<?xml version="1.0" encoding="utf-16"?> <html> <head> <link rel="stylesheet" type="text/css" href="data:text/css;base64,77u/Ym9keSB7IA0KCWZvbnQtZmFtaWx5OnNlcmlmOyANCgltYXJnaW46MCBhdXRvOyANCgl3aWR0aDo5NjBweDsgDQp9DQp0YWJsZSB7IA0KCXdpZHRoOjEwMCU7IA0KCWJvcmRlci1ib3R0b206MnB4IHNvbGlkICMwMDA7IA0KfQ0KdGFibGUgdHI6Zmlyc3QtY2hpbGQgdGQgeyANCglib3JkZXItYm90dG9tOjFweCBzb2xpZCAjMDAwOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHsgDQoJd2lkdGg6ODAwcHg7IA0KCW1hcmdpbjoyMHB4IGF1dG8gMCBhdXRvOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHRhYmxlLCBkaXYuY29udGVudCB0YWJsZSB0ZCB7DQoJYm9yZGVyOm5vbmU7DQp9" /> </head> <body> <table> <tr> <td> <img src="data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAFAAAABECAYAAAAWVrIgAAAAAXNSR0IArs4c6QAAAARnQU1BAACxjwv8YQUAAAAJcEhZcwAADsMAAA7DAcdvqGQAAAAHdElNRQfYCwYIDwTu5NNBAAAAGXRFWHRTb2Z0d2FyZQBQYWludC5ORVQgdjMuNS44NzuAXQAAFmFJREFUeF7l2gvYZlVVB/DpZlkhHyF5IWTUborCKKghioOaF0hQENIQGEExTYOwLCnlIzLxBqOWJiCMaCBeYkTBCyajCZkmjFl2MWFSszSNz/BWVvb/ve3Fs+dw3ssgND21nuf/vOfss8/ea6+91n+tfb5v1artL7tFhScELwneEfx58E/B14N/D74RfDH4i+Cy4KXBkcHq4Du2v/rbR4OfzLSnBR8Prg/eGZwa/Gxwv4BRl4KTgpODHwn2Dh4fPD+4pBn1L/P7wmDP7bOMW3bWnecM9515/phgU/CF4HeDA4LvmfHeM/LsxCnPvyvtDwxeFvx98MfBEcF3z9Hjznn+8AX63bLWmTKaxf9c8ObgJ2bM+NA8+0jwiWBd8P0LavcL6feLC/S9TfocHvxJINQPnfPOU/L8umA5+OEFxr/Fu/Cmo5oS/5Lf+06ZYZe0Xxh8Jjgm4DXbIs9c0IA1Jk48OLBR7wnuPmMy3v2tgP7PuRm6bcs6tuq7Y+5wkMkBb42JMBFarwq8s4jwzOI63rcxeFvwy8Grgz8IhOA84ZG4UzI6LhhLNtre2q3jLbn23q0mQpQhhEkZz6KGQrFnB58PcN4s0Zf3/lbw4UBC+WjwpuAVAS+6KrgguKg90wcdvCBg7FmZWHIR0ucG3zeiyO3TJjpqPa/N9X2CE4PbztF94cd3aMrvn9/f6yYTJj8wGMVi1gey44/NmOF78wwPbQ7+OmDA/UaUHgthhpA8vPNXbYyn5teYY3K7NG4Mrgh2Gumwb9qUTGVE/Pnk4M+Cu85Yw0KPlA9/G9htSv9Hm+hf82v3e2G83wk+FuC+MdFH0rk2eHuwNpjlQfM4UOaXzen16eBJAX4eCu49O/jT4IcGD9GGOrTWZkMlxysDieaOU9Yyt9nAwkkhywvfGNglE+GV+7eJaqBTcqEI5plD4+pzl0BIogCbsYjMMyAdvtr0Kg+6PPe7Dwa3Fu0fCFDCD3bPH5lrRpVUyoiHtDUa89LgZhXsClYDvC9ArrLVNwPhshT8fqeE+guXKIDvFTBin5kflXsJZZFsR1lhp9h2OnHycK1tbCGPTntvRHr+Q6CdoBnGUw7xTnpLRuWpjP3u1s/anH5wsA0vgzLywkJJk/5jwIDLgYIXeR8YqJsUrbIc+dHAUav3qt6IT8sz4YVrpgkPsQmvC1CGufDolgbX2j7V+ujb15J0LA/8z1xf3OZkNMY7oZtYcuj19+i9gSR2t4D3cQZhLJyNK0PfOxijh27o/758WOA4VQod1BS4Z34lEsb4UsDtDfjBoIzZD2ZCijAIxcbEZrwokLEd544Pfjyo0wQDCGOizTN99PXOiwNjMOZPBecF9OZF64N/CxT5Q+FdHKQ29UG55m1fDo4NOIC5zmrjfSG/eJ2HzhSZ86TAYZ0idpOCOwTOqkJY29FtFN6lpBg7jqkPkfAwnL3K8IxjEcqV1VO06g047OKdl7cxeJhEsVe7r83/ZO7Vgjx2KJIZ3Sp7O1PXe0LYmp/YteFNdDYzMytacQeFDKaGEs6ItAZf3zTZMb+4Ziw0LcQzXqgWo6j6ithJyWRTMOv4p+8sA7bhJp5iLGMae48AD5a+N+R6pelS7/hFVZcFv9YabaoNqfeEtLGLBznS+Q39ODdeW7TOMptC2EDCi1Fr0NfkunjgebnGDUPBMbKx0qCEIRnxcQFeURbNO9ZJGhKZeVzPEkkKtfxNcEXA8L7cqBMrktR1w2JacuKhVXYx6i8FQt97NgVfukZZDFxVyU30Wd86SgZPD4TqOa2NYX8jqJoI5+CgNSOr+s20KXmGwrMpcvrIM00Mqs+GAG9KGIwC7sEziWzM+ChDyNJL/Ups5iWBLM0YyyNzO338dtduMyRN49BX2eVXqJc9lHE3EbunoyzEez4XSBYI1KBCsc69KnWZayjI2cR3HjywEEUsvuOJawbPD869b4O8/bDAbpM+hLV5po++9CxBM/TB30olvFzeZuH67hrQTanVCxrhhVUbOm09JLCWq4OVwMGB2AQ2Ui1sJV7mcR46xMvE7u0+N2e8zwb1deP9ue5DtAZzNuaBQ1mfhgsCIYIqGNEvT6bMB9r98L1pHEgf73hX+DHes9rLKEbmPXNED8e/V42043hHS/LYAG+q/VCHteJUggbYiDNsJWq54jmFKxe2K4z34OCfA6cSBrCTK0FfhxnMQrzjeNULTlXO7NQ1lhE/lDbZb9pH0FlJRFLyvsXyuhLzbwhEzz4DXXw8oKPfXni2DSE8VvTxunXBUmDthBOxk9+t5B7tgYd2T0j9TMCVKaj959sb6qSNwwFyf2Jw7kg77/BOL7xEu8U8KZA5x+SENIoIwvt3b9c+lUlIPNnC/S2lkpsuOBwPK6KHcl4ajNsLirk+4BzEhlgz7pdUHE2XWh/taG0rwQPlgRTiTYrJldaO0Kteen2uq7jtB5GtHjoYlwcg/2Gd6PseirCTilc7LjvjVnKbQDJ7Q7AhUOgic8lhKUAHEsY1wdmBRKFiKO4VQX8XWOjwXI6ermrz9D8X52Zda8CffQY/KveipMqja3N9YwT6UMDtq94R3wZQAzKqhcqOJRY6DA0Gp6yF94ITq86qdotE5uXZtXF+LRqXCXkGc24tvRTdeE1JVIvzzteDX2+62qwKT9Hj69CQ8+g4Fsbm3dApr74VxuZgOJtns91fEXA61Deptrm/2s3DTUHVge7VfriPcPWvBbJeL4fmRnbsxY7xrNVdo/eM/6uBo1dvvLpWcghRvCRRlQHH+lZb38fR0qbdN0BDPmIMyx4eiwJ64RQooUQCMU7NIQExvHtHSAacUIEQ4HFCwEOuzMtc+1U+rGmj3jO/3HcoBlcn9sJTvF9CIRzJo2VRYTbNKHZe4lL9y7TmnGXA/hlj8hg0sTnAbeioF8X5aYM2lYjNq/LHUY+3Oq0Yn9dXqce71waTL1K+dDiy7BVYnBf8qsYfEAjf4rafzvUfDSZ2K/HwmF7W5eabgbAjkgFOc0TiEbVhY4bZnOeHdIOpBBY1YPWTRCQAnH3MQDenFOfdoWxJg8qDPCPQzybyYvagF3vR39hoZtVXAhlWmErXxS9Vnf9h2ngMOSKoUMVldoIgZcYuMYF+FmNXDwoeERwXbAoOD6qmqgXjL7wrsezXjeWSbjyiOGkRY9qAHQLeNqxN0cdYIrky7ZIMEf5CWgI0ljnx7XPb83fnVyKbfPpRLBLZVUdkju+ODHjRUnt+dH4vChCqJCBUfiX4YsCLSxhruEil0qlBhTpFi5T1VfPhPJ4xNKBxhWEV+/MMuCV9q6w5PtdOF73gr57v6hlutLnElynzoALCYO613ylgF9XJxBAUoyB3ZVCTLgW+qHDfSiLSOaNJDrWIWpRxZGI8gXf6RdapBq/JpvoAbxManiuDTg9ODIaZW7az4HmGq+fG5B3mMJ+N4uHVdl2bt/TQDtbASQjPWwmsd/dgbVD8X1n/Gh2LGM9pLzrvyZa+mFDoitbuB8+9PZA0xhZjV9BA1Ut9H2H8/KAK4xqWZwodWVHZYROKMrqpJ3UoLjP2IplZNKESRfWwlMFz6GIovJ+TlIhMa8CnxrLB9FBmaeexE4O4UZ5wTYlix6DC6yXdgGtzzVNeGQjdRUPK+HjH7p5xE7VXrTolbRaJd8bCt15REUhEQw8f20yex4jLgfF7UaSPJUMnGomjRB4wtnWqKlYHTk41HyebDF4NrmvXqs2iSoSSsKvCWn+KLhJavuTY+Q8NFuP2Lm2cOkkMu6AWtSEPXGTTeKgSSi3IeySgXtS+F4zoIbH0pylz1to4DXFSq7aJHdZ2DWIc3xVh4hKZrAQvyKqrWwNj25H+ZDDNmI9t7ygDcMpQ7LYiuJ+v+sjexhUti4TvK9KviuctuUb8vagB0clQhGafDEWi9Zrbhtyxm38l15PjnMKxKmwd1wS+ZLjeFOwWKChLNudiGGbLrf8sT1TLEacQXNLL3XPjJMQrJIsDAyeZPVqn5+R3kbA1v/Kozt7elyn7Dw2G5CDm6IWx0Fit1aFBxFU55tmxQa3xrFyLjEknn5Tqwcm5rl2m+JrBZI52UjtPLcWcMiSQWQZ8atN2Kb88XdiSMt7+7V6yEeYqgPc1KJMqU87zwJ7vJLuew03BazgIg/XCKRi/RO2I98po38j1eYE1qlQkP5QyObwbDLd5+NaglFTaSCp9FsNl7woYD8eUvLcNPM2Il3V9hb0CXT3G88p4XZdJQjszkJkZ0/hOB7M26eo89zGEMJQSrA9J7Qe3sfq5XEuKvKrEKcNm7hLU0bKK/+XW6XK/yg7hgjB5kVj/fHBdwEgM3O/MzrmXoXkdNy8pnpq2QF7eiyOWU9BDBu11u5QLm6nAlsh4vSxZ46spPx0o+rXx0iuCyaIiask3j4ytja5DUb4p5IkwZrQqopUzNkeb8dlLsuF0E46ojs/ONe9TG25ogznMM2x9D9T8zmDivp0gf4uSeMaMyONKKmx5siw5ljjUY+cHDI+zhtkXp24emc+xVGTgrKH3oQ3OMZxvp7SpLzkHEZ7WMPlYEHGS8dxm8UjvsxG9Jv8nIr73DfDahvbycnu5TgBKkBJhLJ0PRSaVKYXl0Ig2hsf2nCdTmkdmfkybvx9TxV/nX7xj8WXIlVzLpuZUSnEEBl8KeMzLR/RTigwjQTf8fGnX/1FNf+sgeJSN1LJ0FhnWJ+xvJEnKsbysLP4pz+sorvMjuwm4OPfde6CkQhdfaT8y+Eh7t4ypeB3jvPuknTdubkqtye+LAsmEJ704wMNCVAISAeY4PpCdNwTKjfVBVRS4jig9JAQOwNDlZe3xxGk+HBxWDfl9ckBn0cRgyiJUpu+ru2e7e0cCWWmNjCIrg4P/XVu7wQzaiwxtJ4ai+pc98Sd3x6m9NypV6mw9fJeHqs+EO07jtTzQ7vuVYW0yysF/0/gWt05qtMgj2lh0YoSh4OAtAV4jnINn1dh3yDVnYEheXe0V3pOXpPt6IM7v1lBc4BlSxim1eDwgy/WfsYxlok0BPiV2SRK6IUAXdtXkPmAOxdgyv3f72tT8IoG3Mey80whPr3qO93lfWNNtKDarzufoZZ9AnVr28OWJXr3xeDvnulF8PKiPCl7EJ45Vu3YDnZlrntnvIu4QZkPFdksbb5aphnWeMc8OnF4OGKxG+zzjTPO6YTtDK3Qd43ygqLqzn1KZYq23DRTfqIEn0qM2DaUNyyf3N5E1aakPCF7GCwxbbRe2N3zFqPpPmDo/njgyntruc4H+Y3WepOETk6Qjo9owfLeogeb1E/JKIDoI06FYm+L80PZgOb8MSC5peogca/UhteZ7ba5HKYjLPyyos58XzgjqKCMECEMauEIEOQu3PQca8jz8ZwH3HzyrW7ur7GBkmXjIl/OMNOt5hZwQHhOJ4eL2YK/8KtUkK6LmM7bs21cUb8o9bt0qfGtwhuDmDwxkq3Jhg7rGjcQXZffFcdokGCEpCxMcamI7f2AgMx9eE4382lHcI0k4cZgfVwpn4E1fCj7T5l7EsOq2YwOb7TTVy+Nyg78lCOKUZMynBEIY1/I6Rbd2OjC4Z7x6p8F4k1s8JvZ1Qvy++3n5uoBnWNCOAUNoxzHuSxy5ELJMOixV7DCOVYqMJY8xffQ7uUG4kccHyq15BlxJH3MSa2HEh7d77SKmwvreuZbtjanNlxvX1ixxORzIwsRG8MKp4kuJYhShCtHlwO5zb4Piqj3atfvKXgb0ThXlSoehMLYNsiFPDPDnPLHb0Au9qpCdZsg6WdV7IosRjwuUP35LzmzrYUQ1Iy8srzMPbiY4WyWx3yyl7bowUTNV1lLkfrQN+tL84i0DmUTB3YtnksI7gvKa4XwPSsMHAwsSYtP6eW/MgCLFJkwz3uvzrGq6fm7eIxR74xoLRxuLYVGJRIJCeLt7NnlZwBvVsHPFwd1uyL6K5Urxiku8sRTgqdolfFfcZ3CnlzcEsrhyZkwoJmFdHAgnivlCszroS6KhAT1D4HRZCfqSBwejl7EMyWsY6oSmjD64XsjWRpyXa1+HhKjyR0StC6pg35Lr24+uZqTxBd3APNLEsg9+4EFP654Le7WWHSsRns8LGFwSmSWUFVIXBRIVg/okxYuvCWRE19o82xK8MeC9NkgZIon1HztqPoayCfj6sNbIIV4XMOArgzLg2lzjS4bDeaqCesaZROLCwgDndAMYSCbl/gwp7Mr1P9YmVYooGXoPQNx20Fg7LzC7d3nz3sGjAzUXuFaPeTZag42MzVOFI/3wNvG+U4qsi0trDZe3cQ/Jb1+2WLckMpP3pq2LEdVBw5MBL+FtdrTKDHWexGDCcwO7WCLlvybAKzwZTy4qYxw4713JykYqexxRaz4JgjHpLHR5Ln2vb/eXtvueW2XiMv68eac+f0JTZkjaDFXFqpBC3LV7b8n1MKR4FY9ACcJe6M6TbTGgcD4tcGxTvzm3l8ikn2gGujK/vFiZpjTz1cc7/fokDF9dbjdPwUWeC9ldA9mtypmaDC8JB0mHFx7cKWJHvTsU/XxMsPOSiORRBe2w7zwD0gt/2piVQLir63rxMUCCqaS3NtdHBDxRtdEf06xPKYYubMjCSWNknTc2yXySBt7DK77KKJgRK6VMasd43w6BZFAG1m9a4Uw5HyNswEp7H7nL/LLp/gEKeWGAwNcGouG5gSwvvGzCJYEkshQMhRE+2enDq5Rn5XE+k20ORJP6j7EJ7jbPLSayE9c/OpDFCMM67/I6kzHcWQGuuSooI/pa4/1Zgqf2DXzlcKJRSyqDZEIG8KvmZCxHqqcH9wvGMm/N4/l1nR68Hh8vt3lQSq3FOzbaWmwoz5w19pzljD/eK80ycYUeoyFiIckzlwKZjVJC94zga20BK/lVu/HQW1tsFiPjN5sofCU4BnLeXxvwcKconMnrbVbp+q5bU0/K1Rl5mFTcU1p4fDx4WyBkNgZb2mJW8itcZPBdOksiddlTyOG1sdMJ469uRqBHTw28/pkBykAnVX7wWFBK1Xl3TG9tjqzLwdgpplP1279UojwrqC820xQatut/YYD3kLTyQMhuDBTcuBSxKz8+G/j44Ozs+CiMechXOgNZ8KcCfKiQl2nRwEmBRLDIR4fadPRzj2/fNNs2glCleJ0gLIhCPECYXxMID3x1r0Bdyfi87z2dIbzDOzYEMiju8Y3QqePaAIfybMkEh/FU4ed00W/SSu4ZW5Ig5hOyxwTohCfi0c2Bs7iqwgbWx4L22v/sD+6zKCHIoEuB0OrPszTSBwf2pF6LV5gf0NR24sBZKwEjMrixDwn0Y1SLFmZCHV8NPZ2xJSFn+lnhaNwHB/u0ubfLDyVODfAaot4zuFNgV5UeRwV2+oaRhQpXIc24jlhCsWqz8qJ+UTzPWAzGk1CA+dWKY+Pr56gmCoS1aFEG4UrcjKeP7yfYnteyMaJelA9xFw8hDwh4JuOdHszzGvzLy74aqE+JpLKhtS+igxBesz0NNja3EBZ2VwdjGQ9Hvj/AScodwkOdBBhk3TYs6MD0lVAYy+mjajZZ/ORAHcrAZUybwxvPD9AFz/1fK5SzkIMChbfQcaoQqr04cTA0w9anpm1ZlM9qK81IypfhuVVxTg+f4JRMksr/GeEFvIIBnYVvrihbvtyMaEP+X4mz5ym3wIrXtnG2i4f9FydKxLb0H2MFAAAAAElFTkSuQmCC" /></td> <td> <p style="font-size:1.4em;">Nations Unies</p> </td> <td> <p> <span style="font-size:2em;">E</span>/C.12/RUS/CO/6</p> </td> </tr> <tr> <td> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:2em;">Conseil conomique et social</p> </td> <td> <p>Distr. gnrale</p> <p>16 octobre 2017</p> <p>Franais</p> <p>Original: anglais</p> </td> </tr> </table> <div class="content"> <p style="font-weight:bold;font-size:1.2em;">Comit des droits conomiques, sociaux et culturels</p> <h2 style="font-weight:bold;">Observations finales concernant le sixime rapport priodique de la Fdration de Russie *</h2> <p>1.Le Comit a examin le sixime rapport priodique de la Fdration de Russie (E/C.12/RUS/6) ses 60e et 61esances (E/C.12/2017/SR.60 et 61), les 25 et 26septembre 2017, respectivement, et a adopt les prsentes observations finales sa 78esance, le 6octobre 2017.</p> <h3>A.Introduction</h3> <p>2.Le Comit accueille avec satisfaction le sixime rapport priodique de l tat partie et les rponses crites qui ont t donnes la liste de points (E/C.12/RUS/Q/6/Add.1). Il se flicite du dialogue constructif qu il a eu avec la dlgation intersectorielle de haut niveau de l tat partie. </p> <h3>B.Aspects positifs</h3> <p>3.Le Comit accueille avec satisfaction la ratification par l tat partie: </p> <p>a)De la Convention relative aux droits des personnes handicapes, en 2012;</p> <p>b)Du Protocole facultatif la Convention relative aux droits de l enfant, concernant la vente d enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scne des enfants, en 2013.</p> <p>4.Le Comit accueille aussi avec satisfaction les mesures lgislatives, institutionnelles et de politique gnrale adoptes pour promouvoir les droits conomiques, sociaux et culturels dans l tat partie, notamment:</p> <p>a)Les modifications apportes un certain nombre de lois fdrales par la loi fdrale no272 adopte en 2016, qui a accru la responsabilit des employeurs en cas de violation des droits du travail; </p> <p>b)L adoption en 2013 de la loi fdrale no58 portant modification d un certain nombre de lois en vue de prvenir la traite et l exploitation des enfants;</p> <p>c)Les modifications de la loi fdrale no167 sur l assurance retraite obligatoire, qui ont tendu la couverture du rgime de retraite obligatoire aux ressortissants trangers et aux personnes apatrides ayant le statut de rsidents temporaires ou permanents, compter de janvier 2012;</p> <p>d)La promulgation de la loi fdrale no419 destine donner effet la Convention relative aux droits des personnes handicapes, en 2014;</p> <p>e)La dsignation de commissaires aux droits de l homme dans l ensemble des 85entits constitutives de l tat partie, compter de 2016;</p> <p>f)L tablissement d un plan d action pour le dveloppement de la formation continue des adultes jusqu en 2025;</p> <p>g)L adoption de la Stratgie nationale en faveur des femmes pour 2017&#8209;2022.</p> <h3>C.Principaux sujets de proccupation et recommandations</h3> <h3>Applicabilit du Pacte</h3> <p>5.S il prend bonne note des renseignements communiqus par la dlgation sur l application du Pacte par les tribunaux nationaux, le Comit regrette le faible nombre de cas dans lesquels les dispositions du Pacte ont t invoques devant les tribunaux nationaux ou appliques par eux.</p> <p style="font-weight:bold;">6. Le Comit recommande l  tat partie d  amliorer la formation des juges, des avocats et des agents de l  tat aux dispositions du Pacte, et de mener des campagnes de sensibilisation leur intention sur l  obligation de donner effet aux droits consacrs par le Pacte. Le Comit appelle l  attention de l  tat partie sur son observation gnrale n o 9 (1998) relative l  application du Pacte au niveau national.</p> <h3>Organisations de la socit civile </h3> <p>7.Le Comit est proccup par les dispositions lgislatives qui restreignent l action des organisations non gouvernementales recevant des fonds de l tranger, notamment des organisations qui dfendent des droits consacrs par le Pacte. Il est galement proccup par les informations selon lesquelles des dfenseurs des droits de l homme Suvrant en faveur des droits consacrs par le Pacte, notamment des syndicalistes et des dfenseurs des droits des peuples autochtones, feraient l objet de menaces et seraient perscuts.</p> <p style="font-weight:bold;">8. Le Comit recommande l  tat partie d  abroger ou de modifier toute disposition lgislative qui limiterait de faon injustifie les activits des organisations non gouvernementales, notamment les dispositions figurant dans les lois fdrales n o 121 et n o 129. Il lui recommande galement de prendre des mesures efficaces pour empcher toutes les formes de harclement, d  intimidation ou de menace auxquelles sont exposs les dfenseurs des droits de l  homme et d  enquter sur ces affaires, et de prendre d  autres mesures afin de garantir un cadre sr et favorable qui soutienne ces dfenseurs dans leur action pour promouvoir et protger les droits conomiques, sociaux et culturels.</p> <h3>Crime et ville de Sbastopol</h3> <p>9.Notant le fait que l tat partie exerce un contrle effectif sur le territoire de la Crime et la ville de Sbastopol et, sans se prononcer en rien sur leur statut juridique au regard du droit international, le Comit est proccup par la difficile situation qui perdure dans ce territoire en ce qui concerne les droits consacrs par le Pacte. S il prend bonne note des renseignements communiqus par la dlgation sur les coles de langue existantes, le Comit est particulirement proccup par les restrictions auxquelles se heurtent les Tatars de Crime et les Ukrainiens de souche dans l exercice de leurs droits conomiques, sociaux et culturels, en particulier le droit au travail, le droit d exprimer leur propre identit et leur propre culture, et le droit l ducation en langue ukrainienne.</p> <p style="font-weight:bold;">10. Le Comit recommande l  tat partie de dfendre les droits consacrs par le Pacte dans toutes les rgions qui sont sous son contrle effectif, sans discrimination. En particulier, il recommande l  tat partie de veiller ce que les Tatars de Crime et les Ukrainiens de souche, y compris ceux qui ont conserv leur citoyennet ukrainienne, puissent exercer leurs droits conomiques, sociaux et culturels, en particulier les droits au travail, la scurit sociale, la sant, l  ducation et la culture, sans restriction injustifie. </p> <h3>Entreprises et droits de l homme </h3> <p>11.Le Comit regrette que l tat partie n ait pas adopt de plan d action national sur les entreprises et les droits de l homme, et constate avec proccupation que le cadre rglementaire applicable aux entreprises en activit dans l tat partie, et aux entreprises domicilies sur son territoire qui agissent l tranger ne garantit pas le plein respect des droits conomiques, sociaux et culturels (art.2, par.1).</p> <p style="font-weight:bold;">12. Le Comit recommande l  tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De renforcer le cadre rglementaire applicable aux entreprises en activit dans l  tat partie et aux entreprises domicilies sur son territoire qui agissent l  tranger afin de s  assurer que les activits d  entreprises ne portent pas atteinte l  exercice des droits conomiques, sociaux et culturels ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) D  laborer un plan d  action national sur les entreprises et les droits de l  homme, afin de mettre en Suvre les Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l  homme ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De prendre toutes les mesures ncessaires afin de garantir la responsabilit juridique des entreprises tablies sur son territoire ou gres depuis celui-ci concernant toute atteinte aux droits conomiques, sociaux et culturels rsultant de leurs activits l  tranger.</p> <p>13.Le Comit appelle l attention de l tat partie sur son observation gnrale no24 (2017) sur les obligations des tats en vertu du Pacte international relatif aux droits conomiques, sociaux et culturels dans le contexte des activits des entreprises.</p> <h3>Droit de disposer librement des richesses et des ressources naturelles</h3> <p>14.Le Comit est proccup par les nouvelles modifications lgislatives qui rduisent encore les droits fonciers des peuples autochtones et s ajoutent au fait qu ce jour, les territoires protgs en vertu de la loi sur les territoires destins l exploitation traditionnelle de la nature par les petits peuples autochtones du Nord, de la Sibrie et de l Extrme&#8209;Orient russe n ont pas t reconnus formellement au niveau fdral, bien qu il ait t cr 500 de ces territoires au niveau rgional. Le Comit est proccup galement par le manque de consultation pralable des peuples autochtones, en particulier dans le contexte d activits extractives ralises sur des terres leur appartenant ou traditionnellement utilises par eux. Le Comit note avec proccupation que l obligation d obtenir le consentement libre, pralable et clair des peuples autochtones est rarement respecte en pratique (art.1, par.2).</p> <p style="font-weight:bold;">15. Le Comit recommande l  tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) D  tablir, sans plus tarder, des territoires protgs au niveau fdral dans le cadre de la loi sur les territoires destins l  exploitation traditionnelle de la nature par les petits peuples autochtones du Nord, de la Sibrie et de l  Extrme &#8209;Orient russe, et d  abroger ou de modifier toute disposition lgislative ayant pour effet de rduire les droits fonciers des peuples autochtones, tout en garantissant une relle consultation des peuples concerns sur toutes les dcisions qui les intressent ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De prendre des mesures effectives pour garantir le respect de l  obligation d  obtenir le consentement libre, pralable et clair des peuples autochtones, notamment dans le contexte des activits extractives ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) D  affiner les dispositions lgislatives et institutionnelles relatives aux projets d  exploitation des ressources naturelles, en concertation avec les peuples autochtones, et de renforcer les moyens de contrle des activits extractives dont dispose l  tat partie afin que celles-ci n  aient pas d  incidence nfaste sur les droits des peuples autochtones, leurs territoires et leurs ressources naturelles ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) De mener des valuations des risques sociaux et environnementaux pralablement l  octroi d  autorisations visant les activits extractives et pendant la priode d  exploitation ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) D  assurer aux groupes auxquels les activits extractives portent prjudice, notamment au peuple chor, des recours et des rparations quitables et appropris. cet gard, le Comit appelle l  attention de l  tat partie sur les recommandations qui lui ont t adresses en aot 2017 par le Comit pour l  limination de la discrimination raciale (voir CERD/C/RUS/CO/23-24, par.23 et 26) ;</p> <p style="font-weight:bold;">f) D  tudier la possibilit de ratifier la Convention ( n o 169) de l  Organisation internationale du Travail (OIT) relative aux peuples indignes et tribaux.</p> <h3>Obligation d agir au maximum des ressources disponibles</h3> <p>16.Le Comit s inquite de ce que le systme d imposition taux unique en vigueur dans l tat partie aussi bien pour les revenus des personnes que ceux des entreprises pourrait contribuer y aggraver les ingalits de revenus et les ingalits sociales, et s avrer insuffisant pour lui permettre d agir au maximum des ressources disponibles pour s acquitter des obligations qui lui incombent en vertu du Pacte, et inefficace pour remdier la fraude fiscale. Le Comit note que malgr les sanctions conomiques draconiennes dont il est l objet, l tat partie a russi maintenir le niveau des dpenses publiques consacres la mise en Suvre de ses obligations au titre du Pacte (art.2, par.1). </p> <p style="font-weight:bold;">17. Le Comit recommande l  tat partie de veiller ce que sa politique fiscale soit efficace et juste du point de vue social, de faon pouvoir agir au maximum des ressources disponibles pour donner effet aux droits consacrs par le Pacte, et lutter efficacement contre les ingalits conomiques et la fraude fiscale.</p> <h3>Corruption</h3> <p>18.Le Comit prend note avec regret du manque d information sur l incidence des mesures qui ont t prises pour lutter contre la corruption, qui demeurerait trs rpandue dans l tat partie (art. 2, par. 1).</p> <p style="font-weight:bold;">19. Le Comit recommande l  tat partie de renforcer ses mesures de lutte contre la corruption, d  adopter toutes les mesures lgislatives et administratives ncessaires afin de garantir la transparence dans l  administration publique, et de garantir une protection efficace aux victimes de la corruption et aux lanceurs d  alerte et leurs avocats. Il lui recommande en outre de prsenter dans son prochain rapport priodique des renseignements dtaills sur les rsultats obtenus dans le cadre de la lutte anticorruption.</p> <h3>Aide publique au dveloppement </h3> <p>20.Le Comit regrette que l aide publique au dveloppement de l tat partie (0,08% du revenu national brut) soit nettement infrieure l objectif convenu au niveau international de 0,7% (art.2, par.1).</p> <p style="font-weight:bold;">21. Le Comit recommande l  tat partie d  augmenter progressivement le niveau de son aide publique au dveloppement, de manire atteindre l  objectif international de 0,7% du revenu intrieur brut, et incorporer pleinement les droits noncs dans le Pacte et les tudes d  impact sur les droits de l  homme dans sa politique de coopration pour le dveloppement.</p> <h3>Non-discrimination </h3> <p>22.Le Comit est proccup par l absence persistante de lgislation complte contre la discrimination, en dpit des renseignements communiqus par la dlgation sur les dispositions antidiscriminatoires figurant notamment dans la Constitution de l tat partie et dans son Code pnal. Il est galement proccup par l ampleur de la stigmatisation et de la discrimination dans la socit, qui sont fondes en particulier sur le handicap, l origine ethnique, l orientation sexuelle, l identit de genre et l tat de sant (art.2).</p> <p style="font-weight:bold;">23. Le Comit recommande l  tat partie de prendre des dispositions en vue d  adopter une lgislation complte contre la discrimination, qui englobe tous les motifs de discrimination, notamment l  orientation sexuelle et l  identit de genre, compte tenu de son observation gnrale n o 20 (2009) sur la non &#8209;discrimination dans l  exercice des droits conomiques, sociaux et culturels. Il lui recommande en outre :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De reconnatre que les individus entretenant une relation entre personnes de mme sexe peuvent prtendre sur un pied d  galit aux droits consacrs par le Pacte, notamment en leur reconnaissant les mmes avantages qu  aux couples maris, et d  abroger ou de modifier tous les textes de loi, notamment la loi fdrale n o 135, susceptibles d  entraner une discrimination, des poursuites ou des sanctions l  gard de certaines personnes en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identit de genre ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De mettre en place une procdure rapide, transparente et accessible ou une reconnaissance juridique du genre, afin que les personnes transgenres puissent jouir des droits consacrs par le Pacte ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De prendre toutes les mesures ncessaires pour empcher et combattre la discrimination socitale l  gard des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres, des personnes handicapes, des personnes apatrides, des personnes appartenant des minorits dont les Roms, des peuples autochtones, des travailleurs et travailleuses du sexe et des usagers de drogues, et garantir l  gale jouissance des droits consacrs par le Pacte.</p> <h3>galit entre hommes et femmes</h3> <p>24.Le Comit prend note de l adoption, en 2017, de la Nouvelle stratgie nationale en faveur des femmes pour 2017-2022. Il demeure nanmoins proccup par la persistance de l ide que se fait la socit des rles des hommes et des femmes dans l tat partie, qui vaut aux femmes de continuer tre sous-reprsentes aux postes de direction et de dcision et de travailler essentiellement dans des secteurs peu rmunrateurs, de sorte que les carts de salaires entre les hommes et les femmes se perptuent, que les femmes occupent une place de second plan dans la vie publique et politique et qu elles continuent tre perues comme responsables au premier chef de la famille (art.3).</p> <p style="font-weight:bold;">25. Le Comit recommande l  tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) De prvoir des ressources financires et humaines suffisantes pour que la Stratgie nationale en faveur des femmes pour 2017-2022 puisse tre pleinement mise en Suvre et d  instaurer un mcanisme efficace de suivi et d  valuation de faon que cette stratgie puisse tre value l  aune d  un ensemble clair d  indicateurs et qu  elle produise les effets recherchs ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) De revoir l  ensemble de la lgislation, des rglements et des politiques applicables, afin de les purger de toute discrimination l  gard des femmes et de prendre des mesures temporaires spciales pour instaurer une galit de fait entre les hommes et les femmes ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) D  analyser les causes sous &#8209;jacentes de la sous &#8209;reprsentation des femmes aux postes de direction et de dcision et de prendre les mesures qui conviennent pour faire voluer l  ide que la socit se fait des rles des hommes et des femmes, notamment en matire d  emploi, et de favoriser pour ce faire la formation des femmes dans des domaines non usuels et des secteurs qui leur offriront des perspectives de carrire gales celles des hommes ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) De renforcer les campagnes de sensibilisation destines et aux hommes, et aux femmes, sur l  gale rpartition des responsabilits dans la famille et dans la socit, ainsi que sur la ncessit de concilier responsabilits professionnelles et responsabilits familiales ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) De tenir compte de ses observations gnrales n o 23 (2016) sur le droit des conditions de travail justes et favorables (par.36), et n o 16 (2005) sur le droit gal de l  homme et de la femme au bnfice de tous les droits conomiques, sociaux et culturels.</p> <h3>Chmage</h3> <p>26.S il constate que le taux de chmage a diminu ces dernires annes, le Comit est nanmoins proccup par son taux lev chez les jeunes et les personnes vivant dans les zones rurales. Il note aussi avec proccupation que les mesures qui ont t prises pour remdier ces problmes n ont pas t trs concluantes (art.6).</p> <p style="font-weight:bold;">27. Le Comit recommande l  tat partie de prendre des mesures cibles pour lutter plus efficacement contre le chmage, en particulier chez les jeunes et les personnes vivant dans les zones rurales. Il lui recommande galement de continuer valuer l  efficacit des mesures destines accrotre les perspectives d  emploi en gnral et pour certains groupes en particulier, et de prendre d  autres mesures, le cas chant. Le Comit renvoie l  tat partie son observation gnrale n o 18 (2005) sur le droit au travail.</p> <h3>Droit des femmes au travail</h3> <p>28.Le Comit est proccup de ce que la liste des 456 professions interdites aux femmes n a pas t supprime et de ce qu aucune valuation n a t faite de l incidence relle de ces professions sur la sant de la procration chez les femmes. Il craint que ces restrictions ne contribuent en fait amplifier les ingalits entre les hommes et les femmes. Le Comit prend note avec satisfaction des informations qui lui ont t communiques par la dlgation, selon lesquelles un dbat serait en cours dans l tat partie quant la rvision de cette liste (art.6).</p> <p style="font-weight:bold;">29. Le Comit ritre sa recommandation (voir E/C.12/RUS/CO/5, par.16) tendant ce que l  tat partie revoie la liste des professions et des secteurs auxquels l  accs des femmes est limit, et de veiller ce que seules y figurent des restrictions ncessaires la protection de la maternit et reposant exclusivement sur des considrations mdicales (voir l  observation gnrale n o 23, par.17 et 47 a)).</p> <h3>Salaire minimum </h3> <p>30.Bien que prenant note des informations communiques par l tat partie quant au projet de loi visant relever le salaire minimum afin de le porter au minimum vital qui est en cours de rdaction et l augmentation qui en rsulte, le Comit continue s inquiter de ce que le salaire minimum ne permet pas aux travailleurs et leur famille de vivre dans des conditions dcentes, et de ce que plus de 5millions de travailleurs ont des revenus nettement infrieurs au minimum vital. Le Comit est galement proccup par le nombre lev de plaintes dont est saisi le Haut&#8209;Commissaire russe aux droits de l homme pour des salaires infrieurs au niveau minimum (art.7).</p> <p style="font-weight:bold;">31. Le Comit engage l  tat partie prendre les mesures lgislatives et administratives ncessaires, notamment approuver le projet de loi sur le salaire minimum, de faon que tous les travailleurs peroivent un salaire minimum de nature leur assurer des conditions de vie dcentes eux-mmes et leur famille, conformment l  observation gnrale n o 23 (par.18 24). Il lui recommande de prendre des mesures prcises, notamment d  organiser des inspections du travail, afin de s  assurer que le salaire minimum est effectivement appliqu, et de prendre des sanctions appropries contre les employeurs qui sont en infraction. </p> <h3>Conditions de travail justes et favorables</h3> <p>32.Le Comit est proccup par les conditions de travail des travailleurs migrants, qui se caractrisent par de longues heures de travail, des arrirs de salaire, voire l absence totale de paiement, ainsi que l absence de rgles concernant la sant et la scurit sur le lieu de travail. Il note galement avec proccupation que les travailleurs migrants de pays ne faisant pas partie de l Union conomique eurasienne ont un accs limit la scurit sociale et aux services de sant. Le Comit est en outre proccup par l action insuffisante des forces de l ordre et des services de contrle du travail pour mettre fin aux pratiques relevant de l exploitation qui ont cours sur le march du travail. Le Comit prend note des retombes des mesures qui ont t prises pour lutter contre l conomie informelle, mais il note avec proccupation que l emploi informel demeure nanmoins rpandu dans l tat partie (art.7). </p> <p style="font-weight:bold;">33. Le Comit engage l  tat partie :</p> <p style="font-weight:bold;">a) prendre les mesures ncessaires pour que tous les migrants jouissent des mmes conditions que les autres travailleurs en matire de rmunration, de protection contre les licenciements abusifs, de repos et de loisirs, de limitation du temps de travail, de couverture maladie et de protection sociale ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) renforcer les mcanismes de recours et l  aide juridique l  intention des travailleurs migrants ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) mettre en place des mcanismes d  inspection efficaces pour contrler les conditions de travail des travailleurs migrants, de faon que les employeurs qui exploitent les travailleurs soient traduits en justice et que les victimes soient indemnises ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) intensifier l  action visant rgulariser progressivement la situation des travailleurs participant l  conomie informelle et, dans l  intervalle, veiller ce que ces derniers soient couverts par les lois relatives au travail et la protection sociale ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) tenir compte de l observation gnrale n o 23.</p> <h3>Droit de grve</h3> <p>34.Le Comit est proccup par l tendue des restrictions imposes par la loi au droit de grve des employs des services municipaux, des fonctionnaires qui ne reprsentent pas l autorit de l tat et des employs des chemins de fer (art.8).</p> <p style="font-weight:bold;">35. Le Comit recommande l  tat partie de modifier sa lgislation, notamment les lois relatives aux agents municipaux, la fonction publique et au transport ferroviaire et le Code du travail, de faon que tous les travailleurs puissent exercer leur droit de grve, sans restrictions indues.</p> <h3>Droit la scurit sociale</h3> <p>36.Le Comit constate avec proccupation que le rgime de scurit sociale de l tat partie ne couvre pas compltement diffrents groupes de la population, en particulier les travailleurs exerant dans le secteur informel, les travailleurs et travailleuses du sexe et les travailleurs migrants de pays ne faisant pas partie de l Union conomique eurasienne, les minorits et les autochtones, et certaines catgories d apatrides (art.9).</p> <p style="font-weight:bold;">37. Le Comit recommande l  tat partie de se doter d  un systme universel de scurit sociale, de manire assurer la pleine couverture de toutes les composantes de la population. cet gard, il lui recommande d  envisager d  tablir un socle de protection sociale conformment la dfinition figurant dans la recommandation ( n o 202) de l  OIT concernant les socles de protection sociale, 2012. Il renvoie l  tat partie son observation gnrale n o 19 (2007) concernant le droit la scurit sociale et la dclaration intitule Les socles de protection sociale : un lment essentiel du droit la scurit sociale et des objectifs de dveloppement durable, qu  il a adopte en 2015.</p> <h3>Violence dans la famille</h3> <p>38.Le Comit est proccup par la modification apporte au Code pnal qui dpnalise le premier fait de violence familiale n ayant pas entran de traumatisme physique, et par l tendue de la violence familiale dans l tat partie (art.10).</p> <p style="font-weight:bold;">39. Le Comit recommande l  tat partie d  abroger la modification du Code pnal dpnalisant le premier fait de violence familiale, de manire protger toutes les victimes de la violence familiale, obliger les auteurs de tels actes en rendre compte devant la justice et lutter contre l  impunit. Il lui recommande galement d  intensifier la lutte contre la violence familiale et, notamment : a)de renforcer les campagnes de sensibilisation ; b)d  accompagner les victimes ; et c)de former les agents des forces de l  ordre afin de les sensibiliser toutes les formes de violence familiale. </p> <h3>Enfants bnficiant d une protection de remplacement</h3> <p>40.Le Comit constate que le nombre d enfants vivant dans des institutions a sensiblement diminu. Il demeure cependant proccup par le nombre d enfants handicaps qui sont toujours placs dans des institutions (art.10).</p> <p style="font-weight:bold;">41. Le Comit recommande l  tat partie de redoubler d  efforts pour rduire le nombre d  enfants vivant dans des institutions, et de se soucier en particulier des enfants handicaps. Il lui recommande galement de renforcer, titre prioritaire, l  accompagnement des parents afin que ces derniers puissent s  acquitter des obligations qui sont les leurs l  gard de leurs enfants, et d  intensifier l  action visant largir les possibilits de prise en charge au sein de la famille et de la communaut. </p> <h3>Changements climatiques</h3> <p>42.Le Comit craint que le processus de changements climatiques n ait un effet sur l exercice des droits conomiques, sociaux et culturels des personnes vivant dans l tat partie. En particulier, le Comit note que les changements climatiques dans la rgion arctique auront galement des rpercussions dans d autres parties du territoire de l tat partie et ne seront pas sans consquence pour les personnes et les groupes, notamment les peuples autochtones, vivant dans cette rgion (art. 11).</p> <p style="font-weight:bold;">43. Le Comit invite l  tat partie suivre de prs les effets des changements climatiques sur l  exercice des droits conomiques, sociaux et culturels par les personnes vivant dans l  tat partie et fournir des renseignements ce sujet. Il lui recommande galement de redoubler d  efforts pour faire diminuer les missions de gaz effet de serre et de fixer des cibles nationales assorties de dlais. </p> <h3>Pauvret</h3> <p>44.Le Comit constate avec proccupation que la pauvret s est amplifie dans l tat partie, tant en termes relatifs que dans l absolu, et s inquite des niveaux levs de pauvret observs dans les zones rurales et chez les enfants. Il est en outre proccup par l absence de donnes distinctes quant l ampleur de la pauvret dans les minorits ethniques et chez les peuples autochtones, en dpit de la recommandation qu il a formule prcdemment ce sujet (art.11).</p> <p style="font-weight:bold;">45. Le Comit recommande l  tat partie d  intensifier son action contre la pauvret, en particulier dans les mnages ayant des enfants charge et dans les zones rurales. Il renouvelle la recommandation qu  il lui avait adresse prcdemment, l  invitant adopter une stratgie nationale de lutte contre la pauvret intgrant les droits conomiques, sociaux et culturels et l  appliquer concrtement, conformment la Dclaration sur la pauvret et le Pacte qu  il a formule le 4mai 2011. Le Comit recommande en outre l  tat partie d  amliorer son systme de collecte de donnes et de collecter des donnes sur l  tendue de la pauvret ventiles, entre autres, par minorit ethnique et par peuple autochtone. </p> <h3>Droit au logement</h3> <p>46.Le Comit prend acte des mesures prises par l tat partie pour faire en sorte qu il y ait davantage de logements disponibles des prix abordables, notamment avec le programme de logement pour les familles. Il demeure nanmoins proccup par la pnurie de logements sociaux et abordables. Le Comit est galement proccup par les mauvaises conditions de logement des Roms, qui vivent pour la plupart dans des constructions non autorises dpourvues d accs aux services de base. De surcrot, le Comit est proccup par l attitude rpressive de l tat partie l gard des constructions non autorises o habitent les Roms, qui se caractrise notamment par des dmolitions et des expulsions forces, ralises dans bien des cas sans les garanties du droit une procdure quitable et font des sans&#8209;abri (art.11).</p> <p style="font-weight:bold;">47. Le Comit recommande l  tat partie de poursuivre ses efforts pour qu  il y ait davantage de logements disponibles des prix abordables, et de les intensifier, en se souciant en particulier des familles faible revenu, et de prvoir les ressources ncessaires pour la mise en Suvre effective du programme de logement pour les familles. Il l  engage adopter une stratgie globale fonde sur les droits de l  homme pour assurer des conditions de logement suffisantes aux Roms. cet gard, le Comit recommande l  tat partie :</p> <p> <span style="font-weight:bold;">a) De nouer un dialogue ouvert et utile avec les reprsentants roms, de manire pouvoir, </span> <span style="font-weight:bold;font-style:italic;">in fine</span> <span style="font-weight:bold;">, amliorer vritablement les conditions de logement des Roms ;</span> </p> <p style="font-weight:bold;">b) De s  efforcer en priorit de trouver des solutions durables pour les tablissements roms, notamment en lgalisant ces tablissements, lorsque c  est possible, et en veillant ce qu  ils soient raccords aux services de base ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De prendre des mesures lgislatives et administratives de protection contre les expulsions forces et arbitraires, et d  adopter paralllement des dispositions portant sur les mesures d  indemnisation et de relogement, et de veiller ce que les dmolitions et les expulsions forces ne soient utilises qu  en dernier recours ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) De tenir compte de son observation gnrale n o 4 (1991) sur le droit un logement suffisant et de son observation gnrale n o 7 (1997) sur les expulsions forces.</p> <h3>Expropriation </h3> <p>48.Le Comit est proccup par la modification apporte en avril 2015 au Code foncier, qui habilite les autorits confisquer des terres la demande de tiers, en particulier d entreprises des industries extractives, au risque de faire passer les intrts des entreprises avant le droit des personnes un niveau de vie suffisant (art.11).</p> <p>49.<span style="font-weight:bold;">Le Comit demande instamment l  tat partie de prendre les mesures lgislatives et administratives ncessaires pour garantir l  accs une protection juridique efficace contre les expropriations arbitraires, qui sont contraires aux droits consacrs par le Pacte. Il lui recommande galement de prendre des mesures pour faire en sorte que le grand public connaisse les garanties existantes et y ait accs, et de veiller ce qu  un logement de remplacement et une indemnisation soient accords aux populations concernes, notamment les Roms et les peuples autochtones, afin de prvenir la perte d  accs aux moyens de production et le sans &#8209;abrisme.</span> </p> <h3>Politique relative aux stupfiants</h3> <p>50.Le Comit est proccup par le niveau lev qu atteint la consommation de drogues dans l tat partie et par le fait que l tat partie aborde les problmes lis la drogue essentiellement sous l angle rpressif. Il est particulirement proccup par le fait que les consommateurs de drogues ont tendance renoncer se faire soigner dans un contexte marqu par l incrimination qui contribue l augmentation du nombre d incarcrations de consommateurs de drogues. Il est galement proccup par l absence de programmes de rduction des risques, tels que les programmes de distribution de seringues, et par l interdiction de la thrapie de substitution des opiodes. En outre, le Comit est proccup par la propagation du VIH et par la prvalence de l hpatite C et de la tuberculose dans l tat partie, en particulier parmi les usagers de drogues (art.12). </p> <p>51.<span style="font-weight:bold;">Le Comit ritre sa recommandation prcdente engageant l  tat partie adopter une approche fonde sur les droits de l  homme l  gard des consommateurs de drogues (voir E/C.12/RUS/CO/5, par . 29)</span>. <span style="font-weight:bold;">Il recommande en particulier l  tat partie :</span></p> <p style="font-weight:bold;">a) D  adopter une politique globale de lutte contre les problmes lis la drogue, y compris le trafic de drogues , et d  envisager de dpnaliser la possession de drogues pour une consommation personnelle ;</p> <p style="font-weight:bold;"> b) De mener des programmes de sensibilisation aux graves risques que la consommation de drogues fait peser sur la sant ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De lutter contre la discrimination l  gard des toxicomanes, ycompris en ce qui concerne l  accs de ces personnes aux services de soins de sant ;</p> <p style="font-weight:bold;"> d) De fournir aux toxicomanes des services appropris de soins de sant, de soutien psychologique et de radaptation, en particulier en lgalisant les traitements efficaces de la toxicomanie tels que la thrapie de substitution des opiodes ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) D  adopter des programmes de rduction des risques, tels que les programmes d  change d  aiguilles et de seringues, en veillant ce qu  ils soient accessibles, en particulier dans les prisons, pour lutter contre la propagation de la tuberculose, et de soutenir les organisations non gouvernementales qui fournissent de tels services, comme cela a t dit lors du dialogue ;</p> <p style="font-weight:bold;">f) De s  attaquer plus efficacement aux causes profondes de la propagation rapide du VIH/sida et de la prvalence de la tuberculose et de l  hpatite C, notamment en lgalisant les mesures, telles que recommandes par l  Organisation mondiale de la Sant, le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida et l  Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, pour prvenir le VIH parmi les consommateurs de drogues injectables, et en largissant la couverture et la disponibilit des mdicaments et des traitements mdicaux, tels que la thrapie antirtrovirale ;</p> <p style="font-weight:bold;">g) De tenir compte de son observation gnrale n o 14 (2000) sur le droit au meilleur tat de sant susceptible d  tre atteint.</p> <h3>Accs aux services de soins de sant</h3> <p>52.Le Comit est proccup par le fait que les travailleurs et travailleuses du sexe ont des difficults accder aux services de soins de sant en raison de la criminalisation du travail du sexe, et sont exposs la violence policire, des risques professionnels accrus, et au VIH, entre autres maladies (art.12).</p> <p style="font-weight:bold;">53. Le Comit recommande l  tat partie d  envisager de dpnaliser l  activit des travailleurs et travailleuses du sexe, et de veiller ce que ceux-ci aient pleinement accs aux services de soins de sant et l  information, notamment en ce qui concerne le traitement et la prvention du VIH/sida, sans discrimination. Il lui recommande galement de prendre toutes les mesures ncessaires pour prvenir et rprimer les violences policires et l  exploitation des travailleurs et travailleuses du sexe et pour lutter contre la traite et contre les trafiquants qui exploitent les travailleurs et travailleuses du sexe.</p> <h3>Services de sant sexuelle et procrative</h3> <p>54.Le Comit est proccup par le fait que l avortement est encore utilis comme moyen de contraception de facto, en particulier dans les zones rurales et parmi les femmes vivant dans la pauvret. Il est galement proccup par le fait que les programmes scolaires ne prvoient pas une ducation, complte et adapte l ge des lves, la sant sexuelle et procrative (art.12).</p> <p>55.<span style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l  tat partie de garantir l  accessibilit et la disponibilit des services de sant sexuelle et procrative un prix abordable, notamment des contraceptifs modernes pour tous, en particulier dans les zones rurales et pour les personnes faible revenu. Il lui recommande galement d  introduire dans les programmes d  enseignement une ducation la sant sexuelle et procrative qui soit complte, non discriminatoire, fondes sur des faits, exacte du point de vue scientifique et adapte l  ge des lves. Il renvoie l  tat partie son observation gnrale n o 22 (2016) sur le droit la sant sexuelle et procrative.</span> </p> <h3>Droit l ducation</h3> <p>56.Le Comit prend note des progrs accomplis en ce qui concerne l accs de la population gnrale un enseignement de qualit et du niveau substantiel des dpenses publiques consacres l ducation. Il demeure nanmoins proccup par:</p> <p>a)La persistance de disparits entre les rgions et entre les zones rurales et urbaines en ce qui concerne la scolarisation, disparits qui peuvent s expliquer par une rpartition ingale des ressources alloues;</p> <p>b)Le nombre lev d enfants handicaps scolariss dans des coles spciales ou en dehors du systme scolaire, et l absence d amnagements raisonnables pour faciliter l accs des enfants l ducation inclusive;</p> <p>c)Les cas de harclement l cole, y compris envers les enfants homosexuels, bisexuels ou transgenres ou les enfants de familles homosexuelles, bisexuelles ou transgenres;</p> <p>d)Les obstacles auxquels se heurtent les enfants demandeurs d asile et les enfants rfugis qui tentent d accder l ducation, faute de disposer de documents attestant leur identit ou leur enregistrement;</p> <p>e)La persistance de la pratique consistant placer les enfants roms dans des classes spciales ou des coles spciales, conjugue l accs limit un enseignement de qualit et des taux levs d abandon scolaire, en particulier dans l enseignement secondaire (art.13 et 14).</p> <p>57.<span style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l  tat partie de poursuivre ses efforts pour garantir l  accs de tous un enseignement de qualit. Ce faisant, l  tat partie devrait veiller assurer une rpartition juste et quitable des ressources entre les rgions et accorder une attention particulire aux zones rurales. Le Comit recommande galement l  tat partie :</span> </p> <p style="font-weight:bold;">a) De prendre des mesures efficaces pour faciliter l  accs des enfants handicaps l  ducation inclusive, notamment en allouant les ressources ncessaires la mise en place d  amnagements raisonnables et de tout appui supplmentaire ncessaire, et la formation des enseignants ;</p> <p style="font-weight:bold;">b) D  appliquer une politique de tolrance zro contre le harclement l  cole, en accordant une attention particulire aux enfants homosexuels, bisexuels ou transgenres et aux enfants de familles homosexuelles, bisexuelles et transgenres, et d  assurer une protection efficace aux victimes de brimades et leur famille ;</p> <p style="font-weight:bold;">c) De prendre des mesures pour faire en sorte que l  admission l  cole ne soit pas soumise des conditions administratives, et d  appeler l  attention des directeurs d  cole sur la dcision de la Cour suprme de la Fdration de Russie, selon laquelle l  absence d  enregistrement ne saurait justifier la non-admission l  cole ;</p> <p style="font-weight:bold;">d) De mettre fin la sgrgation scolaire de facto des enfants roms et de prendre des mesures efficaces et cibles pour faire en sorte que tous les enfants roms aient accs un enseignement de qualit et qu  ils soient proportionnellement plus nombreux aller au bout du cycle secondaire ;</p> <p style="font-weight:bold;">e) De tenir compte de son observation gnrale n o 13 (1999) sur le droit l  ducation.</p> <h3>Droits culturels</h3> <p>58.Le Comit est proccup par le risque d extinction de nombreuses langues autochtones. Il est galement proccup par les restrictions arbitraires qui visent les moyens de subsistance des peuples autochtones tels que la chasse et la pche (art.15).</p> <p>59.<span style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l  tat partie d  intensifier ses efforts de promotion et de prservation des langues autochtones. Il lui recommande galement d  abroger ou de modifier toute restriction qui pourrait empcher les peuples autochtones de conserver leurs moyens de subsistance, notamment la chasse et la pche.</span> </p> <h3>D.Autres recommandations</h3> <p style="font-weight:bold;">60. Le Comit encourage l  tat partie envisager de ratifier le Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits conomiques, sociaux et culturels.</p> <p style="font-weight:bold;">61. Le Comit recommande l  tat partie d  envisager de ratifier la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille ainsi que la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forces.</p> <p>62.<span style="font-weight:bold;">Le Comit recommande l  tat partie de tenir pleinement compte des obligations que lui impose le Pacte et de garantir le plein exercice des droits qui y sont noncs dans la mise en Suvre au niveau national du Programme de dveloppement durable l  horizon 2030, avec l  aide et la coopration de la communaut internationale en cas de besoin. La ralisation des objectifs de dveloppement durable serait grandement facilite si l  tat partie tablissait des mcanismes indpendants pour suivre les progrs raliss et s  il considrait que les bnficiaires des programmes publics taient dtenteurs de droits qu  ils peuvent faire valoir. La ralisation des objectifs dans le respect des principes de participation, de responsabilit et de non-discrimination permettrait de garantir que nul n  est laiss l  cart.</span> </p> <p style="font-weight:bold;">63. Le Comit recommande l  tat partie de prendre des mesures pour mettre au point et appliquer progressivement des indicateurs appropris la mise en Suvre des droits conomiques, sociaux et culturels, et faciliter ainsi l  valuation des progrs raliss pour se conformer aux obligations que lui impose le Pacte pour diverses catgories de la population. cet gard, il renvoie au cadre conceptuel et mthodologique concernant les indicateurs des droits de l  homme mis au point par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l  homme (voir HRI/MC/2008/3).</p> <p style="font-weight:bold;">64. Le Comit prie l  tat partie de diffuser largement les prsentes observations finales tous les niveaux de la socit, aux chelons fdral, fdr et territorial, en particulier auprs des parlementaires, des fonctionnaires et des autorits judiciaires, et de l  informer dans son prochain rapport priodique des mesures prises pour y donner suite. Il l  engage aussi associer les organisations non gouvernementales et d  autres membres de la socit civile au suivi des prsentes observations finales et au processus de consultation nationale pralablement la soumission de son prochain rapport priodique.</p> <p style="font-weight:bold;">65. Conformment la procdure de suivi des observations finales adoptes par le Comit, l  tat partie est pri de fournir, dans un dlai de dix-huit mois compter de l  adoption des prsentes observations finales, des informations sur la mise en Suvre des recommandations formules aux paragraphes 8 (sur les organisations de la socit civile), 15 a) (sur les droits fonciers des peuples autochtones) et 51 d) (sur l  accs des usagers de drogue s aux soins de sant) ci &#8209;dessus.</p> <p style="font-weight:bold;">66. Le Comit prie l  tat partie de lui soumettre, le 31octobre 2022 au plus tard, son septime rapport priodique, qui sera tabli conformment aux directives concernant les rapports que le Comit a adoptes en 2008 (E/C.12/2008/2).</p> </div> </body> </html>