<?xml version="1.0" encoding="utf-16"?> <html> <head> <link rel="stylesheet" type="text/css" href="data:text/css;base64,77u/Ym9keSB7IA0KCWZvbnQtZmFtaWx5OnNlcmlmOyANCgltYXJnaW46MCBhdXRvOyANCgl3aWR0aDo5NjBweDsgDQp9DQp0YWJsZSB7IA0KCXdpZHRoOjEwMCU7IA0KCWJvcmRlci1ib3R0b206MnB4IHNvbGlkICMwMDA7IA0KfQ0KdGFibGUgdHI6Zmlyc3QtY2hpbGQgdGQgeyANCglib3JkZXItYm90dG9tOjFweCBzb2xpZCAjMDAwOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHsgDQoJd2lkdGg6ODAwcHg7IA0KCW1hcmdpbjoyMHB4IGF1dG8gMCBhdXRvOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHRhYmxlLCBkaXYuY29udGVudCB0YWJsZSB0ZCB7DQoJYm9yZGVyOm5vbmU7DQp9" /> </head> <body> <table> <tr> <td> <img src="data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAFAAAABECAYAAAAWVrIgAAAAAXNSR0IArs4c6QAAAARnQU1BAACxjwv8YQUAAAAJcEhZcwAADsMAAA7DAcdvqGQAAAAHdElNRQfYCwYIDwTu5NNBAAAAGXRFWHRTb2Z0d2FyZQBQYWludC5ORVQgdjMuNS44NzuAXQAAFmFJREFUeF7l2gvYZlVVB/DpZlkhHyF5IWTUborCKKghioOaF0hQENIQGEExTYOwLCnlIzLxBqOWJiCMaCBeYkTBCyajCZkmjFl2MWFSszSNz/BWVvb/ve3Fs+dw3ssgND21nuf/vOfss8/ea6+91n+tfb5v1artL7tFhScELwneEfx58E/B14N/D74RfDH4i+Cy4KXBkcHq4Du2v/rbR4OfzLSnBR8Prg/eGZwa/Gxwv4BRl4KTgpODHwn2Dh4fPD+4pBn1L/P7wmDP7bOMW3bWnecM9515/phgU/CF4HeDA4LvmfHeM/LsxCnPvyvtDwxeFvx98MfBEcF3z9Hjznn+8AX63bLWmTKaxf9c8ObgJ2bM+NA8+0jwiWBd8P0LavcL6feLC/S9TfocHvxJINQPnfPOU/L8umA5+OEFxr/Fu/Cmo5oS/5Lf+06ZYZe0Xxh8Jjgm4DXbIs9c0IA1Jk48OLBR7wnuPmMy3v2tgP7PuRm6bcs6tuq7Y+5wkMkBb42JMBFarwq8s4jwzOI63rcxeFvwy8Grgz8IhOA84ZG4UzI6LhhLNtre2q3jLbn23q0mQpQhhEkZz6KGQrFnB58PcN4s0Zf3/lbw4UBC+WjwpuAVAS+6KrgguKg90wcdvCBg7FmZWHIR0ucG3zeiyO3TJjpqPa/N9X2CE4PbztF94cd3aMrvn9/f6yYTJj8wGMVi1gey44/NmOF78wwPbQ7+OmDA/UaUHgthhpA8vPNXbYyn5teYY3K7NG4Mrgh2Gumwb9qUTGVE/Pnk4M+Cu85Yw0KPlA9/G9htSv9Hm+hf82v3e2G83wk+FuC+MdFH0rk2eHuwNpjlQfM4UOaXzen16eBJAX4eCu49O/jT4IcGD9GGOrTWZkMlxysDieaOU9Yyt9nAwkkhywvfGNglE+GV+7eJaqBTcqEI5plD4+pzl0BIogCbsYjMMyAdvtr0Kg+6PPe7Dwa3Fu0fCFDCD3bPH5lrRpVUyoiHtDUa89LgZhXsClYDvC9ArrLVNwPhshT8fqeE+guXKIDvFTBin5kflXsJZZFsR1lhp9h2OnHycK1tbCGPTntvRHr+Q6CdoBnGUw7xTnpLRuWpjP3u1s/anH5wsA0vgzLywkJJk/5jwIDLgYIXeR8YqJsUrbIc+dHAUav3qt6IT8sz4YVrpgkPsQmvC1CGufDolgbX2j7V+ujb15J0LA/8z1xf3OZkNMY7oZtYcuj19+i9gSR2t4D3cQZhLJyNK0PfOxijh27o/758WOA4VQod1BS4Z34lEsb4UsDtDfjBoIzZD2ZCijAIxcbEZrwokLEd544Pfjyo0wQDCGOizTN99PXOiwNjMOZPBecF9OZF64N/CxT5Q+FdHKQ29UG55m1fDo4NOIC5zmrjfSG/eJ2HzhSZ86TAYZ0idpOCOwTOqkJY29FtFN6lpBg7jqkPkfAwnL3K8IxjEcqV1VO06g047OKdl7cxeJhEsVe7r83/ZO7Vgjx2KJIZ3Sp7O1PXe0LYmp/YteFNdDYzMytacQeFDKaGEs6ItAZf3zTZMb+4Ziw0LcQzXqgWo6j6ithJyWRTMOv4p+8sA7bhJp5iLGMae48AD5a+N+R6pelS7/hFVZcFv9YabaoNqfeEtLGLBznS+Q39ODdeW7TOMptC2EDCi1Fr0NfkunjgebnGDUPBMbKx0qCEIRnxcQFeURbNO9ZJGhKZeVzPEkkKtfxNcEXA8L7cqBMrktR1w2JacuKhVXYx6i8FQt97NgVfukZZDFxVyU30Wd86SgZPD4TqOa2NYX8jqJoI5+CgNSOr+s20KXmGwrMpcvrIM00Mqs+GAG9KGIwC7sEziWzM+ChDyNJL/Ups5iWBLM0YyyNzO338dtduMyRN49BX2eVXqJc9lHE3EbunoyzEez4XSBYI1KBCsc69KnWZayjI2cR3HjywEEUsvuOJawbPD869b4O8/bDAbpM+hLV5po++9CxBM/TB30olvFzeZuH67hrQTanVCxrhhVUbOm09JLCWq4OVwMGB2AQ2Ui1sJV7mcR46xMvE7u0+N2e8zwb1deP9ue5DtAZzNuaBQ1mfhgsCIYIqGNEvT6bMB9r98L1pHEgf73hX+DHes9rLKEbmPXNED8e/V42043hHS/LYAG+q/VCHteJUggbYiDNsJWq54jmFKxe2K4z34OCfA6cSBrCTK0FfhxnMQrzjeNULTlXO7NQ1lhE/lDbZb9pH0FlJRFLyvsXyuhLzbwhEzz4DXXw8oKPfXni2DSE8VvTxunXBUmDthBOxk9+t5B7tgYd2T0j9TMCVKaj959sb6qSNwwFyf2Jw7kg77/BOL7xEu8U8KZA5x+SENIoIwvt3b9c+lUlIPNnC/S2lkpsuOBwPK6KHcl4ajNsLirk+4BzEhlgz7pdUHE2XWh/taG0rwQPlgRTiTYrJldaO0Kteen2uq7jtB5GtHjoYlwcg/2Gd6PseirCTilc7LjvjVnKbQDJ7Q7AhUOgic8lhKUAHEsY1wdmBRKFiKO4VQX8XWOjwXI6ermrz9D8X52Zda8CffQY/KveipMqja3N9YwT6UMDtq94R3wZQAzKqhcqOJRY6DA0Gp6yF94ITq86qdotE5uXZtXF+LRqXCXkGc24tvRTdeE1JVIvzzteDX2+62qwKT9Hj69CQ8+g4Fsbm3dApr74VxuZgOJtns91fEXA61Deptrm/2s3DTUHVge7VfriPcPWvBbJeL4fmRnbsxY7xrNVdo/eM/6uBo1dvvLpWcghRvCRRlQHH+lZb38fR0qbdN0BDPmIMyx4eiwJ64RQooUQCMU7NIQExvHtHSAacUIEQ4HFCwEOuzMtc+1U+rGmj3jO/3HcoBlcn9sJTvF9CIRzJo2VRYTbNKHZe4lL9y7TmnGXA/hlj8hg0sTnAbeioF8X5aYM2lYjNq/LHUY+3Oq0Yn9dXqce71waTL1K+dDiy7BVYnBf8qsYfEAjf4rafzvUfDSZ2K/HwmF7W5eabgbAjkgFOc0TiEbVhY4bZnOeHdIOpBBY1YPWTRCQAnH3MQDenFOfdoWxJg8qDPCPQzybyYvagF3vR39hoZtVXAhlWmErXxS9Vnf9h2ngMOSKoUMVldoIgZcYuMYF+FmNXDwoeERwXbAoOD6qmqgXjL7wrsezXjeWSbjyiOGkRY9qAHQLeNqxN0cdYIrky7ZIMEf5CWgI0ljnx7XPb83fnVyKbfPpRLBLZVUdkju+ODHjRUnt+dH4vChCqJCBUfiX4YsCLSxhruEil0qlBhTpFi5T1VfPhPJ4xNKBxhWEV+/MMuCV9q6w5PtdOF73gr57v6hlutLnElynzoALCYO613ylgF9XJxBAUoyB3ZVCTLgW+qHDfSiLSOaNJDrWIWpRxZGI8gXf6RdapBq/JpvoAbxManiuDTg9ODIaZW7az4HmGq+fG5B3mMJ+N4uHVdl2bt/TQDtbASQjPWwmsd/dgbVD8X1n/Gh2LGM9pLzrvyZa+mFDoitbuB8+9PZA0xhZjV9BA1Ut9H2H8/KAK4xqWZwodWVHZYROKMrqpJ3UoLjP2IplZNKESRfWwlMFz6GIovJ+TlIhMa8CnxrLB9FBmaeexE4O4UZ5wTYlix6DC6yXdgGtzzVNeGQjdRUPK+HjH7p5xE7VXrTolbRaJd8bCt15REUhEQw8f20yex4jLgfF7UaSPJUMnGomjRB4wtnWqKlYHTk41HyebDF4NrmvXqs2iSoSSsKvCWn+KLhJavuTY+Q8NFuP2Lm2cOkkMu6AWtSEPXGTTeKgSSi3IeySgXtS+F4zoIbH0pylz1to4DXFSq7aJHdZ2DWIc3xVh4hKZrAQvyKqrWwNj25H+ZDDNmI9t7ygDcMpQ7LYiuJ+v+sjexhUti4TvK9KviuctuUb8vagB0clQhGafDEWi9Zrbhtyxm38l15PjnMKxKmwd1wS+ZLjeFOwWKChLNudiGGbLrf8sT1TLEacQXNLL3XPjJMQrJIsDAyeZPVqn5+R3kbA1v/Kozt7elyn7Dw2G5CDm6IWx0Fit1aFBxFU55tmxQa3xrFyLjEknn5Tqwcm5rl2m+JrBZI52UjtPLcWcMiSQWQZ8atN2Kb88XdiSMt7+7V6yEeYqgPc1KJMqU87zwJ7vJLuew03BazgIg/XCKRi/RO2I98po38j1eYE1qlQkP5QyObwbDLd5+NaglFTaSCp9FsNl7woYD8eUvLcNPM2Il3V9hb0CXT3G88p4XZdJQjszkJkZ0/hOB7M26eo89zGEMJQSrA9J7Qe3sfq5XEuKvKrEKcNm7hLU0bKK/+XW6XK/yg7hgjB5kVj/fHBdwEgM3O/MzrmXoXkdNy8pnpq2QF7eiyOWU9BDBu11u5QLm6nAlsh4vSxZ46spPx0o+rXx0iuCyaIiask3j4ytja5DUb4p5IkwZrQqopUzNkeb8dlLsuF0E46ojs/ONe9TG25ogznMM2x9D9T8zmDivp0gf4uSeMaMyONKKmx5siw5ljjUY+cHDI+zhtkXp24emc+xVGTgrKH3oQ3OMZxvp7SpLzkHEZ7WMPlYEHGS8dxm8UjvsxG9Jv8nIr73DfDahvbycnu5TgBKkBJhLJ0PRSaVKYXl0Ig2hsf2nCdTmkdmfkybvx9TxV/nX7xj8WXIlVzLpuZUSnEEBl8KeMzLR/RTigwjQTf8fGnX/1FNf+sgeJSN1LJ0FhnWJ+xvJEnKsbysLP4pz+sorvMjuwm4OPfde6CkQhdfaT8y+Eh7t4ypeB3jvPuknTdubkqtye+LAsmEJ704wMNCVAISAeY4PpCdNwTKjfVBVRS4jig9JAQOwNDlZe3xxGk+HBxWDfl9ckBn0cRgyiJUpu+ru2e7e0cCWWmNjCIrg4P/XVu7wQzaiwxtJ4ai+pc98Sd3x6m9NypV6mw9fJeHqs+EO07jtTzQ7vuVYW0yysF/0/gWt05qtMgj2lh0YoSh4OAtAV4jnINn1dh3yDVnYEheXe0V3pOXpPt6IM7v1lBc4BlSxim1eDwgy/WfsYxlok0BPiV2SRK6IUAXdtXkPmAOxdgyv3f72tT8IoG3Mey80whPr3qO93lfWNNtKDarzufoZZ9AnVr28OWJXr3xeDvnulF8PKiPCl7EJ45Vu3YDnZlrntnvIu4QZkPFdksbb5aphnWeMc8OnF4OGKxG+zzjTPO6YTtDK3Qd43ygqLqzn1KZYq23DRTfqIEn0qM2DaUNyyf3N5E1aakPCF7GCwxbbRe2N3zFqPpPmDo/njgyntruc4H+Y3WepOETk6Qjo9owfLeogeb1E/JKIDoI06FYm+L80PZgOb8MSC5peogca/UhteZ7ba5HKYjLPyyos58XzgjqKCMECEMauEIEOQu3PQca8jz8ZwH3HzyrW7ur7GBkmXjIl/OMNOt5hZwQHhOJ4eL2YK/8KtUkK6LmM7bs21cUb8o9bt0qfGtwhuDmDwxkq3Jhg7rGjcQXZffFcdokGCEpCxMcamI7f2AgMx9eE4382lHcI0k4cZgfVwpn4E1fCj7T5l7EsOq2YwOb7TTVy+Nyg78lCOKUZMynBEIY1/I6Rbd2OjC4Z7x6p8F4k1s8JvZ1Qvy++3n5uoBnWNCOAUNoxzHuSxy5ELJMOixV7DCOVYqMJY8xffQ7uUG4kccHyq15BlxJH3MSa2HEh7d77SKmwvreuZbtjanNlxvX1ixxORzIwsRG8MKp4kuJYhShCtHlwO5zb4Piqj3atfvKXgb0ThXlSoehMLYNsiFPDPDnPLHb0Au9qpCdZsg6WdV7IosRjwuUP35LzmzrYUQ1Iy8srzMPbiY4WyWx3yyl7bowUTNV1lLkfrQN+tL84i0DmUTB3YtnksI7gvKa4XwPSsMHAwsSYtP6eW/MgCLFJkwz3uvzrGq6fm7eIxR74xoLRxuLYVGJRIJCeLt7NnlZwBvVsHPFwd1uyL6K5Urxiku8sRTgqdolfFfcZ3CnlzcEsrhyZkwoJmFdHAgnivlCszroS6KhAT1D4HRZCfqSBwejl7EMyWsY6oSmjD64XsjWRpyXa1+HhKjyR0StC6pg35Lr24+uZqTxBd3APNLEsg9+4EFP654Le7WWHSsRns8LGFwSmSWUFVIXBRIVg/okxYuvCWRE19o82xK8MeC9NkgZIon1HztqPoayCfj6sNbIIV4XMOArgzLg2lzjS4bDeaqCesaZROLCwgDndAMYSCbl/gwp7Mr1P9YmVYooGXoPQNx20Fg7LzC7d3nz3sGjAzUXuFaPeTZag42MzVOFI/3wNvG+U4qsi0trDZe3cQ/Jb1+2WLckMpP3pq2LEdVBw5MBL+FtdrTKDHWexGDCcwO7WCLlvybAKzwZTy4qYxw4713JykYqexxRaz4JgjHpLHR5Ln2vb/eXtvueW2XiMv68eac+f0JTZkjaDFXFqpBC3LV7b8n1MKR4FY9ACcJe6M6TbTGgcD4tcGxTvzm3l8ikn2gGujK/vFiZpjTz1cc7/fokDF9dbjdPwUWeC9ldA9mtypmaDC8JB0mHFx7cKWJHvTsU/XxMsPOSiORRBe2w7zwD0gt/2piVQLir63rxMUCCqaS3NtdHBDxRtdEf06xPKYYubMjCSWNknTc2yXySBt7DK77KKJgRK6VMasd43w6BZFAG1m9a4Uw5HyNswEp7H7nL/LLp/gEKeWGAwNcGouG5gSwvvGzCJYEkshQMhRE+2enDq5Rn5XE+k20ORJP6j7EJ7jbPLSayE9c/OpDFCMM67/I6kzHcWQGuuSooI/pa4/1Zgqf2DXzlcKJRSyqDZEIG8KvmZCxHqqcH9wvGMm/N4/l1nR68Hh8vt3lQSq3FOzbaWmwoz5w19pzljD/eK80ycYUeoyFiIckzlwKZjVJC94zga20BK/lVu/HQW1tsFiPjN5sofCU4BnLeXxvwcKconMnrbVbp+q5bU0/K1Rl5mFTcU1p4fDx4WyBkNgZb2mJW8itcZPBdOksiddlTyOG1sdMJ469uRqBHTw28/pkBykAnVX7wWFBK1Xl3TG9tjqzLwdgpplP1279UojwrqC820xQatut/YYD3kLTyQMhuDBTcuBSxKz8+G/j44Ozs+CiMechXOgNZ8KcCfKiQl2nRwEmBRLDIR4fadPRzj2/fNNs2glCleJ0gLIhCPECYXxMID3x1r0Bdyfi87z2dIbzDOzYEMiju8Y3QqePaAIfybMkEh/FU4ed00W/SSu4ZW5Ig5hOyxwTohCfi0c2Bs7iqwgbWx4L22v/sD+6zKCHIoEuB0OrPszTSBwf2pF6LV5gf0NR24sBZKwEjMrixDwn0Y1SLFmZCHV8NPZ2xJSFn+lnhaNwHB/u0ubfLDyVODfAaot4zuFNgV5UeRwV2+oaRhQpXIc24jlhCsWqz8qJ+UTzPWAzGk1CA+dWKY+Pr56gmCoS1aFEG4UrcjKeP7yfYnteyMaJelA9xFw8hDwh4JuOdHszzGvzLy74aqE+JpLKhtS+igxBesz0NNja3EBZ2VwdjGQ9Hvj/AScodwkOdBBhk3TYs6MD0lVAYy+mjajZZ/ORAHcrAZUybwxvPD9AFz/1fK5SzkIMChbfQcaoQqr04cTA0w9anpm1ZlM9qK81IypfhuVVxTg+f4JRMksr/GeEFvIIBnYVvrihbvtyMaEP+X4mz5ym3wIrXtnG2i4f9FydKxLb0H2MFAAAAAElFTkSuQmCC" /></td> <td> <p style="font-size:1.4em;">Nations Unies</p> </td> <td> <p> <span style="font-size:2em;">CRPD</span>/C/GBR/CO/1</p> </td> </tr> <tr> <td> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:1.7em;">Convention relative aux droits des personnes handicapes</p> </td> <td> <p>Distr. gnrale</p> <p>3 octobre 2017</p> <p>Franais</p> <p>Original: anglais</p> </td> </tr> </table> <div class="content"> <p style="font-weight:bold;font-size:1.2em;">Comit des droits des personnes handicapes</p> <h2 style="font-weight:bold;">Observations finales concernant le rapport initial du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d Irlande du Nord *</h2> <h2>I.Introduction</h2> <p>1.Le Comit a examin le rapport initial du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d Irlande du Nord (CRPD/C/GBR/1) ses 348e et 349esances (voir CRPD/C/SR.348 et 349), les 23 et 24aot 2017. Il a adopt les observations finales ci-aprs sa 356esance, le 29aot 2017.</p> <p>2.Le Comit accueille avec satisfaction le rapport initial de l tat partie, qui a t tabli conformment aux directives du Comit concernant l tablissement des rapports. Il remercie l tat partie des rponses crites (CRPD/C/GBR/Q/1/Add.1) apportes la liste de points tablie par le Comit (CRPD/C/GBR/Q/1). Il le remercie galement des claircissements apports en rponse aux questions poses oralement par le Comit.</p> <p>3.Le Comit se flicite du dialogue constructif auquel a donn lieu l examen du rapport et remercie l tat partie pour sa dlgation, qui comprenait des reprsentants de divers dpartements du Gouvernement du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d Irlande du Nord, des autorits d Irlande du Nord, et des Gouvernements de l cosse et du pays de Galles. </p> <h2>II.Aspects positifs </h2> <p>4.Le Comit flicite l tat partie d avoir retir sa rserve au paragraphe 4 de l article12 de la Convention.</p> <p>5.Le Comit relve avec satisfaction que l tat partie a adopt des mesures lgislatives et normatives qui mettent en Suvre diffrents aspects de la Convention et dont les organisations de personnes handicapes ont particip l laboration, tels que le plan national d action pour l application de la Convention lanc en 2016 en cosse et le systme de scurit sociale cossais. Il salue aussi l adoption, en cosse, du Plan pour l accessibilit des transports (<span style="font-style:italic;">Accessible Travel Framework</span>) (2016), qui prvoit des dispositions relatives l accs des personnes handicapes aux moyens de transport, et, au pays de Galles, de la loi sur les services sociaux et le bien-tre, qui fournit un cadre pour les services sociaux et la sant (2014).</p> <h2>III.Principaux sujets de proccupation et recommandations </h2> <h3>A.Principes gnraux et obligations gnrales (art. 1 4)</h3> <p>6.Le Comit accueille avec satisfaction les informations concernant l appui que le Gouvernement de l tat partie fourni aux dpendances de la Couronne et aux territoires d outre-mer pour tendre l application de la Convention ces juridictions. Toutefois, il constate avec proccupation:</p> <p>a)L intgration insuffisante et l application ingale de la Convention dans les diffrents domaines et tous les niveaux politiques dans l ensemble des rgions, des gouvernements dcentraliss et des territoires sous sa juridiction ou son contrle;</p> <p>b)Le manque de cohrence, l chelle de l tat partie, en ce qui concerne la manire de comprendre l approche du handicap fonde sur les droits de l homme, de s y adapter et de l appliquer, et de concevoir la notion de handicap qui en dcoule et qui volue;</p> <p>c)L absence de rvision complte et transversale de la lgislation et des politiques de l tat partie, y compris dans les gouvernements dcentraliss, afin d harmoniser le contenu et la pratique juridiques avec la Convention; </p> <p>d)Les lois, rglementations et pratiques discriminatoires l gard des personnes handicapes;</p> <p>e)Le manque d informations sur les politiques, les programmes et les mesures qui seront mis en place par l tat partie pour faire en sorte que les personnes handicapes ne soient pas lses aprs l activation de l article 50 du trait sur l Union europenne. </p> <p style="font-weight:bold;">7. Le Comit recommande l  tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D  intgrer la Convention dans sa lgislation, en prvoyant l  accs des voies de recours internes en cas de violation de la Convention, et de tenir dment et pleinement compte des obligations nonces dans la Convention dans les politiques et programmes mis en Suvre dans l  ensemble de l  tat partie, y compris dans tous les gouvernements dcentraliss ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De redoubler d  efforts pour tendre l  application de la Convention et appuyer sa mise en Suvre dans les territoires d  outre-mer ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) D  adopter des instruments juridiquement contraignants pour faire respecter la notion de handicap, telle que dfinie l  article 1 de la Convention, et de veiller ce que les nouvelles lois comme les lois existantes intgrent l  approche du handicap fonde sur les droits de l  homme dans tous les domaines et tous les niveaux, dans toutes les rgions de tous les gouvernements dcentraliss et juridictions ou territoires sous son contrle ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) D  entreprendre une rvision transversale complte de sa lgislation et de ses politiques pour les mettre en conformit avec l  article 1 de la Convention, et de veiller ce que le cadre juridique protge les personnes handicapes de la discrimination fonde sur le handicap. L  tat partie devrait associer les organisations de personnes handicapes et les institutions nationales des droits de l  homme ce processus ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) D  acclrer le processus visant laborer un cadre stratgique mesurable et un plan d  action, dots de ressources financires suffisantes, afin d  abolir les lois, rglements, coutumes et pratiques discriminatoires l  gard des personnes handicapes et de garantir aux personnes handicapes l  gale protection de la loi ;</p> <p style="font-weight:bold;">f) De veiller, en troite consultation avec les organisations de personnes handicapes, ce que la dcision d  activer l  article 50 du trait sur l  Union europenne n  ait aucune consquence ngative pour les personnes handicapes. </p> <p>8.Le Comit constate avec proccupation que l tat partie n a men aucune initiative pour valuer l inclusion et les conditions de vie des personnes handicapes et apporter des solutions satisfaisantes, en particulier en Irlande du Nord et dans les territoires sous la juridiction ou le contrle de l tat partie.</p> <p style="font-weight:bold;">9. Le Comit recommande l  tat partie de recueillir des informations et d  adopter un plan d  action stratgique et mesurable pour amliorer les conditions de vie de toutes les personnes handicapes, y compris en troite coopration avec les autorits d  Irlande du Nord et les territoires sous la juridiction ou le contrle de l  tat partie. </p> <p>10.Le Comit est proccup par:</p> <p>a)Les difficults auxquelles se heurtent les organisations de personnes handicapes, notamment les organisations reprsentant les femmes, les enfants et les personnes intersexues handicaps, pour ce qui est d accder l accompagnement et d tre consultes et de participer activement la mise en Suvre de la Convention;</p> <p>b)Le manque de mcanismes propres garantir la participation effective de toutes les organisations de personnes handicapes aux processus de prise de dcisions concernant les politiques et la lgislation dans tous les domaines viss par la Convention, tels que la stratgie visant permettre aux personnes handicapes de raliser leur potentiel, intitule Fulfilling Potential: making it happen.</p> <p style="font-weight:bold;">11. Le Comit recommande l  tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De dgager des ressources financires pour aider les organisations qui reprsentent les personnes handicapes, y compris les femmes et les enfants handicaps, et d  laborer des mcanismes propres garantir la participation inclusive, stratgique et active des organisations de personnes handicapes, y compris les femmes, les enfants et les personnes intersexues, la planification et la mise en Suvre de toutes les lois et mesures qui ont une incidence sur la vie des personnes handicapes ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) D  tablir des mcanismes pour garantir la pleine participation des organisations de personnes handicapes la conception et l  excution de politiques stratgiques visant mettre en Suvre la Convention dans l  ensemble de l  tat partie, par l  intermdiaire de plans d  action stratgiques objectifs, mesurables, dots de ressources financires et superviss.</p> <h3>B.Droits particuliers (art. 5 30)</h3> <h3>galit et non-discrimination (art. 5)</h3> <p>12.Le Comit est proccup par les perceptions sociales qui stigmatisent les personnes handicapes sous prtexte qu elles vivraient une vie de moindre valeur que celle des autres et par l avortement, quel que soit le stade de la grossesse, en cas de malformation fStale.</p> <p style="font-weight:bold;">13. Le Comit recommande l  tat partie de modifier sa lgislation sur l  avortement en consquence. Les droits des femmes l  autonomie en matire de sexualit et de procration devraient tre respects sans que soit lgalis l  avortement slectif pour cause de malformation fStale.</p> <p>14.Le Comit est proccup par le fait que la lgislation de l tat partie contre la discrimination n offre pas une protection intgrale et approprie, en particulier contre la discrimination multiple et croise, notamment dans l accs au logement. Il est galement proccup par le faible niveau de rparation accord dans les dcisions rendues par les juges statuant sur les cas de discrimination l gard des personnes handicapes.</p> <p style="font-weight:bold;">15. Le Comit recommande l  tat partie, conformment l  objectif de dveloppement durable n o 10 et aux cibles 10.2 et 10.3, d  incorporer expressment dans la lgislation nationale la protection contre la discrimination multiple et croise fonde sur le genre, l  ge, la race, le handicap ou le statut de migrant, de rfugi ou autre statut, d  accorder une indemnisation et une rparation appropries aux victimes, et de prvoir des sanctions proportionnelles la gravit de l  infraction.</p> <p>16.Le Comit est proccup par le fait que l obligation de procder des amnagements raisonnables dans les parties communes des proprits rsidentielles prvue dans la loi de 2010 sur l galit n est pas encore entre en vigueur, et que les personnes handicapes vivant en Irlande du Nord ne sont pas suffisamment protges contre la discrimination directe et indirecte fonde sur le handicap et contre la discrimination par association.</p> <p style="font-weight:bold;">17. Le Comit recommande l  tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De mettre sa lgislation contre la discrimination en conformit avec la Convention et d  acclrer le processus d  entre en vigueur des dispositions de la loi de 2010 sur l  galit, y compris celles relatives aux amnagements raisonnables dans le secteur du logement ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De prendre les mesures ncessaires, par l  intermdiaire des autorits comptentes, une fois que le Gouvernement nord-irlandais sera en place, pour faire en sorte que la rforme de la loi relative aux droits des personnes handicapes entreprise par l  excutif nord-irlandais tienne compte des recommandations formules par la Commission pour l  galit d  Irlande du Nord dans son rapport de 2012 sur le renforcement de la protection des personnes handicapes, afin de protger les personnes handicapes contre la discrimination directe et indirecte fonde sur le handicap et contre la discrimination par association en Irlande du Nord.</p> <h3>Femmes handicapes (art. 6)</h3> <p>18.Le Comit note avec proccupation que les droits des femmes et des filles handicapes ne sont pas systmatiquement pris en compte tant dans les programmes de promotion de l galit des sexes que dans les initiatives relatives au handicap. Il est galement proccup par l absence de mesures et de donnes concernant les incidences de la discrimination multiple et croise l gard des femmes et des filles handicapes.</p> <p style="font-weight:bold;">19. Le Comit recommande l  tat partie, en troite consultation avec les organisations de femmes et de filles handicapes, d  intgrer les droits des femmes et des filles handicapes dans les politiques relatives au handicap et l  galit des sexes. Conformment son observation gnrale n o 3 (2016) sur les femmes et les filles handicapes et aux cibles 5.1, 5.2 et 5.5 des objectifs de dveloppement durable, il recommande galement l  tat partie d  adopter des mesures inclusives et cibles, notamment la collecte de donnes ventiles, pour prvenir la discrimination multiple et croise l  gard des femmes et des filles handicapes, en particulier celles qui ont un handicap intellectuel ou psychosocial, dans les domaines de l  ducation, de l  emploi, de la sant et de l  accs la justice et en ce qui concerne la pauvret et la violence. </p> <h3>Enfants handicaps (art. 7)</h3> <p>20.Le Comit est proccup par:</p> <p>a)L absence de cadre stratgique pour lutter contre la pauvret qui touche de nombreuses familles d enfants handicaps; </p> <p>b)Le fait que l approche du handicap fonde sur les droits de l homme n ait pu tre incorpore dans les politiques publiques et dans la lgislation relative aux enfants et aux jeunes handicaps; </p> <p>c)L absence de mcanismes de suivi et d indicateurs fiables, notamment en ce qui concerne les brimades dont sont victimes les enfants handicaps l cole; </p> <p>d)L absence d obligation lgale, pour les pouvoirs publics, de garantir la prise en charge approprie des enfants handicaps;</p> <p>e)L augmentation, dont il a t fait tat, du nombre de cas de harclement, d incitation la haine et de crimes motivs par la haine l gard des enfants handicaps.</p> <p style="font-weight:bold;">21. Le Comit recommande l  tat partie, en troite collaboration avec les organisations qui reprsentent les enfants handicaps, d  laborer et de mettre en Suvre des politiques pour :</p> <p style="font-weight:bold;">a) Faire en sorte que les familles d  enfant handicap cessent d  tre plus touches que les autres par la pauvret ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) Incorporer l  approche du handicap fonde sur les droits de l  homme dans toutes les lois et toutes les rglementations relatives aux enfants et aux jeunes handicaps ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) Crer un mcanisme de surveillance indpendant pour valuer la situation des enfants handicaps l  cole, en particulier ceux qui font l  objet de brimades, au moyen d  indicateurs fiables ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) tablir l  obligation lgale de garantir des services de prise en charge des enfants suffisants et adapts au handicap dans l  ensemble de l  tat partie ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) Renforcer les mesures visant prvenir le harclement, l  incitation la haine et les crimes motivs par la haine l  gard des enfants handicaps. </p> <h3>Sensibilisation (art. 8)</h3> <p>22.Le Comit est proccup par la persistance d attitudes ngatives, de strotypes et de prjugs l gard des personnes handicapes, en particulier celles qui ont un handicap intellectuel ou psychosocial et celles qui prsentent des troubles neurologiques ou cognitifs, telles que la dmence et la maladie d Alzheimer, et quant leurs droits une protection sociale.</p> <p style="font-weight:bold;">23. Le Comit recommande l  tat partie, en troite collaboration avec les organisations de personnes handicapes, de renforcer ses campagnes de sensibilisation visant liminer les strotypes ngatifs et les prjugs l  gard des personnes handicapes, en particulier celles qui ont un handicap intellectuel ou psychosocial et celles qui prsentent des troubles neurologiques ou cognitifs, telles que la dmence et la maladie d  Alzheimer. cette fin, l  tat partie devrait inclure des stratgies et des campagnes mdiatiques, l  intention de diffrents groupes, reposant sur l  approche du handicap fonde sur les droits de l  homme.</p> <h3>Accessibilit (art. 9)</h3> <p>24.Le Comit est proccup par l insuffisance du champ d application, de la teneur et du nombre de normes relatives l accessibilit obligatoires et respectes, notamment dans les domaines de l environnement physique, des logements abordables, des technologies de l information et des communications (TIC), des transports et de l information dans les zones urbaines et rurales. Il est galement proccup par le fait que les mesures d austrit ont entrav les progrs sur le plan de l accessibilit aux personnes handicapes.</p> <p style="font-weight:bold;">25. Le Comit recommande l  tat partie de prendre les dispositions suivantes, en troite collaboration avec les organisations de personnes handicapes :</p> <p style="font-weight:bold;">a) Recenser les lacunes qui persistent dans l  ensemble de l  tat partie sur le plan des normes d  accessibilit obligatoires dans tous les domaines viss par la Convention, notamment en ce qui concerne la conception d  environnements physiques, de logements, de TIC, de formats d  information et d  infrastructures de transport abordables et accessibles, y compris des services d  urgence, des espaces verts et des espaces publics tant dans les zones urbaines que dans les zones rurales, et veiller ce que les normes soient respectes ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) Prter attention aux liens entre l  article 9 de la Convention et l  observation gnrale n o 2 (2014) du Comit sur l  accessibilit, et l  objectif de dveloppement durable n o 9 et les cibles 11.2 et 11.7 ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) Suivre les progrs vers une pleine inclusion par l  accessibilit et sanctionner les infractions la rglementation relative l  accessibilit.</p> <h3>Droit la vie (art. 10)</h3> <p>26.Le Comit relve avec proccupation que la prise de dcisions substitutive concernant l arrt ou le retrait des traitements et des soins de maintien en vie est incompatible avec le droit la vie dont jouissent les personnes handicapes en leur qualit de membres gaux de la socit qui apportent une contribution celle-ci.</p> <p style="font-weight:bold;">27. Le Comit recommande l  tat partie d  adopter un plan d  action visant liminer les perceptions selon lesquelles les personnes handicapes n  auraient pasune vie dcente et considrer les personnes handicapes comme gales aux autres et comme une composante de la diversit de l  humanit. Il recommande galement l  tat partie de garantir l  accs aux traitements et aux soins de maintien en vie.</p> <h3>Situations de risque et situations d urgence humanitaire (art. 11)</h3> <p>28.Le Comit est proccup par les incidences des situations d urgence, notamment les inondations et les incendies, sur les personnes handicapes et par l absence de politiques globales de rduction des risques de catastrophe qui associent les personnes handicapes la planification, la mise en Suvre et au suivi des mesures de rduction des risques de catastrophe. </p> <p style="font-weight:bold;">29. Le Comit recommande l  tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D  adopter un plan global et des stratgies de rduction des risques de catastrophe qui respectent le droit des personnes handicapes l  accessibilit et l  inclusion dans toutes les situations de risque, conformment au Cadre de Sendai pour la rduction des risques de catastrophe, en troite consultation avec les organisations de personnes handicapes ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) D  intgrer le handicap dans tous les canaux de l  aide humanitaire et de faire participer les organisations de personnes handicapes l  tablissement des priorits pour la distribution de l  aide dans les situations de risque et dans les situations d  urgence humanitaire, en prtant attention la Charte pour l  inclusion des personnes handicapes dans l  action humanitaire ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De mettre au point des systmes d  alerte et d  information en cas de situation d  urgence humanitaire qui soient accessibles toutes les personnes handicapes ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) De veiller ce que les organisations de personnes handicapes participent aux quipes de rsilience au niveau local et ce qu  elles jouent un rle actif dans les activits de conseil concernant la prparation aux catastrophes et la planification et dans l  laboration des politiques et des directives y relatives.</p> <h3>Reconnaissance de la personnalit juridique dans des conditions d galit (art. 12)</h3> <p>30.Le Comit est proccup par:</p> <p>a)Les lois de l tat partie qui restreignent la capacit juridique des personnes handicapes en raison d une dficience relle ou suppose;</p> <p>b)L existence de mcanismes de prise de dcisions substitutive en droit et en pratique et le fait que le droit des rgimes individualiss de prise de dcisions assiste qui respectent pleinement l autonomie, la volont et les prfrences de la personne handicape n est pas pleinement reconnu; </p> <p>c)L insuffisance du soutien apport tous les demandeurs d asile et rfugis prsentant un handicap psychosocial ou intellectuel dans l exercice de leur capacit juridique;</p> <p>d)Le nombre lev de personnes handicapes noires qui sont dtenues de force dans des tablissements et qui reoivent un traitement contre leur volont.</p> <p style="font-weight:bold;">31. Le Comit recommande l  tat partie, en troite liaison avec les organisations de personnes handicapes, notamment les organisations reprsentant les personnes noires et les membres de groupes ethniques minoritaires, et dans le droit fil de l  observation gnrale n o 1 (2014) du Comit sur la reconnaissance de la personnalit juridique dans des conditions d  galit, de supprimer tous les rgimes de prise de dcisions substitutive dans tous les domaines de la vie et, pour ce faire, de rviser la lgislation existante et d  adopter de nouvelles lois qui soient en conformit avec la Convention afin de dfinir de nouvelles orientations dans les lois relatives la capacit mentale comme dans celles relatives la sant mentale. Il engage l  tat partie redoubler d  efforts afin de promouvoir la recherche, la collecte de donnes et l  change de bonnes pratiques concernant les rgimes de prise de dcisions assiste et d  acclrer l  laboration de tels rgimes. Il recommande l  tat partie de faire en sorte que les demandeurs d  asile et les rfugis handicaps puissent exercer tous les droits consacrs par la Convention. </p> <h3>Accs la justice (art. 13)</h3> <p>32.Le Comit est proccup par:</p> <p>a)Le fait que les droits de l homme des personnes handicapes sont mal connus des membres de l appareil judiciaire et des agents des forces de l ordre;</p> <p>b)Les informations selon lesquelles des personnes ayant un handicap psychosocial ou intellectuel ne recevraient pas le soutien dont elles ont besoin pour exercer leur capacit juridique et accder la justice; </p> <p>c)Les difficults d accs l aide juridictionnelle au civil que rencontrent les personnes handicapes en raison de l application de la loi de 2012 sur l aide juridictionnelle, les condamnations et les peines en Angleterre et au pays de Galles, et de l introduction de frais de justice pour les procdures engages devant les tribunaux de l tat partie spcialiss dans les litiges lis au travail;</p> <p>d)Le fait que les rglements excluent la participation un jury des personnes ayant une dficience auditive et que les dispositifs d assistance personnelle et les services d interprtation ne sont pas rputs constituer des amnagements procduraux.</p> <p style="font-weight:bold;">33. Le Comit recommande l  tat partie, en troite collaboration avec les organisations de personnes handicapes :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D  laborer et de mettre en Suvre l  intention des membres de l  appareil judiciaire et des agents des forces de l  ordre, notamment les juges, les procureurs, les policiers et les agents pnitentiaires, des programmes de renforcement des capacits portant sur les droits des personnes handicapes ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De concevoir et de mettre en Suvre un rgime de prise de dcisions assorti de directives et dot de ressources suffisantes, en mettant l  accent sur la ncessit de respecter la volont et les prfrences des personnes handicapes, en particulier celles des personnes ayant un handicap intellectuel ou psychosocial, dans le cadre de procdures judiciaires ;</p> <p> <span style="font-weight:bold;">c) De fournir aux personnes handicapes une aide juridictionnelle gratuite ou d  un cot abordable dans tous les domaines du droit et supprimer les frais de justice pour les procdures engages devant les tribunaux, notamment ceux qui sont chargs des litiges lis au travail, compte tenu de l  arrt rendu par la Cour suprme le 26 juillet 2017 au sujet des frais de procdure facturs par le Tribunal du travail (</span> <span style="font-weight:bold;font-style:italic;">Employment Tribunal</span> <span style="font-weight:bold;">) dans l  affaire </span> <span style="font-weight:bold;font-style:italic;">R (on the application of UNISON) ( Appellant )</span> <span style="font-weight:bold;"> v. </span> <span style="font-weight:bold;font-style:italic;">Lord Chancellor ( Respondent )</span> <span style="font-weight:bold;">;</span> </p> <p style="font-weight:bold;">d) De veiller ce que toutes les personnes handicapes puissent exercer leur droit des amnagements procduraux adapts dans le systme de justice et de permettre en particulier aux personnes sourdes d  utiliser les services d  interprtes en langue des signes pour participer pleinement et dans des conditions d  galit aux procdures judiciaires en exerant la fonction de jur ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) Promouvoir l  autonomie des personnes handicapes en prenant toutes les mesures d  accompagnement ncessaires pour leur permettre d  occuper des postes dans le systme de justice, y compris ceux de juge et de procureur.</p> <h3>Libert et scurit de la personne (art. 14)</h3> <p>34.Le Comit constate avec proccupation que la lgislation de l tat partie autorise l administration d office de traitements obligatoires et l internement de personnes handicapes dans des hpitaux ou d autres institutions contre leur gr en raison de dficiences relles ou supposes.</p> <p style="font-weight:bold;">35. Le Comit recommande l  tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D  abroger la lgislation et d  abolir les pratiques qui autorisent l  administration de traitements et l  internement d  office, obligatoires ou non consentis en raison de dficiences relles ou supposes de personnes handicapes ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De prendre les mesures voulues pour que toutes les formes de mauvais traitements infliges des personnes handicapes dans des institutions donnent lieu une enqute et soient limines.</p> <h3>Droit de ne pas tre soumis la torture ni des peines ou traitements cruels, inhumains ou dgradants (art. 15)</h3> <p>36.Le Comit relve avec proccupation qu il est encore fait usage de moyens de contention physiques, mcaniques et chimiques, dont le taser et des armes similaires, contre des personnes handicapes, ce qui a une incidence sur les personnes ayant un handicap psychosocial dans les prisons, dans le systme de justice pour mineurs, dans les tablissements de soins de sant et dans les tablissements d enseignement, ainsi que par les mesures de sgrgation et d isolement dans les prisons. Il est vivement proccup par le fait que ces mesures touchent de faon disproportionne les personnes handicapes noires et celles qui appartiennent une minorit ethnique. Il est galement proccup par le fait qu il n existe pas dans l tat partie de stratgie centralise pour lutter contre ces pratiques. Il est en outre proccup par l existence de cas d lectroconvulsothrapie non consentie dans les gouvernements dcentraliss, en particulier en Irlande du Nord, et par l administration de traitements antipsychotiques excessifs en Angleterre et au pays de Galles.</p> <p style="font-weight:bold;">37. Le Comit recommande l  tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D  adopter des mesures appropries pour liminer l  utilisation de moyens de contrainte motive par le handicap dans tous les cadres et pour prvenir l  emploi de tasers contre des personnes handicapes et les pratiques de sgrgation et d  isolement qui peuvent constituer des formes de torture ou de traitements inhumains ou dgradants ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De mettre en place, en collaboration avec les autorits de surveillance et les institutions nationales de dfense des droits de l  homme, des stratgies pour reprer ou prvenir l  imposition de mesures de contrainte des enfants et de jeunes handicaps ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De mettre en Suvre les recommandations que la Commission de l  galit et des droits de l  homme a formules dans son rapport de fvrier 2015, intitul Preventing Deaths in Detention of Adults with Mental Health Conditions (prvenir le dcs en dtention d  adultes ayant des troubles mentaux), et qui n  ont pas encore t suivies d  effet ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) D  interdire, dans toutes les rgions, toute administration d  lectrochocs non consentie fonde sur un handicap, quel qu  il soit, de veiller ce que les garanties prvues s  appuient sur l  approche fonde sur les droits de l  homme et non pas seulement sur des critres mdicaux, et de concerter ses efforts avec les autorits comptentes pour contrler les progrs dans ce domain e, en particulier en Irlande du Nord. </p> <h3>Droit de ne pas tre soumis l exploitation, la violence et la maltraitance (art. 16)</h3> <p>38.Le Comit est proccup par les cas de maltraitance, de mauvais traitements, de violence sexuelle et d exploitation dont sont victimes les femmes, les enfants, les personnes intersexues et les personnes ges handicaps, et par l insuffisance des mesures visant prvenir toutes les formes d exploitation, de violence et de maltraitance l gard des personnes handicapes. Il est galement proccup par les cas signals de crimes motivs par la haine des personnes handicapes et constate l absence de dispositif de collecte systmatique de donnes et l existence de diffrences entre les dispositions juridiques relatives aux peines encourues par les auteurs des diffrents types de crimes motivs par la haine, en particulier en Angleterre et au pays de Galles. </p> <p style="font-weight:bold;">39. Le Comit recommande l  tat partie, en troite collaboration avec les organisations de personnes handicapes et conformment la cible 16.3 des objectifs de dveloppement durable :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De prendre des mesures qui garantissent l  galit d  accs la justice des personnes handicapes, en particulier des femmes, des enfants, des personnes intersexues et des personnes ges handicaps, et qui protgent les personnes handicapes de la maltraitance, des mauvais traitements, de la violence sexuelle et de l  exploitation ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) D  adopter une dfinition complte de l  infraction de crime motiv par la haine des personnes handicapes et de faire en sorte que des poursuites soient engages et que les auteurs de tels actes soient dment sanctionns ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De veiller ce que tous les tablissements et programmes destins aux personnes handicapes soient effectivement contrls par des autorits indpendantes, conformment au paragraphe 3 de l  article 16 de la Convention.</p> <h3>Protection de l intgrit de la personne (art. 17)</h3> <p>40.Le Comit prend note avec proccupation des informations selon lesquelles les personnes handicapes, notamment les femmes, les personnes intersexues et les filles et les garons handicaps, continueraient d tre soumises sans leur consentement des traitements mdicaux tels que la strilisation et des interventions chirurgicales de conversion.</p> <p style="font-weight:bold;">41. Le Comit recommande l  tat partie d  abroger tous les rglements et toutes les lois et de supprimer toutes les pratiques autorisant de quelque faon que ce soit toute forme d  intervention ou d  opration chirurgicale non consentie, et de faire en sorte que le principe de consentement pralable, librement donn et en connaissance de cause, des personnes handicapes un traitement soit respect et que les personnes handicapes aient accs des mcanismes de prise de dcisions assiste et des garanties renforces, en accordant une attention particulire aux femmes, aux personnes intersexues, aux filles et aux garons. </p> <h3>Droit de circuler librement et nationalit (art. 18)</h3> <p>42.Le Comit constate avec proccupation que l tat partie maintient sa rserve l article 18 de la Convention.</p> <p style="font-weight:bold;">43. Le Comit recommande l  tat partie de retirer sa rserve l  article 18 de la Convention.</p> <h3>Autonomie de vie et inclusion dans la socit (art. 19)</h3> <p>44.Le Comit est proccup par:</p> <p>a)Le fait que la lgislation de l tat partie ne considre pas l autonomie de vie et l inclusion dans la socit comme un droit de l homme qui intgre les principes d autonomie individuelle, de contrle et de choix;</p> <p>b)Les politiques et les mesures qui rduisent la capacit des personnes handicapes de vivre de manire autonome au sein de la socit, notamment la rduction des prestations d aide sociale destines au logement, du revenu des mnages et des budgets consacrs l autonomie de vie, ainsi que la dissolution du fonds pour l autonomie des personnes handicapes (Independent Living Fund);</p> <p>c)Le fait que la responsabilit de l accompagnement pour une vie autonome ait t confie aux gouvernements dcentraliss et aux autorits locales sans les doter de ressources financires suffisantes cet effet; </p> <p>d)Le fait que de nombreuses personnes handicapes soient encore internes et prives du droit l autonomie de vie et l inclusion dans la socit lorsque: i)leurs ressources financires ne leur permettent pas de payer des services d accompagnement individualiss; ii)les autorits locales considrent qu elles peuvent fournir une aide dans les foyers d accueil; iii)les cots sont le paramtre principal des valuations; </p> <p>e)Le fait que les personnes handicapes, sans distinction de sexe, de genre, d ge ou de toute autre situation, ne bnficient ni de services de soutien ni d installations publiques accessibles, notamment de services d assistance personnelle, qui leur permettent de vivre de faon autonome et d tre incluses dans la socit. </p> <p style="font-weight:bold;">45. Le Comit recommande l  tat partie, dans l  esprit de l  observation gnrale n o 5 (2017) sur l  autonomie de vie et inclusion dans la socit et du rapport du Comit sur l  enqute concernant le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d  Irlande du Nord qu  il a mene en application de l  article 6 du Protocole facultatif se rapportant la Convention :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De reconnatre que le droit l  autonomie de vie et l  inclusion dans la socit est un droit subjectif dont tous les lments ont un caractre excutoire et de garantir la mise en Suvre de ce droit en adoptant des politiques, des rglements et des orientations fonds sur les droits ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De procder rgulirement, en troite collaboration avec les organisations de personnes handicapes, des valuations pour prvenir les incidences ngatives des rformes entreprises par l  tat ou y remdier en mettant en Suvre des stratgies appropries dotes du financement ncessaire dans les domaines de l  aide sociale et de l  autonomie de vie ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) D  allouer aux autorits et aux administrations locales, y compris aux gouvernements dcentraliss, des fonds rservs des utilisations dtermines d  un montant suffisant pour leur permettre de doter en permanence les personnes handicapes des ressources qui leur sont ncessaires pour vivre de faon autonome, tre incluses dans la socit et exercer leur droit de choisir leur lieu de rsidence et o et avec qui vivre ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) De mettre au point, en troite collaboration avec les organisations de personnes handicapes, un plan global ayant pour objectif l  abandon du placement des personnes handicapes en milieu ferm, et d  laborer des rgimes d  aide l  autonomie de vie qui reposent sur des services de proximit en adoptant une vision intgre et transversale, notamment dans les secteurs de l  ducation, des structures d  accueil pour les enfants, des transports, du logement, de l  emploi et de la scurit sociale ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) De dbloquer des ressources suffisantes pour garantir toutes les personnes handicapes l  accs des services d  accompagnement un cot abordable, qui soient de qualit acceptable et adaptables et qui tiennent compte de la diversit des conditions de vie dans les villes et dans les zones rurales.</p> <h3>Libert d expression et d opinion et accs l information (art. 21)</h3> <p>46.Le Comit prend note avec proccupation:</p> <p>a)De la diffusion limite d informations accessibles par les services et les pouvoirs publics et de l insuffisance des normes contraignantes relatives la mise en place de sites Web accessibles et au contrle de l application des rgles en matire d accessibilit aux TIC;</p> <p>b)De l insuffisance des ressources alloues l enseignement et la formation des interprtes en langue des signes, du nombre insuffisant d interprtes en langue des signes ayant reu un enseignement d excellence et des difficults d accs aux services de ces interprtes, en particulier dans les secteurs de l ducation, de l emploi, de la sant et desloisirs; </p> <p>c)Du fait qu il n est pas dispens de formation ou d enseignement de qualit sur la communication en langue des signes la famille, aux camarades de classe et aux collgues des personnes sourdes ou malentendantes afin de faciliter l inclusion de ces personnes dans la socit.</p> <p style="font-weight:bold;">47. Le Comit recommande l  tat partie, en consultation avec les organisations de personnes handicapes :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De recenser les lacunes qui n  ont pas t combles dans la mise en Suvre des normes contraignantes en matire d  accessibilit des moyens d  information utilisant les TIC ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De veiller ce que la lgislation reconnaisse le droit des personnes sourdes et malentendantes d  accder des services d  interprtation en langue des signes de qualit et d  autres formes de communication alternative dans tous les domaines de la vie, conformment aux dispositions de la Convention ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) D  affecter des ressources l  enseignement de la langue des signes britannique et de la communication tactile aux enfants prsentant un handicap auditif et aux membres de leur famille, leurs camarades de classes ou encore aux personnes qui travaillent leurs cts. </p> <h3>Respect du domicile et de la famille (art. 23)</h3> <p>48.Le Comit constate avec proccupation que les parents handicaps ne reoivent ni les services ni le soutien ncessaires et qu en consquence des enfants sont enlevs leur famille et placs dans des familles d accueil, des foyers collectifs ou des institutions. Il est aussi proccup par l insuffisance des ressources financires alloues aux parents d enfants sourds pour leur permettre d apprendre la langue des signes.</p> <p style="font-weight:bold;">49. Le Comit recommande l  tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D  accorder aux parents handicaps le soutien dont ils ont besoin pour remplir efficacement leur rle de parent et de veiller ce que le handicap des parents ne puisse servir de prtexte pour placer un enfant dans une structure de protection ou pour l  enlever au foyer familial ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De faire en sorte que les autorits locales aient l  obligation lgale de dbloquer les ressources financires ncessaires et de les verser aux parents qui souhaitent apprendre la langue des signes. </p> <h3>ducation (art. 24)</h3> <p>50.Le Comit prend note des informations fournies par l tat partie au sujet de ses rserves aux alinas a) et b) du paragraphe 2 de l article 24 de la Convention, compte tenu des lments nouveaux et des rsultats de la recherche. </p> <p style="font-weight:bold;">51. Le Comit recommande l  tat partie de retirer sans plus tarder ses rserves aux alinas a) et b) du paragraphe 2 de l  article 24 de la Convention. </p> <p>52.Le Comit est proccup par:</p> <p>a) Le maintien d un systme deux vitesses qui permet d isoler les enfants handicaps dans des coles spciales, parfois parce que leurs parents en ont dcid ainsi; </p> <p>b)Le nombre croissant d enfants handicaps scolariss dans un tablissement d ducation fond sur la sgrgation; </p> <p>c)Le fait que le systme ducatif ne dispose pas des moyens ncessaires pour dispenser une ducation inclusive de qualit et, en particulier, les informations selon lesquelles les autorits scolaires refuseraient l inscription d un enfant handicap si elles considrent que cet enfant peut perturber les autres lves;</p> <p>d)Le fait que l enseignement et la formation qui sont dispenss aux enseignants dans le domaine de l inclusion ne sont pas conformes aux prescriptions en matire d ducation inclusive.</p> <p style="font-weight:bold;">53. Le Comit recommande l  tat partie, en troite collaboration avec les organisations de personnes handicapes, en particulier les organisations reprsentant les enfants et les jeunes handicaps, et dans l  esprit de son observation gnrale n o 4 (2016) sur le droit l  ducation inclusive et des cibles 4.5 et 4.8 des objectifs de dveloppement durable :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D  laborer un ensemble de lois et de directives exhaustives et coordonnes en faveur de l  ducation inclusive et un calendrier pour leur mise en Suvre afin que les coles ordinaires favorisent l  inclusion effective des enfants handicaps dans l  environnement scolaire et que les enseignants et tous les autres professionnels et personnes qui sont en contact avec des enfants comprennent ce que l  on entend par inclusion et soient capables de promouvoir l  ducation inclusive ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De renforcer la surveillance des pratiques adoptes par les tablissements scolaires en matire de scolarisation des lves handicaps et d  accorder une rparation adquate aux victimes de discrimination ou de harclement fond sur le handicap, notamment en mettant en place des mcanismes d  indemnisation ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) D  adopter et d  appliquer une stratgie cohrente dote d  un financement adquat et assortie d  chances prcises et d  objectifs quantifiables pour amliorer et renforcer l  ducation inclusive. Il importe qu  une telle stratgie :</p> <p style="font-weight:bold;">i) Garantisse la mise en Suvre de lois, dcrets et rglements visant amliorer, d  un point de vue tant quantitatif que qualitatif, l  ducation inclusive en classe, les aides fournies et la formation des enseignants, y compris sur le plan des capacits pdagogiques, tous les niveaux, afin de crer un environnement inclusif de qualit, notamment pendant les interclasses et par des activits de socialisation en-dehors du temps d  apprentissage ;</p> <p style="font-weight:bold;">ii) Prvoie la mise en place d  activits de sensibilisation et de soutien axes sur l  ducation inclusive l  intention des parents d  enfants handicaps ;</p> <p style="font-weight:bold;">iii) Permette de recueillir des donnes exhaustives et fiables, ventiles par handicap, ge, sexe et origine ethnique, sur le nombre d  lves qui tudient dans les systmes ducatifs ordinaire et spar et sur les rsultats obtenus, en tenant compte des capacits des lves.</p> <h3>Sant (art. 25)</h3> <p>54.Le Comit est proccup par l ingalit de l accs aux services de sant dans l tat partie, y compris dans les gouvernements dcentraliss, et par: </p> <p>a)Les obstacles systmiques, physiques et comportementaux et les obstacles la communication qui empchent les personnes handicapes d accder aux services de sant ordinaires, notamment les quipements, le matriel de formation et de traitement, les mdicaments, les fournitures et les moyens d information et de communication inadapts et l accs restreint aux services de consultation et aux professionnels de la sant, aux hpitaux, aux dentistes, aux gyncologues et aux obsttriciens;</p> <p>b)Les difficults que rencontrent les personnes handicapes pour obtenir que leurs donnes mdicales personnelles soient traites de manire confidentielle;</p> <p>c)Les multiples obstacles qui entravent l accs aux services de soins de sant sexuelle et procrative et le manque de supports d information et de formation concernant la planification familiale disponibles dans des formats accessibles aux personnes handicapes, en particulier les femmes et les filles;</p> <p>d)Les informations faisant tat de cas o aucune tentative de ranimation n a t mene sur des personnes ayant un handicap intellectuel ou psychosocial; </p> <p>e)Le taux de suicide chez les personnes handicapes, en particulier en Irlande du Nord.</p> <p style="font-weight:bold;">55. Le Comit recommande l  tat partie de collaborer troitement avec les organisations qui reprsentent les personnes handicapes afin :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D  laborer un plan d  action assorti d  objectifs mesurables et de ressources financires pour lever les obstacles qui entravent l  accs aux soins et aux services de sant, et de suivre et de mesurer les progrs accomplis en la matire, en particulier concernant les personnes ayant un handicap intellectuel ou psychosocial ou des troubles neurologiques ou cognitifs ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De dfinir des protocoles concernant les services mdicaux qui garantissent le respect du droit des personnes handicapes ce que leurs donnes mdicales soient traites de manire confidentielle ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) D  assurer l  galit d  accs aux services de soins de sant sexuelle et procrative, conformment la cible 3.7 des objectifs de dveloppement durable, et de fournir aux personnes handicapes des supports d  information et de formation concernant la planification familiale dans des formats accessibles, notamment le langage simplifi ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) De faire en sorte que le personnel mdical soit tenu d  appliquer les normes dfinies dans les orientations et les conditions relatives l  ordre de ne pas ranimer sur la base de l  galit entre les personnes handicapes et les autres ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) De s  attaquer au taux de suicide lev chez les personnes handicapes, en particulier les personnes ayant un handicap intellectuel ou psychosocial.</p> <h3>Travail et emploi (art. 27) </h3> <p>56.Le Comit est proccup par:</p> <p>a)Les ingalits persistantes en matire d emploi et de rmunration travail gal qui touchent les personnes handicapes, en particulier les femmes et les personnes ayant un handicap intellectuel, psychosocial ou visuel; </p> <p>b)L insuffisance des mesures de discrimination positive et des amnagements raisonnables visant garantir l accs des personnes handicapes au march du travail gnral, malgr les obligations nonces dans la directive 2000/78/CE du Conseil de l Union europenne relative la non-discrimination sur le lieu de travail;</p> <p>c)La procdure relative l allocation de travail et de soutien et le fait que l valuation de la capacit travailler est axe sur l utilisation fonctionnelle des comptences et des capacits et ne tient pas compte des difficults lies au handicap que les personnes handicapes rencontrent dans la socit;</p> <p>d)Le maintien, par l tat partie, de sa rserve l article 27 de la Convention, qui touche de manire disproportionne les personnes handicapes qui jouent un rle actif dans le secteur militaire. </p> <p style="font-weight:bold;">57. Le Comit recommande l  tat partie de collaborer troitement avec les organisations de personnes handicapes, en tenant compte du rapport sur l  enqute que le Comit a mene son sujet en application de l  article 6 du Protocole facultatif se rapportant la Convention, afin :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De dfinir et de mettre au point une politique efficace concernant l  emploi des personnes handicapes pour assurer un travail dcent l  ensemble de ces personnes, en gardant l  esprit son objectif consistant faire entrer 1 million de personnes handicapes sur le march du travail, de veiller que les personnes handicapes reoivent une rmunration gale travail gal, en accordant une attention particulire aux femmes et aux personnes ayant un handicap intellectuel, psychosocial ou visuel, et de suivre les progrs accomplis en la matire ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De faire en sorte que des amnagements raisonnables soient apports aux lieux de travail pour toutes les personnes handicapes qui en ont besoin, que des formations sur les amnagements raisonnables soient rgulirement proposes aux employeurs et aux employs non handicaps et que des sanctions efficaces et dissuasives soient prvues en cas de refus de mettre en place des amnagements raisonnables ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De faire en sorte que les exigences juridiques et administratives de la procdure visant dterminer l  aptitude au travail, dont l  valuation de la capacit travailler, tiennent compte du handicap selon une approche fonde sur les droits de l  homme, que les personnes qui ralisent ces valuations soient qualifies et aient t dment formes et que les valuations tiennent compte des caractristiques lies au travail mais aussi de la situation personnelle. L  tat partie doit veiller ce que les personnes handicapes disposent des amnagements et de l  assistance ncessaires pour accder au march du travail et reoivent une aide financire et garantir que ces formes d  appui ne sont pas assorties d  un rgime de sanction et ne sont pas subordonnes la recherche d  un emploi ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) De retirer sa rserve l  article 27 de la Convention ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) De garder l  esprit le lien entre l  article 27 de la Convention et la cible 8.5 des objectifs de dveloppement durable.</p> <h3>Niveau de vie adquat et protection sociale (art. 28) </h3> <p>58.Le Comit est proccup par:</p> <p>a)Les consquences des mesures d austrit et des initiatives de lutte contre la pauvret prises comme suite la crise financire de 2008/09, plus prcisment les profondes difficults conomiques qui en ont dcoul pour les personnes handicapes et leurs proches, en particulier les familles ayant un enfant handicap, notamment le renforcement de leur dpendance aux banques alimentaires; </p> <p>b)Les effets nfastes qu ont sur le niveau de vie des personnes handicapes des facteurs tels que la rduction des montants de l aide sociale, de l allocation de demandeur d emploi, de la prestation pour l autonomie personnelle et du crdit universel et le niveau insuffisant de l indemnisation des cots lis au handicap; </p> <p>c)Les conditions remplir pour bnficier des services de protection et d aide sociales, les diffrences entre ces services au niveau local et l introduction de la prestation pour l autonomie personnelle, qui a entran une diminution du nombre de bnficiaires d une indemnit lie au handicap et une dgradation du niveau de vie de nombreuses personnes handicapes et de leur famille;</p> <p>d)L effet prjudiciable que la conditionnalit de l allocation de travail et de soutien et le rgime de sanction y relatif ont sur les personnes handicapes et l accs limit aux procdures de rvision et d annulation.</p> <p style="font-weight:bold;">59. Le Comit recommande l  tat partie de collaborer troitement avec les organisations de personnes handicapes de l  ensemble des entits territoriales, en tenant compte du rapport sur l  enqute que le Comit a mene son sujet en application de l  article 6 du Protocole facultatif se rapportant la Convention, de l  article 28 de la Convention et de la cible 10.2 des objectifs de dveloppement durable, afin :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D  laborer, d  adopter et d  appliquer des cadres lgislatifs pour faire en sorte que toutes les politiques et tous les programmes de protection sociale appliqus sur son territoire garantissent un niveau de revenu suffisant l  ensemble des personnes handicapes et leur famille, en prenant en considration les cots supplmentaires lis au handicap et en veillant ce que les personnes handicapes aient les moyens d  exercer leurs responsabilits parentales. L  tat partie doit galement veiller ce que les personnes qui peuvent prtendre l  allocation de travail et de soutien instaure rcemment et sont places dans le groupe des personnes aptes exercer une activit aient droit une indemnit couvrant la totalit des cots lis au handicap ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De procder une valuation des effets cumuls que les rformes du systme de protection sociale mises en Suvre rcemment ou prochainement ont ou auront sur les personnes handicapes, en s  appuyant sur des donnes ventiles, de dfinir et de mettre en Suvre des mesures visant lutter contre la dgradation du niveau de vie des personnes handicapes et d  assurer le suivi de ces mesures, et d  utiliser les rsultats de l  valuation susmentionne comme base pour l  laboration des politiques sur l  ensemble du territoire ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) D  abroger le Rglement sur la prestation pour l  autonomie personnelle, tel que modifi en 2017, et de veiller ce que les conditions remplir et les procdures d  valuation suivre pour bnficier d  une prestation pour l  autonomie personnelle, d  une allocation de travail et de soutien et du crdit universel tiennent compte du handicap selon une approche fonde sur les droits de l  homme ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) D  allouer aux autorits locales les ressources dont elles ont besoin pour s  acquitter de leurs responsabilits en matire d  assistance aux personnes handicapes et d  largir la gamme de services d  aide en vue d  attnuer les effets prjudiciables des rformes du rgime de scurit sociale en Irlande du Nord ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) De revoir la conditionnalit de l  allocation de travail et de soutien et le rgime de sanction y relatif et de pallier les effets nfastes qu  ils ont sur la sant mentale et la situation des personnes handicapes. </p> <h3>Participation la vie politique et la vie publique (art. 29)</h3> <p>60.Le Comit est proccup par le manque d information concernant l accessibilit du systme lectoral et les amnagements raisonnables apports aux diffrentes tapes du cycle lectoral pour aider les personnes handicapes exercer leur droit de vote de manire confidentielle et avec l aide de la personne de leur choix. Il s inquite galement du faible nombre de personnes handicapes qui se prsentent aux lections ou ont t lues une fonction publique.</p> <p style="font-weight:bold;">61. Le Comit recommande l  tat partie de faire le ncessaire pour garantir l  accs des personnes handicapes au systme lectoral, quel que soit leur handicap, d  abroger les dispositions qui limitent le droit de vote de ces personnes et de veiller la mise en place d  amnagements raisonnables de sorte que chacun ait le droit et la possibilit de voter en toute confidentialit, et de consulter troitement les organisations de personnes handicapes ce sujet.</p> <h3>Participation la vie culturelle et rcrative, aux loisirs et aux sports (art. 30)</h3> <p>62.Le Comit relve avec inquitude que l tat partie n a pas ratifi le Trait de Marrakech visant faciliter l accs des aveugles, des dficients visuels et des personnes ayant d autres difficults de lecture des textes imprims aux Suvres publies. Il est proccup par l accs restreint aux stades dots de places individuelles pour les personnes handicapes, leur famille, leurs amis et leurs aidants et aux sites protgs, notamment ceux inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l Organisation des Nations Unies pour l ducation, la science et la culture (UNESCO).</p> <p style="font-weight:bold;">63. Le Comit recommande l  tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De prendre toutes les mesures qui s  imposent pour ratifier et mettre en Suvre le Trait de Marrakech visant faciliter l  accs des aveugles, des dficients visuels et des personnes ayant d  autres difficults de lecture des textes imprims aux Suvres publies dans les plus brefs dlais ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) D  adopter un plan d  action concret, dot de ressources et assorti d  objectifs mesurables, pour mettre en Suvre les lois, les rglements et les normes visant assurer la participation inclusive des personnes handicapes toutes les activits menes dans les installations sportives et tous les sites classs, y compris ceux inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l  UNESCO.</p> <h3>C.Obligations particulires</h3> <h3>Statistiques et collecte des donnes (art. 31)</h3> <p>64.Le Comit est proccup par l absence, dans l tat partie, de systme de collecte de donnes harmonis et d indicateurs concernant la situation des personnes handicapes. Il prend note de la faible quantit de donnes ventiles collecte au moyen d enqutes et de recensements de la population gnrale.</p> <p style="font-weight:bold;">65. Le Comit recommande l  tat partie, conformment l  objectif de dveloppement durable n o 17, de faire le ncessaire pour disposer d  un beaucoup plus grand nombre de donnes de qualit, actualises et exactes, ventiles par niveau de revenu, sexe, ge, genre, race, origine ethnique, statut de migrant, de demandeur d  asile ou de rfugi, handicap et emplacement gographique, et selon d  autres caractristiques propres au pays, y compris au moyen d  enqutes et de recensements de la population gnrale. Il lui recommande galement d  utiliser les sries de questions et d  outils mises au point par le Groupe de Washington sur les statistiques des incapacits pour collecter des donnes comparables sur le handicap. </p> <h3>Coopration internationale (art. 32)</h3> <p>66.Le Comit relve avec proccupation que l tat partie n intgre pas encore systmatiquement la question des droits des personnes handicapes dans ses programmes de coopration internationale et de dveloppement. </p> <p style="font-weight:bold;">67. Le Comit recommande l  tat partie de collaborer troitement avec les organisations de personnes handicapes dans les pays o il exerce des activits afin :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D  acclrer la mise jour du cadre relatif au handicap du Ministre du dveloppement international, notamment en adoptant des objectifs mesurables et en prenant des engagements concrets en vue de promouvoir les droits des personnes handicapes dans les pays o il exerce des activits ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De prendre les mesures ncessaires pour garantir que tous les ministres britanniques qui octroient des fonds au titre de l  aide publique au dveloppement international incluent systmatiquement les personnes handicapes dans leurs programmes de coopration internationale et de dveloppement et assurent le suivi de ces programmes ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De tenir des consultations avec la participation des organisations de personnes handicapes concernant l  ensemble des politiques et programmes de mise en Suvre du Programme 2030 et de ralisation des objectifs de dveloppement durable, aux niveaux national et international.</p> <h3>Application et suivi au niveau national (art. 33)</h3> <p>68.Le Comit prend note avec proccupation de l absence de mcanisme global et de l insuffisance des ressources, qui limitent les capacits du Bureau charg des questions de handicap de s acquitter de son rle de coordonnateur de l application de la Convention dans l ensemble de l tat partie conformment au paragraphe 1 de l article 33 de la Convention.</p> <p style="font-weight:bold;">69. Le Comit recommande l  tat partie de mettre en place une structure de coordination adapte reposant sur des points de contact et de la doter de ressources suffisantes pour tendre l  application de la Convention l  ensemble des gouvernements dcentraliss et des territoires sous sa juridiction ou son contrle. </p> <p>70.Le Comit est proccup par le fait que le mcanisme de suivi indpendant cr en application du paragraphe 2 de l article 33 de la Convention ne dispose pas de ressources suffisantes pour assurer un suivi global et efficace, ce qui entrane une limitation de l appui fourni aux organisations de personnes handicapes aux fins de leur participation aux activits de suivi. </p> <p style="font-weight:bold;">71. Le Comit recommande l  tat partie de garantir l  indpendance des mcanismes de suivi et des organisations de personnes handicapes dans toutes ses entits et d  allouer ces mcanismes et organisations les ressources financires dont ils ont besoin pour suivre l  application de la Convention sur l  ensemble de son territoire, en tenant compte des Lignes directrices sur les cadres indpendants de surveillance et leur participation aux travaux du Comit des droits des personnes handicapes (voir CRPD/C/1/Rev.1, annexe).</p> <h3>Coopration et assistance technique </h3> <p>72.En application de l article37 de la Convention, le Comit peut fournir des conseils techniques l tat partie en rponse toute demande adresse ses membres par l intermdiaire du secrtariat. L tat partie peut galement solliciter l assistance technique des institutions spcialises des Nations Unies qui possdent des bureaux dans le pays ou dans la rgion.</p> <h2>IV.Suivi </h2> <h3>Diffusion de l information </h3> <p style="font-weight:bold;">73. Le Comit demande l  tat partie de lui faire parvenir, dans un dlai de douze mois, des renseignements sur l  adoption des prsentes observations finales et, conformment au paragraphe 2 de l  article 35 de la Convention, sur les mesures prises pour mettre en Suvre les recommandations figurant aux paragraphes 45 (autonomie de vie et inclusion dans la socit), 57 (travail et emploi) et 59 (niveau de vie adquat et protection sociale).</p> <p style="font-weight:bold;">74. Le Comit recommande l  tat partie d  engager un processus de mise en Suvre et de suivi des recommandations contenues dans le rapport sur l  enqute que le Comit a mene son sujet en application de l  article 6 du Protocole facultatif se rapportant la Convention, en cooprant et en collaborant troitement avec les organisations de personnes handicapes, et de l  informer des progrs accomplis et des rsultats obtenus en la matire tous les douze mois jusqu  l  examen du prochain rapport priodique.</p> <p style="font-weight:bold;">75. Le Comit demande l  tat partie de mettre en Suvre ses recommandations figurant dans les prsentes observations finales. Il lui recommande de transmettre les prsentes observations finales, pour examen et suite donner, aux membres du Gouvernement et du Parlement, aux responsables des diffrents ministres, des gouvernements dcentraliss, des territoires dpendant de la Couronne et des territoires d  outre-mer, aux autorits locales, aux organisations de personnes handicapes et aux membres des professions concernes, tels les professionnels de l  ducation, de la sant et du droit, ainsi qu  aux mdias, en utilisant pour ce faire les stratgies de communication sociale modernes.</p> <p style="font-weight:bold;">76. Le Comit encourage vivement l  tat partie associer les organisations de la socit civile, en particulier les organisations de personnes handicapes, l  laboration de ses rapports priodiques, et leur offrir un appui financier cet effet. </p> <p style="font-weight:bold;">77. Le Comit prie l  tat partie de diffuser largement les prsentes observations finales, notamment auprs des organisations non gouvernementales et des organisations de personnes handicapes, ainsi qu  auprs des personnes handicapes elles-mmes et de leurs proches, dans les langues nationales et minoritaires, notamment en langue des signes, et sous des formes accessibles, notamment le langage simplifi. Il lui demande aussi de les diffuser sur le site Web public consacr aux droits de l  homme.</p> <h3>Prochain rapport priodique</h3> <p style="font-weight:bold;">78. Le Comit prie l  tat partie de lui soumettre son prochain rapport valant deuxime quat rime rapports priodiques le 8 juillet 2023 au plus tard et d  y faire figurer des renseignements sur la mise en Suvre des prsentes observations finales. Il invite galement l  tat partie envisager de soumettre ce rapport selon la procdure simplifie de prsentation des rapports, dans le cadre de laquelle le Comit tablit une liste de points au moins un an avant la date prvue pour la soumission du rapport. Les rponses de l  tat partie cette liste de points constituent son rapport priodique.</p> </div> </body> </html>