spcifiquement destins. Il est aussi tenu de publier des informations comparables, appropries et actualises sur la qualit des services fournis aux usagers handicaps et de planifier, projeter, concevoir et dployer des services de nature leur permette d avoir accs aux services publics de communication lectronique. </p> <p>57.La loi sur les services radiophoniques et audiovisuels prvoit des dispositions pour les groupes vulnrables de la population. Le chapitreVI intitul Contribution l audiovisuel public prvoit l exonration de la redevance audiovisuelle pour les aveugles, les personnes prsentant un handicap visuel de plus de 90%, les sourds et les personnes prsentant une perte auditive suprieure 60dcibels, ainsi que pour les personnes prsentant un handicap physique d un taux suprieur 90%. </p> <p>58.La Stratgie nationale pour l galit des droits des personnes handicapes en Rpublique de Macdoine (rvise) 2010-2018 prvoit le renforcement systmatique des rglements concernant l application obligatoire des normes d accessibilit. </p> <p>59.Les mesures prvues par la Stratgie sont les suivantes:</p> <p>Cration de services visant satisfaire aux besoins des personnes handicapes afin de permettre leur pleine intgration dans la socit, tant sur le plan personnel que familial, professionnel et ducatif;</p> <p>Soutien la recherche, au dveloppement, la production et l application des nouvelles technologies de l information et de la communication et leur mise disponibilit aux personnes handicapes;</p> <p>laboration de mcanismes d accs l information et la communication pour les personnes handicapes;</p> <p>Adoption de dispositions juridiques pour promouvoir le dveloppement, la fabrication, l achat et l entretien d appareils destins aux personnes handicapes;</p> <p>Adoption, par les autorits publiques, de normes et rglements visant liminer les obstacles matriels et autres afin de permettre aux personnes handicapes d avoir accs au milieu physique, ainsi qu l information et aux moyens de communication.</p> <p>60.La loi sur les soins de sant de 2012 prvoit que tous les citoyens ont droit, en ce qui concerne l accs aux soins, bnficier du niveau le plus lev possible de respect des droits de l homme et des valeurs sur lesquels ils reposent. L interdiction de toute discrimination dans ce domaine l gard des personnes prsentant un handicap mental ou physique permet de satisfaire au principe d galit en matire de soins de sant. </p> <p>61.L accessibilit s entend des dispositions permettant de garantir aux personnes handicapes l accs, dans des conditions d galit, aux tablissements et services publics, y compris aux services de sant. La loi sur les soins de sant tablit les critres que doit remplir chaque tablissement de sant cet gard, conformment aux documents publis cet effet par le Ministre de la sant (art.62). </p> <p>62.Le Plan d action oprationnel 2010-2018 pour l amlioration de la sant des personnes handicapes est un document oprationnel qui numre les ralisations accomplies et les conditions relatives la sant des personnes handicapes. Son but est d amliorer le systme de sant et ses capacits en apportant des solutions pertinentes aux questions pratiques lies l accs des personnes handicapes au systme de sant et aux autres systmes, et leur prise en compte par ces systmes, afin qu elles puissent atteindre le meilleur tat de sant possible. Le Plan oprationnel envisage le handicap dans sa globalit et prend en compte toutes les tapes de la vie des personnes handicapes. Il prvoit la mise en place de services spciaux dans le domaine de la sant sexuelle et procrative (particulirement importants pour les adolescents et les jeunes de moins de 26ans), ainsi que des mesures et activits pertinentes pour les personnes handicapes aux diffrentes tapes de leur vie adulte. Le Plan d action a donc pour objectif d amliorer la sant des personnes handicapes. Il dfinit les engagements en la matire et numre les activits concrtes qui doivent tre mises en Suvre dans ce domaine pendant la priode 2010-2018. De concert avec les autres plans oprationnels mis en Suvre par d autres secteurs pertinents, il forme, par son approche multisectorielle et interdisciplinaire, la base de la rponse oprationnelle intgre que le Gouvernement entend apporter aux besoins des personnes handicapes tout au long et dans toutes sphres de leur vie. </p> <p>63.Ce Plan d action repose sur la dcision du Gouvernement du 2 fvrier 2010 relative l adoption d une Stratgie nationale pour l galit des droits des personnes handicapes en Rpublique de Macdoine 2010-2018 (version rvise), qui prvoit galement l laboration d un plan oprationnel numrant les activits entreprendre suivant un calendrier donn, de mme que les responsabilits et les rsultats attendus de la mise en Suvre des mesures prvues dans le domaine de la sant, dans le cadre de la Stratgie ci-haut mentionne. Aucune partie du budget du Ministre du travail et de la politique social et du Ministre de la sant pour la priode 2010-2018 n est toutefois rserve ce plan oprationnel.</p> <p>64.La Stratgie nationale pour l galit des chances et la non-discrimination fonde sur le sexe, l ge, l origine ethnique et le handicap mental ou physique pour la priode 2012&#8209;2015 a vocation amliorer la situation des catgories les plus vulnrables de la population, comme les personnes handicapes. Elle prvoit des mesures pour faire progresser l galit et la non-discrimination. L un de ses objectifs est de promouvoir la jouissance par les personnes prsentant un handicap mental et physique des mmes biens et services dont jouit le reste de la population. </p> <p>65.Le Plan d action oprationnel de cette stratgie est un document gouvernemental qui dfinit les buts, mesures, activits, organismes responsables, indicateurs et rpercussions fiscales de la mise en Suvre de la Stratgie nationale pour l galit des chances et la non&#8209;discrimination fonde sur le sexe, l ge, l origine ethnique et le handicap mental ou physique pendant la priode 2012-2015. Il prvoit galement des mesures et activits pour la priode 2014-2015, finances en grande partie par l instrument d aide de pradhsion (IAP) ainsi que par le Fonds spcial pour le travail et l emploi des personnes handicapes de l Agence nationale pour l emploi, de mme que par des dons et des partenaires trangers. </p> <h3>Article 10Droit la vie</h3> <p>66.Le droit la vie est garanti par la Constitution ainsi que par plusieurs instruments internationaux dont la Rpublique de Macdoine est signataire et qui font partie de son ordre juridique interne. </p> <p>67.Les paragraphes2 et 3 de l article3 de la loi sur l interruption de grossesse, qui rglemente les conditions permettant aux femmes d interrompre leur grossesse, tablissent la procdure pour obtenir l autorisation de recourir une interruption volontaire de grossesse, les critres que doivent runir les tablissements de sant qui pratiquent ce genre d intervention et le suivi dont doivent faire l objet les conditions et procdures applicables afin de protger la sant des femmes enceintes. En vertu de ces dispositions, si la femme enceinte est mineure ou prive de capacit juridique, l interruption de grossesse peut tre pratique jusqu la 10e semaine de grossesse, avec le consentement crit des adultes dtenant l autorit parentale, de la manire et selon la forme prescrites par les rglements applicables la protection des droits des patients. </p> <h3>Article 11Situations de risque et situations d urgence humanitaire</h3> <p>68.Le Guide de gestion des sinistres et des catastrophes naturelles a t imprim en braille avec le soutien financier du PNUD et la collaboration du Ministre de l ducation et de la science et du Centre de gestion de crise. Un Guide de la protection en situation de crise a t labor et adapt pour les lves et tudiants prsentant une dficience visuelle, de mme qu un recueil avec des illustrations en couleur et en relief. Ce recueil reprend le contenu du Guide et les plans d vacuation. La Rpublique de Macdoine est le premier pays des Balkans avoir publi ce type de guide pratique. </p> <h3>Article 12Reconnaissance de la personnalit juridique dans des conditions d galit</h3> <p>69.Les rglements fondamentaux qui s appliquent au rgime de tutelle et la privation de la capacit juridique relvent de la loi sur la famille et de la loi sur les rglements extrajudiciaires. Plusieurs dispositions relatives la protection des personnes prives de capacit juridique figurent galement dans la loi sur la protection sociale, la loi sur la protection de la sant, le Code pnal, le Code lectoral, la loi sur les contrats, ainsi que dans d autres lois. </p> <p>70.Tous les citoyens sont gaux devant la Constitution et la loi (Journal officiel de la Rpublique de Macdoine nos37/96, 80/99, 04/02, 43/03, 19/04, 81/05, 60/06, 73/06, 7/08, 139/08, 114/09, 51/11, 114/09, 51/11, 135/11, 142/12,166/12, 55/13, 82/13, 14/14, 27/14 et 28/14). Le Code pnal prvoit pour sa part des sanctions contre toute personne qui viole ou restreint les droits consacrs par la Constitution, la loi ou tout autre rglement applicable. </p> <p>71.En vertu de la loi sur les rglements extrajudiciaires, lors des procdures de privation de la capacit juridique, le tribunal peut dcider de priver partiellement ou intgralement de capacit juridique toute personne qui, pour cause de maladie mentale, d arriration mentale, d alcoolisme ou d abus de substances opiaces, de narcotiques, de substances psychotropes et de leurs prcurseurs, est dans l impossibilit de prendre soin d elle et de protger ses droits et intrts. </p> <p>72.Lorsque les motifs qui aboutissent la privation de la capacit juridique cessent d exister, le tribunal peut dcider de rtablir partiellement ou compltement la capacit juridique de l intress. La procdure de privation partielle ou complte de la capacit juridique peut tre instaure par un tribunal ou la demande du conjoint, de l enfant, du petit-fils ou de la petite-fille, du pre, de la mre, du grand-pre, de la grand-mre, du frre, de la sSur ou de quiconque vivant en permanence avec l intress, ainsi qu la demande du centre d action sociale comptent. </p> <p>73.Conformment aux dispositions de la loi sur la famille applicables au rgime de tutelle, les autorits doivent accorder une protection spciale aux enfants mineurs privs de soins parentaux et aux adultes auxquels la capacit juridique a t retire ou restreinte. En vertu des dispositions de ladite loi, cette protection s tend galement aux personnes qui ne sont pas en mesure ou n ont pas la possibilit de protger leurs droits et leurs intrts. Les activits lies la tutelle sont du ressort des centres d action sociale soit directement, soit par le biais de tuteurs ou de toute autre personne responsable. La procdure de mise sous tutelle est instaure par un tribunal ou la demande d un tiers. Cette procdure est urgente. Les organismes suivants sont tenus d informer le secrtaire du tribunal ou les autorits de l tat de la ncessit de placer une personne sous tutelle ou de mettre en place certaines mesures de protection par le biais des centres d action sociale: organes de l tat chargs de s occuper de ces questions; proches, membres de la famille et voisins, entreprises, institutions, communauts locales et autres organisations et associations. Lorsqu un centre d action sociale estime qu il est ncessaire de placer une personne sous tutelle, il prend immdiatement les mesures ncessaires pour protger cette personne ainsi que ses droits et intrts et engage une procdure de mise sous tutelle. Le centre d action sociale value les intrts de la personne mise sous tutelle et ceux de sa famille, ainsi que les moyens dont elles disposent, pour dterminer le type de protection dont doit bnficier la personne place sous tutelle et coopre avec les organisations et organes comptents pour la mise en Suvre des mesures pertinentes. Conformment la loi sur la procdure administrative gnrale, le centre d action sociale dcide du placement sous tutelle d une personne, puis nomme ou rvoque son tuteur, dfinit le champ d application de ses pouvoirs en tenant compte des intrts juridiques de l intress et prend les dcisions relatives la leve de la tutelle. </p> <p>74.Les normes juridiques qui rglementent le rgime de tutelle et la privation n ont pas encore t entirement modifies et font obstacle au respect des droits des personnes handicapes. </p> <p>75.Il convient de souligner que la Rpublique de Macdoine s engage modifier le systme de privation de la capacit juridique et que les initiatives et activits de la socit civile dans ce domaine bnficient du soutien du Gouvernement. </p> <h3>Article 13Accs la justice</h3> <p>76.En vertu de la Constitution de la Rpublique de Macdoine, tous les citoyens sont gaux devant la Constitution et la loi. Les droits de l homme et les liberts fondamentales ne peuvent tre limits que dans les cas prvus par la Constitution, et ces restrictions ne peuvent pas avoir un caractre discriminatoire, pour quelque motif que ce soit, pas plus qu elles ne peuvent concerner le droit la vie, l interdiction de la torture, des peines ou traitements inhumains ou dgradants, les actes punissables et les peines prvues par la loi, ni la libert de croyance, de conscience, de pense et d expression publique de la pense et de religion. En vertu de ces dispositions constitutionnelles, les personnes handicapes peuvent tre prives partiellement ou intgralement de leur capacit juridique selon les mmes conditions que celles applicables aux autres citoyens, c est--dire uniquement dans les cas prvus par la loi et dans le cadre des procdures prvues par celle-ci. </p> <p>77.La loi sur l aide judiciaire gratuite (Journal officiel de la Rpublique de Macdoine no161 du 30 dcembre 2009) tablit pour la premire fois en Rpublique de Macdoine le droit l aide judiciaire gratuite et aux informations correspondantes, afin de permettre tous l accs aux institutions, dans des conditions d galit, conformment la disposition constitutionnelle relative l galit dans l accs la justice. Cette loi dispose que le droit l aide judiciaire gratuite peut tre exerc par les citoyens de la Rpublique de Macdoine qui rsident en permanence sur son territoire ou qui sont bnficiaires de l aide sociale ou d une prestation de handicap. </p> <h3>Article 14Libert et scurit de la personne</h3> <p>78.En vertu de la Constitution, les citoyens de la Rpublique de Macdoine sont gaux en liberts et en droits, indpendamment de leur sexe, de leur couleur de peau, de leur origine nationale ou sociale, de leurs convictions politiques ou religieuses, de leur fortune et de leur situation sociale. </p> <p>79.Les personnes handicapes ont t prises en compte dans les projets de construction de nouveaux tablissements pnitentiaires et dans la rnovation des btiments existants, ceux-ci n tant encore pas insuffisamment adapts leurs besoins. Dans le cadre du mandat qui lui est imparti, le Mdiateur de la Rpublique est habilit contrler la lgalit du fonctionnement des tablissements pnitentiaires, de mme qu y faire des visites inopines et accder l ensemble des cellules. Il a le droit d interroger tous les membres du personnel, ainsi que les personnes qui accomplissent leur peine ou sont places en dtention provisoire, en dehors de la prsence des membres de la direction de l tablissement, et de consulter tous les documents, quel que soit leur degr de confidentialit. </p> <h3>Article 15Droit de ne pas tre soumis la torture ni des peines ou traitements cruels, inhumains ou dgradants</h3> <p>80.La Constitution garantit l inviolabilit de l intgrit physique et morale de la personne et interdit toute forme de torture, de peine ou de traitement inhumain ou dgradant. Bien qu aucun texte de loi spcifique ne protge les personnes handicapes de la violence ou de la maltraitance, leur protection est garantie par le systme juridique ordinaire et par les institutions de l tat, sur un pied d galit avec les autres citoyens. Le Code pnal prvoit des sanctions contre toutes les formes de torture, de violence ou de svices. </p> <p>81.En vertu de l actuelle loi sur les soins de sant, une personne handicape ne peut tre contrainte de suivre un traitement mdical. Aucun cas de traitement sous la contrainte n a t enregistr. La loi sur les soins de sant dtermine la procdure suivre pour l internement d une personne atteinte d une maladie mentale, dans les cas o un tribunal a statu que sa libert de mouvement ou ses contacts avec le monde extrieur devaient tre limits. Par ailleurs, ladite loi stipule que, galit avec tout autre citoyen, les personnes handicapes ne peuvent tre strilises contre leur gr, pas plus que les pre et mre d un enfant prsentant des troubles du dveloppement ne peuvent prendre une telle dcision son gard. </p> <p>82.Selon la loi sur les soins de sant, les personnes handicapes ne peuvent tre contraintes de suivre un traitement mdical. Aucun cas de traitement sous la contrainte n a t enregistr. Selon la mme loi, les personnes handicapes, galit avec tout autre citoyen, ne peuvent tre strilises contre leur gr, pas plus que les pre et mre d un enfant ou son reprsentant lgal ne peuvent prendre une telle dcision son gard, quel que soit la nature ou le degr du handicap dont il est atteint. </p> <p>83.Le traitement des personnes handicapes prives de libert est conforme la Convention europenne pour la prvention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dgradants et aux normes et aux recommandations du Comit europen pour la prvention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dgradants (CPT) et du Mcanisme national de prvention du Bureau du Mdiateur de la Rpublique. </p> <p>84.Les organisations non gouvernementales multiplient les activits pour lutter contre la violence sous toutes ses formes. Le problme de la violence est dbattu ouvertement et, par-dessus tout, les cas de violence, quelle que soit leur nature, font l objet de signalement et sont punis par la loi, surtout les cas de violence familiale (violence contre les femmes, les enfants, les personnes ges et affaiblies, etc.). Au cours des dernires annes, les mdias ont publi plusieurs articles sur des cas de violence contre les personnes handicapes.Leurs auteurs ont t signals et sanctionns. Cet exemple est emblmatique de l ouverture du dbat sur cette question. Auparavant, cette question tait taboue, surtout dans les communauts rurales, et les affaires taient touffes sous prtexte de protger la rputation de certaines personnes et familles. </p> <p>85.La Constitution de la Rpublique de Macdoine est l une des plus librales en matire de droits de l homme et de liberts fondamentales et les institutions de l tat garantissent plus efficacement la protection des droits et liberts. Le public est de plus en plus sensibilis ces questions, en grande partie grce aux actions menes par la socit civile et les organisations de personnes handicapes. Par consquent, les personnes handicapes sont protges contre la torture, la violence et la maltraitance sur un pied d galit avec les autres citoyens. </p> <h3>Article 16Droit de ne pas tre soumis l exploitation, la violence et la maltraitance</h3> <p>86.La Constitution de la Rpublique de Macdoine garantit l inviolabilit de l intgrit physique et morale de la personne et interdit toute forme de torture et de peine ou traitement inhumain ou dgradant. </p> <p>87.Le Code pnal incrimine la violence intrafamiliale, qui est considre comme une infraction distincte, et prvoit diffrentes sanctions pour toutes les formes de torture, de violence ou de svices.</p> <p>88.La loi sur la famille qui rgit, entre autres, la procdure de mise en place d une mesure temporaire de protection contre la violence familiale, interdit au paragraphe 1 de l article94-b, tout type de violence entre membres d une mme famille, sans distinction d ge et de sexe. Le handicap est mentionn dans une disposition relative aux membres de la famille partiellement ou totalement privs de leur capacit juridique. L article94-c dispose pour sa part qu une victime de violence familiale peut tre toute personne dont il est question l article94-b de la prsente loi, sans distinction d ge et de sexe, ce qui inclut les personnes handicapes, savoir les membres de la famille qui sont partiellement ou totalement privs de leur capacit juridique. Les centres d action sociale, en tant qu organes de tutelle, sont tenus pour leur part, dans le cadre des procdures de protection contre la violence familiale, d tablir et de tenir jour des registres et des dossiers sur les personnes victimes de violence familiale. </p> <p>89.L article 12 de la loi sur la protection de l enfance comporte d importantes dispositions concernant la maltraitance d enfant: </p> <p>1)Est interdite toute forme de discrimination fonde sur des motifs de race, de couleur de la peau, de sexe, de langue, de religion, de convictions politiques ou autres, d origine nationale, ethnique ou sociale, d appartenance culturelle ou autre, de patrimoine, de handicap, de naissance ou de tout autre statut situation de l enfant, de ses parents ou de son tuteur lgal.</p> <p>2)Sont galement interdites toutes les formes d exploitation sexuelle et de violence sexuelle touchant des enfants (harclement, pornographie impliquant des enfants, prostitution d enfants), traitements violents, vente ou trafic d enfants, violences physiologiques ou physiques et mauvais traitements, peines ou autres traitements dgradants, toutes les formes d exploitation, l exploitation et l abus d enfants des fins commerciales, constituant des violations des droits fondamentaux et des liberts fondamentales des enfants. </p> <p>90.Afin d unifier le rgime de protection contre l abandon moral et la maltraitance des mineurs en Rpublique de Macdoine, dont celle des enfants prsentant des troubles du dveloppement, des formations continues sont dispenses aux professionnels des secteurs de la protection sociale, de l ducation, de la sant, de la justice, ainsi qu aux forces de police et aux organismes du secteur non gouvernemental, afin qu ils puissent identifier les victimes de tels actes et prendre des mesures coordonnes et collectives pour en protger les enfants. l issue des efforts de sensibilisation mens auprs des experts et du grand public sur l abandon moral et la maltraitance des mineurs, le Gouvernement et d autres organes comptents de l tat ont adopt les documents ayant force obligatoire dcrits ci&#8209;aprs. </p> <p>91.La Stratgie nationale 2012-2015 pour la prvention de la violence intrafamiliale et la protection contre ce phnomne et son Plan d action encouragent le respect des normes juridiques nationales et internationales de protection des droits de l homme, la promotion de l galit des sexes et la reconnaissance de catgories de population spcifiques et socialement vulnrables, comme les femmes handicapes. Pour protger contre la violence intrafamiliale et la prvenir, une campagne sur le thme de la violence intrafamiliale a t mene, dans le cadre de laquelle des messages ont t diffuss la tlvision et au moyen de panneaux d affichage. </p> <p>92.Selon les statistiques mondiales, les personnes handicapes sont deux fois plus souvent victimes de violence domestique que les personnes non handicapes. La Macdoine ne possde pas encore de donnes statistiques prcises sur les formes de violence et de maltraitance infliges aux personnes handicapes. Par consquent, il lui est impossible pour l heure de dresser un bilan prcis de la situation dans ce domaine. </p> <p>Le Plan national d action pour la prvention des svices sexuels sur enfants et la pdophilie pour la priode 2009-2012, fond sur la Convention du Conseil de l Europe sur la protection des enfants contre l exploitation et les violences sexuelles, a pour but de dployer des moyens et mcanismes permettant de protger les enfants des svices sexuels et de la pdophilie et de leur venir en aide. Il tablit et renforce un systme coordonn de coopration entre les institutions gouvernementales et le secteur gouvernemental et non gouvernemental, couvrant toutes les dimensions de ce problme;</p> <p>Le Protocole de coopration entre les institutions comptences charges des cas de svices sexuels sur enfants et de pdophilie a pour but de faciliter l adoption de mesures adquates et efficaces pour prvenir les svices sexuels sur enfants et la pdophilie sur le territoire national et pour lutter contre ces phnomnes. Ce protocole rglemente la coopration entre les organes comptents conformment aux lois, aux rglements et au Plan national d action pour la prvention des svices sexuels sur enfants et la pdophilie adopt par le Gouvernement pour la priode 2009-2012. Il dfinit les modalits et la nature de la coopration entre les organes comptents et d autres intervenants pour permettre la dtection et la prvention des svices sexuels sur enfants et de la pdophilie et pour protger les enfants victimes, de mme que les mesures prendre pour modifier les comportements des auteurs de ces infractions et leur permettre de se rinsrer dans la socit;</p> <p>La Stratgie nationale pour l galit des droits des personnes handicapes en Rpublique de Macdoine 2010-2018 (rvise) a pour objectif spcifique de permettre aux personnes handicapes d exercer leurs droits de l homme et liberts fondamentales sur un pied d galit avec les autres. Elle prvoit des mesures pour protger les femmes et les enfants handicaps de la violence, de la maltraitance et de l exploitation et en particulier de diffuser des informations sur la condition des femmes handicapes compte tenu de leur rle social et notamment du risque accru auquel elles sont exposes d tre victimes de violence domestique, ainsi que sur leurs droits (notamment en matire de sexualit et de reproduction). Elle prvoit galement des mesures destines prvenir la violence contre les femmes handicapes, leur maltraitance et leur exploitation, en collaboration avec des institutions et organisations comptentes de personnes handicapes, de mme que l laboration de programmes de soutien juridique et psychosocial pour les femmes handicapes victimes de violence ou de svices et des mesures et activits pour leur permettre d acqurir des comptences et de se former afin qu elles puissent participer activement et sur un pied d galit la vie de la communaut. </p> <h3>Article 17Protection de l intgrit de la personne</h3> <p>93.La Constitution garantit l inviolabilit de l intgrit physique et morale de la personne et interdit toute forme de torture et de peine ou traitement inhumain ou dgradant.</p> <p>94.Le Code pnal incrimine la violence familiale, qui est considre comme une infraction distincte, et prvoit diffrentes sanctions contre toutes les formes de torture, de violence ou de svices.</p> <p>95.La loi sur la famille qui rglemente, entre autre, la procdure de mise en place d une mesure temporaire de protection en cas de violence familiale, interdit au paragraphe 1 de l article94-b tout type de violence entre membres d une mme famille, sans distinction d ge et de sexe. Le handicap est mentionn dans une disposition relative aux membres de la famille partiellement ou totalement privs de leur capacit juridique. L article94-c dispose pour sa part qu une victime de violence familiale peut tre toute personne dont il est question l article94-b de ladite loi, sans distinction d ge et de sexe, ce qui inclut les personnes handicapes, savoir les membres de la famille qui sont partiellement ou totalement privs de leur capacit juridique. Les centres d action sociale en tant qu organes de tutelle sont tenus pour leur part, dans le cadre des procdures de protection contre la violence familiale, d tablir et de tenir jour des registres et des dossiers sur les personnes victimes de violence familiale.</p> <p>96.L article12 de la loi sur la protection de l enfance prvoit d importantes dispositions interdisant la maltraitance enfant: </p> <p>1)Est interdite toute forme de discrimination fonde sur des motifs de race, de couleur de la peau, de sexe, de langue, de religion, de croyances politiques ou autres, d origine nationale, ethnique ou sociale, d appartenance culturelle ou autre, de patrimoine, de handicap, de naissance ou de tout autre statut l gard de l enfant, de ses parents ou de son tuteur lgal.</p> <p>2)Sont galement interdites toutes les formes d exploitation sexuelle et de violence sexuelle touchant des enfants (harclement, pdopornographie, prostitution d enfants), prostitution d enfants par la violence, vente ou trafic d enfants, violences psychologiques ou physiques et mauvais traitements, peines ou autres traitements dgradants et toutes les formes d exploitation, l exploitation et la maltraitance d enfants des fins commerciales, qui constituent des violations des droits de l homme et des liberts fondamentales des enfants.</p> <p>97.Afin d unifier le rgime de protection contre la maltraitance et l abandon moral des mineurs en Rpublique de Macdoine, dont celle des enfants prsentant des troubles du dveloppement, des formations continues sont dispenses aux professionnels des secteurs de la protection sociale, de l ducation, de la sant, de la justice, ainsi qu aux forces de police et aux organismes du secteur non gouvernemental, afin qu ils puissent identifier les victimes de tels actes et prendre des mesures coordonnes et collectives pour protger les enfants. l issue des efforts de sensibilisation mens auprs des experts et du public en gnral sur l abandon moral et la maltraitance des mineurs, le Gouvernement et d autres organes comptents de l tat ont adopt les documents ayant force obligatoire dcrits ci-aprs.</p> <p>98.La Stratgie nationale 2012-2015 pour la prvention de la violence domestique et la protection contre ce phnomne et son Plan d action encouragent le respect des normes juridiques nationales et internationales de protection des droits de l homme, la promotion de l galit des sexes et la reconnaissance de catgories de population spcifiques et socialement vulnrables, comme les femmes handicapes. Pour lutter contre la violence domestique, une campagne sur le thme de la violence domestique a t dploye la tlvision et sur des panneaux d affichage. </p> <p>99.Selon les statistiques mondiales, les personnes handicapes sont deux fois plus souvent victimes de violence domestique que les personnes non handicapes. La Macdoine ne possde pas encore de donnes statistiques prcises sur les formes de violence et de maltraitance infliges aux personnes handicapes. Par consquent, il lui est impossible pour l heure de dresser un bilan prcis de la situation dans ce domaine. </p> <p>Le Plan national d action pour la prvention des svices sexuels sur enfants et la pdophilie pour la priode 2009-2012, fond sur la Convention du Conseil de l Europe sur la protection des enfants contre l exploitation et la violence sexuelle, a pour but de dployer des moyens et mcanismes permettant de protger les enfants des svices sexuels et de la pdophilie et de leur venir en aide. Il tablit et renforce un systme coordonn de coopration entre les institutions gouvernementales et le secteur gouvernemental et non gouvernemental, couvrant toutes les dimensions de ce problme;</p> <p>Le Protocole de coopration entre les institutions comptences charges des cas de svices sexuels sur enfants et de pdophilie a pour but de faciliter l adoption de mesures adquates et efficaces pour prvenir les svices sexuels sur enfants et la pdophilie sur le territoire national et pour lutter contre ces phnomnes. Ce protocole rglemente la coopration entre les organes comptents conformment aux lois, aux rglements et au Plan national d action pour la prvention des svices sexuels sur enfants et la pdophilie adopt par le Gouvernement pour la priode 2009-2012. Il dfinit les modalits et la nature de la coopration entre les organes comptents et d autres intervenants pour permettre la dtection et la prvention des svices sexuels sur enfants et de la pdophilie et pour protger les enfants victimes, de mme que les mesures prendre pour modifier les comportements des auteurs de ces infractions et leur permettre de se rinsrer dans la socit;</p> <p>La Stratgie nationale pour l galit des droits des personnes handicapes en Rpublique de Macdoine 2010-2018 (rvise) a pour objectif spcifique de permettre aux personnes handicapes d exercer leurs droits de l homme et liberts fondamentales sur un pied d galit avec les autres. Elle prvoit des mesures pour protger les femmes et les enfants handicaps de la violence, de la maltraitance et de l exploitation et en particulier de diffuser des informations sur la condition des femmes handicapes compte tenu de leur rle social et notamment du risque accru auquel elles sont exposes d tre victimes de violence domestique, ainsi que sur leurs droits (notamment en matire de sexualit et de reproduction). Elle prvoit galement des mesures destines prvenir la violence contre les femmes handicapes, leur maltraitance et leur exploitation, en collaboration avec des institutions et organisations comptentes de personnes handicapes, de mme que l laboration de programmes de soutien juridique et psychosocial pour les femmes handicapes victimes de violence ou de svices et des mesures et activits pour leur permettre d acqurir des comptences et de se former afin qu elles puissent participer activement et sur un pied d galit la vie de la communaut. </p> <h3>Article 18Droit de circuler librement et nationalit</h3> <p>100.Conformment l article35 de la Constitution, les autorits assurent une protection particulire aux personnes handicapes et veillent aux conditions de leur insertion dans la vie sociale. L article27 dispose que tout citoyen a le droit de circuler librement sur le territoire de la Rpublique et de choisir librement son lieu de domicile. Par ailleurs, l article4 dispose que tous les citoyens de la Rpublique de Macdoine ont la nationalit macdonienne. </p> <h3>Article 19Autonomie de vie et inclusion dans la socit</h3> <p>101.Le Gouvernement macdonien a entam une rforme dans ce secteur en 2000 et en a confi l excution au Ministre du travail et de la politique sociale. La priorit a t donne la dsinstitutionnalisation, qui revient faire sortir les pensionnaires des institutions sociales, et l amlioration de leurs conditions de vie. En consquence, le Ministre du travail et de la politique sociale a sign un Protocole de coopration avec le Bureau de l UNICEF et l Organisation mondiale de la Sant aux termes duquel il n y aura plus aucune nouvelle admission dans les institutions sociales. Paralllement, le Ministre du travail et de la politique sociale et les organismes de la socit civile ont intensifi le dploiement d un rseau de services sociaux pour les personnes handicapes. </p> <p>102.Ce secteur est galement concern par la Stratgie nationale pour l galit des droits des personnes handicapes en Rpublique de Macdoine 2010-2018 (rvise) et par la Stratgie nationale de dsinstitutionnalisation du rgime de protection sociale en Rpublique de Macdoine pour la priode 2008-2018.</p> <p>103.Le chapitre 4, <span style="font-style:italic;">Disponibilit des services et instruments</span>, de la Stratgie nationale pour l galit des droits des personnes handicapes prvoit des mesures pour faciliter la cration de services permettant de satisfaire aux besoins des personnes handicapes en vue de leur pleine inclusion dans la socit, sur les plans personnel, familial, ducatif et professionnel. Le chapitre 7, <span style="font-style:italic;">Protection sociale</span>, prvoit pour sa part des mesures pour garantir aux personnes handicapes l accs, dans des conditions d galit, des services appropris ainsi qu des dispositifs et prestations leur permettant de rpondre aux besoins que soulve leur handicap, de mme que l laboration de programmes de logement et des mesures actives visant faciliter l accs, dans des conditions d galit, aux programmes de logement public. Ces mesures concernent galement les services d aide aux personnes handicapes et la mise en place de dispositifs leur permettant d avoir accs des services de qualit. </p> <p>104.Le principal objectif de la Stratgie nationale de dsinstitutionnalisation du rgime de protection sociale en Rpublique de Macdoine (2008-2018) est d amliorer la qualit des services sociaux et de crer les conditions propres assurer des services de proximit. Cet objectif sera ralis grce au dveloppement des formes non institutionnelles de protection, par la mise en place de nouvelles structures de ce type et par la transformation des structures institutionnelles actuelles. Les activits stratgiques reposent sur ce qui suit: </p> <p>laboration de formes non institutionnelles de protection l chelle locale et rgionale;</p> <p>Transformation graduelle des structures institutionnelles actuelles;</p> <p>Dveloppement des ressources institutionnelles et humaines l chelle nationale et locale;</p> <p>Mise en Suvre de la Stratgie et prennisation des structures de protection l chelle locale.</p> <p>105.Cette Stratgie formule plusieurs recommandations concrtes concernant les enfants et les jeunes de moins de 26ans prsentant des troubles du dveloppement, ainsi que les adultes partir de 26ans. Dans les deux cas, il est recommand d intensifier le soutien psychosocial apport aux familles biologiques ayant charge des enfants prsentant des troubles du dveloppement et d augmenter les prestations en espces comme conditions pralables la diminution du recours l institutionnalisation. De nouvelles structures de protection non institutionnelles, comme des foyers collectifs ou d autres structures permettant une vie autonome avec diffrents niveaux d encadrement, sont galement recommandes. </p> <p>106.Cet aspect est rglement par la loi sur la protection sociale qui dfinit l article26 la protection non institutionnelle fournie par les centres d action sociale ou par leur intermdiaire, et garantit le droit: </p> <p> des services sociaux pour les bnficiaires de la protection sociale;</p> <p> des services d aide la personne;</p> <p> des services d aide la famille;</p> <p> des services mnagers et d aide la personne et la famille;</p> <p> des centres de jour et une aide temporaire la personne et la famille;</p> <p>Au placement dans une famille d accueil;</p> <p>Au placement dans un foyer accueillant de petits groupes;</p> <p> l aide l autonomie.</p> <p>107.Le droit des personnes prsentant un handicap mental modr svre et des personnes handicapes physiques qui ne peuvent prendre soin d elles, d tre accueillies dans un centre de jour est prvu l article31 de la loi. </p> <p>108.Le droit au placement dans une famille d accueil, prvu l article32, peut tre exerc par toute personne atteinte d un handicap mental modr svre, ainsi que par toute personne prsentant un handicap physique svre trs svre qui n a pas la possibilit de vivre dans sa famille ou qui, pour d autres raisons, doit tre place dans une famille d accueil. </p> <p>109.Les modifications et complments apports en mai 2013 la loi sur la protection sociale dfinissent plus prcisment les critres que doivent runir les personnes qui souhaitent devenir parents d accueil, le type de familles d accueil (gnrales, spcialises, thrapeutiques et temporaires), ainsi que le droit une aide pcuniaire d un montant de 8000dinars macdoniens pour la personne qui accueille une personne handicape pendant au moins cinq ans, partir du moment o cet accueillant atteint l ge de 62ans, qu il est sans emploi et n exerce pas son droit une retraite. </p> <p>110.L article39 prvoit le droit au placement dans un foyer accueillant de petits groupes de personnes handicapes pour les enfants prsentant des troubles du dveloppement physique ou mental et les personnes prsentant un handicap physique ou mental qui n ont pas la possibilit de vivre dans leur famille, sont prives de famille ou qui, pour d autres raisons, doivent tre places dans un foyer. L article40 dfinit le droit une aide l autonomie pour les personnes atteintes d un handicap physique ou mental vivant dans des structures spcialises, en logement individuel ou accompagn, avec l aide constante ou temporaire de professionnels ou de toute autre personne pour les gestes de la vie quotidienne, ainsi que pour l animation culturelle et rcrative ou d autres besoins. </p> <p>111.Le droit la formation professionnelle (art.42) peut tre exerc par toute personne atteinte d une dficience mentale modre svre. Ce droit prvoit l orientation vers une institution sociale ou toute autre entit lgale qui runit les critres prescrits, ainsi que des indemnits de logement et de nourriture, de formation professionnelle et de dplacements. </p> <p>112.Le droit au placement dans une institution sociale (art.43) peut tre exerc par les personnes dans l impossibilit de vivre dans leur propre famille ou qui, pour d autres raisons, doivent tre accueillies dans une institution spcialise, dfaut d autres formes de protection sociale. Ce droit s applique aux personnes atteintes d un handicap mental modr svre qui bnficient d une formation professionnelle, aux personnes atteintes d un handicap mental svre et aux personnes qui prsentent un handicap physique permanent et ont besoin d un hbergement et de soins permanents. </p> <p>113.L article 132 de la loi sur la protection sociale dfinit les catgories d tablissements de protection sociale non institutionnels, parmi lesquelles figurent les centres de jour pour les personnes prsentant un handicap physique ou mental (art.146), les centres d aide domicile (art.147) et les foyers accueillant de petits groupes de personnes handicapes (art.149). </p> <p>114.Conformment au principe visant garantir la pluralit des prestataires de services sociaux, les autorits permettent aux associations de la socit civile, en vertu des articles 153 162 de la loi sur la protection sociale, d intervenir dans le domaine de la protection sociale sous rserve qu elles soient immatricules et agres. </p> <p>115.Les buts et activits dans le domaine de la protection sociale sont les suivants:</p> <p>Prvention sociale;</p> <p>laboration et fourniture de services sociaux aux personnes, familles et groupes de citoyens exposs des risques sociaux;</p> <p>Dveloppement et amlioration de la protection sociale;</p> <p>Dveloppement et amlioration du bnvolat au niveau des municipalits.</p> <p>116.La rforme mene ces 10 dernires annes dans le domaine de l autonomie de vie et des services aux personnes handicapes mentales a abouti la mise en place d un rseau de services sociaux primaires (centres de jour et units de logement). Dans les communauts locales qui disposent de centres de jour, les enfants et adultes prsentant un handicap mental sont intgrs dans certains programmes de travail afin d acqurir des comptences l autonomie. Toutefois, il arrive que ces services ne soient pas disponibles sur le lieu de rsidence de ces personnes, ce qui limite leur possibilit de choisir o et comment vivre dans la communaut. </p> <p>117.La Rpublique de Macdoine applique le modle de familles d accueil. Le plus souvent, ce sont les centres d action sociale qui grent les procdures de placement des enfants prsentant des troubles du dveloppement. Selon les donnes de l Institut de la protection sociale, 123 enfants atteints de diffrentes formes et degrs de handicap sont placs dans des familles d accueil. </p> <p>118.Le Ministre du travail et de la politique sociale, qui est la fois l auteur de la Stratgie nationale de dsinstitutionnalisation du rgime de protection sociale (2008-2018) et l organe responsable de sa mise en Suvre, se charge depuis le dbut du processus de dsinstitutionnalisation. Les activits ce chapitre se concentrent principalement sur l aide aux familles ayant charge une personne prsentant des troubles du dveloppement et sur la prvention du placement en institution grce la cration de centres de jour et d autres services sociaux de proximit. </p> <p>119.Compte tenu de la ncessit de mettre en place des centres de jour et d autres services sociaux de proximit pour les enfants et adultes handicaps et leurs familles, le Ministre du travail et de la politique sociale a commenc, ds 1996, mettre en place un rseau de centres de jour chargs de dispenser des services sociaux aux enfants et adolescents handicaps. ce jour, ce rseau compte 24 centres de jour qui rpondent aux besoins de 393 bnficiaires. </p> <p>120.Deux centres de jour pour enfants prsentant des troubles du dveloppement ont t inaugurs en 2013, ce qui porte leur nombre 26. Il existe galement un centre de jour pour les enfants autistes et il est prvu d inaugurer prochainement un centre de jour de proximit pour les personnes de plus de 18ans prsentant un handicap intellectuel et leurs familles, dans le cadre d une initiative conjointe du Ministre du travail et de la politique sociale, du Centre national d aide aux personnes handicapes intellectuelles Poraka Skopje et de la ville de Skopje. </p> <p>121.Il est galement prvu d ouvrir un centre de jour pour les jeunes enfants prsentant des dficiences visuelles qui ne bnficient d aucune autre forme d ducation et de radaptation. Le Plan stratgique du Ministre du travail et de la politique sociale pour 2014 prvoit par ailleurs l inauguration de trois centres de jour supplmentaires pour les enfants prsentant des troubles du dveloppement et d un centre de jour pour les enfants autistes. </p> <p>122.Le Ministre du travail et de la politique sociale cofinance de manire permanente les activits du Centre national d aide aux personnes handicapes intellectuelles Poraka Skopje. Cet organisme administre trois centres de jour pour handicaps intellectuels de plus de 18ans et deux centres de jour rgionaux pour handicaps intellectuels de plus de 18ans, respectivement Negotino et Kumanovo.</p> <p>123.Tous les services existants, de mme que les centres de jour pour enfants handicaps mentaux, sont administrs et financs intgralement par le Ministre du travail et de la politique sociale. Les services aux personnes handicapes intellectuelles dispenss par le secteur non gouvernemental sont principalement financs par des dons, avec la participation du Ministre du travail et de la politique sociale et des gouvernements autonomes locaux. </p> <p>124.Le Gouvernement et le secteur non gouvernemental mettent en place conjointement des services de proximit dans le cadre d un nouveau modle de partenariat qui prvoit de donner aux organisations non gouvernementales comptentes et crdibles la possibilit de demander une licence pour dispenser ces services, avec charge pour le Ministre du travail et de la politique sociale de les financer et d assurer leur encadrement et leur valuation. </p> <p>125.En 2008, le Ministre du travail et de la politique sociale, avec le soutien de l Initiative pour la sant mentale de Budapest, a entam un processus de dsinstitutionnalisation des pensionnaires de l Institut spcial Demir Kapija. Des services d aide destins aux personnes prsentant un handicap intellectuel ont dj t mis en place au sein de la communaut Negotino, Demir Kapija et Skopje. Pour l heure, 66 personnes ont quitt l Institut et ont t places dans sept units de logement Skopje et sept units Negotino. </p> <p>126.Depuis le dbut de la rforme et du processus de dsinstitutionnalisation, et grce l introduction d activits de formation et d acquisition de comptences pour les bnficiaires, les conditions de vie l Institut spcial Demir Kapija, qui accueille 211personnes atteintes d un handicap mental svre profond, se sont considrablement amliores comparativement celles qui prvalaient il y a dix ans. </p> <h3>Article 20Mobilit personnelle</h3> <p>127.En vertu de la loi sur la protection sociale (Journal officiel de la Rpublique de Macdoine nos79/09, 36/11, 51/11, 166/12, 15/13, 73/13, 164/13 et 187/13, 38/14 et 44/14), les personnes handicapes bnficient de formations dans le cadre de programmes de radaptation spciaux, soutenus par des fonds pertinents. </p> <p>128.Pour favoriser et amliorer l autonomie des personnes handicapes,il est important de leur permettre de disposer d appareils orthopdiques et autresconformes aux dispositions du Rglement relatif aux indications ouvrant droit des aides orthopdiques et autres (2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014), qui porte sur les appareils orthopdiques, visuels, auditifs, tiflotechniques, surdotechniques et dentaires destins aux personnes handicapes, en fonction de la nature et du degr de leur handicap. </p> <p>129.L accs des personnes handicapes aux transports en commun, l installation de feux de circulation sonores, de bandes tactiles sur la chausse et les trottoirs, l abaissement de la hauteur des trottoirs et l amnagement de rampes d accs pour faciliter l autonomie personnelle sont du ressort des autorits municipales, c est--dire des gouvernements autonomes locaux qui doivent prvoir des crdits cet effet dans leurs budgets annuels. </p> <p>130.L acquisition de 500appareils tiflotechniques ayant un grand rle dans la vie quotidienne des personnes aveugles et malvoyantes a t ralise. Il s agit de 50tensiomtres parlants, 50thermomtres parlants pour mesurer la temprature corporelle, 70montres braille surdimensionnes, 40montres parlantes, 30petites montres braille, 10montres de poignet parlantes, 50thermomtres parlants pour mesurer la temprature corporelle, 50balances de cuisine parlantes, 50indicateurs vocaux pour mesurer les liquides ainsi que 50lots d aiguilles coudre pour aveugles et 100enfile-aiguilles. </p> <h3>Article 21Libert d expression et d opinion, et accs l information</h3> <p>131.Le libre accs l information et la libert de recevoir et de diffuser de l information sont garantis par la Constitution. </p> <p>132.En vertu de la loi sur la radiodiffusion, la Radiotlvision macdonienne est tenue d laborer, de planifier et de diffuser des programmes, documentaires et bulletins d information pour les sourds, c est dire traduits en langue des signes. En consquence, la tlvision nationale propose quotidiennement, aux heures de grande coute, un programme d information en langue des signes. Elle diffuse de plus un dbat hebdomadaire d une demi-heure intitul De notre point de vue (<span style="font-style:italic;">Od nash agol</span>) en langue des signes et une mission mensuelle pour les sourds intitule Le monde du silence (<span style="font-style:italic;">Svetot na tishinata</span>). Sur les ondes de la radio nationale, une mission hebdomadaire d une heure intitule Pantarei est consacre aux personnes handicapes. Elle est diffuse depuis 2000 dans le cadre du Projet Phare  Braille.</p> <p>133.La langue des signes est reconnue en Macdoine par la loi sur l utilisation de la langue des signes (Journal officiel de la Rpublique de Macdoine no105/09) comme un mode de communication naturel quivalant la communication orale. </p> <p>134.La Stratgie nationale pour l galit des droits des personnes handicapes dispose que la transmission de l information doit tenir compte de la nature du degr du handicap. Ainsi, pour les personnes prsentant un handicap visuel, les documents doivent tre en braille ou sur support vocal, tre imprims en gros caractres ou pouvoir tre lus au moyen d un synthtiseur vocal, tandis que l ducation et la communication destines aux personnes prsentant un handicap auditif doit faire appel la langue des signes. La formation des interprtes en langue des signes est du ressort de l Association nationale des sourds et malentendants de Macdoine. Les personnes sourdes qui n ont pas la possibilit de communiquer avec les institutions publiques en langue des signes doivent pouvoir bnficier des services d un interprte agr, rattach au Centre d action sociale qui prendra en charge ses honoraires. Pour les procdures juridiques et administratives dans le cadre desquelles le droit un interprte est reconnu, les frais d interprte sont pris en charge par les autorits de l tat. L Association nationale des sourds et malentendants publie un Manuel sur la langue des signes et un magazine d information sur la vie des sourds intitul Ensemble (<span style="font-style:italic;">Zaedno</span>), financ par les recettes des jeux d argent et de hasard, conformment la loi ponyme. </p> <p>135.Cent vingt pharmaciens ont suivi une formation lmentaire de quatre mois en langue des signes et seront en mesure de communiquer avec des sourds et malentendants dans le cadre de leurs fonctions. Cinquante d entre eux ont obtenu un certificat, tandis que 6interprtes agrs en langue des signes ont obtenu une licence d exercice. Pour l heure, 18 interprtes agrs en langue des signes sont titulaires d une licence d exercice en Macdoine. La formation des pharmaciens a t ralise par des spcialistes agrs de la langue des signes, dans le cadre d une coopration entre le Ministre du travail et de la politique sociale, l Association nationale des sourds et malentendants et la Chambre des pharmaciens de Macdoine. </p> <p>136.L Association nationale des aveugles de Macdoine dispose d une imprimante en braille. Elle publie des documents, des magazines et des revues comme Notre monde (Nash Zbor) en braille, ainsi que le mensuel Panorama sur support audio. Les aveugles reoivent une partie des documents officiels en braille et il convient de citer l exemple de la Socit publique de l eau ainsi que de quelques banques commerciales qui envoient des factures en braille. </p> <p>137.L Association nationale des personnes handicapes publie depuis plus de dix ans un trimestriel d information intitul Phoenix 86 qui est distribu gratuitement aux personnes handicapes physiques et diffrentes institutions de Macdoine. </p> <p>138.Le Centre national d aide aux personnes handicapes intellectuelles Poraka publie un trimestriel ponyme. </p> <p>139.Toutes ces publications, qui sont distribues aux personnes handicapes ainsi qu d autres personnes et institutions, jouent un rle d information et d ducation utile auprs des personnes handicapes et du grand public, en plus de promouvoir l galit des chances pour tous. </p> <h3>Article 22Respect de la vie prive</h3> <p>140.En vertu de l article25 de la Constitution, toute personne a droit au respect et la protection de sa vie prive et familiale, de sa dignit et de sa rputation. L article11 consacre pour sa part l inviolabilit de la personne humaine et proscrit toute forme de violence physique et morale. Par consquent, les personnes handicapes sont prmunies contre toute exprimentation ralise dans un but mdical et scientifique ou au bnfice d autres personnes. L article26 de la Constitution garantit par ailleurs l inviolabilit du domicile. Ce droit ne peut tre limit que sur une dcision de justice, en cas d infraction ou pour protger la sant des personnes. En vertu de l article41 de la Constitution, toute personne a le droit de dcider librement d avoir ou non des enfants. La Rpublique mne une politique dmographique humaine afin d assurer un dveloppement conomique etsocial quilibr. </p> <p>141.La loi sur la protection des droits des patients dispose que tout patient a le droit de recevoir des soins, traitements et services de radaptation conformes ses besoins personnels et ses capacits et de nature amliorer son tat de sant afin d atteindre le niveau le plus lev possible de sant, conformment aux techniques et services mdicaux disponibles et la lgislation sur les soins de sant et l assurance maladie. S agissant de la protection des droits des patients et bnficiaires des services de sant, la loi protge la confidentialit des donnes verses aux dossiers mdicaux et interdit la conduite d interventions mdicales ou autres sans le consentement pralable du patient ou de ses parents/tuteur lgal. Les personnes handicapes sont considres comme une catgorie spciale dans le cadre de cette mme loi. </p> <p>142.La loi sur la protection des donnes personnelles rglemente la protection des donnes caractre personnel, qu elle rige au rang de droit et de libert fondamentale, en particulier le droit la vie prive l gard de leur traitement. En vertu de l article2 de ladite loi, les donnes caractre personnel s entendent des donnes relatives une personne naturelle identifie ou identifiable ou une entit dont l identit peut tre dtermine directement ou indirectement, en particulier au moyen du registre unique de la population ou sur la base d une ou plusieurs caractristiques physiques, mentales, conomiques, culturelles ou sociales. </p> <h3>Article 23Respect du domicile et de la famille</h3> <p>143.En vertu de la Constitution, l tat accorde une protection particulire la famille, aux mres, aux enfants, aux mineurs, aux orphelins et aux enfants privs de protection parentale et protge galement le mariage et la famille contre les relations dysfonctionnelles ainsi que contre les violences conjugales et familiales (art.41). Cette disposition constitutionnelle ne mentionne pas les enfants et adultes handicaps. </p> <p>144.En vertu de la loi sur la protection de l enfance, tout enfant prsentant des besoins particuliers et des troubles du dveloppement physique ou mental ou des troubles multiples du dveloppement reoit une allocation spciale de l tat jusqu l ge de 26ans. Ont droit cette allocation spciale le pre ou la mre de l enfant, son tuteur ou la personne chez qui il est plac sur dcision d un centre d action sociale comptent, sous rserve que l enfant vive dans la famille, rside de faon permanente sur le territoire de la Rpublique de Macdoine, soit g de moins de 26ans et qu il n ait pas t plac dans une institution la charge des autorits comptentes.</p> <p>145.La loi sur la protection sociale garantit le droit des services de conseil et de soutien aux familles ayant leur charge un enfant ou une personne handicap. L article35 de ladite loi rgit le droit au placement en famille d accueil des personnes prsentant des handicaps modrs profonds, un handicap mental profond ou un handicap physique permanent ncessitant des soins et une prise en charge continus. L article33 concerne le placement des enfants ou personnes handicaps en famille d accueil spcialise et dispose que le parent d accueil suive une formation spcialise organise par l Institut public d action sociale. </p> <p>146.La loi sur la famille rglemente les rapports juridiques et autres dans la famille. </p> <p>147.Le droit de fonder une famille est du ressort de la loi sur la famille, qui dispose que le mariage peut tre contract par deux personnes de sexes diffrents quien expriment de plein gr la volont devant l organe comptent. Ladite loi dfinit la famille comme une communaut de vie constitue des parents, des enfants ainsi que d autres membres de la famille s ils vivent sous le mme toit. </p> <p>148.La loi prvoit des prestations sous forme de services sociaux et de services de soutien aux familles biologiques de personnes handicapes, dans l optique de les aider surmonter leurs difficults ou pour viter les risques que suppose le retrait de l enfant de sa famille biologique et son placement dans une institution de l tat. </p> <p>149.En vertu de l article18 de la loi sur la famille, ne peuvent contracter mariage les personnes prsentant un handicap psychique (psychologique), de mme que les personnesprsentant une arriration mentale profonde ou trs profonde (QI infrieur 36). Les personnes souffrant de troubles mentaux limits ou de troubles psychologiques lgers et les personnes dont les antcdents familiaux se caractrisent par des graves maladies hrditaires peuvent contracter mariage aprs avoir au pralable subi un examen gntique l Institut de sant mentale de l enfance et de la jeunesse ou dans un autre tablissement comptent. </p> <p>150.Toute personne prsentant un handicap physique ou mental ne bnficiant pas de conditions de vie adquates a, conformment la loi sur la protection sociale, le droit d tre accueillie dans une institution de protection sociale (art.43) ou dans un foyer accueillant de petits groupes de personnes handicapes. Elle a aussi le droit de bnficier de soins journaliers dans un centre de jour (art.31) et d tre place dans une famille d accueil (art.32). Il appartient au centre d action sociale de dcider de l admissibilit aux prestations ou de l accueil dans une institution de protection sociale. Cette dcision est rendue par une commission d adjudication aprs une valuation professionnelle des besoins spcifiques de la personne handicape. </p> <p>151.En vertu de l article102 de la loi sur la famille, un parent adoptif ne peut tre une personne: </p> <p>N a qu une capacit de travail rduite ou est inapte au travail;</p> <p>Qui souffre d une maladie mentale ou d un trouble psychique ou qui est atteinte d une maladie pouvant mettre en danger la sant et la vie de l adopt;</p> <p>Dont le handicap physique est tel qu il est raisonnable de mettre en doute sa capacit de prendre soin de l enfant.</p> <p>152.La Stratgie nationale pour l galit des droits des personnes handicapes en Rpublique de Macdoine (rvise) 2010-2018 a en particulier pour objectif de soutenir les familles ayant des enfants et personnes handicaps leur charge, par la mise en place d un systme de soutien adquat au niveau des institutions de l tat. Elle prvoit des programmes d aide aux familles, des services mobiles et des services permettant d aider les personnes handicapes s intgrer dans la communaut, l information rgulire des familles sur leurs droits et obligations, la conception de programmes de formation et de radaptation, la mise en place de programmes ducatifs pour les parents et la promotion de leur participation ces derniers et l laboration de programmes et activits pour venir en aide aux personnes handicapes monoparentales, ainsi qu aux familles ayant des personnes handicapes leur charge. Cette stratgie prvoit galement des services d aide aux personnes handicapes encore non disponibles en Macdoine, comme le versement de prestations pour les aider fonder leur propre famille. </p> <h3>Article 24ducation</h3> <p>153.Aux termes de l article44 de la Constitution, chacun a droit l ducation. L ducation est accessible tous dans des conditions d galit. L enseignement du premier degr est obligatoire et gratuit. </p> <p>154.En vertu de la loi sur la protection de l enfance, de la loi sur l enseignement primaire et de la loi sur l enseignement secondaire, l ducation des enfants handicaps fait partie intgrante du programme ducatif national. L inclusion de ces enfants dans le systme ducatif rglement est fonction de la nature et du degr de leur handicap. Pour cette raison, il existe des coles primaires et secondaires spciales et des classes d enseignement spcial, mais aussi un processus continu d inclusion des enfants handicaps dans les classes ordinaires. </p> <p>155.Aux termes de l article65 de la loi sur la protection de l enfance, l inclusion des enfants prsentant des handicaps mentaux ou physiques en maternelle est possible, en fonction de la nature et du degr de leur handicap. L instruction et l enseignement des enfants qui prsentent un handicap physique ou mental lger, pour lesquels les programmes prscolaires doivent tre adapts avec l aide de spcialistes, sont organiss dans des classes ordinaires. En revanche, l enseignement des enfants prsentant un handicap mental ou physique modr est organis dans des classes d enseignement spcial, dans le cadre de programmes spcialiss. </p> <p>156.La loi sur l enseignement primaire garantit le droit l enseignement primaire tous les enfants, conformment la Constitution. </p> <p>157.L article6 de ladite loi stipule que des conditions appropries doivent tre offertes aux lves prsentant des besoins ducatifs spciaux afin qu ils puissent obtenir un enseignement de base dans des coles primaires ordinaires et spciales et prcise que ces enfants ont galement le droit de bnficier d une aide individuelle au cours de leur scolarit primaire. L article10 dispose que l enseignement primaire des lves prsentant des besoins ducatifs spciaux est organis et dispens dans des coles primaires spciales ainsi que dans les classes d enseignement spcial des coles ordinaires. </p> <p>158.En vertu de l article30 de la loi sur l enseignement primaire, il appartient au Ministre, sur les recommandions des autorits comptentes, d tablir le programme d tudes et les programmes d enseignement primaire pour les enfants prsentant des besoins ducatifs spciaux, dans les coles spciales et dans les classes d enseignement spcial des coles primaires ordinaires. Les cours obligatoires et facultatifs sont dispenss aux lves prsentant des besoins ducatifs spciaux dans le cadre de programmes adapts leurs besoins. </p> <p>159.La dure des cours destins aux lves ayant des besoins ducatifs spciaux peut tre plus courte que celle des cours ordinaires de quarante minutes, en conformit avec le programme d tudes et le programme d enseignement (art.39). </p> <p>160.La loi sur l enseignement primaire contient galement d autres dispositions importantes pour les lves prsentant un handicap intellectuel. </p> <p>Le nombre d lves avec des besoins ducatifs spciaux qu il est possible d inscrire dans une classe est dtermin par le Ministre (art.41);</p> <p>Des enseignants spcialiss peuvent tre recruts dans les classes qui accueillent des lves aux besoins ducatifs spciaux (art.42);</p> <p>Les parents ont le droit d inscrire leur enfant l cole primaire mme s il prsente des besoins particuliers, sauf dans les cas o ceux-ci ncessitent son inscription dans une cole primaire spciale. Les modalits et critres relatifs l inscription des lves aux besoins ducatifs spciaux dans les coles primaires sont fixs par le Ministre, sur les recommandations des autorits comptentes (art.51);</p> <p>Les lves ayant des besoins ducatifs spciaux et les personnes qui les accompagnent ont droit au transport gratuit, quelle que soit la distance entre leur domicile et l cole primaire (art.61);</p> <p>Les activits ducatives des coles spciales et des classes d enseignement spcial des coles primaires ordinaires sont confies des enseignants, des ducateurs spcialiss, des bibliothcaires, des ducateurs, des pdagogues et des psychologues scolaires titulaires de diplmes de l enseignement suprieur appropris (art.79).</p> <p>161.En vertu de la loi sur l enseignement secondaire, l enseignement secondaire est obligatoire pour tous les citoyens macdoniens dans les conditions d galit prescrites par la loi. </p> <p>162.Aux termes de l article32 de ladite loi, l enseignement secondaire destin aux lves ayant des besoins ducatifs spciaux est rgi par des plans et des programmes adapts. </p> <p>163.L enseignement secondaire dont bnficient les lves ayant des besoins ducatifs spciaux est dispens dans le cadre de programmes adapts par du personnel spcialis ayant suivi une formation et possdant une exprience professionnelle adquates (art.39). </p> <p>164.Au niveau du secondaire, l inscription des lves ayant des besoins ducatifs spciaux et leur rpartition sont fonction de la nature de leur handicap et de leurs troubles du dveloppement. Le Ministre tablit des rgles dtailles sur le nombre d lves ayant des besoins ducatifs particuliers dans chaque groupe (art.40).</p> <p>165.L lve ayant des besoins ducatifs spciaux et la personne qui l accompagne ont droit au transport gratuit, quelle que soit la distance entre leur lieu de rsidence et l cole secondaire publique dans laquelle l lve est inscrit et scolaris (art.41-a).</p> <p>166.Au cours de l anne scolaire 2012/13, les lves prsentant un handicap intellectuel ont t scolariss dans deux tablissements secondaires spcialiss (Sv.Naum Ohridski Skopje et Iskra Chtip) comptant 39 classes d enseignement spcial. Ces tablissements ont accueilli 231 lves, dont 68 filles, et comptent 45 enseignants. Les enfants et adolescents prsentant un handicap intellectuel modr ont t pris en charge par l Institut de radaptation de Skopje. Il n existe en revanche aucun programme ducatif spcialis pour les enfants et les jeunes prsentant un handicap intellectuel svre et profond. </p> <p>167.Le Ministre de l ducation et de la science a officiellement mis en Suvre un projet de rforme en vue d intgrer des enfants handicaps dans les classes ordinaires des coles classiques. Ce processus suppose qu une plus grande attention soit accorde au renforcement des comptences et la formation du personnel enseignant, acteur cl de la russite ducative. Une importance particulire sera galement accorde au recrutement d ducateurs spcialiss dans les coles. Leur nombre devrait augmenter en 2014. </p> <p>168.Au cours des dernires annes, plusieurs municipalits ont pris des mesures pour recruter des spcialistes des handicaps rattachs un service mobile afin qu ils puissent accompagner les lves ayant des besoins ducatifs spciaux et faciliter leur intgration dans le programme ducatif. </p> <p>169.En vertu de la loi sur l enseignement suprieur, des mesures doivent tre prises pour faciliter l admission des tudiants handicaps l universit, dans des conditions d galit, et pour les aider prparer les examens d admission. </p> <p>170.Le Gouvernement macdonien accorde une plus grande attention au dveloppement de l ducation dans ses programmes et politiques. Deux document stratgiques, le Programme national pour le dveloppement de l ducation en Rpublique de Macdoine pour 2005-2015 et la Stratgie nationale pour l galit des droits des personnes handicapes en Rpublique de Macdoine (rvise) pour 2010-2018, servent de base l amlioration des possibilits d ducation offertes aux personnes handicapes. </p> <p>171.Le Programme national pour le dveloppement de l ducation en Rpublique de Macdoine 2005-2015 dfinit l objectif fondamental de la politique ducative nationale, qui revient offrir chacun et tout ge la possibilit de recevoir une instruction approprie et faire en sorte que les connaissances, comptences et aptitudes acquises cadrent avec les besoins de la socit et du march du travail. De ce fait, l ducation doit tre accessible toute personne vivant sur le territoire de la Rpublique de Macdoine, quel quels que soient son ge, son sexe, sa religion, son origine ethnique, son tat de sant et sa situation sociale et financire. Par ailleurs, l ducation et la formation doivent tre efficaces et efficientes pour permettre chacun d acqurir suffisamment de connaissances gnrales et professionnelles. </p> <p>172.Le Programme national doit offrir un large ventail de services ducatifs et diffrentes formes d enseignement prscolaire aux enfants issus de groupes vulnrables, y compris ceux prsentant des troubles du dveloppement psychique et physique. Des conditions favorables un dveloppement optimal doivent tre offertes chaque enfant d ge prscolaire, dans des conditions d galit. Le Programme souligne tout particulirement la ncessit d assouplir les conditions de l intgration des enfants ayant des besoins particuliers dans les classes ordinaires, de gnraliser leur intgration et de personnaliser l organisation et l excution du travail ducatif. </p> <p>173.Activits ralises au cours des deux dernires annes:</p> <p>Diversification des modalits d enseignement et inclusion d un plus grand nombre d enfants de diffrents horizons ou appartenant divers groupes ethniques ou religieux;</p> <p>Activits promotionnelles pour sensibiliser la ncessit d inclure les enfants ayant des besoins particuliers dans le systme ducatif prscolaire ordinaire;</p> <p>Activits systmatiques avec les parents d enfants ayant des besoins particuliers par la mise en place d un systme ducatif spcifique;</p> <p>Prennisation et intgration des projets au systme d enseignement prscolaire ordinaire;</p> <p>Formation professionnelle du personnel ducatif prscolaire travaillant avec des enfants ayant des besoins particuliers;</p> <p>Mise en place de collaborations systmatiques entre les institutions du systme d enseignement prscolaire et les institutions professionnelles qui apportent de l aide aux enseignants, pour permettre l identification prcoce des enfants prsentant des besoins particuliers et apporter un soutien professionnel;</p> <p>Cration de diffrents programmes et activits adapts aux enfants ayant des besoins ducatifs spciaux.</p> <p>174.Avec le Programme national pour le dveloppement ducatif 2005-2015, le Gouvernement macdonien confirme que l enseignement primaire est accessible tous les enfants, sans distinction de langue, de sexe, de religion ou de handicap physique et mental, conformment au principe de l ducation pour tous. Tous les lves du primaire prsentant des besoins ducatifs spciaux doivent pouvoir bnficier d un soutien pdagogique supplmentaire au cours de leur scolarit. </p> <p>175.L un des objectifs particuliers du Programme national est de promouvoir la scolarisation des enfants ayant des besoins ducatifs spciaux. L enseignement primaire ne peut remplir sa mission d inclusion que s il s ouvre aux besoins et la situation des enfants prsentant des troubles du dveloppement et des besoins ducatifs spciaux et respecte les normes et conventions internationales dans ce domaine.</p> <p>176.Il est prvu que le Ministre de l ducation labore des programmes et une stratgie pour les enfants prsentant des troubles du dveloppement et des besoins particuliers et mette en place les conditions ncessaires leur ralisation, incluant: </p> <p>Le suivi des rsultats des enfants (apprentissage coopratif et enseignement adapt et enrichi);</p> <p>La formation continue et complmentaire des enseignants qui travaillent avec des enfants ayant des besoins ducatifs spciaux dans les tablissements d enseignement ordinaires;</p> <p>L accessibilit spatiale et architecturale des tablissements d enseignement.</p> <p>177.En collaboration avec les gouvernements autonomes locaux, le Ministre de l ducation et de la science s attache galement : </p> <p>Crer un rseau de classes pour les enfants ayant des besoins ducatifs spciaux;</p> <p>Fournir des quipements audiovisuels, en fonction de la nature et du degr du handicap des enfants ayant des besoins ducatifs spciaux;</p> <p>Uniformiser la terminologie thorique, scientifique et juridique dans ce domaine ainsi que les dfinitions correspondantes, conformment aux normes internationales.</p> <p>178.La dmarche prvue dans le cadre du Programme national l gard de ces enfants respecte pleinement la nature et le degr de leurs troubles du dveloppement, dans un environnement qui satisfait leurs aspirations et celles de leurs familles. Elle permet galement de satisfaire aux besoins lis l application systmatique du principe d inclusion, la formation du personnel pdagogique, l amnagement spatial des coles afin qu elle puisse accueillir des enfants aux besoins ducatifs spciaux et au maintien des coles spcialises dans la prise en charge et l ducation des enfants lourdement handicaps. Ce programme prvoit, l avenir, le renforcement des services professionnels (spcialistes des handicaps, pdagogues, psychologues) chargs de suivre les progrs, l adaptation, l enseignement et la communication, ainsi que le soutien apport aux enseignants, aux lves et aux parents. L enfant qui, en dpit des conditions mises en place, ne peut pas suivre l enseignement ordinaire est inscrit dans une classe spciale dans une cole ordinaire ou dans une cole spciale. Les coles pour enfants aux besoins ducatifs spciaux sont places sous l autorit du Ministre de l ducation et de la science et leur administration est centralise. </p> <p>179.Le Programme national pour le dveloppement ducatif en Rpublique de Macdoine 2005-2015 concerne galement l accs des personnes handicapes l enseignement secondaire et souligne que pour parvenir l galit dans ce domaine, ainsi que dans l enseignement suprieur, il importe de tenir compte des besoins individuels de chaque lve et tudiant et, en particulier, de ceux qui prsentent des troubles du dveloppement psychique et physique. </p> <p>180.Les mesures destines amliorer l ducation des lves ayant des besoins ducatifs spciaux sont nonces ci-dessous:</p> <p>Adoption de lois concernant les lves et tudiants ayant des besoins ducatifs spciaux (qui rglementent les difficults que soulve leur ducation);</p> <p>Mise en place d un rseau d tablissements d enseignement secondaire aptes accueillir des lves ayant des besoins ducatifs spciaux;</p> <p>Adoption de normes ducatives adaptes, surtout en ce qui concerne le nombre d lves par classe, l amnagement spatial des tablissements, les moyens ducatifs, l quipement scolaire et les conditions de nature permettre la conduite d activits cratives;</p> <p>laboration de programmes ducatifs spciaux et adapts pour les lves aux besoins ducatifs spciaux permettant de faire le lien entre leur ducation et le march du travail;</p> <p>Mise en place d un dispositif pour l intgration des adultes ayant des besoins ducatifs spciaux, leur prslection et leur formation complmentaire en fonction de leurs capacits et des besoins du march du travail;</p> <p>Possibilit de moduler certaines parties du programme au sein d un mme parcours de formation, d autoriser les transferts verticaux d un niveau d ducation l autre ou de rintgrer les lves ou tudiants dans le programme prcdent, au besoin;</p> <p>Recrutement d enseignants spcialiss dans l ducation des enfants prsentant des besoins particuliers et la collaboration avec leurs parents, en fonction des besoins ducatifs spciaux, des matires gnrales et spcialises et des cours pratiques enseigner;</p> <p>Mise en place d quipes professionnelles spcialises dans les tablissements d enseignement secondaire;</p> <p>Mise en place de conditions permettant la spcialisation constante des plans et programmes ducatifs, leur modernisation et leur ajustement, surtout en ce qui concerne l enseignement professionnel et pratique, en fonction des besoins de l conomie et des services;</p> <p>Mise en place d un solide systme d valuation des programmes, de l organisation pdagogique, des modalits et mthodes de travail avec les lves aux besoins ducatifs spciaux en cas de problmes de comportement ncessitant l adoption de mesures particulires, ainsi que de procdures d valuation des progrs des lves, l chelle individuelle et collective.</p> <p>181.La Stratgie nationale pour l galit des droits des personnes handicapes en Rpublique de Macdoine (rvise) 2010-2018 reconnat l importance de l ducation et prvoit la ralisation du droit des personnes handicapes une ducation approprie par l galisation des chances des enfants, des jeunes et des adultes en matire d apprentissage et de perfectionnement. Les mesures prvues dans le cadre de cette stratgie incluent:</p> <p>L laboration de programmes permettant l inclusion des enfants dans le systme ducatif, y compris au niveau prscolaire;</p> <p>L application et l amlioration des lois existantes rgissant la prvention de la discrimination dans l ducation, au niveau lmentaire, secondaire et suprieur;</p> <p>L organisation de sances de travail individuelles avec les lves, sous la direction de spcialistes des handicaps et de l quipe pdagogique, et l inclusion obligatoire de spcialistes des handicaps dans le systme ducatif classique, ainsi que dans les classes au niveau des gouvernements autonomes locaux;</p> <p>La diffrenciation et la personnalisation de l ducation afin d orienter les lves en fonction de leurs besoins et aptitudes; </p> <p>La mise en place de programmes ducatifs pour les mtiers spcialiss;</p> <p>La mise en place de parcours autorisant les transferts verticaux; </p> <p>L laboration de programmes motivationnels destins aux parents afin de les sensibiliser la ncessit et l importance de l ducation inclusive des enfants prsentant des troubles du dveloppement;</p> <p>L laboration de programmes de formation pour le personnel pdagogique, les administrateurs et spcialistes afin qu ils puissent soutenir l ducation inclusive et la promouvoir.</p> <h3>Article 25Sant</h3> <p>182.En vertu de l article39 de la Constitution, chaque citoyen a droit aux soins de sant. Les citoyens ont le droit et le devoir de protger et de promouvoir leur propre sant et celle des autres. Cet article ne mentionne toutefois pas les personnes handicapes comme appartenant une catgorie distincte. Si l on fait le lien entre cet article et l interdiction gnrale de la discrimination nonce l article9 de la Constitution (qui ne signale pas le handicap comme motif possible de discrimination), l exercice du droit la sant devient une question de nature susciter un large dbat. </p> <p>183.Le droit aux soins de sant est rgi par plusieurs lois nationales telles que la loi sur les soins de sant, la loi sur l assurance maladie et la loi sur la protection des droits des patients, ainsi que la loi sur les dossiers dans le domaine de la sant publique et la loi sur la sant publique. </p> <p>184.Conformment au paragraphe9 de l article30 de la loi sur les soins de sant, les services de sant de base englobent le traitement et la radaptation des personnes handicapes. Ni la loi sur les soins de sant, ni les dispositions gnrales de la loi sur l assurance maladie (toutes deux rgissent le systme permanent de soins de sant en Rpublique de Macdoine), ne mentionnent explicitement les personnes handicapes et l exercice de leur droit la sant. Cela pourrait signifier que celles-ci disposent des mmes droits la sant que tous les autres citoyens et que lesdites lois ne prvoient pas de dispositions spciales en faveur de la mise en place de dispositifs et de mesures d action positives de nature permettre la ralisation d une galit effective dans l exercice de ces droits. Seul est mentionn l exercice de droits spcifiques en rapport avec les besoins particuliers des personnes handicapes, qui sont fonction du handicap dont elles sont porteuses. Ainsi, ces loi stipulent qu une protection et des soins spciaux doivent tre accords aux enfants de moins de 18ans et aux personnes assures qui ont besoin de prothses des membres infrieurs et suprieurs, de prothses auditives, d aides ortho-optiques, de fauteuils roulants et de dispositifs mdicaux, afin de rpondre leurs besoins physiologiques. Or, le type et la qualit de ces aides sont dtermins par la loi sur la caisse d assurance maladie, ce qui pourrait entraner une interprtation limite des dispositions de cette loi. L obligation faite l tat de promouvoir le dpistage prcoce des handicaps et d intervenir dans ce domaine est rglemente par l article32 de la loi sur les soins de sant et par l article9 de la loi sur l assurance maladie (comme faisant partie des services de sant de base). Nanmoins, faute d une dfinition plus labore (dans les lois, rglement, politiques et programmes), cette obligation ne se traduit pas, dans la pratique, par des activits systmatiques et continues. </p> <p>185.La loi sur les soins de sant dispose que conformment aux rglements, une personne handicape ne peut tre contrainte de subir une thrapie ou un traitement mdical. Aucun cas de traitement sous la contrainte n a t enregistr. En vertu de ladite loi, une personne handicape, galit avec tout autre citoyen, ne peut tre strilise contre son gr, pas plus que les parents ou le tuteur d un enfant prsentant un handicap ne peuvent demander sa strilisation. </p> <p>186.Conformment aux rglements en matire de scurit sociale, l article34 de la loi sur l assurance maladie prvoit l exonration des frais de sant et de mdicaments pour les enfants ayant des besoins particuliers. De plus, la Caisse d assurance maladie finance une partie des mesures et activits visant mettre en place des programmes de prvention et autres dans le cadre de la prise en charge de certaines maladies et des personnes handicapes, conformment l article63 de la loi sur les soins de sant. La loi sur l assurance maladie traite de la question du handicap sous l angle de l aptitude au travail et de l excution des tches professionnelles. Seules font exceptions les dispositions relatives la protection des enfants prsentant des troubles du dveloppement. Conformment aux articles54 et 56 de la loi sur l assurance maladie et aux articles59 et 76 de la loi sur les soins de sant, la Caisse d assurance maladie et le Ministre de la sant de la Rpublique de Macdoine ont adopt plusieurs rglements (rglements, dcisions et recommandations) qui prvoient, entre autres, des dispositions relatives l exercice du droit la sant des personnes handicapes. Ces rglements concernent surtout le droit des aides orthopdiques en fonction du handicap. </p> <p>187.La loi sur la protection des droits des patients ne distingue pas les personnes handicapes des autres et la disposition gnrale contre la discrimination, l article5, ne mentionne pas le handicap comme motif possible de discrimination.</p> <p>188.La loi sur l interruption de grossesse, qui rglemente les conditions applicables l interruption de grossesse, la procdure d autorisation, les critres que doivent runir les tablissements de sant qui pratiquent ces interventions et leur suivi, ainsi que la procdure propre l interruption de grossesse (art.3, par.2 et 3), prcise que si la femme enceinte est mineure ou prive de capacit juridique, l interruption de grossesse peut tre pratique jusqu la 10e semaine de grossesse, avec le consentement crit des adultes dtenant l autorit parentale, de la manire et selon la forme prescrites par les rglements applicables la protection des droits des patients.</p> <p>189.Conformment l article9 de la loi sur l assistance mdicale la procration, l assistance mdicale la procration est rserve aux couples maris ou aux concubins, jouissant de leur capacit juridique, aprs chec ou abandon des traitements mdicaux antrieurs et qui, compte tenu de leur ge et de leur tat de sant, sont aptes procrer, dans les cas o il existe un risque de transmission d une maladie gntique grave au fStus. L accs l assistance mdicale la procration est ainsi ouvert aux femmes seules, selon les mmes conditions. Les personnes prive de capacit juridique ou dont la capacit juridique est restreinte ne peuvent bnficier d une assistance mdicale la procration. Ladite loi stipule que la mise en Suvre d une procdure d assistance la procration par dons de gamtes ou d embryons doit tre prcde d une valuation psychologique et d une consultation juridique afin de dterminer si les candidats sont aptes accueillir un enfant, en mesure de s en occuper et de pourvoir son ducation et son dveloppement dans des conditions saines et s ils sont capables de discernement, autrement dit, s ils comprennent les tenants et aboutissants de l assistance mdicale la procration. </p> <p>190.La loi sur les dossiers dans le domaine de la sant publique rgit la tenue des dossiers et des registres sur les enfants ayant des besoins particuliers par les institutions de sant publique comptentes. Conformment, respectivement aux articles8 et 11 de ladite loi, les institutions de sant publique et l Institut national de la sant publique doivent tenir des dossiers individuels sur les enfants qui prsentent des besoins particuliers. Ces dossiers sont particulirement importants pour certains services de sant et ncessaires la formulation des politiques d action positive et de lutte contre la discrimination. </p> <p>191. l instar de la plupart des lois relatives la sant publique, la loi sur la sant publique ne comporte pas de disposition sur l interdiction de la discrimination ni ne mentionne les personnes handicapes comme faisant partie d une catgorie distincte envers laquelle l tat a des obligations particulires. </p> <p>192.La loi sur la sant mentale rglemente une partie des droits spcifiques de certaines catgories de personnes handicapes dans le domaine de la sant publique. En vertu de ladite loi, la protection des personnes souffrant d une maladie mentale (terme utilis dans le texte de loi) consiste leur fournir les meilleurs soins, traitements et programmes de radaptation possibles, conformment aux progrs les plus rcents et compte tenu des moyens disponibles, afin de rpondre leur besoins particuliers, sans violence psychologique ou physique et dans le strict respect de leur dignit personnelle et de leur intrt suprieur (art.3). L article7 de cette loi prescrit le respect de la personnalit, de la dignit et de la vie prive des personnes atteintes d une maladie mentale. Elle dispose galement que toute personne atteinte d une maladie mentale a le droit des soins, des traitements mdicaux et programmes de radaptation, adapts dans toute la mesure du possible ses besoins et aptitudes, afin d amliorer son tat de sant et de lui permettre de s insrer dans la communaut (art.9). La loi se fonde sur les principes de la Convention relative aux droits des personnes handicapes et son application s inscrit dans le cadre du droit la sant, dfini l article25 de la Convention. </p> <p>193.Le chapitre 3 de la Stratgie nationale pour l galit des droits des personnes handicapes en Rpublique de Macdoine (rvise) 2010-2018 est consacr aux soins de sant, l adaptation et la radaptation et prvoit neuf mesures pour amliorer la sant des personnes handicapes: </p> <p>Adoption de rglements pour offrir des services de sant efficaces aux personnes handicapes;</p> <p>Adaptation des services de sant publique gnraux la ralit des personnes handicapes;</p> <p>Transformation obligatoire du systme d valuation afin de tenir compte des capacits des personnes handicapes;</p> <p>Exercice du droit utiliser des aides spcifiques;</p> <p>Distribution des mdicaments ncessaires;</p> <p>laboration de programmes de dpistage, de diagnostic et d intervention prcoces et cration de centres de dveloppement;</p> <p>Formation des agents de sant publique et sensibilisation aux handicaps;</p> <p>Amlioration de l exercice du droit aux soins de sant, en particulier pour les enfants handicaps;</p> <p>laboration de programmes de sant sexuelle et reproductive adquats et de qualit.</p> <p>194.La Stratgie nationale pour la sant sexuelle et reproductive de la Rpublique de Macdoine 2010-2020 est un document stratgique important qui dfinit les priorits nationales en matire de sant sexuelle et reproductive. Elle prvoit, mobilise et coordonne les ressources ncessaires pour prendre des mesures efficaces articules autour des quatre grands principes suivants: droits de l homme, galit des sexes, approche multisectorielle et participation de la communaut. Elle se fonde, en les intgrant, sur les politiques et stratgies existantes afin d amliorer la qualit de vie des citoyens de la Rpublique de Macdoine et notamment leur sant sexuelle et reproductive grce des programmes de sant efficaces et adquats. </p> <p>195.Ce document a pour principal objectif d amliorer la sant sexuelle et reproductive des groupes vulnrables et marginaliss, dont les personnes handicapes, en les informant sur les mesures de protection leur disposition, en les duquant et en formant les agents de sant afin qu ils puissent intervenir auprs de ces groupes vulnrables dans le domaine du planning familial et de la contraception. </p> <p>196.Le projet de Plan stratgique du Ministre de la sant pour la priode 2012-2014 est un plan de dveloppement de base prvoyant des programmes et activits pour atteindre les objectifs fixs pour cette priode de trois ans, conformment la stratgie en matire de sant publique l horizon 2020, aux objectifs du Millnaire pour le dveloppement des Nations Unies dans le domaine de la sant et aux autres stratgies faisant partie des programmes de travail annuels du Gouvernement. Ce processus de planification permet au Ministre de la sant de dfinir ses priorits et objectifs stratgiques, de les traduire en politiques et de raliser des prvisions et estimations budgtaires en vue de leur ralisation. Au nombre de ces priorits et objectifs figure en particulier l amlioration de l tat de sant de la population, de la qualit des soins et services de sant, de la disponibilit et de la conformit des services de sant publique destins la population et en particulier aux jeunes (lves et tudiants) et aux personnes ges (retraits percevant une retraite infrieure au revenu minimum), l exception des personnes handicapes. En matire de sant publique et de programmes de prvention et de traitement, il n existe pas de programme spcial pour les personnes handicapes l image de ceux qui existent par exemple pour diffrentes autres catgories de personnes, comme les toxicomanes ou les personnes souffrant de troubles mentaux, etc. </p> <h3>Article 26Adaptation et radaptation</h3> <p>197.La radaptation fait partie des soins de sant dispenss en Rpublique de Macdoine. Autrement dit, elle fait partie intgrante des soins de sant garantis chaque citoyen, conformment l article39 de la Constitution qui dispose que chaque citoyen a droit aux soins de sant. Les citoyens ont le droit et le devoir de protger et de promouvoir leur propre sant et celle des autres. </p> <p>198.La loi sur les soins de sant, la loi sur l assurance maladie et les rglements qui s y rattachent rgissent le droit aux soins de sant des personnes handicapes. </p> <p>199.Aux termes de l article15 de la loi sur les soins de sant, la radaptation s entend d un traitement mdical permettant de restaurer ou de suppler des dficiences physiques, psychiques et sociales innes ou causes par une maladie ou une lsion. </p> <p>200.La loi sur l assurance maladie, l instar du Manuel des rglements sur le contenu et la procdure de l exercice des droits et obligations rsultant de l assurance maladie obligatoire, rgit la ralisation du droit la radaptation mdicale, en ambulatoire, en milieu hospitalier ou dans des tablissements de sant publique spcialiss. </p> <p>201.Les programmes de radaptation qui existent dans les grandes villes sont du ressort de centres de radaptation ou d tablissements mdicaux dots de services de radaptation et d quipes multidisciplinaires (psychologues, orthophonistes, spcialistes des handicaps, travailleurs sociaux, etc.), comme: </p> <p>Les centres de consultation sur le dveloppement de Skopje et de Bitola qui offrent des services de dpistage, d intervention et de traitement prcoces; </p> <p>L Institut de radaptation mdicale de Skopje, d envergure nationale, qui offre des services de radaptation physique aux personnes prsentant un handicap intellectuel;</p> <p>L Institut de sant mentale de l enfant et de l adolescent Mladost de Skopje;</p> <p>L Institut de radaptation de l oue, de la parole et de la voix (Skopje et Bitola) qui propose des programmes de radaptation aux enfants handicaps intellectuels d ge prscolaire et scolaire;</p> <p>L Institut de radaptation des enfants et des jeunes de Skopje, qui est un tablissement de radaptation spcialis pour les handicaps intellectuels modrs svres jusqu l adolescence, avec accs possible un internat;</p> <p>Les services de formation professionnelle pour handicaps intellectuels de Skopje et de Chtip (tablissements publics de radaptation et d enseignement secondaire);</p> <p>Les services d ergothrapie des centres de jour pour adolescents.</p> <h3>Article 27Travail et emploi</h3> <p>202.L article32 de la Constitution garantit chacun le droit au travail, au libre choix de son travail, la protection au travail et une aide pcuniaire en cas de chmage temporaire. Tous les emplois sont accessibles tous sur un pied d galit. Toute personne pourvue d un emploi a droit un salaire juste, un temps de repos quotidien et hebdomadaire rmunr et des congs annuels, et nul ne peut renoncer ces droits. Les droits des employs et leur situation sont rglements par la loi et les conventions collectives. Au cours des dernires annes, plusieurs initiatives ont t prises pour amliorer les conditions d emploi des personnes handicapes par l adoption, en particulier, de mesures et de politiques actives ainsi que par l amlioration du cadre juridique existant. </p> <p>203.Dans le cadre de la Stratgie nationale pour l galit des droits des personnes handicapes en Rpublique de Macdoine (rvise) 2010-2018, le Gouvernement d est donn pour objectif de garantir l galit des chances dans le travail et l emploi aux personnes handicapes grce l laboration et l application de solutions systmatiques fondes sur leurs besoins et capacits. Cet objectif sera ralis grce aux mesures suivantes: </p> <p>Relvement du niveau de connaissances et de comptences de tous les acteurs sociaux participant directement la cration et l application des politiques d emploi en faveur des personnes handicapes;</p> <p>Mise en place de formations techniques et professionnelles, de formations complmentaires et d autres formes d apprentissage pour les personnes handicapes;</p> <p>Renforcement de la motivation des personnes handicapes par la promotion de la vie active et leur participation au march du travail;</p> <p>Renforcement des rles et responsabilits des partenaires sociaux au moyen d une dmarche inclusive en matire d emploi des personnes handicapes;</p> <p>laboration et mise en place d un systme d information sur l emploi pour les personnes handicapes ainsi que pour les employeurs;</p> <p>laboration de mcanismes d valuation des comptences et des besoins dans le domaine de l emploi fonds sur des normes internationales;</p> <p>laboration d un modle conomique conforme aux Mesures actives pour l emploi prvues dans les plans oprationnels pour l emploi du Gouvernement;</p> <p>laboration de mcanismes et de ressources en matire de radaptation professionnelle.</p> <p>204.La loi sur l emploi des personnes handicapes rglemente les conditions particulires d emploi et de travail des personnes handicapes, qu elles soient travailleurs indpendants, employs, employeurs, agents de l administration publique, fonctionnaires des gouvernements autonomes locaux, membres du personnel d une entreprise publique, d une institution, d une agence, d un fonds ou de toute autre entit de l tat.</p> <p>205.En vertu de cette loi, une personne handicape s entend d une personne prsentant une dficience visuelle, auditive ou vocale, des troubles de l locution ou de la parole, un handicap physique, un trouble du dveloppement intellectuel ou plusieurs dficiences et qui, en raison de ces dficiences, prsente des besoins spcifiques au travail. </p> <p>206.La loi prvoit des mesures pour amliorer les conditions d emploi et de travail des personnes handicapes:</p> <p>Fournir des moyens permanents pour l emploi dure indtermin des personnes handicapes sans emploi, amnager si ncessaire les postes de travail des personnes handicapes et fournir une aide technique et matrielle, selon les critres et de la manire prescrite par la loi du Ministre du travail et de la politique sociale;</p> <p>Exonration fiscale et exonration partielle des cotisations;</p> <p>Soutien financier pour l activit professionnelle.</p> <p>207.Conformment la loi, l employeur doit verser la personne handicape le salaire prescrit par la loi, les conventions collectives ou le contrat de travail. Ce salaire doit tre vers dans un compte en banque et celui-ci peut tre retir par l intress, son conjoint, ses parents ou son tuteur. Il est extrmement important que l employeur qui embauche une personne handicape cr des conditions propices l exercice de ses fonctions et qu il amnage son poste de travail en fonction des responsabilits qui lui sont confies, de son niveau d ducation et de la nature et du degr de son handicap. </p> <p>208.La loi sur l emploi des personnes handicapes accorde une attention particulire aux associations de travail protg qui emploient des personnes handicapes. Une association de travail protg s entend d une structure qui emploie au moins 10 personnes pour une dure indtermine, dont au moins 40% de personnes handicapes. La moiti des employs handicaps doivent prsenter un handicap dtermin. La loi prvoit galement des formations professionnelles, telles que la formation de la personne handicape pour un travail donn, en fonction de ses besoins et de ceux de l employeur. </p> <p>209.Pour financer les mesures d amlioration des conditions d emploi et de travail des personnes handicapes, l amnagement des postes de travail et l achat d quipement, 10% du montant total des cotisations pour l emploi doivent tre verss dans un compte en banque de l Agence nationale pour l emploi (Fonds spcial) au plus tard le 30ejour du mois coul. Les sommes verses dans ce fonds peuvent tre mises la disposition des personnes handicapes qui travaillent leur compte, des associations de travail protg et d autres entits lgales qui prsentent une demande de subvention au conseil d administration de l Agence. </p> <p>210.La loi prvoit des dispositifs d incitation l emploi de personnes handicapes par le biais d aides permanentes finances par le Fonds spcial, dans les diffrentes situationssuivantes: </p> <p>Pour l emploi d une personne handicape pendant une dure indtermine: des crdits quivalant 20 fois le salaire net moyen en vigueur en Rpublique de Macdoine au cours de l anne prcdente. Pour l emploi d une personne aveugle ou prsentant une dficience visuelle de 90 100% ou d une personne handicape physique ayant besoin d un fauteuil roulant pour se dplacer: des crdits quivalant 40 fois le salaire net moyen en vigueur en Rpublique de Macdoine au cours l anne prcdente;</p> <p>Pour l amnagement du poste de travail: un crdit de 100000 dinars macdoniens, renouvelable, s il est ncessaire d apporter par la suite des modifications techniques ou technologiques ou si le degr du handicap de la personne ncessite d autres amnagements;</p> <p>Pour l achat d quipement: des crdits quivalant 200 fois le salaire net moyen en vigueur en Rpublique de Macdoine au cours de l anne prcdente, sous rserve que le demandeur participe hauteur de 25% (actifs personnels, prt bancaire ou actifs personnels du propritaire de l entreprise) de la valeur fiscale du programme. Le montant des crdits octroys peut quivaloir la valeur du bien et du capital permanent figurant dans les registres du demandeur (capital social, quipement, btiment et installations, boutiques, etc.), la valeur d un emprunt hypothcaire 2pour 1 ou une garantie bancaire quivalant au montant des crdits approuvs. L emprunt hypothcaire ou la garantie bancaire doit tre valide pendant au moins trois ans. Le nombre d employs handicaps sert de critre de base pour dterminer le montant des crdits irrvocables accords pour l achat d quipement. </p> <p>211.Les personnes handicapes au chmage inscrites l Agence nationale pour l emploi sont prises en compte dans le Plan oprationnel de mesures actives pour l emploi mis en Suvre par l Agence en 2012 et 2013 et financ hauteur de 187millions de dinars macdoniens par le budget de l tat. Le groupe cible se compose de 2000 personnes handicapes inscrites au chmage. </p> <p>212.Selon les dossiers d Agence nationale pour l emploi, il existe: </p> <p>291 associations de travail protg qui emploient 6741 personnes, dont 2455personnes handicapes;</p> <p>258 entrepreneurs qui emploient 387 personnes, dont 266 sont des personnes handicapes;</p> <p>99 institutions publiques qui emploient 51190 personnes, dont 153 sont des personnes handicapes;</p> <p>887 autres entits lgales qui emploient 64944 personnes, dont 1119 sont handicapes.</p> <p>213.L Agence nationale pour l emploi a enregistr un total de 2034 personnes handicapes sans emploi au 31 dcembre 2013. </p> <p>214.La loi sur le travail contient des dispositions qui concernent les personnes handicapes. L article6 de ladite loi interdit la discrimination et stipule que l employeur ne doit pas placer un salari ou un candidat un poste dans une situation dfavorable en raison de sa race, de la couleur de sa peau, de son sexe, de son ge, de son tat de sant ou de son handicap, de ses croyances religieuses, politiques ou autres, de son appartenance un syndicat, de son origine nationale ou sociale, de sa situation de famille, de sa situation matrimoniale, de son orientation sexuelle ou tout autre motif. L article19 dispose que toute personne handicape apte accomplir certains travaux est rpute en bonne sant et habilite signer un contrat de travail. </p> <p>215.La loi sur le travail prvoit le prolongement de trois jours ouvrables (art.137) la dure du cong annuel des personnes prsentant un handicap de 60% et des employs qui s occupent d un enfant atteint d un handicap physique ou mental. </p> <p>216.Cette loi accorde galement aux parents d un enfant atteint d un trouble du dveloppement et prsentant des besoins ducatifs spciaux (art.169) le droit de travailler temps partiel: Le pre ou la mre de l enfant atteint de troubles du dveloppement et prsentant des besoins ducatifs spciaux a le droit de travailler temps partiel, s ils exercent tous deux un emploi ou, dans le cas d un parent isol et sur accord d une commission mdicale comptente, si l enfant n est pas par pris en charge par un tablissement de sant ou un centre d action sociale. Temps partiel aux termes du paragraphe (1) quivaut un temps plein et donne droit une indemnit salariale, conformment aux rglements applicables la protection sociale. </p> <p>217.La loi sur l enseignement secondaire consacre le droit aux personnes handicapes une formation de nature leur permette d exercer une activit professionnelle productive, tandis que la loi sur les services sociaux consacre le mme droit aux personnes atteintes d un handicap intellectuel modr svre.</p> <p>218.En novembre 2013, l entreprise publique Makedonski Shumi a annonc le recrutement, dans le cadre de contrats dure indtermine, de 300 personnes prsentant des handicaps des degrs divers. La majorit d entre elles intgreront le secteur public, ce qui devrait amliorer sensiblement leur insertion sociale et conomique dans la socit.</p> <p>219.Le Ministre du travail et de la politique sociale et la Chambre de commerce de Macdoine ont sign un accord de coopration pour la cration d un Fonds d aide aux personnes handicapes, conformment aux activits programmatiques relatives la collaboration avec le monde de l entreprise. L objectif est de promouvoir le recrutement de certaines catgories de personnes, comme les handicaps, de mettre l accent sur les programmes de radaptation technique, de promouvoir les possibilits d emploi des personnes handicapes sur le march du travail et de crer des conditions favorables leur pleine insertion dans la socit. Le Ministre du travail et de la politique sociale a ouvert cet effet un compte en banque spcial dans lequel sont verss les dons des membres de la Chambre de commerce de Macdoine qui seront ensuite utiliss pour les personnes handicapes. </p> <h3>Article 28Niveau de vie adquat et protection sociale</h3> <p>220.L article34 de la Constitution garantit le droit la scurit et la protection sociales prescrit par la loi et les conventions collectives. L article35 stipule que l tat assure la protection et la scurit sociales des citoyens conformment aux principes de justice sociale. L tat garantit le droit l assistance aux citoyens qui sont faibles et inaptes au travail. Il accorde une protection spciale aux personnes handicapes et garantit les conditions de leur insertion sociale. </p> <p>221.L amlioration du rgime de protection sociale figure dans plusieurs documents stratgiques adopts par le Gouvernement, dans lesquels il est fait mention des personnes atteintes de handicaps physiques et mentaux. </p> <p>222.La Stratgie nationale de lutte contre la pauvret et l exclusion sociale (rvise pour la priode 2010-2010) prvoit un large ventail d activits et de mesures pour les personnes handicapes. Certaines des mesures prvues au chapitre3 de la Stratgie visent promouvoir la protection sociale et celle des enfants et laborer un nouveau modle social, prvoyant l accs des personnes handicapes aux dispositifs institutionnels et non institutionnels de protection. Le chapitre 7, qui se rapporte au soutien aux groupes vulnrables, prvoit la mise en place de mcanismes de lutte contre la pauvret et l exclusion sociale des groupes vulnrables et, dans une large mesure, la recherche de solutions pour permettre aux personnes handicapes d exercer leurs droits et de satisfaire leurs besoins. </p> <p>223.La Stratgie nationale pour l galit des personnes handicapes (rvise) pour la priode 2010-2018 prvoit cinq mesures pour permettre aux personnes handicapes d avoir accs la scurit sociale et de jouir des mmes droits que tout autre citoyen: </p> <p>galit d accs des personnes handicapes aux services, prestations et autres formes d assistance pour rpondre aux besoins lis leurs handicaps;</p> <p>laboration de mcanismes rglementaires pour offrir des services de qualit aux personnes handicapes;</p> <p>Participation des personnes handicapes l laboration et la mise en Suvre des programmes de lutte contre la pauvret;</p> <p>galit d accs des personnes handicapes l assurance retraite, sans discrimination aucune;</p> <p>laboration de programmes de logement et galit d accs aux programmes de logements sociaux financs par l tat grce la mise en place de mesures actives.</p> <p>224.Les deux lois fondamentales qui rglementent la protection sociale en Macdoine sont la loi sur la protection de l enfance et la loi sur la protection sociale. </p> <p>225.La protection sociale dsigne tous les mcanismes de prvoyance, activits et politiques permettant aux individus de faire face aux consquences des risques sociaux de base auxquels ils sont exposs au cours de leur vie, de lutter contre la pauvret et l exclusion sociale et de renforcer la capacit des individus se protger. </p> <p>226.Conformment la loi sur la protection sociale, risque social s entend de ce qui suit:</p> <p>Risques sanitaires (maladie, lsion et handicap);</p> <p>Risques lis l ge et au vieillissement;</p> <p>Risques lis la monoparentalit;</p> <p>Risques lis au chmage, la perte d un revenu de subsistance fond sur le travail, etc.;</p> <p>Risques lis la pauvret;</p> <p>Autres risques d exclusion sociale.</p> <p>227.En vertu de l article44 de la loi sur la protection sociale, les prestations sociales en espces sont les suivantes: </p> <p>Aide sociale;</p> <p>Allocation permanente</p> <p>Prestation pour orphelin jusqu l ge de 18ans;</p> <p>Prestation la naissance d un quatrime enfant;</p> <p>Allocation compensatrice pour tierce personne;</p> <p>Allocation forfaitaire et aide en nature;</p> <p>Indemnit salariale en cas de temps partiel pour s occuper d un enfant prsentant un handicap physique ou mental;</p> <p>Allocation de logement social;</p> <p>Allocation de ccit et de mobilit.</p> <p>228.Le droit l aide sociale est accord toute personne apte travailler et s occuper des tches mnagres, en situation de prcarit financire et ne disposant pas de moyens suffisants pour subvenir ses besoins. L aide sociale est accorde aux personnes handicapes intellectuelles et leurs familles si le revenu du mnage est infrieur au montant de l aide sociale et si elles ne possdent aucun bien leur permettant de subvenir leurs besoins essentiels.</p> <p>229.Le droit une allocation permanente est accord toute personne inapte au travail, en situation de prcarit financire et ne disposant pas de moyen suffisants pour subvenir ses besoins. Personne inapte au travail en vertu de cette loi s entend:</p> <p>D une personne prsentant un handicap intellectuel modr, svre ou profond ou plusieurs handicaps nuisant son dveloppement, dans l incapacit d obtenir un diplme en raison de son handicap, et d une personne atteinte d un handicap physique qui l empche de travailler;</p> <p>D une personne atteinte d une maladie mentale ou dont l tat de sant l empche de travailler.</p> <p>230.L inaptitude au travail des personnes de plus de 26ans est dtermine sur la foi des constatations, de l valuation et de l avis mdical d un comit d experts rattachs une institution publique ou une autre entit lgale et qui, dans le cadre de leurs fonctions, s occupent des troubles du dveloppement psychologique et physique de personnes prsentant certaines catgories de handicaps. </p> <p>231.Est rpute inapte au travail toute personne de 26ans atteinte d un handicap mental modr, svre ou profond, d un handicap svre ou trs svre ou ayant totalement perdu l usage de la vue et dont le taux d incapacit a t valu par une institution spcialise ou reconnu par un centre d aide sociale. </p> <p>232.Le droit l allocation compensatrice pour tierce personne est accord toute personne de plus de 26ans atteinte d un handicap mental modr, svre ou profond, d un handicap physique svre ou trs svre ou ayant totalement perdu l usage de la vue ainsi qu toute personne dont l tat de sant est altr de faon permanente et qui a besoin d une tierce personne pour l aider dans les actes du quotidien, sauf si ce droit n est pas accord en vertu d autres rglements. </p> <p>233.Le montant de l allocation compensatrice pour tierce personne est fonction de l importance des besoins. </p> <p>Est rpute avoir besoin de l assistance et des soins d une tierce personne toute personne prsentant un handicap mental svre ou profond, un handicap physique svre ou trs svre ou ayant totalement perdu l usage de la vue, ainsi que toute personne dont l tat de sant est altr de faon permanente et qui ne peut plus subvenir ses besoins fondamentaux en raison de son handicap ou de son infirmit, ne parvient pas se dplacer avec des aides orthopdiques dans son domicile ou l extrieur et est dans l impossibilit de s alimenter, de se vtir, de prendre soin de son hygine personnelle ou de satisfaire ses besoins physiologiques de base par elle-mme;</p> <p>Est galement rpute avoir besoin de l assistance et des soins d une tierce personne, dans une moindre mesure, toute personne prsentant un trouble du dveloppement mental modr ou dans l impossibilit de satisfaire ses besoins fondamentaux sans l aide d autrui en raison d une altration permanente de son tat de sant. </p> <p>234.Le montant de l allocation compensatrice pour tierce personne est compris entre 3702 et 4185 dinars macdoniens, selon l tendue des besoins. </p> <p>235.Le droit l allocation compensatrice pour tierce personne est dtermin par un comit d experts rattachs soit une institution publique spcialise dans le traitement des troubles du dveloppement psychologique et physique des personnes atteintes de certains types de handicap, soit une autre entit lgale. Sauf exception indique ci-haut, toute personne de plus de 26ans prsentant un trouble du dveloppement svre ou profond ou un handicap physique svre ou trs svre ou ayant totalement perdu l usage de la vue et dont le taux d incapacit a t dtermin par une institution spcialise ou reconnu par un centre d aide sociale, a droit l allocation compensatrice pour tierce personne.</p> <p>236.Des prestations forfaitaires ou en nature sont accordes toute personne ou famille risque, ainsi qu toute personne victime d une catastrophe naturelle ou d une pidmie ou ayant besoin de soins de longue dure dans un tablissement de sant.</p> <p>237.Le droit une indemnit salariale en cas de temps partiel pour s occuper d un enfant prsentant un handicap physique ou mental ou d une personne atteinte d une maladie chronique grave est rgi par la loi sur le travail et exerc au niveau des centres d action sociale.</p> <p>238.Le montant de l indemnit salariale est fix 4800dinars macdoniens.</p> <p>239.Le droit l allocation de logement social est accord aux personnes en situation de vulnrabilit sociale, qui n ont pas accs des conditions de logement adquates. Les personnes en situation de vulnrabilit sociale sont les bnficiaires d une allocation permanente et de la prestation pour orphelin jusqu l ge de 18ans, c est--dire jusqu la date laquelle la tutelle prend fin, l ge limite absolu tant fix 26ans.</p> <p>240.Le droit aux soins de sant est accord aux catgories suivantes de bnficiaires:</p> <p>Bnficiaires de l allocation permanente;</p> <p>Personnes places en famille d accueil;</p> <p>Personnes places dans un tablissement d action sociale (prise en charge institutionnelle et non institutionnelle);</p> <p>Bnficiaires de l allocation compensatrice pour tierce personne;</p> <p>Bnficiaires de la prestation pour orphelin jusqu l ge de 18ans ou jusqu l ge de 26ans maximum, sous rserve d tre bnficiaire de l aide sociale;</p> <p>Victimes de violence familiale titre de mesure de protection, conformment la loi sur la famille;</p> <p>Personnes vivant dans un milieu protg.</p> <p>241.L allocation de ccit est verse aux personnes de plus de 26ans ayant perdu totalement l usage de la vue et l allocation de mobilit (art.84-a), aux personnes de plus 26ans prsentant un handicap physique avec un taux d incapacit de 100% et aptes utiliser un fauteuil roulant ou aux personnes atteintes d un handicap mental modr, svre ou profond qui utilisent un fauteuil roulant avec l aide d autrui, afin de promouvoir l galit des chances et leur insertion dans la vie de la communaut. Le montant mensuel de l allocation de mobilit est de 7000 dinars macdoniens. Le droit aux allocations de ccit ou de mobilit est accord ds lors que le bnficiaire est hberg dans un tablissement de protection sociale, une famille d accueil, un foyer accueillant de petits groupes ou un logement protg, sur dcision d un centre d action sociale.</p> <p>242.Par suite des modifications apportes en 2014 la loi sur la protection sociale, 870personnes atteintes de surdit totale sont dsormais bnficiaires d une nouvelle allocation de surdit d un montant de 4000dinars macdoniens, tandis qu une allocation de mobilit de 700dinars macdoniens est verse environ 1000personnes quadriplgiques. Des crdits supplmentaires de 84millions de dinars macdoniens pour l anne 2014 ont t prvus au budget du Ministre du travail et de la politique sociale cet effet.</p> <p>243.En vertu de ces modifications, une aide financire de 8000dinars macdoniens est dsormais accorde aux parents d un enfant prsentant des troubles du dveloppement qui s engagent s en occuper et ne pas le placer dans une institution pendant 15ans et qui ne satisfont pas aux critres d ge ouvrant droit une pension de vieillesse ou tout autre type de pension. </p> <p>244.Conformment la loi sur la protection sociale, en vigueur depuis le 1erjuillet 2012, 3270personnes aveugles ou prsentant un handicap avec un taux d incapacit de 100% bnficient d allocations permanentes de ccit ou de mobilit d un montant de 700dinars macdoniens.</p> <p>245.Selon le registre statistique numro 2.4.12.13/730 du Bureau des statistiques de l tat, le nombre d enfants, de jeunes et d adultes handicaps physiques ou mentaux bnficiaires de prestations sociales s tablit comme suit: </p> <h3>Prestations en espces </h3> <p>Allocation permanente2984</p> <p>Allocation forfaitaire968</p> <p>Allocation de scolarit1</p> <p>Entretien et amnagement du logement622</p> <p>Allocation compensatrice pour tierce personne14336</p> <p>Prestation de radaptation1</p> <p>Autres prestations en espces83</p> <p>Autres formes d aide294</p> <p>Aide l ducation et la qualification professionnelle4</p> <p>Aide l emploi et ateliers protgs5</p> <p>Autres mesures de protection sociale21</p> <p>Conseils matrimoniaux et familiaux28</p> <p>Aide l exercice de droits particuliers214</p> <p>Autres services de protection sociale4467</p> <p>Indemnit salariale en cas de travail temps partiel16</p> <h3>Bnficiaires de prestations spciales pour enfants</h3> <p>Nombre d enfants6504</p> <p>Nombre de familles6286</p> <p>246.Conformment au processus de rforme et de dcentralisation en cours, il est essentiel que les gouvernements autonomes locaux se voient confier un rle plus important dans la mise en place du rgime de protection sociale.</p> <p>247.Ce rle accru est prvu aux articles11 et 12 de la loi sur la protection sociale qui disposent qu il appartient la ville de Skopje et aux localits voisines de prendre en charge les personnes handicapes, les orphelins, les enfants handicaps physiques et mentaux, les enfants des rues, les enfants prsentant des problmes de comportement et sociaux, les enfants de familles monoparentales, les personnes exposes des risques sociaux, les toxicomanes, les alcooliques et les consommateurs de substances psychotropes et de leurs prcurseurs, les personnes victimes de violence familiale et de la traite des tres humains et les personnes ges isoles, dans le cadre de structures institutionnelles et non institutionnelles, et qu elles mettent disposition des logements et sensibilisent la population la ncessit d offrir une protection sociale. Il appartient la ville de Skopje et aux localits voisines de dcider, eu gard leur situation financire, quelles autres formes de protection sociale offrir et quels autres droits accorder en la matire, au-del de ceux consacrs par la loi, et de fixer les conditions de nature faciliter leur ralisation. </p> <h3>Article 29Participation la vie politique et la vie publique</h3> <p>248.En vertu de la Constitution de la Rpublique de Macdoine, tout citoyen acquiert le droit de vote ds l ge de 18ans. Le droit de vote est gal, gnral et direct et se ralise lors d lections libres par scrutin secret. N ont pas le droit de vote les citoyens privs de leur capacit juridique. Tout citoyen a le droit de prendre part l exercice de fonctions publiques.</p> <p>249.Aux termes de l article6 du Code lectoral, l exercice du droit de vote est rserv aux citoyens macdoniens gs de 18ans rvolus qui runissent les conditions de capacit juridique et possdent une adresse permanente dans la commune d inscription lectorale (savoir la municipalit ou la ville de Skopje) o se tiennent les lections. Il en va de mme pour le droit d tre lu, sachant nanmoins que d autres conditions doivent tre remplies n ayant aucun rapport avec le handicap.</p> <p>250.Tout candidat aux lections parlementaires ou municipales doit tre citoyen macdonien, tre g de 18ans rvolus et runir les conditions de capacit juridique. Les personnes handicapes peuvent exercer leur droit de vote sauf si leur capacit juridique leur a t retire ou qu elle est restreinte.</p> <p>251.Compte tenu de ce qui prcde, le handicap lui-mme ne peut empcher une personne de voter. Seules les personnes prives de capacit juridique n ont pas le droit de vote. Les personnes concernes et les modalits de retrait de la capacit juridique sont dcrites la section consacre l accs la justice. </p> <p>252.Le Code lectoral dispose que les personnes dans l impossibilit de voter dans leur commune d inscription lectorale (personnes gravement malades ou handicapes conformment au manuel de la Commission lectorale d tat) mais qui souhaitent voter en personne ou avec l aide d une personne autorise, doivent en faire la demande la Commission d tat au plus tard trois jours avant les lections. La Commission lectorale doit autoriser cette personne voter son domicile la veille des lections, d une manire qui garantit le secret du scrutin. La Commission lectorale met disposition une urne mobile, vide, sur le lieu de rsidence de l intress. L ensemble de la procdure doit donner lieu l tablissement d un procs-verbal. </p> <p>253.L lecteur handicap physique ou analphabte doit tre accompagn d une autre personne qui l aidera exprimer son vote. En l absence d un accompagnateur, la Commission lectorale doit dsigner une personne parmi les lecteurs. Celle-ci ne peut venir en aide qu deux personnes maximum en mme temps. La Commission lectorale doit rappeler cette personne qu elle ne doit en aucun cas influencer la dcision de l lecteur.</p> <p>254.Toute personne handicape peut participer la vie politique, sur un pied d galit avec les autres citoyens. Elle peut crer son propre parti politique, adhrer une organisation politique ou joindre une organisation non gouvernementale de la socit civile, organiser des lections et tre lue tout type de fonction publique.</p> <p>255.Suivant l exemple du Parlement europen, les personnes handicapes ont cr leur propre groupe au Parlement de la Rpublique de Macdoine. Ce groupe runit des dputs de diffrents partis politiques, d o son nom de Groupe parlementaire interpartis. Sous l impulsion des personnes handicapes et avec le soutien de ce groupe parlementaire, le Parlement macdonien est dsormais accessible aux personnes handicapes, leur donnant ainsi le droit d assister aux dbats parlementaires et de participer au processus de prise de dcisions.</p> <p>256.Pour permettre aux personnes handicapes d exercer leurs droits lectoraux, le Gouvernement continue de s attacher rendre accessibles les bureaux de vote, rendre disponibles en langue des signes les dbats tlviss les plus importants des campagnes lectorales, imprimer les documents lectoraux en braille pour les aveugle et dans un langage facilement comprhensible pour les personnes prsentant un handicap intellectuel.</p> <h3>Article30Participation la vie culturelle et rcrative, aux loisirs et aux sports</h3> <p>257.Plusieurs textes rglementent l accs aux infrastructures publiques en Macdoine (voir la section consacre l accs aux transports, aux infrastructures et l information) et partant, aux tablissements culturels. En vertu de ces textes, tous les rglements applicables aux infrastructures publiques s appliquent galement aux tablissements culturels (muses, thtres, cinmas, salles de concert, maisons de la culture, etc.). L accs un grand nombre d tablissements sur le territoire national (bibliothques, maisons de la culture, thtres, cinmas, etc.) est possible grce aux actions des organismes de personnes handicapes. Cela tmoigne de la prise de conscience de l importance que revt la culture dans l intgration sociale des personnes handicapes. </p> <p>258.En vertu de la loi sur la culture, la culture est matrialise dans l intrt national. L intrt national dans le domaine de la culture tient au fait que la culture est d un intrt commun pour tous les citoyens. En consquence, il est ncessaire de permettre tous les citoyens de participer de faon continue la vie culturelle et d accder la culture dans des conditions d galit. </p> <p>259.Les tablissements sociaux et ducatifs pour personnes handicapes organisent diverses activits culturelles, artistiques et cratives (danse, musique, littrature, art, panouissement du potentiel artistique et intellectuel) dans le cadre des programmes de radaptation, d ducation ou d apprentissage l autonomie. D autres tablissements organisent des vacances, des activits rcratives ou des voyages pour les bnficiaires (participation des manifestations culturelles, pique-niques, etc.). Ces tablissements pourraient intensifier leurs activits dans ce domaine. </p> <p>260.Le rle des personnes handicapes revt une importance particulire. Biljana, l association artistique et culturelle de l Union nationale des sourds de Macdoine promeut la musique et les traditions folkloriques de Macdoine. Cette association propose ses membres des activits culturelles et folkloriques, comme des danses et d autres formes d expression artistique. L Union des personnes handicapes physiques organise des soires musicales et de cration potique avec ses membres, des jeux, un concours de nouvelles et d autres activits, par le biais de son association culturelle Phoenix Bitola. Cette association a publi plusieurs recueils de posie de ses membres. L an dernier, elle a prsent une exposition des crations artistiques de ses membres (peintures, sculptures, sculptures sur bois, compositions en cuivre et en pltre sculpt, etc.). Le Centre national d aide aux personnes handicapes intellectuelles Poraka propose plusieurs activits pour encourager l expression artistique des personnes handicapes, comme des ateliers, des expositions d art, de l artisanat, des spectacles de danse, etc.</p> <p>261.Chaque anne, les organisations de personnes handicapes (unions) organisent des sjours de vacances et de loisirs pour leurs membres financs par le budget de l tat. L Union des sourds et malentendants et l Union des personnes handicapes exploitent leurs propres centres de loisirs et de vacances. Les organisations de personnes handicapes organisent galement diffrents voyages pour leurs membres en Macdoine et l tranger (changes ou visites d tudes dans d autres pays, etc.). </p> <p>262.La Stratgie pour le dveloppement du sport en Rpublique de Macdoine prvoit la participation des personnes handicapes aux activits sportives, en fonction des caractristiques et particularits qui les distinguent de celles de la population dite valide. Elle tient galement compte de la manire dont le sport pour personnes handicapes est envisag ailleurs dans le monde. Les principales catgories de personnes handicapes sont les handicaps physiques, les aveugles, les sourds et les handicaps intellectuels. Tous ont accs des organisations, fdrations et comptitions sportives internationales, connues et rputes. </p> <p>Les Jeux paralympiques pour les personnes handicapes physiques et aveugles;</p> <p>Les Olympiques pour sourds pour les personnes prsentant un handicap auditif;</p> <p>Les Olympiques spciaux pour les personnes prsentant un handicap intellectuel.</p> <p>263.Ces trois comptitions sportives prsentent leurs propres caractristiques et contraintes par rapport aux comptitions sportives de personnes valides.</p> <p>264.En vertu de la loi sur le sport, athlte s entend d une personne de tout ge qui participe des activits sportives et de tout participant des activits sportives et rcratives. Conformment cette loi, la ville de Skopje et les localits voisines sont responsables du dveloppement du sport et des activits rcratives pour tous dans le cadre de clubs de sport et de loisirs, ainsi que de la mise en place de programmes d activits sportives pour les lves et tudiants, du sport pour tous et, en particulier, des activits sportives et rcratives pour les personnes ayant des besoins particuliers. Les programmes d activits sportives sont financs par le budget des municipalits, c est--dire par la ville de Skopje, ainsi que par des dons et des commanditaires. La loi distingue trois catgories d athlte  mondial, international et national. </p> <p>265.Le Guide des catgories de sportifs en Rpublique de Macdoine distingue galement trois catgories de personnes handicapes (physiques, auditifs et visuels).</p> <p>266.Conformment la loi, les fdrations sportives de la Rpublique de Macdoine doivent tre enregistres et oprer selon les mmes critres que ceux des organisations sportives pour personnes handicapes au niveau international:</p> <p>Fdration des sports et loisirs pour personnes handicapes de Macdoine;</p> <p>Fdration sportive des sourds de Macdoine;</p> <p>Olympiques spciaux de Macdoine.</p> <p>267.Conformment la loi sur le sport, la Fdration des sports et loisirs pour personnes handicapes de Macdoine et la Fdration sportive des sourds de Macdoine runissent les conditions prvues par la loi et sont en possession d une autorisation pour la pratique du sport dlivre par l Agence pour la jeunesse et les sports. Les programmes d ducation physique et sportive obligatoires sont encadrs par le Ministre de l ducation et de la science et doivent inclure le plus grand nombre possible d enfants handicaps, dans des conditions d galit avec les enfants valides, afin de leur permettre d acqurir de bonnes habitudes un ge prcoce et de s adonner des activits physiques et sportives. Ces programmes sont particulirement importants pour la radaptation des enfants handicaps, ainsi que pour leur panouissement et leur mobilit. De mme, les athltes handicaps doivent pouvoir participer aux entranements des clubs (dans la mesure o leur handicap ne les limite pas). Ces mesures permettent de contribuer l galit des chances, de promouvoir l inclusion des personnes handicapes dans la socit et de sensibiliser le public aux difficults qu elles rencontrent. </p> <p>268.Compte tenu des caractristiques spcifiques du sport pour personnes handicapes, l organisation de comptitions l chelle internationale ainsi que l organisation des activits sportives en fonction des diffrentes catgories de handicap devraient tre laisses aux fdrations sportives pour personnes handicapes, qui sont structures selon les mmes principes que ceux des fdrations internationales et europennes. </p> <p>269.Il importe que le plus grand nombre possible de personnes handicapes puissent contribuer cet objectif et avoir accs aux programmes d activits physiques ou sportives. Pour permettre aux athltes handicaps d obtenir des rsultats sportifs de haut niveau, il convient de mettre leur disposition les ressources de base ncessaires, telles que des quipes de spcialistes chargs de planifier et de coordonner des programmes de qualit, et leur permettre d avoir accs des installations et quipements sportifs adquats et des entranements de qualit. </p> <p>270.La Stratgie nationale pour l galit des droits des personnes handicapes (rvise) pour la priode 2010-2018 prvoit de donner aux enfants, lves et tudiants handicaps la possibilit d exercer pleinement leur droit de participation aux activits sportives et rcratives, ainsi qu des activits sportives de haut niveau l chelle nationale et internationale, dans des conditions d galit. </p> <p>271.Les mesures prvues dans le cadre de cette stratgie sont les suivantes:</p> <p>Permettre aux enfants prsentant des troubles du dveloppement de participer, dans des conditions d galit, aux jeux, loisirs et activits libres et sportives, y compris aux activits prvues dans le cadre des cours;</p> <p>Permettre aux personnes handicapes de participer, dans des conditions d galit, aux activits rcratives et sportives et aux activits de loisirs;</p> <p>Permettre aux personnes handicapes de participer rgulirement des activits sportives dans toutes les disciplines sportives;</p> <p>Faire en sorte que les personnes handicapes aient accs aux installations sportives, rcratives et touristiques;</p> <p>Faire en sorte que les personnes handicapes aient la possibilit d organiser, de prparer et de participer leurs propres activits sportives et rcratives. cet effet, il convient de mettre leur disposition des infrastructures et des spcialistes et de donner aux organismes chargs de la planification et de l organisation d activits sportives collectives et d activits sportives rcratives pour les personnes handicapes les moyens d oprer l chelle locale, rgionale et nationale;</p> <p>Offrir aux athltes handicaps de haut niveau la possibilit de bnficier d entranements et de prparations de qualit, dans des conditions d galit, et de participer des comptitions nationales et internationales dans les mmes conditions que les sportifs de haut niveau valides.</p> <p>272.L Agence pour la jeunesse et les sports apporte un soutien aux organisations de personnes handicapes intellectuelles afin qu elles puissent participer des manifestations sportives l chelle nationale et internationale. Ces dernires annes, l tat a encourag la participation d handicaps intellectuels des activits sportives et rcratives en leur permettant l accs gratuit aux installations correspondantes et la possibilit de pratiquer diffrentes activits adaptes leur handicap. </p> <p>273.Pour amliorer la vie sociale des enfants prsentant des troubles du dveloppement et leur permettre de s panouir et de se dvelopper normalement, le Ministre du travail et de la politique sociale a lanc un projet de construction de terrains de jeu inclusifs sur le territoire national. Des espaces munis d quipements adapts aux enfants ayant des troubles du dveloppement ont t amnags dans le cadre de ce projet. Dans la mesure o ces enfants prsentent des besoins particuliers de diffrentes natures, ces terrains de jeu doivent tre conus de manire leur permettre de jouer et de socialiser en toute scurit et fournir des conditions favorables leur panouissement et leur dveloppement. Ce projet est men en collaboration avec l Union nationale des personnes handicapes physiques de Macdoine Mobilit Macdoine. </p> <h2>C.Situation particulire des femmes handicapes et des enfants prsentant des troubles du dveloppement</h2> <h3>Article 6Femmes handicapes</h3> <p>274.L galit des sexes est l une des plus hautes valeurs de l ordre constitutionnel de la Rpublique de Macdoine, de sorte que toutes les femmes handicapes jouissent pleinement de droits gaux, sur un pied d galit avec les hommes handicaps comme avec les hommes et les femmes non handicaps.</p> <p>275.La loi sur l galit des chances entre hommes et femmes ne comporte pas de dispositions particulires en faveur de l galit et de l galisation des chances pour les filles et les femmes handicapes car l ensemble des dispositions en matire de non-discrimination concernent toutes les femmes et toutes les filles, qu elles soient ou non handicapes. La loi sur l galit des chances entre hommes et femmes (2012) interdit toute forme la discrimination, le harclement et la violence sexuelle fonds sur le sexe dans les secteurs public et priv, dans les domaines de l emploi et du travail, de l ducation, de la science, du sport et de la scurit sociale, ainsi que dans les domaine de la protection sociale, des retraites et de l assurance invalidit, de l assurance maladie et des soins de sant, de la justice et de l administration, du logement, de l information publique et des mdias, de l information et des technologies de la communication, de la dfense et de la scurit, de la culture et dans d autres domaines rglements par ladite loi et d autres textes. Cette interdiction s tend galement l appartenance un syndicat, un parti politique, une communaut et une fondation ou la qualit de membre de toute autre organisation. Est galement interdite la discrimination fonde sur le sexe dans l accs la fourniture de biens et services et dans la fourniture de ceux-ci, tant dans le secteur public que dans le secteur priv, de mme que la discrimination dans le calcul des primes d assurance. Conformment au principe d galit de traitement dans l accs l emploi, est galement interdite la discrimination fonde sur la situation matrimoniale, la situation de famille, la couleur de la peau, la langue, les convictions politiques ou autres, les activits syndicales, la nationalit ou le statut social, le handicap, l ge, la fortune et la situation sociale ou autre. Les diffrences de traitement visant promouvoir l galit des chances entre hommes et femmes, conformment aux objectifs de ladite loi et d autres textes de loi, ne sont pas considres comme discriminatoires.</p> <p>276.Aux lois nationales viennent s ajouter les obligations internationales auxquelles la Rpublique de Macdoine a souscrit. Les instruments les plus importants adopts dans le cadre des Nations Unies sont les suivants: Pacte international relatif aux droits civils et politiques, Pacte international relatif aux droits conomiques, sociaux et culturels, Convention internationale sur l limination de toutes les formes de discrimination raciale, Convention sur l limination de toutes les formes de discrimination l gard des femmes, Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dgradants, Convention relative aux droits de l enfant et Convention relative aux droits des personnes handicapes. Les principaux instruments du Conseil europen des droits de l homme se rapportant directement la prvention et l interdiction de la discrimination sont les suivants: la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des liberts fondamentales ou Convention europenne des droits de l homme, le Protocole no12 de la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des liberts fondamentales, la Charte sociale europenne (version rvise) et la Convention-cadre pour la protection des minorits nationales.</p> <p>277.Outre les engagements auxquels elle a souscrits en adhrant au Conseil de l Europe et aux Nations Unies, et en sa qualit de candidate l adhsion l Union europenne, la Macdoine est tenue de mettre sa lgislation en pleine conformit avec l acquis communautaire qui prvoit l interdiction de la discrimination. Ce n est qu en 1999, date d entre en vigueur du Trait d Amsterdam et de l introduction de l article13, que l Union europenne a t investie des comptences pour lutter contre la discrimination (exception faite de la discrimination fonde sur le sexe/genre). Cet article est l origine de l adoption de deux directives antidiscrimination: la Directive 2000/43/CE et la Directive 2000/78/CE. celles-ci s ajoutent les directives du Conseil 2004/113/CE et 2006/54/CE relatives l interdiction de la discrimination fonde sur le sexe, la Charte europenne des droits fondamentaux et les efforts en vue de l adoption du projet de directive horizontale pour l galit de traitement. </p> <p>278.Sour l impulsion du Ministre du travail et de la politique sociale, les questions de genre sont prises en compte dans tous les programmes et mesures adopts par le Gouvernement et l Assemble. Les objectifs stratgiques des stratgies nationales, plans d actions et programmes oprationnels prvoient l laboration de politiques et de mesures pour amliorer la situation des groupes particulirement vulnrables. Les gouvernements autonomes locaux ont galement un rle crucial jouer dans l laboration de politiques destines rpondre aux besoins particuliers des citoyens, par le biais des commissions charges de l galit des chances entre hommes et femmes l chelle locale. </p> <p>279.La loi sur la prvention de la discrimination et la lutte contre la discrimination ne prvoit pas de dispositions spciales pour l galit et l galisation des chances des filles et des femmes handicapes car toutes les dispositions gnrales se rapportant la non&#8209;discrimination concernent, sur un pied d galit, toutes les personnes handicapes, quel que soit leur sexe. </p> <p>280.Une des dispositions de la Stratgie nationale pour l galit des droits des personnes handicapes (rvise) pour la priode 2010-2018 prvoit la prise en compte de la question de l galit des sexes dans la politique se rapportant aux catgories de personnes les plus marginalises, comme les personnes handicapes, ce qui signifie qu hommes et femmes peuvent exercer pleinement leurs droits dans des conditions d galit. </p> <p>281.La Stratgie nationale pour l galit et la non-discrimination fonde sur le sexe, l ge, l origine ethnique et le handicap mental et physique est un document stratgique du Gouvernement qui dfinit les buts, mesures, indicateurs et acteurs cls chargs de promouvoir l galit des droits et des chances dans les diffrentes sphres de la vie, de mme que les intervenants et parties prenantes Suvrant en faveur de l galit et de la non&#8209;discrimination en Macdoine. La Stratgie nationale pour l galit et la non&#8209;discrimination couvre la priode 2012-2015. Son but fondamental est de permettre l exercice du droit l galit et de promouvoir l galit des chances. Les tches et activits court et moyen terme prvues pour la ralisation de ses objectifs et la mise en Suvre des mesures correspondantes s inscrivent dans le cadre de plans d action d un an fixant les priorits sur deux ans, de mme que les moyens ncessaires leur mise en Suvre, le calendrier d excution, les institutions responsables, les budgets prvus, ainsi que les rsultats escompts et les indicateurs qualitatifs et quantitatifs des progrs accomplis.</p> <h3>Article 7Enfants handicaps</h3> <p>282.Tous les enfants exercent leurs droits de manire identique. La protection et la promotion des droits des enfants prsentant des troubles du dveloppement sont du ressort du Vice-Mdiateur de la Rpublique qui signale aux institutions responsables les carences dans l application des dispositions en la matire. </p> <p>283.La loi sur la protection de l enfance garantit le droit des prestations en espces pour les enfants ayant des besoins particuliers, prsentant des troubles du dveloppement physique ou mental ou des troubles multiples du dveloppement, jusqu l ge de 26ans. Le droit ces prestations est accord sur la foi des constatations, de l valuation et de l avis d un tablissement spcialis dans l valuation des enfants prsentant des troubles du dveloppement physique ou mental.</p> <p>284.En vertu de ladite loi, un enfant prsentant des troubles du dveloppement et des besoins particuliers s entend d un enfant:</p> <p>Atteint de troubles svres, trs svres ou profonds du dveloppement physique;</p> <p>Prsentant un handicap mental modr, svre ou profond;</p> <p>Souffrant d une forme trs grave de maladie chronique;</p> <p>Prsentant un handicap auditif, visuel ou un trouble de l locution au stade trs avanc (aveugle et malvoyant; sourd et malentendant; muet; enfant ayant de graves difficults d articulation en raison d une infirmit motrice crbrale; enfant autiste ou prsentant une dficience de la parole ou une perte complte de l usage de la parole);</p> <p>Prsentant plusieurs troubles (combins) du dveloppement;</p> <p>Les prestations verses aux familles monoparentales pour un enfant atteint de troubles de l locution ont t majores de 50% au 1erjanvier 2014.</p> <p>285.Les enfants handicaps bnficient par consquent de soins spciaux dans le cadre du rgime de protection sociale et l tat s attache crer des conditions favorables leur inclusion dans la socit. La protection dont ils bnficient est rgie par la loi sur la protection sociale qui confre aux personnes handicapes le droit de faire valoir leurs droits une protection institutionnelle et non institutionnelle.</p> <p>286.Au nombre des politiques et stratgies du Ministre du travail et de la politique sociale figurent un vaste processus de dcentralisation, de dsinstitutionnalisation et de privatisationde l intervention sociale, ainsi que des mesures de soutien aux organisations non gouvernementales pour la mise en Suvre de projets dans l intrt des bnficiaires. </p> <p>287.Dans le cadre de ce processus, l Institut d action sociale, qui fait le lien entre le Ministre du travail et de la politique sociale et les centres d action sociale, mne plusieurs activits dans le domaine des soins et de l assistance aux personnes handicapes et leurs familles. Il s agit en particulier de recherches, d analyses et de la compilation de donnes sur les personnes handicapes et leurs besoins, de services d aide professionnelle et de soutien aux employs des institutions d action sociale (Institut public de radaptation des jeunes et des enfants Topansko Pole, Institut public Demir Kapija, Institut de soins et de radaptation Banja Bansko) et des centres de jour pour les enfants prsentant un handicap intellectuel modr svre, de formations, d ateliers et d autres activits. Les personnes handicapes et leurs familles ont droit des prestations en espces et aux services sociaux. Ces prestations sont du ressort du centre d action sociale du lieu de rsidence des bnficiaires. Conformment la loi sur la protection sociale, les enfants prsentant des troubles du dveloppement ont le droit d tre accueillis dans des centres de jour ou des tablissements d action sociale ou d tre confis une famille d accueil. Quel que soit le type de service et de prestataire, les services sociaux sont conformes des normes de qualit fondes sur des principes fondamentaux selon lesquels les bnficiaires doivent tre placs au centre des proccupations. Ces principes s appliquent galement aux communauts locales. </p> <p>288.Dans le cadre de la mise en Suvre de la Stratgie nationale de dsinstitutionnalisation du rgime de protection sociale 2008-2018, le Ministre du travail et de la politique sociale, en collaboration avec le Bureau de l UNICEF en Rpublique de Macdoine, poursuit la transformation des institutions d action sociale qui accueillent des enfants prsentant des troubles du dveloppement afin de renforcer la qualit des soins qui y sont dispenss et propose notamment des formations professionnelles au personnel de ces tablissements, amliore les conditions d hbergement des bnficiaires et largit le rseau de familles d accueil et en particulier de familles spcialises dans l accueil d enfants prsentant des troubles du dveloppement. </p> <h2>D.Obligations particulires</h2> <h3>Article 31Statistiques et collecte de donnes</h3> <p>289.Les tudes statistiques ralises fournissent des donnes sur les personnes handicapes dans les domaines o elles font valoir leurs droits, comme la protection de l enfance, la protection sociale, l ducation et l emploi. Ces donnes ne permettent toutefois pas de brosser un tableau trs prcis de la ralit, de sorte que le Ministre du travail et de la politique sociale, en collaboration avec l Organe de coordination national pour l galit des droits et des chances des personnes handicapes et d autres organisations de la socit civile, ont lanc une initiative qui permettra de recueillir des informations sur les personnes handicapes dans le cadre du prochain recensement de la population. </p> <p>290.Selon les donnes du Bureau statistique de l tat, le nombre total de mineurs bnficiaires de l aide sociale en 2012 s tablissait 21756, en recul de 3,3% par rapport 2011, tandis que pour la mme priode, le nombre total d adultes bnficiaires se chiffrait 50304, en hausse de 1,1%. Les prestations sociales reprsentent 41,1% des interventions sociales. Leur ventilation rvle que les allocations compensatrices pour tierce personnes reprsentent 49,1% des prestations, soit 20,2% du total des interventions sociales. </p> <p>291.Le recensement qui devait avoir lieu en Rpublique de Macdoine en 2011 a t report <span style="font-style:italic;">sine die</span>. Le Bureau statistique de l tat a tabli les dfinitions des diffrentes formes de handicap, si bien que des donnes statistiques distinctes et des indicateurs devraient pouvoir tre publis et permettre de dresser un tat des lieux gnral de la situation des personnes handicapes en Macdoine. </p> <p>292.Conformment au Guide sur le type et le degr de handicap et les besoins particuliers des personnes prsentant des troubles du dveloppement (2000), les centres d action sociale tiennent des dossiers sur les personnes prsentant des troubles du dveloppement et des besoins particuliers dans lesquels figurent des donnes sur leur vie personnelle, les mesures de protection de l enfance, l ducation, la formation professionnelle, l emploi, la protection sociale, la sant et divers autres droits. Les donnes verses ces dossiers, ainsi que celles en possession des commissions d experts charges de dterminer la nature et le degr du handicap, sont mises la disposition des institutions professionnelles et des experts qui s y intressent et qui prennent des mesures particulires pour inclure les personnes handicapes la vie sociale et au march du travail. </p> <p>293.Le centre de ressources cr par l Institut d action sociale possde les listes des codes correspondant aux services dispenss par les centres d action sociale aux bnficiaires handicaps. Un programme informatique permet aussi de faire le suivi des bnficiaires handicaps, en fonction d indicateurs conformes aux normes de l Union europenne. Les listes et les codes sont en cours d actualisation et d exprimentation. Enfin, il existe une application en ligne pour les dossiers lectroniques des bnficiaires des services sociaux. Les donnes recueillies sont saisies dans des programmes concernant les personnes handicapes. </p> <p>294. la date d tablissement du prsent rapport, le Ministre du travail et de la politique sociale, en collaboration avec les organismes responsables des soins de sant, de la protection sociale, de l ducation, avait commenc prparer un registre unique des personnes handicapes ayant actuellement recours aux services des diffrents systmes.</p> <p>295.Conformment la loi sur la protection sociale, il existe un rglement sur les archives et la documentation des organismes de protection sociale, conforme aux normes internationales relatives la protection des donnes personnelles ainsi qu la loi sur la protection des donnes personnelles (Journal officiel de la Rpublique de Macdoine nos7/05 et 103/08). Comme cette loi assure galement la pluralit des prestataires de services sociaux financs par le budget de l tat, le rglement exigera l laborationderapportspriodiques indiquant le nombre des bnficiaires, les types de services rendus, y compris aux personnes handicapes. L Institut d action sociale, qui relve du Ministre du travail et de la politique sociale, utilise pour sa part un logiciel, Liricus, qui est actualis en permanence afin de permettre la collecte et l analyse efficaces des donnes sur les bnficiaires handicaps et les services qui leur sont dispenss. </p> <h3>Article 32Coopration internationale</h3> <p>296.Une confrence intitule La Convention relative aux personnes handicapes  Maintenant! a t organise le 30juin 2009 en collaboration avec l Office des Nations Unies afin de promouvoir le dbat sur la ncessit de ratifier la Convention. Le processus d harmonisation des lois nationales avec les dispositions de la Convention a dbut en 2011 et 2012, toujours en collaboration avec l Office des Nations Unies. </p> <p>297.Au titre du programme oprationnel Dveloppement des ressources humaines, dans le cadre du Volet IV de l instrument d aide de pradhsion, un certain nombre de projets ont t mis en place dans trois grands domaines: emploi, ducation et formation, et inclusion sociale. Une partie des projets viennent directement en aide aux personnes handicapes afin qu elles puissent acqurir les comptences qui leur permettront de s insrer sur le march du travail. Le programme oprationnel Dveloppement des ressources humaines 2007-2013 a t labor par le Ministre du travail et de la politique sociale et le Ministre de l ducation et de la science, en collaboration avec les agences et institutions comptentes, y compris les partenaires sociaux et les organisations non gouvernementales.</p> <p>298.Dtermine permettre aux personnes handicapes de jouir du plein exercice de leurs droits, le Gouvernement a adopt d autres documents internationaux, tels que le Plan d action du Conseil de l Europepour la promotion des droits et de la pleine participation des personnes handicapes la socit et compte un reprsentant au sein du Comit europen des droits des personnes handicapes pour la priode 2006-2015 (SANRAN), ainsi qu au sein du Sous-comit pour la participation des personnes handicapes la vie publique et politique (SANRAN PPL), qu il prside et aux travaux duquel il participe activement. </p> <p>299.La Rpublique de Macdoine a prsent son rapport national au titre du deuxime cycle de l Examen priodique universel du Conseil des droits de l homme des Nations Unies le 30janvier 2014 Genve, dans le cadre de la 18esance du Groupe de travail sur l Examen priodique universel. Les documents finals rsultant de cet examen ont t adopts la 26esession du Conseil des droits de l homme le 20juin 2014. Toutes les recommandations concernant les personnes handicapes ont t acceptes et ont t mises en Suvre ou sont sur le point de l tre.</p> <p>300.L Organisation internationale du Travail (OIT) a apport un soutien technique au groupe de travail charg de l laboration d une nouvelle loi sur l emploi des personnes handicapes en Rpublique de Macdoine.</p> <p>301.Le Ministre du travail et de la politique sociale et l Organe de coordination national pour l galit des droits des personnes handicapes en Rpublique de Macdoine ont organis une confrence internationale en 2013 sur les cadres et pratiques juridiques relatifs l emploi des personnes handicapes, dans l optique d changer les expriences et bonnes pratiques lies l emploi des personnes handicapes du point de vue des reprsentants du Gouvernement, d experts nationaux et des ONG des pays de la rgion. Cette confrence a permis de dcouvrir les expriences de l Autriche, de la Slovnie, de la Croatie, de la Bulgarie, du Montngro et de la Bosnie-Herzgovine.</p> <p>302.En 2012-2013, le Ministre du travail et de la politique sociale a poursuivi le processus de dsinstitutionnalisation des pensionnaires de l Institut Demir Kapija (un tablissement qui accueille des personnes atteintes d un handicap mental svre profond), avec le concours de l Initiative pour la sant mentale  Budapest. Ce processus s est accompagn de la mise en place de services destins aux personnes handicapes intellectuelles dans la communaut.</p> <p>303.En 2012 et 2013, le Ministre autrichien du travail, des affaires sociales et de la protection des consommateurs a apport un soutien technique au Gouvernement dans le domaine de la formation et de l emploi des personnes handicapes sur le march du travail, et de la mise en place de nouvelles formes de services sociaux. </p> <p>304.Un contrat de deux ans (2012-2013) a t sign avec l UNICEF dans le domaine de l ducation prscolaire et du dveloppement prcoce des enfants afin de permettre l accs des enfants handicaps une ducation prscolaire de qualit ds le plus jeune ge et de promouvoir leur panouissement et leur ducation dans des conditions normales. </p> <h3>Article 33Application et suivi au niveau national</h3> <p>305.Les organismes publics sont responsables de l application et du suivi de la Convention l chelle nationale, selon leur champ d action et leurs comptences, et veillent rserver dans leur budget des fonds destins des activits devant servir l amlioration de la qualit de vie et au respect de l galit des chances pour les personnes handicapes. </p> <p>306.Dans cette optique, l Organe national pour l galit des droits et des chances des personnes handicapes, est charg de l application des dispositions de la Convention relative aux droits des personnes handicapes. Cet organe compte 36membres reprsentant les Ministres du travail et de la politique sociale, de l ducation et de la science, des finances, de la justice, de l environnement et de l amnagement du territoire, des transports et des communications, de la sant, ainsi que de l Agence pour la jeunesse et les sports, de l Institut d action sociale, de l Institut du handicap, de l Union des spcialistes du handicap de Macdoine et de 7 unions nationales, membres de l Union nationale des organisations de personnes handicapes de Macdoine. Cet organe fait galement le suivi des mesures prises par le Gouvernement pour promouvoir la participation active des personnes handicapes et de leurs reprsentants l laboration et la mise en Suvre de politiques nationales en faveur des personnes handicapes. </p> <p>307.L Organe de coordination national charg du suivi de la mise en Suvre de la Convention est charg de veiller l application des dispositions de la Convention. Il se compose de membres de diverses institutions comptentes, comme le Groupe parlementaire interpartis pour les droits des personnes handicapes et la Commission parlementaire pour l galit des chances des hommes et des femmes, la Commission pour la protection contre la discrimination, ainsi que de reprsentants des institutions et ministres comptents, du Bureau du Mdiateur, du Conseil judiciaire, de l Union de la radiotlvision et du Conseil national des organisations de personnes handicapes de Macdoine. Tous contribuent, selon leur champ d action, l adoption de mesures et d activits pour le suivi et la mise en Suvre de la Convention.</p> <p>308.Conformment la loi sur le Mdiateur (Journal officiel de la Rpublique de Macdoine nos60/2003 et 114/2009), le Mdiateur est charg de la promotion et de la protection des droits de l homme et des liberts fondamentales consacrs dans la Constitution, les lois et les autres instruments juridiques internationaux adopts par la Rpublique de Macdoine. Il existe, au sein du Bureau du Mdiateur, une division charge de la protection des droits de l enfant et des droits des personnes handicapes, dont la mission principale est la surveillance, la promotion et la protection des droits des personnes handicapes. Cette division fait aussi office de mcanisme de protection de ces droits. </p> <p>309.Paralllement, le Gouvernement macdonien fait pleinement participer les organisations non gouvernementales reprsentant les personnes handicapes l laboration des lois et de politiques qui les concernent, conformment la devise Rien sur nous ne se fera sans nous.</p> </div> </body> </html>