<?xml version="1.0" encoding="utf-16"?> <html> <head> <link rel="stylesheet" type="text/css" href="data:text/css;base64,77u/Ym9keSB7IA0KCWZvbnQtZmFtaWx5OnNlcmlmOyANCgltYXJnaW46MCBhdXRvOyANCgl3aWR0aDo5NjBweDsgDQp9DQp0YWJsZSB7IA0KCXdpZHRoOjEwMCU7IA0KCWJvcmRlci1ib3R0b206MnB4IHNvbGlkICMwMDA7IA0KfQ0KdGFibGUgdHI6Zmlyc3QtY2hpbGQgdGQgeyANCglib3JkZXItYm90dG9tOjFweCBzb2xpZCAjMDAwOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHsgDQoJd2lkdGg6ODAwcHg7IA0KCW1hcmdpbjoyMHB4IGF1dG8gMCBhdXRvOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHRhYmxlLCBkaXYuY29udGVudCB0YWJsZSB0ZCB7DQoJYm9yZGVyOm5vbmU7DQp9" /> </head> <body> <table> <tr> <td> <img src="data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAFAAAABECAYAAAAWVrIgAAAAAXNSR0IArs4c6QAAAARnQU1BAACxjwv8YQUAAAAJcEhZcwAADsMAAA7DAcdvqGQAAAAHdElNRQfYCwYIDwTu5NNBAAAAGXRFWHRTb2Z0d2FyZQBQYWludC5ORVQgdjMuNS44NzuAXQAAFmFJREFUeF7l2gvYZlVVB/DpZlkhHyF5IWTUborCKKghioOaF0hQENIQGEExTYOwLCnlIzLxBqOWJiCMaCBeYkTBCyajCZkmjFl2MWFSszSNz/BWVvb/ve3Fs+dw3ssgND21nuf/vOfss8/ea6+91n+tfb5v1artL7tFhScELwneEfx58E/B14N/D74RfDH4i+Cy4KXBkcHq4Du2v/rbR4OfzLSnBR8Prg/eGZwa/Gxwv4BRl4KTgpODHwn2Dh4fPD+4pBn1L/P7wmDP7bOMW3bWnecM9515/phgU/CF4HeDA4LvmfHeM/LsxCnPvyvtDwxeFvx98MfBEcF3z9Hjznn+8AX63bLWmTKaxf9c8ObgJ2bM+NA8+0jwiWBd8P0LavcL6feLC/S9TfocHvxJINQPnfPOU/L8umA5+OEFxr/Fu/Cmo5oS/5Lf+06ZYZe0Xxh8Jjgm4DXbIs9c0IA1Jk48OLBR7wnuPmMy3v2tgP7PuRm6bcs6tuq7Y+5wkMkBb42JMBFarwq8s4jwzOI63rcxeFvwy8Grgz8IhOA84ZG4UzI6LhhLNtre2q3jLbn23q0mQpQhhEkZz6KGQrFnB58PcN4s0Zf3/lbw4UBC+WjwpuAVAS+6KrgguKg90wcdvCBg7FmZWHIR0ucG3zeiyO3TJjpqPa/N9X2CE4PbztF94cd3aMrvn9/f6yYTJj8wGMVi1gey44/NmOF78wwPbQ7+OmDA/UaUHgthhpA8vPNXbYyn5teYY3K7NG4Mrgh2Gumwb9qUTGVE/Pnk4M+Cu85Yw0KPlA9/G9htSv9Hm+hf82v3e2G83wk+FuC+MdFH0rk2eHuwNpjlQfM4UOaXzen16eBJAX4eCu49O/jT4IcGD9GGOrTWZkMlxysDieaOU9Yyt9nAwkkhywvfGNglE+GV+7eJaqBTcqEI5plD4+pzl0BIogCbsYjMMyAdvtr0Kg+6PPe7Dwa3Fu0fCFDCD3bPH5lrRpVUyoiHtDUa89LgZhXsClYDvC9ArrLVNwPhshT8fqeE+guXKIDvFTBin5kflXsJZZFsR1lhp9h2OnHycK1tbCGPTntvRHr+Q6CdoBnGUw7xTnpLRuWpjP3u1s/anH5wsA0vgzLywkJJk/5jwIDLgYIXeR8YqJsUrbIc+dHAUav3qt6IT8sz4YVrpgkPsQmvC1CGufDolgbX2j7V+ujb15J0LA/8z1xf3OZkNMY7oZtYcuj19+i9gSR2t4D3cQZhLJyNK0PfOxijh27o/758WOA4VQod1BS4Z34lEsb4UsDtDfjBoIzZD2ZCijAIxcbEZrwokLEd544Pfjyo0wQDCGOizTN99PXOiwNjMOZPBecF9OZF64N/CxT5Q+FdHKQ29UG55m1fDo4NOIC5zmrjfSG/eJ2HzhSZ86TAYZ0idpOCOwTOqkJY29FtFN6lpBg7jqkPkfAwnL3K8IxjEcqV1VO06g047OKdl7cxeJhEsVe7r83/ZO7Vgjx2KJIZ3Sp7O1PXe0LYmp/YteFNdDYzMytacQeFDKaGEs6ItAZf3zTZMb+4Ziw0LcQzXqgWo6j6ithJyWRTMOv4p+8sA7bhJp5iLGMae48AD5a+N+R6pelS7/hFVZcFv9YabaoNqfeEtLGLBznS+Q39ODdeW7TOMptC2EDCi1Fr0NfkunjgebnGDUPBMbKx0qCEIRnxcQFeURbNO9ZJGhKZeVzPEkkKtfxNcEXA8L7cqBMrktR1w2JacuKhVXYx6i8FQt97NgVfukZZDFxVyU30Wd86SgZPD4TqOa2NYX8jqJoI5+CgNSOr+s20KXmGwrMpcvrIM00Mqs+GAG9KGIwC7sEziWzM+ChDyNJL/Ups5iWBLM0YyyNzO338dtduMyRN49BX2eVXqJc9lHE3EbunoyzEez4XSBYI1KBCsc69KnWZayjI2cR3HjywEEUsvuOJawbPD869b4O8/bDAbpM+hLV5po++9CxBM/TB30olvFzeZuH67hrQTanVCxrhhVUbOm09JLCWq4OVwMGB2AQ2Ui1sJV7mcR46xMvE7u0+N2e8zwb1deP9ue5DtAZzNuaBQ1mfhgsCIYIqGNEvT6bMB9r98L1pHEgf73hX+DHes9rLKEbmPXNED8e/V42043hHS/LYAG+q/VCHteJUggbYiDNsJWq54jmFKxe2K4z34OCfA6cSBrCTK0FfhxnMQrzjeNULTlXO7NQ1lhE/lDbZb9pH0FlJRFLyvsXyuhLzbwhEzz4DXXw8oKPfXni2DSE8VvTxunXBUmDthBOxk9+t5B7tgYd2T0j9TMCVKaj959sb6qSNwwFyf2Jw7kg77/BOL7xEu8U8KZA5x+SENIoIwvt3b9c+lUlIPNnC/S2lkpsuOBwPK6KHcl4ajNsLirk+4BzEhlgz7pdUHE2XWh/taG0rwQPlgRTiTYrJldaO0Kteen2uq7jtB5GtHjoYlwcg/2Gd6PseirCTilc7LjvjVnKbQDJ7Q7AhUOgic8lhKUAHEsY1wdmBRKFiKO4VQX8XWOjwXI6ermrz9D8X52Zda8CffQY/KveipMqja3N9YwT6UMDtq94R3wZQAzKqhcqOJRY6DA0Gp6yF94ITq86qdotE5uXZtXF+LRqXCXkGc24tvRTdeE1JVIvzzteDX2+62qwKT9Hj69CQ8+g4Fsbm3dApr74VxuZgOJtns91fEXA61Deptrm/2s3DTUHVge7VfriPcPWvBbJeL4fmRnbsxY7xrNVdo/eM/6uBo1dvvLpWcghRvCRRlQHH+lZb38fR0qbdN0BDPmIMyx4eiwJ64RQooUQCMU7NIQExvHtHSAacUIEQ4HFCwEOuzMtc+1U+rGmj3jO/3HcoBlcn9sJTvF9CIRzJo2VRYTbNKHZe4lL9y7TmnGXA/hlj8hg0sTnAbeioF8X5aYM2lYjNq/LHUY+3Oq0Yn9dXqce71waTL1K+dDiy7BVYnBf8qsYfEAjf4rafzvUfDSZ2K/HwmF7W5eabgbAjkgFOc0TiEbVhY4bZnOeHdIOpBBY1YPWTRCQAnH3MQDenFOfdoWxJg8qDPCPQzybyYvagF3vR39hoZtVXAhlWmErXxS9Vnf9h2ngMOSKoUMVldoIgZcYuMYF+FmNXDwoeERwXbAoOD6qmqgXjL7wrsezXjeWSbjyiOGkRY9qAHQLeNqxN0cdYIrky7ZIMEf5CWgI0ljnx7XPb83fnVyKbfPpRLBLZVUdkju+ODHjRUnt+dH4vChCqJCBUfiX4YsCLSxhruEil0qlBhTpFi5T1VfPhPJ4xNKBxhWEV+/MMuCV9q6w5PtdOF73gr57v6hlutLnElynzoALCYO613ylgF9XJxBAUoyB3ZVCTLgW+qHDfSiLSOaNJDrWIWpRxZGI8gXf6RdapBq/JpvoAbxManiuDTg9ODIaZW7az4HmGq+fG5B3mMJ+N4uHVdl2bt/TQDtbASQjPWwmsd/dgbVD8X1n/Gh2LGM9pLzrvyZa+mFDoitbuB8+9PZA0xhZjV9BA1Ut9H2H8/KAK4xqWZwodWVHZYROKMrqpJ3UoLjP2IplZNKESRfWwlMFz6GIovJ+TlIhMa8CnxrLB9FBmaeexE4O4UZ5wTYlix6DC6yXdgGtzzVNeGQjdRUPK+HjH7p5xE7VXrTolbRaJd8bCt15REUhEQw8f20yex4jLgfF7UaSPJUMnGomjRB4wtnWqKlYHTk41HyebDF4NrmvXqs2iSoSSsKvCWn+KLhJavuTY+Q8NFuP2Lm2cOkkMu6AWtSEPXGTTeKgSSi3IeySgXtS+F4zoIbH0pylz1to4DXFSq7aJHdZ2DWIc3xVh4hKZrAQvyKqrWwNj25H+ZDDNmI9t7ygDcMpQ7LYiuJ+v+sjexhUti4TvK9KviuctuUb8vagB0clQhGafDEWi9Zrbhtyxm38l15PjnMKxKmwd1wS+ZLjeFOwWKChLNudiGGbLrf8sT1TLEacQXNLL3XPjJMQrJIsDAyeZPVqn5+R3kbA1v/Kozt7elyn7Dw2G5CDm6IWx0Fit1aFBxFU55tmxQa3xrFyLjEknn5Tqwcm5rl2m+JrBZI52UjtPLcWcMiSQWQZ8atN2Kb88XdiSMt7+7V6yEeYqgPc1KJMqU87zwJ7vJLuew03BazgIg/XCKRi/RO2I98po38j1eYE1qlQkP5QyObwbDLd5+NaglFTaSCp9FsNl7woYD8eUvLcNPM2Il3V9hb0CXT3G88p4XZdJQjszkJkZ0/hOB7M26eo89zGEMJQSrA9J7Qe3sfq5XEuKvKrEKcNm7hLU0bKK/+XW6XK/yg7hgjB5kVj/fHBdwEgM3O/MzrmXoXkdNy8pnpq2QF7eiyOWU9BDBu11u5QLm6nAlsh4vSxZ46spPx0o+rXx0iuCyaIiask3j4ytja5DUb4p5IkwZrQqopUzNkeb8dlLsuF0E46ojs/ONe9TG25ogznMM2x9D9T8zmDivp0gf4uSeMaMyONKKmx5siw5ljjUY+cHDI+zhtkXp24emc+xVGTgrKH3oQ3OMZxvp7SpLzkHEZ7WMPlYEHGS8dxm8UjvsxG9Jv8nIr73DfDahvbycnu5TgBKkBJhLJ0PRSaVKYXl0Ig2hsf2nCdTmkdmfkybvx9TxV/nX7xj8WXIlVzLpuZUSnEEBl8KeMzLR/RTigwjQTf8fGnX/1FNf+sgeJSN1LJ0FhnWJ+xvJEnKsbysLP4pz+sorvMjuwm4OPfde6CkQhdfaT8y+Eh7t4ypeB3jvPuknTdubkqtye+LAsmEJ704wMNCVAISAeY4PpCdNwTKjfVBVRS4jig9JAQOwNDlZe3xxGk+HBxWDfl9ckBn0cRgyiJUpu+ru2e7e0cCWWmNjCIrg4P/XVu7wQzaiwxtJ4ai+pc98Sd3x6m9NypV6mw9fJeHqs+EO07jtTzQ7vuVYW0yysF/0/gWt05qtMgj2lh0YoSh4OAtAV4jnINn1dh3yDVnYEheXe0V3pOXpPt6IM7v1lBc4BlSxim1eDwgy/WfsYxlok0BPiV2SRK6IUAXdtXkPmAOxdgyv3f72tT8IoG3Mey80whPr3qO93lfWNNtKDarzufoZZ9AnVr28OWJXr3xeDvnulF8PKiPCl7EJ45Vu3YDnZlrntnvIu4QZkPFdksbb5aphnWeMc8OnF4OGKxG+zzjTPO6YTtDK3Qd43ygqLqzn1KZYq23DRTfqIEn0qM2DaUNyyf3N5E1aakPCF7GCwxbbRe2N3zFqPpPmDo/njgyntruc4H+Y3WepOETk6Qjo9owfLeogeb1E/JKIDoI06FYm+L80PZgOb8MSC5peogca/UhteZ7ba5HKYjLPyyos58XzgjqKCMECEMauEIEOQu3PQca8jz8ZwH3HzyrW7ur7GBkmXjIl/OMNOt5hZwQHhOJ4eL2YK/8KtUkK6LmM7bs21cUb8o9bt0qfGtwhuDmDwxkq3Jhg7rGjcQXZffFcdokGCEpCxMcamI7f2AgMx9eE4382lHcI0k4cZgfVwpn4E1fCj7T5l7EsOq2YwOb7TTVy+Nyg78lCOKUZMynBEIY1/I6Rbd2OjC4Z7x6p8F4k1s8JvZ1Qvy++3n5uoBnWNCOAUNoxzHuSxy5ELJMOixV7DCOVYqMJY8xffQ7uUG4kccHyq15BlxJH3MSa2HEh7d77SKmwvreuZbtjanNlxvX1ixxORzIwsRG8MKp4kuJYhShCtHlwO5zb4Piqj3atfvKXgb0ThXlSoehMLYNsiFPDPDnPLHb0Au9qpCdZsg6WdV7IosRjwuUP35LzmzrYUQ1Iy8srzMPbiY4WyWx3yyl7bowUTNV1lLkfrQN+tL84i0DmUTB3YtnksI7gvKa4XwPSsMHAwsSYtP6eW/MgCLFJkwz3uvzrGq6fm7eIxR74xoLRxuLYVGJRIJCeLt7NnlZwBvVsHPFwd1uyL6K5Urxiku8sRTgqdolfFfcZ3CnlzcEsrhyZkwoJmFdHAgnivlCszroS6KhAT1D4HRZCfqSBwejl7EMyWsY6oSmjD64XsjWRpyXa1+HhKjyR0StC6pg35Lr24+uZqTxBd3APNLEsg9+4EFP654Le7WWHSsRns8LGFwSmSWUFVIXBRIVg/okxYuvCWRE19o82xK8MeC9NkgZIon1HztqPoayCfj6sNbIIV4XMOArgzLg2lzjS4bDeaqCesaZROLCwgDndAMYSCbl/gwp7Mr1P9YmVYooGXoPQNx20Fg7LzC7d3nz3sGjAzUXuFaPeTZag42MzVOFI/3wNvG+U4qsi0trDZe3cQ/Jb1+2WLckMpP3pq2LEdVBw5MBL+FtdrTKDHWexGDCcwO7WCLlvybAKzwZTy4qYxw4713JykYqexxRaz4JgjHpLHR5Ln2vb/eXtvueW2XiMv68eac+f0JTZkjaDFXFqpBC3LV7b8n1MKR4FY9ACcJe6M6TbTGgcD4tcGxTvzm3l8ikn2gGujK/vFiZpjTz1cc7/fokDF9dbjdPwUWeC9ldA9mtypmaDC8JB0mHFx7cKWJHvTsU/XxMsPOSiORRBe2w7zwD0gt/2piVQLir63rxMUCCqaS3NtdHBDxRtdEf06xPKYYubMjCSWNknTc2yXySBt7DK77KKJgRK6VMasd43w6BZFAG1m9a4Uw5HyNswEp7H7nL/LLp/gEKeWGAwNcGouG5gSwvvGzCJYEkshQMhRE+2enDq5Rn5XE+k20ORJP6j7EJ7jbPLSayE9c/OpDFCMM67/I6kzHcWQGuuSooI/pa4/1Zgqf2DXzlcKJRSyqDZEIG8KvmZCxHqqcH9wvGMm/N4/l1nR68Hh8vt3lQSq3FOzbaWmwoz5w19pzljD/eK80ycYUeoyFiIckzlwKZjVJC94zga20BK/lVu/HQW1tsFiPjN5sofCU4BnLeXxvwcKconMnrbVbp+q5bU0/K1Rl5mFTcU1p4fDx4WyBkNgZb2mJW8itcZPBdOksiddlTyOG1sdMJ469uRqBHTw28/pkBykAnVX7wWFBK1Xl3TG9tjqzLwdgpplP1279UojwrqC820xQatut/YYD3kLTyQMhuDBTcuBSxKz8+G/j44Ozs+CiMechXOgNZ8KcCfKiQl2nRwEmBRLDIR4fadPRzj2/fNNs2glCleJ0gLIhCPECYXxMID3x1r0Bdyfi87z2dIbzDOzYEMiju8Y3QqePaAIfybMkEh/FU4ed00W/SSu4ZW5Ig5hOyxwTohCfi0c2Bs7iqwgbWx4L22v/sD+6zKCHIoEuB0OrPszTSBwf2pF6LV5gf0NR24sBZKwEjMrixDwn0Y1SLFmZCHV8NPZ2xJSFn+lnhaNwHB/u0ubfLDyVODfAaot4zuFNgV5UeRwV2+oaRhQpXIc24jlhCsWqz8qJ+UTzPWAzGk1CA+dWKY+Pr56gmCoS1aFEG4UrcjKeP7yfYnteyMaJelA9xFw8hDwh4JuOdHszzGvzLy74aqE+JpLKhtS+igxBesz0NNja3EBZ2VwdjGQ9Hvj/AScodwkOdBBhk3TYs6MD0lVAYy+mjajZZ/ORAHcrAZUybwxvPD9AFz/1fK5SzkIMChbfQcaoQqr04cTA0w9anpm1ZlM9qK81IypfhuVVxTg+f4JRMksr/GeEFvIIBnYVvrihbvtyMaEP+X4mz5ym3wIrXtnG2i4f9FydKxLb0H2MFAAAAAElFTkSuQmCC" /></td> <td> <p style="font-size:1.4em;">Nations Unies</p> </td> <td> <p> <span style="font-size:2em;">E</span>/C.12/MAR/CO/4</p> </td> </tr> <tr> <td> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:2em;">Conseil conomique et social</p> </td> <td> <p>Distr. gnrale</p> <p>22 octobre 2015</p> <p>Original: franais </p> </td> </tr> </table> <div class="content"> <h3>Comit des droits conomiques, sociaux et culturels</h3> <h2 style="font-weight:bold;">Observations finales concernant le quatrime rapport priodique du Maroc *</h2> <p>1.Le Comit des droits conomiques, sociaux et culturels a examin le quatrime rapport priodique du Maroc sur l application du Pacte international relatif aux droits conomiques, sociaux et culturels (E/C.12/MAR/4) ses 64e et 65esances (voir E/C.12/2015/SR.64 et 65), les 30 septembre et 1eroctobre 2015, et a adopt, sa 75esance, le 8octobre 2015, les observations finales ci-aprs.</p> <h3>A.Introduction</h3> <p>2.Le Comit accueille avec satisfaction la soumission du quatrime rapport priodique du Maroc, les rponses crites de l tat partie la liste de points (E/C.12/MAR/Q/4/Add.1) et le dialogue constructif avec une large dlgation interministrielle de haut niveau. Le Comit se flicite galement des rponses fournies par la dlgation aux questions poses lors du dialogue.</p> <h3>B.Aspects positifs </h3> <p>3.Le Comit note avec intrt la ratification par l tat partie des instruments internationaux relatifs aux droits de l homme suivants:</p> <p>a)La Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forces, en mai 2013;</p> <p>b)La Convention relative aux droits des personnes handicapes et son protocole facultatif, en avril 2009;</p> <p>c)Le Protocole facultatif se rapportant la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dgradants, en novembre 2014.</p> <p>4.Le Comit accueille avec satisfaction l adoption de plusieurs mesures lgislatives, administratives et institutionnelles facilitant la jouissance des droits conomiques, sociaux et culturels par la population, notamment:</p> <p>a)L adoption d une nouvelle Constitution en 2011;</p> <p>b)L tablissement d un budget sensible la dimension genre en 2007;</p> <p>c)La mise sur pied de plusieurs institutions dont le Conseil conomique, social et environnemental, le Conseil national des droits de l homme, l Institution du Mdiateur, le Conseil suprieur de l ducation, de la formation et de la recherche scientifique, l Instance centrale de prvention de la corruption et la Dlgation interministrielle aux droits de l homme.</p> <h3>C.Principaux sujets de proccupation et recommandations</h3> <h3>Autodtermination et ressources naturelles</h3> <p>5.Tout en prenant note de l initiative marocaine pour l autonomie largie des populations, le Comit ritre sa proccupation relative l absence de solution ce jour concernant le droit l autodtermination du territoire non autonome du Sahara occidental. Le Comit demeure galement proccup par la situation prcaire, leur retour, des rfugis sahraouis dplacs suite au conflit du Sahara occidental, en particulier les femmes et les enfants. Il s inquite aussi que la participation des Sahraouis l utilisation et l exploitation des ressources naturelles n a pas toujours t respecte (art.1er et 25).</p> <p style="font-weight:bold;">6. Le Comit recommande l tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De redoubler d efforts , sous l  gide des Nations Unies , pour trouver une solution la question d u droit l autodtermination du Sahara occidental comme prescrit l  article premier du Pacte qu i reconna t le droit des peuples dterminer librement leur statut politique et assure r librement leur dveloppement conomique, social et culturel . Le Comit rappelle que les tats parties au Pacte sont tenus de faciliter la ralisation du droit des peuples disposer d eux-mmes dans les territoires non autonomes, et de respecter ce droit, conformment aux dispositions de la Charte des Nations Unies;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De prendre des mesures pour respecter les droits des rfugis s ahraouis leur retour . Il recommande galement l tat partie de garantir le respect du principe de consentement pralable, libre et en connaissance de cause des Sahraouis afin qu  il s puissent exercer leu r droit profiter et user pleinement et librement de leurs richesses et ressources naturelles , conformment l  article 25 du Pacte .</p> <h3>Mur de sable (<span style="font-style:italic;">b</span><span style="font-weight:bold;font-style:italic;">erm</span>)</h3> <p>7.Tout en notant le souci scuritaire voqu par l tat partie, le Comit est profondment proccup par le fait que le mur de sable, fortifi de mines antipersonnel, construit par l tat partie entre la partie du territoire du Sahara occidental contrle par le Maroc et le reste du territoire, empche les Sahraouis de jouir pleinement de leurs droits consacrs par le Pacte.</p> <p style="font-weight:bold;">8. Le Comit recommande l tat parti e de prendre les mesures adquates pour permettre aux Sahraouis d accder leurs terres et ressources naturelles et de se runir avec leurs familles . Il recommande l tat partie d  acclrer son programme de dminage du mur de sable. Le Comit demande l tat partie de fournir , dans son prochain rapport priodique, des informations dtailles sur la jouissance par les Sahraouis de tous les droits consacrs par le Pacte .</p> <h3>Application directe du Pacte </h3> <p>9.Le Comit regrette que l tat partie n ait pas donn d informations dtailles sur des cas dans lesquels les dispositions du Pacte ont t appliques par les tribunaux nationaux, bien que la Constitution de 2011 reconnaisse la primaut des instruments internationaux ratifis par le Maroc sur les lois internes (art.2, par.1).</p> <p style="font-weight:bold;">10. Le Comit recommande l tat partie de prendre les mesures ncessaires pour donner effet au Pacte dans l ordre juridique interne et d inclure , dans son prochain rapport priodique , des informations relatives aux dcisions judiciaires ou administratives prises dans ce sens. Il encourage l tat partie mener des campagnes de sensibilisation auprs des juges , des avocats et de la population en gnral sur les dispositions du Pacte et sur sa primaut sur les lois internes permettant son application directe. Le Comit attire l attention de l tat partie sur son o bservation gnrale n o 9 (1998) sur l application du Pacte au niveau national.</p> <h3>Corruption</h3> <p>11.Le Comit est proccup par l tendue de la corruption dans l tat partie, qui subsiste en dpit des mesures prises par celui-ci. Le Comit regrette l absence d information concernant la prise en compte ou non des commentaires des organisations de la socit civile sur le projet de loi no113.12 relative l instance nationale de la probit, de la prvention et de la lutte contre la corruption. Le Comit prend note de nombreux renseignements fournis sur la lutte contre la corruption, y compris concernant les personnes condamnes pour corruption, suite la dnonciation des citoyens grce la ligne verte tablie par le Gouvernement. Toutefois, le Comit regrette l absence d informations dtailles concernant la protection lgale des dnonciateurs, des tmoins et la compensation des victimes. Il regrette aussi l absence d information sur l inclusion ou non, dans les rapports annuels que doit prsenter cette instance devant le Parlement, de la description des cas de corruption ports sa connaissance (art.2, par.1).</p> <p style="font-weight:bold;">12. Le Comi t recommande l tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De redoubler d efforts pour lutter efficacement contre la corruption et garantir la transparence dans la conduite des affaires publiques , notamment en appliquant la loi n o 113.12 et en tenant compte des observations des organisations de la socit civile;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De veiller la protection des dnonciateurs et des tmoins en garantissant si ncessaire leur anonymat et en les protgeant contre toute forme de reprsailles ainsi que de fournir une compensation aux victimes;</p> <p style="font-weight:bold;">c) D  e ncourager l instance nationale de la probit, de la prvention et de la lutte contre la corruption faire figurer dans ses rapports annuels une description des cas de corruption traits par elle pour dissuader la commission de tels actes et renforcer l application effective de la loi;</p> <p style="font-weight:bold;">d) De mener des campagnes de sensibilisation auprs des responsables politiques, des magistrats, des parlementaires et des fonctionnaires sur la ncessit d  appliquer strictement la loi anticorruption et de tendre vers son limination complte.</p> <h3>Discrimination</h3> <p>13.Le Comit demeure proccup par:</p> <p>a)L absence d une lgislation antidiscrimination complte interdisant toute forme de discrimination dans la jouissance des droits noncs dans le Pacte;</p> <p>b)Les disparits entre les zones rurales et urbaines dans la jouissance des droits conomiques, sociaux, et culturels affectant de manire plus significative les individus et les groupes les plus marginaliss et les plus vulnrables;</p> <p>c)La discrimination de fait contre les Amazighs, en particulier concernant leur accs l ducation et l emploi (art.2).</p> <p style="font-weight:bold;">14. L e Comit recommande l tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D  adopt er et de m ettre en Suvre une loi antidiscrimination complte, qui devrait interdire de manire gnrale toute forme de discrimination, directe et indirecte , et qui autorise la mise en Suvre de mesures spciales temporaires en faveur des groupes dfavoriss ou marginaliss ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De prendre toutes les mesures ncessaires pour remdier aux disparits rgionales qui ne permettent pas toute la population de jouir sur un pied d galit des droits conomiques, sociaux et culturels;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De p rendre des mesures pour assurer aux Amazighs la pleine jouissance de leurs droits consacrs par le Pacte en adoptant si ncessaire des mesures spciales temporaires ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) D assurer que les femmes, les personnes handicapes, les demandeurs d asile, les rfugis, les migrants, les Sahraouis, les enfants ns hors mariage et les homosexuels puissent jouir des droits reconnus par le Pacte, en particulier l accs l emploi, aux services sociaux, aux soins de sant et l ducation .</p> <p style="font-weight:bold;"> cet gard, le Comit invite l tat partie se reporter son o bservation gnrale n o 20 (2009) sur la non-discrimination dans l exercice des droits conomiques, sociaux et culturels .</p> <h3>Discrimination fonde sur l orientation sexuelle </h3> <p>15.Le Comit est proccup par le fait que l tat partie criminalise les relations sexuelles consenties entre adultes de mme sexe (art.489 du Code pnal). Le Comit exprime son inquitude concernant la discrimination fonde sur l orientation sexuelle et l identit de genre et la stigmatisation et la violence envers ces personnes (art.2).</p> <p style="font-weight:bold;">16. Le Comit recommande l tat partie d abroger sans dlai l incrimination des relations sexuelles entre adultes de mme sexe, de combattre toute discrimination ou stigmatisation contre les lesbiennes, les gays, les bisexuels et les transgenres fonde sur leur orientation sexuelle et de punir les auteurs de violence motive par la haine envers ces personnes . Le Comit lui recommande enfin de veiller ce que ces personnes puissent exercer tous les droits consacrs par le Pacte.</p> <h3>galit des droits entre les hommes et les femmes</h3> <p>17.Le Comit demeure proccup de ce que les progrs pour l limination de la discrimination l gard des femmes sont trs lents. Il est aussi proccup par la persistance des strotypes sexistes qui empchent le plein exercice par les femmes de leurs droits conomiques, sociaux et culturels. Le Comit:</p> <p>a)Exprime son inquitude concernant les diffrents projets de lois en cours d examen qui contiennent des dispositions discriminatoires contre les femmes (art.3 et 10);</p> <p>b)Regrette que la polygamie soit toujours lgale et pratique mme si l tat partie affirme que cette pratique est en diminution (art.3);</p> <p>c)Note avec proccupation la persistance de la sgrgation, la fois horizontale et verticale, qui existe sur le march de l emploi et le trs faible taux de participation des femmes au march du travail. Il est galement proccup par le fait que les femmes occupent des emplois prcaires et moins pays (art.3 et 7).</p> <p style="font-weight:bold;">18. Tenant compte de son o bservation gnrale n o 16 (2005) sur le droit gal de l homme et de la femme au bnfice de tous les droits conomiques, sociaux et culturels, le Comit recomm ande l tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De combattre la discrimination contre les femmes travers notamment des campagnes de sensibilisation auprs de la population, en particulier des chefs religieux et traditionnels en vue de l limination de toute forme de discrimination fonde sur le sexe. Il lui recommande galement de prendre en considration les avis des parties prenantes en vue de l adoption des diffrentes lois pendantes, notamment la loi 7 9.14 relative l Autorit pour la p arit et la l utte contre toutes les formes de d iscrimination ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) D abolir la polygamie et de mener des campagnes de sensibilisation pour liminer les strotypes sexistes et promouvoir les droits des femmes;</p> <p style="font-weight:bold;">c) D  identifier les obstacles rencontrs par les femmes dans l emploi et la vie professionnelle et de prendre des mesures appropries , y compris des mesures cibles, pour la conciliation de la vie familiale avec le monde du travail, qui permettent d  augmenter le taux de participation des femmes . Il lui recommande de continuer Suvrer pour atteindre un pourcentage acceptable de postes bien rmunrs et responsabilit s occups par les femmes en adoptant des mesures tempo raires spciales le cas chant .</p> <h3>Droit au travail</h3> <p>19.Tout en prenant note des informations concernant les contentieux du travail rgls grce l intervention de l Inspection du travail et les affaires devant les juridictions administratives, le Comit trouve proccupante l information concernant la dure excessive pour rendre les jugements relatifs aux contentieux du travail et le manque d effet dissuasif des sanctions qui sont parfois drisoires ou ne sont pas excutes (art.2 et 7).</p> <p style="font-weight:bold;">20. Le Comit recommande l tat partie de prendre les mesures ncessaires pour garantir , en droit comme en pratique , des recours efficaces et accessibles pour la protection du droit du travail . Il l  encourage crer des tribunaux spcialiss en matire de contentieux du travail.</p> <h3>Chmage</h3> <p>21.Tout en notant les mesures prises par l tat partie visant faire baisser le taux de chmage, le Comit est proccup par le fait que le chmage continue d affecter de manire plus significative les jeunes et les femmes (art.3, 6 et 7).</p> <p style="font-weight:bold;">22. Le Comit recommande l tat partie de redoubler d efforts pour rduire sensiblement le taux de chmage en ciblant les femmes et les jeunes, y compris par des programmes de requalification et de formation professionnelle et technique, en plus des mesures incitatives pour les employeurs. cet gard, il invite l tat partie se reporter son o bservation gnrale n o 18 (2005) sur le droit au travail.</p> <h3>Personnes handicapes</h3> <p>23.Le Comit regrette que le projet de loi relatif la promotion et la protection des droits des personnes handicapes ne soit toujours pas adopt. Le Comit demeure galement proccup par le fait que, malgr que l tat partie ait dcid d tablir un quota de 7% des postes rservs aux personnes handicapes, la mise en Suvre de ce quota n est pas encore effective et l emploi de ces personnes ne s est pas amlior (art.6).</p> <p style="font-weight:bold;">24. Le Comit recommande l tat partie d acclrer l adoption de la loi susmentionne et de promouvoir son application. Il lui recommande galement de prendre toutes les mesures ncessaires pour permettre aux personnes handicapes de jouir pleinement de leurs droits conomiques, sociaux et culturels. Il encourage l tat partie appliquer le quota de 7 % et prendre toute autre mesure spciale pour faciliter l  accs des personnes handicapes l emploi, l ducation et aux soins de sant.</p> <h3>Salaire minimum</h3> <p>25.Le Comit est proccup par les disparits du salaire minimum entre les diffrents secteurs d activit conomique. Il exprime sa proccupation concernant le salaire minimum agricole qui reste bas et ne garantit pas un niveau de vie dcent. Il note avec proccupation que le niveau bas du salaire agricole affecte particulirement les femmes, qui sont surreprsentes dans ce secteur. Il juge aussi proccupant le fait que le salaire minimum ne s applique pas aux travailleurs domestiques (art.7).</p> <p style="font-weight:bold;">26. Le Comit recommande l tat partie de garantir que le salaire minimum national s applique tous les secteurs, publics et privs, y compris au sein de l conomie informelle. Il demande instamment l tat partie d amliorer le salaire minimum agricole afin qu il garantisse une existence dcente aux travailleurs et aux membres de leur famille . Le Comit recommande l tat partie de faire respecter le principe lgal de salaire minimum, qui soit rgulirement rexamin et fix un montant suffisant pour permettre tous les travailleurs et travailleuses et aux membres de leur famille d  avoir un niveau de vie dcent.</p> <h3>conomie informelle</h3> <p>27.Le Comit est proccup par le pourcentage lev des travailleurs employs dans l conomie informelle en dpit des mesures adoptes par l tat partie pour favoriser l enregistrement des entreprises. De mme, le Comit s inquite que les travailleurs de ce secteur et les travailleurs indpendants ne jouissent pas de conditions de travail justes et favorables et ne soient pas affilis la scurit sociale. Par ailleurs, le Comit s inquite du nombre limit des inspecteurs du travail, ce qui affecte plus particulirement les travailleurs dans les zones loignes ou rurales (art.7 et 9).</p> <p style="font-weight:bold;">28. L e Comit recommande l tat partie de renforcer ses efforts pour rguler l conomie informelle et le travail indpendant , notamment en intgrant ces travailleurs dans les rgimes de scurit sociale et en amliorant progressivement leurs conditions de travail. Il recommande galement l tat partie d tendre de faon systmatique les services de l inspection du travail au secteur informel et aux zones rurales, et de s attaquer plus fermement aux obstacles la cration d emplois dans l conomie formelle. cet gard, il encourage l tat partie s inspir er de la r ecommandation de 2015 de l Organisation i nternationale du Travail sur la transition de l conomie informelle vers l conomie formelle ( n o 204 ) .</p> <h3>Travailleurs domestiques</h3> <p>29.Le Comit exprime sa proccupation concernant le projet de loi fixant les conditions de travail et d emploi des employs de maison, qui permet le travail des enfants gs d au moins 16ans et qui aurait un impact ngatif sur leur droit l ducation. Le Comit est aussi proccup par l absence de mesures strictes permettant de protger pleinement les droits des domestiques (art.7 et 13).</p> <p style="font-weight:bold;">30. Le Comit recommande l tat partie d adopter le projet de loi fixant les conditions de travail et d emploi des employs de maison. Il lui recommande de s  assurer que cette loi tablisse l ge minimum 18 ans et garantisse que les travailleurs domestiques jouissent de conditions de travail juste s et favorables comme d autres travailleurs. Il recommande en outre l tat partie de mettre sur pied un mcanisme d inspection pour contrler les conditions de travail des employs de maison.</p> <h3>Harclement sexuel</h3> <p>31.Tout en notant la dclaration de l tat partie indiquant qu un projet de loi sur le harclement sexuel largira le champ d application de cette infraction, le Comit regrette que le harclement sexuel soit rpandu et s inquite que les femmes aient des moyens limits pour obtenir justice et rparation par crainte des reprsailles ou du discrdit social (art.7 et 10).</p> <p style="font-weight:bold;">32. Le Comit recommande l tat partie d acclrer l adoption du projet de loi sur le harclement sexuel, en particulier sur le lieu de travail , mais aussi le harclement sexuel sous toutes ses formes et en tout lieu , incluant des peines la mesure de la gravit de cette infraction. Le Comit recommande galement l tat partie de prendre des mesures pour que les victimes puissent dposer plainte sans craindre des reprsailles et aient accs aux voies de recours et une rparation adquate.</p> <h3>Droits syndicaux</h3> <p>33.Le Comit raffirme sa proccupation concernant les restrictions au droit de grve, en particulier le maintien des dispositions dissuasives de l article288 du Code pnal et les obstacles administratifs pour la constitution des syndicats. Il regrette enfin l assertion de l tat partie selon laquelle la garantie du droit de grve est conditionne l adoption d une loi organique (art.8).</p> <p style="font-weight:bold;">34. Le Comit ritre sa recommandation l tat partie de rviser l article 288 du Code pnal , conform ment l article 8 du Pacte , et de faciliter la constitution des syndicats . Le Comit lui recommande d adopter les lois relatives l exercice du droit de grve et aux syndicats professionnels. En attendant la promulgation de ces lois, le Comit invite l tat partie faciliter la constitution des syndicats sur la base de l article 8 du Pacte.</p> <h3>Scurit sociale</h3> <p>35.Le Comit reste proccup par le fait que, en dpit des nombreuses mesures prises par l tat partie, une grande partie de la population active n est pas couverte par la scurit sociale, notamment les travailleurs dans l conomie informelle et dans certaines entreprises prives (art.9).</p> <p style="font-weight:bold;">36. Le Comit recommande l tat partie de continuer le dploiement du systme de scurit sociale afin de parvenir une couverture largie de la population. Le Comit demande instamment l tat partie de faire respecter l obligation d affiliation la scurit sociale par les entreprises prives, surtout en milieu rural, et d amliorer la couverture sociale des salaris du secteur agricole tout en s assurant que ces mesures se basent sur des institutions solides et des procdures accessibles tous. Le Comit renvoie l tat partie son o bservation gnrale n o 19 (2007) sur le droit la scurit sociale et sa Dclaration sur les socles de protection sociale (2015).</p> <h3>Violence envers les femmes</h3> <p>37.Le Comit est proccup par la persistance de la violence l gard des femmes et le soutien limit offert aux victimes de violence, par le retard enregistr dans l adoption du projet de loi sur les violences faites aux femmes et par le maintien de la criminalisation des relations illicites, qui dissuade les femmes de porter plainte pour viol. Le Comit est en outre proccup par le fait que certaines formes de violence au foyer, y compris le viol conjugal, ne sont pas expressment incrimines dans la lgislation nationale (art.10).</p> <p style="font-weight:bold;">38. Le Comit recommande l tat partie d adopter une lgislation globale sur les violences faites aux femmes conformment aux normes internationales en la matire et de veiller son application en vue d liminer toutes les formes de violence l gard des femmes, y compris le viol conjugal. Le Comit lui recommande d abolir la criminalisation de s relations sexuelles illicites. En fin , le Comit recommande l tat partie de prendre des mesures pour enquter et poursuivre les auteurs et permettre aux victimes de la violence au foyer d accder des moyens de recours utiles et une protection immdiate, y compris par la mise en place de foyers d accueil en nombre suffisant.</p> <h3>Mariages d enfants et forcs</h3> <p>39.Le Comit exprime sa proccupation concernant l autorisation lgale de clbrer dans certains cas des mariages avant l ge lgal de 18ans, qui a augment le nombre des mariages d enfants et forcs dans le pays. Le Comit s inquite par ailleurs qu un projet de loi en examen au niveau du Parlement fixe l ge minimum pour le mariage 16 ans (art.10 et 13).</p> <p style="font-weight:bold;">40. Le Comit invite l tat partie amender le projet de loi pour fixer l  ge minimum de mariage 18 ans, d  abroger l article 20 du Code de la famille , qui permet au juge d  autoriser un mariage avant l ge lgal de 18 ans , et de v eiller ce que le mariage soit contract avec le libre consentement des futurs poux.</p> <h3>Pauvret</h3> <p>41.Tout en reconnaissant les progrs accomplis dans la rduction de la pauvret, le Comit demeure proccup par le fait qu elle continue d affecter spcialementles femmes, les enfants, les Amazighs, les Sahraouis, les personnes ges, les personnes handicapeset les personnes vivantdans leszones rurales. Il est galement proccup parl absence d unerpartition adquateet d une distributionquitable des ressources (art.11).</p> <p style="font-weight:bold;">42. Le Comit recommande l  tat partie d  intensifier s es efforts pour rduire la pauvret, notamment en utilisant une stratgie de rduction de la pauvret fonde sur les droits de l homme qui cible spcifiquement les besoins des individus et des groupes dfavoriss et marginaliss , en allouant des ressources financires suffisantes ou autres ressources pour sa mise en Suvre et en veillant ce que ces ressources so ie nt quitablement rparti e s entre tous ceux touchs par la pauvret . ce sujet , le Comit renvoie l  tat partie sa D claration sur la pauvret et le Pacte international relatif aux droits conomiques, sociaux et culturels (2001) .</p> <h3>Expulsions forces et droit au logement</h3> <p>43.Tout en saluant les efforts et les progrs raliss par l tat partie dans le domaine du logement, le Comit demeure proccup par:</p> <p>a)Les programmes de logement qui semblent ne pas couvrir de manire quitable les diffrentes rgions;</p> <p>b)Le manque de logements adquats et abordables pour une partie de la population, en particulier dans les zones rurales, et le nombre lev de personnes vivant dans les bidonvilles qui sont vulnrables aux expulsions forces;</p> <p>c)Les cas des sans-abri, y compris des enfants, ainsi que les cas d expulsions forces lis aux projets de dveloppement qui affectent entre autres les Amazighs (art.11).</p> <p style="font-weight:bold;">44. Le Comit recommande l  tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De p rendre des mesures concrtes pour veiller ce que l es ressources alloues aux programmes de logement soient uniformment et quitablement rparties entre les diffrentes rgions et entre les zones rurales urbaines;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De r enforcer ses activits d amlioration des conditions de vie pour offrir un logement abordable la population, notamment ceux qui vivent dans les zones rurales ainsi que dans les bidonvilles urbains et rura ux . Il lui recommande galement de veiller ce que les projets de relogement comportent galement un volet d  appui aux personnes les plus dmunies ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De r soudre la question des sans-abri en leur offrant un logement et de s  assurer que les victimes d expulsions forces bnficient d un relogement ou d une indemnisation adquate.</p> <p> <span style="font-weight:bold;"> cet gard, le Comit renvoie l tat partie son observation gnrale n o 7 (1997) sur le droit un logement suffisant : expulsions forces et son o bservation gnrale n o 4 (1991) sur le droit un logement suffisant</span>.</p> <h3>Mortalit maternelle et sant sexuelle et procrative</h3> <p>45.Le Comit reste proccup par le taux lev de la mortalit maternelle, surtout en milieu rural, malgr les progrs trs importants accomplis par l tat partie. Le Comit est particulirement inquiet de savoir que 55% des femmes rurales bnficieraient d une assistance qualifie lors des accouchements contre 92% des femmes urbaines. Le Comit s inquite aussi que la criminalisation totale de l avortement pousse plusieurs femmes recourir clandestinement des avortements, mettant ainsi en danger leur sant et leur vie (art.12).</p> <p style="font-weight:bold;">46. Le Comit recommande l tat partie de fournir tous des installations, des services , des biens et des information s de qualit pour la sant sexuelle et procrative, en particulier dans les zones rurales , en formant et en augmentant le nombre d  auxiliaires de sant et en sensibilisant les femmes et les hommes aux besoins de sant sexuelle et procrative. Le Comit lui recommande galement d  abroger sa lgislation concernant l interdiction totale de l avortement afin d  adopter une lgislation compatible avec les droits de la femme et de pren dre des mesures pour prvenir les avortements dangereux .</p> <h3>ducation</h3> <p>47.Le Comit prend note des progrs significatifs dans l accs l ducation mais demeure proccup par l abandon et l chec scolaires, ainsi que par l insuffisance de la qualit de l enseignement public. Le Comit s inquite de l ampleur de la privatisation de l ducation, qui peut conduire une forme de sgrgation avec une ducation de qualit rserve seulement ceux qui peuvent payer une scolarisation prive d lite. Le Comit exprime galement sa proccupation concernant l accs limit l enseignement prscolaire, l cart entre la scolarisation des filles et des garons, et les difficults pour les Sahraouis d accder l ducation, surtout universitaire (art.13 et 14).</p> <p style="font-weight:bold;">48. Le Comit recommande l tat partie de prendre des mesures urgentes pour s attaquer aux problmes de la qualit de l enseignement public, de l abandon scolaire et de l chec scolaire. Il lui recommande de dvelopper un systme et un programme ducatif adapts en mettant l accent sur l  enseignement prscolaire, l  enseignement ou l  alphabtisation en langue maternelle, la formation professionnelle et l  encadrement des enfants ayant abandonn l cole. Le Comit demande instamment l  tat partie de prendre des mesures additionnelles pour amliorer la scolarisation des filles en zones rurales et pour viter que l importance croissante de l enseignement priv ne se traduise par une ingalit croissante dans l accs un enseignement de qualit . Le Comit recommande galement l tat partie de prendre en considration les besoins spcifiques des Sahraouis en vue de leur offrir une ducation qui puisse leur permettre de jouer un rle utile dans une socit libre et de favoriser la comprhension, la tolrance et l  amiti entre les nations et les groupes ethniques .</p> <h3>Droits culturels</h3> <p>49.Le Comit note que la langue amazighe a t reconnue constitutionnellement comme langue officielle, mais regrette que le projet de loi organique pour la mise en Suvre de cette reconnaissance n ait pas t adopt ce jour et que la langue amazighe ne soit pas enseigne tous les niveaux de l ducation. Le Comit demeure proccup par les difficults pratiques rencontres dans certains cas par les Amazighs pour enregistrer des prnoms amazighs et par le fait que les missions en langue amazighe ont une place trs limite dans la tlvision publique, malgr les efforts de l tat partie. Le Comit exprime aussi sa proccupation du fait que la langue et la culture saharo-hassanies ne sont pas suffisamment promues. Enfin, il note que des efforts restent fournir concernant l accs la culture et la science pour tous (art.15).</p> <p style="font-weight:bold;">50. Le Comit recommande l tat partie d adopter , le plus rapidement possible , le projet de loi organique sur la langue a mazigh e comme une des langues officielles de l tat et de redoubler ses efforts pour offrir l  enseignement primaire, secondaire et universitaire en a mazigh , augmenter la prsence de cette langue dans la tlvision et rgler dfinitivement la question des prnoms a mazigh s . Le Comit recommande aussi l tat partie de prendre des mesures pour garantir aux Amazigh s et aux Sahraouis la jouissance pleine et sans restriction de leur droit de participer la vie culturelle. Il lui recommande aussi de prendre des mesures additionnelles pour protger la diversit culturelle et permettre aux Amazighs et aux Sahraouis de prserver, de promouvoir, d exprimer et de diffuser leur identit, leur histoire, leur culture, leur langue, leurs traditions et leurs coutumes. Enfin, le Comit encourage l  tat partie continuer faciliter l  accs la culture et la science pour tous, y compris l accs Internet , en particulier pour les personnes handicapes et les personnes les plus dmunies de sa population. cet gard, le Comit invite l tat partie se reporter son o bservation gnrale n o 21 (2009) sur le droit de chacun de participer la vie culturelle .</p> <h3>D.Autres recommandations</h3> <p style="font-weight:bold;">51. Le Comit accueille avec satisfaction la dclaration par laquelle la dlgation a indiqu que l tat partie tudiait la possibilit de ratifier le Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits conomiques , sociaux et culturels. Il l encourage le ratifier le plus tt possible .</p> <p style="font-weight:bold;">52. Le Comit recommande l tat partie d  encourager une collecte systmatique de donnes et d laborer et d utiliser des statistiques sur les indicateurs des droits de l homme, dont les droits conomiques, sociaux et culturels, fondes sur de telles donnes . cet gard, le Comit renvoie l tat partie au cadre conceptuel et mthodologique concernant les indicateurs des droits de l homme labor par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l homme ( HRI/MC/2008/3 ). Le Comit demande l tat partie de faire figurer dans son prochain rapport priodique des donnes statistiques annuelles comparatives sur l exercice de chaque droit nonc dans le Pacte, ventiles par ge, sexe, population rurale/urbaine et autres critres pertinents, en prtant une attention particulire la situation des groupes dfavoriss.</p> <p style="font-weight:bold;">53. Le Comit demande l tat partie de diffuser largement les prsentes observations finales dans tous les secteurs de la socit, en particulier auprs des agents de l tat, des autorits judiciaires, des parlementaires, des avocats et des organisations de la socit civile, et de l informer, dans son prochain rapport priodique, des mesures qu il aura prises pour les mettre en Suvre. Il encourage aussi l tat partie associer les organisations de la socit civile aux discussions men es au niveau national avant la prsentation de son prochain rapport priodique.</p> <p style="font-weight:bold;">54. Le Comit demande l tat partie de prsenter son cinquime rapport priodique, conformment aux directives adoptes par le Comit en 2008 (E/C.12/2008/2), d ici au 31 octobre 2020.</p> </div> </body> </html>