<?xml version="1.0" encoding="utf-16"?> <html> <head> <link rel="stylesheet" type="text/css" href="data:text/css;base64,77u/Ym9keSB7IA0KCWZvbnQtZmFtaWx5OnNlcmlmOyANCgltYXJnaW46MCBhdXRvOyANCgl3aWR0aDo5NjBweDsgDQp9DQp0YWJsZSB7IA0KCXdpZHRoOjEwMCU7IA0KCWJvcmRlci1ib3R0b206MnB4IHNvbGlkICMwMDA7IA0KfQ0KdGFibGUgdHI6Zmlyc3QtY2hpbGQgdGQgeyANCglib3JkZXItYm90dG9tOjFweCBzb2xpZCAjMDAwOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHsgDQoJd2lkdGg6ODAwcHg7IA0KCW1hcmdpbjoyMHB4IGF1dG8gMCBhdXRvOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHRhYmxlLCBkaXYuY29udGVudCB0YWJsZSB0ZCB7DQoJYm9yZGVyOm5vbmU7DQp9" /> </head> <body> <table> <tr> <td> <img src="data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAFAAAABECAYAAAAWVrIgAAAAAXNSR0IArs4c6QAAAARnQU1BAACxjwv8YQUAAAAJcEhZcwAADsMAAA7DAcdvqGQAAAAHdElNRQfYCwYIDwTu5NNBAAAAGXRFWHRTb2Z0d2FyZQBQYWludC5ORVQgdjMuNS44NzuAXQAAFmFJREFUeF7l2gvYZlVVB/DpZlkhHyF5IWTUborCKKghioOaF0hQENIQGEExTYOwLCnlIzLxBqOWJiCMaCBeYkTBCyajCZkmjFl2MWFSszSNz/BWVvb/ve3Fs+dw3ssgND21nuf/vOfss8/ea6+91n+tfb5v1artL7tFhScELwneEfx58E/B14N/D74RfDH4i+Cy4KXBkcHq4Du2v/rbR4OfzLSnBR8Prg/eGZwa/Gxwv4BRl4KTgpODHwn2Dh4fPD+4pBn1L/P7wmDP7bOMW3bWnecM9515/phgU/CF4HeDA4LvmfHeM/LsxCnPvyvtDwxeFvx98MfBEcF3z9Hjznn+8AX63bLWmTKaxf9c8ObgJ2bM+NA8+0jwiWBd8P0LavcL6feLC/S9TfocHvxJINQPnfPOU/L8umA5+OEFxr/Fu/Cmo5oS/5Lf+06ZYZe0Xxh8Jjgm4DXbIs9c0IA1Jk48OLBR7wnuPmMy3v2tgP7PuRm6bcs6tuq7Y+5wkMkBb42JMBFarwq8s4jwzOI63rcxeFvwy8Grgz8IhOA84ZG4UzI6LhhLNtre2q3jLbn23q0mQpQhhEkZz6KGQrFnB58PcN4s0Zf3/lbw4UBC+WjwpuAVAS+6KrgguKg90wcdvCBg7FmZWHIR0ucG3zeiyO3TJjpqPa/N9X2CE4PbztF94cd3aMrvn9/f6yYTJj8wGMVi1gey44/NmOF78wwPbQ7+OmDA/UaUHgthhpA8vPNXbYyn5teYY3K7NG4Mrgh2Gumwb9qUTGVE/Pnk4M+Cu85Yw0KPlA9/G9htSv9Hm+hf82v3e2G83wk+FuC+MdFH0rk2eHuwNpjlQfM4UOaXzen16eBJAX4eCu49O/jT4IcGD9GGOrTWZkMlxysDieaOU9Yyt9nAwkkhywvfGNglE+GV+7eJaqBTcqEI5plD4+pzl0BIogCbsYjMMyAdvtr0Kg+6PPe7Dwa3Fu0fCFDCD3bPH5lrRpVUyoiHtDUa89LgZhXsClYDvC9ArrLVNwPhshT8fqeE+guXKIDvFTBin5kflXsJZZFsR1lhp9h2OnHycK1tbCGPTntvRHr+Q6CdoBnGUw7xTnpLRuWpjP3u1s/anH5wsA0vgzLywkJJk/5jwIDLgYIXeR8YqJsUrbIc+dHAUav3qt6IT8sz4YVrpgkPsQmvC1CGufDolgbX2j7V+ujb15J0LA/8z1xf3OZkNMY7oZtYcuj19+i9gSR2t4D3cQZhLJyNK0PfOxijh27o/758WOA4VQod1BS4Z34lEsb4UsDtDfjBoIzZD2ZCijAIxcbEZrwokLEd544Pfjyo0wQDCGOizTN99PXOiwNjMOZPBecF9OZF64N/CxT5Q+FdHKQ29UG55m1fDo4NOIC5zmrjfSG/eJ2HzhSZ86TAYZ0idpOCOwTOqkJY29FtFN6lpBg7jqkPkfAwnL3K8IxjEcqV1VO06g047OKdl7cxeJhEsVe7r83/ZO7Vgjx2KJIZ3Sp7O1PXe0LYmp/YteFNdDYzMytacQeFDKaGEs6ItAZf3zTZMb+4Ziw0LcQzXqgWo6j6ithJyWRTMOv4p+8sA7bhJp5iLGMae48AD5a+N+R6pelS7/hFVZcFv9YabaoNqfeEtLGLBznS+Q39ODdeW7TOMptC2EDCi1Fr0NfkunjgebnGDUPBMbKx0qCEIRnxcQFeURbNO9ZJGhKZeVzPEkkKtfxNcEXA8L7cqBMrktR1w2JacuKhVXYx6i8FQt97NgVfukZZDFxVyU30Wd86SgZPD4TqOa2NYX8jqJoI5+CgNSOr+s20KXmGwrMpcvrIM00Mqs+GAG9KGIwC7sEziWzM+ChDyNJL/Ups5iWBLM0YyyNzO338dtduMyRN49BX2eVXqJc9lHE3EbunoyzEez4XSBYI1KBCsc69KnWZayjI2cR3HjywEEUsvuOJawbPD869b4O8/bDAbpM+hLV5po++9CxBM/TB30olvFzeZuH67hrQTanVCxrhhVUbOm09JLCWq4OVwMGB2AQ2Ui1sJV7mcR46xMvE7u0+N2e8zwb1deP9ue5DtAZzNuaBQ1mfhgsCIYIqGNEvT6bMB9r98L1pHEgf73hX+DHes9rLKEbmPXNED8e/V42043hHS/LYAG+q/VCHteJUggbYiDNsJWq54jmFKxe2K4z34OCfA6cSBrCTK0FfhxnMQrzjeNULTlXO7NQ1lhE/lDbZb9pH0FlJRFLyvsXyuhLzbwhEzz4DXXw8oKPfXni2DSE8VvTxunXBUmDthBOxk9+t5B7tgYd2T0j9TMCVKaj959sb6qSNwwFyf2Jw7kg77/BOL7xEu8U8KZA5x+SENIoIwvt3b9c+lUlIPNnC/S2lkpsuOBwPK6KHcl4ajNsLirk+4BzEhlgz7pdUHE2XWh/taG0rwQPlgRTiTYrJldaO0Kteen2uq7jtB5GtHjoYlwcg/2Gd6PseirCTilc7LjvjVnKbQDJ7Q7AhUOgic8lhKUAHEsY1wdmBRKFiKO4VQX8XWOjwXI6ermrz9D8X52Zda8CffQY/KveipMqja3N9YwT6UMDtq94R3wZQAzKqhcqOJRY6DA0Gp6yF94ITq86qdotE5uXZtXF+LRqXCXkGc24tvRTdeE1JVIvzzteDX2+62qwKT9Hj69CQ8+g4Fsbm3dApr74VxuZgOJtns91fEXA61Deptrm/2s3DTUHVge7VfriPcPWvBbJeL4fmRnbsxY7xrNVdo/eM/6uBo1dvvLpWcghRvCRRlQHH+lZb38fR0qbdN0BDPmIMyx4eiwJ64RQooUQCMU7NIQExvHtHSAacUIEQ4HFCwEOuzMtc+1U+rGmj3jO/3HcoBlcn9sJTvF9CIRzJo2VRYTbNKHZe4lL9y7TmnGXA/hlj8hg0sTnAbeioF8X5aYM2lYjNq/LHUY+3Oq0Yn9dXqce71waTL1K+dDiy7BVYnBf8qsYfEAjf4rafzvUfDSZ2K/HwmF7W5eabgbAjkgFOc0TiEbVhY4bZnOeHdIOpBBY1YPWTRCQAnH3MQDenFOfdoWxJg8qDPCPQzybyYvagF3vR39hoZtVXAhlWmErXxS9Vnf9h2ngMOSKoUMVldoIgZcYuMYF+FmNXDwoeERwXbAoOD6qmqgXjL7wrsezXjeWSbjyiOGkRY9qAHQLeNqxN0cdYIrky7ZIMEf5CWgI0ljnx7XPb83fnVyKbfPpRLBLZVUdkju+ODHjRUnt+dH4vChCqJCBUfiX4YsCLSxhruEil0qlBhTpFi5T1VfPhPJ4xNKBxhWEV+/MMuCV9q6w5PtdOF73gr57v6hlutLnElynzoALCYO613ylgF9XJxBAUoyB3ZVCTLgW+qHDfSiLSOaNJDrWIWpRxZGI8gXf6RdapBq/JpvoAbxManiuDTg9ODIaZW7az4HmGq+fG5B3mMJ+N4uHVdl2bt/TQDtbASQjPWwmsd/dgbVD8X1n/Gh2LGM9pLzrvyZa+mFDoitbuB8+9PZA0xhZjV9BA1Ut9H2H8/KAK4xqWZwodWVHZYROKMrqpJ3UoLjP2IplZNKESRfWwlMFz6GIovJ+TlIhMa8CnxrLB9FBmaeexE4O4UZ5wTYlix6DC6yXdgGtzzVNeGQjdRUPK+HjH7p5xE7VXrTolbRaJd8bCt15REUhEQw8f20yex4jLgfF7UaSPJUMnGomjRB4wtnWqKlYHTk41HyebDF4NrmvXqs2iSoSSsKvCWn+KLhJavuTY+Q8NFuP2Lm2cOkkMu6AWtSEPXGTTeKgSSi3IeySgXtS+F4zoIbH0pylz1to4DXFSq7aJHdZ2DWIc3xVh4hKZrAQvyKqrWwNj25H+ZDDNmI9t7ygDcMpQ7LYiuJ+v+sjexhUti4TvK9KviuctuUb8vagB0clQhGafDEWi9Zrbhtyxm38l15PjnMKxKmwd1wS+ZLjeFOwWKChLNudiGGbLrf8sT1TLEacQXNLL3XPjJMQrJIsDAyeZPVqn5+R3kbA1v/Kozt7elyn7Dw2G5CDm6IWx0Fit1aFBxFU55tmxQa3xrFyLjEknn5Tqwcm5rl2m+JrBZI52UjtPLcWcMiSQWQZ8atN2Kb88XdiSMt7+7V6yEeYqgPc1KJMqU87zwJ7vJLuew03BazgIg/XCKRi/RO2I98po38j1eYE1qlQkP5QyObwbDLd5+NaglFTaSCp9FsNl7woYD8eUvLcNPM2Il3V9hb0CXT3G88p4XZdJQjszkJkZ0/hOB7M26eo89zGEMJQSrA9J7Qe3sfq5XEuKvKrEKcNm7hLU0bKK/+XW6XK/yg7hgjB5kVj/fHBdwEgM3O/MzrmXoXkdNy8pnpq2QF7eiyOWU9BDBu11u5QLm6nAlsh4vSxZ46spPx0o+rXx0iuCyaIiask3j4ytja5DUb4p5IkwZrQqopUzNkeb8dlLsuF0E46ojs/ONe9TG25ogznMM2x9D9T8zmDivp0gf4uSeMaMyONKKmx5siw5ljjUY+cHDI+zhtkXp24emc+xVGTgrKH3oQ3OMZxvp7SpLzkHEZ7WMPlYEHGS8dxm8UjvsxG9Jv8nIr73DfDahvbycnu5TgBKkBJhLJ0PRSaVKYXl0Ig2hsf2nCdTmkdmfkybvx9TxV/nX7xj8WXIlVzLpuZUSnEEBl8KeMzLR/RTigwjQTf8fGnX/1FNf+sgeJSN1LJ0FhnWJ+xvJEnKsbysLP4pz+sorvMjuwm4OPfde6CkQhdfaT8y+Eh7t4ypeB3jvPuknTdubkqtye+LAsmEJ704wMNCVAISAeY4PpCdNwTKjfVBVRS4jig9JAQOwNDlZe3xxGk+HBxWDfl9ckBn0cRgyiJUpu+ru2e7e0cCWWmNjCIrg4P/XVu7wQzaiwxtJ4ai+pc98Sd3x6m9NypV6mw9fJeHqs+EO07jtTzQ7vuVYW0yysF/0/gWt05qtMgj2lh0YoSh4OAtAV4jnINn1dh3yDVnYEheXe0V3pOXpPt6IM7v1lBc4BlSxim1eDwgy/WfsYxlok0BPiV2SRK6IUAXdtXkPmAOxdgyv3f72tT8IoG3Mey80whPr3qO93lfWNNtKDarzufoZZ9AnVr28OWJXr3xeDvnulF8PKiPCl7EJ45Vu3YDnZlrntnvIu4QZkPFdksbb5aphnWeMc8OnF4OGKxG+zzjTPO6YTtDK3Qd43ygqLqzn1KZYq23DRTfqIEn0qM2DaUNyyf3N5E1aakPCF7GCwxbbRe2N3zFqPpPmDo/njgyntruc4H+Y3WepOETk6Qjo9owfLeogeb1E/JKIDoI06FYm+L80PZgOb8MSC5peogca/UhteZ7ba5HKYjLPyyos58XzgjqKCMECEMauEIEOQu3PQca8jz8ZwH3HzyrW7ur7GBkmXjIl/OMNOt5hZwQHhOJ4eL2YK/8KtUkK6LmM7bs21cUb8o9bt0qfGtwhuDmDwxkq3Jhg7rGjcQXZffFcdokGCEpCxMcamI7f2AgMx9eE4382lHcI0k4cZgfVwpn4E1fCj7T5l7EsOq2YwOb7TTVy+Nyg78lCOKUZMynBEIY1/I6Rbd2OjC4Z7x6p8F4k1s8JvZ1Qvy++3n5uoBnWNCOAUNoxzHuSxy5ELJMOixV7DCOVYqMJY8xffQ7uUG4kccHyq15BlxJH3MSa2HEh7d77SKmwvreuZbtjanNlxvX1ixxORzIwsRG8MKp4kuJYhShCtHlwO5zb4Piqj3atfvKXgb0ThXlSoehMLYNsiFPDPDnPLHb0Au9qpCdZsg6WdV7IosRjwuUP35LzmzrYUQ1Iy8srzMPbiY4WyWx3yyl7bowUTNV1lLkfrQN+tL84i0DmUTB3YtnksI7gvKa4XwPSsMHAwsSYtP6eW/MgCLFJkwz3uvzrGq6fm7eIxR74xoLRxuLYVGJRIJCeLt7NnlZwBvVsHPFwd1uyL6K5Urxiku8sRTgqdolfFfcZ3CnlzcEsrhyZkwoJmFdHAgnivlCszroS6KhAT1D4HRZCfqSBwejl7EMyWsY6oSmjD64XsjWRpyXa1+HhKjyR0StC6pg35Lr24+uZqTxBd3APNLEsg9+4EFP654Le7WWHSsRns8LGFwSmSWUFVIXBRIVg/okxYuvCWRE19o82xK8MeC9NkgZIon1HztqPoayCfj6sNbIIV4XMOArgzLg2lzjS4bDeaqCesaZROLCwgDndAMYSCbl/gwp7Mr1P9YmVYooGXoPQNx20Fg7LzC7d3nz3sGjAzUXuFaPeTZag42MzVOFI/3wNvG+U4qsi0trDZe3cQ/Jb1+2WLckMpP3pq2LEdVBw5MBL+FtdrTKDHWexGDCcwO7WCLlvybAKzwZTy4qYxw4713JykYqexxRaz4JgjHpLHR5Ln2vb/eXtvueW2XiMv68eac+f0JTZkjaDFXFqpBC3LV7b8n1MKR4FY9ACcJe6M6TbTGgcD4tcGxTvzm3l8ikn2gGujK/vFiZpjTz1cc7/fokDF9dbjdPwUWeC9ldA9mtypmaDC8JB0mHFx7cKWJHvTsU/XxMsPOSiORRBe2w7zwD0gt/2piVQLir63rxMUCCqaS3NtdHBDxRtdEf06xPKYYubMjCSWNknTc2yXySBt7DK77KKJgRK6VMasd43w6BZFAG1m9a4Uw5HyNswEp7H7nL/LLp/gEKeWGAwNcGouG5gSwvvGzCJYEkshQMhRE+2enDq5Rn5XE+k20ORJP6j7EJ7jbPLSayE9c/OpDFCMM67/I6kzHcWQGuuSooI/pa4/1Zgqf2DXzlcKJRSyqDZEIG8KvmZCxHqqcH9wvGMm/N4/l1nR68Hh8vt3lQSq3FOzbaWmwoz5w19pzljD/eK80ycYUeoyFiIckzlwKZjVJC94zga20BK/lVu/HQW1tsFiPjN5sofCU4BnLeXxvwcKconMnrbVbp+q5bU0/K1Rl5mFTcU1p4fDx4WyBkNgZb2mJW8itcZPBdOksiddlTyOG1sdMJ469uRqBHTw28/pkBykAnVX7wWFBK1Xl3TG9tjqzLwdgpplP1279UojwrqC820xQatut/YYD3kLTyQMhuDBTcuBSxKz8+G/j44Ozs+CiMechXOgNZ8KcCfKiQl2nRwEmBRLDIR4fadPRzj2/fNNs2glCleJ0gLIhCPECYXxMID3x1r0Bdyfi87z2dIbzDOzYEMiju8Y3QqePaAIfybMkEh/FU4ed00W/SSu4ZW5Ig5hOyxwTohCfi0c2Bs7iqwgbWx4L22v/sD+6zKCHIoEuB0OrPszTSBwf2pF6LV5gf0NR24sBZKwEjMrixDwn0Y1SLFmZCHV8NPZ2xJSFn+lnhaNwHB/u0ubfLDyVODfAaot4zuFNgV5UeRwV2+oaRhQpXIc24jlhCsWqz8qJ+UTzPWAzGk1CA+dWKY+Pr56gmCoS1aFEG4UrcjKeP7yfYnteyMaJelA9xFw8hDwh4JuOdHszzGvzLy74aqE+JpLKhtS+igxBesz0NNja3EBZ2VwdjGQ9Hvj/AScodwkOdBBhk3TYs6MD0lVAYy+mjajZZ/ORAHcrAZUybwxvPD9AFz/1fK5SzkIMChbfQcaoQqr04cTA0w9anpm1ZlM9qK81IypfhuVVxTg+f4JRMksr/GeEFvIIBnYVvrihbvtyMaEP+X4mz5ym3wIrXtnG2i4f9FydKxLb0H2MFAAAAAElFTkSuQmCC" /></td> <td> <p style="font-size:1.4em;">Nations Unies</p> </td> <td> <p> <span style="font-size:2em;">CRPD</span>/C/HND/CO/1</p> </td> </tr> <tr> <td> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:1.7em;">Convention relative aux droits des personnes handicapes</p> </td> <td> <p>Distr. gnrale</p> <p>4 mai 2017</p> <p>Franais</p> <p>Original : espagnol</p> </td> </tr> </table> <div class="content"> <p style="font-weight:bold;font-size:1.2em;">Comit des droits des personnes handicapes</p> <h2 style="font-weight:bold;">Observations finales concernant le rapport initial du Honduras *</h2> <h2>I.Introduction</h2> <p>Le Comit a examin le rapport initial du Honduras (CRPD/C/HND/1), ses 314e et 315esances, les 30 et 31mars 2017. Il a adopt les observations finales ci-aprs sa 327esance, le 10avril 2017. </p> <p>Le Comit accueille avec satisfaction le rapport initial de l tat partie et remercie celui-ci des rponses crites (CRPD/C/HND/Q/1/Add.1) apportes la liste de points tablie par le Comit (CRPD/C/HND/Q/1). Il se flicite du dialogue constructif qu il a eu avec la dlgation de l tat partie et note avec satisfaction que l tat partie s est engag, par l entremise de sa dlgation, mettre sa lgislation en conformit avec la Convention.</p> <h2>II.Aspects positifs</h2> <p>Le Comit prend note avec satisfaction de la ratification du Trait de Marrakech visant faciliter l accs des aveugles, des dficients visuels et des personnes ayant d autres difficults de lecture des textes imprims aux Suvres publies.</p> <p>Le Comit prend note avec satisfaction des lois et des politiques publiques contenant des dispositions relatives aux droits des personnes handicapes, notamment de: </p> <p>a)La loi sur la langue des signes du Honduras; </p> <p>b)La loi sur l quit et le dveloppement intgral des personnes handicapes (dcretno160-2005); </p> <p>c)La politique publique relative aux droits et l inclusion sociale des personnes handicapes au Honduras, entre en vigueur en 2013, et le plan stratgique pour ses neuf axes d action;</p> <p>d)La Loi fondamentale sur l ducation et le rglement sur l ducation inclusive des personnes ayant un handicap, des besoins ducatifs particuliers et des talents exceptionnels, ainsi que les normes d adaptation des programmes d tudes.</p> <h2>III.Principaux sujets de proccupation et recommandations</h2> <h3>A.Principes gnraux et obligations gnrales (art.1er 4)</h3> <p>Le Comit note avec proccupation qu il subsiste dans les lois, les politiques et les programmes publics des termes pjoratifs et des dispositions relatives aux droits des personnes handicapes qui ne sont pas conformes l approche fonde sur les droits de l homme tablie par la Convention. Le Comit constate galement avec proccupation que le projet de loi portant modification de la loi sur l quit et le dveloppement intgral des personnes handicapescontient des dispositions d ordre trs gnral et qu il est actuellement examin par la Commission pour l galit des sexes du Congrs national. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de prendre des dispositions pour rexaminer, abroger ou modifier les lois et les politiques existantes, et/ou en adopter de nouvelles, afin de reconnatre les personnes handicapes comme des sujets part entire de droits de l homme, conformment la Convention, et de supprimer des textes tout terme caractre pjoratif. Il lui recommande aussi d approuver dfinitivement la mise jour de la loi sur l quit et le dveloppement intgral des personnes handicapes, compte tenu des observations faites par le Haut- Commissariat des Nations Unies aux droits de l homme au Honduras, en fvrier 2017.</p> <p>Le Comit note avec proccupation que la Direction gnrale du dveloppement des personnes handicapes n est plus qu une composante du Sous-Secrtariat d tat au dveloppement et l inclusion sociale, d autant qu elle a fusionn avec la Direction gnrale des personnes ges, charge de l application du programme Un Honduras qui profite tous.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de faire en sorte que la Direction gnrale du dveloppement des personnes handicapes soit une institution nationale permanente, dote de ressources humaines et financires suffisantes et appropries pour mener bien son mandat. </p> <p>Le Comit constate avec proccupation que le handicap ne rpond pas une dfinition ni des critres bien tablis et conformes aux principes de la Convention. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de mettre sa dfinition et ses critres de qualification du handicap en conformit avec la Convention, afin d instaurer un systme ax sur les droits fondament aux des personnes handicapes.</p> <p>Le Comit note avec proccupation qu il n est pas fait obligation de consulter les personnes handicapes avant l adoption de politiques et de programmes les concernant et que rien ne garantit leur participation au Conseil consultatif cr par le dcret lgislatif no160-2005. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie d instaurer titre permanent un dispositif imposant de consulter les personnes handicapes, y compris les enfants handicaps, par l intermdiaire des organisations qui les reprsentent, au sujet des lois, politiques et autres questions les concernant et de veiller la tenue des sances du Conseil c onsultatif.</p> <h3>B.Droits particuliers (art.5 30)</h3> <h3>galit et non-discrimination (art.5)</h3> <p>Le Comit note avec proccupation que l tat partie ne reconnat pas la discrimination multiple et croise dans sa lgislation et ne considre pas le refus de procder des amnagements raisonnables comme une forme de discrimination l gard des personnes handicapes (en particulier, les personnes ayant un handicap intellectuel et psychosocial, les enfants handicaps, les femmes handicapes, les personnes handicapes afro-honduriennes ou autochtones) ailleurs que dans le domaine de l emploi. Il relve que l article321 du Code pnal rprime la discrimination fonde sur le handicap, mais qu il n existe pas de mcanismes accessibles pour signaler les cas de discrimination l gard de personnes handicapes, ni de mcanismes de rparation, ni de statistiques sur les cas de discrimination.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de reconnatre dans sa lgislation la discrimination multiple et croise ainsi que le refus de procder des amnagements raisonnables en tant que forme de discrimination fonde sur le handicap dans tous les domaines, et de les sanctionner . Il lui recommande aussi de prvoir dans ses lois contre la discrimination des mcanismes permettant de signaler rapidement les infractions . Il lui recommande en outre de prendre des mesures pour mettre en place des mcanismes permettant de signaler les cas de discrimination qui soient accessibles aux personnes handicapes et de les assortir des mcanismes de rparation correspondants .</p> <h3>Femmes handicapes (art.6)</h3> <p>Le Comit note avec proccupation que les dispositions et les politiques publiques relatives aux droits des femmes ne sont pas appliques et qu il n existe pas de politiques ni de stratgies visant prvenir et punir la violence contre les femmes et les filles handicapes.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de prendre en considration les femmes handicapes dans les plans et les stratgies du Programme national sur le handicap. L Institut national des femmes devrait rviser les politiques sur le handicap la lumire de l galit entre les sexes et les mesures de lutte contre les violences faites aux femmes la lumire du handicap, en veillant chaque fois agir en concertation avec les femmes et les filles handicapes, par l intermdiaire des organisations qui les reprsentent. Le Comit recommande aussi l tat partie de mettre sa lgislation sur les droits en matire de sexualit et de procration en conformit avec la Convention et de prendre des mesures pour garantir l exercice de ces droits par les femmes et les filles handicapes. </p> <h3>Enfants handicaps (art.7)</h3> <p>Le Comit note avec proccupation que le principe de non-discrimination ne figure pas expressment dansla lgislation relative l enfance, ce qui a de graves consquences pour les enfantshandicaps. Il constate galement qu il n existe pas de mesures de protection suffisantes pour viter l abandon d enfants handicaps, dont beaucoup sont encore placs en institution, et qu il n y a pas de donnes sur ce sujet.Il constate aussi avec proccupation que les mesures spcifiques prises en faveur de ces enfants n ont qu une porte limite dans les zones rurales et dans les communauts autochtone et afro-hondurienne.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de faire figurer le principe de non-discrimination et la protection des enfants handicaps dans son dcret n o 79-36 (Code de l enfance et de l adolescence) afin de mieux garantir les droits de ces enfants et de leur donner les mmes chances qu aux autres enfants de participer la vie familiale, communautaire et sociale , ainsi que de dgager les ressources ncessaires l application effective de ces dispositions. Il lui recommande aussi de prendre toutes les mesures ncessaires pour mettre en place un systme efficace de dtection des mauvais traitements subis par les enfants handicaps, la fois dans le cercle familial, le milieu ducatif ou sanitaire et les institutions. </p> <h3>Sensibilisation (art.8)</h3> <p>Le Comit note avec proccupation que des prjugs et des strotypes ngatifspersistent dans l tat partie l gard des personnes handicapes,en particulier, les enfants, les femmes, les Afro-Honduriens et les autochtones handicaps. Il note aussi avec proccupation que les dispositions de la Convention et l approche du handicap fonde sur les droits de l homme ne sont pas soutenues par des mesures spcifiques, et que l approche axe sur l assistanat est renforce par l existence de campagnes de collecte de fonds telles que le Tlthon. De mme, par le dcret lgislatif no56-1984, l tat partie a dclar le dernier vendredi d avril Journe nationale de solidarit avec les personnes aux capacits limites, maintenant les personnes handicapes dans un rle d assists, alors que la Journe internationale des personnes handicapes s inscrit dans une approche fonde sur les droits de l homme. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit invite l tat partie lutter contre la discrimination et les strotypes l gard des personnes handicapes en coopration avec les organisations qui reprsentent ces personnes, au moyen de campagnes de sensibilisation du public et par la promotion des personnes handicapes en tant que sujets de droits de l homme auprs de la socit en gnral ainsi que des agents publics et des acteurs privs, y compris les mdias, et consacrer aux personnes handicapes une journe place sous le signe des droits. Il lui recommande aussi de diffuser largement la Convention et ses moyens d application auprs des personnes handicapes et de leur famille, notamment dans les zones rurales et dans les communauts autochtone et afro- hondurienne.</p> <h3>Accessibilit (art.9)</h3> <p>Le Comit constate avec proccupation que les infrastructures de transport, les btiments et les services d information et de communication ouverts aupublic ne sont pas pleinement accessibles aux personnes handicapes. Il note galement que, selon le Secrtariat aux travaux publics, aux transports et au logement,qui est l organisme public charg des questions de voirie, d amnagement urbain et de transport, les mesures que l tat a prises pour contrler la conformit des normes d accessibilit avec les normes internationaleset sanctionner leur non-respect ne sont pas suffisantes.</p> <p style="font-weight:bold;">Conformment son observation gnrale n o 2 (2014) sur l accessibilit, le Comit recommande l tat partie de mettre en Suvre un plan d action prvoyant des objectifs, assorti de dlais prcis et dot des ressources ncessaires, en vue d assurer l accessibilit du milieu physique, des transports, des services, de l information et de la communication, dans les villes comme dans les zones rurales. L application de ce plan devrait tre contrle et son inapplication, sanctionne. Les organisations de personnes handicapes devraient participer toutes les tapes de son dveloppement, en particulier au suivi de son application. Le Comit recommande galement l tat partie de tenir compte de l article9 de la Convention et de l observation gnrale n o 2 dans la ralisation des objectifs de dveloppement durable n o s 9, 11.2 et 11.7.</p> <h3>Droit la vie (art.10)</h3> <p>Le Comit note avec proccupation que les maras ou d autres groupes criminels menacent la vie de personnes handicapes des fins d extorsion. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie d apporter une protection particulire aux personnes handicapes contre les menaces et les actes d extorsion. </p> <h3>Situations de risque et situations d urgence humanitaire (art.11)</h3> <p>Le Comit note que des organismes sont chargs de coordonner et de conduire les oprations dans les situations de risque et d urgence humanitaire, mais qu aucun protocole spcial n est prvu pour attnuer les risques encourus par les personnes handicapes dans de telles situations. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie d intgrer dans le Systme national de gestion des risques un protocole spcifique l intention des personnes handicapes dans les situations de risque, prvoyant des messages d alerte prcoce accessibles, en langue des signes et en braille, et portant une attention part iculire aux habitants des zones rurales et recules. Il lui recommande aussi de tenir compte du handicap dans ses politiques et programmes sur les changements climatiques.</p> <h3>Reconnaissance de la personnalit juridique dans des conditions d galit (art.12)</h3> <p>LeComit note avec proccupation que plusieurs lois de l tat partie ne sont pas conformes la Convention et restreignent la capacit juridique des personnes handicapes" l exemple du Code de la famille, dont l article277 maintient les rles de tuteur et de subrog tuteur. </p> <p style="font-weight:bold;">Conformment l article12 de la Convention et son observation gnrale n o 1 (2014) sur la reconnaissance de la personnalit juridique dans des conditions d galit, le Comit recommande l tat partie d abroger toute disposition lgale qui limite ou supprime la capacit juridique des personnes handicapes et de prendre des mesures concrtes pour instaurer un modle de prise de dcision s assiste, respectueux de l autonomie, de la volont et des prfrences des personnes handicapes, en lieu et place des systmes de prise de dcision s substitutive.</p> <p>Le Comit constate avec proccupation que certaines personnes handicapes sont prives de leurs droits de possder des biens et d en hriter, de contrler leurs finances et d avoir accs aux prts bancaires, hypothques et autres services dans des conditions d galit avec les autres. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de garantir toutes les personnes handicapes l accs la proprit et l hritage, aux crdits, aux hypothques et tous les services financiers, sur la base de l galit avec les autres.</p> <h3>Accs la justice (art.13)</h3> <p>Le Comit note avec proccupation que l tat partie n a pas encore procd des amnagements procduraux pour assurer l accs effectif de toutes les personnes handicapes la justice. Il relve en outre qu il existe des obstacles, notamment normatifs comme l absence d interprtation en langue des signes,qui empchent des personnes dclares interdites ou places en institution de prendre effectivement part aux procdures judiciaires.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit demande instamment l tat partie d allouer des ressources humaines et financires suffisantes la mise en Suvre du Plan d action pour l accs la justice des personnes handicapes au sens de la Convention. Il lui recommande aussi de prendre les mesures lgislatives, administratives et judiciaires qui s imposent pour supprimer toute restriction la participation effective des personnes handicapes quelque procdure que ce soit. Il lui recommande galement de procder des amnagements procduraux, y compris l apport d une assistance directe ou indirecte, afin que les personnes handicapes puissent exercer les diffrentes fonctions qui leur sont assignes dans le cadre des procdures judiciaires. Il lui recommande en outre d allouer des ressources humaines et financires suffisantes et appropries au Bureau du Procureur spcial charg des droits de l homme et au Bureau du Procureur spcial charg de la protection de la femme pour qu ils mnent bien leurs mandats et viennent en aide aux femmes handicapes v ictimes de violences sexuelles.</p> <p>Le Comit constate avec proccupation que les personnes handicapes ont difficilement accs la justice, en particulier lorsqu elles vivent dans des zones rurales et font partie des communauts autochtone et afro-hondurienne, qu elles se heurtent des problmes d accessibilit de toute nature et qu elles ne bnficient pas d amnagements procduraux. Il relve aussi que les acteurs de la justice ne connaissent pas suffisamment la Convention et, par voie de consquence, n agissent pas dans le respect de ses dispositions.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie de prendre toutes les mesures ncessaires pour mettre fin la discrimination dont les personnes handicapes font l objet en matire d accs la justice, en assurant la pleine accessibilit du systme judiciaire, et de procder des amnagements complets des procdures. Il lui recommande aussi d intensifier ses efforts pour former les professionnels de la justice aux dispositions de la Convention, en particulier dans les zones rurales et recules. </p> <h3>Libert et scurit de la personne (art.14)</h3> <p>Le Comit note avec proccupation que, selon des dispositions lgales en vigueur dans l tat partie en matire de sant mentale,les personnes qui prsentent ou sont considres comme prsentant un handicap psychosocial peuvent tre prives de libert "par exemple, dans les hpitaux Santa Rosita et Mario Mendoza. Il note aussi avec proccupation que les personnes dclares pnalement irresponsables du fait de leur handicap peuvent faire l objet de mesures de sret telles que le placement en dtention pour une dure indtermine. Il est galement proccup par la situation des personnes handicapes prives de libert et places dans des tablissements pnitentiaires ou d autres lieux de dtention. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit engage l tat partie rexaminer et rviser sa lgislation, notamment la loi sur la sant mentale et le Code pnal, de manire la rendre conforme aux dispositions de l article14 de la Convention et prserver efficacement les garanties d un procs quitable pour les personnes handicapes, notamment celles ayant un handicap psychosocial, en leur apportant toute l aide dont elles ont besoin pendant la procdure judiciaire. Il lui demande de rexaminer les cas d internement dans les hpitaux Santa Rosita et Mario Mendoza. Il l invite, par l intermdiaire du Bureau du Dfenseur du peuple, protger tous les droits des personnes handicapes, en leur apportant l aide juridique requise et les garanties d une procdure rgulire. </p> <h3>Droit de ne pas tre soumis la torture ni des peines ou traitements cruels, inhumains ou dgradants (art.15)</h3> <p>Le Comit note avec proccupation que des personnes sont places dans des tablissements psychiatriques ou dans d autres institutions de sjour de longue dure en raison de leur handicap, sans leur consentement libre et clair, notamment dans les hpitaux Santa Rosita et Mario Mendoza. Il est particulirement proccup par la situation des enfants handicaps qui, ayant t abandonns, ont t placs dans ces institutions.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit prie instamment l tat partie d interdire le placement forc en institution au motif d un handicap et de prendre des mesures pour mettre fin la pratique de l internement ou de l hospitalisation sans consentement. Il lui recommande aussi de mettre en place un mcanisme indpendant charg de contrler les centres d internement des personnes handicapes, y compris des centres o sont placs des enfants handicaps, des fins de prvention des actes assimilables des actes de torture ou d autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dgradants et de protection contre ces actes.</p> <p>Le Comit constate avec proccupation que les tablissements o sont places des personnes handicapes prives de libert ne disposent pas de moyens suffisants pour prvenir les cas de torture ou d autres traitements considrs comme cruels, inhumains ou dgradants ou, s il y a lieu, pour enquter leur sujet.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l tat partie d allouer des ressources humaines et financires suffisantes la prvention de la torture et la protection contre de tels actes. Il lui recommande galement de prendre des mesures pour apporter l ensemble du personnel qui travaille dans ces lieux de privation de libert la formation thorique et pratique qui permettra de garantir le respect des droits de l homme des personnes handicapes. </p> <h3>Droit de ne pas tre soumis l exploitation, la violence et la maltraitance (art.16)</h3> <p>Le Comit est proccup par les mauvais traitements physiques et/ou psychologiques, les violences sexuelles et/ou l exploitation et la maltraitance, y compris l exploitation par la mendicit,dont sont victimes des personnes handicapes, en particulier des femmes, des enfants, des Afro-Honduriens et des autochtones, ainsi que par l absence de mesures visant protger ces personnes, les radapter et leur accorder une rparation. Ilrelve aussi avec proccupation que ces cas ne donnent pas lieu des enqutes en bonne et due forme et que les auteurs de ces faits restent impunis.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l  tat partie d  adopt er toutes les mesures ncessaires pour prvenir l  exploitation de personnes handicapes, y compris l  exploitation par la mendicit, et l es violence s et la maltraitance leur gard , pour les en protger et pour garantir leur radaptation adquate dans un cadre appropri. Il lui recommande en outre de mener des enqutes en bonne et due forme sur tous les cas d  exploitation de personnes handicapes , en particulier d es femmes, des enfants , d es Afro-Honduriens et d es autochtones, et de violence et de maltraitance leur gard , de faon que ces cas soient dtects, instruits et, s  il y a lieu , que les auteurs soient traduits en justice.</p> <h3>Protection de l intgrit de la personne (art.17)</h3> <p>Le Comit est proccup par le fait que les personnes handicapes, en particulier les femmes et les filles, font l objet de strilisations forces et d autres formes de traitement contraceptif non consenti.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l  tat partie d  adopt er toutes les mesures ncessaires pour garantir l  abolition de toutes les pratiques de strilisation force et d  avortement forc dont sont victimes les femmes et les filles handicapes, et pour garantir le consentement libre et clair de toute personne handicape une intervention mdicale ou un traitement.</p> <h3>Autonomie de vie et inclusion dans la socit (art.19)</h3> <p>Le Comit note avec proccupation qu aucune initiative concrte n a t prise pour mettre fin au placement des personnes handicapes en milieu ferm et par l absence de services sociaux permettant leur autonomie de vie. Il est galement proccup par les incohrences entre le Programme d assistance la personne et l approche mdicale qui est toujours de mise dans l application de la lgislation sur les prestataires de soins.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit encourage l  tat partie poursuivre ses efforts pour ne plus accepter aucun nouveau placement en institution et lui recommande de promouvoir, en concertation avec les organisations de personnes handicapes, un plan assorti d  un calendrier prcis et d  un financement appropri visant mettre fin au placement des personnes handicapes en milieu ferm, en particulier les personnes qui prsentent un handicap intellectuel ou psychosocial, et garantir l  accs des personnes handicapes aux services et aides dont elles ont besoin, y compris l  aide la personne, pour permettre leur autonomie de vie dans la socit.</p> <h3>Libert d expression et d opinion et accs l information (art.21)</h3> <p>Le Comit est proccup par le fait que les normes relatives l accessibilit des programmes de tlvision officiels sur les lections ou les situations d urgence et les catastrophes naturelles ne sont pas appliques ainsi que par l inefficacit des recours administratifs et judiciaires en cas de non-respect de ces normes. Il est aussi proccup par le fait que les normes et les procdures relatives l utilisation du braille, de textes faciles lire et autres formes de communication ne sont pas conformes aux dispositions de la Convention. De mme, il est proccup par l absence de formats accessibles et de technologies adaptes aux diffrents types de handicap. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l  tat partie d  adopter les mesures ncessaires pour garantir l  application des normes pertinentes , et de transmettre, par des moyens et des formats accessibles et des technologies adaptes aux diffrents types de handicap, toute s les informations publiques destines la population en gnral, en particulier les informations relatives aux processus nationaux et aux situations d  urgence et/ou aux catastrophes naturelles. Il lui recommande galement de promouvoir la reconnaissance officielle de la langue des signes hondurienne et du braille comme m thodes de lecture et d  criture officiels des aveugles et des aveugles - sourds.</p> <h3>Respect du domicile et de la famille (art.23)</h3> <p>Le Comit noteavec proccupation que le Code civil comporte toujours des normes qui empchent les personnes qui prsentent un handicap intellectuel et/ou psychosocial de contracter mariage, et qui les privent du droit de se marier et de fonder une famille sur la base du consentement des futurs poux. Ilnote galement avec proccupation qu il n existe pas de mesures de soutien qui permettraient aux personnes handicapes d exercer leur droit de fonder une famille dans les mmes conditions que le reste de la population.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l  tat partie de ne pas appliquer les dispositions qui restreignent la possibilit des personnes prsentant un handicap intellectuel et/ou psychosocial de se marier et d  adopter les mesures de soutien ncessaires pour que les personnes handicapes, en particulier les femmes, puissent exercer leurs droits la maternit ou la paternit sans discrimination et dans les mmes conditions que le reste de la population .</p> <h3>ducation (art.24)</h3> <p>Le Comit note avec proccupation que l ducation des personnes handicapes relve de la Sous-Direction gnrale de l ducation pour les personnes ayant des capacits diffrentes ou des talents exceptionnels, qui privilgie des services d ducation spciaux et spars tous les niveaux en fonction du handicap. Ilnote aussi avec proccupation que l absence de formation desenseignants du systme ducatif ordinaire dans ce domaine empche le passage un systme d ducation inclusive. Il est galement proccupant qu aucune aide ne soit prvue pour les filles et les garons malentendants et que l Universit autonome nationale du Honduras ait supprim la formation aux techniques d interprtation en langue des signes.</p> <p> <span style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l  tat partie, conformment son observation gnrale n o 4 (2016) sur le droit l  ducation inclusive , de fonder sa politique d  ducation des tine aux personnes handicapes sur une approche inclusive et d  appliquer un plan de transition vers ce type d  ducation tous les niveaux, y compris dans le suprieur, en formant les enseignants et en mettant leur disposition les aides et moyens ncessaires , tels que des manuels scolaires en braille, faciles lire et sous forme lectronique accessible ainsi que des interprtes en langue des signes, de faon raliser cette inclusion en tenant compte , en particulier , des personnes qui prsentent un handicap intellectuel ou psychosocial, des sourds - aveugles et des communauts afro-hondurienne et autochtone. Il lui recommande galement de promouvoir et d  intgrer la question des droits de l  homme des personnes handicapes dans la formation des enseignants. Il recommande aussi que l  Universit autonome nationale du Honduras rtablisse dans ses programmes la formation aux techniques d  interprtation de la langue des signes</span>.</p> <h3>Sant (art.25)</h3> <p>Le Comit relve avec proccupation que les services gnraux de sant ne sont pas accessibles aux personnes handicapes, en particulier dans les zones rurales et les communauts afro-honduriennes et autochtone. Il est galement proccup par l absence de professionnels dment forms pour dispenser des soins de sant inclusifs et rpondre aux besoins particuliers des personnes handicapes, en particulier celles qui prsentent un handicap intellectuel et/ou psychosocial, et par les prjugs sur la sant sexuelle et procrative des femmes handicapes.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l  tat partie d  adopter des plans et d  allouer les budgets ncessaires pour rendre les services gnraux de sant, notamment les services de sant sexuelle et procrative , de mme que les informations cet gard, accessibles aux personnes handicapes sur son territoire, en particulier dans les zones rurales et les communauts afro-hondurienne et autochtone. Il lui recommande en outre de faire en sorte que les personnels des services de sant destins la population en gnral reoivent une formation sur la prise en charge des personnes handicapes, en particulier celles qui prsentent un handicap intellectuel et/ou psychosocial, et sur les droits consacrs par la Convention.</p> <h3>Adaptation et radaptation (art.26)</h3> <p>Le Comit est proccup par l absence de donnes sur les personnes handicapes ayant accs aux services et aux programmes d adaptation et de radaptation, lesquels ne sont pas suffisamment dvelopps dans l tat partie. Ilprend note par ailleurs avec proccupation du nombre de migrants rentrs au pays avec un handicap l issue de leur parcours migratoire.</p> <p> <span style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l  tat partie d  adopter les mesures ncessaires pour que les personnes handicapes puissent accder, sur l  ensemble de son territoire, des services et programmes de radaptation communautaires visant assurer leur insertion sociale et communautaire. Il lui recommande en outre de renforcer les mesures de radaptation pour assurer la rinsertion effective des travailleurs migrants rentrs au pays avec un handicap, y compris par l  accs un travail digne et stable</span>.</p> <h3>Travail et emploi (art.27)</h3> <p>Le Comit est proccup par le taux lev de chmage des personnes handicapes. Il est aussi proccup par l absence de contrle du respect des quotas fixs pour le secteur public. Il juge en outre proccupant que les programmes Con Chamba Vivs Mejor, Chamba Comunitaria et Chambita Plus ne comportent pas de donnes sur le nombre de personnes handicapes qui en bnficient.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l  tat partie de mettre en Suvre des stratgies spciales pour amliorer le niveau d  employabilit des personnes handicapes dans le secteur public. Il lui recommande de prter attention aux liens entre l  article 27 de la Convention et l  objectif8.5 des Obj ectifs de dveloppement durable et de faire en sorte que toutes les personnes, y compris les personnes handicapes, obtiennent un emploi productif et dcent, conformment au principe de l  galit de salaire pour un travail de mme valeur.</p> <h3>Niveau de vie adquat et protection sociale (art.28)</h3> <p>Le Comit relve avec proccupation le nombre de personnes handicapes vivant dans la pauvret, en particulier les femmes, les garons, les Afro-Honduriens et les autochtones. Il juge galement proccupant que les politiques sociales soient uniquement fondes sur une approche caritative et sur la fourniture d une assistance, ce qui est le cas de l Allocation aux personnes handicapes ou du Programme hondurien pour tous, qui apporte des aides techniques.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l  tat partie d  adopter des mesures concrtes pour que les personnes handicapes aient un niveau de vie dcent et pour attnuer les incidences de l  appauvrissement sur le handicap, en ciblant en particulier les groupes victimes de discrimination croise comme les femmes et les enfants, les Afro-Honduriens et les autochtones prsentant un handicap. Il lui recommande galement de s  appuyer sur l  article 28 de la Convention pour raliser les objectifs1.3 et1.4 des Objectifs de dveloppement durable.</p> <h3>Participation la vie politique et publique (art.29)</h3> <p>Le Comit est proccup par le fait que la dclaration d interdiction soit un obstacle l exercice par la personne handicape de son droit de vote, et par le faible nombre de personnes handicapes qui participent la vie politique et publique, en particulier de femmes, d Afro-Honduriens et d autochtones. Il est galement proccup par le fait que les bureaux de vote ne sont pas accessibles aux personnes handicapes, qui ne disposent pas d outils d aide au vote.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l  tat partie d  adopter les mesures ncessaires pour que nul ne soit priv du droit de voter et de participer la vie politique et publique pour des raisons tenant au handicap ou des limites apportes sa capacit juridique, et de redoubler d  efforts pour accrotre la reprsentation des personnes handicapes, en particulier celles qui prsentent un handicap intellectuel ou psychosocial, aux fonctions lectives et publiques. Il lui recommande galement de renforcer ses efforts pour rendre ses procdures, installations et quipements lectoraux pleinement accessibles aux personnes handicapes, tant en milieu urbain qu  e n milieu rural. Il lui recommande en outre d  adopter les mesures lgislatives ncessaires pour que, si ncessaire et la demande de la personne handicape, une personne de son choix l  aide voter. Il lui recommande galement de s  assurer que tous les bureaux de vote disposent d  un nombre suffisant de bulletins accessibles pour garantir un vote assist et secret .</p> <h3>Participation la vie culturelle et rcrative, aux loisirs et aux sports (art.30)</h3> <p>Le Comit prend note avec satisfaction de la ratification du Trait de Marrakech visant faciliter l accs des aveugles, des dficients visuels et des personnes ayant d autres difficults de lecture des textes imprims aux Suvres. Toutefois, il est proccup par le fait que les sites historiques, culturels, patrimoniaux et touristiques de l tat partiene sont pas accessibles aux personnes handicapes. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recom mande l  tat partie d  adopter des plans d  accessibilit, assortis d  indicateurs et de calendriers prcis, dans les sites historiques et patrimoniaux, les sites touristiques et les installations culturelles et rcratives . Il l  encourage en outre largir l  acc s des personnes aveugles ou mal voyantes l  information et la lecture en collaborant davantage avec les maisons d  dition, les bibliothques, les centres de documentation, les tablissements d  enseignement et les universits, notamment. </p> <h3>Statistiques et collecte des donnes (art.31)</h3> <p>Le Comit note avec proccupation qu il n existe pas dans l tat partie de donnes et d informations ventiles et comparables sur les personnes handicapes, quels que soient les domaines, ni d indicateurs des droits de l homme dans les donnes disponibles. Il est galement proccup par le fait que les questions du genre, de l enfance, de la violence et du type de handicap ne soient pas couvertes par les donnes statistiques.</p> <p style="font-weight:bold;">Le C omit reco mmande l  tat partie d  encourager la collecte, l  analyse et la diffusion systmatiques de donnes ventiles et comparables sur les personnes handicapes dans tous les domaines . Il lui recommande aussi de crer, avec le concours des personnes handicapes et des organisations qui les reprsentent, un ensemble d  indicateurs des droits de l  homme. Il lui recom mande en outre de prter attention aux liens entre l  article 31 de la Conven tion et l  objectif 17.18 des Objectifs de dveloppement durable .</p> <h3>Coopration internationale (art.32)</h3> <p>Le Comit note avec proccupation que les principes et valeurs consacrs par la Convention ne sont pas systmatiquement repris dans les politiques et les programmes de coopration internationale de l tat partie. Il s inquite en outre de l absence de prise en compte transversale des droits des personnes handicapes dans l application et le suivi au niveau national du Programme de dveloppement durable l horizon 2030. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recom mande l  tat partie d  harmoniser, en troite collaboration avec les organisations de personnes handicapes, la Politique publique de coopration internationale au service du dveloppement du Honduras avec la Convention et d  intgrer de manire transversale la question des droits des personnes handicapes dans l  application et le suivi au niveau national du Programme de dveloppement durable l  horizon 2030, en troite coopration et en association avec les organisations de personnes handicapes .</p> <h3>Application et suivi au niveau national (art.33)</h3> <p>Le Comit note avec proccupation que la Direction gnrale du dveloppement des personnes handicapes ne constitue pas un mcanisme de surveillance indpendant au sens des Principes concernant le statut des institutions nationales pour la promotion et la protection des droits de l homme (Principes de Paris). Il est galement proccup par le fait que la commission concerne n a ni le rang hirarchique, ni les moyens suffisants pour s acquitter de son mandat.</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit recom mande l  tat partie de prendre des mesures pour que le mcanisme dsign pour promouvoir, protger et surveiller l  application de la Convention soit pleinement conforme aux Principes de Paris, en veillant ce qu  il soit un organe indpendant, de rang hirarchique suffisant et dot des ressources ncessaires pour s  acquitter de son mandat, et ce que les personnes handicapes et les organisations qui les reprsentent y participent pleinement . </p> <h3>Suivi et diffusion</h3> <p style="font-weight:bold;">Le Comit prie l  tat partie de lui fournir dans un dlai d  un an, et conformment au paragraphe 2 de l  article 35 de la Convention, des renseignements sur les mesures qu  il aura prises pour appliquer l es recomman dation formule aux paragraphes 6 et 70. </p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit demande l  tat partie de donner suite aux recommandations formules dans les prsentes observations finales et il lui recommande de transmettre ses observations, pour examen et suite donner , aux membres du Gouvernement et de l  Assemble nationale, aux fonctionnaires des ministres comptents, aux magistrats et aux membres des groupes professionnels concerns, comme les professionnels de l  ducation, de la mdecine et du droit, ainsi qu  aux pouvoirs locaux, au secteur priv et aux mdias, en utilisant des stratgies de communication sociale accessibles .</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit p rie l  tat partie d  assurer la participation des organisations de la socit civile, en particulier les organisations de personnes handicapes, l  laboration de son prochain rapport priodique .</p> <p style="font-weight:bold;">Le Comit demande l tat partie de diffuser largement les prsentes observations finales, en particulier auprs des organisations non gouvernementales et des organisations qui reprsentent les personnes handicapes, ainsi qu auprs des personnes handicapes elles-mmes et de leurs proches, dans les langues nationales et minoritaires, notamment dans la langue des signes et dans des formats accessibles, et de les publier sur la page Internet du Gouvernement consacre aux droits de l homme .</p> <h3>Prochain rapport priodique</h3> <p style="font-weight:bold;">Le Comit demande l  tat partie de lui soumettre son rapport valant deuxime quatrime rapports priodiques au plus tard le 11 mai 2022 et d  y faire figurer des renseignements sur l  application des prsentes observations finale s. Il l  invite galement tudier la possibilit de soumettre ce rapport conformment la procdure simplifie dans le cadre de laquelle le Comit tablit une liste de points traiter au moins un an avant la date prvue pour la soumission du rapport priodique de l  tat partie. Le s rponses de l  tat partie cette liste sont considres comme constitu ant son rapport priodique .</p> </div> </body> </html>