<?xml version="1.0" encoding="utf-16"?> <html> <head> <link rel="stylesheet" type="text/css" href="data:text/css;base64,77u/Ym9keSB7IA0KCWZvbnQtZmFtaWx5OnNlcmlmOyANCgltYXJnaW46MCBhdXRvOyANCgl3aWR0aDo5NjBweDsgDQp9DQp0YWJsZSB7IA0KCXdpZHRoOjEwMCU7IA0KCWJvcmRlci1ib3R0b206MnB4IHNvbGlkICMwMDA7IA0KfQ0KdGFibGUgdHI6Zmlyc3QtY2hpbGQgdGQgeyANCglib3JkZXItYm90dG9tOjFweCBzb2xpZCAjMDAwOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHsgDQoJd2lkdGg6ODAwcHg7IA0KCW1hcmdpbjoyMHB4IGF1dG8gMCBhdXRvOyANCn0NCmRpdi5jb250ZW50IHRhYmxlLCBkaXYuY29udGVudCB0YWJsZSB0ZCB7DQoJYm9yZGVyOm5vbmU7DQp9" /> </head> <body> <table> <tr> <td> <img src="data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAAFAAAABECAYAAAAWVrIgAAAAAXNSR0IArs4c6QAAAARnQU1BAACxjwv8YQUAAAAJcEhZcwAADsMAAA7DAcdvqGQAAAAHdElNRQfYCwYIDwTu5NNBAAAAGXRFWHRTb2Z0d2FyZQBQYWludC5ORVQgdjMuNS44NzuAXQAAFmFJREFUeF7l2gvYZlVVB/DpZlkhHyF5IWTUborCKKghioOaF0hQENIQGEExTYOwLCnlIzLxBqOWJiCMaCBeYkTBCyajCZkmjFl2MWFSszSNz/BWVvb/ve3Fs+dw3ssgND21nuf/vOfss8/ea6+91n+tfb5v1artL7tFhScELwneEfx58E/B14N/D74RfDH4i+Cy4KXBkcHq4Du2v/rbR4OfzLSnBR8Prg/eGZwa/Gxwv4BRl4KTgpODHwn2Dh4fPD+4pBn1L/P7wmDP7bOMW3bWnecM9515/phgU/CF4HeDA4LvmfHeM/LsxCnPvyvtDwxeFvx98MfBEcF3z9Hjznn+8AX63bLWmTKaxf9c8ObgJ2bM+NA8+0jwiWBd8P0LavcL6feLC/S9TfocHvxJINQPnfPOU/L8umA5+OEFxr/Fu/Cmo5oS/5Lf+06ZYZe0Xxh8Jjgm4DXbIs9c0IA1Jk48OLBR7wnuPmMy3v2tgP7PuRm6bcs6tuq7Y+5wkMkBb42JMBFarwq8s4jwzOI63rcxeFvwy8Grgz8IhOA84ZG4UzI6LhhLNtre2q3jLbn23q0mQpQhhEkZz6KGQrFnB58PcN4s0Zf3/lbw4UBC+WjwpuAVAS+6KrgguKg90wcdvCBg7FmZWHIR0ucG3zeiyO3TJjpqPa/N9X2CE4PbztF94cd3aMrvn9/f6yYTJj8wGMVi1gey44/NmOF78wwPbQ7+OmDA/UaUHgthhpA8vPNXbYyn5teYY3K7NG4Mrgh2Gumwb9qUTGVE/Pnk4M+Cu85Yw0KPlA9/G9htSv9Hm+hf82v3e2G83wk+FuC+MdFH0rk2eHuwNpjlQfM4UOaXzen16eBJAX4eCu49O/jT4IcGD9GGOrTWZkMlxysDieaOU9Yyt9nAwkkhywvfGNglE+GV+7eJaqBTcqEI5plD4+pzl0BIogCbsYjMMyAdvtr0Kg+6PPe7Dwa3Fu0fCFDCD3bPH5lrRpVUyoiHtDUa89LgZhXsClYDvC9ArrLVNwPhshT8fqeE+guXKIDvFTBin5kflXsJZZFsR1lhp9h2OnHycK1tbCGPTntvRHr+Q6CdoBnGUw7xTnpLRuWpjP3u1s/anH5wsA0vgzLywkJJk/5jwIDLgYIXeR8YqJsUrbIc+dHAUav3qt6IT8sz4YVrpgkPsQmvC1CGufDolgbX2j7V+ujb15J0LA/8z1xf3OZkNMY7oZtYcuj19+i9gSR2t4D3cQZhLJyNK0PfOxijh27o/758WOA4VQod1BS4Z34lEsb4UsDtDfjBoIzZD2ZCijAIxcbEZrwokLEd544Pfjyo0wQDCGOizTN99PXOiwNjMOZPBecF9OZF64N/CxT5Q+FdHKQ29UG55m1fDo4NOIC5zmrjfSG/eJ2HzhSZ86TAYZ0idpOCOwTOqkJY29FtFN6lpBg7jqkPkfAwnL3K8IxjEcqV1VO06g047OKdl7cxeJhEsVe7r83/ZO7Vgjx2KJIZ3Sp7O1PXe0LYmp/YteFNdDYzMytacQeFDKaGEs6ItAZf3zTZMb+4Ziw0LcQzXqgWo6j6ithJyWRTMOv4p+8sA7bhJp5iLGMae48AD5a+N+R6pelS7/hFVZcFv9YabaoNqfeEtLGLBznS+Q39ODdeW7TOMptC2EDCi1Fr0NfkunjgebnGDUPBMbKx0qCEIRnxcQFeURbNO9ZJGhKZeVzPEkkKtfxNcEXA8L7cqBMrktR1w2JacuKhVXYx6i8FQt97NgVfukZZDFxVyU30Wd86SgZPD4TqOa2NYX8jqJoI5+CgNSOr+s20KXmGwrMpcvrIM00Mqs+GAG9KGIwC7sEziWzM+ChDyNJL/Ups5iWBLM0YyyNzO338dtduMyRN49BX2eVXqJc9lHE3EbunoyzEez4XSBYI1KBCsc69KnWZayjI2cR3HjywEEUsvuOJawbPD869b4O8/bDAbpM+hLV5po++9CxBM/TB30olvFzeZuH67hrQTanVCxrhhVUbOm09JLCWq4OVwMGB2AQ2Ui1sJV7mcR46xMvE7u0+N2e8zwb1deP9ue5DtAZzNuaBQ1mfhgsCIYIqGNEvT6bMB9r98L1pHEgf73hX+DHes9rLKEbmPXNED8e/V42043hHS/LYAG+q/VCHteJUggbYiDNsJWq54jmFKxe2K4z34OCfA6cSBrCTK0FfhxnMQrzjeNULTlXO7NQ1lhE/lDbZb9pH0FlJRFLyvsXyuhLzbwhEzz4DXXw8oKPfXni2DSE8VvTxunXBUmDthBOxk9+t5B7tgYd2T0j9TMCVKaj959sb6qSNwwFyf2Jw7kg77/BOL7xEu8U8KZA5x+SENIoIwvt3b9c+lUlIPNnC/S2lkpsuOBwPK6KHcl4ajNsLirk+4BzEhlgz7pdUHE2XWh/taG0rwQPlgRTiTYrJldaO0Kteen2uq7jtB5GtHjoYlwcg/2Gd6PseirCTilc7LjvjVnKbQDJ7Q7AhUOgic8lhKUAHEsY1wdmBRKFiKO4VQX8XWOjwXI6ermrz9D8X52Zda8CffQY/KveipMqja3N9YwT6UMDtq94R3wZQAzKqhcqOJRY6DA0Gp6yF94ITq86qdotE5uXZtXF+LRqXCXkGc24tvRTdeE1JVIvzzteDX2+62qwKT9Hj69CQ8+g4Fsbm3dApr74VxuZgOJtns91fEXA61Deptrm/2s3DTUHVge7VfriPcPWvBbJeL4fmRnbsxY7xrNVdo/eM/6uBo1dvvLpWcghRvCRRlQHH+lZb38fR0qbdN0BDPmIMyx4eiwJ64RQooUQCMU7NIQExvHtHSAacUIEQ4HFCwEOuzMtc+1U+rGmj3jO/3HcoBlcn9sJTvF9CIRzJo2VRYTbNKHZe4lL9y7TmnGXA/hlj8hg0sTnAbeioF8X5aYM2lYjNq/LHUY+3Oq0Yn9dXqce71waTL1K+dDiy7BVYnBf8qsYfEAjf4rafzvUfDSZ2K/HwmF7W5eabgbAjkgFOc0TiEbVhY4bZnOeHdIOpBBY1YPWTRCQAnH3MQDenFOfdoWxJg8qDPCPQzybyYvagF3vR39hoZtVXAhlWmErXxS9Vnf9h2ngMOSKoUMVldoIgZcYuMYF+FmNXDwoeERwXbAoOD6qmqgXjL7wrsezXjeWSbjyiOGkRY9qAHQLeNqxN0cdYIrky7ZIMEf5CWgI0ljnx7XPb83fnVyKbfPpRLBLZVUdkju+ODHjRUnt+dH4vChCqJCBUfiX4YsCLSxhruEil0qlBhTpFi5T1VfPhPJ4xNKBxhWEV+/MMuCV9q6w5PtdOF73gr57v6hlutLnElynzoALCYO613ylgF9XJxBAUoyB3ZVCTLgW+qHDfSiLSOaNJDrWIWpRxZGI8gXf6RdapBq/JpvoAbxManiuDTg9ODIaZW7az4HmGq+fG5B3mMJ+N4uHVdl2bt/TQDtbASQjPWwmsd/dgbVD8X1n/Gh2LGM9pLzrvyZa+mFDoitbuB8+9PZA0xhZjV9BA1Ut9H2H8/KAK4xqWZwodWVHZYROKMrqpJ3UoLjP2IplZNKESRfWwlMFz6GIovJ+TlIhMa8CnxrLB9FBmaeexE4O4UZ5wTYlix6DC6yXdgGtzzVNeGQjdRUPK+HjH7p5xE7VXrTolbRaJd8bCt15REUhEQw8f20yex4jLgfF7UaSPJUMnGomjRB4wtnWqKlYHTk41HyebDF4NrmvXqs2iSoSSsKvCWn+KLhJavuTY+Q8NFuP2Lm2cOkkMu6AWtSEPXGTTeKgSSi3IeySgXtS+F4zoIbH0pylz1to4DXFSq7aJHdZ2DWIc3xVh4hKZrAQvyKqrWwNj25H+ZDDNmI9t7ygDcMpQ7LYiuJ+v+sjexhUti4TvK9KviuctuUb8vagB0clQhGafDEWi9Zrbhtyxm38l15PjnMKxKmwd1wS+ZLjeFOwWKChLNudiGGbLrf8sT1TLEacQXNLL3XPjJMQrJIsDAyeZPVqn5+R3kbA1v/Kozt7elyn7Dw2G5CDm6IWx0Fit1aFBxFU55tmxQa3xrFyLjEknn5Tqwcm5rl2m+JrBZI52UjtPLcWcMiSQWQZ8atN2Kb88XdiSMt7+7V6yEeYqgPc1KJMqU87zwJ7vJLuew03BazgIg/XCKRi/RO2I98po38j1eYE1qlQkP5QyObwbDLd5+NaglFTaSCp9FsNl7woYD8eUvLcNPM2Il3V9hb0CXT3G88p4XZdJQjszkJkZ0/hOB7M26eo89zGEMJQSrA9J7Qe3sfq5XEuKvKrEKcNm7hLU0bKK/+XW6XK/yg7hgjB5kVj/fHBdwEgM3O/MzrmXoXkdNy8pnpq2QF7eiyOWU9BDBu11u5QLm6nAlsh4vSxZ46spPx0o+rXx0iuCyaIiask3j4ytja5DUb4p5IkwZrQqopUzNkeb8dlLsuF0E46ojs/ONe9TG25ogznMM2x9D9T8zmDivp0gf4uSeMaMyONKKmx5siw5ljjUY+cHDI+zhtkXp24emc+xVGTgrKH3oQ3OMZxvp7SpLzkHEZ7WMPlYEHGS8dxm8UjvsxG9Jv8nIr73DfDahvbycnu5TgBKkBJhLJ0PRSaVKYXl0Ig2hsf2nCdTmkdmfkybvx9TxV/nX7xj8WXIlVzLpuZUSnEEBl8KeMzLR/RTigwjQTf8fGnX/1FNf+sgeJSN1LJ0FhnWJ+xvJEnKsbysLP4pz+sorvMjuwm4OPfde6CkQhdfaT8y+Eh7t4ypeB3jvPuknTdubkqtye+LAsmEJ704wMNCVAISAeY4PpCdNwTKjfVBVRS4jig9JAQOwNDlZe3xxGk+HBxWDfl9ckBn0cRgyiJUpu+ru2e7e0cCWWmNjCIrg4P/XVu7wQzaiwxtJ4ai+pc98Sd3x6m9NypV6mw9fJeHqs+EO07jtTzQ7vuVYW0yysF/0/gWt05qtMgj2lh0YoSh4OAtAV4jnINn1dh3yDVnYEheXe0V3pOXpPt6IM7v1lBc4BlSxim1eDwgy/WfsYxlok0BPiV2SRK6IUAXdtXkPmAOxdgyv3f72tT8IoG3Mey80whPr3qO93lfWNNtKDarzufoZZ9AnVr28OWJXr3xeDvnulF8PKiPCl7EJ45Vu3YDnZlrntnvIu4QZkPFdksbb5aphnWeMc8OnF4OGKxG+zzjTPO6YTtDK3Qd43ygqLqzn1KZYq23DRTfqIEn0qM2DaUNyyf3N5E1aakPCF7GCwxbbRe2N3zFqPpPmDo/njgyntruc4H+Y3WepOETk6Qjo9owfLeogeb1E/JKIDoI06FYm+L80PZgOb8MSC5peogca/UhteZ7ba5HKYjLPyyos58XzgjqKCMECEMauEIEOQu3PQca8jz8ZwH3HzyrW7ur7GBkmXjIl/OMNOt5hZwQHhOJ4eL2YK/8KtUkK6LmM7bs21cUb8o9bt0qfGtwhuDmDwxkq3Jhg7rGjcQXZffFcdokGCEpCxMcamI7f2AgMx9eE4382lHcI0k4cZgfVwpn4E1fCj7T5l7EsOq2YwOb7TTVy+Nyg78lCOKUZMynBEIY1/I6Rbd2OjC4Z7x6p8F4k1s8JvZ1Qvy++3n5uoBnWNCOAUNoxzHuSxy5ELJMOixV7DCOVYqMJY8xffQ7uUG4kccHyq15BlxJH3MSa2HEh7d77SKmwvreuZbtjanNlxvX1ixxORzIwsRG8MKp4kuJYhShCtHlwO5zb4Piqj3atfvKXgb0ThXlSoehMLYNsiFPDPDnPLHb0Au9qpCdZsg6WdV7IosRjwuUP35LzmzrYUQ1Iy8srzMPbiY4WyWx3yyl7bowUTNV1lLkfrQN+tL84i0DmUTB3YtnksI7gvKa4XwPSsMHAwsSYtP6eW/MgCLFJkwz3uvzrGq6fm7eIxR74xoLRxuLYVGJRIJCeLt7NnlZwBvVsHPFwd1uyL6K5Urxiku8sRTgqdolfFfcZ3CnlzcEsrhyZkwoJmFdHAgnivlCszroS6KhAT1D4HRZCfqSBwejl7EMyWsY6oSmjD64XsjWRpyXa1+HhKjyR0StC6pg35Lr24+uZqTxBd3APNLEsg9+4EFP654Le7WWHSsRns8LGFwSmSWUFVIXBRIVg/okxYuvCWRE19o82xK8MeC9NkgZIon1HztqPoayCfj6sNbIIV4XMOArgzLg2lzjS4bDeaqCesaZROLCwgDndAMYSCbl/gwp7Mr1P9YmVYooGXoPQNx20Fg7LzC7d3nz3sGjAzUXuFaPeTZag42MzVOFI/3wNvG+U4qsi0trDZe3cQ/Jb1+2WLckMpP3pq2LEdVBw5MBL+FtdrTKDHWexGDCcwO7WCLlvybAKzwZTy4qYxw4713JykYqexxRaz4JgjHpLHR5Ln2vb/eXtvueW2XiMv68eac+f0JTZkjaDFXFqpBC3LV7b8n1MKR4FY9ACcJe6M6TbTGgcD4tcGxTvzm3l8ikn2gGujK/vFiZpjTz1cc7/fokDF9dbjdPwUWeC9ldA9mtypmaDC8JB0mHFx7cKWJHvTsU/XxMsPOSiORRBe2w7zwD0gt/2piVQLir63rxMUCCqaS3NtdHBDxRtdEf06xPKYYubMjCSWNknTc2yXySBt7DK77KKJgRK6VMasd43w6BZFAG1m9a4Uw5HyNswEp7H7nL/LLp/gEKeWGAwNcGouG5gSwvvGzCJYEkshQMhRE+2enDq5Rn5XE+k20ORJP6j7EJ7jbPLSayE9c/OpDFCMM67/I6kzHcWQGuuSooI/pa4/1Zgqf2DXzlcKJRSyqDZEIG8KvmZCxHqqcH9wvGMm/N4/l1nR68Hh8vt3lQSq3FOzbaWmwoz5w19pzljD/eK80ycYUeoyFiIckzlwKZjVJC94zga20BK/lVu/HQW1tsFiPjN5sofCU4BnLeXxvwcKconMnrbVbp+q5bU0/K1Rl5mFTcU1p4fDx4WyBkNgZb2mJW8itcZPBdOksiddlTyOG1sdMJ469uRqBHTw28/pkBykAnVX7wWFBK1Xl3TG9tjqzLwdgpplP1279UojwrqC820xQatut/YYD3kLTyQMhuDBTcuBSxKz8+G/j44Ozs+CiMechXOgNZ8KcCfKiQl2nRwEmBRLDIR4fadPRzj2/fNNs2glCleJ0gLIhCPECYXxMID3x1r0Bdyfi87z2dIbzDOzYEMiju8Y3QqePaAIfybMkEh/FU4ed00W/SSu4ZW5Ig5hOyxwTohCfi0c2Bs7iqwgbWx4L22v/sD+6zKCHIoEuB0OrPszTSBwf2pF6LV5gf0NR24sBZKwEjMrixDwn0Y1SLFmZCHV8NPZ2xJSFn+lnhaNwHB/u0ubfLDyVODfAaot4zuFNgV5UeRwV2+oaRhQpXIc24jlhCsWqz8qJ+UTzPWAzGk1CA+dWKY+Pr56gmCoS1aFEG4UrcjKeP7yfYnteyMaJelA9xFw8hDwh4JuOdHszzGvzLy74aqE+JpLKhtS+igxBesz0NNja3EBZ2VwdjGQ9Hvj/AScodwkOdBBhk3TYs6MD0lVAYy+mjajZZ/ORAHcrAZUybwxvPD9AFz/1fK5SzkIMChbfQcaoQqr04cTA0w9anpm1ZlM9qK81IypfhuVVxTg+f4JRMksr/GeEFvIIBnYVvrihbvtyMaEP+X4mz5ym3wIrXtnG2i4f9FydKxLb0H2MFAAAAAElFTkSuQmCC" /></td> <td> <p style="font-size:1.4em;">Nations Unies</p> </td> <td> <p> <span style="font-size:2em;">E</span>/C.12/GC/24</p> </td> </tr> <tr> <td> </td> <td> <p style="font-weight:bold;font-size:2em;">Conseil conomique et social</p> </td> <td> <p>Distr. gnrale</p> <p>10 aot 2017</p> <p>Franais</p> <p>Original : anglais</p> </td> </tr> </table> <div class="content"> <p style="font-weight:bold;font-size:1.2em;">Comit des droits conomiques, sociaux et culturels</p> <h2 style="font-weight:bold;">Observation gnrale no24 (2017) sur les obligationsdes tats en vertu du Pacte international relatifaux droits conomiques, sociaux et culturelsdans le contexte des activits des entreprises *</h2> <h2>I.Introduction</h2> <p>1.Les entreprises jouent un rle important dans la ralisation des droits conomiques, sociaux et culturels en contribuant, entre autres, la cration d emplois et, par l intermdiaire des investissements privs, au dveloppement. Cependant, le Comit des droits conomiques, sociaux et culturels a rgulirement rencontr des situations o, les tats n ayant pas assur sous leur juridiction le respect des rgles et normes internationalement reconnues en matire de droits de l homme, les activits des entreprises ont eu des effets prjudiciables sur les droits conomiques, sociaux et culturels. La prsente observation gnrale vise prciser les obligations qui incombent aux tats parties au Pacte international relatif aux droits conomiques, sociaux et culturels (le Pacte) dans de telles situations, en vue de prvenir les incidences nfastes des activits des entreprises sur les droits de l homme et d y remdier. </p> <p>2.Le Comit a dj eu l occasion de se pencher sur la question de l incidence croissante des activits des entreprises sur l exercice des droits consacrs par le Pacte en ce qui concerne la sant, le logement, l alimentation, l eau, la scurit sociale, le droit au travail et des conditions de travail justes et favorables, ainsi que le droit de former des syndicats et de s y affilier. Il a, en outre, trait cette question dans ses observations finales concernant les rapports de diffrents tats parties et dans sa premire dcision rendue au sujet d une communication individuelle. En 2011, il a adopt une dclaration sur les obligations des tats parties concernant la responsabilit des entreprises dans le contexte des droits noncs dans le Pacte. La prsente observation gnrale devrait tre lue conjointement avec ces contributions antrieures. Elle prend galement en considration les progrs raliss dans le cadre de l Organisation internationale du Travail et d organisations rgionales comme le Conseil de l Europe. En l adoptant, le Comit a tenu compte des Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l homme approuvs par le Conseil des droits de l homme en 2011, ainsi que des contributions apportes cette question par les organes crs en vertu d instruments internationaux relatifs aux droits de l homme et par plusieurs procdures spciales.</p> <h2>II.Contexte et champ d application</h2> <p>3.Aux fins de la prsente observation gnrale, les activits des entreprises s entendent de l ensemble des activits des entreprises, que celles-ci soient transnationales ou purement nationales, prives ou publiques, quels que soient leur taille, leur secteur, leur implantation gographique, leurs actionnaires ou propritaires et leur structure.</p> <p>4.Dans certains pays, les personnes peuvent recourir directement contre les entreprises en cas de violation de leurs droits conomiques, sociaux et culturels, tant pour imposer aux entits prives en cause des obligations (ngatives) de s abstenir de certaines conduites que pour leur imposer des obligations (positives) d adopter certaines mesures ou de contribuer la ralisation des droits viss. Il existe en outre un grand nombre de lois internes, visant protger des droits conomiques, sociaux et culturels spcifiques, qui s appliquent directement aux entreprises notamment dans les domaines de la non-discrimination, des services de sant, de la formation, de l environnement, des relations de travail et de la protection des consommateurs. </p> <p>5. De surcrot, en vertu des normes internationales, les entreprises doivent respecter les droits noncs dans le Pacte, qu il existe ou non des lois internes ouque celles-ci soient, ou non, intgralement appliques en pratique. La prsente observation gnrale vise donc galement aider le secteur priv s acquitter de ses obligations en matire de droits de l homme et assumer ses responsabilits, en attnuant ainsi les risques de rputation susceptibles d tre associs, dans la sphre d influence des entreprises concernes, la violation de droits garantis par le Pacte.</p> <p>6.La prsente observation gnrale pourrait galement tre utile aux syndicats et aux patrons lorsqu ils mnent des ngociations collectives. Nombre d tats exigent que des procdures d examen des rclamations des salaris, que celles-ci soient collectives ou individuelles, existent au sein de l entreprise et que les intresss puissent y accder sans crainte de reprsailles . Le recours au dialogue social et l existence de mcanismes de rclamation la disposition des salaris pourraient tre plus systmatiques, notamment en vue de l application des articles 6 et 7 du Pacte.</p> <h2>III.Obligations des tats parties en vertu du Pacte</h2> <h3>A.Obligations de non-discrimination</h3> <p>7.Le Comit a dj soulign par le pass que la discrimination dans l exercice des droits conomiques, sociaux et culturels tait frquente dans la sphre prive, notamment sur le lieu de travail et sur le march du travail, ainsi que dans les secteurs du logement et du prt. Conformment aux articles 2 et 3 du Pacte, les tats parties ont l obligation de garantir chacun l exercice des droits consacrs par le Pacte, sans aucune discrimination. L exigence qui est impose aux tats, savoir liminer la discrimination tant sur le plan formel que dans les faits, emporte l obligation d interdire toute discrimination dans l exercice des droits conomiques, sociaux et culturels de la part d entits non tatiques. </p> <p>8.Parmi les groupes qui sont souvent touchs de manire disproportionne par les effets prjudiciables des activits des entreprises, on trouve les femmes, les enfants, les autochtones notamment dans le cadre de la mise en valeur, de l utilisation ou de l exploitation de leurs terres et de leurs ressources naturelles, les paysans, les pcheurs et d autres personnes travaillant dans les zones rurales, ainsi que les minorits ethniques ou religieuses lorsqu elles n ont aucun moyen d action politique. Les incidences nfastes des activits des entreprises touchent aussi souvent de manire disproportionne les personnes handicapes, notamment parce qu elles se heurtent des obstacles particuliers pour accder aux mcanismes d tablissement des responsabilits et de recours. En outre, comme le Comit a dj eu l occasion de le faire observer, du fait de leur situation prcaire, les demandeurs d asile et les migrants sans papiers courent tout particulirement le risque d tre victimes de discrimination dans l exercice des droits qu ils tiennent du Pacte et, s agissant de ceux qui dcoulent de l article7, les travailleurs migrants sont particulirement exposs l exploitation, une dure du travail excessive, des salaires inquitables et des conditions de travail dangereuses et insalubres.</p> <p>9.Il existe pour certains groupes de la population un risque accru de discrimination croise et multiple. Tel est notamment le cas des femmes et des filles, pour qui les expulsions et les dplacements lis des projets d investissement se traduisent souvent par des violences physiques et sexuelles, sont accompagns de mesures de rparation insuffisantes et associs des difficults de rinstallation supplmentaires. Lors de tels expulsions ou dplacements, les femmes et les filles autochtones subissent des discriminations lies la fois leur sexe et leur appartenance un peuple autochtone. Enoutre, les femmes sont surreprsentes dans l conomie informelle et sont donc moins susceptibles de profiter de la protection lie l emploi et la scurit sociale. Par ailleurs, mme si la situation s est quelque peu amliore, elles demeurent partout dans le monde sous-reprsentes dans les instances de prise de dcisions des entreprises. Le Comit recommande donc aux tats parties de s attaquer aux incidences particulires que revtent les activits des entreprises pour les femmes et les filles, y compris autochtones, et de tenir compte des questions relatives au genre dans toutes les mesures qui sont prises en vue de rglementer les activits des entreprises susceptibles d avoir un effet nfaste sur les droits conomiques, sociaux et culturels, en se rfrant notamment aux directives concernant les plans d action nationaux relatifs aux entreprises et aux droits de l homme. Les tats parties devraient aussi prendre les mesures voulues, notamment des mesures temporaires spciales, pour amliorer la reprsentation des femmes sur le march du travail en particulier aux chelons suprieurs de la hirarchie de l entreprise.</p> <h3>B.Obligations de respecter, de protger et de mettre en Suvre</h3> <p>10.Le Pacte tablit trois niveaux d obligations spcifiques incombant aux tats parties, savoir respecter, protger et mettre en Suvre. Ces obligations s appliquent tant aux situations existant sur le territoire national des tats qu en dehors de celui-ci, pourvu que les tats concerns puissent exercer un contrle sur les situations en question. Lescomposantes extraterritoriales de ces obligations seront traites sparment, <span style="font-style:italic;">infra</span>, la sous-section C. La prsente sous-partie vise prciser la teneur des obligations faites aux tats, en s attardant plus particulirement sur leurs obligations de protger, car ce sont elles qui prsentent la plus grande pertinence dans le contexte des activits des entreprises.</p> <p>11.La prsente observation gnrale s adressant aux tats parties au Pacte, elle ne traite qu indirectement du comportement des acteurs privs, y compris les entreprises. Toutefois, conformment au droit international, les tats parties peuvent tre tenus directement responsables de l action ou de l inaction des entreprises: a)si l entit concerne, en adoptant ce comportement, agit en fait sur les instructions ou les directives ou sous le contrle de l tat partie, comme tel peut tre le cas dans le cadre des marchs publics; b)lorsqu une entreprise est habilite par la lgislation de l tat partie exercer des prrogatives de puissance publique ou si les circonstances requirent l exercice de ces prrogatives en cas d absence ou de carence des autorits officielles; ou c)si, et dans la mesure o, l tat partie reconnat et adopte ledit comportement comme sien.</p> <h3>1.Obligation de respecter</h3> <p>12.L obligation de respecter les droits conomiques, sociaux et culturels est enfreinte lorsque les tats parties font primer les intrts des entreprises sur les droits consacrs par le Pacte sans que cela soit dment justifi, ou qu ils mnent des politiques qui ont des effets ngatifs sur ces droits. Tel peut tre le cas, par exemple, lorsque des expulsions forces sont ordonnes dans le contexte de projets d investissement. Sont particulirement exposes les valeurs culturelles et les droits des peuples autochtones associs leurs terres ancestrales. Les tats parties et les entreprises devraient respecter le principe de l obtention du consentement pralable des peuples autochtones, donn librement et en connaissance de cause, sur toutes les questions susceptibles d avoir des incidences sur leurs droits, y compris s agissant des terres, territoires et ressources qu ils possdaient traditionnellement ou occupaient ou utilisaient ou qu ils ont acquis.</p> <p>13.Les tats parties devraient recenser tout conflit potentiel entre leurs obligations en vertu du Pacte et celles dcoulant d accords de commerce ou d investissement et renoncer, le cas chant, conclure de tels accords comme l exige le principe du caractre obligatoire des traits. La conclusion de tels instruments devrait donc tre prcde d une valuation de leur impact sur les droits de l homme qui tienne compte la fois de leurs incidences positives et de leurs effets ngatifs sur ces droits, y compris la contribution qu ils apportent la ralisation du droit au dveloppement. Les incidences sur les droits de l homme de l application de ces accords devraient, de plus, tre rgulirement values pour permettre l adoption de toute mesure corrective qui s avrerait ncessaire. L interprtation des accords de commerce et d investissement en vigueur devrait tenir compte des obligations en matire de droits de l homme incombant l tat, conformment l Article103 de la Charte des Nations Unies et la nature particulire des obligations relatives aux droits de l homme. Dans les accords de commerce et d investissement qu ils sont susceptibles de conclure, les tats parties ne sauraient droger aux obligations qui dcoulent du Pacte. Ils sont encourags insrer dans leurs futurs accords des dispositions renvoyant expressment leurs obligations en matire de droits de l homme et de veiller ce que les mcanismes de rglement des diffrends entre investisseurs et tats prennent en considration les droits de l homme dans l interprtation des traits d investissement ou des chapitres des accords commerciaux ayant trait l investissement.</p> <h3>2.Obligation de protger</h3> <p>14.L obligation de protger signifie que les tats parties doivent prvenir de faon efficace les atteintes aux droits conomiques, sociaux et culturels susceptibles de se produire dans le contexte des activits des entreprises. Ils sont donc tenus d adopter des mesures lgislatives, administratives, ducatives, et les autres mesures voulues, en vue d assurer une protection efficace contre les violations des droits noncs dans le Pacte lies aux activits des entreprises et de permettre aux victimes dont les droits ont t bafous par des entreprises d accder des recours utiles. </p> <p>15.Les tats parties devraient examiner la possibilitd imposer des sanctions et des peines de nature pnale ou administrative, selon qu il convient, lorsque les activits des entreprises donnent lieu la violation de droits consacrs par le Pacte ou lorsque les entreprises, faute d avoir fait preuve de la diligence raisonnable pour attnuer les risques de violations, ont permis que celles-ci se produisent; de permettre aux victimes de violations commises par des entreprises d en poursuivre les auteurs au civil et de disposer contre eux d autres voies de recours utiles pour obtenir rparation, en particulier en rduisant les cots de telles actions pour les victimes et en autorisant certaines formes d actions en rparation collectives; de rvoquer les permis d exploitation des entreprises ayant enfreint ces droits et de supprimer les subventions dont elles bnficient, s il y a lieu et dans la mesure ncessaire; et de rviser les codes des impts, les marchs publics, les crdits l exportation et autres formes d aides, de privilges et d avantages accords par l tat, pour que les entreprises ne puissent en bnficier en cas d atteinte aux droits de l homme, en faisant ainsi concorder les mesures d incitation avec les responsabilits dans ce domaine. Les tats parties devraient rexaminer rgulirement leur lgislation pour s assurer qu elle est adapte et recenser les lacunes en matire de conformit et d information, ainsi que les nouveaux problmes qui se posent, afin d y remdier.</p> <p>16.De l obligation de protger dcoule un devoir positif d adopter un cadre juridique imposant aux entreprises d exercer une diligence raisonnable en matire de droits de l homme afin de dtecter les risques de violation des droits garantis par le Pacte, de prvenir et d attnuer ces risques, de faire en sorte que lesdits droits ne soient pas bafous et de rendre compte des incidences ngatives que leurs dcisions et leurs oprations, ou que les dcisions et oprations des entits qu elles contrlent, peuvent avoir sur l exercice des droits garantis par le Pacte ou auxquelles elles peuvent contribuer. Les tats devraient adopter des mesures visant imposer l observation d une diligence raisonnable pour prvenir la violation des droits garantis par le Pacte dans la chane d approvisionnement des entreprises, mais aussi par leurs sous-traitants, fournisseurs, franchiss ou autres partenaires. </p> <p>17.Les tats parties devraient, le cas chant, veiller ce qu il soit tenu compte des incidences que revtent les activits des entreprises sur les peuples autochtones (notamment, leurs incidences ngatives relles ou potentielles sur les droits de ces peuples la terre, aux ressources, au territoire, au patrimoine culturel, aux savoirs et aux cultures traditionnels) dans les tudes de l impact des activits en question sur les droits de l homme. Dans le cadre de l exercice d une diligence raisonnable en matire de droits de l homme, il incombe aux entreprises, avant d entreprendre leurs activits, de consulter les peuples autochtones concerns et de cooprer de bonne foi avec eux, par l intermdiaire de leurs propres institutions reprsentatives, afin d obtenir leur consentement pralable, donn librement et en connaissance de cause. Ces consultations devraient permettre d identifier les effets potentiellement ngatifs des activits projetes et de dterminer les mesures prendre pour les attnuer et les rparer. Elles devraient aussi conduire l laboration de mcanismes de partage des avantages tirs de ces activits, car les entreprises sont lies par l obligation de respecter les droits des peuples autochtones en mettant en place des mcanismes qui garantissent que les intresss participent aux avantages dcoulant des activits qui sont ralises sur leurs territoires traditionnels.</p> <p>18.Les tats enfreindraient l obligation qui leur incombe de protger les droits consacrs par le Pacte si, par exemple, ils n empchaient pas les entreprises d adopter des comportements violant ces droits ou qui auraient manifestement pour effet d entraner une telle violation, ou s ils ne luttaient pas contre ces comportements, par exemple s ils abaissaient les critres d approbation de nouveaux mdicaments, s ils omettaient de faire figurer dans les marchs publics des exigences concernant les amnagements raisonnables destins aux personnes handicapes, s ils accordaient des autorisations de prospection et d exploitation des ressources naturelles sans tenir dment compte des incidences potentiellement nfastes de ces activits sur l exercice par les individus et les communauts des droits qui leur sont garantis par le Pacte, s ils exemptaient certains projets ou certaines zones gographiques de l application de lois visant protger les droits noncs dans le Pacte ou s ils n encadraient pas le march immobilier et les activits des acteurs financiers sur ce march afin de garantir chacun l accs un logement abordable et convenable. De telles violations sont favorises lorsqu il n existe pas suffisamment de garanties pour lutter contre la corruption des fonctionnaires ou la corruption dans le secteur priv, ou lorsqu en raison de la corruption des juges, les victimes de violations des droits de l homme sont prives d accs des recours. </p> <p>19.L obligation de protger appelle parfois une rglementation et une intervention directes. Les tats parties devraient envisager l adoption de mesures visant restreindre les activits de commercialisation et de publicit pour certains biens et services afin de protger la sant publique, comme pour les produits du tabac, conformment la Convention-cadre pour la lutte antitabac, et pour les substituts du lait maternel, conformment au Code international de commercialisation des substituts du lait maternel de 1981 et aux rsolutions ultrieures de l Assemble mondiale de la Sant; combattre la conception strotype du rle des hommes et des femmes et la discrimination sexiste; exercer un contrle des loyers sur le march immobilier priv pour protger le droit de chacun un logement dcent; instaurer un salaire minimum dcent et quitable; rglementer d autres activits des entreprises touchant aux droits garantis par le Pacte l ducation, au travail et la sant procrative, de faon lutter efficacement contre la discrimination fonde sur le sexe; et liminer progressivement les formes d emploi informelles ou hors normes (c est--dire prcaires), qui ont souvent pour effet de priver les travailleurs concerns de la protection du droit du travail et de la scurit sociale. </p> <p>20.La corruption constitue l un des obstacles principaux la promotion et la protection effectives des droits de l homme, notamment s agissant des activits des entreprises . Elle sape en outre la capacit des tats de mobiliser des ressources pour la fourniture de services essentiels la ralisation des droits conomiques, sociaux et culturels. Elle donne lieu des discriminations en matire d accs aux services publics, en faveur de ceux qui sont en mesure d exercer une influence sur les autorits, y compris en offrant des pots-de-vin ou en recourant des pressions politiques. Ds lors, les lanceurs d alerte devraient tre protgs et des mcanismes spcialiss dans la lutte contre la corruption mis en place, en veillant ce que l indpendance de ces derniers soit garantie et ce que des ressources suffisantes leur soient alloues.</p> <p>21.Le poids et le rle croissants des acteurs privs dans des domaines qui relevaient auparavant du secteur public, comme la sant et l ducation, posent aux tats parties de nouvelles difficults en ce qui concerne le respect de leurs obligations au titre du Pacte. Laprivatisation n est pas en elle-mme interdite par le Pacte, mme dans des domaines comme la fourniture d eau ou d lectricit, l ducation ou la sant, dans lesquels le rle du secteur public est traditionnellement important. Les prestataires privs doivent toutefois tre soumis une rglementation stricte qui leur impose des obligations de service public: savoir pour la fourniture d eau ou d lectricit, notamment l universalit de la couverture et la continuit du service, une politique de tarification, des critres de qualit et la participation des usagers. De mme, interdiction devrait tre faite aux prestataires de soins de sant de refuser l accs des services, des traitements ou des informations abordables et adquates. Ainsi, lorsque les professionnels de sant sont autoriss invoquer l objection de conscience pour refuser certains services de sant sexuelle et procrative, notamment l avortement, ils doivent adresser les intresses un autre professionnel exerant dans un rayon gographique raisonnable et dispos assurer ces services. </p> <p>22.Le Comit s inquite particulirement de ce que les biens et services ncessaires l exercice des droits conomiques, sociaux et culturels de base risquent de devenir moins abordables s ils sont fournis par le secteur priv, ou de ce que leur qualit soit sacrifie la maximisation des bnfices. La fourniture par des acteurs privs de biens et de services essentiels pour l exercice des droits garantis par le Pacte ne devrait pas conduire ce que cet exercice soit subordonn la capacit des intresss de payer, ce qui crerait de nouvelles formes de sgrgation socioconomique. La privatisation de l ducation illustre ce risque lorsque l existence d institutions ducatives prives mne ce que l ducation de qualit devienne un privilge abordable aux seules couches les plus aises de la socit, ou que ces institutions sont insuffisamment rglementes et offrent un type d ducation qui ne satisfait pas aux normes ducatives minimales, tout en fournissant aux tats parties une excuse commode pour se dfausser de leurs propres obligations concernant la mise en Suvre du droit l ducation. La privatisation ne devrait pas non plus entraner l exclusion de certains groupes traditionnellement marginaliss, comme les personnes handicapes. Lestats parties restent donc tout moment dbiteurs de l obligation de rglementer les activits des acteurs privs pour s assurer que les services qu ils fournissent sont accessibles tous, satisfaisants, rgulirement valus au regard de l volution des besoins du publics et adapts ces besoins. tant donn que la privatisation de la fourniture des biens et des services essentiels pour la jouissance des droits garantis par le Pacte peut aboutir une absence de responsabilisation, il importe que des mesures soient adoptes pour garantir aux particuliers le droit de prendre part l valuation de l adquation des biens et services fournis. </p> <h3>3.Obligation de mettre en Suvre </h3> <p>23.L obligation de mettre en Suvre impose aux tats parties de prendre, dans la limite des ressources dont ils disposent, les mesures ncessaires pour faciliter et promouvoir l exercice des droits consacrs par le Pacte et, dans certains cas, pour assurer directement la fourniture de biens et de services essentiels pour la jouissance de ces droits. Pours acquitter de ces obligations, les tats doivent mobiliser des ressources, notamment en appliquant des rgimes fiscaux progressifs aux entreprises. Ils peuvent aussi devoir solliciter la coopration et le soutien de ces dernires pour mettre en Suvre les droits consacrs par le Pacte et assurer le respect d autres normes et principes relatifs aux droits de l homme.</p> <p>24.Cette obligation suppose aussi d orienter les efforts des entreprises vers la ralisation des droits noncs dans le Pacte. En laborant, par exemple, un cadre pour les droits de proprit intellectuelle qui soit conforme la Dclaration universelle des droits de l homme et au droit de bnficier du progrs scientifique prvu l article15 du Pacte, les tats parties devraient faire en sorte que ces droits ne conduisent pas refuser ou restreindre l accs de chacun aux mdicaments essentiels ncessaires pour jouir du droit la sant ou aux ressources productives, comme les semences, auxquelles l accs est crucial pour l exercice du droit l alimentation et des droits des exploitants agricoles. Lestats parties devraient en outre reconnatre et protger le droit des peuples autochtones de contrler la proprit intellectuelle sur leur patrimoine culturel, leurs savoirs traditionnels et leurs expressions culturelles traditionnelles. Lorsqu ils encouragent les activits de recherche-dveloppement pour la mise au point de nouveaux produits et services, les tats parties devraient viser la ralisation des droits consacrs par le Pacte en apportant, par exemple, leur soutien la mise au point de biens, services, quipements et installations de conception universelle pour promouvoir l intgration des personnes handicapes.</p> <h3>C.Obligations extraterritoriales</h3> <p>25.Les trente dernires annes ont t marques par une nette augmentation des activits des socits transnationales, une hausse des investissements et des flux commerciaux entre les pays et l apparition de chanes de valeur mondiales. En outre, les grands projets de dveloppement ont de plus en plus eu recours l investissement priv, souvent dans le cadre de partenariats entre des organismes publics et des investisseurs privs trangers. Ces faits nouveaux donnent une importance particulire la question des obligations extraterritoriales qui incombent aux tats dans le domaine des droits de l homme. </p> <p>26.Dans sa dclaration sur les obligations des tats parties concernant le secteur des entreprises et les droits conomiques, sociaux et culturels (2011), le Comit a raffirm que les obligations des tats parties au titre du Pacte ne s arrtaient pas aux limites du territoire national. Les tats parties taient tenus de prendre les mesures ncessaires pour empcher que des violations des droits de l homme ne soient commises l tranger par des entreprises domicilies sur leur territoire et/ou relevant de leur juridiction (c est--dire des entreprises constitues en vertu de leur lgislation ou dont le sige statutaire, l administration centrale ou le principal lieu d activit se situent sur leur territoire), sans porter atteinte la souverainet des tats htes ni diminuer les obligations de ceux-ci au titre du Pacte. Le Comit a aussi trait des obligations extraterritoriales spcifiques des tats parties en ce qui concerne les activits des entreprises, dans ses prcdentes observations gnrales relatives au droit l eau, au droit au travail, au droit la scurit sociale et au droit des conditions de travail justes et favorables, ainsi que dans le cadre de l examen des rapports priodiques desdits tats.</p> <p>27.Ces obligations extraterritoriales des tats parties au titre du Pacte dcoulent du fait que les prescriptions de cet instrument sont formules sans aucune restriction relative au territoire ou la juridiction. L article14 dispose bien que tout tat doit assurer le caractre obligatoire et la gratuit de l ducation primaire dans sa mtropole ou dans les territoires placs sous sa juridiction, mais cette mention est absente des autres dispositions du Pacte. De plus, le paragraphe1 de l article2 prsente l assistance et la coopration internationales comme des moyens d assurer le plein exercice des droits conomiques, sociaux et culturels. Il serait donc contradictoire de laisser un tat ne rien faire lorsqu un acteur domicili sur son territoire et/ou relevant de sa juridiction, c est--dire plac sous son contrle ou sous son autorit, a port atteinte aux droits d autres personnes dans d autres tats, ou lorsque le comportement de cet acteur est susceptible de causer un prjudice prvisible. De fait, les tats Membres de l Organisation des Nations Unies se sont engags agir, tant conjointement que sparment, en coopration avec l Organisation en vue d atteindre les buts noncs l Article55 de la Charte, parmi lesquels figure le respect universel et effectif des droits de l homme et des liberts fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion. Cet engagement, formul en l absence de toute limitation territoriale, devrait tre pris en considration lorsqu il est dbattu de la porte des obligations des tats au titre des instruments relatifs aux droits de l homme. galement en accord avec la Charte, la Cour internationale de Justice a reconnu la porte extraterritoriale des instruments fondamentaux relatifs aux droits de l homme, compte tenu de leur objet et de leur but, des travaux ayant abouti leur laboration et de l absence de dispositions relatives des limites territoriales dans leur texte. Le droit international coutumier interdit en outre tout tat de permettre que son territoire soit utilis de manire causer des prjudices sur le territoire d un autre tat, prescription qui a pris une importance particulire dans le droit international de l environnement. Le Conseil des droits de l homme a confirm que cette interdiction s tendait au droit des droits de l homme, lorsqu il a adopt les Principes directeurs sur l extrme pauvret et les droits de l homme, dans sa rsolution21/11.</p> <p>28.Des obligations extraterritoriales naissent lorsqu un tat partie est susceptible d exercer une influence sur des vnements qui se droulent en dehors de son territoire, dans les limites imposes par le droit international, en contrlant les activits des entreprises domicilies sur son territoire et/ou relevant de sa juridiction, et, de ce fait, peut contribuer au plein exercice des droits conomiques, sociaux et culturels en dehors de son territoire national. cet gard, le Comit prend aussi note de l observation gnrale no16 (2013) du Comit des droits de l enfant, sur les obligations des tats concernant les incidences du secteur des entreprises sur les droits de l enfant, ainsi que des positions adoptes par d autres organes conventionnels des droits de l homme. </p> <h3>1.Obligation extraterritoriale de respecter</h3> <p>29.L obligation extraterritoriale de respecter les droits exige des tats parties qu ils s abstiennent d interfrer directement ou indirectement sur l exercice des droits consacrs par le Pacte par des personnes ne se trouvant pas sur son territoire. Au titre de cette obligation, les tats parties doivent veiller ne pas empcher un autre tat de se conformer aux obligations qui lui incombent en vertu du Pacte. Cet aspect est particulirement important dans le cadre de la ngociation et de la conclusion d accords de commerce et d investissement ou de conventions financires et fiscales, ainsi que de la coopration judiciaire. </p> <h3>2.Obligation extraterritoriale de protger</h3> <p>30.L obligation extraterritoriale de protger exige des tats parties qu ils prennent des mesures pour prvenir et rparer les violations des droits consacrs par le Pacte qui surviennent en dehors de leur territoire du fait des activits d entreprises sur lesquelles ils peuvent exercer un contrle, en particulier, lorsque les moyens de recours dont disposent les victimes devant les tribunaux de l tat o le dommage est occasionn sont inaccessibles ou inefficaces.</p> <p>31.Cette obligation s tend toute entreprise sur laquelle les tats parties peuvent exercer une influence, conformment la Charte des Nations Unies et au droit international applicable. Compte tenu du champ de comptence admissible en vertu du droit international gnral, les tats peuvent s employer rglementer les entreprises domicilies sur leur territoire et/ou relevant de leur juridiction, c est--dire les entreprises qui sont constitues selon leur lgislation ou dont le sige statutaire, l administration centrale ou le principal lieu d activit se situent sur leur territoire national. Les tats parties peuvent non seulement imposer directement des obligations mais aussi avoir recours des mesures d incitation"par exemple, prvoir des conditions d attribution des marchs publics qui favorisent les entreprises ayant mis en place des mcanismes solides et efficaces de diligence raisonnable dans le domaine des droits de l homme, dans le but de contribuer la protection des droits conomiques, sociaux et culturels, sur le territoire national et l tranger.</p> <p>32.Alors que, en rgle gnrale, ils ne sont pas tenus directement responsables au niveau international d une violation des droits conomiques, sociaux et culturels rsultant du comportement d une entreprise prive (sauf dans les trois cas rappels au paragraphe11 de la prsente observation gnrale), les tats parties seront considrs comme manquant leurs obligations en vertu du Pacte s il s avre qu ils n ont pas pris des mesures raisonnables pour empcher cette violation. En pareilles circonstances, la responsabilit de l tat peut tre engage, mme si d autres facteurs ont concouru la violation et mme si l tat n avait pas prvu qu une violation serait commise, pour autant que celle-ci ft raisonnablement prvisible. Par exemple, compte tenu des risques bien tablis associs aux activits extractives, un devoir de prcaution particulier s impose l gard des projets miniers et des projets d exploitation ptrolire. </p> <p>33.Dans l exercice de leur obligation de protger, les tats parties devraient aussi demander aux entreprises de faire tout leur possible pour que les entits dont elles peuvent influencer la conduite, telles que leurs filiales (y compris toutes les entreprises dans lesquelles elles ont investi, que celles-ci soient enregistres selon les lois de l tat partie ou d un autre tat) ou leurs partenaires commerciaux (y compris les fournisseurs, les dtenteurs de franchises et les sous-traitants), respectent les droits consacrs par le Pacte. Les entreprises domicilies sur le territoire et/ou relevant de la juridiction d tats parties devraient tre tenues d agir avec la diligence voulue pour recenser, prvenir et faire cesser les violations des droits consacrs par le Pacte commises en tout lieu par leurs filiales et leurs partenaires commerciaux. Le Comit souligne que, bien que ces obligations de diligence aient bel et bien des effets sur les situations survenant en dehors des territoires nationaux des tats parties, puisqu elles imposent de prvenir ou de faire cesser les violations potentielles des droits consacrs par le Pacte dans les chanes de valeur mondiales ou dans les entreprises multinationales, elles ne supposent pas pour autant que les tats en question exercent leur comptence extraterritoriale. Des procdures appropries de suivi et de responsabilisation doivent tre mises en place pour garantir l efficacit de la prvention et de l application. Ces procdures pourront notamment consister imposer aux entreprises de faire connatre les politiques et les procdures qu elles appliquent pour assurer le respect des droits de l homme et prvoir des moyens efficaces de responsabilisation et de rparation en cas de violation des droits consacrs par le Pacte. </p> <p>34.Dans les affaires transnationales, l effectivit de la responsabilisation et de l accs des voies de recours ncessite une coopration internationale. cet gard, le Comit se rfre la recommandation faite dans le rapport sur la responsabilisation des entreprises et l accs des voies de recours pour les victimes de violations des droits de l homme lies aux activits des entreprises, tabli par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l homme la demande du Conseil des droits de l homme, selon laquelle les tats devraient prendre des mesures, l aide des directives (jointes en annexe au rapport) afin d amliorer l efficacit de la coopration transfrontire entre les institutions de l tat et les organes judiciaires, en ce qui concerne la mise en Suvre, en droit public et priv, des rgimes juridiques nationaux. Il serait bon de promouvoir la communication directe des fins d assistance mutuelle entre les organes chargs de faire respecter la loi, de manire acclrer la procdure, notamment en cas de poursuites pnales. </p> <p>35.L amlioration de la coopration internationale permettrait de rduire les risques de conflits ngatifs ou positifs de comptence, qui peuvent crer une incertitude juridique et amener les justiciables rechercher le tribunal qui leur soit le plus favorable, ou empcher les victimes d obtenir rparation. cet gard, le Comit se flicite de tout effort en vue de l adoption d instruments internationaux qui pourraient renforcer l obligation faite aux tats de cooprer dans le but d amliorer la responsabilisation et l accs des voies de recours pour les victimes de violations transnationales des droits consacrs par le Pacte. Il sera possible de s inspirer d instruments tels que la Convention du travail maritime, adopte en 2006 par l Organisation internationale du Travail (OIT) et en vigueur depuis 2013, qui tablit un systme de lois nationales harmonises et prvoit des inspections, la fois par les tats du pavillon et les tats du port, en cas de plaintes dposes par des gens de mer bord des navires, lorsque les navires entrent dans un port tranger; ou la Convention (no189) sur les travailleuses et travailleurs domestiques, 2011, et la Recommandation (no201) sur les travailleuses et travailleurs domestiques, 2011, qui manent galement de l OIT. </p> <h3>3.Obligation extraterritoriale de mettre en Suvre </h3> <p>36.Le paragraphe1 de l article2 du Pacte suppose de la part des tats parties un engagement collectif, notamment dans le cadre de la coopration internationale, pour contribuer la ralisation des droits conomiques, sociaux et culturels en dehors du territoire national.</p> <p>37.Conformment l article28 de la Dclaration universelle des droits de l homme, l obligation de mettre en Suvre exige des tats parties qu ils contribuent crer un environnement international propice l exercice effectif des droits garantis par le Pacte. Ilincombe aux tats parties d amnager leurs lois et leurs politiques, y compris les mesures relatives aux relations diplomatiques et aux relations extrieures, pour qu elles favorisent la mise en place de cet environnement. Les tats parties devraient galement inciter les entreprises relevant de leur sphre d influence s abstenir de saper les efforts des tats parties dans lesquels elles exercent leurs activits en vue de la pleine ralisation des droits consacrs par le Pacte"par exemple, en recourant des stratgies d vitement de l impt dans les pays concerns. Face aux pratiques fiscales rprhensibles des socits transnationales, les tats devraient lutter contre les pratiques des prix de transfert, renforcer la coopration fiscale internationale et envisager la possibilit que les groupes multinationaux soient considrs comme une seule et mme entit fiscale et que les pays dvelopps appliquent un taux d imposition plancher aux bnfices des socits pendant une priode de transition. L abaissement des taux de l impt sur les bnfices des socits dans le seul but d attirer les investisseurs favorise un nivellement par le bas, qui finit par entamer la capacit de tous les tats de mobiliser des ressources intrieures pour la ralisation des droits consacrs par le Pacte. Par nature, cette pratique est en contradiction avec les obligations des tats parties au titre du Pacte. Lorsque le secret bancaire est protg l excs et que l impt sur les entreprises est rgi par des rgles permissives, il arrive que les tats dans lesquels les activits conomiques ont lieu soient moins mme de satisfaire leur obligation de mobiliser le maximum de leurs ressources disponibles en vue d assurer le plein exercice des droits conomiques, sociaux et culturels. </p> <h2>IV.Recours</h2> <p>38.Dans l exercice de leur obligation de protger, les tats parties devraient la fois crer des cadres rglementaires et directifs appropris, et les faire appliquer. Il faut donc que des mcanismes efficaces de suivi, d enqute et de responsabilisation soient en place pour garantir l tablissement des responsabilits et l accs des voies de recours, de prfrence judiciaires, pour les personnes qui ont subi une violation de leurs droits au titre du Pacte dans le contexte des activits des entreprises. Les tats parties devraient informer les individus et les groupes de leurs droits au titre du Pacte et des voies de recours dont ils disposent en cas de violation du fait des activits des entreprises, en veillant tout particulirement ce que des informations et des conseils, y compris des tudes de l impact sur les droits de l homme, soient accessibles aux peuples autochtones. Ils devraient aussi fournir aux entreprises les informations, la formation et le soutien voulus afin qu elles connaissent les obligations des tats au titre du Pacte.</p> <h3>A.Principes gnraux </h3> <p>39.Les tats parties doivent prvoir des moyens de rparation appropris pour les individus ou groupes lss et faire en sorte que les entreprises rpondent de leurs actes. Cela devrait se traduire, de prfrence, par la garantie d accder des organes judiciaires indpendants et impartiaux : le Comit a soulign que les autres moyens utiliss [pour garantir l tablissement des responsabilits] risqu[aient] d tre inoprants s ils [n taient] pas renforcs ou complts par des recours juridictionnels.</p> <p>40.Les directives concernant les voies de recours pour les victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit international humanitaire donnent de prcieuses indications sur les obligations des tats qui dcoulent de l obligation gnrale d accorder l accs des voies de recours utiles. Enparticulier, il incombe aux tats de prendre toutes les mesures ncessaires pour prvenir les violations des droits; lorsque ces mesures prventives n ont pas atteint leur but, d enquter de manire exhaustive sur les violations et de prendre les mesures voulues contre les personnes qui en seraient responsables; d assurer aux victimes un accs effectif la justice, quelle que soit, en dfinitive, la partie responsable de la violation; et d offrir aux victimes des recours utiles, y compris la rparation. </p> <p>41.Aux fins de la pleine ralisation des droits consacrs par le Pacte, il est impratif que des voies de recours soient disponibles et qu elles soient efficaces et rapides. Cela suppose que les victimes qui cherchent obtenir rparation doivent avoir accs sans dlai une autorit publique indpendante, qui doit pouvoir dterminer si une violation a eu lieu et ordonner qu il y soit mis fin et que le prjudice subi soit rpar. La rparation peut se faire par restitution, indemnisation, radaptation, satisfaction ou garantie de non-rptition, et doit prendre en considration les vues des personnes lses. En vue de garantir la non&#8209;rptition des faits, un recours utile pourra donner lieu une amlioration des lois et des mesures qui n ont pas permis de prvenir les violations. </p> <p>42.Par leur manire de s organiser en groupes, les entreprises se soustraient rgulirement leurs responsabilits, en se retranchant derrire ce que l on appelle l cran social; autrement dit, la socit mre fait son possible pour ne pas avoir rpondre des actes de ses filiales, mme si elle aurait pu influer sur le comportement de celles-ci. D autres obstacles se posent l accs effectif des voies de recours pour les victimes de violations des droits de l homme dues aux activits des entreprises, notamment la difficult d accder aux renseignements et aux lments de preuve qui leur permettront d tayer leur plainte, car bon nombre d entre eux sont souvent entre les mains de l entreprise dfenderesse; l impossibilit de recourir des mcanismes de rparation collective, lorsque les violations ont un caractre tendu et diffus; et l absence d aide juridictionnelle et d autres accords de financement qui rendraient la procdure de plainte financirement viable. </p> <p>43.Les victimes de violations commises par des socits transnationales se heurtent des obstacles particuliers pour accder des recours utiles. Outre la difficult d apporter la preuve du prjudice subi ou d tablir le lien de causalit entre le comportement de l entreprise dfenderesse, situe dans une juridiction, et la violation qui a ensuite eu lieu dans une autre juridiction, la procdure de contentieux transnational est souvent chronophage et d un cot prohibitif; de plus, en l absence de mcanismes solides d entraide judiciaire, le recueil d lments probants et l excution, dans un tat, de dcisions rendues dans un autre tat, posent des problmes particuliers. Dans certaines juridictions, la doctrine du <span style="font-style:italic;">forum non conveniens</span>, selon laquelle un tribunal est en droit de dcliner comptence si les victimes ont la possibilit de saisir une autre instance, est susceptible d empcher les victimes rsidant dans un tat chercher rparation devant les tribunaux de l tat dans lequel l entreprise dfenderesse est domicilie. La pratique montre que, en application de cette doctrine, des plaintes sont souvent renvoyes vers une autre juridiction, sans que les victimes aient ncessairement la garantie d accder des recours utiles dans cette autre juridiction. </p> <p>44.Les tats parties sont tenus de prendre les mesures ncessaires pour remdier ces difficults afin d empcher un dni de justice et de garantir le droit un recours utile et rparation. Autrement dit, ils doivent lever les obstacles de fond, de procdure et d ordre pratique qui limitent l accs aux recours, y compris en instaurant des rgimes de responsabilit l intention de la socit mre ou du groupe, en proposant une aide juridictionnelle et d autres dispositifs de financement aux plaignants, en permettant des procdures d utilit publique et des actions de groupe dans le domaine des droits de l homme, en facilitant l accs aux informations pertinentes et le recueil d lments de preuve l tranger, y compris de tmoignages, et en autorisant la prsentation de ces lments de preuve dans le cadre des procdures judiciaires. Dans les dcisions judiciaires faisant intervenir des considrations de <span style="font-style:italic;">forum non conveniens</span>, une trs grande attention devrait tre porte la mesure dans laquelle l accs un recours utile est possible et raliste dans la juridiction de substitution<span style="font-style:italic;">.</span> Lorsqu elles cherchent dissuader des individus ou des groupes d exercer des recours, les entreprises ne devraient pas engager des procdures judiciaires"par exemple, pour atteinte prsume leur rputation"de manire abusive, au point de dcourager l exercice lgitime de ces recours.</p> <p>45.Les tats parties devraient faciliter l accs aux informations pertinentes par la mise en place d obligations lgales de divulgation et par l introduction de rgles de procdure qui permettent aux victimes d obtenir la communication des lments de preuve dtenus par la partie dfenderesse. Il pourra tre justifi de dplacer la charge de la preuve lorsque les faits et les vnements prendre en considration pour donner suite une plainte relvent, compltement ou en partie, de la connaissance exclusive de l entreprise dfenderesse. Les conditions dans lesquelles la protection des secrets commerciaux et d autres motifs de refus de divulgation peuvent tre invoqus devraient tre strictement dfinies, sans remettre en question le droit de toutes les parties un procs quitable. Deplus, les tats parties et leurs organes judiciaires et rpressifs sont tenus de cooprer entre eux afin de faciliter le partage d informations, d accrotre la transparence et d empcher le dni de justice. </p> <p>46.Les tats parties devraient veiller ce que les peuples autochtones aient accs des recours effectifs, la fois judiciaires et non judiciaires, pour toutes les atteintes leurs droits individuels et collectifs. Ces voies de recours devraient tre accessibles aux peuples autochtones et prendre leurs cultures en considration.</p> <p>47.Le Comit rappelle que tous les pouvoirs et services publics des tats parties, ycompris les autorits judiciaires et policires, sont lis par les obligations dcoulant du Pacte. Les tats parties devraient veiller ce que l appareil judiciaire et, en particulier, les juges et les avocats soient bien informs des obligations dcoulant du Pacte qui ont trait aux activits des entreprises, et qu ils puissent exercer leurs fonctions en toute indpendance. </p> <p>48.Enfin, le Comit appelle l attention des tats parties sur les problmes rencontrs par les dfenseurs des droits de l homme.Le Comit a eu rgulirement connaissance de menaces et d attaques visant des personnes qui cherchaient protger leurs droits ou les droits d autrui au titre du Pacte, en particulier, dans le contexte de projets d activits extractives et d amnagement. De plus, les dirigeants syndicaux, les chefs des mouvements paysans, les reprsentants autochtones et les militants anticorruption risquent souvent d tre harcels. Les tats parties devraient prendre toutes les mesures ncessaires pour protger les dfenseurs des droits de l homme et leur action. Ils devraient s abstenir d entraver leurs activits, par l engagement de poursuites pnales ou d autres moyens. </p> <h3>B.Types de recours</h3> <p>49.Il convient de faire appel diffrents instruments pour garantir que les entreprises qui portent atteinte aux droits consacrs par le Pacte aient rendre des comptes. Lesviolations du Pacte les plus graves devraient engager la responsabilit pnale des entreprises et/ou des individus en cause. Il sera peut-tre ncessaire d informer les autorits judiciaires du rle qui leur incombe dans le respect des droits consacrs par le Pacte. Lesvictimes de violations devraient avoir accs des mesures de rparation lorsque les droits au titre du Pacte sont en jeu, et ce, que la responsabilit pnale soit ou non engage.</p> <p>50.Les tats parties devraient aussi envisager de recourir des sanctions administratives pour dissuader les entreprises d adopter un comportement qui donne lieu, ou est susceptible de donner lieu, des violations des droits consacrs par le Pacte. Parexemple, les tats pourraient refuser d attribuer des marchs publics aux entreprises qui n ont pas communiqu d informations sur les rpercussions sociales ou environnementales de leurs activits ou qui n ont pas mis en place des mesures propres garantir qu elles agissent avec la diligence voulue pour empcher ou attnuer tout effet ngatif sur les droits consacrs par le Pacte. Dans ces circonstances, l accs aux crdits l exportation et d autres formes d aide publique pourra aussi tre refus; dans un contexte transnational, les accords d investissement pourront priver de protection les investisseurs trangers de l autre partie qui ont adopt un comportement entranant une violation des droits consacrs par le Pacte.</p> <h3>1.Recours judiciaires</h3> <p>51.Pour obtenir rparation des violations des droits qu elles tiennent du Pacte, les victimes doivent souvent porter plainte titre individuel contre l tat, en s appuyant soit sur les dispositions du Pacte lui-mme, soit sur les dispositions constitutionnelles ou lgislatives qui incorporent les garanties du Pacte en droit interne. Cependant, lorsque la violation est directement imputable une entreprise, les victimes devraient pouvoir attaquer ladite entreprise en justice, soit en invoquant directement le Pacte, dans les juridictions o ses dispositions sont directement applicables aux acteurs privs, soit en s appuyant sur la lgislation qui incorpore les dispositions du Pacte dans l ordre juridique interne. cet gard, les recours civils contribuent grandement garantir l accs la justice aux victimes de violations des droits noncs dans le Pacte. </p> <p>52.Pour garantir aux peuples autochtones l accs effectif la justice, il se peut que les tats parties aient reconnatre les lois, les traditions et les pratiques coutumires de ces peuples ainsi que le droit de proprit dont ils jouissent sur leurs terres et sur leurs ressources naturelles dans le cadre de procdures judiciaires. Les tats parties devraient en outre veiller la reconnaissance des langues autochtones et/ou l emploi d interprtes dans ces langues dans l enceinte des tribunaux ainsi qu la disponibilit de services juridiques et d informations sur les voies de recours dans les langues autochtones, et fournir une formation aux fonctionnaires de justice sur l histoire, les traditions juridiques et les coutumes des peuples autochtones.</p> <h3>2.Recours non judiciaires</h3> <p>53.Mme s ils ne devraient gnralement pas tre considrs comme un substitut aux mcanismes judiciaires (qui demeurent souvent indispensables pour une protection effective contre certaines violations des droits consacrs par le Pacte), les recours non judiciaires peuvent contribuer apporter un recours utile aux victimes dont les droits garantis par le Pacte ont t viols par des acteurs conomiques et garantir que les auteurs de ces violations aient rpondre de leurs actes. Ces mcanismes alternatifs devraient tre convenablement coordonns avec les mcanismes judiciaires disponibles, tant pour ce qui est des sanctions que des mesures d indemnisation. </p> <p>54.Les tats parties devraient utiliser un large ventail des mcanismes administratifs et quasi judiciaires qui sont dj nombreux rglementer et contrler les activits des entreprises dans bon nombre d entre eux, tels que les services d inspection du travail et les tribunaux des prud hommes, les organismes de dfense des consommateurs et de protection de l environnement, et les autorits de surveillance financire. Ils devraient rflchir aux possibilits d tendre le mandat de ces instances ou de crer de nouveaux organes ayant la capacit de recevoir des plaintes pour violation prsume par des entreprises de certains droits consacrs par le Pacte et de donner suite ces plaintes, d enquter sur les allgations formules, d imposer des sanctions, de prvoir et de faire appliquer des mesures de rparation en faveur des victimes. Les institutions nationales des droits de l homme devraient tre incites se doter de structures leur permettant de vrifier que les tats s acquittent de leurs obligations relatives aux entreprises et aux droits de l homme et pourraient tre habilites recevoir les plaintes de personnes lses du fait du comportement d une entreprise. </p> <p>55.Les mcanismes non judiciaires relevant de l tat devraient protger efficacement les droits des victimes. Lorsqu ils sont en place, ces mcanismes de substitution devraient en outre prsenter un certain nombre de caractristiques propres garantir qu ils sont fiables et qu ils peuvent contribuer efficacement prvenir et rparer les violations; ilsdevraient tre accessibles tous et leurs dcisions devraient tre excutoires.</p> <p>56.Pour les victimes autochtones, les mcanismes non judiciaires devraient tre dfinis en concertation avec les peuples autochtones concerns, par la voie de leurs organes de reprsentation. Comme dans le cas des recours judiciaires, les tats parties devraient s attaquer aux obstacles, y compris linguistiques, l accs des peuples autochtones ces mcanismes.</p> <p>57.De plus, des voies de recours non judiciaires devraient aussi tre disponibles dans les affaires transnationales. Par exemple, les victimes qui ne se trouvent pas sur le territoire de l tat partie concern pourraient avoir accs aux institutions nationales des droits de l homme ou aux mdiateurs de cet tat, ainsi qu aux mcanismes de plainte tablis par des organisations internationales, tels que les points de contact nationaux qui agissent selon les Principes directeurs l intention des entreprises multinationales, tablis par l Organisation de coopration et de dveloppement conomiques (OCDE). </p> <h2>V.Mise en Suvre</h2> <p>58.Les tats parties doivent s employer sans relche garantir que les entreprises exercent leurs activits dans le respect des dispositions du Pacte. cette fin, les stratgies ou les plans d action nationaux qu ils sont censs adopter pour assurer la pleine ralisation des droits consacrs par le Pacte devraient poser expressment la question du rle des entreprises dans la mise en Suvre progressive de ces droits. </p> <p>59. la suite de l adoption des Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l homme, nombre d tats ou d organisations rgionales ont tabli des plans d action concernant les entreprises et les droits de l homme. On peut s en fliciter, surtout si ces plans d action fixent des objectifs prcis et concrets, tablissent les responsabilits des diffrents acteurs et dfinissent les dlais et les moyens ncessaires leur adoption. Lesplans d action concernant les entreprises et les droits de l homme devraient tenir compte des principes des droits de l homme, notamment la participation effective et concrte, la non&#8209;discrimination et l galit des sexes, ainsi que des principes de responsabilisation et de transparence. Ils devraient accorder la mme importance toutes les catgories des droits de l homme, y compris aux droits conomiques, sociaux et culturels, et les progrs accomplis dans leur mise en Suvre devraient faire l objet d un suivi. En ce qui concerne l obligation de participer l laboration des plans d action nationaux, le Comit rappelle le rle fondamental que les institutions nationales des droits de l homme et les organisations de la socit civile peuvent et devraient jouer pour assurer la pleine ralisation des droits consacrs par le Pacte dans le contexte des activits des entreprises.</p> </div> </body> </html>